Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 33«  Artisan, ça veut tout et rien ...

«  Artisan, ça veut tout et rien dire  » - Quelle lutte des classes dans la pêche bretonne  ?

Fabien Clouette

Résumés

La filière pêche bretonne est souvent considérée comme homogène alors qu’elle recèle de rapports de force, reflets d’une diversité de tailles d’entreprises, d’intérêts économiques ou politiques et de sensibilités écologiques. Nous avançons dans cet article l’hypothèse d’une lutte de classe originale au secteur, opposant non seulement les gros armements, concentrant actuellement les capitaux et les droits de pêche, à leurs ouvriers matelots exploités sur les ponts hauturiers, mais aussi aux petits artisans qu’ils concurrencent sur zone de pêche. Matelots et artisans ont en commun la subalternité vis-à-vis de ces armements industriels, ainsi que la recherche d’une capacité d’action qui s’exprime souvent de manière infra-politique. L’article montre comment s’organisent ces rapports de force : une naturalisation des rapports de pouvoir s’opère et il convient d’en analyser les effets.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La filière pêche est souvent représentée comme homogène dans les discours des instances. Le modèle de la pêche bretonne s’est transformé dans des conditions comparables aux mutations agricoles. Dans les années 1980, la mécanisation a modifié la puissance des navires, qui pouvaient pêcher plus et plus loin, le tout subventionné par l’État. Après quelques années, les difficultés sont apparues et des plans de casse de navires ont été mis en place. L’extraction de ressource a alors été orientée vers des espèces du large moins valorisées en termes de prix, provoquant aussi une angoisse croissante de pêcher assez pour rembourser les frais d’armement. Ceci est d’autant plus vrai dans les périodes d’envolée du prix du gasoil et dans un contexte général de raréfaction de la ressource halieutique. Ceux qui survivent sont les plus gros armements et ceux qui résistent le moins aux mutations sont les navires indépendants. En Europe, on observe une concentration des capitaux, mais aussi des quotas, faisant disparaître ceux que l’on appelle les «  artisans  ». Concentrer des capitaux est une manière de centraliser les profits tout en décentralisant la responsabilité. Concentrer des droits de pêche permet de peser dans les jeux de pouvoir, en asseyant un capital capable de se reproduire, car capable d’assurer une confiance concernant les stocks, dans un contexte gouverné par l’aléatoire.

  • 1 L’écosophie est selon l’auteur l’articulation «  entre les trois registres écologiques, celui de l’ (...)

2L’apport de la sociologie rurale a été d’associer des méthodes ethnographiques à un souci du politique, aidant à penser des mondes – des écologies au sens des trois écologies de Guattari1 – plutôt qu’un isolat «  à part  » et immémorial. En mer, Aliette Geistdoerfer a montré les enjeux politiques qui pouvaient se jouer dans le rapport aux normes en mer (2004), ouvrant la voie à une recherche sur les arts de résistance qui s’expriment à bord, lesquels sont l’apanage des «  petits  » : les artisans de la côte et les matelots du large. Il y a là une lutte pour des savoirs situés – qui se décalent des normes – en résistance à la discipline gestionnaire des corps et des environnements. Une seconde autrice à avoir parfaitement rendu compte et analysé les relations entre les humain.e.s et les environnements est l’ethnographe et océanographe Anita Conti. Son travail, tantôt anthropologique, tantôt militant contre la surpêche, représente également un précieux travail d’historien, précis, et toujours confronté aux situations ethnographiques rapportées de ses multiples terrains. Penser les structures sociales des gens de mer implique une attention aux transformations historiques, mutations, métamorphoses, surtout dans le contexte actuel, où une vision purement structuraliste ne ferait qu’encourager les anthropologies culturalistes «  en vase clos  » (Breton, 1981). Car c’est le piège de l’anthropologie maritime de s’attacher à décrire les fondements de «  sociétés littorales  », reproduites, figées, déterminées et inconscientes de leurs actes, quand il faudrait plutôt penser le pêcheur dans les flux et les réseaux, les «  courants  » d’une situation globale (Tsing, 2000) aussi englobante qu’invisible, aussi mouvante qu’inscrite dans une diversité d’historicités. La grille capitaliste de vision du monde, utile aux discours des instances, ne peut être validée par une anthropologie fixiste et essentialiste qui, en dépolitisant son terrain, participerait à l’invisibilisation des rapports de force et de classe en mer, ainsi qu’à l’approche gestionnaire des «  ressources  » qui dépossède les marins de leur mer.

«  Il n’est plus possible de se contenter de l’image classique des univers de vie populaires confinés, insulaires, ségrégés, (…) il faut se décider, au contraire, pour une bonne part d’entre eux, à se les représenter comme “extravertis”, c’est-à-dire ouverts sur le monde extérieur et reliés à des segments de plus en plus larges de ce qui constitue les formes culturelles dominantes  », écrit Olivier Schwartz (2011).

3Plutôt que de cloisonner en mondes «  à part  » des «  systèmes pêche  » (Geistdœrfer, 2001) aujourd’hui délités qui dominaient une vie économique locale, et qui n’existent plus parfois que sous forme de ruines, penser les travailleurs de la pêche comme habitants de «  marges  » au sens que lui donne Anna Tsing peut asseoir un regard analytique attentif aux porosités des typologies, aux conflits d’intérêts paradoxaux et aux rapports de force. La notion permet de se confronter à l’«  instabilité des catégories sociales  » au sein de «  zones d’imprévision en bordure de la stabilité discursive  », où des «  sortes divergentes de production de sens convergent  » (Tsing, 1994, p. 279). À la lecture de Tsing, l’image de «  ruines  » du capitalisme paraissait résonner fortement avec les paysages rencontrés sur le terrain de la pêche. Elle renvoie à un état des lieux post-industriel comme à l’expérience d’un regard porté sur un demi-siècle d’exploitation productiviste ayant radicalement transformé les espaces conjointement naturels et sociaux.

  • 2 Voir le chapitre 6 (partie III) «  Revendiquer sa liberté et “poser son sac” – pratiques du turnove (...)

4Une lutte des classes s’incarne alors par le détachement de deux groupes rassemblés par leurs difficultés dans les rapports de pouvoir face aux gros armements, et ce malgré leurs grandes différences : les matelots hauturiers, d’abord, subissent les conditions de travail les plus pénibles, les plus physiques, les plus blessantes, les plus accidentogènes, les moins rémunératrices et les moins bien protégées socialement. La ressemblance de leur travail et de leur existence avec la condition ouvrière d’usine est directement observable et largement commentée sur le terrain par les matelots eux-mêmes2. Ces matelots du turnover constituent l’apport principal du capitalisme industriel halieutique en matière de force de travail et sont exploités par les armements au même titre que les environnements. La nouvelle génération de matelots «  intériorise  » les contraintes de ces usines flottantes autant qu’elle les «  refuse  » (Cottereau, 1983), créant une crise de recrutement pour le hauturier, à la hauteur de la frustration de ces jeunes diplômés devant les difficultés à financer un projet de petite pêche indépendante. Ce qui nous mène à associer à ces matelots industriels une autre catégorie partageant avec elle des intérêts de lutte contre l’industrie : les petits artisans pêcheurs sont les seconds perdants de cette lutte des classes, sous une expression différente. La domination qu’ils subissent se fait sentir à travers des dynamiques politiques et économiques mettant en scène l’accès à l’indépendance, à la représentation politique ou encore aux droits à pêcher. «  Leur mode de production les isole les uns des autres  », pourrait-on écrire en reprenant Marx : un bateau, un pêcheur, une famille, selon ses catégories (1852). Mais les petits pêcheurs ne peuvent être réduits à son fameux sac de pommes de terre impuissant, car leurs intérêts communs créent une communauté, et surtout créent un terrain de lutte commun entre eux, mais aussi parfois partagé avec les matelots de l’industrie, contre l’expansion industrielle et la concentration des capitaux. Ces deux populations, matelots d’usine du large et petits pêcheurs indépendants, ont en commun la poursuite ou l’incarnation de pratiques individuelles ou collectives d’échanges ou d’interactions précapitalistes ou non-capitalistes, pour emprunter le terme du géographe américain Kevin St Martin. Ces pratiques tendent à s’effacer au profit d’un habitus ouvrier, entrepreneurial ou en tout cas «  économique  » au fil des mutations du capitalisme halieutique. Les subsistances de pratiques non capitalistes, de résistances au récit capitalocentrique doivent composer avec le fait que la rationalisation de l’activité et la concentration des capitaux s’accommodent parfaitement d’une certaine naturalisation du travail. Dépossédés de leur territoire, de leurs bateaux et de leurs relations aux environnements par une politique de gestionnaires, les petits pêcheurs arrêtent ou transforment leur activité, pendant que les armateurs des «  invisibles  » navires hauturiers continuent d’exploiter ressources halieutique et laborieuse.

5Cet article s’intéresse aux mécanismes de cette dépossession. Dans un premier temps, nous montrerons comment s’organise le brouillage des conflits d’intérêts au sein de la filière. Ce dernier se traduit traditionnellement par une unité de façade qui bénéficie aux acteurs les plus puissants. Dans un second temps nous verrons comment la concentration des capitaux et la maitrise d’une communication forte d’injonctions néolibérales viennent normaliser et légitimer des rapports de force au profit idéologique et économique des industriels. Nous montrerons comment ces mécanismes détruisent l’artisanat, tout en prétendant le sauver. Enfin, nous montrerons comment le problème de définition de l’artisanat trouve fondements dans les tentatives de cadrage d’un champ professionnel par essence diversifié. Des «  gros  » et des «  petits  » partagent un même terrain de chasse, sans y avoir les mêmes capacités d’action. Nous terminerons sur l’enjeu fondamental qu’est la lutte pour l’indépendance des pratiques par rapport au cadre officiel, concluant avec James Scott que c’est sur le terrain infrapolitique que se jouent le plus les résistances aux normes, sur le pont des navires du large comme on a pu le démontrer ailleurs (Clouette et Brugidou, 2018 ; Clouette, 2019), comme sur le pont des navires de petite pêche. L’article se base sur des matériaux recueillis auprès des marins-pêcheurs bretons au cours d’une ethnographie de plus de quatre ans, mené par observation participante. Les embarquements ont été effectués en «  marée-test  » à bord de tous types de navires, du petit côtier qui ne reste que quelques heures en mer au chalutier hauturier qui part pour quinze jours. Des entretiens (plus de 70) ont aussi été menés avec des jeunes en formation, des marins et des institutionnels, enrichis par une observation à terre, de réunions notamment. Même si le propos de l’article se prête à une montée en généricité, les exemples convoqués proviendront seulement du terrain ethnographique mené, et donc de Bretagne.

À qui profite l’unité de façade  ?

Prendre conscience de la classe : un enjeu récent

6En septembre 2018, l’Association des Ligneurs de la Pointe Bretagne (ALPB) accuse la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) et le Comité départemental de menaces concernant l’accompagnement dans les demandes de financements s’ils n’arrêtent pas leur communication dans les médias. L’ALPB oppose alors leur petit métier à ceux des plus gros armements, ou des arts traînants, et les écologies divergentes dont découlent parfois des conflits existentiels, puisque la survie des uns dépend de l’effort des autres. Le comité répond dans un communiqué qu’aucune menace n’a été énoncée, mais qu’ils encouragent néanmoins l’association à stopper tout discours «  négatif  » sur la filière. Le communiqué porte lui-même des accusations :

«  Exemple de diffamation : Le président de l’ALPB qualifie les BOLINCHEURS de “prédateurs des mers” (article annexe 2), ces propos véhiculent une image négative pour toute une flotte et les hommes qui pratiquent ce métier. À ce titre, rappelons que la pêche professionnelle exploite des ressources vivantes aquatiques pour nourrir les populations et qu’ils sont donc tous des prédateurs supérieurs ; ce qui par ailleurs leur donne le devoir de bien gérer la ressource.  » Extrait du communiqué de presse du Comité des pêches du Finistère, 15 octobre 2018 : [en ligne] URL : https://lemarin.ouest-france.fr/​sites/​default/​files/​2018/​10/​19/​reponse_accusations_alpb_courrier_ministre.pdf

  • 3 Avis de la DDTM 29 rapporté par le compte rendu de la commission Mer et Littoral du 2 juillet 2018.

7Pour le comité, l’ensemble de la filière «  ne doit penser que comme un seul homme  », puisque – peu importe les questions d’échelle – les pêcheurs sont «  tous des prédateurs supérieurs  ». Les rapports de force disparaissent et «  les messages de promotion infusés doivent s’attacher à une promotion positive  »3. La «  communauté  », telle que présentée la plupart du temps par les acteurs de la filière, regroupe matelots, patrons, armateurs, autour de signes évidents et neutres d’une condition maritime, une internationale maritime qui paraît débarrassée de la lutte des classes. De fait, cette condition ne peut pas être pensée comme condition sociale, comme s’il existait une «  classe maritime  ». La prise de position de la part du comité dans le communiqué cité incarne l’idée que la communauté serait davantage articulée autour du rapport de l’homme à l’animal et à la nature ainsi qu’à travers le partage d’un savoir professionnel et technique. Comme le minier lorrain, le marin-pêcheur «  apparaissait davantage comme le produit d’une lutte acharnée avec les forces de la nature que comme celui de la lutte des classes  » (Tornatore, 2005).

8Pourtant il y a bien une lutte de plus en plus radicale autour des conditions de travail, mais aussi, et surtout autour des droits à pêcher, entre «  gros  » et «  petits  ». La revente d’un navire de pêche bénéficie d’une majoration importante liée aux droits de pêche qui lui sont associés4. Ce système crée une marchandisation officieuse de ce qu’on appelle l’antériorité pour obtenir des droits de pêche, dynamique qui ressemble au système, officiel, des quotas transférables. Les Quotas transférables ont été étudiés dans de nombreux travaux en Australie, Nouvelle-Zélande, au Danemark ou encore en Islande par Emilie Mariat-Roy (2011). Le risque d’un tel mécanisme est la concentration des droits de pêche, et non plus seulement de la propriété des navires, dans les mains d’investisseurs parfois extérieurs au monde de la pêche, avec à la clé une réduction drastique des flottilles artisanales ou de petites unités. C’est l’exemple le plus abouti de la financiarisation de la filière, exemple dont la France est préservée pour le moment, même si une certaine marchandisation s’opère officieusement. Les quotas sont proposés par la Commission européenne (après consultation d’experts), puis décidés par le Conseil des ministres et distribués chaque année en décembre aux États membres, puis l’État charge les OP de les distribuer aux adhérents. Les armements en revanche plaident pour des Taux admissibles de capture pluriannuelle, qui ont le mérite de donner plus de visibilité aux entreprises sur leurs rentabilités à venir, mais qui perdent l’avantage de la gestion précise des variations de l’abondance des stocks. Sans parler de privatisation des mers, des Quotas pluriannuels seraient également un pas de recul de l’État en faveur des entreprises dans la gestion des ressources. Obtenir des contrats de production permet dans l’agroalimentaire de prouver une capacité à assurer des stocks et du capital. Elle prouve la capacité à prendre des risques sous garantie et permet au capital de créer d’autre capital, réinvesti ensuite en ce que l’on veut. La question concerne les petits comme les gros, mais induit une certaine complexité des rapports de domination quand la diversité des entreprises concernées comprend des petits pêcheurs artisans, des PME, de gros armements historiques, des sociétés filles de holdings, ou des sociétés appartenant à des fonds étrangers qui captent les droits à pêcher. La présence de dirigeants d’armements importants aux postes de direction des Comités et Organisation de producteurs, lesquels gèrent la répartition des quotas ou accompagnent les pêcheurs dans leurs demandes d’aides ou d’installation, produit un rapport de force directement dans la gestion administrative de l’activité. L’enjeu n’est pas seulement d’obtenir une représentation politique, mais d’avoir une capacité directe d’action sur les droits de pêche. Un marin artisan, désabusé devant le manque de représentativité de son activité dans les instances professionnelles, concluait une discussion en me disant : «  Les OP, moi, j’assimile ça à de la mafia  ». Ce sentiment est loin d’être anecdotique, puisque même le rapport de la mission d’information de la commission économique rendu public en octobre 2019 formule le problème de «  l’opacité  » des instances en l’inscrivant directement dans la proposition numéro 15 : «  [il faut] accroître la transparence du fonctionnement des OP  »5. La question de la lutte des classes entre petits pêcheurs ou pêcheurs indépendants et armements est donc débattue lors de la commission des affaires économiques, avec notamment un dysfonctionnement de plus en plus énoncé lors des débats : les artisans représentent un pourcentage majoritaire des pêcheurs, mais ne disposeraient que d’une minorité des quotas6. C’est la première fois que les parlementaires pointent du doigt aussi clairement l’opacité des critères d’attribution des instances. Les difficultés croissantes poussent les plus petits pêcheurs à manifester leur statut de subalterne dans cette lutte, et briser ainsi le mythe d’un corps de métier en apparence homogène.

Figure 1. Panneau de manifestation de ligneurs à l’occasion des Assises professionnelles de la mer de novembre 2018 à Brest.

Figure 1. Panneau de manifestation de ligneurs à l’occasion des Assises professionnelles de la mer de novembre 2018 à Brest.

«  CNPM  » sont les initiales du comité national des pêches maritimes. Lorsque les images sont partagées sur le Facebook de la Plateforme, un pêcheur commente : «  Le panneau cnpm =tueur : c’est une triste réalité  ».

Source : Plateforme petite pêche, 28 novembre 2018.

9Il est intéressant de noter cette transformation dans les mobilisations actuelles de pêcheurs. Alors qu’on dénote depuis cinq ans une difficulté croissante des conditions d’exercice de leur métier, s’organise, chez les petits pêcheurs, une lutte de plus en plus explicite quant à l’impossibilité pour les «  gros  » et les «  petits  » de « penser comme un seul homme  » pour reprendre l’expression du Comité citée plus haut. Les petits pêcheurs investissent aussi de plus en plus la rhétorique de la convergence des luttes. On voit apparaître cette dimension dans les publications de la Plateforme petite pêche, qui ne concernent plus seulement le champ halieutique et qui s’intéressent aux articulations entre écologies sociales et environnementales au sens large, aux luttes contre le productivisme industriel dans l’agroalimentaire et l’agriculture de manière globale. Il s’agit d’une mutation fondamentale et opératoire des échanges entre professionnels et instances depuis l’après-guerre, mais ce n’est pas la première fois dans l’histoire que cette lutte s’exprime ainsi.

Structures historiques du capitalisme halieutique et problème de définition

  • 7 Ouest Matin, 9 janvier 1954 – cité dans Le Boulanger, 2000.

10Jos Pencalet, président du comité des pêches, figure locale influente connue sous le nom de «  Tonton Jos  », et membre du Parti communiste, déclare en 1959 au quotidien communiste Ouest Matin : «  La bataille du filet droit et du filet tournant apparaît comme un épisode, parfois dramatique, de la lutte des classes, elle s’apparente à la lutte des canuts lyonnais, à celle des soudeurs au début du siècle  »7 (Le Boulanger, 2000). Un tel constat, déjà fourni à la fin du XIXe siècle par Rochefort également, marque en effet l’établissement d’une lutte des classes, d’un rapport de force entre dirigeants et ouvriers navigants. Seulement l’organisation de la pêche et ses évolutions tout au long du XXe siècle a troublé ces oppositions franches entre dominants et dominés, ainsi qu’entre les bureaux à terre et le pont en mer, si proches et pourtant si lointains. Les structures capitalistes qui s’organisent à la pêche, en particulier côtière, ont rendu difficile l’autodéfinition des marins en termes de classes sociales, et surtout la défense d’intérêts (Breton, 1981).

  • 8 L’expression est celle de Geneviève Delbos dans son article de 2006 «  Pêche artisanale : la fin du (...)
  • 9 Au sujet de l’harmonie d’un autre «  monde à part  », Suzanne BERGER a bien montré les effets de l’ (...)

11D’abord structurée autour d’une opposition entre grande pêche gérée par des armements industriels et pêche familiale, «  fondée sur le ménage  » (Jorion, 1989, p. 69), la définition de la pêche artisanale évolue dans les années 1970 lorsque le modèle dit «  familial  » se diversifie en termes de tailles et de métiers. À l’initiative de mareyeurs, un modèle halieutique chalutier et semi-hauturier est constitué à partir des années 1960 pour pallier l’irrégularité et la faiblesse des apports des flottilles locales. Des navires plus puissants sont créés, ce qui leur permet d’aller pêcher toute l’année sur des zones plus éloignées. S’instaure une dépendance du modèle halieutique à ces «  chouchous  » (Delbos, 2006) hauturiers, qu’une rhétorique politique a réussi dès les années 1970 à ancrer dans les paysages mentaux des Bretons en tant qu’activité «  artisanale  » et «  traditionnelle  ». À la «  domination personnalisée  » d’armements historiques paternalistes – c’est-à-dire implantés depuis le début des années 1970 – se joignait «  l’invention d’une tradition  » (Hobsbawn et Ranger, 1983) et de ce qu’on pourrait qualifier en usant d’un oxymore, d’un certain patrimoine vivant, dont profite l’industrie touristique littorale. Cette domination offrait également le terreau économique (productivisme, course aux investissements créatrice d’endettement) à l’installation de holdings désincarnées sur les ruines d’armements familiaux, c’est-à-dire au chant du cygne des navires aux patrons embarqués. La Bretagne Sud et notamment le pays bigouden voient une flottille de navires plus gros et qui travaillent plus loin des côtes, des chalutiers du large, ou «  hauturiers artisanaux  » intégrer «  l’imaginaire administratif  »8 de la pêche artisanale suite à l’action de la coopération maritime. On connaît le rôle des coopérations agricoles telles que l’Office de Landerneau (devenue Triskalia), analysé par Corentin Canévet et par Suzanne Berger9 dans les années 1970. La coopération regroupe, elle, armements coopératifs, O.P., caisses de crédit, mutuelles… Si l’Office gère toutes les affaires de la «  grande famille  » des campagnes, la coopération maritime gère une grande partie des affaires de la «  grande famille  » de la mer et du littoral. Geneviève Delbos explique que ces nouveaux navires hauturiers, recoupant des caractéristiques industrielles, telles que le productivisme et le goût pour «  l’innovation  », sont favorisées dans le jeu politique et économique des aides et subventions, «  chouchous  », et interlocuteurs au même titre que les armements industriels, des pouvoirs publics. Des plans de réduction de navires modifient largement le paysage portuaire et reconfigurent les modèles d’exploitation : «  En cinq ans, entre 1988 et 1993, la flottille bretonne des moins de 12 mètres perdra 44 % de ses unités, 24 % de sa puissance et 38 % de son tonnage tandis que celle des 16-25 mètres ne connaîtra que des augmentations (+ 3 % en nombre, + 10 % en puissance, + 14 % en tonnage) » (Delbos, 2006). Pour l’État, les 16 – 24 mètres constituent d’ailleurs encore aujourd’hui le modèle privilégié (Suche, 2014).

12Ces nouveaux acteurs imposent de nouveaux enjeux, qui continuent d’accentuer l’aspect conglomératique de la profession. Le curseur entre l’industrie et l’artisanat se retrouve placé d’un côté ou de l’autre de ces entreprises (qui sont aussi des navires à proprement parler, des chalutiers) : accusées par les uns d’accélérer la casse de la petite pêche au profit de méthodes industrielles, soutenues par les autres pour la «  résilience  » d’une flottille «  artisanale  » qu’ils seraient seuls à même d’incarner. En fait, ce qui se joue est la légitimation d’une grille d’analyse sociale qui vient de l’économie : le marché. La présence de ces navires fait le tampon entre l’industrie et l’artisanat et permet de garder une unité de la profession dans les discours.

  • 10 «  Cette unité institutionnelle et sa séparation des autres secteurs contribuent à faire exister l’ (...)

13À l’heure où le Brexit menace d’exclure des eaux anglaises ces navires de pêche, et où s’instaure l’obligation de débarquement des rejets, la filière est inquiète : en 2018, le modèle hauturier représente 80 % des apports et 80 % des emplois de la pêche en Finistère. Une énorme part de leurs prises est prélevée dans ces eaux britanniques. Leur disparition, qui peut survenir d’un seul coup à la suite de ces mesures environnementales ou politiques, menace l’intégralité de la filière, de par la dépendance qui s’est installée entre ces armements productivistes et les métiers à terre de criée, de mareyage, ou encore de distribution. L’un des slogans coup de poing concernant l’industrie halieutique bretonne dit qu’un métier en mer, c’est quatre métiers à terre, auxquels s’ajoutent les différents services, les pharmacies, les écoles et autres boulangeries qui organisent la vie quotidienne locale. Cette assertion, de moins en moins vraie du fait de la montée de l’activité touristique et de la mutation des zones côtières qui l’accompagne, n’en est pas moins révélatrice d’une vulnérabilité de certains territoires devant la perspective d’un «  plan de casse  ». L’intérêt de ce modèle industriel s’est imposé comme celui de tous les pêcheurs bretons, voire de tous les Bretons. De plus, ces navires hauturiers jouent le rôle de chaînon manquant entre deux échelles irréconciliables, deux regards sur l’activité économique, tenant de «  l’objectif  » d’un côté (depuis le point de vue de la firme) et du «  subjectif  » (depuis le point de vue du ménage) de l’autre (Jorion, 1989). La pêche, alors définie institutionnellement «  comme activité productive et comme population  » (Hobeika, 2013)10, s’incarne sur le territoire selon un modèle particulier.

  • 11 En 2020, la lutte s’oriente d’ailleurs vers une grève des cotisations professionnelles obligatoires (...)

14Avec son «  paysan inclassable  », Claude Grignon a quant à lui montré que l’appellation «  paysan moyen  » était une pirouette de discours plus qu’une réalité sociale, permettant de faire pencher un argumentaire économique «  soit du côté des “petits”, soit du côté des “gros”  ». Le sociologue a montré que le paysan lui-même avait des difficultés à saisir la réalité de ses alliés et de ses opposants dans les luttes sociales tant les questions de propriété, d’endettement, de statuts, d’activités, de savoir-faire étaient complexes et recoupaient des réalités d’ordinaire contradictoires pour les mondes industriels (Grignon, 1975). À cette réalité s’ajoute l’illusion d’unité, bien qu’«  impossible  » (Maresca, 1983) derrière des représentants qui se distinguent des professionnels en même temps qu’ils les représentent. Les mêmes constats pourraient être faits au sujet des marins-pêcheurs, dont la diversité de métiers, de tailles d’exploitations, de techniques et d’écologies est comparable. Autant qu’on ne puisse véritablement parler d’«  agriculteurs  », il est difficile de tenir un raisonnement sur «  les marins-pêcheurs  ». Les représentants des comités des pêches, à l’échelle nationale comme plus locale, ne sont jamais représentatifs11 de la diversité des métiers en mer, notamment des matelots ou des petits pêcheurs qui nous intéressent dans cet article.

15L’absence de conscience de classe est aussi à mettre en perspective avec la temporalité rapide de la restructuration, à savoir une industrialisation rapide, d’un monde rural que Fortin a qualifié au Québec «  d’ordre social ruraliste précapitaliste  », c’est-à-dire réticent idéologiquement aux notions de conflits et de classe (Fortin, 1965). Si les marins-pêcheurs sont inclassables, ils sont aussi «  mobilisables  » au sens de Callon (Callon, 1986). Dès les années 1980, le sociologue avait noté que les processus de domestication s’appliquent aux ressources naturelles comme au social et décrivait alors les processus «  d’intéressement  » et «  d’enrôlement  » qui mobilisaient les larves de coquilles comme les marins-pêcheurs autour de la domestication de ce qui s’apparente aujourd’hui à des «  gisements  » de coquilles Saint-Jacques en baie de Saint-Brieuc. Mettre en relation des marins-pêcheurs avec des animaux et des chercheurs demande de les unifier, de «  définir un marin-pêcheur moyen, unité de base d’une communauté constituée d’éléments tous semblables  ». On retrouve ici un peu de la métaphore tuberculeuse marxiste. Pendant cette phase, que Callon appelle «  d’intéressement  », c’est-à-dire le fait d’imposer et de stabiliser l’identité des autres acteurs qu’elle a définis par sa problématisation, en l’occurrence le fait, pour les marins-pêcheurs de préserver un intérêt économique à long terme, le chercheur remarque le caractère central de la notion de «  porte parole  » : «  Parler pour d’autres, c’est d’abord faire taire ceux au nom desquels on parle  » (Callon, 1986, p. 196). Il faut, pour reprendre le concept alors imaginé par Callon, «  traduire  » et donc «  trahir  » les «  marins-pêcheurs  ». L’un des éléments qui explique comment se forme le «  consensus  » et fait des «  frustres pêcheurs  » «  insaisissables  » évoqués par Callon, des éléments mobilisables autour d’une «  direction  » commune, concerne la porosité des catégories et des définitions au sein de la profession. Cette direction, en désaccord avec l’idéal du professionnel tout juste sorti d’école, s’impose par la force des choses, comme un principe de réalité : la pêche est un secteur qui cherche à recruter largement, mais qui propose un horizon réduit encore influencé par le «  romantisme  » de la productivité (Baudrillard, 1985).

Un horizon professionnel réduit

16Pour les jeunes entrants dans la profession de pêcheur, l’association des conditions traditionnellement difficiles du milieu maritime et du contexte général de chômage ont recentré l’enjeu de l’engagement professionnel dans les aspirations de chacun. Puisque la compétition dans le monde professionnel augmentait, la pêche et ses contrats d’engagement courts, d’une marée comme d’une saison, pouvaient constituer une alternative comme une autre dans laquelle l’hyperproductivité paraissait au moins synonyme de rentabilité financière. «  Tout art de vivre ouvrier est susceptible de récupération dans des dispositifs de pression productiviste et de domination, de même que toute stratégie patronale est susceptible d’être détournée selon des arts de vivre ouvriers  » écrivait Alain Cottereau (1983). Accepter des conditions de travail difficiles convient sur le court terme et représente dans une perspective opératoire un sacrifice qui rapporte dans des parcours marqués par un «  rapport populaire aux hiérarchies scolaires et aux contraintes professionnelles, alternant entre fronde et fatalisme, indifférence et opiniâtreté  » (Palheta, 2012, p. 169). Le salaire dit «  à la part  » des marins-pêcheurs n’est pas fixé à l’avance et dépend du volume des prises. Dans les discours des institutions et dans les esprits des jeunes en formation, ce mode de rétribution traditionnel, qui fait des marins-pêcheurs même industriels des chasseurs-cueilleurs soumis aux moindres évolutions de la rentabilité de l’entreprise, fournit l’un des avantages principaux du métier de pêcheur. La possibilité d’argent rapide n’est cependant pas une fin en soi. Les entretiens menés auprès de jeunes professionnels et d’élèves du lycée maritime montrent que le hauturier n’attire pas sur le temps long des carrières. Si ces constats sont difficiles à faire pour la filière, certains acteurs commencent à percevoir les limites de la poursuite d’une politique industrielle déconnectée des aspirations de la nouvelle génération. En février 2019, un article du Télégramme donne la parole à Alain Pomès, directeur du CEFCM de Concarneau. L’article met en avant des constats qui d’habitude ne sont jamais repris dans le récit officiel de la filière :

«  La nouvelle génération ne recherche pas un métier à vie, mais plutôt des missions. Elle veut papillonner et être libre de choisir. “La formation de masse est terminée […] L’idéal serait de proposer aux jeunes une forme de compagnonnage pour qu’ils aillent voir ce qu’il se passe ailleurs” […] les jeunes se posent, aujourd’hui, beaucoup de questions sur le sens du travail, sur l’éthique et les rythmes sociaux : “C’est beau, je trouve, mais les entreprises n’ont pas encore compris cela”  ».

17Notre ethnographie nous a montré que l’engagement de carrière au poste de matelot n’était plus envisagé, car désocialisant, trop usant, comparé à l’usine, aux rythmes destructeurs pour le corps et pour l’esprit. À la pénibilité du métier du large est aussi associée une perte du sens social de la production, que la jeune génération pense davantage trouver en dehors des rapports marchands qui définissent la grille du capitalisme industriel. De nombreux enquêtés déclarent ainsi vouloir s’installer en petite pêche, et éviter à tout prix les postes de matelots du large. Concrètement, ce sont d’autres paysages, d’autres outils et décors, mais également d’autres gestes qui sont convoqués sur le pont, notamment une certaine variété apportée par la poly-activité saisonnière. Les armements du large ont du mal à fixer des équipages, mais ne remettent pas en question la difficulté des conditions de travail, préférant reposer confortablement sur «  l’armée industrielle de réserve  », pour reprendre une expression marxienne, dont la labilité (main-d’œuvre étrangère, précaire ou du «  turnover  ») empêche toute organisation syndicale ou revendication. De plus, cette situation professionnelle impose de garder un certain silence vis-à-vis des «  gros  », lorsqu’on souhaite s’installer autrement dans la pêche. L’exemple d’Owen, petit pêcheur en poly-activité, est symptomatique de ce rapport. Ayant embarqué à la pêche pour la première fois à 15 ans, il a navigué comme matelot sur des navires côtiers puis hauturiers. Usé par le métier de matelot industriel et en désaccord avec le caractère destructeur des arts traînants pour les environnements, il décide au bout de quelques années de se lancer dans une procédure d’installation comme ligneur. Mais son installation réclame des investissements financiers conséquents associés aux nombreux risques (tâtonnements dans l’apprentissage d’un petit métier précis, saisons marquées par des tempêtes et par la réduction des stocks…). Uniquement formé au métier de la pêche, Owen se retrouve obligé pendant plusieurs années de jongler entre son installation et des marées au large, qui lui permettent de financer ses moments creux. Enfin installé au bout de quelques années, il pense avoir acquis une certaine liberté. Mais son bateau déplore alors une avarie conséquente qui le met hors d’usage. Le jeune homme se retrouve de nouveau obligé d’aller pêcher au large sur le pont d’un gros armement, et de mettre sous le tapis ses convictions. «  Tu peux pas aller sur les gros bateaux un jour, et en même temps critiquer, c’est tout un système qu’il faut repenser  ». Toujours conscient de la précarité de sa situation, Owen n’a jamais souhaité manifester publiquement ses désaccords avec «  les gros  », s’inscrire dans un mouvement social qui permettrait à la petite pêche de se distinguer par rapport aux armements industriels, car il sait que leurs navires sont plus solides que son installation. Le cas d’Owen, qui n’est pas isolé, montre une certaine dépendance de la nouvelle génération à l’imaginaire administratif de la filière, qui fait en sorte de maintenir une flottille industrielle au détriment des petits métiers.

Normalisation et dépendances

Concentration des capitaux

18Malgré une apparente homogénéité, le secteur de la pêche cristallise des débats et des conflits d’intérêts importants révélant l’extrême diversité des acteurs qui font ce corps professionnel ou qui l’encadrent. Parmi ces débats, le jeu de discours entourant les termes «  artisanat  » et «  industrie  » s’est présenté dès le début de mon terrain comme fondamental. En sud Finistère, c’est-à-dire sur le territoire où s’impose avec le plus de succès le «  modèle  » de la pêche «  artisanale  » au chalut du large dans les années 1970, le terme «  artisanat  » est constamment utilisé par les institutionnels pour qualifier la pêche du quartier. Le port le plus important de la région, Le Guilvinec, est toujours le «  premier port de pêche artisanale en France  », en grande partie grâce au chalut langoustinier.

  • 12 Article L931-2 du code rural de la pêche maritime ; ce cas français est singulier, car les définiti (...)
  • 13 Pêcher n’est plus une liberté inconditionnelle, pour le professionnel comme pour le particulier qui (...)
  • 14 Nicole Starosielski a montré, à travers son étude du réseau de câblage sous-marin, que les accès au (...)

19De manière générale, les enquêtés affirment une définition plus ou moins commune, exprimée spontanément : un pêcheur artisan est un patron pêcheur qui possède et exerce sur son propre bateau en qualité d’armateur embarqué. C’est par ailleurs le dénominateur commun choisi par les autorités françaises, en plus d’une limite de taille de navire fixée à 25 mètres12. Ceci permet d’inclure sous ce label un grand nombre d’embarcations exclues par les normes mondiales et européennes, caractéristiques du «  modèle  » hauturier chalutier décrit plus haut, la plupart entre 17 et 24 mètres. En effet, l’Union européenne désigne, quant à elle, comme «  artisan  » tout navire de moins de 12 mètres, sans art traînant. Cette exception française fait la part belle au métier du chalut, tout en conservant pour certaines législations différents critères de taille. Si ces dernières gardent un effet louable de limitation normative et de repères mentaux, son obsession a aussi un effet pervers : les armateurs ont tendance à raccourcir les coques pour rentrer dans les cases, au détriment des innovations écologiques. Encore une fois, c’est la régularisation du milieu océanique par une administration terrienne qui est pointée du doigt sur le terrain. Cette normalisation s’accompagne d’une augmentation de la surveillance, avec un territoire du large jadis synonyme de liberté et d’agency13, mais qui de plus en plus devient quadrillé, zoné14, sondé, connu et observé.

  • 15 17.000 tonnes débarquées en 2016
  • 16 L’armement a cependant été prouvé déficitaire dans une enquête de l’ONG environnementaliste Bloom : (...)

20L’exemple de la croissance de la Scapêche est parlant sur ce point, premier armateur français de pêche fraîche15, basé à Lorient, détenu par le groupement de grande distribution Les Mousquetaires (Intermarché et Netto) et travaillant principalement pour les magasins de la filiale. Sa flotte regroupe vingt-deux navires armés par 250 officiers et marins, et ne cesse de s’agrandir depuis 199316. La Scapêche a réagi immédiatement à la vague d’impopularité des poissons issus des chalutages profonds, puis à l’interdiction de ces techniques par la Commission européenne en adaptant sa stratégie. Elle investit également dans des armements dits  » coopératifs  », et installe ainsi par le capital, son hégémonie dans la filière.

21«  Moi, si je vendais mon bateau demain, la Scapêche va l’acheter, ils en achètent quinze pareil et ils font un gros. Mais bon, faut pas que les gens oublient, il faut qu’il y ait des gros bateaux, il faut juste que les gros bateaux peut-être travaillent autrement. Les choses vont pas changer du jour au lendemain, mais là, c’est pas en train de changer du tout  !  », déclare un jeune ligneur, désabusé après m’avoir cité quelques exemples de greenwashing au profit des intérêts de grandes entreprises. La «  crise  » révèle ainsi un caractère opératoire pour les industriels, c’est-à-dire un terrain privilégié d’incertitudes, sur lequel asseoir une légitimité et une gouvernance. De fait, le député Louis Guédon, dans son rapport sur la compétitivité de la filière pêche, annonçait la mort nécessaire du modèle artisanal associant traditionnellement «  un homme, une voix et un navire  » au profit d’une financiarisation globale : «  il devient indispensable de libéraliser l’ouverture du capital des armements au monde extérieur à la pêche  » (2011). De gros armements, eux-mêmes filles de holdings, rachètent donc des petits bateaux, ou entrent au capital de navires artisans. Puisque l’artisanat devenait le maître-mot du marketing halieutique, la Scapêche a multiplié les accords et associations avec des armements dits «  artisanaux  », inventant le «  semi-artisanal  » sous les noms de Scopale (Scapêche et Opal)17 en 2014 ou de Scapak (Scapêche et Apak). Inversant la tendance qui voyait les chalutiers disparaître des côtes suite aux reventes d’unités à des armements étrangers ou à la casse de navires, la Scapêche relance, via ces accords, la création de navires de pêche industrielle, chalutiers et senneurs danois18. Ces navires voient le jour en copropriété19 avec Scapêche. Les marins détiennent une part minoritaire du capital. Sur le terrain, il apparait impossible de ne pas s’associer aux gros armements pour survivre et devenir, selon le vocable en vigueur, «  durable  ». En prétendant sauver la pêche artisanale20, ce grand groupe se l’approprie, et donc détruit sa structure. Dans le cas des nouveau-nés de la Scapêche, Scopak, Scopale, etc., la durabilité des installations et des activités est celle du groupement Les Mousquetaires, elle-même détenant le holding financier et juridique éponyme. Et cette dépendance aux capitaux de la holding ne s’arrête pas aux simples unités de navigation : en 2014, lorsque la Scapêche décide d’implanter une base à Douarnenez, ce sont plusieurs acteurs du port qui se réjouissent de cette expansion industrielle. Le chantier naval local Glehen espère ainsi bénéficier de la présence de l’armement dans cette base douarneniste pour assurer des contrats importants de rénovation, ou renouvellement de navires. La société d’avitaillement du Rosmeur «  Sobad  », devenue pour des raisons d’euphonie marketing international «  YsBlue  » en 2017, récupère également des contrats de ces clients importants et réguliers, qui permettent d’amortir la transition de l’entreprise, amorcée depuis quelques années vers le secteur de la plaisance. La question de la financiarisation est aussi celle de la propriété, des zones, des quotas, des unités de pêche et in fine, des territoires. Cette gouvernance opératoire pose donc la question des échelles et des accès simultanés aux marchés et aux systèmes de représentation, en plus des accès à la propriété. Ceux qui gèrent le patrimoine disposent de droits d’exploitation, qu’il s’agisse d’un territoire touristique, d’une réserve naturelle, ou bien de licences, de zones et de quotas de pêches.

  • 21 140 navires bretons selon l’article du Télégramme réalisent leur activité à plus de 50 % dans les e (...)

22En mer, la raréfaction de la ressource accentue les tensions entre ces hauturiers d’une vingtaine de mètres et les petits pêcheurs, surtout depuis la menace de fermeture des eaux britanniques, où pêchent beaucoup ces chalutiers. Par effet de dominos, un nombre important d’unités risque de se rabattre sur d’autres zones de pêche, ou de stopper leur activité21. Comme le gasoil est de plus en plus cher, les «  gros  » viennent pêcher en zone côtière. Le terrain récent auprès des plus petits navires montre l’expression d’une crainte vis-à-vis du Brexit, car ces derniers savent qu’ils ne feront pas le poids face aux chalutiers hauturiers qui pourraient se rabattre sur les mêmes zones qu’eux. En décembre 2019, un ligneur me confiait : « j’en rêve la nuit… Je vois les bateaux de l’armement bigouden qui arrivent sur l’horizon, tous en ligne, prêts à.… en découdre, quoi. Sauf qu’on fait pas le poids ». D’où la nécessité de plus en plus ressentie par les petits de communiquer sur les différences entre métiers et entre modèles d’entreprises halieutiques. Un jeune matelot, en haute Bretagne cette fois-ci, fait écho au cauchemar du ligneur, commentant les navires de l’armement Porcher, un gros armement de chalutiers, tous en ligne dans le port et décorés de guirlandes pour Noël : « Tout le monde trouve que c’est beau. Moi, ça me fait peur  ! L’opinion ne se pose pas de questions, ils voient toute une rangée de bateaux avec des guirlandes dessus, ils se disent que c’est bien, ils prennent des photos devant. Mais c’est sur ces bateaux que y a des gars comme moi qui se font brasser pendant quinze jours. La photo dit pas ça ». Un ligneur et un matelot du large expriment ici la même chose : un rapport de force invisible dont ils sont des subalternes particulièrement vulnérables aux crises.

Injonctions néolibérales et aliénation

23Pour les marins définis par la juridiction française comme «  artisans  », c’est-à-dire armateurs du bateau sur lequel ils embarquent, les investissements monumentaux dans les outils de travail, l’achat du navire, mais aussi dans les réparations au fil de l’eau, obligent à tenir un rythme d’auto-exploitation, sous peine de faire faillite. Une casse moteur, une avarie peuvent engager des frais imprévisibles de plusieurs dizaines de milliers d’euros, du jour au lendemain. Or, l’Océan est le terrain de travail le plus accidentogène, en plus d’être très fluctuant sur le plan de la rentabilité. Les banques ne prennent ainsi plus le risque de suivre de petits armateurs, à l’instar des ligneurs du fait de la baisse importante des stocks de bars. Elles accordent plus facilement des prêts à de gros armements qu’à des petits pêcheurs artisans. L’arrêt de l’activité peut survenir brutalement sans l’appui d’une trésorerie de gros armement. D’où l’angoisse des patrons artisans devant les avaries, souvent au centre des discussions. Là un chalut resté au fond, là un problème de chambre froide, là encore, une casse moteur.

24Marx décrivait dans ses Grundrisse «  l’aliénation pure et simple des sens  » provoquée par l’activité capitaliste : «  chacun de ses rapports humains avec le monde, voir, entendre, sentir, goûter, toucher, penser, contempler, vouloir, agir, aimer, bref tous les actes de son individualité  », écrit-il pour décrire le transfert d’un rapport au monde par les sens à un rapport au monde par le profit (Marx, 2011). Le néolibéralisme encourage les rêves d’épanouissement, mais l’autonomie est un piège (Linhart, 2015 ; Boltanski et Chiapello, 1999), organisé autour de pratiques qui empêchent de disposer de soi.

  • 22 Voir l’analyse de l’idéologie du terroir auprès des producteurs de fromage américains chez Heather (...)

25L’endettement est financier, mais il est aussi moral et symbolique. Pour le pêcheur, l’injonction à être «  durable  », c’est-à-dire souvent «  rentable  », et à mettre en scène une écologie spectaculaire correspondant aux codes du marketing environnemental efface les frontières entre le métier et l’individu. En Islande, Emilie Mariat-Roy décrit l’invention de la tradition de la palangre et montre qu’une flottille de petits pêcheurs a réussi à tirer son épingle du jeu des quotas face aux plus gros navires – les «  rentiers des mers  ». Les oppositions se font dans les discours, avec d’un côté une technique considérée comme écologique, la palangre de fond, et de l’autre une pratique «  destructrice  » – le chalut smábátamenn (Mariat-Roy, 2015). Pour survivre, il a fallu s’organiser et créer un discours non seulement de tradition commune, mais aussi opposé aux techniques industrielles. Il a fallu constituer un capital, voire un patrimoine, symbolique. Plusieurs chercheurs nord-américains ont mis en valeur ces questions22.

  • 23 Dynamique repérée dans le monde agricole par Sylvain Maresca (1981).

26Tout comme pour les palangriers Islandais, l’engagement dans un combat politique et dans la reconnaissance de labels est aussi la solution choisie par les petits ligneurs de Bretagne et plus généralement de la Plateforme petite pêche qui les regroupe. Les pêcheurs qui pilotent ces structures de lutte doivent se rendre régulièrement à Bruxelles pour défendre leurs intérêts, ce qui transforme le quotidien de pêcheur en carrière politique23. Ce n’est qu’ainsi qu’il conserve son indépendance de petit pêcheur, qu’il reste son propre patron et lutte contre les armateurs de plus grosses flottilles. Mais il est de plus en plus difficile de tenir ainsi, a fortiori lorsqu’on vient de s’installer. La recherche des lieux de pêche, des techniques, la familiarisation avec le terrain sont déjà si difficiles à acquérir, que le travail de communication et de lobbying, associé à la dépendance financière aux organismes de crédit et les contraintes administratives a tôt fait de ruiner les projets. Sur le terrain se multiplient les exemples d’installation ratée de petits pêcheurs, et les reconversions précoces faute de devenir rentables ou de rembourser l’emprunt à la banque. Comme les viticulteurs décrits par Céline Bessière, les patrons pêcheurs dits «  artisans  » sont des «  travailleurs indépendants sous la dépendance économique de leurs acheteurs  » (Bessière, 2011, p. 109). En mer pendant les épisodes de la «  guerre du lait  », le sujet revient régulièrement dans les conversations tant les parallèles sont nombreux entre les deux activités du secteur primaire breton. Les laitiers se battent alors pour un prix du lait correct, dicté par les laiteries. Pascal, ancien patron indépendant (ou «  artisan  ») sur un chalutier hauturier, a dû vendre son navire à un armement coopératif pour ne pas faire faillite. Il patronne encore aujourd’hui à bord de ce même bateau du large, mais en tant que salarié :

  • 24 Les deux exemples d’illustration datent des années 1970 à Auray et 1950 à Saint-Nazaire.
  • 25 Jorion évoque les prêts de la part d’autres commerces locaux, boulangers, chantiers, pharmacies, (...)

27«  Pour nous c’est pareil, c’est l’acheteur, le mareyeur, qui propose un prix… (…) C’est incroyable, quand je vais faire des courses, c’est le vendeur qui fixe le prix  ! Ben là, non, c’est l’acheteur  ! Quand j’arrive avec mon poisson il me dit “ce sera tant”  ». Les matelots de l’équipage, dont le salaire est également soumis aux prix fixés à la vente résument avec humour : «  les mareyeurs font ce qu’ils veulent, y a qu’avec 10 kilos de shit que c’est l’acheteur qui peut marchander sinon c’est au vendeur de fixer le prix  !  ». Paul Jorion, dans son ouvrage sur la détermination du prix dans les échanges marchands, insiste sur l’impression de spoliation que ressentent les pêcheurs exclus du processus de la vente du poisson «  d’hommes à hommes  », et ajoute que ce sentiment n’est pas tout à fait illégitime (2010, p. 311). Selon le chercheur, la fidélisation de pêcheurs «  abonnés  » dont disposaient certains mareyeurs24 ne tenait pas à la justesse du prix fixé, mais plutôt à une relation de confiance entre les deux hommes. Les mareyeurs appréciés évitaient les comportements qui pouvaient apparaître comme de la mesquinerie et notaient le tonnage indiqué par le pêcheur sur leur bon sans vérifier le contenu des coffres. Ils laissaient les pêcheurs se servir en godaille avec une bienveillance explicite. Ce climat de confiance est contrebalancé, dit Jorion, par le fait que les mareyeurs n’évoquaient jamais le prix et établissaient leurs comptes seuls. À ce climat dépassant le rapport «  commerce-commerce  » entre les deux corps de métier s’ajoute la possibilité d’obtenir des services, des prêts notamment, renforçant l’esprit de communauté locale25.

28À la fin des années 1970 et au début des années 1980, plusieurs chercheurs (Bernier, 1981 ; Giasson, 1981 ; Breton, 1981 ; Bidet, 1988 [1974]) avaient déjà souligné cette vulnérabilité des pêcheurs vis-à-vis des marchés conditionnant les prix à des échelles plus larges que celle du navire et du système de rémunération aléatoire, à la part. C’est pourtant sur ce modèle d’accumulation primitive que le capitalisme garantit encore son fonctionnement.

  • 26 Voir notamment la liste des nombreuses compagnies industrielles ayant obtenu la certification MSC, (...)

29De plus, le greenwashing effectué par les gros armateurs possédant des flottilles industrielles rend de plus en plus difficile, pour le consommateur, de se repérer entre les différents labels. Ce flou engage alors une vraie guerre des certifications26. L’installation de circuits courts et de vente directe permet aux plus petits pêcheurs de respirer et de réapprendre aux clients des principes au cœur de leur métier, tels que la saisonnalité. Les plus gros navires, notamment les hauturiers du système halieutique bigouden, ont plus de mal à imaginer une porte de sortie similaire, tant leur modèle – le productivisme – est lié à la grande distribution. Les gros volumes qu’ils débarquent ne peuvent en effet reposer sur un modèle affranchi de la chaîne d’approvisionnement classique. Dès lors, c’est encore une fois dans les discours que se joue la concurrence, à force de labellisations sélectives, entre écologie et gouvernance néolibérale (Foley et Hébert, 2013 ; Bresnihan, 2018).

Liberté à deux vitesses

«  Il n’y a qu’un stock  »

30À bord d’un navire de petite pêche, au sortir du port de Concarneau, nous croisons un bolincheur en route pêche. Pierre-Marie, le patron avec qui je suis parti en mer ce jour-là me dit :

«  Tout-à-l’heure, je t’ai dit qu’un artisan c’est quand le patron pêcheur possède son propre bateau – je parlais pas des abrutis de bolincheurs, qui sont soi-disant des artisans, mais avec des méthodes industrielles.  » (Embarquement, juin 2016)

  • 27 À la suite de ces tensions, l’arrêté est reconduit seulement jusqu’à l’hiver suivant.
  • 28 Invité dans l’émission Littoral de France 3, ou bien en portrait dans le Nouvel Obs – [en ligne] UR (...)
  • 29 «  Concarneau : blocus des ligneurs de bar  », édition du 3 octobre 2013.

31Le sens mis dans le terme «  artisan  » dénote ici un ressenti face à la concurrence de plus gros engins de pêche, ainsi qu’une divergence idéologique de traitement des ressources halieutiques. La bolinche consiste à encercler un banc de poissons d’un filet coulissant. Il permet de viser le poisson pélagique, mais permet aussi de faire des «  coups  » en pêchant des poissons mieux cotés en quantités par rapport aux petites unités côtières qui partagent les lieux de pêche. Tout au long de la marée, le pêcheur avait déjà mis en avant sa colère vis-à-vis de navires de pêche aux arts traînants ou actifs, utilisant systématiquement l’expression «  abruti de bolincheur  » plutôt que «  bolincheur  » tout court. Ce patron pêcheur est caseyeur, mais il exprime ici une solidarité envers les petits navires de pêche du quartier, les ligneurs notamment. En 2013, ce conflit s’exprime vivement dans le port de Concarneau, quand une dizaine de ligneurs encercle le bolincheur War Roag IV (armement Dhellemmes) le long du quai de la criée, pour l’empêcher de partir en mer. L’événement ressemble en négatif à un épisode de la «  guerre de la bolinche  » douarneniste entre 1954 et 1958, tournant du siècle qui voit les intérêts conjoints d’une bourgeoisie et d’une industrie achever l’époque des flottilles nombreuses de canots à filets droits. En août 1954 en effet, des bolincheurs bigoudens et audiernais transgressent l’arrêté ministériel en vigueur depuis 1951 pour pêcher dans la baie de Douarnenez27. À plusieurs reprises, ils se présentent à la criée du port pour vendre leur poisson et, malgré l’hostilité des flottilles de canots locaux, réussissent à débarquer. Mais la tension monte au fil de l’été, et le 18 août les canots s’amarrent les uns aux autres à l’entrée du port du Rosmeur et du bassin de débarquement pour empêcher les bolincheurs de vendre leur pêche. Les bolincheurs, à l’époque officiellement qualifiés de navires industriels, forcent violemment le passage, et la police doit alors gérer sur les quais des bagarres générales à coups de sardines. Des heurts éclatent également en octobre autour des camions de transports de poisson. En 2013, la population concarnoise est moins impliquée, et les échanges beaucoup moins violents. Les pêcheurs lèvent le blocus en fin d’après-midi après la médiatisation locale de la manifestation. Gwen Pennarun, ligneur de Sainte-Marine et figure médiatique28 de la «  Plateforme petite pêche  », est interrogé par Ouest France29 :

«  Ils peuvent pêcher en une nuit ce que l’on pêche en une année. Ce que nous craignons, c’est qu’ils soient plusieurs à suivre ce chemin-là, vu les chiffres d’affaires conséquents. S’ils étaient une dizaine, en deux ou trois ans, il n’y aurait plus aucun bar sur l’ensemble de la côte, d’autant qu’ils ne sont soumis à aucune réglementation en termes de maillage, ni en termes de distance à la côte. (…) C’est une pêche industrielle  !  »

  • 30 Non seulement ces navires vident temporairement de grands espaces maritimes dont dépendent les peti (...)
  • 31 Patrice Pétillon, fils de bolincheur et figure de la bolinche locale, vient alors de vendre ses par (...)

32Les ligneurs attirent l’attention sur les pratiques des plus gros navires, qui débarquent en quantité des poissons dont ils dépendent. Ces débarquements, de plus en plus réguliers, ont pour effet de casser les prix en criée. Les bolincheurs, qui pêchent normalement le poisson bleu comme la sardine, étaient notamment accusés par les ligneurs de cibler le bar, et de trahir des accords de non-concurrence signés en 2005, qui ne toléraient les captures qu’en cas de «  pêches accidentelles  ». Non seulement le bolincheur peut être plus efficace en quantité lorsqu’il s’attaque aux stocks de poissons, mais il débarque en plus du poisson considéré par les mareyeurs comme de moins bonnes qualités que le poisson labellisé des ligneurs, entraînant une baisse du prix pour tout le monde. Le navire apparaît aux yeux de mon enquêté comme exploitant la mer en concurrent déloyal, et en concurrent idéologique30, car privilégiant la quantité à la qualité, la concurrence plutôt que le partage du terrain de chasse. Lors de cet épisode, le War Roag IV fait partie d’un armement. Il n’est donc pas considéré comme un navire artisanal, quand bien même les opérations de finance halieutique menées par son patron en font une personnalité forte du paysage portuaire31.

33Ce qu’exprime Pierre-Marie, c’est que peu importe le statut administratif, «  ces abrutis de bolincheurs  », du fait des techniques de pêche engagées, ne peuvent prétendre au statut informel d’artisan – même chose pour les chalutiers. Ce même patron artisan caseyeur breton me confiait lors d’une autre sortie, alors qu’un casier à homard remontait avec quelques langoustines, travailler sur un modèle de casier spécifique à ces «  demoiselles  », sur le modèle écossais. Avec cette méthode dormante, la question des rejets et de la consommation de gasoil, qui faisait alors les gros titres, se posait en quantité nulle :

«  On aurait de bons résultats, rien à voir avec des quantités industrielles, mais assez quoi  ! Impossible d’en parler avec les chalutiers bigoudens, bien sûr  ! Et s’ils le savent, il vont venir taper mes casiers. C’est pour moi que je le fais, pour la passion, pour le plaisir de la pêche. Mais bousiller tout, au nom du profit, c’est pas l’activité d’un artisan  »

  • 32 «  Pêche. Coup de sang des ligneurs  », Le Télégramme, 6 février 2008, [en ligne] URL : http://www. (...)
  • 33 «  Pêche. Les comités locaux harponnent des bolincheurs  », Le Télégramme, 6 mars 2009, [en ligne] (...)
  • 34 «  Pêche au bar : les ligneurs s’en prennent de nouveau aux bolincheurs  », Le Marin, 29/09/2016
  • 35 Dhellemmes est de nouveau au cœur des conflits intraprofessionnels en 2018, au sujet de l’introduct (...)
  • 36 La senne danoise n’est pas autorisée en Bretagne dans la zone des 12 miles, contrairement à d’autre (...)

34Or les navires qui ciblent les langoustines sont les chalutiers bigoudens qui ont fait du Guilvinec le «  premier port de pêche artisanale  » de France. Les concurrences ne sont pas seulement réservées au pays bigouden et fouesnantais. À Audierne, un conflit semblable à celui décrit sur le port de Concarneau avait eu lieu en 1997, lorsque les ligneurs du quartier d’Audierne avaient obtenu l’exclusivité de la zone du raz de Sein, au détriment des fileyeurs, ou encore plus récemment en 200832, 200933, puis en 201634 entre les ligneurs d’Audierne, de Douarnenez et de Concarneau et les bolincheurs de l’armement Dhellemmes35, ou les senneurs danois36 de la Scapêche. Il est important de noter que ces conflits ne sont pas spécifiquement bretons, puisque des développements similaires sont observables en Manche au sein de la flottille boulonnaise par exemple.

35Des conflits s’expriment aussi au sein même du groupe des ligneurs de chaque port, du fait de la raréfaction de la ressource, mais aussi au sujet du repos biologique hivernal. Il existe, selon les normes européennes, deux zones de pêche, délimitées par une ligne qui sépare la Bretagne entre nord et sud au niveau du 48e parallèle37. Au nord, les mesures concernant la pêche au bar sont très strictes, avec une taille minimale placée à 42 centimètres contre 36 au sud, et surtout un repos biologique imposé durant les périodes du frai, les mois de février et de mars. Cette limite géographique est souvent perçue comme absurde par la profession, tant il y a, au nord comme au sud de la ligne imaginaire, les mêmes résultats de captures par les pêcheurs («  il n’y a qu’un stock  »). Autour du mois de février, sur la côte sud, une règle tacite au sein de la communauté des petits pêcheurs incite les professionnels à observer une trêve hivernale correspondant à la législation imposée par la loi au nord. Au-delà des désaccords vis-à-vis des dates légitimes pour arrêter et reprendre l’activité, certains pêcheurs continuent de pêcher durant la trêve, ce qui attise les conflits38. L’hiver est censé correspondre aux périodes de reproduction du bar, une espèce à forte valeur ajoutée, dont dépendent grandement les ligneurs de la pointe bretonne. Un marin me confie sur le quai : «  artisan, tu peux tout mettre, c’est comme de dire “artisan boulanger” tu sais, ça veut tout et rien dire  ».

Sous le radar

36Parmi les quelques écrans obligatoires dans la cabine se trouve l’AIS, Système d’identification automatique des navires qui permet les échanges, les communications entre navires et institutions de surveillance du trafic. La carte est consultable en temps réel sur internet et donne l’identité (nom de navire, port d’attache, taille, jauge, etc.), le statut (si le navire est en pêche par exemple) et surtout la position de tous les navires commerciaux. La pêche, tout comme l’agriculture et le secteur primaire de manière générale, est aujourd’hui caractérisée par une prolifération de normes et de juridictions. Dès lors, la question principale de ces filières dans lesquelles cohabitent petits producteurs et industriels est une question d’autonomie, de responsabilité et de dépendance. Qui contrôle, gère, structure et détient les intérêts  ? Qui perd et qui gagne à l’issue du travail, des réglementations, de la normalisation des activités  ? Adresser ces questions permet de déconstruire les intérêts et les responsabilités de chacun des acteurs.

37À l’invitation d’un pêcheur, je me rends durant l’automne 2017 à une réunion d’association de ligneurs bretons, pour discuter des futures mesures concernant les quotas de captures de bars, à l’échelle européenne et nationale. La discussion porte sur les propositions que l’association peut faire aux organes de décision européenne vis-à-vis des quotas de captures de bars. En 2018, la Commission européenne s’apprête à statuer sur un plan de gestion de l’espèce. C’est l’occasion, pour des professionnels qui n’ont que rarement l’occasion de se réunir autour d’une table, d’exprimer les tensions entre leurs intérêts de ligneurs, ceux des autres marins et ceux des plaisanciers. Les réglementations autorisent des captures annuelles fixées à dix tonnes pour les ligneurs et permettent des prises accessoires aux autres navires. Certains rappellent que ces prises «  accessoires  » sont en réalité «  ciblées  », et ce durant la période de fraye des poissons, période pendant laquelle les ligneurs – au moins ceux présents au sein de l’association – pratiquent le repos biologique.

38Les tensions les plus fortes ont lieu entre les ligneurs et les bolincheurs. Ce soir, le secrétaire de l’association annonce une mesure qui risque d’être validée : réduire les neuf tonnes théoriques de captures autorisées de l’ensemble d’une flottille de bolincheurs à un tonnage par bateau. La mesure aurait pour effet d’empêcher les gros armements de «  faire leur propre cuisine  » au sein du groupe pour se répartir les tonnes de poisson pêchées entre navires affiliés. Mais la question du contrôle n’est pas uniquement l’affaire des contrôlés. S’il existe un instrument de surveillance, il s’agit aussi de comprendre qui l’exerce, et quels intérêts motivent ces derniers. «  Ben oui, c’est de l’argent pour les criées aussi alors ça les arrange  » rappelle un pêcheur présent. Un pêcheur briochin lui répond par une anecdote que tout le monde autour de la table semble connaître à propos de la débarque, bien au-dessus des tonnages admis, d’un navire appartenant à un très gros armement de sa région, Porcher : «  Quand le bateau a débarqué, c’est la criée qui a réparti ensuite entre les différents bateaux de son armement.  » Un autre pêcheur relance la discussion en évoquant la débarque d’un bolincheur d’un armement appartenant à un grand groupe de distribution, à Concarneau : «  L’autre fois, il débarquait et j’ai voulu rentrer dans la criée : impossible. Tout était fermé et fait pour pas qu’on rentre. Ils font leur cuisine  ». Son voisin ajoute : «  Il faudrait faire venir un huissier  », mais l’idée est trop coûteuse. Il y a la juridiction, mais les moyens de l’appliquer ou de la contourner sont toujours une question de conflits d’intérêts. «  Ils ont tous les droits, ce sont eux qui décident  » conclut un pêcheur qui n’a pas pris la parole encore, avant de laisser le secrétaire de l’association poursuivre la discussion : «  Vous les voyez parfois aller dans les zones interdites  ?  ». Rires dans la salle. «  Normalement, ils n’ont pas le droit d’y aller  » continue le secrétaire. «  Ils y vont tout le temps  !  », réagissent à l’unisson une dizaine de pêcheurs. «  Même avec l’AIS ils y vont, ils disent qu’ils nettoyaient la bolinche au pire, si on leur demande  ». «  Qu’est-ce qu’on propose alors  ?  », demande le secrétaire aux collègues rassemblés. «  Le repos biologique pour tout le monde  » s’énerve un pêcheur bigouden. «  Ce n’est pas normal de pêcher quand ils font des petits, c’est du bon sens, nous on l’observe déjà depuis des années, c’est logique  !  » «  Ça passera jamais, c’est clair et net  » ; «  On peut demander au moins un mois  » ; «  ça passera pas, je me mets à la place des gars, c’est là qu’ils font du blé, ils vont pas accepter c’est clair  ! Je les comprends  », lui répond, désabusé, un collègue du même quartier maritime.

39Pour les ligneurs présents lors de cette réunion, le territoire de «  rigueur et de liberté  » de la mer paraît être un espace de négociation tendue. Non seulement les ressources sont déclinantes, mais en plus leur partage politique et économique paraît inégal. Ces petits pêcheurs sont parfois désabusés, conscients de la réduction de leur force dans les concurrences entre flottilles. Ils sont aussi parfois pragmatiques vis-à-vis d’un système global qui favorise les plus puissants des quartiers maritimes, comprenant que leurs collègues «  plus gros  » ne fassent pas de concessions sur leurs avantages pour garantir leur propre survie. Mais ce pragmatisme ne doit pas cacher l’existence de convictions profondes, écologiques notamment, lesquelles se traduisent par l’association des forces ou par du militantisme. L’association est, pour les plus petits pêcheurs, l’espoir de conserver la liberté que semble recouper l’activité de la pêche. L’engagement croissant des petits pêcheurs, qui se veulent force de proposition «  à Bruxelles  » ici, marque ce refus de l’isolement, le refus de subir les mutations d’un secteur qui pousse de plus en plus les pêcheurs à naviguer «  seuls  », et de moins en moins «  ensemble  ». Il s’agit de faire partie d’un environnement écologique et social, d’être son propre patron, c’est-à-dire de décider de son cap, parmi une communauté au sein de laquelle la «  liberté  » est la même pour tout le monde.

  • 39 Se référer à l’histoire faite par ces auteurs de l’intégration du bio aux systèmes industriels de p (...)

40Plusieurs travailleurs de la terre ont écrit sur l’impossibilité de lutter contre les dynamiques anéantissant le modèle d’indépendance et d’autonomie paysanne, en revenant sur l’histoire d’une assimilation par «  modèles  ». Yannick Ogor parle ainsi du paysan «  éternel  » des années 1930, puis «  moderniste  » dans les années 1960 et enfin «  écologiste  » aujourd’hui, profils qui répondent systématiquement aux besoins de l’industrie agroalimentaire et ses propres mutations. La normalisation favorise la concentration des capitaux et la diminution du nombre de producteurs, en supprimant les marges d’une profession hétérogène. Pour se libérer de ces «  vies administrées  » et de cette condition violemment prisonnière de «  la société bureaucratique  », Xavier Noulhianne propose de vivre à côté des normes et des certifications, retrouver la solidarité qui caractérise les communautés villageoises sans concéder de terrain à ces médiums industrialisant les rapports de confiance entre consommateurs et producteurs, lesquels anéantissent la relation entre ces deux groupes (Noulhianne, 2016). Les normalisations hygiénistes généralisées à toutes les exploitations peu importe leurs différences, les certifications et les éco-labels qui paraissaient garantir une certaine autonomie dans la production à leurs débuts, masquaient en réalité une certaine dépendance aux systèmes commerciaux, notamment de grandes distributions, aux banques, au Bureau Veritas, aux assurances39… Yannick Ogor quant à lui appelle à «  construire des communautés de confiance qui assumeraient collectivement l’illégalité  » (Ogor, 2017). Patrick Bresnihan a très bien étudié ces processus dans le milieu de la pêche britannique, notamment en repérant comment une gouvernance néolibérale était orchestrée autour de différentes politiques d’écrémage produisant des gagnants et des perdants au sein des flottilles : le système des quotas, la responsabilisation au travers du projet «  Zéro rejet  », ou encore la compétition pour les certifications demandent aux pêcheurs une posture entrepreneuriale pour ne pas disparaître (Bresnihan, 2018). Il existe des règles coutumières, qui ne sont pas suivies comme la loi édictée est obéie. Pour certains pêcheurs, c’est dans les failles du cadre légal que se trouvent les résidus d’une culture maritime libertaire. Ces éléments (perruque ouvrière dans les butins de chalut, godaille, embarquements de copains non déclarés, tout élément d’un «  travail à côté  » (Weber, 1989) ou d’un «  non-travail  » (Barel, 1984), c’est-à-dire une «  autre manière de travailler et de produire  », résistent à s’effacer malgré le contact d’une administration de moins en moins communautaire.

41Si les pêcheurs doivent se plier aux politiques de labellisation, ces modalités officielles sont souvent critiquées, à l’image des regards critiques des petits pêcheurs sur la certification MSC, créée en 1997 par WWF (Christian, 2013). Pour survivre, le petit pêcheur doit valoriser une certaine forme de capital moral, qui s’incarne au dehors du cadre officiel, par un storytelling marketing et entrepreneurial et une mise en scène de pratiques «  vertueuses  ». Ainsi on trouve de plus en plus de petits pêcheurs revendiquant la débarque de poissons en «  ikéjimé  », technique d’abatage japonaise. Comme pour les saumons d’Alaska de l’enquête de Karen Hébert, le poisson passe d’une représentation d’un produit pensé sur le mode du «  tonnage  » uniforme et rapportant un flux financier constant à celle d’un produit de «  qualité  », délicat, plus variable et individualisé (Hébert, 2010). La crise des ressources a encouragé cette mutation des représentations, car il fallait inventer d’autres marchés, de niche, et compatibles avec une morale environnementale et sociale. D’une certaine manière, la construction en opposition avec la production de masse agroalimentaire reproduit certains des aspects de la relation aux non-humains qui la caractérisait, c’est-à-dire une fabrique du sauvage au service d’une grille de compréhension du monde capitaliste. L’histoire racontée avec l’ikéjimé est celle de l’obtention d’un produit d’exception, avec le minimum de souffrance animale, et grâce à une technique artisanale japonaise suscitant la curiosité du consommateur, comme une sorte de pendant maritime au luxueux bœuf de Kobé. L’ikéjimé, a fortiori associé au label «  de ligne  », renforce le marqueur d’un produit d’opposition aux arts traînants, de plus en plus montrés du doigt dans les débats de société, à l’image des négociations européennes sur l’interdiction du chalutage profond en 2016, et sur la pêche électrique plus récemment. Cependant, la définition de l’ikéjimé est bien souvent déconnectée de la réalité du pont. De nombreux petits pêcheurs me confient l’impossibilité de pratiquer  » réellement  » cette technique d’abatage seul à bord, dans des conditions de remontée de ligne compliquées, et l’adaptation de la technique aux contraintes et moyens du bord. Mais l’absence de certification, de normalisation de cette pratique permet de récupérer de l’agency en s’appropriant une narration identifiable par le plus grand nombre. Il est impossible d’imaginer l’ikéjimé à bord de gros navires du large. Le terme vient donc signifier dans l’imaginaire commercial une différence, celle du soin artisanal que l’industrie n’est pas capable de fournir, celle de l’attention donnée aux poissons par le petit pêcheur, et d’un rapport au temps plus lent, celui des communautés. C’est peut-être dans ces jeux de narration que se joue le plus la lutte pour la survivance d’activité, avec les limites énoncées dans la partie précédente. Presque chaque manière de pratiquer l’ikéjimé que j’ai pu observer sur le terrain ou relever en entretien avec des petits pêcheurs était singulière. Pas une ne recoupait exactement une définition «  officielle  », et c’est aussi là que réside la force du geste, car chacune revendiquait le même terme, comme un symbole de résistance à s’approprier. Dans la lutte à deux vitesses, il redevient possible d’imposer alors un rythme, de retrouver une capacité d’action. N’oublions pas cependant que l’ethos entrepreneurial qu’elle impose trace les contours halieutiques du nouvel esprit du capitalisme, à l’opposé d’un «  quant à soi  » ouvrier, d’une improductivité créatrice qui s’exprimerait en dehors des exigences du marché.

Conclusion

42Les territoires littoraux subissent des mutations industrielles dont les grands perdants sont en premier lieu les travailleurs les plus exposés, les marins en première ligne sur le pont. Paradoxalement, ce sont également ces marins qui sont exposés «  partout en photo  » et qui illustrent les campagnes de recrutement. C’est cet absurde ratio qu’exprime un ligneur en entretien :

«  C’est de l’image, y a pas de volonté politique à vraiment aider la petite pêche. Nous, on est partout en photo, hein. Dans les discussions politiques, déjà on est moins en photo, et au fin fond des couloirs, où les décisions sont prises, on n’y est plus du tout. Si on avait le même pouvoir qu’on a en termes d’image, on serait balaise.  »

43La désindustrialisation n’est qu’une façade, puisque les navires les plus touchés ne sont pas les plus puissants de l’industrie. Si les ports se métamorphosent pour accueillir de plus en plus de touristes observant des flottilles chatoyantes de petits pêcheurs de moins en moins nombreuses, les plus gros armements «  raflent les kilowatts  » pour réarmer des navires de pêche industrielle. Et ce réarmement cache lui-même une fragilité de la filière, qui reste soumise aux temporalités de court terme de l’industrie, toujours à la merci des cours des prix et du gasoil. En parallèle, la coopération maritime avoue pallier la baisse de l’activité de pêche professionnelle par un regain d’activité des «  comptoirs de la mer  », magasins portuaires professionnels emblématiques, qui voient un développement croissant de leurs rayons touristiques (épicerie fine, prêt-à-porter, etc.). Cette transformation n’est pas que symbolique, elle est l’un des symptômes de ces «  crises  » du secteur. La place du pêcheur s’intègre à des réseaux qui dépassent de loin les ponts des bateaux. Dans la société littorale, il incarne un agent économique puissant, qui trouve une place dans l’économie régionale à travers ce modèle agroalimentaire breton si particulier : ils sont le premier chaînon d’une fresque de l’emploi, auquel succèdent employés de criées, dockers, mareyeurs et poissonniers, ou conserveurs et ouvriers d’usines de transformations.

  • 40 Patrick Love, de l’OCDE, compare la crise de surpêche en Atlantique Nord-Ouest au XXe siècle au «  (...)

44La difficulté, pour les profils les plus exposés de pêcheurs, à savoir les patrons de petite pêche et les matelots du large, à revendiquer de meilleures conditions d’exercice tient à plusieurs facteurs. D’abord, leur situation professionnelle les éloigne de la terre, de la société, et par là même des instances de luttes. Ensuite, l’histoire de la pêche montre une impossibilité, pour les luttes, de se fixer en réelles institutions syndicales. Alors que différentes initiatives à l’échelle de l’Europe se mettent en place autour de figures de la petite pêche, le paysage de la filière continue de voir sa flottille artisanale diminuer et l’industrie signer de nouveaux contrats. La confusion de l’opinion terrienne vis-à-vis des enjeux maritimes est encouragée par une communication paradoxale. Les débats sur l’écologie maritime et littorale, investie massivement par le vocable de la «  durabilité  », restent des débats de surface desquels l’industrie capitaliste se défait rapidement pour pérenniser – c’est-à-dire pour rendre «  durable  » – un modèle industriel. Depuis les crises du début des années 1990, les pêcheurs sont de plus en plus stigmatisés comme destructeurs des environnements marins, comme s’ils étaient responsables du système absurde qui les exploite et les rend de plus en plus vulnérables. Une sorte de double peine qui rappelle un rapprochement fait par Félix Guattari dès la fin des années 1980, entre les poissons morts victimes de l’industrie vénitienne productrice d’algues mutantes (semblables aux marées vertes nitrophiles du littoral breton : Levain, 2013) et les homeless de la spéculation immobilière de Donald Trump à Atlantic City (Guattari, 1989, p. 34). Pour suivre cette analogie, nous pourrions avancer que les poissons morts des rejets des navires, et ceux qui les manipulent quotidiennement – les 1200 marins des hauturiers menacés par le Brexit par exemple, ou les nombreux indépendants des flottilles de petite pêche – sont les victimes conjointes de l’écologie environnementale et sociale du capitalisme industriel, c’est-à-dire d’une filière institutionnalisée qui méprise ses travailleurs, en prétendant que ses intérêts au court-termisme destructeur sont aussi les leurs40.

45Pourtant ce que prouvent les luttes des petites pêches, c’est l’attachement au modèle local de société, incarné par les circuits courts, incarné aussi par le maintien d’une petite pêche quotidienne alimentant les marchés des littoraux ruraux ou iliens. À la volonté de faire du profit – présentée comme une nécessité au vu des investissements par les institutions régionales et professionnelles – s’oppose une volonté d’enracinement dans des communautés locales, très présente dans les aspirations de la jeune génération. Un retour au local et à la petite embarcation qui est aussi une «  dernière chance  » (Mariat Roy, 2015) de récupérer une capacité d’action, via une activité perçue comme écologique, économiquement valorisée et source de «  prestige  » identitaire. Mais si ces modèles sont très souvent mis en avant dans les campagnes de communication de la Région ou de la profession, ils ne sont pas nécessairement soutenus par les institutions et par les commissions d’aide, faute de garantie de rentabilité. Il faut alors se battre, et parfois modifier en profondeur sa pratique du métier pour survivre – devenir entrepreneur des luttes à travers l’activité de lobbying, ou de la valorisation touristique à travers l’activité de guide de pêche. Il y a, au centre de ces confrontations, de plus en plus fréquentes entre le terrien et le marin, la peur que la liberté du travailleur de la mer soit soumise à l’opinion publique, le risque de devoir rendre des comptes et donc de modifier ses pratiques en conséquence. Au marin «  à part  », on refuse de «  confier  » une nature sans s’assurer de son «  humanité  », c’est-à-dire de sa solubilité dans le modèle entrepreneurial et gestionnaire, de sa «  modernité  ». Quelle est l’autre conséquence du discours insistant sur le caractère «  à part  » de ces travailleurs du front halieutique, qu’ils soient petits pêcheurs ou matelots de l’industrie  ? Une naturalisation du processus industriel, un glissement opéré par la rhétorique capitaliste qui fait alors passer des conditions d’exploitation au service du marché pour des contraintes naturelles. Non seulement une invisibilisation de la violence envers les animaux permet aux industriels de parler d’humanité dans la mise à mort systématique d’animaux, mais la commodification du rapport salarial, et une certaine naturalisation de la violence des processus industriels sous une idéologie de «  l’exigence naturelle  » permet de faire des travailleurs du secteur agroalimentaire des humains de seconde classe. (Joyce at al., 2015).

  • 41 Appel citoyen su gouvernement français. Osons sauvegarder la petite pêche côtière, 2020, appel à si (...)

46Difficile à imaginer il y a quelques années, on observe des ONG, comme Bloom, s’associer aux (petits) pêcheurs dans leurs luttes, à l’image de l’appel lancé au printemps 2020 réclamant une répartition priorisée des aides gouvernementales vers les artisans, et une représentativité qui contourne le monopole du comité41. Dans le même temps, la Commission européenne a autorisé les armateurs à disposer du dispositif «  d’arrêt temporaire  ». S’ils n’ont plus accès aux eaux britanniques à cause du Brexit, les armements pourraient être mis sous une perfusion insuffisante et inadaptée, comme une aide d’urgence qui éponge, sans le régler, le problème d’un effondrement de chiffre d’affaires, quitte à sacrifier certains projets prévus par le fonds d’aides autour des questions de connaissances des ressources par exemple. «  On ne va pas pour autant s’arrêter de vivre  », déclare la direction d’un gros armement dans un article du Télégramme qui regroupe les réactions de trois gros armateurs hauturiers bretons à la veille du Brexit (Le Télégramme, 2019). Or, quels types de navires sont envisagés pour remplacer la flottille déclinante  ? Des chalutiers-usines de quatre-vingts mètres de long prouvent déjà leur efficacité en pêchant 2000 tonnes de poissons du large (églefin et morue) lors de campagnes de trente jours de mer. On peut imaginer que ces géants des mers, qui permettent à leurs armateurs de sécuriser, par la puissance de leur effort de pêche, une certaine privatisation des océans, n’auront bientôt que peu de concurrence dans le partage des «  ressources  ».

47Ces rapports de force prouvent que ce sont les classes populaires de travailleurs, les petits pêcheurs artisans et les marins employés sur les chalutiers hauturiers, qui subissent en première ligne les conséquences des restructurations, quand les cadres du système réussiront toujours leur reconversion, en phase avec les politiques néolibérales de gestion des environnements. Le contexte de crise permanente, particulièrement depuis les mouvements sociaux du début des années 1990, prouve que le rapport de force est inscrit dans la nature du modèle industriel lui-même, qui ne peut s’empêcher de confondre durabilité et rentabilité. Les décideurs industriels prouvent leur incapacité à prévoir un modèle halieutique hauturier qui permette aux marins d’habiter leur environnement sans s’épuiser à le détruire. Une lutte au sein de la petite pêche s’organise alors de plus en plus politiquement, autour d’un constat : les kilowatts des navires sacrifiés sont vite rachetés par de gros armements, transformés en senneurs danois, ou en chalutiers neufs qui continuent de brûler des hectolitres de gasoil au large, tout en détruisant les corps et les esprits de marins de plus en plus dépossédés de leur autonomie, de plus en plus seuls sur leurs navires en mer.

Haut de page

Bibliographie

Barel, Y., 1984, La société du vide, Le Seuil, Paris.

Baudrillard, J., 1985, Le miroir de la production, Galilée, Paris.

Berger, S., 1975, Les paysans contre la politique, Le Seuil, Paris.

Blasiak, R., J.-B. Jouffray, C. C. C. Wabnitz, E. Sundström et H. Österblom, 2018, Corporate control and global governance of marine genetic resources, Science Advances, 6 juin 2018

Braudel, F., 1977, Ecrits sur l’Histoire, Flammarion, Paris.

Bresnihan P., 2018, Revisiting neoliberalism in the oceans : Governmentality and the biopolitics of ‘improvement’ in the Irish and European fisheries, Environment and Planning A : Economy and Space, vol. 51, n° 1, September 2018, pp. 156-177.

Breton, Y., 1981, L’anthropologie sociale et les sociétés de pêcheurs : réflexions sur la naissance d’un sous-champ disciplinaire, Anthropologies et Sociétés, Volume 5, Issue 1 «  Les sociétés de pêcheurs  », pp. 7–27

Callon, M., 1986, Eléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins dans la baie de Saint-Brieuc, L’année sociologique, n° 36, pp. 170-208.

Casey, E.S., 1996, How to get from Space to Place in a Fairly Short Stretch of Time : Phenomenological Prolegomena, dans : Feld, S., K. Basso, Senses of Place, Santa Fe, School of American Research Press, pp. 13-52.

Castel, R. et C. Haroche, 2001, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi, Fayard, Paris.

Comaroff, J. et J. Comaroff, 2009, Ethnicity, Inc., University of Chicago Press.

Cottereau, A., 1983, Usure au travail, destins masculins et destins féminins dans les cultures ouvrières en France au XIXe siècle, Le Mouvement social, juillet-septembre 1983, n° 124, pp. 71-112.

Christian, C., D. Ainley, M. Bailey, P. Dayton, J. Hocevar, M. LeVine, J. Nikoloyuk, C. Nouvian, E. Velarde, R. Werner et J. Jacquet, 2013, A review of formal objections to Marine Stewardship Council fisheries certifications, Biological Conservation, Volume 161, May 2013, pp. 10–17.

Delbos, G., G. Prémel, 1995, La Bretagne et ses pêcheurs : une mutation à marche forcée, Sociétés contemporaines, n° 22-23, Ségrégations urbaines, pp. 145-167.

Delbos, G., G. Prémel, 2006, Pêche artisanale : la fin du “ménage”, Ethnologie française, n° 3, vol. 36, pp. 531-542.

Fortin, G., 1965, Milieu rural et milieu ouvrier : deux classes virtuelles, Recherches sociographiques, vol. VI, n° 1, pp. 47-57

Galaz, V., B. Crona, A. Dauriach, J.-B. Jouffray, H.Österblom et J. Fichtner, 2018, Tax havens and global environmental degradation, Nature Ecology and Evolution (Perspective), vol. 2, Septembre , pp. 1352 - 1357

Geistdœrfer, A., G. Danic (dir.), 2001, Mutations techniques des pêches maritimes, Agir ou subir  ?, évolution des systèmes techniques et sociaux, Actes du colloque de 1999 à Lorient, Editions Quae, Versailles.

Geistdoerfer, A., A. Geistdoerfer, F. Ploux et C. Cérino, 2004, Entre Terre et mer, Sociétés littorales et pluriactivités (XVe– XXsiècle), PUR, Rennes.

Grignon, C., 1975, Le paysan inclassable, Actes de la recherche en sciences sociales. vol. 1, n° 4, juillet 1975, Le fétichisme de la langue, pp. 82-87.

Guattari, F., 1989, Les Trois écologies, Galilée, Paris.

Hébert, K., 2010, In Pursuit of Singular Salmon : Paradoxes of Sustainability and the Quality Commodity, Science as Culture 19 (4), pp. 553-581.

Hobeika, A., 2013, La collégialité à l’épreuve. La production de l’unité au sein de la FNSEA, Politix, vol. 3, n° 103, pp. 53-76.

Hobsbawn E., T. Ranger, 1983, The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press.

Jacquet, J., D. Pauly, 2008, Funding Priorities : Big Barriers to Small-Scale Fisheries, Conservation Biology Volume 22, No. 4

Jorion, P., 1989, Hommes, femmes et “l’intérêt supérieur du ménage” à la petite pêche, Terrain, n° 12, pp. 67-79.

Le Boulanger, J.M., 2000, Douarnenez de 1800 à nos jours ; Essai de géographie historique sur l’identité d’une ville, PUR, Rennes.

Le Télegramme, 2019, Brexit. Un océan d’incertitudes, 28 janvier 2019, [en ligne] URL : https://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/brexit-un-ocean-d-incertitudes-28-01-2019-12194988.php ?share_auth =6d2503edaf72de32e694c59eccdb03e7&fbclid =IwAR3CCQqPIhajLYbMngqcprfnSpOOaNQ7MR6MvUVxdymbyciW2SNg86peVN4#yOHV5AhVQlJveVly.01

Levain, A., 2013, Faire face aux “marées vertes”, penser les crises du vivant, Vivre avec l’algue verte : médiations, épreuves et signes. Thèse de doctorat en ethnologie et anthropologie sociale. Paris, Muséum national d’histoire naturelle, Ethnographiques.org 27, [en ligne] URL : www.ethnographiques.org/2013/Levain

Love, P., 2010, Les pêcheries, jusqu’à l’épuisement des stocks  ?, Editions de l’OCDE, Paris.

Maresca, S., 1981, La représentation de la paysannerie, Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 38.

Maresca, S.,1983, Les dirigeants paysans, Editions de Minuit, Paris.

Mariat-Roy, E., 2011, Si les quotas m’étaient contés : les conséquences économiques et sociales des politiques islandaises de gestion des ressources marines : ethnologie de communautés littorales, Thèse de doctorat en ethnologie, EHESS.

Mariat-Roy, E., 2015, Le poisson pêché à la ligne est le meilleur entre tous, Ethnographie de stratégies professionnelles de valorisation d’une marchandise à forte valeur ajoutée en Islande, Revue Internationale d’Ethnographie, n° 5, pp. 55-71.

Marx, K., 1969[1852], Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, Editions Sociales, Paris.

Marx, K., 2011, Manuscrits de 1857-1858 («  Grundrisse  »), Les Éditions sociales, Paris, pp. 82-83

Marx, K., 2011, Grundrisse, Editions sociales, Paris.

Noulhianne, X., 2016, Le ménage des champs, chronique d’un éleveur au XXIe siècle, Editions du bout de la ville, Le Mas d’Azil.

Ogor, Y., 2017, Le paysan impossible, Editions du bout de la ville, Le Mas d’Azil.

Schwartz, O., 2011, Peut-on parler des classes populaires  ?, La Vie des Idées, [en ligne] URL : http://www.laviedesidees.fr/Peut-on-parler-des-classes.html

Suche, J.M., 2014, Rapport d’évaluation de la politique maritime – Synthèse des scénarios et Phase de diagnostic : rapport opérationnel, Inspection générale de l’Administration Conseil général de l’Environnement et du Développement durable Inspection générale des Affaires maritimes

St. Martin, K., 2000, Mapping economic diversity in the First World : the case of fisheries, Environment and Planning, A, vol. 37, pp. 959 – 979

St. Martin, K., 2005, Disrupting Enclosure in New England Fisheries, Capitalism Nature Socialism, vol. 16, n° 1.

Starosielski, N., 2015, The Undersea Network, Duke University Press, Durham.

Tornatore, J., 2005, L’invention de la Lorraine industrielle » : Note sur un processus en cours, Ethnologie française, vol. 35(4), pp. 679-689.

Tsing, A., 1994, From the Margins, Cultural Anthropology, vol. 9, n° 3, pp. 279–297.

Tsing, A., 2000, «  The Global Situation  », Cultural Anthropology, vol. 15, n° 3, pp. 327–360.

Tsing, A., 2017, Le champignon de la fin du monde, Sur les possibilités de vivre dans les ruines du capitalisme, La Découverte, Paris.

Weber F., 1989, Le Travail à côté. Étude d’ethnographie ouvrière, INRA/Ed. EHESS, Paris.

Haut de page

Notes

1 L’écosophie est selon l’auteur l’articulation «  entre les trois registres écologiques, celui de l’environnement, celui des rapports sociaux et celui de la subjectivité  ».

2 Voir le chapitre 6 (partie III) «  Revendiquer sa liberté et “poser son sac” – pratiques du turnover  » de la thèse de doctorat, et particulièrement le paragraphe «  C’est pas l’usine, la mer  ».

3 Avis de la DDTM 29 rapporté par le compte rendu de la commission Mer et Littoral du 2 juillet 2018.

4 Les navires sont vendus «  avec antériorité de X ans accordée par l’OP donnant droit au nouveau propriétaire à X tonnes de X  ». On estime que les droits associés augmenteraient la valeur du navire de 30 à 50 %.

5 [En ligne] URL : http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/rapports/cion-eco/l15b2293_rapport-information

6 Le cas méditerranéen du thon rouge est souvent mis en avant, avec des artisans représentant 84 % des pêcheurs, mais ne disposant que de 10 % des quotas.

7 Ouest Matin, 9 janvier 1954 – cité dans Le Boulanger, 2000.

8 L’expression est celle de Geneviève Delbos dans son article de 2006 «  Pêche artisanale : la fin du “ménage”  », faisant écho aux «  institutions imaginaires de la société  » de Cornélius Castoriadis, citées également comme inspiration de la chercheuse dans d’autres travaux (Delbos et Prémel, 1995).

9 Au sujet de l’harmonie d’un autre «  monde à part  », Suzanne BERGER a bien montré les effets de l’omniprésence de l’Office central des œuvres mutuelles agricoles de Landerneau dans les affaires des Bretons vivant de la terre, permettant de lisser toute dissidence éventuelle (1975).

10 «  Cette unité institutionnelle et sa séparation des autres secteurs contribuent à faire exister l’agriculture en la définissant à la fois comme activité productive et comme population. Elles n’existent cependant que grâce à un travail d’entretien constant par les acteurs intéressés au maintien de cet arrangement  », rappelait Alexandre Hobeika (2013).

11 En 2020, la lutte s’oriente d’ailleurs vers une grève des cotisations professionnelles obligatoires, principales sources de revenus des Comités.

12 Article L931-2 du code rural de la pêche maritime ; ce cas français est singulier, car les définitions ont tendance à l’échelle internationale à s’attacher à une taille limite de navire de 12 ou 15 mètres (Jacquet et Pauly, 2008).

13 Pêcher n’est plus une liberté inconditionnelle, pour le professionnel comme pour le particulier qui, s’il ne suit plus le calendrier réglementé, la carte officielle, la liste des prises autorisées, devient hors-la-loi. Pour E.P. Thompson, c’est lorsque le Black Act a condamné à mort tout individu coupable de blacking, – contrebande ou destructions des biens que les propriétaires anglais du XVIIIe siècle s’étaient légalement accaparés – que le pouvoir de la propriété a été instauré. «  Un vivier à poissons avait la même valeur que la vie d’un homme  » écrit l’historien britannique, ce qui provoque «  l’impasse  » d’un «  individualisme possessif  » (Castel et Haroche, 2001)

14 Nicole Starosielski a montré, à travers son étude du réseau de câblage sous-marin, que les accès aux «  ressources  » sont distribués inégalement le long de zones et de lignes dessinées par des politiques reproduisant des dominations sociales et coloniales (2015, p. 25).

15 17.000 tonnes débarquées en 2016

16 L’armement a cependant été prouvé déficitaire dans une enquête de l’ONG environnementaliste Bloom : «  Des Flottes de Pêche Déficitaires  », [en ligne] URL : https://www.bloomassociation.org/des-flottes-de-peche- deficitaires/

17 À noter la proximité du nom choisi avec la dénomination «  scop  », qui n’a rien à voir avec la structure économique de l’armement, ainsi que la dénomination  » coopératif  », qui fait croire à un certain engagement social ou solidaire de la firme.

18 Le groupe capitalise ici sur l’aspect positif de la polyactivité et la saisonnalité, caractéristiques de la petite pêche, en expliquant que ces nouveaux navires pourront varier leurs pêches en alternant chalut, senne danoise et pélagique. Il est troublant de voir ce discours sur la variabilité des techniques réapproprié ainsi pour décrire des techniques d’art actif qui sont justement pointées du doigt par les petits pêcheurs comme non respectueuses des rythmes du milieu marin. La polyactivité concerne normalement des petits navires qui pêchent de petits volumes, au casier, à la ligne ou au filet, [en ligne] URL : https://www.mousquetaires.com/nos-filiales/agromousquetaires/nos-filieres/la-filiere-mer-agromousquetaires/

19 La Scapêche apporte 70 % du budget à l’achat de ces chalutiers, contre 30 % de la part des pêcheurs.

20 [en ligne] URL : https://www.mousquetaires.com/nos-filiales/agromousquetaires/nos-filieres/la-filiere-mer-agromousquetaires/

21 140 navires bretons selon l’article du Télégramme réalisent leur activité à plus de 50 % dans les eaux britanniques. La pêche au large représente 80 % des apports et des emplois du secteur pour le Finistère. Entre 180 et 200 navires français pêchent pour au moins 20 % de leur activité dans les zones anglaises et emploient entre 1 300 et 1 200 marins. Selon le comité national, cela représente 140 millions d’euros de Chiffre d’affaires et 26 000 tonnes de poisson.

22 Voir l’analyse de l’idéologie du terroir auprès des producteurs de fromage américains chez Heather Paxson, ou bien chez Karen Hébert. Voir également les travaux des Comaroff sur l’invention de la tradition comme support d’agency des subalternes (2009).

23 Dynamique repérée dans le monde agricole par Sylvain Maresca (1981).

24 Les deux exemples d’illustration datent des années 1970 à Auray et 1950 à Saint-Nazaire.

25 Jorion évoque les prêts de la part d’autres commerces locaux, boulangers, chantiers, pharmacies, etc.

26 Voir notamment la liste des nombreuses compagnies industrielles ayant obtenu la certification MSC, alors qu’elles exploitent des stocks menacés, avec des engins très énergivores.

27 À la suite de ces tensions, l’arrêté est reconduit seulement jusqu’à l’hiver suivant.

28 Invité dans l’émission Littoral de France 3, ou bien en portrait dans le Nouvel Obs – [en ligne] URL : https://www.nouvelobs.com/planete/20150217.OBS2694/gwen-pennarun-le-jose-bove-de-la-mer.html

29 «  Concarneau : blocus des ligneurs de bar  », édition du 3 octobre 2013.

30 Non seulement ces navires vident temporairement de grands espaces maritimes dont dépendent les petits métiers, mais ils s’attaquent également ainsi au modèle saisonnier qu’est censé incarner l’artisanat. En proposant toutes sortes de poissons  » frais  » sur les étals, la senne (bolinche ou danoise) brouille la compréhension des rythmes biologiques dans l’esprit du consommateur.

31 Patrice Pétillon, fils de bolincheur et figure de la bolinche locale, vient alors de vendre ses parts à l’armement Dhellemmes pour devenir patron salarié. Quelques semaines plus tard, l’armement est proposé au rachat. Pétillon se positionne et entre en concurrence avec la Scapêche dans les négociations. Finalement la Scapêche rachète 4 des 9 navires de l’armement (les chalutiers). Les autres navires restent propriété de la société néerlandaise Cornelis Vrolijk, qui possède Dhellemmes (Antoine Dhellemes étant également VP du comité national).

32 «  Pêche. Coup de sang des ligneurs  », Le Télégramme, 6 février 2008, [en ligne] URL : http://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20080206&article=2471066&type=ar

33 «  Pêche. Les comités locaux harponnent des bolincheurs  », Le Télégramme, 6 mars 2009, [en ligne] URL : http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/finistere/peche-les-comites-locaux-harponnent-des-bolincheurs-06-03-2009-277431.php

34 «  Pêche au bar : les ligneurs s’en prennent de nouveau aux bolincheurs  », Le Marin, 29/09/2016

35 Dhellemmes est de nouveau au cœur des conflits intraprofessionnels en 2018, au sujet de l’introduction de la pêche électrique dans les eaux européennes. La Plateforme petite pêche rappelle les dangers des collusions d’intérêts et de doubles casquettes industrielles et institutionnelles dans une lettre ouverte (18 juin 2018) : «  Nous rappelons également notre inquiétude de voir le lobby industriel néerlandais étendre son pouvoir de façon massive en Europe, en rachetant de nombreux armements industriels, et notamment en France. Ainsi, M. Antoine Dhellemmes, dirigeant de France Pélagique, un armement de chalutiers géants d’une centaine de mètres, propriété de la multinationale Néerlandaise Cornelis Vrolijk, est-il vice-président du Conseil du Comité national des pêches maritimes et des élevages marins. Ou encore M. Hervé Jeantet,dirigeant de l’armement Dhellemmes, également propriété de Cornelis Vrolijk, est-il président du conseil spécialisé “pêche et aquaculture” de FranceAgrimer, vice-président de la principale Organisation de Producteurs française, les Pêcheurs de Bretagne », [en ligne] URL : https://www.facebook.com/PlateformePetitePeche/posts/1747904128632442

36 La senne danoise n’est pas autorisée en Bretagne dans la zone des 12 miles, contrairement à d’autres régions. Elle est considérée dans d’autres régions ou les structures de défense de la petite pêche sont moins organisées, comme l’avenir du chalut, notamment du fait de sa demande moins forte en carburant.

37 Le 48e parallèle est à peu près situé au niveau de l’île de Sein.

38 [en ligne] URL : https://www.ouest-france.fr/bretagne/pont-labbe-29120/peche-au-bar-il-faut-preserver-les-frayeres-5616184

39 Se référer à l’histoire faite par ces auteurs de l’intégration du bio aux systèmes industriels de production et de distribution, ainsi qu’aux mesures de sélectivité. L’ironie étant que l’industrie se retourne ensuite le moment venu vers les récalcitrants aux processus de sélection et autres modèles de gestion hygiénistes, pour récupérer un minimum de diversité, préservée par des actes, donc, non seulement illégaux, mais marginaux par rapport aux matrices du productivisme.

40 Patrick Love, de l’OCDE, compare la crise de surpêche en Atlantique Nord-Ouest au XXe siècle au «  Dust Bowl  » des grandes plaines américaines des années 1930. Il s’agit d’un autre exemple de désastre écologique issu de la surexploitation ayant condamné des dizaines de milliers de travailleurs de classes populaires à la précarité et à l’exode (Love, 2010, p. 38). La fermeture de Grands Bancs de Terre-Neuve aurait ainsi supprimé 40 000 emplois.

41 Appel citoyen su gouvernement français. Osons sauvegarder la petite pêche côtière, 2020, appel à signatures, [en ligne] URL : https://www.bloomassociation.org/mobilisation-petite-peche-cotiere/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Panneau de manifestation de ligneurs à l’occasion des Assises professionnelles de la mer de novembre 2018 à Brest.
Légende «  CNPM  » sont les initiales du comité national des pêches maritimes. Lorsque les images sont partagées sur le Facebook de la Plateforme, un pêcheur commente : «  Le panneau cnpm =tueur : c’est une triste réalité  ».
Crédits Source : Plateforme petite pêche, 28 novembre 2018.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/29804/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Clouette, « «  Artisan, ça veut tout et rien dire  » - Quelle lutte des classes dans la pêche bretonne  ? »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 33 | mars 2021, mis en ligne le 25 mars 2021, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/29804 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.29804

Haut de page

Auteur

Fabien Clouette

Chercheur en sociologie – UMR 7217 GTM / CRESPPA, post-doctorant – EA7462 Géoarchitecture – UBO, France, courriel : fabienclouette@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search