Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 33Conflits halieutiques en mer de C...

Conflits halieutiques en mer de Chine du Sud : impacts sur la gouvernance maritime

Eric Frécon

Résumés

L’Asie du Sud-est et la Chine font face à une baisse des stocks de poissons alors que la ressource halieutique constitue le principal apport en protéines des populations riveraines. C’est dans ce contexte que la pêche illégale se développe. Celle-ci pose aussitôt la question de la gouvernance pour tenter de réguler ce fléau, tandis que grandes et petites puissances se font concurrence dans la zone (disputes territoriales, luttes d’influence autour des normes, etc.), à l’échelle aussi bien locale, régionale que supra-régionale. Les relations internationales proposent deux grilles de lectures susceptibles de démêler les enjeux. Celle réaliste met en lumière les intérêts parfois cachés derrière la lutte contre la pêche illégale et le recours au rapport de force, essentiellement bilatéral, comme en Indonésie ou en Chine – en écho à l’idée de «  sécuritisation  » développée par Barry Buzan. Néanmoins, à travers l’action conjuguée, par le bas, d’acteurs multilatéraux et souvent non étatiques, spécialisés plutôt que généralistes, une approche plus libérale, fondée sur la coopération, pourrait progressivement émerger. Il est temps puisque déjà d’autres fléaux risquent de porter atteinte à la «  sécurité humaine  » des populations, telle que définie par les Nations unies dès 1994.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Parfois, il arrive que les textes académiques désertent les bibliothèques pour s’aventurer sur le champ diplomatique. Tel a été le destin de la Fin de l’histoire et le dernier homme (Fukuyama, 1992) ainsi que de L’anarchie en marche (Kaplan, 1994). Le premier ouvrage, nimbé de l’optimisme post-Guerre froide dans une veine hégélienne, a conforté l’administration Clinton (1992-2000) dans sa politique de diffusion de la démocratie (democratic enlargement) ; quant à la sortie du second, beaucoup plus sombre et portée vers le futur, elle a correspondu avec la publication d’un rapport du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) sur le développement humain et dont le deuxième chapitre jeta les fondations conceptuelles de la sécurité humaine (UNDP, 1994). Bertrand Badie, professeur émérite de relations internationales à Sciences Po, n’a pas hésité à qualifier cette avancée de majeure, voire principale, lors du siècle passé. Cette définition de la sécurité replace l’individu au cœur des relations internationales. L’objectif est de le libérer de la peur et du besoin (freedom from fear, freedom from want). À cette fin, sept critères sont déclinés : sécurité alimentaire, sécurité communautaire, sécurité économique, sécurité environnementale, sécurité personnelle, sécurité politique et sécurité sanitaire.

  • 1 Défini comme «  l’ensemble des institutions, des règles et des acteurs qui concourent à la vie et à (...)

2La mer et les populations côtières ont toute leur place dans cette grille de lecture. En témoigne la question de la pêche, qui recoupe aussi bien les questions alimentaires et environnementales que politiques (voire diplomatico-militaires) ou encore personnelles (comme pour les esclaves birmans à bord des flottes thaïlandaises). Pour répondre à ces défis, la question de la gouvernance1 doit être posée. Plus exactement, quel modèle serait le mieux à même d’assurer et de sécuriser un apport en protéines venu de la mer, sans pour autant impacter l’environnement et les rapports de force du moment  ? Pour y répondre sous l’angle de la science politique, il convient de mettre en lumière les travaux de plus en plus nombreux sur sécurité et environnement – et repris à son compte avec grand intérêt au sein de la Direction générale des relations internationales et de la stratégie (DGRIS) du ministère des Armées français. Judith Hardt revient sur les quatre phases de développement de ce nouveau champ : tout d’abord à la fin de la Guerre froide, sous l’impulsion du Pentagone ; puis sous l’influence de Thomas Homer-Dixon, qui s’est concentré sur l’origine environnementale des conflits ; ensuite, avec les nouvelles formes de coopération ou de pacification comme principal axe de recherche. La dernière tendance, depuis 2007, «  étudie les origines climatiques de la conflictualité armée, mais aussi dans la gouvernance internationale des conflits  » ; elle s’appuie précisément sur l’idée de sécurité humaine (Estève, 2020).

  • 2 Birmanie (ou Myanmar), Brunei Darussalam, Indonésie, Cambodge, Laos, Malaisie, Philippines, Singapo (...)
  • 3 Dont 13,5 % de Taiwan, 7,5 % du Vietnam, 6,8 % des Philippines et 5,3 % de Chine (Sumaila, et Cheun (...)
  • 4 Chiffres cités et commentés par les professeurs Maria Carmen Alba Lagman (protozoologiste) et Jay B (...)

3Il paraît possible de contribuer à ce débat à deux niveaux : d’une part au niveau des conséquences des conflits et non pas seulement des causes ; d’autre part, au niveau des conflits dits «  hybrides  », c’est-à-dire mêlant guerre «  majeure  » ou conventionnelle et «  guerre mineure  » (stratégie indirecte, guérilla à terre ou en mer, recours à des milices) selon les termes du général Beaufre, stratège française de la Guerre froide. À cette fin, la mer de Chine méridionale a été choisie comme cadre géographique. Ce choix permet tout d’abord de mettre en lumière l’Asie du Sud-est, longtemps éclipsée par les mondes indiens et chinois. Cette région retrouve son poids géopolitique au cœur des débats liés à l’Indo-Pacifique, en tant que sas maritime et point de passage obligé. Sur la base des dix États membres de l’ASEAN (Association of Southeast Nations) créée en 19672, il s’agit aussi de 642 millions d’habitants, à l’origine d’un PIB (produit intérieur brut) de 2 766 milliards de dollars – contre 2 583 en France (ASEAN Secretariat, 2018). Ensuite, pour précisément contribuer aux travaux sur sécurité et environnement, il s’avère que l’approche multiscalaire permet d’y identifier des considérations aussi bien stratégiques et militaires que locales et socio-économiques. En effet, son pourtour maritime fait d’une part l’objet de disputes. Les États riverains doivent y faire face aux ambitions chinoises, parfois avec l’aide des États-Unis, et de plus en plus avec l’implication de puissances dites moyennes ou de second rang, qu’elles soient périphériques (Australie, Inde, Japon, tous membres du Quad ou Quadrilateral Security Dialogue avec les États-Unis) ou bien extérieures à la zone (Canada, France, Royaume-Uni). D’autre part, la pêche illégale, plus ou moins dirigée par les États, devient elle aussi un enjeu majeur à cause des pressions démographiques croissantes, au-delà des hydrocarbures, difficilement exploitables, et des passages de sous-marins en eaux profondes. Cette mer de 3,8 millions de km², comparée à la mer Méditerranée par des historiens comme Denys Lombard ou des géographes comme Yves Lacoste (Gipouloux, 2009), donne lieu à 12 % des prises de poisson dans le monde. Elle abrite quelques 3 365 espèces de poissons répartis en 263 familles ; elle est sillonnée par 55 % des bateaux de pêche de la planète (soit 1,72 million)3, 80 % d’entre eux étant de petite taille (inférieurs à 12 mètres) ; il est vrai que la pêche industrielle ne s’y est développée qu’à partir des années 1960 : aussi les artisans-pêcheurs demeurent-ils très majoritaires ; des prises évaluées au total à 22 milliards de dollars seraient débarquées chaque année ; il s’agit essentiellement de thons (listao, mignon), de maquereaux frégate, de bonites, de sardines et de carangues. Environ 190 millions d’habitants vivent dans les zones côtières et l’industrie de la pêche emploie 5,4 millions de personnes, bien qu’il faille prendre ce chiffre avec prudence4 : à titre d’exemple, entre 1950 et 2006, le nombre de pêcheurs locaux au Sabah, en Malaisie, était trois fois plus important que celui officiel à cause de ceux opérant sans licence (Sumaila, Cheung, 2015). Enfin, au Vietnam, entre autres, le secteur de la pêche pèse 3 % du PIB (DeRidder et Nindang, 2018). Or, tandis que le poids économique et biologique de la mer de Chine méridionale s’avère indéniable, les stocks de poissons ne cessent de décliner. L’impact s’annonce donc de taille non seulement pour les industries liées, mais aussi pour les populations.

  • 5 Enquête de terrain dans les archipels des Anambas et des Natunas (Indonésie) en 2002, 2003, 2006 et (...)

4La pêche illégale est directement pointée du doigt. Ici, il ne sera pas question de pêche non durable ou de produits de la pêche échappant aux populations du littoral – sur le même mode que l’accaparement des terres, à cause des poissons pélagiques transformés en farine pour des fermes aquacoles à l’étranger. Nous retiendrons surtout les cas de pêche dite «  INN  », c’est-à-dire non seulement «  illégaux  », stricto sensu (menés par des navires qui opèrent dans les eaux placées sous la juridiction d’un État, soit sans l’autorisation de cet État, soit en violation des mesures de conservation et de gestion), mais aussi «  non déclarés  » (non signalés ou mal déclarés à l’autorité nationale ou à l’organisation régionale de gestion des pêches compétente ou ORGP) et «  non réglementés  » (conduits par des États non membres d’une ORGP possiblement compétente et lorsque ces activités de pêche sont menées d’une manière «  incompatible avec les responsabilités des États en matière de conservation des ressources marines  », FAO, 2021). En Asie du Sud-est, des navires dont les spécifications sont différentes de celles indiquées sur la licence de pêche ; de la pêche dans les eaux en dehors des zones de gestion de la pêche autorisées ou désignées ; de la pêche non autorisée dans une période précise ; des captures d’espèces interdites, protégées ou en danger pour la consommation humaine ainsi que pour les aquariums ; des débarquements de poisson dans des ports non autorisés ; l’utilisation d’engins de pêche interdits et/ou de méthodes destructrices (par exemple, utiliser de la dynamite, des poisons comme le cyanure de sodium ou des filets à très petites mailles)5 ; l’absence de prise en compte des quotas de capture ; la déclaration de volumes et espèces capturées erronée. Notons que ces activités de pêche INN en Asie du Sud-Est sont régulièrement couplées à des activités de trafic d’êtres humains, de trafic de migrants, de drogue et d’armes à feu.

5À la fois en amont et en aval de cette baisse des stocks due à la pêche INN, il faudra s’interroger sur les modes de gouvernance. Dans le cadre de la définition précitée, peuvent par exemple en relever, particulièrement en mer de Chine du Sud : les faibles moyens matériels pour appliquer les mesures de gestion des pêches et protéger les frontières ; les limites maritimes non délimitées ou contestées ; l’incapacité des pays riverains à signer traités internationaux ou accords de gestion des pêches régionaux ; les difficultés de règlement des différends, etc. Certes, l’État semble dans tous les cas faire partie de la solution. Néanmoins, les théories des relations internationales poussent à s’interroger sur son poids et ses arrière-pensées. Si l’école réaliste – préoccupée par le seul intérêt des États et qui ne croit que dans le rapport de force – semble la mieux à même de décrypter les tendances en cours, à l’échelle bilatérale, régionale ou supra-régionale, il conviendra finalement de prendre du recul et de s’inscrire dans le temps plus long. Aussitôt, des perspectives davantage ouvertes sur la coopération, également avec des acteurs non étatiques, se dessineront.

Le poisson, objet de tension, au cœur du rapport de force bilatéral

6Suivant leur instinct réaliste, les États de la région ont tout d’abord décidé de ne compter que sur eux-mêmes – et leur force de frappe – pour gérer la question des pêches. Au premier abord, l’heure ne semble pas être encore à la coopération ou au partenariat avec d’autres acteurs, comme les libéraux pourraient le souhaiter. Depuis les années 1980, l’approche constructiviste, qui tente de réhabiliter la dimension humaine et subjective dans la définition de l’agenda international, permet même d’aller plus loin. Derrière cette protection à tous crins d’une ressource naturelle vitale, comme a pu l’être le pétrole entre autres, poindrait l’idée d’une «  sécuritisation  », telle que développée par Barry Buzan. Il s’agit d’ériger un thème comme menace de premier ordre, par le biais d’un discours bâti à cette fin. Cinq domaines particulièrement propices à ces constructions intellectuelles avaient été identifiés par l’école de Copenhague : économique, environnemental, militaire, politique et sociétal. Le terrorisme fut largement sécuritisé dans les années 2000. Aujourd’hui, ce pourrait être au tour de l’environnement. En découlent des modes de gouvernance favorables en priorité à la manière forte, au risque d’escalade et d’atteinte à la sociabilisation régionale. Le cas indonésien en témoigne, à l’échelle bilatérale.

7La sécurité alimentaire a toujours été une préoccupation de l’Indonésie. Ce fut une fierté de l’ancien autocrate Suharto de pouvoir assurer un bol de riz journalier à ses concitoyens. Le souvenir des crises de 1997 et 2008, combiné à un taux de croissance de la population d’encore 1,13 en 2018 selon la Banque mondiale, malgré une baisse continue (contre 0,2 en France et 1,1 dans le monde), maintient la question d’actualité. En parallèle, lors des campagnes présidentielles de 2014 puis de 2019, le même candidat finalement malheureux – Prabowo Subianto – a poussé son rival et finalement double-vainqueur – Joko Widodo, dit Jokowi – dans une surenchère populiste au fort accent souverainiste. Enfin, néophyte en politique étrangère, le nouveau président a dû assumer, une fois à l’istana (palais présidentiel), l’une de ses promesses de campagnes majeures, bien qu’inspirée par un conseiller sur une table de restaurant, en urgence la veille de débat télévisé contre Prabowo. Elle consistait en la redécouverte de l’identité maritime de l’État archipélagique (Nusantara), jadis foyer de thalassocraties et cités-entrepôts (Lombard, 1990), à travers le Poros Maritim Dunia (PMD ou Pivot maritime mondial).

8L’addition de ces trois considérations a accouché d’une politique de lutte contre la pêche illégale jusqu’ici jamais vue. Le pêcheur illégal est devenu l’ennemi public numéro 1 et un ministère-coordinateur pour les Affaires maritimes fut désigné. Il fallut attendre peu de temps pour que l’homme fort du président, l’ancien général Luhut Binsar Pandjaitan, ne remplace le premier titulaire, preuve du caractère stratégique de ce poste qui recouvrait la pêche. Un ministre dédié a d’ailleurs eu la charge spécifique de ces questions. La dynamique Susi Pudjiastuti, surnommée «  Ibu (Madame) Susi  », fut désignée. Sans attendre, cette femme d’affaires à poigne prit à cœur sa mission lors du premier mandat de Jokowi (2014-2019). Sur le même mode, bien que moins létal, que la guerre contre la drogue de Duterte aux Philippines, elle a traqué, chassé et attrapé une grande quantité de bateaux illégaux ; les comptes étaient régulièrement mis à jour ; et les jours de fête, comme celle de l’indépendance le 17 août, des explosions de ces bateaux étaient organisées. On raconte que de la dynamite était rajoutée à bord des navires pour que les embarcations, une fois ciblées par le canon de la marine, explosassent encore mieux…

  • 6 Un document du ministère de la Défense indonésien indiquait en août 2020 que le budget de la défens (...)

9Jokowi avait estimé l’enjeu à trois milliards de dollars, sans qu’il soit possible de vérifier ou détailler ce chiffre (Arnakim et Shabrina, 2019). Longtemps, cette lutte contre la pêche illégale parut être la seule concrétisation du PMD, même après l’adoption du décret de 2017, censé le préciser. Les Vietnamiens constituèrent la majorité des prises. Toutefois, quelques bâtiments chinois firent aussi les frais du zèle d’Ibu Susi. Loin de s’en remettre par exemple à l’ASEAN – qu’il s’agisse des réunions ministérielles, du Plan contre le crime transnational ou du Forum maritime (AMF) –, elle a ainsi mis en place une force spéciale dédiée à cette lutte, la SATGAS 115. Cette initiative, alors qu’il existait déjà une douzaine d’agences indonésiennes de maintien de l’ordre dédiées à la sécurité et à la sûreté maritimes, toutes régulées par une petite dizaine de lois, interroge. Elle renverrait en réalité à l’idée de sécuritisation. La lutte contre la pêche illégale serait devenue, le temps d’un mandat, un enjeu de sécurité fondamental exigeant des mesures drastiques. Plus qu’un raisonnement découlant de la nature objective du danger, ce thème reposait sur des agendas particuliers, à l’origine de ce processus auprès de l’opinion publique. Tout d’abord, il a été admis que le caractère sensationnel a longtemps pris le dessus sur l’efficacité des mesures. Les cibles étaient souvent faciles et pas forcément les plus dangereuses. Mais l’objectif réel était atteint : marquer le territoire indonésien, reconquérir l’archipel, affirmer la souveraineté du pays et donner une posture à un président qui en manquait. Par la suite, cette lutte contre la pêche illégale n’a été que le théâtre de la rivalité entre Ibu Susi et Luhut qui comptait, pour sa part, sur le Bakamla – Badan Keamanan Laut ou Agence de sécurité maritime (Mamahit, 2020). Cette dernière structure hésite encore entre coordination des agences existantes ou interventions en mer et peine toujours à s’imposer dans le paysage administratif indonésien. Finalement, Ibu Susi n’a pas été reconduite dans ses fonctions lors du second mandat en 2019. Son remplaçant, Edhy Prabowo, verrait à travers cette lutte contre la pêche illégale une possibilité – guère légale – de remplir les caisses de son parti ; précisons que soutenait le camp adverse lors des élections présidentielles de 2019, avant que son candidat, le perdant, ne devienne en fin de compte ministre de la Défense du vainqueur, Jokowi. Similairement, la marine indonésienne a longtemps opéré dans les eaux archipélagiques pour des missions de police – entre autres des pêches – afin de renforcer son maigre budget6, par exemple par le biais d’amendes directement réglées à bord de ses bâtiments (Arif, 2018).

10Cette extrême politicisation de la pêche illégale par Jakarta, qui en fit un problème plus politique et diplomatique que de santé publique, n’a guère contribué à la mise en place d’une gouvernance efficace : ni à l’échelle nationale, où persistent les conflits de personnes autour du Bakamla et l’embouteillage législatif, ni à l’échelle régionale via l’ASEAN (Association of Southeast Asian Nations – Association des nations d’Asie du Sud-est), toujours aussi lourde à manœuvrer, ni même à l’échelle dite «  minilatérale  ». Travailler à ce dernier niveau, de façon pragmatique, entre pays directement touchés et motivés s’était pourtant avéré judicieux à deux reprises ces dernières années : d’une part, contre la piraterie et le banditisme maritime dans le détroit de Malacca, à travers les Malacca Straits Patrols menées par l’Indonésie, la Malaisie, Singapour ensuite rejoints par la Thaïlande ; d’autre part, contre le terrorisme en mers de Sulu-Sulawesi par le biais des Trilateral Maritime Patrols associant Indonésie, Malaisie et Philippines.

11En Chine, il apparaît aussi que les conflits pour les zones de pêches deviennent un enjeu de sécurité nationale. Reste à savoir de quel type de «  sécurité  » il s’agit.

Le poisson, enjeu de puissance, à l’échelle régionale, à partir de la Chine

  • 7 Expression et argument culturalistes popularisés dans les années 1990 par Mahathir et Lee Kuan Yew, (...)

12Comment la Chine envisage-t-elle la gouvernance des questions de pêche aux abords de ses côtes  ? La question est d’autant plus sensible qu’elle concerne une grande puissance aux ambitions plus ou moins inquiétantes et floues. Sans basculer dans aucun extrême, qu’il s’agisse d’impérialisme ou de pacifisme comme indiqué dans la constitution, Pékin fait montre de sa volonté de peser et influencer. S’il ne s’agit pas d’hégémonisme stricto sensu, par manque d’appels des pays voisins et de dimension messianique par exemple, l’idée d’un «  hégémonisme bienveillant  » (Kagan, 1998), sorte de réminiscence des liens tributaires ancestraux, fondé autour de «  valeurs asiatiques  » communes7, peut ici faire sens, surtout le long de voies de la Belt and Road Initiative (BRI – Initiative de la ceinture et de la route, c’est-à-dire par la terre et la mer).

13C’est dans ce contexte qu’il convient d’appréhender la question de la pêche. Certes, la pression démographique dans les zones urbaines du littoral constitue avant tout un défi alimentaire. Néanmoins, il est nécessaire d’également lier ce sujet aux aspects diplomatiques et aux démonstrations de puissance en cours, particulièrement en mer de Chine méridionale. L’heure n’est plus aux conflits ouverts et directs, à cause des exigences sociales (zéro mort) et des interdépendances économiques (dans la lignée de l’«  interdépendance complexe  » mise en lumière par Keohane et Nye dans les années 1970), la Chine doit changer son fusil d’épaule. À la guerre clausewitzienne se substitue une «  guerre hybride  » ou «  diffuse  » au sein de laquelle pêcheurs et garde-côtes ont un rôle à jouer (Pelopidas, Ramel, 2018). Comme ce fut le cas lors de l’idée de «  paix-guerre  » élaborée par le général Beaufre dès 1939 au cours de la Drôle de guerre. Raymond Aron aurait alors peut-être parlé de «  paix impossible, guerre improbable  » ; la notion d’«  ambiguïté stratégique  » fondée sur l’incertitude quant aux moyens et intentions, sur laquelle reposent les défenses israélienne et taiwanaise, en est aussi voisine. Il s’agit en fait d’envoyer des signaux suffisamment forts sans risquer pour autant l’escalade possiblement fatale. Dans ce but, tous les moyens plus ou moins détournés sont bons. La lutte contre la pêche illégale a ainsi pu être instrumentalisée de différente manière.

14Tout d’abord, la Chine procède à de réguliers coups de force pour imposer sa vision du droit de la pêche, à partir de son interprétation du droit de la mer. Sur la carte officielle déposée par Pékin aux Nations unies, neuf tirets (puis onze, dix) englobent entre autres les petites îles et récifs des Paracels et Spratleys avant d’aller recouvrir la zone économique exclusive indonésienne au nord des Natuna. Symbole de l’hybridation en cours, ce sont les garde-côtes qui sont à la manœuvre. Ils ont d’une part été placés sous la tutelle administrative des forces armées en 2018, tout comme la police maritime en 2020 (Koh, 2020). D’autre part, leur tonnage leur permet de rivaliser avec les marines sud-est asiatiques. En guise d’exemple, Pékin vient de mettre à l’eau un bâtiment de garde-côtes de 165 mètres de long, de 10 700 tonnes et capables d’embarquer plusieurs types d’hélicoptères (Ming, 2020). Forte de ces dispositions et équipements, la Chine n’a pas hésité à provoquer ses voisins par pêcheurs et garde-côtes interposés.

15En avril 2012, ses bâtiments ont par exemple barré la route à un navire de guerre philippin qui avait arrêté des pêcheurs chinois en pleine infraction. La scène se déroulait sur le récif contesté de Scarborough. Visiblement, les deux États n’avaient pas la même vision du droit de pêche et, en amont, du droit souverain sur les ressources halieutiques. Depuis, les tensions n’ont jamais réellement disparu. Les Chinois ne se sont jamais retirés du secteur, comme il avait été entendu avec Manille. Pire, en 2014, ils utilisaient des canons à eau contre des pêcheurs philippins ; un an plus tard, ils recommençaient et confisquaient une cargaison. On est ici loin de préoccupations strictement environnementales. En juin 2019, un navire chinois est allé jusqu’à percuter un bateau de pêche philippin autour de Reed Bank, provoquant le naufrage du navire. L’équipage fut récupéré par un bateau vietnamien. Aussitôt ont été pointées du doigt les milices chinoises qui opèrent sous les apparences de pêcheurs, mais pour le compte des forces armées. Andrew Erickson les surnomme les «  petits hommes bleus  », en écho aux «  petits hommes verts  » – les soldats russes sans uniforme et qui opèrent en Ukraine (Erickson, 2018).

16Plus au sud, en 2016 puis à nouveau fin 2019-début 2020, des garde-côtes chinois sont venus protéger leurs pêcheurs – ou assimilés – au large des îles Natuna, dans la ZEE indonésienne. À nouveau, au-delà du droit en question, puisque la Chine considère ce secteur comme une zone «  traditionnelle  » de pêche, la méthode interroge : déploiement de forces paramilitaires, les garde-côtes, et recours à la manière forte, coque contre coque, au point que les Indonésiens furent amenés à tirer en 2016. En décembre 2019, 63 navires de pêches, occasionnellement miliciens, et garde-côtes sillonnaient la ZEE indonésienne (Valencia, 2020). En réaction, pour faire imposer son droit, faute d’autres outils de gouvernance adaptés, Jakarta a convoqué l’ambassadeur chinois, s’est fendu d’une note diplomatique se référant à la décision de la Cour permanente d’arbitrage de juillet 2016 dans l’affaire Philippines contre Chine et, typique de l’approche réaliste, a déployé à partir du 3 décembre six navires de guerre, quatre avions de combat F-16, un avion de patrouille maritime, un avion de surveillance Boeing et deux bâtiments du Bakamla. Le président s’est rendu personnellement sur la base militaire des Natuna, construite à la suite de l’épisode de juin 2016. Il a même été question de faire venir 120 pêcheurs de Java en guise de guetteurs avancés, en mer (Muthiariny et Bhwana, 2020).

17Ces réactions illustrent le caractère sensible de la pêche, autant pour l’environnement et la sécurité alimentaire que pour les questions de souveraineté. La ressource halieutique s’impose comme symbole de puissance, ce qui impacte sa gestion. Aussi les interrogations sur la gouvernance demeurent-elles puisqu’en avril 2020, encore, les autorités vietnamiennes ont expliqué que le bâtiment 4301 des garde-côtes chinois aurait «  délibérément percuté et coulé le bateau de pêche vietnamien QNg 90617 dans les Paracels  », avant de «  capturer et de détenir les huit membres d’équipage  » sur Woody Island. Informés de la situation, trois autres bateaux de pêche vietnamiens ont tenté de sauver les huit pêcheurs, mais ont été pourchassés par les bâtiments chinois 4301, 4001 et 3001 (Long, 2020). Deux des bateaux de pêche ont ensuite été capturés par la partie chinoise et ont été remorqués jusqu’à Woody Island, tandis que le troisième a été chassé pendant près de six heures, subissant d’importants dégâts (Nguyen, 2020). Bien que tous les pêcheurs détenus aient ensuite été relâchés, cet épisode a donné lieu à de nouvelles tensions, d’autant plus qu’il précéda une manœuvre de Pékin d’un autre type.

18L’agence des garde-côtes de Chine, le ministère chinois des Ressources naturelles, de l’Écologie et de l’Environnement ainsi que celui des Transports ont annoncé en avril 2020 que la campagne intitulée Blue Sea 2020 allait se dérouler entre le 1er avril et le 30 novembre 2020. Cette campagne devait cibler les infractions dans huit domaines tels que l’exploration et l’exploitation du pétrole offshore ou encore l’exploitation minière et le transport de sable marin. Selon la déclaration des autorités chinoises, «  toute activité nuisant à l’environnement marin sera […] sévèrement punie.  » Aussitôt, le Vietnam en tête a protesté et l’on a craint une montée des tensions en dehors de tout cadre légal.

19Cette approche au cas par cas ou régionale inquiète à présent au-delà des zones limitées par la «  première chaîne d’îles  » (du Japon aux Philippines) – selon le découpage géographique de l’amiral Liu Huaqing, considéré comme le père de la marine chinoise.

La pêche, levier de puissance à l’échelle indo-pacifique

20Le mode d’action autour du poisson, fondé sur le rapport de force, s’étend dans tout l’espace indo-pacifique. Près de 90 ans après les travaux du géopolitologue allemand Haushofer, cette expression a été remise en lumière par les discours du Premier ministre japonais Shinzo Abe dès 2007. En 2017, l’administration Trump lui donna une plus grande résonnance à travers l’idée de Free and Open Indo-Pacific, en réponse à l’ambitieuse BRI chinoise. Or, dans l’océan Indien tout d’abord, l’ORF (Observer Research Foundation) a noté de plus en plus de cas comparables. Via Twitter, des spécialistes comme le Singapourien Collin Koh et l’Indien Abhijit Singh se sont entendus début 2020 pour y voir une réplique du modèle et des pratiques chinoises en Asie du Sud-est : pêcheurs plus ou moins véritables opérant dans des ZEE étrangères et escortés par des garde-côtes (Anonyme, 2020). Plus tard, l’épuisement des ressources en mer de Chine méridionale risque de pousser ces flottes mixtes toujours plus à l’est, vers l’océan Pacifique. Déjà des cas ont été rapportés et la France s’inquiète pour la protection de ses droits souverains sur les ressources de ses ZEE polynésiennes, néo-calédoniennes, wallisiennes et futuniennes. Enfin, il est à noter à la marge que les barrages chinois en amont du Mékong impactent directement les agriculteurs, mais aussi les pêcheurs du fleuve, principalement au Cambodge, en aval. Ici également, le poisson devient un instrument de pression. Ce cas prouve à nouveau que la mue écologiste de la Chine demeure imparfaite, surtout face aux exigences diplomatico-stratégiques. D’ailleurs, tandis que ces développements restent méconnus, beaucoup d’analystes voient dans la «  sous-région du Grand Mékong  » un nouveau théâtre comparable à la mer de Chine méridionale (Weatherby, Lichtefeld, 2020).

  • 8 Entretien informel avec le responsable du think tank à l’occasion d’un séminaire fermé sur la sécur (...)

21Par ailleurs, sur le terrain de la cybersphère, il convient de noter l’initiative longtemps attendue du côté chinois pour répondre aux assauts de posts américains sur les réseaux sociaux, en particulier par le think tank CSIS (Center for Strategic and International Studies) à Washington et son programme AMTI (Asia Maritime Transparency Initiative), fer-de-lance de la contre-propagande en mer de Chine méridionale. Le nouveau think tank chinois South China Sea Strategic Situation Probing Initiative (SCS PI) utilise les mêmes méthodes (Twitter, participation à des colloques et photos satellites) pour à son tour accuser Hanoi8. Par exemple, en février 2020, les données AIS (système de suivi satellite – Automatic Identification System) auraient permis d’identifier plus de 300 navires de pêche vietnamiens qui se seraient aventurés dans les eaux territoriales chinoises, surtout au large de l’île de Hainan, réputée abriter une base de sous-marins, en brouillant leurs transmetteurs. Malgré des accusations d’espionnage de la part de la Chine, sachant que le Vietnam a également recours à des miliciens en mer, il est probable que les motivations de ces pêcheurs soient avant tout d’exploiter illégalement des zones de pêche plus poissonneuses comme au large des îles Natuna.

  • 9 Sur le terrain institutionnel également, les diplomates chinois sont de plus en plus nombreux et ac (...)

22Ce nouveau palier géographique, supra-régional, ainsi que ces nouvelles méthodes confirment d’une part l’existence d’un «  super complexe de sécurité  » sud-sud-est-nord-est asiatique, tel que mis en lumière par Barry Buzan et qui préfigurait l’Indo-Pacifique. Cet ensemble géopolitique peut être considéré de façon autonome, avec ses puissances, leurs rivales et ses enjeux propres (Buzan, 2012). D’autre part, cet élargissement aussi bien géographique qu’opérationnel valide le glissement réaliste, avec un équilibre des puissances qui risque de se mettre en place autour des ressources halieutiques, mais adaptées aux nouvelles formes de conflictualité. Dans ces «  zones grises  » typiques des relations internationales actuelles entre paix et guerre, conceptualisées entre autres par Peter Chalk et appliquées au cas maritime sud-est asiatique par le Malaisien Martin Sebastian (Chalk, 1997 ; Sebastian, 2020), les garde-côtes américains ont déjà été déployés, ainsi que les Japonais, avant d’envisager davantage d’initiatives de ce type (Perry, 2020). S’il ne s’agit pas d’une nouvelle Guerre froide comme souvent entendue (Hunter, 2018), nous avons malgré tout affaire à une compétition de statut et non d’un combat désintéressé pour l’environnement. En Afrique, une évolution notable et dans le bon sens de la Chine avait été relevée par les lobbyistes de Bruxelles vers 2017. De même, contrainte et forcée par sa situation domestique, la Chine n’a pas enrayé les dynamiques de la COP (Conference of the Parties) 21, comme ont pu le faire les États-Unis. Mais en mer de Chine du Sud, la lutte contre les pêcheurs à ses yeux illégaux n’apparaît pas être pour Pékin la priorité ultime. Elle ne serait plutôt qu’un prétexte au service de sa politique d’expansion, dite du «  chou  », patiemment effeuillé, et du «  fait accompli  », selon les formules consacrées. D’ailleurs, d’autres leviers ont pu être utilisés en parallèle : plate-forme pétrolière, navire hydrographique, etc9. À chaque fois, il existe un intérêt, certes : sécurité énergétique, routes et cartographie sous-marines, etc. Mais l’enjeu est monté à son paroxysme, articule tous les discours diplomatiques et paraît soudainement vital. Une telle instrumentalisation, en comparaison avec les autres initiatives environnementales, confirmerait l’idée de sécuritisation à partir de la menace à la sécurité alimentaire.

23La Chine n’a donc pas vraiment évolué à propos du poisson comme elle l’a fait lors de la COP21 pour les énergies fossiles. Aussi le paradigme du développement durable n’a-t-il pas modifié les relations de la Chine avec son voisinage proche. Cela signifie-t-il pour autant que le défi environnemental n’a pas enclenché un début de processus de réflexion autour de la gouvernance des mers, pour espérer dépasser ces approches aux relents westphaliens et presque trop datés étant donné le contexte qui se dessine  ? Des raisons d’espérer – si l’on ose ce parti-pris – affleurent à Pékin, où l’inédite posture quasi hégémonique de Xi Jinping, à l’encontre des conseils de prudence de Deng Xiaoping, rencontre des opposants au sein du Parti communiste chinois. Assiste-t-on au chant du cygne réaliste  ? Se trouve-t-on à l’aube d’un nouveau multilatéralisme piloté essentiellement par les puissances moyennes ou faibles et où l’environnement deviendrait le principal carburant de la coopération  ? Ce fut le cas dans le cadre de la décision de la Cour permanente d’arbitrage Chine-Philippines qui a longuement traité de la question environnementale. De même, sur un autre sujet et plus au sud, une première rencontre informelle en 2007 avait débouché deux ans plus tard sur la création de la Coral Triangle Initiative on Coral Reefs, Fisheries, and Food Security par les îles Salomon, l’Indonésie, la Malaisie, la Papouasie–Nouvelle-Guinée, les Philippines et le Timor-Leste. Dans cet esprit, la gouvernance de la pêche aux abords de la mer de Chine méridionale pourrait évoluer selon des caractéristiques plus libérales qu’attendu.

Le poisson, facteur de coopération : vers une nouvelle gouvernance «  gagnante-gagnante  »10

  • 10 En écho à la formule employée par Xi Jinping lors de son discours devant le parlement indonésien en (...)

24Devant la réalité des chiffres, la posture réaliste ne sera peut-être pas tenable. La surface de corail baisse de 16 % par an ; les prises de poissons dans ces coraux ont été entre trois et quatre fois moins importantes entre 1995 et 2015 ; et la tendance n’est pas nouvelle puisque la quantité de poissons (total fish biomass) dans certaines parties de la mer de Chine du Sud correspondrait à 10 % des stocks de 1960 (Sumaila, Cheung, 2015). À partir des réflexions consécutives à l’expérience dite du «  dilemme du prisonnier  », sur l’hypothétique intérêt à coopérer ou à se trahir pour deux détenus, le choix rationnel consisterait à coopérer – mais de quelle façon  ?

25En premier lieu, il est peu probable qu’une version institutionnaliste du libéralisme s’impose. Inutile de revenir sur les limites de l’ASEAN déjà évoquée et rencontrée à l’occasion d’autres fléaux transnationaux, comme les feux de forêt venus de Bornéo et Sumatra ces dernières années, le virus H1N1 en 2009 ou le syndrome respiratoire aigu sévère (SARS) en 2003. Dès lors, il serait audacieux d’imaginer des États sud-est asiatiques tenter auprès du Conseil de sécurité des Nations unies une résolution sous chapitre VII, ouvrant droit à la légitime défense. Il est vrai qu’Indonésie et Vietnam y siègent en 2020, parmi les quinze membres. Cependant, le veto chinois empêchera toute évolution de la jurisprudence du Conseil de sécurité qui assimilerait la prise illégale de poissons en ZEE à une agression permettant de déclencher une action militaire (article 51 de la Charte des Nations unies, voire 39 sur un mode plus progressif). Par ailleurs, ces forums diplomatiques souffrent du manque d’investissement des grandes puissances. Pour la première fois, celles-ci perdent la prise d’initiatives et se manifestent sur un mode surtout contestataire, tel Trump dans les forums internationaux. De plus, ces mêmes grandes puissances commenceraient à payer les années de «  diplomatie de l’humiliation  » à l’égard des États du Sud, aujourd’hui moins enclins à s’en remettre aux anciens chefs de file de la communauté internationale (Badie, 2014). Impossible alors de compter sur les États-Unis, dont le FOIP est critiqué par manque de suivi à Washington et dont l’efficacité des FONOPS (Freedom of Navigation Operations ou Opérations pour la liberté de navigation) est discutée en mer de Chine du Sud. Le second volet du programme Critical Maritime Routes en océan indien (CRIMARIO) de l’Union européenne, davantage tourné vers l’Asie du Sud-est, pourrait constituer une option pour les États riverains, mais les priorités et lignes de conduite demeurent trop floues. En revanche, son système de brevet et de cartons – verts, jaunes et rouges – est plus convaincant. La Thaïlande a su coopérer en matière de lutte contre la pêche illégale afin d’effacer son carton jaune ; les Philippines aussi, mais le Vietnam, lui, peine à récupérer un carton vert. L’avertissement officiel de Bruxelles lui aurait déjà fait perdre 5 % de ses exportations globales vers l’UE.

  • 11 D’une certaine et tragique manière, l’Organisation mondiale de la santé en a fait la preuve par l’a (...)

26Finalement, une approche plus progressive, sectorielle et étape par étape, aux allures néo-fonctionnalistes, pourrait se mettre en place avec l’aide de plusieurs acteurs peut-être moins puissants, mais aux côtés ou au soutien des États victimes de pêche illégale. L’Asia-Pacific Fishery Commission (APFIC) doit être mentionnée en tant que ORGP pour la mer de Chine du Sud ainsi que la mer Jaune et le golfe du Bengale. Cet acteur créé en 1948 dans le cadre de la FAO (Food and Agriculture Organization ou Organisation des Nations unies pour la nourriture et l’agriculture) compte parmi ses membres : les sept plus grands pays de l’ASEAN, l’Australie, le Bangladesh, la Chine, la Corée du Sud, les États-Unis, la France, l’Inde, le Japon, le Népal, la Nouvelle-Zélande, le Pakistan, le Royaume-Uni, le Sri Lanka et Timor Leste. L’APFIC demeure néanmoins un acteur très discret même si la lutte contre la pêche INN fait partie de son «  plan stratégique  » pour 2018-2023 (FAO, 2018). Au sein de l’ONU par exemple, après les décennies centrées autour de l’Assemblée générale, dans l’enthousiasme des débuts, puis au Conseil de sécurité, les agences spécialisées pourraient à présent prendre le relais. La FAO, mais aussi l’UNODC (United Nations Office on Drugs and Crime) en matière de pêche et de sécurité maritime, produisent un travail de plus en plus remarqué et influent. Ils sont la traduction administrative de l’évolution vers une sécurité plus humaine et moins strictement stato-centrée11. Ces organisations sont capables de rassembler les principaux acteurs, nimbés – malgré tout – de la légitimité et crédibilité onusienne. D’autres organisations spécialisées dont le travail de terrain est jugé efficace méritent d’être mentionnées. C’est le cas de l’Information Fusion Centre (IFC – Centre de fusion de l’information) à Singapour, une structure de la marine accueille une vingtaine d’officiers de liaison issus des pays de la région. Celui de Chine n’a pas été remplacé, mais la France y est présente depuis le début, en 2009, rejointe depuis peu par le Royaume-Uni et l’Allemagne. En écho aux initiatives indo-pacifiques, un autre IFC a été monté à Madagascar, plus récemment en Inde, au Pérou, en attendant l’Australie. Créé pour lutter contre la piraterie et le banditisme maritimes, l’IFC de Singapour a élargi son champ à d’autres risques, dont la pêche illégale. De façon générale, il commence à réfléchir à un volet plus explicitement centré sur la sécurité environnementale, notamment à partir de liens tissés avec Interpol. L’antenne de Singapour compte un programme axé sur la sécurité environnementale, particulièrement en mer, mais pour l’heure davantage préoccupé par les pollutions marines telles les dégazages. Enfin, dans le sillage du développement des flottes de garde-côtes évoquées plus haut, comme reflet de la période de «  paix-guerre  » en cours, signalons des réunions des chefs des garde-côtes asiatiques (Heads of Asian Coast Guard Agencies Meetings ou HACGAM). Qu’elles soient à un haut niveau ou simplement pour des groupes de travail, ces rencontres se montrent susceptibles d’harmoniser les efforts entrepris contre la pêche illégale (Pajon, Péron-Doise, 2020).

  • 12 Ce fut le cas lors d’un séminaire fermé organisé sur la pêche en mer de Chine méridionale par la RS (...)

27Toutes ces démarches modestes, mais concrètes bénéficient du soutien des ONG, de plus en plus présentes et actives au sein des colloques12. Pour compléter à propos des garde-côtes, l’ONG Centre for Humanitarian Dialogue, basée à Genève, dispose d’une antenne à Singapour. Celle-ci œuvre pour l’adoption d’un code qui faciliterait l’interaction entre les garde-côtes et ainsi éviterait les accrochages comme ceux entre Chinois, Indonésiens et Vietnamiens autour de pêcheurs illégaux. Ensuite, un État comme l’Indonésie n’hésite pas à collaborer étroitement avec Global Fishing Watch en partageant ses données. L’ONG a assuré en retour que la lutte contre la pêche illégale pourrait rapporter aux Indonésiens 14 % de prises supplémentaires et 12 % de revenus en plus (Asia Centre, 2019). L’ONG Nature Conservancy travaille encore plus étroitement et directement avec des fonctionnaires placés auprès du ministre-coordinateur pour les Affaires maritimes. Enfin, le projet Stable Seas de la fondation américaine One Earth Future a une vision plus globale de la sécurité maritime. Il inclut néanmoins la question des pêches dans son index par pays, en plus de ses rapports et ateliers ciblés sur des zones précises, comme récemment en mers de Sulu-Sulawesi ou dans le golfe de Bengale, respectivement en 2019 et 2020.

28Par tous ces biais, une sociabilité régionale se mettrait en place autour de la lutte contre la pêche illégale. Les libéraux ne niant pas la place prépondérante des États, il convient de préciser que, mécaniquement par rapport au déclin des hégémonies (Badie, 2019), les puissances dites faibles se montrent en mesure d’imposer leurs défis et agenda au monde, du fait des impacts globaux en termes de sécurité alimentaire ou environnementale par exemple (Badie, 2018). À leurs côtés, des puissances anciennes, mais démilitarisées (Allemagne, Japon) ainsi que des émergents mondialisés pourraient prendre le relais des États-Unis en tant que shérif mondial, de toute façon dès le début réticent (Haass, 1997). Tel est d’ailleurs l’une des premières leçons de la crise du coronavirus, applicable sans doute à l’autre fléau transnational qu’est la pêche illégale.

  • 13 Sur le même mode, les populations littorales de l’île de Karimun se désolaient en 2006-2007 du mora (...)
  • 14 Enquête de terrain dans ces deux archipels en 2002-2003 puis en 2006-2007 et en 2016 ; à cette occa (...)
  • 15 Enquête de terrain et expérience vécue en 2004.

29En dernier lieu, puisque la sécurité humaine est dite non seulement «  globale, liée au contexte, orientée vers la prévention  », mais aussi «  centrée sur l’individu  » (General Assembly, 2012), la responsabilité de ce dernier, et pas seulement celle des États, doit être pointée du doigt. Car les pêcheurs vietnamiens qui viennent pêcher en Indonésie, en particulier dans les fermes aquacoles des îles Natuna, le font pour le plus grand bonheur des propriétaires indonésiens13. De même, la pêche à la dynamite toujours pratiquée dans l’archipel des Natuna, mais aussi plus au sud dans celui des Anambas est tout aussi condamnable14. Une autre activité criminelle parallèle consiste dans le trafic de poissons exotiques ou de combat, puisque l’Asie du Sud-est fait office de plaque tournante pour le trafic d’animaux sauvages. Enfin, il arrive parfois que les pêcheurs ignorent eux-mêmes où ils opèrent, à cause des disputes territoriales en cours, comme au nord du détroit de Malacca, ou à cause de la proximité des frontières, comme dans le chenal Philippe et le détroit de Singapour15. De façon générale, le sujet se révèle délicat puisque l’autre élément d’alternative, face à la pêche illégale comme acteur ou complice, peut être tout aussi criminel. Par souci de revenus à assurer, le risque est de basculer, à défaut, dans une autre activité illégale, comme la piraterie ou le banditisme maritime, si d’aventure le monde de la pêche se trouve trop surveillé et réglementé. Cette nébuleuse du crime opère en effet dans le même monde interlope, au cœur de pelabuhan tikus (littéralement ports-souris, illégaux ou informels, au cœur des mangroves). Sauf cas particulier autour de liens familiaux ou ethniques, le passage d’un gang à un autre se révèle envisageable.

Conclusion

30Les incidents de pêche INN locale ont été moins importants cette année que lors de l’année précédente. Le braconnage de navires de pêche étrangers a également diminué. Ces résultats positifs sont liés au fait que de nombreux pays – comme le Vietnam, la Malaisie et le Sri Lanka – ont mené d’importantes opérations de contrôle des frontières maritimes durant cette période de coronavirus. Il existe certes des risques de manipulations, instrumentalisations ou sécuritisations. Toutefois, un ensemble d’acteurs se met en marche pour faire face à ces turbulences, sans pour autant mettre l’État hors-jeu.

  • 16 Extrait du discours de Jacques Chirac lors de l’Assemblée plénière du Sommet de la Terre le 2 septe (...)

31Au-delà de la pêche illégale, la mer fait face aussi à des marées noires, fruits des dégazages jusqu’ici sous-estimés. À ce sujet, la région manque à nouveau d’outils institutionnels et réglementaires, comme ceux mis en place en Europe par les «  Accord concernant la coopération en matière de lutte contre la pollution de la mer du Nord par les hydrocarbures et autres substances dangereuses (accord de Bonn)  » de 1983. Il est donc grand temps de dépasser les seules disputes territoriales. Car pendant que l’on se dispute sur le palier (miroir du statut spécifique des ZEE), entre voisins à l’étage sud-est asiatique, au sein de la copropriété onusienne (donc sans dispositif supranational tel qu’espéré par Kant à travers son fédéralisme), «  la maison brûle [de partout] et nous regardons ailleurs  »16.

Remerciements

32L’auteur remercie le capitaine de frégate Jérémy Bachelier, officier de liaison à l’Information Fusion Centre (IFC) de Singapour, pour le temps accordé et les données mises à disposition.

33Les propos ici tenus demeurent ceux de l’auteur et n’engagent aucunement les instituts qui le soutiennent ou le financent.

Note biographique

34Eric Frécon enseigne à l’Universiti Brunei Darussalam et à la Singapore University of Social Sciences. Il est aussi chercheur associé à l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme, 2020, India closely monitors PLA Navy supported Chinese fishing fleet in Indian Ocean, The Economic Times (Mumbai), [En ligne] URL : https://www.business-standard.com/article/news-ani/india-closely-monitors-pla-navy-supported-chinese-fishing-fleet-in-indian-ocean-120012800491_1.html, Consulté le 15 mars 2021.

Arnakim, Y., N., Shabrina, 2019, Indonesia and Counter Illegal, Unreported, and Unregulated (IUU) Fishing in Southeast Asia, EAI, 2019, [En ligne] URL : https://eudl.eu/pdf/10.4108/eai.26-1-2019.2283131, Consulté le 17 mai 2020.

Association of Southeast Nations Secretariat (ASEAN Secretariat), 2018, ASEAN Statistical Yearbook 2018, Jakarta, ASEAN, 300 p.

Asia Centre, 2019, Entretien avec Tony Long, CEO (Chief Executive Officer) de Global Fishing Watch, Lettre d’information de l’Observatoire Asie du Sud-est, n° 7.

Badie, B., 2014, Le Temps des humiliés. Pathologie des relations internationales, Paris, Odile Jacob, 250 p.

Badie, B., 2018, Quand le Sud réinvente le monde. Essai sur la puissance de la faiblesse, Paris, La Découverte, 250 p.

Badie, B., 2019, L’hégémonie contestée. Les nouvelles formes de domination internationale, Paris, Odile Jacob, 227 p.

Buzan, B., 2012, Asie : une reconfiguration géopolitique, Politique étrangère, 2012/2 (été), p. 331-344.

Chalk, P., Grey-area phenomena in Southeast Asia : piracy, drug trafficking and political terrorism, Canberra, Canberra Papers on Strategy and Defence, No. 123, 117 p.

DeRidder, K., S., Nindang, 2018, Southeast Asia’s Fisheries near Collapse from Overfishing, The Asia Foundation, [En ligne] URL : https://asiafoundation.org/2018/03/28/southeast-asias-fisheries-near-collapse-overfishing/, Consulté le 17 mai 2020.

Erickson, A., 2018, Shining a Spotlight : Revealing China’s Maritime Militia to Deter its Use, The National Interest, [En ligne] URL : https://nationalinterest.org/feature/shining-spotlight-revealing-china %E2 %80 %99s-maritime-militia-deter-its-use-36842, Consulté le 17 mai 2020.

Estève, A., 2020, (Re)penser la sécurité à l’heure de l’Anthropocène, Les lectures d’AEGES, [En ligne] URL : https://aegeslectures.wordpress.com/2020/05/15/repenser-la-securite-a-lheure-de-lanthropocene/, Consulté le 17 mai 2020.

Food and Agriculture Organization (FAO), 2018, Report of the Thirty-Fifth Session of the Asia-Pacific Fishery Commission (APFIC), Cebu (Philippines), 134 p., [En ligne] URL : http://www.fao.org/3/CA1701EN/ca1701en.pdf, Consulté le 15 mars 2021.

Food and Agriculture Organization (FAO), 2021, Qu’est-ce que la pêche INN  ?, [En ligne] URL : http://www.fao.org/iuu-fishing/background/what-is-iuu-fishing/fr/, Consulté le 15 mars 2021.

Fillon, J.-L., 2017, Rapport général, Colloque sur la gouvernance des océans, Institut français de la mer, 10 p., [En ligne] URL : http://ifmer.org/assets/documents/files/RAPPORT%20GOUVERNANCE%20DES%20OCEANS%2030_05_17.pdf, Consulté le 15 mars 2021.

Fukuyama, F., 1992, The End of History and the Last Man, New York, Free press, 418 p.

General Assembly, 2010, Follow-up to paragraph 143 on human security of the 2005 World Summit Outcome, Resolution, 66/290, p. 1.

Gipouloux, F., 2009, La Méditerranée asiatique, villes portuaires et réseaux marchands en Chine, au Japon et en Asie du Sud-Est, XVIe-XXIe siècle, Paris, CNRS Editions, 482 p.

Grevatt, J., 2020, Indonesia announces strong increase in 2021 defence budget, Janes, [En ligne] URL : https://www.janes.com/defence-news/news-detail/indonesia-announces-strong-increase-in-2021-defence-budget_11656, Consulté le 15 mars 2021.

Haass, R., 1997, The Reluctant Sheriff : The United States After the Cold War, New York, Council on Foreign Relations, 148 p.

Kagan, R., 1998, Benevolent Empire, Carnegie Endowment for International Peace, [En ligne] URL : https://carnegieendowment.org/1998/06/01/benevolent-empire-pub-275, Consulté le 17 mai 2020.

Kaplan, R., 1994, The Coming Anarchy, The Atlantic, [En ligne] URL : https://www.theatlantic.com/magazine/archive/1994/02/the-coming-anarchy/304670/, Consulté le 17 mai 2020.

Koh, C., 2020, La Chine et la diplomatie des garde-côtes, 17 p., de Tréglodé B., E. Frécon (dir.) La diplomatie des garde-côtes en Asie du Sud-est, Paris, Etudes de l’IRSEM, n° 73, p. 29-45.

Marston H., 2019, The U.S.-China Cold War Is a Myth, Foreign Policy, [En ligne] URL : https://foreignpolicy.com/2019/09/06/the-u-s-china-cold-war-is-a-myth/, Consulté le 17 mai 2020.

Lombard, D., 1990, Le Carrefour javanais. Essai d’histoire globale, Paris, EHESS éditions (trois volumes).

Long, D., 2020, US Condemns Sinking of Vietnam Fishing Vessel by Chinese Coast Guard, Radio Free Asia, [En ligne] URL : https://www.rfa.org/english/news/china/vietnam-southchinasea-04062020154618.html, Consulté le 15 mars 2021.

Mamahit, D. A., 2020, Les forces de l’ordre maritimes indonésiennes et la réforme de l’agence indonésienne de la sécurité maritime (Bakamla), 17 p., de Tréglodé B., E. Frécon (dir.), La diplomatie des garde-côtes en Asie du Sud-est, Paris, Etudes de l’IRSEM, n° 73, p. 57-73.

Ming, M., 2020, China’s flagship maritime patrol vessel to serve Greater Bay Area, Xinhuanet, [En ligne] URL : http://www.xinhuanet.com/english/2020-01/08/c_138688206.htm, Consulté le 17 mai 2020.

Muhamad, A., Y., Kurniawan, 2018, Strategic Culture and Indonesian Maritime Security, Asia and the Pacific Policy Studies, 5 (1), p. 77-89.

Muthiariny, D., P., Bhwana, 2020, Govt Sends 120 Pantura Fishers to Natuna Waters, Tempo, [En ligne] URL : https://en.tempo.co/read/1291606/govt-sends-120-pantura-fishers-to-natuna-waters, Consulté le 15 mars 2021.

Nabbs-Keller, G., 2020, Can Indonesia lead ? Maritime tensions with China escalate, The Interpreter (The Lowy Institute), [En ligne] URL : https://www.lowyinstitute.org/the-interpreter/can-indonesia-lead-maritime-tensions-china-escalate, Consulté le 15 mars 2021.

Nguyen, T., 2020, Viet Nam Demands China to Punish Its Coast Guard Ship for Sinking Vietnamese Fishing Boat in the Paracels, Dự án Đại Sự Ký Biển Đông, [En ligne] URL : https://dskbd.org/2020/04/04/viet-nam-demands-china-to-punish-its-coast-guard-ship-for-sinking-vietnamese-fishing-boat-in-the-paracels/, Consulté le 17 mai 2020.

Pajon, C., M., Péron-Doise, 2020, Souveraineté et gouvernance maritime en Asie : les garde-côtes en première ligne, Annuaire français de relations internationales, p. 101-117.

Pelopidas, B., F., Ramel (dir.), 2018, L’Enjeu mondial. Guerres et conflits armés au XXIe siècle, Paris, Presses de Sciences Po, 280 p.

Perry, M., 2020, Cooperative Maritime Law Enforcement and Overfishing in the South China Sea, Center for International Maritime Security, [En ligne] URL : http://cimsec.org/cooperative-maritime-law-enforcement-and-overfishing-in-the-south-china-sea/43227, Consulté le 17 mai 2020.

Sebastian, M., 2020, La diplomatie de la «  coque blanche  » à l’ère des opérations en zones grises, 8 p., de Tréglodé B., E. Frécon (dir.), La diplomatie des garde-côtes en Asie du Sud-est, Paris, Paris, Etudes de l’IRSEM, n° 73, p. 21-28.

Sumaila, U. R., W., Cheung, 2015, Boom or Bust : the future of fish in the South China Sea, Hong Kong, ADM Capital Foundation-RS Group, 33 p.

United Nations Development Programme (UNDP), 1994, Human Development Report 1994, New York, Oxford University Press, xi-116 p.

Valencia, M., 2020, Indonesia can lead the way : ‘just say no’ to US, China, Asia Times, [En ligne] URL : https://asiatimes.com/2020/10/indonesia-can-lead-the-way-just-say-no-to-us-china/, Consulté le 15 mars 2021.

Weatherby, C., J., Lichtefeld, 2020, In the Mekong, a Confluence of Calamities, Foreign Policy, [En ligne] URL : https://foreignpolicy.com/2020/04/28/in-the-mekong-a-confluence-of-calamities/, Consulté le 17 mai 2020.

World Bank, 1993, The East Asian miracle : economic growth and public policy, Oxford, Oxford University Press, Report n° 12351, 402 p.

Haut de page

Notes

1 Défini comme «  l’ensemble des institutions, des règles et des acteurs qui concourent à la vie et à l’orientation d’une organisation humaine. Ainsi, toute gouvernance peut être réduite à quatre éléments principaux : des principes, des règles, des acteurs et une architecture institutionnelle qui agrège ces éléments  » (Fillon, 2017).

2 Birmanie (ou Myanmar), Brunei Darussalam, Indonésie, Cambodge, Laos, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande et Vietnam.

3 Dont 13,5 % de Taiwan, 7,5 % du Vietnam, 6,8 % des Philippines et 5,3 % de Chine (Sumaila, et Cheung, 2015, p. 8).

4 Chiffres cités et commentés par les professeurs Maria Carmen Alba Lagman (protozoologiste) et Jay Batongbacal (juriste) lors d’un colloque public sur la mer de Chine méridionale à l’Université de La Salle, à Manille, le 29 novembre 2020.

5 Enquête de terrain dans les archipels des Anambas et des Natunas (Indonésie) en 2002, 2003, 2006 et 2007.

6 Un document du ministère de la Défense indonésien indiquait en août 2020 que le budget de la défense était fixé à 9,2 milliards de dollars pour 2021, donc en hausse, mais toujours inférieur à celui du micro-État singapourien en 2020 : 10,77 milliards de dollars (Grevatt, 2020).

7 Expression et argument culturalistes popularisés dans les années 1990 par Mahathir et Lee Kuan Yew, respectivement Premiers ministres malaisien et singapourien, pour expliquer le «  miracle est-asiatique  » selon le titre d’un rapport de la banque mondiale (World Bank, 1993).

8 Entretien informel avec le responsable du think tank à l’occasion d’un séminaire fermé sur la sécurité maritime en Asie du Sud-est, organisé par la Rajaratnam School of International Studies (RSIS) à Singapour, le 14-15 janvier 2020.

9 Sur le terrain institutionnel également, les diplomates chinois sont de plus en plus nombreux et actifs au sein des agences de l’ONU en général et à l’Organisation maritime internationale en particulier.

10 En écho à la formule employée par Xi Jinping lors de son discours devant le parlement indonésien en 2013 ; l’expression fut ensuite tournée en dérision puisque la BRI apparut rapidement à l’avantage de la seule Chine et à double titre : d’une part, au niveau économique, en écoulant ses stocks et procurant du travail à sa population ; d’autre part, au niveau stratégique, en établissant des têtes de pont à l’étranger.

11 D’une certaine et tragique manière, l’Organisation mondiale de la santé en a fait la preuve par l’absurde lors de la crise du coronavirus.

12 Ce fut le cas lors d’un séminaire fermé organisé sur la pêche en mer de Chine méridionale par la RSIS à Singapour en septembre 2018. Plusieurs ONG ont pu partager leurs expériences aux côtés de chercheurs venus de différents pays, notamment de Chine.

13 Sur le même mode, les populations littorales de l’île de Karimun se désolaient en 2006-2007 du moratoire sur l’exportation de granit et de sable vers les chantiers singapouriens. Le but était de protéger l’écosystème, ce que peinaient à comprendre les premiers et directs bénéficiaires – enquêtes de terrain.

14 Enquête de terrain dans ces deux archipels en 2002-2003 puis en 2006-2007 et en 2016 ; à cette occasion, en plus des œufs de tortue servis pour le repas, il a été possible d’assister en mer à la tentative de prise d’une raie Manta.

15 Enquête de terrain et expérience vécue en 2004.

16 Extrait du discours de Jacques Chirac lors de l’Assemblée plénière du Sommet de la Terre le 2 septembre 2002 à Johannesburg, repris par Emmanuel Macron sur Twitter à l’occasion des feux de forêt en Amazonie le 23 août 2019 : «  notre maison brûle. Littéralement ». À noter qu’il parla alors de «  crise internationale  », créant la polémique avec le président du Brésil : le souverainiste Jair Bolsonaro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Frécon, « Conflits halieutiques en mer de Chine du Sud : impacts sur la gouvernance maritime »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 33 | mars 2021, mis en ligne le 22 mars 2021, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/29783 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.29783

Haut de page

Auteur

Eric Frécon

Chercheur-associé, Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (science politique, relations internationales), France, courriel : eric.frecon@sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search