Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesLectures2021L’archipel des métamorphoses. La ...

2021

L’archipel des métamorphoses. La transition par le paysage

Marseille, Parenthèses, 2019
Jean-Pierre Husson
Référence(s) :

Bertrand Folléa, 2019, L’archipel des métamorphoses. La transition par le paysage, Marseille, Parenthèses, collection Une nécessité du paysage, 123 p.

Texte intégral

1La transition relève du passage d’un état vers une situation différente de la précédente. Elle « suppose un nouveau rapport à l’espace » (p. 101). Elle peut être un changement désiré, « un mode de penser et d’agir » (p. 115). Le corrélat de ce constat est la nécessaire adaptation aux évolutions, quoi qu’il coûte. L’anthropocène alourdit considérablement cette question et peut véhiculer une dimension anxiogène au sujet (« vivre sur la sellette », p. 11). Le livre aurait sans nul doute varié dans son contenu s’il avait accompagné l’actuelle pandémie. Il a été écrit juste avant. Le sujet interpelle l’urbaniste et le paysagiste.

2Bertrand Folléa nous offre un essai pertinent, personnel et libéré (« un petit pas de côté pour s’effacer du flux quotidien », p. 5) pour aborder une litanie de questions à recadrer dans une approche systémique du territoire. Le paysage est rassembleur. Son étude encourage la transversalité, invite à innover. Portant en lui les transitions, il sert de miroir pour formuler des interrogations globales et contemporaines. L’auteur enseigne dans les écoles du paysage de Versailles, Marseille et Blois. En 2016, ses travaux ont été couronnés par le Grand Prix national du paysage. Son expérience est faite d’intrications entre ce que font le paysagiste et l’aménageur, en reliant le projet, le processus et la décision. L’agence Folléa-Gautier travaille à de nombreux dossiers d’urbanisme. Elle aide les collectivités et produit également des atlas de paysage. À son récent actif, le plan de gestion Unesco de la baie du Mont-Saint-Michel (2019) ou l’évolution des paysages de la Déodatie (Vosges, 2020).

3Dans ce livre, l’auteur pose des questions dérangeantes, exprime ses inquiétudes, voire ses colères face au peu de crédit apporté à l’entrée paysagère dans la réalité des aboutissements des aménagements. Cependant, passionné par son sujet, il apporte aussi de l’espoir et accorde une note de poésie pour faire partager son propos. La métaphore de l’archipel (iles-villes et ilots-villages, p. 108) figure dans le titre et confirme notre appartenance à des espaces solidaires, tissés, en synapses et discontinuités. Le texte est porté par des interrogations souvent indisciplinées, en tenant compte de la flexibilité attendue pour s’adapter aux transitions qui nous assaillent. Le monde change vite et en tous sens. Nourri par ses expériences du terrain, l’auteur cherche à rapprocher, intriquer, mettre ensemble la technicité qui bouleverse la lente sécrétion des paysages anthropisés avec un net engagement en faveur de la poésie des lieux, des mises en récit nécessaires au renouvellement pour afficher autrement la polyphonie des territoires. Il affectionne les lieux sensibles, bien commun par excellence pour déclencher trois actions: parler, rêver, agir sur les paysages, et à la suite de cela chanter, danser, exprimer notre joie de vivre. Déranger, sortir des chemins balisés, exprimer la créativité et l’audace sont sollicités pour renouveler nos approches paysagères dans un essai court, généreux, stimulant pour l’esprit, roboratif pour qui se penche sur le couple aménager/ménager.

4Folléa dénonce l’amnésie, l’inculture, et de facto le trop peu d’intérêt porté aux externalités positives portées par des cercles vertueux, avec la réintroduction de l’humain dans la logique de développement (Vachon, 1993). Pour l’auteur, le paysage est levier, prétexte, objet partagé pour aborder le pari d’une transition urgente annoncée et alertée par la répétition des dysfonctionnements climatiques. Ce livre envisage d’emprunter des chemins bifurqués pour s’adapter en partageant du plaisir à la fois anxieux et décalé. Il faut aussi s’offusquer des rétentions et refus qui aboutissent au renvoi systématique de la question paysagère dans les non-priorités. Le ton est donné, à la fois révolte, désabusement, impertinence et inquiétude face à un sujet grave, peu pris en compte. Dans ses actuels traitements, la question paysagère s’effiloche entre le point de départ énoncé et sa concrétisation, comme s’il était secondaire, que l’on méconnaisse « sa dimension rassembleuse, transversale » (p. 10). « Le paysage est un miroir qui reflète les interrogations les plus globales de l’époque » (p. 8). L’ausculter et apporter des remèdes tend à bousculer l’ordre établi. Le paysage est un biais, un support partagé compréhensible par tous pour s’engager, se projeter dans l’avenir à moyen terme. Il alimente l’utopie. Celle-ci est une projection pour entretenir la bonne santé, la reproduction et l’équilibre des systèmes.

5Dans la première partie intitulée « Transition et paysage », cet objet de recherche est associé au cadre de vie, à la dimension relationnelle qu’il représente. Les évolutions paysagères dépendent de nos façons individuelles et collectives d’aborder et respecter la planète, d’appréhender les liens qui intriquent le global et le local dans une démarche citoyenne. Élaborer des espaces sobres et dé carbonés ne relève pas du discours mais d’une impérieuse nécessité. Celle-ci passe par le rejet d’une « énergie facile, fossile, fissile » (p. 15). La sobriété renouvelle le bouquet énergétique et conduit à ré essaimer de la production énergétique de proximité: turbines, panneaux photovoltaïques, éoliennes, etc. présents dans le paysage ; à l’opposé de la très forte concentration qui fut provoquée par l’irruption du nucléaire. Les paysages relèvent du fonctionnement d’un système complexe, englobant, multi paramétré confrontant démographie et question alimentaire, énergie, économie, urbanisme, numérique, etc. (p. 27). Ils ont été fragilisés par la longue période du pétrole bon marché. Trois contresens les ont malmenés: le laxisme, la mise sous protection sans que la création de richesses soit suffisamment encouragée, enfin la confusion entre le paysage et « le paysagement », l’idée de verdir les lieux (p. 35). Amer constat, le paysage reste en marge. Il n’est ni le socle ni le moteur des actions politiques en cours. Pour aller de l’avant, le paysage devrait être abordé dans une double approche systémique et historique, en croisant l’écologie des paysages (Burel et Baudry, 2000) et leur géohistoire capable de nourrir l’épaisseur chronologique de leurs dynamiques. Ce croisement valorise le rôle relationnel et la note sensible des paysages appréciés comme étant « un concept innovant, décapant adapté à la gestion de la transition » (p. 41).

6La seconde partie s’intitule « La transition par le paysage ». Le texte est distribué entre treize items: projet, action, pensée organique, esprit des lieux, culture, langage, reliance, méthode, écriture, lecture, complexité, pensée inclusive. L’auteur y parle d’hybridation, de « créolisation » des paysages (p. 96). Cette démarche est traversière, transversale. Le paysage serait « l’esperanto de l’aménagement » (p. 71). Par souci didactique, Folléa ose une transposition entre le paysage et l’écriture, ce qui permet d’aborder, la forme, la grammaire, les détails du paysage. Ce bien commun reste une cause à défendre. Sa lecture et sa compréhension font coexister quatre échelles. Le territoire en est la charpente. La grammaire s’exprime au niveau du site. Le lieu ménage des points d’attache, des sortes de conjonction de coordination associant ses éléments. L’objet donne la lisibilité. L’ensemble trouve sa qualité dans le soin accordé aux détails. À ces différentes échelles, il faut ajouter et réhabiliter la dimension domestique. Le paysage ordinaire se vit au quotidien. Le projet de paysage est choix de vie ancré dans le concret et le local, en incluant les traces, les tissages anciens: les palimpsestes étudiés par les archéologues. Il se raconte, s’écrit en récit où prennent place la beauté et la poésie. Il sert des aménagements renouvelables, mobiles, audacieux, éloignés de l’étude d’impact actuellement encadrée par trois verbes restrictifs: éviter, réduire, compenser (« ERC », p. 52). Avec ces verbes, l’aménagement deviendrait une faute. La réalité est autre. Aménager signifie répondre aux besoins des ménages tout en ménageant le bien fonds dont nous ne sommes que les usufruitiers. Aménager accompagne le vivant, s’accorde à préserver des interfaces (rivages, berges, lisières, trames, ourlets et coutures de toutes sortes, etc.). Évasion et respiration siéent bien aux ambitions d’aménager de façon prudente, en dessinant des cycles doux, des circuits enchevêtrés mais lisibles. Pour atteindre cette ambition, l’élu devient chef d’orchestre. Il anime la gouvernance démocratique. Il joue la carte de la « reliance » (p. 73), autrement dit de l’expression sensible dans la relation des hommes avec la confiance accordée à leur territoire. Le paysage met en liance. Ce « système médiateur » (p. 75) rapproche les intentions des passés, la force du présent et les désirs de futurs possibles. Cette mobilité va dans le sens des jardins en mouvement dessinés par Gilles Clément. Le paysage doit marier, abouter, rassembler. Aussi faut-il dénoncer le zonage et aborder son remplacement par des transitions, des boutures. L’idée est de conforter nos cadres de vie, d’y valoriser l’association des contraires: le vertical et l’horizontal, le fluide et le rigide. Dans une logique inclusive, pragmatique, relationnelle et sensible, le paysage rapproche l’objet et le site. Dans ce contexte, la pensée binaire doit laisser la place à la démarche alternative déclinée dans des possibilités variées à traduire dans l’usage de la conjonction de coordination « ou bien ».

7Ce livre engagé plaide pour sortir le paysage de la relative marginalité où il est relégué. En dépassant les barrières disciplinaires, cet ouvrage inspire et apporte du tonus à tous ceux qui s’impliquent dans des démarches territoriales. Le contexte de transition doit être abordé comme une aubaine afin de requalifier la place du paysage. Réfléchir puis réussir la transition paysagère relève du changement désiré, sous réserve de faire évoluer nos comportements. Nos rapports à l’espace concernent désormais des archipels pratiqués, investis sur de vastes échelles, que les lieux soient vécus, perçus ou même rêvés. Folléa résume sa pensée dans cette jolie expression « Composer le rivage, ménager le passage, organiser la transition, c’est faire paysage » (p. 111).

Haut de page

Bibliographie

Vachon, B., 1993, Le développement local. Théorie et pratique. Québec, Gaëtan Morin éditeur, 331 p.

Burel, F., J. Baudry, 2000, Ecologie du paysage. Concepts, méthodes, applications, Paris, Lavoisier, Tec et Doc, 359 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Husson, « L’archipel des métamorphoses. La transition par le paysage », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, 2021, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/29321

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Husson

Jean-Pierre Husson, professeur émérite de géographie, laboratoire LOTERR, EA 7304, Université de Lorraine, France, courriel: Husson18@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search