Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 6 Numéro 1Dossier: Les savoirs locaux dans ...À la recherche de savoirs perdus?...

Dossier: Les savoirs locaux dans la gestion de l'environnement

À la recherche de savoirs perdus? Expérience, innovation et savoirs incorporés chez des agriculteurs biologiques au Québec

Mary Richardson

Résumés

Les savoirs développés et transmis par des agriculteurs dans des contextes occidentaux modernes font très peu l'objet de recherches en sciences sociales. Or, les agriculteurs et agricultrices biologiques du Québec sont à la base d’une innovation intense et quotidienne source de savoirs locaux sur l’environnement et le vivant tout entier. Ils et elles font revivre des savoirs anciens, développent de nouveaux savoirs à la lumière des connaissances scientifiques, et élaborent leurs propres savoirs incorporés par la pratique, l'expérience, l'observation, et l'essai et l'erreur, savoirs qu'ils partagent ensuite avec d'autres. Cette génération et cet échange de savoirs locaux participent à la création d’un changement social visant un rapport considéré plus éthique et écologique à la nature. Ici, l’autorité épistémologique de la science (l’agronomie en particulier) est contestée en faveur d’une épistémologie éthique et holiste.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans son livre Vers une écologie de l’esprit, Gregory Bateson (1995 [1972]) identifie trois causes sous-jacentes à la crise écologique que l’on connaît aujourd’hui : le progrès technologique, l’augmentation de la population, et des erreurs dans la pensée et les attitudes occidentales. Il estime que des changements dans un seul de ces domaines (soit dans les technologies, dans la population mondiale, ou dans nos attitudes) pourraient assurer la survie du tout, mais il considère que notre attitude envers l’environnement est le seul domaine sur lequel nous avons une emprise réelle dans le court terme. Selon lui, notre perception d’être en opposition à l’environnement et aux autres humains, ainsi que notre conviction que nous pouvons contrôler l’environnement doit changer.

2En tant qu’une des principales activités où les humains modifient l’environnement sur une base continuelle et pratiquement partout sur la planète, l’agriculture constitue un des domaines les plus importants où ces changements peuvent s’effectuer. Changer notre attitude envers l’environnement ne peut pas se faire uniquement dans les milieux sauvages ni seulement dans les milieux urbains ; pour avoir un impact sensible, ces changements doivent s’opérer dans les activités dont les humains dépendent pour leur survie quotidienne. Historiquement, l’agriculture a été perçue comme une activité écologique incarnant des valeurs morales telles le soin de la nature, la responsabilité, et la connaissance intime des cycles de vie. Le paradigme productiviste en agriculture qui s’est développé au cours du XXe siècle, particulièrement en Amérique du Nord, a modifié peu à peu cette perception de la part du public ; l’impératif de produire plus, plus rapidement et avec moins de main d’œuvre (ce qui devait rendre la ferme plus rentable), du coup rendait les activités agricoles nettement moins écologiques. L'ouvrage séminal de Rachel Carson, Silent Spring (1962), a mis en lumière l'impact écologique de ce paradigme productiviste aujourd’hui reconnu comme l’une des causes majeures de la pollution des eaux, de l'érosion du sol, de l'appauvrissement génétique, des résidus toxiques dans les aliments et d’une forte dépendance envers les produits pétrochimiques (Reveret et al. 1981; Morin 2002; Ravet 2002; Jones 1993).

Science et agriculture

3La science et la technologie ont joué un rôle central dans cette vision de l’agriculture ; les sciences agronomiques ainsi que les entreprises de l’agrobusiness ont acquis un statut d’autorité auprès des agriculteurs, dictant comment produire et quelles recherches effectuer. Comme dans d’autres domaines, certaines formes de savoirs restreints acquièrent le statut de « savoirs experts » ou « savoirs d’autorité » qui soutiennent à la fois les groupes dominants et les paradigmes dominants dans la société. Ceci s’accomplit entre autres en co-optant ou en marginalisant les savoirs qui ne se conforment pas à ce qui devient le « sens commun » ; et les savoirs qui ne peuvent être co-optés sont ignorés ou marginalisés. Ainsi, les savoirs experts en agriculture ont peu à peu délégitimé d’autres formes de savoirs détenus par les agriculteurs eux-mêmes, souvent basés sur des masses d’observations et d’expériences faites dans un milieu spécifique et transmises de génération en génération. Sumner observe : « Official knowledge has excluded other kinds of knowledge throughout history.  Forms of common knowledge, such as indigenous knowledge, women’s knowledge, experiential knowledge, transformative knowledge, situated knowledge and local knowledge, have all experienced the exclusionary power of the official knowledge regime. What is unprecedented, however, is the range and power of current forms of official knowledge. » (Sumner 2005).

  • 1  Dans le domaine agricole il y a aussi l’agriculture durable, organique, biodynamique, regénérative (...)

4Mais l’hégémonie de l’approche conventionnelle (que certains qualifient d’industrielle ou corporatiste) en agriculture qui s’est développé au 20e siècle, n’a jamais été totale, et des mouvements alternatifs remettant en cause cette vision dominante de l’activité agricole se sont aussi développés au cours du XXe siècle, dont le principal est celui de l’agriculture biologique1. Ses adhérents proposent de resituer les pratiques productives dans des "processus naturels" (Raynolds 2000) et prônent une réconciliation radicale avec la nature, et non sa domination. L’agriculture biologique peut être perçue comme une tentative pratique (ou "incarnée") de changer la façon dont nous vivons dans le monde social et naturel du "paysage mitoyen", terme qui réfère à l'espace à la fois réel et imaginaire entre la ville et la nature sauvage, lieu de l'idéal agraire et pastoral, où les gens vivent et travaillent avec la nature (Vos 2000).

5Toutefois, les ressources informationnelles et techniques disponibles aux nouveaux agriculteurs biologiques se sont avérées très rares. Le soutien institutionnel des ministères de l’agriculture de divers pays et états était pratiquement inexistant il y a vingt ans, et demeure inégal selon les secteurs d’activité et les régions en question. Ceux qui désiraient pratiquer l’agriculture biologique devaient donc à la fois déconstruire la science agronomique telle qu’elle se constituait, rejetant souvent les dogmes du productivisme et critiquant les méthodes de l’agriculture industrielle, et reconstruire des sources alternatives de savoirs agricoles basées sur des approches plus holistiques. Or, comme nombre de sociologues des sciences l’ont démontré, la science moderne jouit d’une hégémonie intellectuelle pratiquement incontestée. Le savoir scientifique est perçu comme étant la seule et la meilleure façon de produire des connaissances valables et fiables sur le monde (Kloppenburg 1991, Shiva 1993, Lyons et Lawrence 1999, Plumwood 2002). Malgré le fait que les agriculteurs biologiques sont généralement très intéressés par les connaissances scientifiques qui peuvent informer leurs pratiques quotidiennes, ces connaissances sont limitées à la fois en termes de disponibilité (les recherches sur l’agriculture biologique sont encore très peu nombreuses), et en termes d’applicabilité (chaque situation est unique et les « recettes » ne fonctionnent pas toujours). Le processus de reconstruction des savoirs alternatifs se base donc largement sur le savoir local des agriculteurs, domaine marginalisé aux périphéries épistémiques, c’est-à-dire ne jouissant ni de légitimité ni de visibilité.

Savoirs locaux

  • 2  « Indigenous Knowledge Systems » ou IKS.

6En raison de cette marginalisation, le savoir local n’a pas fait beaucoup l’objet d’études avant les années 1950-60, étant étudié seulement par une poignée de naturalistes, folkloristes et linguistes. Plus récemment, des recherches en ethnoscience ont démontré que les agriculteurs traditionnels sont des observateurs compétents du milieu naturel, qu’ils possèdent de grandes quantités de savoirs empiriques et qu’ils savent adapter leurs pratiques aux changements de contexte (Kloppenburg 1991, Nazarea 1999, Nabhan 1989, Maffi 2001). Ce qui était conçu comme des « systèmes de savoirs indigènes »2 (et qui sont souvent confinés à l’univers des sociétés autochtones) sont devenus de plus en plus l’objet d’études visant en particulier les taxonomies locales et les systèmes de classification symbolique (Dortier 2003). La déperdition écologique que nous vivons à l’échelle planétaire a exacerbé une préoccupation, non seulement pour les espèces, les écosystèmes et les langues en voie de disparition, mais aussi pour les savoirs en voie d’extinction (Wyndham 2002). Aussi, les anthropologues et professionnels du développement ont élaboré au cours des dernières décennies des approches participatives qui valorisent les savoirs paysans (Ellen et Harris 2000). En dehors des milieux universitaires, la contre-culture des années soixante (dont certains nouveaux agriculteurs faisaient partie) créait un climat qui favorisait une certaine réceptivité aux savoirs locaux accompagné d’un romantisme voulant que des peuples traditionnels vivent « en harmonie avec la nature ».  Le contexte social et intellectuel était donc mûr pour une légitimation accrue des savoirs locaux traditionnels.

  • 3  « Traditional ecological knowledge » ou TEK.

7Le terme que l’on rencontre le plus souvent dans la littérature est celui de « savoirs écologiques traditionnels »3. Cette expression réfère aux connaissances, transmises au fil des générations, sur les relations que les êtres vivants (incluant les humains) entretiennent entre eux et avec leur environnement (Berkes 1993). Mais pour les agriculteurs biologiques modernes, cette appellation semble bien anachronique ; le mot « traditionnel » ne s’applique pas toujours à leur réalité et ne reflète pas bien la nature dynamique et changeante des savoirs. De plus, le terme « savoirs » souligne avant tout l’aspect cognitif, plutôt que les dimensions pratiques, corporelles, émotives et intuitives des modes de connaissances ou de « sagesse » (Merculieff 2002). Certains anthropologues proposent plutôt d’envisager les savoirs locaux comme étant enracinés dans la pratique. Au lieu d’un système, les savoirs locaux impliquent un ensemble de capacités d'improvisation mises en œuvre selon un contexte spécifique, et dont l’importance est avant tout pratique ; ce que Paul Richards conçoit comme des compétences plus performatives que techniques (Richards 1993). Richards considère qu'il faut voir au-delà des simples savoirs techniques et éviter de verser dans une abstraction ou une intellectualisation déplacées. Ainsi, les savoirs sont ancrés dans l'expérience locale d'utilisation plutôt que de constituer une série de modèles cognitifs ou d'informations précises qu'il s'agit d'intégrer (Parajuli 2001). Notre connaissance du monde qui nous entoure peut donc se décrire comme un processus d’acquisition de compétences à travers un engagement pratique dans l'environnement. Inspirés par des phénoménologues et des philosophes, divers auteurs mettent l'accent sur les aspects incorporés des savoirs (Ingold 1996; Escobar 1999; Parajuli 2001). Cette approche souligne le caractère personnel et individuel de ces modes de connaissance : l’expérience directe de l’individu et les compétences pratiques, sensorielles et personnelles qu’il développe à travers une attention aux caractéristiques d’un lieu ou activité spécifique. Pourtant, une grande part des savoirs locaux sur l’agriculture est échangée entre agriculteurs dans des rapports sociaux divers. Mais nous n'avons que peu de recherches sur ces réalités, et celles qui ont été effectuées portent pratiquement toutes sur les savoirs écologiques chez des groupes autochtones ou non-occidentaux (mais il y a des exceptions : voir Hassanein et Kloppenburg 1995, Vos 2000, Lyons et Lawrence 1999, Tolley 2001).

Une recherche en cours au Québec

  • 4  Il s’agit d’une recherche doctorale en cours au département d’anthropologie à l’Université Laval. (...)
  • 5  Ce terme est un néologisme crée par Arjun Appadurai pour décrire les flux globaux non pas de biens (...)

8La présente recherche vise justement à développer une approche anthropologique du savoir chez des agriculteurs biologiques au Québec.4 Il s’agit d’une recherche multi-située et multi-sources qui tient compte du contexte de la mondialisation et des flux d’information contemporains. Elle vise entre autres à saisir comment des pratiques et des savoirs extrêmement localisés sont nourris par des ideoscapes5 globaux (Appadurai 1996). Elle part du local, des expériences, des pratiques et des valeurs des gens dans un espace-temps bien précis (i.e., le Québec en 2004) pour monter vers le global, c'est-à-dire, pour rejoindre les idéologies, les politiques, et les mouvements qui informent, inspirent et nourrissent leurs activités et perspectives.

  • 6  Il faut noter cependant que l’analyse de l’ensemble des données n’est pas terminée. Ce texte est d (...)

9Ainsi, au cours d’une période d’environ dix mois, j’ai effectué une quarantaine d’entrevues avec des agriculteurs et agricultrices biologiques dans différentes régions de la province. J’ai assisté aussi à des événements, rencontres et réunions tenus par des organisations œuvrant dans le domaine, j’ai lu les diverses publications (papier et internet) touchant le domaine, et lorsque possible j’ai visité les fermes des personnes interviewées.6 Parmi les trente-huit agriculteurs (ou couples d’agriculteurs) rencontrés, neuf sont maraîchers, sept sont éleveurs (pour la viande uniquement), six sont producteurs laitiers, trois élèvent des chèvres laitières pour la fabrication de fromages, six cultivent des plantes médicinales ou fines herbes, deux sont pomiculteurs, deux sont acériculteurs, deux sont semenciers, et un cultive une diversité de céréales (et la majorité des éleveurs font aussi des grandes cultures). Parmi ces trente-huit personnes, seulement treize viennent d’une famille d’agriculteurs, alors que vingt-et-un n’ont pas grandi sur une ferme, et quatre sont dans un couple où la femme ne vient pas de milieu agricole, mais l’homme oui. La grande majorité des personnes venant de famille d’agriculteurs sont éleveurs (onze sur treize), alors que la majorité de ceux ne venant pas du milieu agricole (seize sur vingt-et-un) sont dans la production maraîchère, acéricole, de pommes ou de plantes médicinales (deux sur vingt-et-un élèvent des bœufs et trois élèvent des chèvres laitières et fabriquent du fromage). Cette configuration n’est peut-être pas exactement représentative de l’ensemble des agriculteurs biologiques au Québec, cependant, j’estime qu’il indique bien la tendance générale. Le fait que les gens de milieu agricole sont plus souvent éleveurs alors que les nouveaux agriculteurs sont plus souvent horticulteurs s’explique par le coût des actifs requis (quotas, bâtiments, équipements, etc.) pour s’établir en production laitière et en élevage. Ces fermes se transmettent souvent de génération en génération, car un jeune agriculteur peut difficilement financer un tel achat. Les agriculteurs venant de milieu non-agricole ont davantage tendance à acheter de plus petites fermes, parfois sur des terres plus marginales, et qui se prêtent mieux à l’horticulture à petite échelle, mais ceci n’est pas une règle absolue.

  • 7  Ces dimensions sont inspirées du travail de F.S. Wyndham (2002) sans les reproduire exactement.

10Malgré la grande diversité des parcours de vie et des pratiques agricoles, nous pouvons affirmer, à l’instar de Le Pape et Rémy (1988) pour la France, que le fait de partager une conception du monde et une éthique de la pratique constitue le principal élément unificateur du groupe des agriculteurs biologiques. Un langage commun concernant la vision d’un rapport juste avec le monde naturel et des valeurs de vie lui permet de surmonter sa grande hétérogénéité et de rassembler des individus dont les origines et les trajectoires sociales sont fort diverses (Sumner 2004). Dans la présente recherche, un autre facteur unificateur est la pénurie de renseignements pratiques sur les méthodes d’agriculture biologique. Il existe bien sûr des livres, des sites Internet, et des organisations provinciales, nationales et internationales. Mais ces sources d’information sont le plus souvent dans une langue étrangère (un obstacle pour certains), et elles ne sont pas toujours faciles d’accès. De plus, un certain nombre de producteurs n’ont tout simplement pas l’habitude de chercher de l’information via ces réseaux, étant habitués à consulter les agronomes oeuvrant à des niveaux institutionnels ou les fournisseurs d’intrants agricoles. Or, surtout dans certains secteurs, les services-conseils sont soit insuffisants ou insatisfaisants, et même les livres et autres publications ne sont pas toujours assez détaillés ou approfondis pour les aider avec des difficultés parfois bien pointues et spécifiques à leur situation. La dimension individuelle des processus de construction de savoirs prend donc une importance toute particulière, et l’observation, l’expérimentation et l’innovation y jouent un rôle prépondérant. Ces apprentissages sont souvent transmis à travers des réseaux de contacts personnels informels, évoquant la dimension sociale de cette dynamique entre théorie et pratique dans le processus de production de connaissances. La dimension organisationnelle prend de plus en plus d’importance, en particulier avec les initiatives de certains Cegeps et Instituts de technologie agroalimentaire, et de quelques universités qui font une plus grande place à l’enseignement de l’agriculture biologique. De plus, on retrouve un nombre croissant d’associations, de clubs, d’évènements, de réunions, de publications, et de stages faisant partie d’un réseau « formel » d’échange de savoirs. Enfin, on pourrait parler aussi d’une dimension « idéologique » qui réfère aux visions du monde, aux valeurs et aux utopies qui animent le mouvement pour l’agriculture biologique et ses adhérents. Ces différentes dimensions ne se situent aucunement à des moments distincts ; elles participent au contraire à une dynamique constante et varient en importance d’une personne à l’autre et d’une situation à l’autre.7

Dimension individuelle de la construction des savoirs

11Dans le processus de construction de nouveaux savoirs, l’observation et l’expérimentation individuelles occupent une place de première importance et sont une condition de la réussite en agriculture. Chaque agriculteur ou agricultrice doit constamment ajuster les connaissances plus générales ou théoriques aux caractéristiques particulières de sa propre ferme, tenant en compte la taille de la ferme, les ressources naturelles et techniques qui s’y trouvent, le type de sol, le climat local, l’exposition au vent, l’ensoleillement, les espèces animales et végétales, et plus encore. Un esprit de recherche et d’innovation est donc un grand atout. Par exemple, plusieurs horticulteurs exprimaient des doutes face aux analyses de sol effectuées par les experts. Leurs observations leur font soupçonner que les plantes puisent dans les éléments immobiles non solubles. Un agriculteur remarquait qu’il obtient de très bons rendements avec des taux de phosphore tellement bas que théoriquement il ne devrait pas être capable de produire : « Il y a bien des analyses de sol sur des fermes biologiques qui arrivent à des choses à peu près impossibles. Nos sciences agronomiques, celles qui prévalaient il y a vingt ou trente ans étaient très analytiques. Toute l'interaction entre le phosphore, le magnésium et tout, est loin d'être comprise, toute la dynamique des êtres vivants qu'il y a dans le sol, puis l'action de la plante elle-même. » (entrevue 03). Des expériences décevantes avec les services-conseils en amènent plusieurs à « travailler comme ils le pensent » : « quand j'ai planté d'autres arbres j'ai reparti mes autres plantations comme je voulais puis j'ai beaucoup moins de pertes. J'ai enrichi mon sol comme je pensais, j'ai planté comme je pensais puis ça fonctionnait plus. Eux autres ils y vont comme une recette: bon ben tu as ton analyse de sol il faut tant pour avoir tel chiffre, il faut tant de livres de ça, puis... mais ça ne marche pas comme une recette le sol. Il peut manquer plein de choses puis tu as un bon résultat pareil parce que le vivant il va chercher ce qu'il manque. Il se fait comme une sorte d'alchimie dans le sol. Mais ça ils n'en tiennent pas compte. » (entrevue 02). L’agronomie a évidemment beaucoup évolué depuis une vingtaine d’années, et ces commentaires peuvent faire référence à des expériences passées, mais ils peuvent néanmoins expliquer la tendance des agriculteurs biologiques à se fier à leurs propres expériences et observations.

12Les fermes étant si diverses en termes de taille, de production, et de contexte écologique, les savoirs acquis sur une entreprise en particulier ne sont pas nécessairement transférables à une autre. Ou plutôt, les principes sont transférables, mais la pratique dépend du développement de savoirs locaux. Il faut donc apprendre « en faisant », par la pratique, par les erreurs et les réussites : « c'est par la somme des erreurs. On a appris énormément, parce qu’on a fait beaucoup d'erreurs. À chaque année autrement dit, on faisait des choses, on travaillait comme des chiens, puis on se disait c'est impossible d'en faire plus, puis à un moment donné on se disait "oui mais si on faisait ça..." L'autre année d'après on s'aperçoit qu'on a fait pratiquement deux fois plus, puis on n'a pas travaillé plus fort. Puis là c'est devenu comme la richesse des erreurs qu'on a fait… » (entrevue 03). Le désavantage de cette façon d’apprendre est que ça se fait « à coup d’années » ; on doit reconnaître les erreurs, imaginer une solution possible prenant en compte non seulement sa technique, mais la température, les précipitations, les variétés de semences, etc., et attendre l’année suivante pour tester la solution. Mais cette recherche constante fait partie de la motivation, comme l’explique un producteur laitier : « C’est surtout le défi, le défi que tu n’avais plus en agriculture conventionnelle, qui d’après moi ils n’ont pas encore… Puis tu respectes pas mal plus la nature, tu es à l’écoute de la nature, tu es à l’écoute de tes animaux aussi, c’est bien bien différent. C’est une harmonie. » (entrevue 06). Les agriculteurs expérimentent ainsi avec une grande variété de techniques nouvelles et anciennes : les faux semis pour contrôler les plantes adventices dans les grandes cultures ; les arrosages avec l’argile Kaolin pour le contrôle d’insectes ravageurs dans les vergers ; les bâches flottantes et les paillis de plastique dans la culture de légumes ; des races anciennes d’animaux et des cultivars anciens de plantes ; des nouvelles variétés de fruits et légumes résistantes au gel ou aux maladies. Parfois, il s’agit de techniques que d’autres ont déjà essayé ailleurs, parfois c’est une idée logique en théorie et qu’il s’agit de tester par la pratique, et parfois il s’agit d’inventer carrément de nouveaux outils de travail. En guise d’exemple, un producteur de fines herbes a crée des machines sur mesure pour différentes étapes de la culture et de la transformation : des sarcleurs mécaniques, des semoirs, des hachoirs, des machines pour faire des mélanges d’herbes, etc.

Dimension organisationnelle des savoirs

13Ces initiatives se font parfois remarquer dans les réseaux plus officiels, et l’information entre ainsi en circulation. Ainsi, l’inventeur de machinerie a fait l’objet d’un article dans une revue agricole à grand tirage et reçoit parfois la visite de curieux. D’autres agriculteurs reçoivent des agronomes sur leur ferme pour le suivi de bandes d’essais dans les champs ou des prélèvements pour le réseau d’avertissement phytosanitaire. Ceci met en lumière la dimension organisationnelle des savoirs qui sont transmis par l’intermédiaire de divers agents, notamment à l’occasion d’évènements de nature plus formelle. Les agronomes, techniciens agricoles et agents de certification entre autres, mettent les agriculteurs en contact les uns avec les autres, et relaient les renseignements. Les clubs d’encadrement technique et les clubs agroenvironnementaux agissent également comme lieux d’échange entre agriculteurs d’une même région d’un même secteur d’activité, permettant à ceux-ci de s’entraider et parfois d’obtenir l’aide d’un expert ; dans certains cas, les membres engagent même leur propre agronome. Bien qu’il n’existe pas encore de programme complet en agriculture biologique, au Québec certains Cégeps, les Instituts de technologie agroalimentaire, le Centre paysan, et quelques universités offrent des cours ou ateliers sur la production biologique. Certains producteurs choisissent aussi d’effectuer un stage (parfois à l’étranger), afin de parfaire leurs connaissances sur un domaine très spécifique, tel la transformation à la ferme.

  • 8  Bien que cette attitude soit présente chez la grande majorité des agriculteurs biologiques rencont (...)

14De plus, des rencontres sont organisées par les regroupements ou organismes qui font la promotion de l’agriculture biologique, tels la Fédération de l’agriculture biologique du Québec et ses syndicats de production, Équiterre (dans le cas des fermes partenaires du réseau d’agriculture soutenue par la communauté), l’Union Paysanne biologique, les Semenciers du patrimoine, la Guilde des herboristes, l’Association de biodynamie du Québec, et des coopératives locales. Des visites de fermes, des réunions, des foires et des ateliers ponctuels présentent donc des occasions de faire la connaissance d’autres producteurs dans le domaine et d’échanger des « trucs ». Une productrice laitière affirme « On s’entraide beaucoup, je pense que c’est typique à l’agriculture biologique… parce qu’on est tellement peu, puis il y a tellement peu de ressources qui peuvent nous donner un soutien que ça permet habituellement de s’entraider, d’échanger de l’information, discuter des problèmes… » (entrevue 07). Lors des rencontres organisées par Équiterre par exemple, les producteurs maraîchers partagent leurs « bons coups et mauvais coups », donnent les noms des cultivars les mieux réussis, commentent les problèmes vécus par l’un et l’autre, et s’informent des techniques de semis, de repiquage, de sarclage, et de contrôle des insectes ravageurs. Cet esprit de partenariat est «comme un genre de grosse famille qui essaye. On essaye tous ensembles… Ce n’est pas une compétition. D’abord le marché est loin d’être envahi, puis il y a de la place en masse. » (entrevue 06).8

15Les ressources écrites font également partie de ces réseaux « formels » ou organisés et sont mises à profit à des degrés très divers selon les individus. Le réseau en ligne du MAPAQ, Agri-réseau, via sa section biologique, agit comme un lieu d’échange permanent entre producteurs, rendant disponible de l'information de nature scientifique et technique sous forme d’articles de vulgarisation, de fiches techniques, de statistiques, ou de rapports de recherche. La publication de l’Union des Producteurs Agricoles, La Terre de Chez Nous, présente parfois (mais pas souvent) des articles portant sur l’agriculture biologique, et deux fois par année inclut un supplément appelé Bio-Terre de Chez Nous. L’Union Paysanne publie un journal bimensuel ainsi qu’un bulletin de sa section biologique. Mais la seule revue dédiée spécialement à l’agriculture biologique au Québec est Bio-bulle, une publication mensuelle contenant des articles sur l’agriculture, l’alimentation, et l’écologie, et parfois des textes de réflexions. On y trouve également des profils de fermes et d’individus qui contribuent à créer un sentiment de communauté et de lien entre les acteurs du domaine « bio ».

Dimension sociale des échanges de savoirs

16Cependant, ces liens ne dépendent pas uniquement des organisations, écoles,  publications, clubs et rencontres (dont un grand nombre ont été créés par les agriculteurs eux-mêmes pour répondre à leurs besoins). En dehors de ces lieux, chacun bâtit son propre réseau à travers ses liens personnels, appelant un autre producteur qu’il a déjà rencontré ou dont il a entendu parler. En fait, il s’agit souvent du premier réflexe lorsqu’on fait face à un problème. Les apprentissages des uns et des autres circulent ainsi dans des échanges horizontaux informels entre agriculteurs, qu’ils soient proches ou plus éloignés géographiquement et socialement. De plus, de nombreux agriculteurs biologiques reçoivent des stagiaires ou des volontaires qui travaillent sur la ferme en échange d’enseignements sur la pratique de l’agriculture. Dans certains cas il s’agit d’une véritable relation de mentorat, permettant à un futur agriculteur d’apprendre le métier, et impliquant parfois même le prêt d’un terrain pour qu’un jeune agriculteur qui n’a pas les moyens d’acheter une ferme puisse faire des expériences et démarrer un projet de production.

17Ceux qui ont des contacts directs avec des clients transmettent d’autres types de savoirs, cette fois vers ceux qui consomment. Dans cette étude, vingt-deux sur trente-huit des individus et couples rencontrés ont un lien direct avec au moins une partie de leurs clients ; seuls les producteurs laitiers et certains éleveurs ne voient jamais les gens qui mangent leurs produits. Les partenaires des « paniers bio » dans le réseau de l’agriculture soutenue par la communauté font un travail d’éducation et de sensibilisation en fournissant des recettes et renseignements sur les fruits et légumes de la semaine, sur les façons de les préparer et de les conserver, et en invitant leurs clients à des journées de corvées sur la ferme où des citadins sont sensibilisés au travail agricole et aux réalités de la vie rurale. « Ils sont très impliqués parce que quand je fais le panier je leur donne une feuille d'information sur le jardin, puis ils me demandent toujours des nouvelles… L'information c'est la plus belle chose que je peux faire à l'entreprise et à eux autres aussi parce que là ils voient comment ça se passe, les problèmes que j'ai à chaque semaine, le temps que ça prend pour faire telle chose. » (entrevue 02). Cependant, ces aspects du travail éducatif et de sensibilisation peuvent être également source de frustration ou de stress. Accepter de laisser des personnes sans expérience entrer dans ses champs et même aider au désherbage ou aux récoltes exige beaucoup de patience et de confiance. « C'est énervant avoir beaucoup de personnes dans ton champ qui travaillent puis que ce n'est pas la qualité que tu veux. » (entrevue 02). On trouve donc des solutions pratiques à ces petits problèmes (qui peuvent devenir gros si on perd une récolte), et la plupart choisissent malgré tout de continuer à recevoir des clients, partenaires, volontaires ou stagiaires sur la ferme.

Dimension idéologique des savoirs en agriculture biologique

18Pourquoi les agriculteurs favorisent-ils le partage de savoirs? En plus de constituer une aide ponctuelle et parfois bien nécessaire, l’éducation correspond à leur conviction de participer à un changement de société. Pour la plupart des agriculteurs biologiques, cultiver et élever en régie biologique est bien plus qu’une décision pratique ou monétaire. L’agriculture biologique fait bien souvent partie d’une vision du monde qui incorpore des aspects éthiques tels le respect des processus naturels dans les sols, les plantes et les animaux, et le parti pris en faveur d’un mode de vie plus écologique, plus sain, et moins axé sur la consommation. En d’autres mots très à la mode, ils ont choisi la « simplicité volontaire » et en font la promotion auprès des personnes qui les entourent. Les savoirs, les pratiques et l’éthique sont donc indissociables. Une connaissance approfondie du vivant -- la vie des insectes, l’activité microbienne dans les sols, le rôle de la biodiversité dans la préservation de la diversité génétique sur la planète, les dimensions affectives de la vie des animaux, l’interaction entre les oiseaux et l’équilibre dans l’écosystème, et tant d’autres dimensions de la vie -- implique forcément une réflexion éthique sur la « moralité » de différentes pratiques, et oriente donc des décisions concrètes dans les activités quotidiennes (Richardson 2005).

19C’est ici que l’on s’aperçoit que le développement de savoirs locaux implique un processus de « re-cognition » (Hassanein et Kloppenburg 1995). On doit re-connaître la réalité, non seulement à travers les lectures et l’intégration d’informations précises (des processus intellectuels), mais en entrant en lien avec le vivant à travers tous ses sens. Les savoirs s’élaborent donc non seulement en étudiant, mais en touchant au sol, en sentant le compost, en observant le degré d’éclosion d’une fleur, en percevant les différences dans le vent d’un champ à un autre, en apprenant à sentir lorsque le tracteur tire trop en sarclant, bref à travers un engagement pratique avec les éléments de l’environnement, y inclus les outils agricoles. Les compétences s’acquièrent en faisant, en travaillant, en raffinant les techniques et en affinant ses capacités de perception avec tous ses sens, mais aussi avec son intuition et, pour certains, la capacité à percevoir l’invisible. Les savoirs incorporés ainsi acquis sont fortement localisés et donc difficilement transmissibles en dehors d’un contexte pratique.

20La dimension idéologique, on le voit, est intimement articulée aux aspects organisationnels et pratiques dans l’élaboration des savoirs locaux, car la compréhension du monde est restructurée par les idéologies. Ainsi, les agriculteurs biologiques ont une attitude très différente envers la production et la rentabilité, et le succès de la ferme. Ils favorisent davantage la baisse des coûts de production que l’achat d’équipement toujours plus performant et plus onéreux. Ils mettent davantage l’accent sur ce qu’ils ont appris au cours de la saison et qui les aidera à être plus efficaces, et sur ce qu’ils espèrent pouvoir accomplir l’année suivante. Ils valorisent l’autonomie, le fait d’être leur propre patron, de pouvoir consommer leurs propres produits (chose rare chez certains autres producteurs agricoles), de maîtriser leur marché, de fabriquer des produits à valeur ajoutée, et de demeurer moins dépendants de l’extérieur. Pour ceux qui ont converti une ferme conventionnelle en une ferme biologique, « changer ce qu’il y a à l’intérieur de la tête, la façon de voir l’entreprise, puis la façon de voir l’agriculture, c’est fondamental. » (entrevue 07). Souvent cette décision est un choix en faveur de la qualité de vie et la santé, qu’elle soit la leur propre, ou celle de leur milieu social ou de l’environnement, les trois étant liés dans leur conception du monde. Un souci pour l’état de la planète et un désir d’y apporter des solutions concrètes, ou du moins de modeler une alternative possible, animent les choix des agriculteurs et agricultrices biologiques (Richardson à paraître).

  • 9  Ma traduction peut-être maladroite de « knowledge commons ».

21La génération et l’échange de savoirs locaux, c’est-à-dire le partage, la coopération et la mise en commun des savoirs constituent une façon de créer un changement social en dehors des lieux de pouvoir institutionnel. Certains auteurs comparent cette mise en commun aux régimes de propriété commune par lesquels les ressources naturelles (telles les terres de pâturage, les forêts publics, les systèmes d’irrigation ou de distribution de l’eau) sont utilisées à des fins de subsistance par différentes communautés. Dans le cas de constructions humaines coopératives qui protègent ou facilitent l’accès universel au bien commun du savoir, on parle de savoirs communaux (ou savoirs en propriété commune)9 transmis généralement via l’éducation public, les cercles d’apprentissage, ou les clubs d’encadrement et visites informels tels que cités ci-haut. Ces savoirs ne sont pas privatisés, emballés ou vendus à profit ; ils font partie des ressources communes qui soutiennent les individus et les communautés partout à travers le monde (Sumner 2005). Différentes instances, dont les réseaux informels entre agriculteurs biologiques, résistent actuellement à l’enclosure de ces savoirs communaux par de grandes entreprises et des institutions d’enseignement. Sumner affirme qu’un des moyens de résistance consiste à créer des liens avec d’autres producteurs de savoirs. Pour ce faire il faut comprendre que le savoir est produit socialement et peut l’être par n’importe quel groupe de personnes. Elle dit :

“Understanding that knowledge is socially produced changes the way people relate to it, and changes the way they relate to those who have the power to control it.  No longer merely the purview of experts (including academics) or the private property of transnational corporations, knowledge can emerge from many locations.  Reaching out and forming alliances with the larger community makes the knowledge that is produced rich and varied, creating a kind of epistemic diversity that challenges the packaged homogeneity of commodified knowledge.” (Sumner 2005)

22Ces visions alternatives et approches éthiques sont ancrées dans une perspective qui vise à travailler avec le vivant au lieu de le contrôler. Ainsi, les agriculteurs biologiques sont prêts à perdre une partie de leur récolte plutôt que d’introduire des produits toxiques dans l’environnement ; ils insistent sur une compréhension des processus de l’écosystème plutôt que l’éradication des éléments qui nuisent à la production ; ils diversifient les espèces en présence afin de favoriser la santé de l’ensemble ; ils rejettent de façon absolue l’utilisation des organismes génétiquement modifiés ; et ils expérimentent avec de nouvelles techniques respectueuses des processus écologiques. Cette éthique du vivant est en rupture avec la vision dominante des relations entre l’humain et la nature (les non-humains). Une « re-cognition incarnée », c'est-à-dire une vision et une compréhension nouvelles basées sur une pratique qui passe par le corps, est une condition du développement des savoirs locaux, de la revitalisation des savoirs anciens et de la mise en œuvre de savoirs scientifiques. Ces savoirs servent de base aux orientations politiques et philosophiques qui à leur tour influencent le mouvement social pour l’agriculture biologique et l'engagement de la société civile (Vos 2000, Hassanein et Kloppenburg 1995). Les agriculteurs biologiques nous apparaissent comme des acteurs centraux dans le changement de notre attitude envers l’environnement, changement que Bateson considérait essentiel afin de trouver des solutions à la crise écologique qui ne devient que plus évidente à chaque jour.

Haut de page

Bibliographie

Appadurai, A., 1996, Modernity at Large. Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis: University of Minnesota Press.

Bateson, G. (1995 [1972]), Vers une écologie de l’esprit, Éditions du Seuil, Paris.

Berkes, F., 1993, « TEK in Perspective », J. Inglish, (dir.), TEK: Concepts and Cases, International Program on TEK, International Development Research Center, Ottawa.

Carson, R., 1962, Silent Spring, Houghton Mifflin, Boston.

Dortier, J-F., 2003, « L’intelligence au quotidien », Sciences Humaines, 137: 18-21.

Ellen, R. et H. Harris, 2000, « Introduction » Indigenous Environmental Knowledge and its Transformations, R. Ellen et H. Harris (dirs.), Overseas Publishers Association.

Escobar, A., 1999, « After Nature: Steps to an Antiessentialist Political Ecology », Current Anthropology, 40, 1: 1-30.

Hassanein, N. et J. R. Kloppenburg, Jr., 1995, « Where the Grass Grows Again: Knowledge Exchange in the Sustainable Agriculture Movement », Rural Sociology, 60, 4 : 721-740.

Ingold, T., 1996, « Hunting and gathering as Ways of Perceiving the Environment » R. Ellen et K. Fukui, (dirs.), Redefining nature. Ecology, Culture and Domestification. Berg, Oxford, Washington D.C.

Jones, G. (dir.), 1993, Agriculture and the Environment, Ellis Horwood, NewYork.

Kloppenburg, J. Jr., 1991, « Social Theory and the De/Reconstruction of Agricultural Science: Local Knowledge for an Alternative Agriculture », Rural Sociology, 56, 4 : 519-548.

Le Pape, Y. et J. Rémy, 1988. « Agriculture biologique: unité et diversité », M. Jollivet (dir.), Pour une agriculture diversifiée, Collection Alternatives Rurales. Éditions L'Harmattan, Paris.

Lyons, K. et G. Lawrence, 1999, « Alternative Knowledges, Organic Agriculture and the Biotechnology Debate », Culture & Agriculture, 21, 2.

Maffi, L. E. (dir.), 2001, On Biocultural Diversity. Linking Language, Knowledge and the Environment, Smithsonian Institution Press, Washington & London.

Merculieff, L., 2002, « Linking Traditional Knowledge and Wisdom to Ecosystem Based Approaches to Research and Management: Supporting a Marginalized Way of Knowing », J. R., Stepp, F. S. Wyndham, et R. K. Zarger (dirs.), Ethnobiology and Biocultural Diversity. Proceedings of the Seventh International Congress of Ethnobiology, The International Society of Ethnobiology, 523-531.

Morin, F., 2002, « Les menaces du développement », Relations, 677 : 12-15.

Nabhan, G. P., 1989, Enduring Seeds. Native American Agriculture and Wild Plant Conservation, North Point Press, San Francisco.

Nazarea, V. D. (dir.), 1999, Ethnoecology: Situated Knowledge/Located Lives, University of Arizona Press, Tucson.

Parajuli, P., 2001 « Learning from Ecological Ethnicities: Toward a Plural Political Ecology of Knowledge » J. A. Grim, (dir.) Indigenous Traditions and Ecology. The Interbeing of Cosmology and Community, Harvard University Press, Cambridge, MA, 559-590.

Plumwood, V., 2002, Environmental Culture. The Ecological Crisis of Reason, Routledge, London & New York.

Ravet, J-C., 2002, « L'industrialisation de la campagne. Entrevue avec Hugo Latulippe », Relations, 677 : 16-20.

Raynolds, L. T., 2000, « Re-embedding global agriculture: The international organic and fair trade movements », Agriculture and Human Values, 17 : 297-309.

Reveret, J-P., J. Pelletier et H. Boudier, 1981, « De l'agriculture conventionnelle à l'agriculture écologique vers un nouveau paradigme », Sociologie et sociétés, 23, 1 : 49-62.

Richards, P., 1993, « Cultivation: Knowledge or Performance? » M. Hobart (dir.) An Anthropological Critique of Development, Routledge, London, 61-78.

Richardson, M., 2005, « The Moral Ecology of Organics » conference présentée lors du Guelph Annual Conference on Organic Agriculture, janvier 2005.

Richardson, M., « Pratiques de responsabilité et savoirs incarnés : l’agriculture biologique au Québec » à paraître dans Éthique Publique.

Shiva, V., 1993, Monocultures of the Mind. Perspectives on Biodiversity and Biotechnology, Zed Books, London & New Jersey.

Sumner, J., 2005. « Keeping the Commons in Academic Culture: Protecting the Knowledge Commons from the Enclosure of the Knowledge Economy.» In Adrienne S. Chan and Donald Fisher (dirs.), Transformation of Academic Culture: Capital Accumulation and International Compeitiveness. Vancouver: UBC Press.

Sumner, J., 2004, « Value Wars in the New Periphery: Sustainability, Rural Communities and Agriculture » Agriculture and Human Values, à paraître.

Tolley, C. 2001, « Question de la formation et de la transmission des savoir-faire chez les bergers de Provence », site web de l’Association d’anthropologie Méditerranéenne (http://adam.mmsh.univ-aix.fr).

Vos, T., 2000, « Visions of the middle landscape: Organic farming and the politics of nature », Agriculture and Human Values, 17: 245-256.

Wyndham, F. S., 2002, « The Transmission of Traditional Plant Knowledge in Community Contexts: A Human Ecosystem Perspective” J. R., Stepp, F. S. Wyndham, et R. K. Zarger (dirs.), Ethnobiology and Biocultural Diversity. Proceedings of the Seventh International Congress of Ethnobiology, The International Society of Ethnobiology, 549-560.Image1

Haut de page

Notes

1  Dans le domaine agricole il y a aussi l’agriculture durable, organique, biodynamique, regénérative et la permaculture par exemple. Dans le domaine alimentaire on peut penser au mouvement pour l’alimentation naturelle, le végétarisme, le mouvement pour les droits des animaux, et autres.

2  « Indigenous Knowledge Systems » ou IKS.

3  « Traditional ecological knowledge » ou TEK.

4  Il s’agit d’une recherche doctorale en cours au département d’anthropologie à l’Université Laval. Le titre du projet est « Pratiques, savoirs et éthique du vivant : le cas des agriculteurs biologiques au Québec ». J’ai bénéficié d’une bourse du Fonds de recherche sur la société et la culture (2002-2005) et d’une bourse de soutien à la recherche du Fonds Georges-Henri-Lévesque pour l’étape de recherche sur le terrain.

5  Ce terme est un néologisme crée par Arjun Appadurai pour décrire les flux globaux non pas de biens matériels, mais dans ce cas d’idées, d’images et d’idéologies entre cultures et lieux distants les uns des autres.

6  Il faut noter cependant que l’analyse de l’ensemble des données n’est pas terminée. Ce texte est donc basé majoritairement sur les dix premières entrevues, intégrant des impressions des trente autres, ainsi que des publications et écrits pertinents. Il s’agit donc d’une première approche du sujet à élaborer davantage au fil de l’analyse.

7  Ces dimensions sont inspirées du travail de F.S. Wyndham (2002) sans les reproduire exactement.

8  Bien que cette attitude soit présente chez la grande majorité des agriculteurs biologiques rencontrés, on ne peut pas en faire une règle. Par exemple, dans la culture de plantes médicinales, l’intérêt de grandes compagnies, pharmaceutiques entre autres, crée un climat de plus grande méfiance face à l’échange de savoirs. Les plus petits producteurs ont davantage tendance à garder pour eux les techniques et les connaissances acquises au fil des années, souvent au prix d’un travail acharné et sans soutien officiel.

9  Ma traduction peut-être maladroite de « knowledge commons ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mary Richardson, « À la recherche de savoirs perdus? Expérience, innovation et savoirs incorporés chez des agriculteurs biologiques au Québec », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 6 Numéro 1 | mai 2005, mis en ligne le 01 mai 2005, consulté le 24 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/2926 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.2926

Haut de page

Auteur

Mary Richardson

Doctorante en anthropologie, Université Laval, Québec (Québec) G1K-7P4, Canada, mryrchrdsn@yahoo.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search