Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 34Transition énergétique et hydrogè...

Transition énergétique et hydrogène : le Living Lab ou l’ébauche d’une recherche participative

Rudy Amand, Pauline Ducoulombier et François Millet

Résumés

Les possibilités de décentralisation de la production promises par l’hydrogène offrent des perspectives politiques nouvelles à la transition énergétique. Ainsi, la démarche Living Lab, engagée en Normandie, constitue une expérience originale de « fabrique des publics » reposant sur une méthodologie appliquée habituellement à la co-construction de l’innovation. Engageant acteurs institutionnels, participants, mais aussi organisateurs et chercheurs dans un procédé se rapprochant de la recherche participative, cette initiative devait faciliter une appropriation « commune » de l’hydrogène passant par l’élaboration de scénarios d’usage mobilisant ce vecteur énergétique et leur prototypage. Après avoir présenté les modalités de la mise en œuvre du Living Lab et ses principaux acteurs, cet article tracera l’historique de deux prototypes élaborés en son sein. Ils permettront de mesurer la pertinence de la démarche qui, malgré les contraintes institutionnelles qui pèsent sur elle, reste porteuse de perspectives émancipatrices pour les participants.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cet article s’appuie sur les données des projets TETHYS ( Transitions énergétiques, territoires, hy (...)

1En 2011, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie ( ADEME ) identifiait la « peur de l’hydrogène » comme un des « verrous à caractère socio-économique » freinant son déploiement ( ADEME, 2011, p. 16 ) et actait, en quelque sorte, la nécessité de formaliser des actions en direction des publics de la part de tous les acteurs ( entreprises, collectivités territoriales, etc. ) engagés dans la constitution d’une filière économique autour de ce vecteur énergétique afin d’éviter que celui-ci ne rejoigne le chemin de la « vallée de la mort ». C’est dans ce contexte qu’un « Living Lab » a été organisé en Normandie1. Habituellement réservée au « développement de nouveaux produits et services » par le biais d’un « processus de cocréation avec les usagers finaux dans des conditions réelles » ( Dubé et al., 2014 ), cette méthodologie a été appliquée dans une perspective plus vaste de démocratie participative. Le recours à cette approche avait pour but explicite de poser les bases d’une délibération se prolongeant dans une action pratique susceptible d’offrir un contrepoids à la logique de l’acceptabilité sociale portée le plus souvent par les acteurs institutionnels qui s’impliquent dans des initiatives de ce type ( Blondiaux et Sintomer, 2002 ). Il s’agissait donc de contribuer à la formation d’un « public » ( Dewey, 2010 ) capable de se définir en tant que tel et de mener une « enquête sociale » ( Dewey, 1993 ) visant à résoudre la problématique à laquelle il devait faire face. En d’autres termes, le but du Living Lab était de développer les capabilités ( Nussbaum et Sen, 1993 ) des citoyens de la région pour leur permettre de définir collectivement une trajectoire de transition énergétique mobilisant l’hydrogène en ayant conscience de sa faisabilité, de ses conséquences sociales, économiques, politiques ou culturelles. D’un point de vue pratique, cette enquête sociale s’est articulée autour de phases de co-problématisation et de co-conception des usages de l’hydrogène dans le cadre de la transition énergétique, puis d’un co-prototypage de ces mêmes scénarios.

2Au moment de tirer un premier bilan de cette démarche « de recherche en innovation ouverte » ( Dubé et al., 2014, p. 11 ) appliquée au champ politique, il paraît nécessaire de se demander si elle a pu réellement donner lieu à l’émergence d’un « public » tel qu’il est défini chez John Dewey. Dans quelle mesure les différentes phases ont-elles permis de développer les compétences techniques, mais aussi « citoyennes » des participants ? Qu’apporte la production de prototypes mobilisant l’hydrogène aux réflexions nées de la transition énergétique  ? Est-ce que le Living Lab peut constituer une fraction de l’idéal participatif ( Blondiaux, 2008 )  ?

3En prenant appui sur l’observation des différents ateliers formant le Living Lab et l’analyse de quinze entretiens, cet article procédera, en premier lieu, à une caractérisation sociodémographique des participants et à une présentation des principes organisationnels de la démarche. En insistant sur deux de ses projets les plus emblématiques ( « Léon » et le « Hameautonome » ), ce texte posera les jalons d’une analyse des écueils et des apports de l’application d’une méthodologie d’innovation dans un cadre de participation citoyenne.

L’organisation du Living Lab

4Avant de revenir sur les principales étapes de sa mise en œuvre, il paraît opportun d’identifier les participants du Living Lab : les « organisateurs », les « publics », les « experts » et les « chercheurs ».

Présentation des acteurs

5La maîtrise d’ouvrage du Living Lab était assurée par Le Dôme. Cette institution, située à Caen ( Normandie ) constitue le prolongement matériel de l’association Relais d’sciences – centre régional de culture scientifique, technique et industrielle ( CCSTI Normandie ) – et abrite une résidence de projet ainsi qu’un Fablab. Ses équipes ont assuré l’organisation des rencontres, le recrutement des participants et des experts, l’animation des ateliers, le soutien technique apporté aux différents prototypes développés. Lorsque « organisateur(s) » sera utilisé dans cet article, il fera référence aux personnes employées par le Dôme alors que le terme « animateur(s) » sera réservé à celles et ceux qui avaient vocation à assurer le bon déroulement des ateliers ( salariés de la structure d’accueil ou de prestataires de service ).

6La deuxième catégorie d’acteurs était constituée des « publics » dont le recrutement s’est effectué par voie de presse et en mobilisant les réseaux déjà constitués par le Dôme. Cependant, le fait que cet établissement ait une identité techno/numérique très affirmée et propose surtout des évènements en lien avec ces sujets et, plus généralement, avec les « sciences dures », constitue un biais non négligeable au moment de constituer un échantillon de participants aux profils diversifiés.

Figure 1. Répartition des participants selon le genre lors des ateliers.

Figure 1. Répartition des participants selon le genre lors des ateliers.

Source : Le Dôme et Rudy Amand.

  • 2 Leur nombre est plus important, mais l’absence de statistiques précises pour le concours « Têtes ch (...)

7Une première comptabilisation permet de constater la présence de plus de 368 participants aux quatorze ateliers pris en compte ici2, soit une moyenne de 26,3 individus. L’effectif maximum enregistré fut de 48 personnes et 12 se sont déplacées pour le dernier atelier organisé. La distinction du public selon le genre laisse entrevoir un échantillonnage imparfait dans la mesure où les femmes représentaient 26,9 % des participants. Cette faible présence, qui tend à diminuer en même temps que les ateliers passent à la phase plus « technique » du co-prototypage, peut en partie s’expliquer par la mobilisation d’utilisateurs du Fablab, d’étudiants en écoles d’ingénieurs, de lycéens d’établissements technologies et professionnels qui sont autant de structures où la présence des femmes est traditionnellement modeste.

Figure 2. Répartition des 28 participants à la première séance ( janvier 2019 ) des mercredis de l’hydrogène selon la catégorie socioprofessionnelle.

Figure 2. Répartition des 28 participants à la première séance ( janvier 2019 ) des mercredis de l’hydrogène selon la catégorie socioprofessionnelle.

Source : Le Dôme & Rudy Amand.

8Les données disponibles ne permettent pas de dresser des statistiques exhaustives quant aux caractéristiques socioprofessionnelles des participants. Il est néanmoins possible de confirmer certaines observations réalisées par les chercheurs présents lors des différentes étapes du Living Lab en se focalisant sur les données exhaustives recueillies lors du premier « Mercredi de l’hydrogène » ( janvier 2019 ). Lors de celui-ci, les retraités constituaient près du tiers des participants. La deuxième catégorie la plus fortement représentée était celle des personnes sans activité professionnelle, dont la plupart étaient des étudiants ou des lycéens ( 22 % ), alors que les ouvriers et les employés étaient, quant à eux, totalement absents.

9La troisième catégorie d’acteurs présents au Living Lab était celle des « experts ». Ces derniers correspondent aux caractéristiques qui leur sont associées ( Delmas, 2011 ) : choisis pour leurs compétences dans des domaines en lien avec les projets développés ; sollicités par les organisateurs qui ont identifié une demande de la part des publics ; venus confronter leurs connaissances dans le cadre du Living Lab ( reproduction imparfaite de l’espace public ) ; et mobilisés dans un but pratique explicite ( la formalisation des prototypes ).

Figure 3. Profil des 30 experts mobilisés dans le cadre du Living Lab.

Figure 3. Profil des 30 experts mobilisés dans le cadre du Living Lab.

Source : Le Dôme & Rudy Amand.

10Les informations recueillies sur leur profil permettent de souligner le poids des « acteurs institutionnels de la transition », c’est-à-dire d’individus qui ont directement participé à la définition des politiques publiques en matière de transition ou d’hydrogène ( chargée de mission « Pôle énergies » dans une collectivité territoriale et représentant d’une association professionnelle du secteur de l’énergie par exemple ) ou bien qui dépendent d’institutions en charge de leur application ( représentant de syndicat d’énergie et d’association assurant un soutien technique aux projets valorisant les ressources organiques des territoires entre autres ). Cette situation s’explique par la quasi-impossibilité pour les organisateurs de faire intervenir des experts inscrits dans des trajectoires alternatives de transition énergétique : soit ces derniers ne mobilisaient pas l’hydrogène dans leur projet, soit ils n’avaient pas les moyens financiers nécessaires pour se déplacer. Néanmoins, un « bricoleur de l’hydrogène » dont le projet consistait à mettre au point un moyen de stockage de l’hydrogène produit par le biais de panneaux solaires à l’échelle de son habitation a tout de même pu se rendre disponible.

11Les derniers acteurs du Living Lab étaient les « chercheurs » – sociologues, politistes, etc. – dont la participation était liée à un objectif de production de connaissances.

12Le Living Lab a donc pris forme en associant organisateurs, publics, experts et chercheurs dans le but de mener une enquête répondant à la définition de Dewey : « méthode dont disposent les hommes pour restaurer le continuum de leurs expériences quand celui-ci est interrompu » ( Zask, 2008, p. 180 ). Les différences de statut ont nécessité un travail de la part des organisateurs afin de favoriser l’égalisation des conditions : les publics pouvaient opposer des savoirs d’usage ou des compétences accumulées au cours même du Living Lab ( et en dehors ) leur permettant de questionner les experts ; les chercheurs participaient à l’élaboration des projets en s’émancipant de leur posture de neutralité ; les experts se mettaient au service des projets. Une fois réunis, les acteurs de ce Living Lab ont cherché à apporter des réponses à la question suivante : quelle place pourrait prendre l’hydrogène dans le cadre d’une transition énergétique dictée par le changement climatique  ? La résolution de ce problème a été rendue possible par la mise en œuvre d’une enquête qui s’est organisée autour de trois phases.

Les différentes étapes

13Le livre blanc consacré au Living Lab présente les cinq étapes fondamentales qui le fondent : la planification, la conception, le prototypage, le développement final et le déploiement. Chacune fait l’objet de quatre activités : co-création, exploration, expérimentation et évaluation ( Dubé et al., 2014, p. 63 ). Compte tenu des contraintes financières et temporelles liées aux projets concernés ici, il fut, dès leur élaboration, décidé de n’exécuter que les trois premières phases.

14La phase de co-problématisation s’est déroulée en 2018 autour du concours « Têtes chercheuses » – durant lequel des étudiants ont été amenés à jouer au jeu « Transition énergétique » – et d’une conférence participative « Hydrogène : le vrai, le faux, le flou » qui aura vu quatre intervenants ( une représentante des collectivités territoriales ; un enseignant-chercheur en sciences de l’ingénieur ; un expert du secteur de l’énergie ; un sociologue ) répondre aux questions du public pendant qu’un designer cartographiait la controverse telle qu’elle se présentait à lui ( figure 4 ) et qu’une équipe de journalistes vérifiait les informations ( « fact checking » ). La mobilité, l’énergie à domicile, l’autonomie territoriale, mais aussi le cadre législatif de l’utilisation et de la production de l’hydrogène ont constitué les principaux thèmes émergents de ces rencontres et ont permis de construire la deuxième phase du Living Lab.

Figure 4. Cartographie de la controverse ( phase de co-problématisation ).

Figure 4. Cartographie de la controverse ( phase de co-problématisation ).

Illustration : François Boissel©.

  • 3 Cet atelier ( octobre 2018 ) s’est organisé autour d’un « serious game » coopératif dont le but éta (...)

15La co-conception des usages a été organisée autour d’ateliers ayant pour thème la mobilité, l’habitat3, la ruralité, l’agriculture et les collectivités locales. Répartis dans différents groupes, aidés par des experts choisis pour leur connaissance des enjeux liés à ces questions, les participants ont été amenés à produire des scénarios d’usage visant la mobilisation de l’hydrogène dans le cadre de la transition énergétique. Au nombre de 31, ces scénarios se sont révélés de natures fort différentes puisque la construction d’un avion à hydrogène, la production à domicile d’hydrogène à partir de panneaux solaires, l’édification d’un stade servant de réservoir de stockage d’hydrogène permettant aux transports en commun de faire le plein et l’élaboration d’un broyeur à bois mobilisant ce vecteur énergétique allant de ferme en ferme, ont notamment été proposés. Ces esquisses ont servi de point de départ à la troisième phase : celle du co-prototypage.

16Les six séances des « Mercredis de l’hydrogène » – réunissant entre 15 et 30 personnes – ont donc eu pour objectif de produire des prototypes prenant appui sur les scénarios d’usage : « Le prototypage, c’est fabriquer des choses. On va être dans le faire. […] Vous allez voir des machines qui permettent de fabriquer des idées. » ( Animateur, Atelier co-conception des usages ). Après un vote reposant sur le principe « un participant = trois voix » lors du 1er Mercredi de l’hydrogène, les groupes se sont focalisés sur les applications possibles de l’hydrogène dans le cadre d’une maison individuelle, d’une ferme autonome, d’un bateau récoltant des déchets et d’une borne de recharge à destination des vélos. Ces prototypes ont été conçus avec l’aide des équipes du Dôme et le soutien des experts qui, généralement, intervenaient durant 30 minutes en introduction de la séance et pouvaient être sollicités par les participants au cours de leurs travaux. Le format « maquette » était privilégié dans la mesure où c’est celui qui permettait d’exploiter au mieux les ressources disponibles du Fablab ( découpe laser, imprimantes 3D, outils plus traditionnels ).

  • 4 Celui-ci est formé d’une « grande diversité de structures et de pratiques qui ont en commun de regr (...)

17Finalement, il apparaît que ce « laboratoire vivant » a repris les grands principes habituellement associés à la démarche ( Routier et al., 2017 ) puisqu’il a favorisé la collaboration entre des individus aux profils variés ( des particuliers ; des acteurs économiques et techniques engagés dans la filière ; des représentants des collectivités locales ; des chercheurs en sciences humaines et sociales et de l’ingénieur ; le personnel de l’animation scientifique et technique de la structure d’accueil ) et a assuré la régularité de leurs rencontres. La coordination entre le Dôme et les chercheurs permet, par ailleurs, de rapprocher cette démarche des principes associés à la recherche participative si on considère que, a minima, celle-ci est le fruit de la rencontre entre le « tiers secteur scientifique »4 et les professionnels de la recherche ( Le Crosnier et al., 2013, p. 70 ).

« Léon, Robot nettoyeur »

18À ce stade, l’article propose de reprendre le cheminement ayant permis d’aboutir à la conception de deux projets élaborés au sein du Living Lab. Le premier d’entre eux est une réussite dans la mesure où il va donner lieu à un véritable prototype testé en milieu réel : il s’agit de « Léon ».

Un totem ?

  • 5 Mis en avant dans la presse, « Léon » a également fait l’objet d’ateliers supplémentaires.

19Ce prototype tire son nom d’un film de Luc Besson sorti en 1994 : « Léon, Robot Nettoyeur » ( figure 5 ) a pour objectif de nettoyer le port de déchets flottant à la surface de l’eau. Ce projet est devenu au fil du temps l’étendard du Living Lab5 et, à ce titre, mérite de voir son historique retracé.

Figure 5. « Léon, Robot nettoyeur ».

Figure 5. « Léon, Robot nettoyeur ».

Illustration : Arnaud Duthilleul ( Le Dôme)© .

20Le scénario originel a été produit au cours de l’atelier de co-conception des usages portant sur l’agriculture et était présenté de la manière suivante par son concepteur : « Installation sur mon bateau d’une station hydrogène individuelle. L’éolienne et les panneaux solaires alimentent la pile à combustible […] et libèrent l’électricité à bord et les moteurs électriques. […] L’idée semble rentable. » ( Scénario d’usage, Atelier « Agriculture », novembre 2018 ). Une première remarque s’impose : le thème des ateliers défini par les organisateurs et les chercheurs laisse une marge certaine aux publics qui peuvent proposer des projets assez éloignés des ambitions initiales. Ensuite, ce projet répond bien à une partie de la problématique prévalant à l’organisation des ateliers en mobilisant l’hydrogène, même s’il n’est pas réinscrit dans le cadre de la transition énergétique – ni dans celui du changement climatique – par son concepteur qui privilégie la « rentabilité » comme principal critère d’intérêt. Malgré ces points aveugles, ce projet a été sélectionné par trois participants des « Mercredis de l’hydrogène » pour être prototypé. Dès la première séance, l’idée était amendée et les premiers schémas ou choix techniques ( figure 6 ) préfiguraient assez fidèlement ce qu’allait devenir la maquette finale.

Figure 6. Projet « Léon » ( janvier 2019 ).

Figure 6. Projet « Léon » ( janvier 2019 ).

Source : Le Dôme.

21Arriver en une seule séance à un résultat quasi définitif s’explique par les compétences de l’ensemble du groupe, mais surtout par l’adéquation entre le scénario proposé et le projet personnel d’un des participants. Ce dernier a imaginé une navette fluviale autonome qui pourrait assurer le transport de passagers ou de marchandises entre les deux rives d’un fleuve ou les quais d’un même port. Fort de cette expérience, cet entrepreneur s’impose, dans un premier temps, comme la personne-ressource œuvrant à l’élaboration du « Robot Nettoyeur » et le conduit, lors d’un entretien, à omettre que le projet avait une histoire en dehors des ateliers de co-prototypage :

« Je connais bien le projet “Léon”, car j’en suis un peu à l’origine, le père même, car j’ai trouvé le nom et que dans le film de Luc Besson : “Léon”, c’est le nettoyeur. J’étais dans ces fameuses réunions au Dôme et je me retourne et je vois le bassin et, évidemment, j’avais la préoccupation de mon projet et c’est comme ça qu’est venue l’idée de faire un nettoyeur de bassin, un petit catamaran en fait. Pourquoi pas avec une propulsion hydrogène  ? C’est assez proche du système de mon projet, et, curieusement, ce truc-là est en train d’avancer et avance bien… et mieux que bien  ! Pourquoi  ? Parce qu’il y a un marché derrière : celui des nettoyeurs de bassin. » ( Louis, Participant, Entretien, août 2019 )

22Tout en réécrivant sa genèse, Louis illustre paradoxalement la co-construction – des modifications techniques auront été apportées tout au long du projet grâce aux compétences déployées et réunies par le Dôme ( club de modélisme, enseignants de lycée technique, designer, échange avec une start-up en mesure de fournir le kit hydrogène ) – qui a abouti à la fabrication de « Léon ». En effet, le passage du scénario au prototype a transformé le projet puisqu’il ne s’agit plus d’un simple bateau, mais d’un robot nettoyeur de bassin. Cependant, cette évolution ne paraît pas suffisante pour s’affranchir du diagnostic initial posé sur le projet : « Léon » met de côté la question de la transition énergétique en se focalisant sur la seule dimension technique posée par l’utilisation de l’hydrogène en même temps que la logique marchande semble justifier son développement aux dépens de toute considération d’ordre écologique. En cela, « Léon » ne semble pas être une innovation « radicale » qui aurait pris naissance dans une « niche » sociotechnique, mais s’inscrit dans un « régime » dont il permet l’optimisation ( Geels, 2002 ).

La « faisabilité » des projets

  • 6 La prédéfinition de « livrables » au moment du dépôt du dossier de candidature imposait la producti (...)

23Les phases de co-problématisation et de co-conception ont abouti à la définition de 31 scénarios d’usage sur lesquels les participants ont été invités à se positionner avant d’entamer la phase de co-prototypage. Cependant, deux d’entre eux ont été écartés, car ils ne correspondaient pas à ce que les organisateurs avaient « les moyens de faire » ( Animatrice, observation ) : « supprimer les lobbys » et « favoriser l’économie réelle contre la financiarisation ». Ces scénarios n’auraient pu que donner difficilement lieu à une maquette, mais leur perspective générale aurait permis de questionner l’écosystème du prototype final. Ils semblaient en mesure de valoriser le potentiel décentralisateur de l’hydrogène ( Rifkin, 2012 ) et de questionner sa faculté à devenir une ressource sociopolitique ( Rumpala, 2015 ) à même de soutenir l’ouverture du champ des possibles dans le cadre de la transition énergétique en travaillant, à titre d’exemple, sur l’autosuffisance individuelle ou territoriale. La mise en retrait de ces scénarios est probablement due à l’inadéquation entre une méthode avant tout développée dans le but de produire des objets, des services et usages et une dimension politique de portée plus générale. Elle est aussi motivée par la recherche d’efficacité – assimilable à celle qui traverse parfois les projets à taille réelle ( Yalçin-Riollet et Garabuau-Moussaoui, 2015 ) – qui s’impose aux organisateurs puisque la pérennité de la structure dépend, en partie, des financements obtenus dans le cadre de ces projets6.

24Ce critère de faisabilité est d’ailleurs valorisé par les publics venus davantage pour « faire » que pour « débattre ». Ainsi, une étudiante a narré la présentation d’un expert travaillant sur un projet d’autonomie énergétique d’une île de la Manche et sur les débats que cela a suscités :

« J’ai trouvé ça très intéressant, mais la présentation avec certaines personnes du public, c’était un peu sous tension, il y avait beaucoup de débats, personne n’était d’accord et j’ai trouvé ça un petit peu lourd… Personne n’est d’accord, mais personne ne changera d’avis, arrêtez  ! Ça ne sert à rien. » ( Floriane, participante, entretien, mai 2019 )

25Floriane souligne la « lourdeur » des échanges et met à distance la dimension délibérative – et donc politique – des ateliers qui correspondrait moins à ses attentes. Une hypothèse faisant le lien entre ce phénomène et le profil des participants – qui chercheraient plutôt à exploiter ou développer leurs compétences techniques dans le cadre du Living Lab en profitant des ressources du Fablab – peut être posée. Elle validerait, d’une certaine manière, le choix des organisateurs d’insister sur la nécessité de « faire », de « produire », de « concevoir » une maquette et de mettre à distance les questions ayant trait au contexte économique et politique dans lequel elle pourrait s’inscrire puisqu’il s’agirait d’une demande identifiée du public. Cette recherche d’efficacité conjointe aux organisateurs et aux participants ouvre la voie à la mise en œuvre de projets préétablis comme l’est en partie « Léon » ( cf. supra ).

  • 7 Luc Semal ( 2019, pp. 298-299 ) revient sur les quatre grands récits qui traversent les sociétés in (...)

26Le cahier des charges initial du Living Lab posait la question de la place de l’hydrogène dans la transition : « Léon » répond à la problématique technique en proposant un objet co-construit adoptant l’hydrogène en guise de carburant, mais ne s’intéresse que très partiellement à la nature de la transition énergétique que ce même objet suggère. Ne s’agit-il pas d’un outil « inopérant » dans la mesure où le plus simple serait de lutter en amont contre la production de déchets plutôt que de proposer des solutions techniques ( qui généreront inévitablement elles-mêmes des déchets ) visant leur ramassage  ? L’hydrogène utilisé proviendra-t-il d’énergies renouvelables ( hydrogène « vert » ) ou bien de méthane ( hydrogène « gris » )  ? « Léon » permet-il d’envisager une re-territorialisation de l’énergie créatrice d’emplois locaux et génératrice de nouveaux liens sociaux ( Franc et Matéo, 2015, p. 130 )  ? La mise à distance de la dimension politique de la transition et le profil du public semble avoir favorisé une perspective « continuiste » et « techniciste »7 de la transition sans même que cela n’ait été collectivement discuté. « Léon » ne semble pas réinscrit dans un contexte social marqué par le changement climatique ni positionné dans une optique de progrès ou d’« améliorations » ( Audier, 2019, p. 751 ), mais il est un objet qui répond le plus efficacement aux demandes du public et aux contraintes qui pèsent sur les organisateurs. Néanmoins, sa dimension fonctionnelle et son identité technologique en font un outil attractif susceptible de toucher des publics qui ne se mobiliseraient pas sur des projets centrés sur la transition énergétique. Les organisateurs cherchent donc le moyen de faire de « Léon » un objet d’intermédiation susceptible d’aborder la question écologique dans un cadre technique en sollicitant des lycées techniques et professionnels pour sa fabrication ou en le mettant en avant lors des événements organisés au Dôme ( » Turfu festival » en 2019 par exemple ).

Le « Hameautonome »

27Le deuxième prototype proposait de rendre un hameau autonome au niveau énergétique. S’il n’a donné lieu à aucune maquette finalisée, il permet d’illustrer la dynamique qui s’est établie au fur et à mesure du temps entre experts et publics.

L’impossible maquette  ? 

28Le « Hameautonome » a été développé à partir du scénario d’usage « Coopérative d’énergie » où il s’agissait de :

« Produire de l’énergie ( éolien, solaire, méthanisation ) grâce à un collectif d’agriculteurs et mettre en commun son surplus de production pour la transformer en hydrogène. Ce stock serait utilisé par les agriculteurs pour travailler le sol, notamment pour les tracteurs à hydrogène. Bénéfices : réduction de la pollution » ( Scénario d’usage, Atelier « Agriculture », novembre 2018 ).

29Le groupe de sept personnes qui s’est formé lors du premier « Mercredi de l’hydrogène » autour de cette idée a constitué, à une exception près, le socle présent aux cinq autres séances.

30Ce projet s’est formalisé autour d’un espace existant : la ferme d’un des participants qui s’inscrivait déjà dans une démarche d’autonomie énergétique et associait un maraîcher, un boulanger, un constructeur de maisons terre-paille et s’apprêtait à accueillir de nouveaux habitants. À partir de cet exemple, un autre participant, lui aussi agriculteur, espérait accroître son expérience afin de poursuivre la démarche entamée sur son exploitation en matière d’utilisation des énergies renouvelables ( utilisation d’une chaudière bois ). Contrairement à « Léon », l’observation des travaux menés par ce groupe permet de souligner l’importance accordée à la dimension politique de la transition énergétique puisque, très rapidement, a émergé l’idée que le projet devait permettre de réduire l’impact des activités agricoles sur l’environnement en se conformant à l’esprit de l’économie circulaire – « quelle place pour les déchets  ? » – et en mobilisant les ressources renouvelables « oubliées » utilisées pourtant par les « anciens » ( le bois surtout ). Cet ensemble donnant lieu à des réflexions autour de « l’autonomie » – tant énergétique que politique – voire ( même ) à une remise en cause de l’exploitation des ressources disponibles sur les territoires ruraux par l’espace urbain en des termes assez proches de la terminologie marxiste.

31La dimension politique et l’ancrage territorial du projet auraient pu constituer des points forts pour ce prototype. Ils se sont révélés être de véritables écueils dans le cadre imposé par les « Mercredis de l’hydrogène ». En effet, les participants n’ont jamais été en mesure de s’affranchir des spécificités de l’exploitation servant de modèle au projet au moment de le schématiser : chaque solution était discutée, confrontée aux caractéristiques des bâtiments, à l’exposition des toits ou aux futurs aménagements envisagés sur la ferme. Si elles ont peut-être fini par constituer un frein à l’efficacité du groupe au moment de passer à la réalisation de la maquette, ces délibérations s’accordent pourtant bien à l’idée de fabrique d’un public « éclairé » associée à la recherche participative. Cette perception est renforcée par la dynamique du groupe marquée par des initiatives individuelles de visites de terrain sur l’exploitation servant de modèle au projet en dehors du Living Lab et par des connaissances acquises ( figure 6 ) et partagées à chaque atelier. Chemin faisant, les savoirs s’accumulant, les participants ont finalement renoncé à l’utilisation de l’hydrogène et ont préféré se focaliser sur l’idée d’une exploitation des déchets alimentaires afin de produire du méthane domestique.

Figure 7. Photos provenant du classeur d’un membre du groupe « Hameautonome ».

Figure 7. Photos provenant du classeur d’un membre du groupe « Hameautonome ».

Photo : Rudy Amand

Une démarche d’innovation ouverte qui rééquilibre le rapport experts/profanes

32Le groupe du « Hameautonome » ( cf. supra ) s’est longtemps interrogé sur l’option la plus prometteuse ( hydrogène  ? Méthanisation  ? Chaudière bois  ? ) pour produire de l’énergie compte tenu des ressources disponibles et des besoins estimés sur la ferme servant de support à la conception du prototype. Les organisateurs ont donc sollicité un expert, représentant d’un groupe producteur d’énergie, afin de nourrir l’élaboration du projet lors d’un « Mercredi de l’hydrogène ». Installé à la table du groupe, ce dernier se montre d’abord enthousiaste quant au projet et insiste sur la pertinence de la méthanisation associant plusieurs exploitations agricoles, solution développée par son entreprise. Or, il s’avère que cette option venait d’être abandonnée par le groupe compte tenu de l’irrégularité des apports fournissant la matière première suffisante au bon fonctionnement de l’installation, mais aussi de la filiation du lieu avec la philosophie de l’agriculture paysanne. En insistant sur le premier point, le plus technique, les participants concernés ont finalement réussi à convaincre l’expert que l’orientation que celui-ci proposait n’était pas pertinente dans le cadre défini. Ce qu’il a fini par reconnaître avant de quitter la table. En réagissant ainsi, cet expert ne s’est pas mis au service du « Hameautonome » et plié aux exigences du Living Lab en termes d’égalisation des statuts permettant pourtant d’ouvrir les processus d’innovation aux usagers. Les représentants de la transition institutionnelle qui acceptent d’intervenir dans les ateliers semblent instrumentaliser ces derniers dans le but d’en faire des vecteurs de communication facilitant la diffusion de l’innovation auprès d’un public conçu avant tout comme une masse de consommateurs à convaincre ( Rogers, 1962 ), donc dans un but d’acceptabilité sociale de projets stabilisés ( la méthanisation de grande taille dans ce cas ) et qui ne sont plus discutables ( Barbier et Nadaï, 2015 ). Il arrive parfois que le Living Lab se transforme en esplanade pour les représentants de la transition institutionnelle qui cherchent à maintenir une démarcation très nette entre experts et profanes. Dans ce cas, il tend à correspondre au degré le plus faible de démocratie technique : celui de l’« instruction publique » ( Callon, 1998 ) et « témoigne d’une instrumentalisation poussée des dispositifs participatifs, alignés sur des finalités technocratiques inchangées » ( Angeli Aguiton, 2015, p. 95 ). Cette propension est identifiée par certains participants qui la déplorent :

« Ils viennent présenter leurs projets [au sujet des entreprises participant aux ateliers] … Un appareil qui va rester secret, on va regarder tout ce qu’il est capable de faire et “il vaut tant  !” Mais comment il marche  ? Voilou  ! » ( Benoît, Participant, Entretien, mai 2019 )

33Les membres du groupe « Hameautonome » n’ont pas abandonné la « méthanisation », mais ils ont privilégié une perspective plus minimaliste en s’appuyant sur des unités de production de méthane domestique développées à Madagascar. Cependant, ce nouveau scénario n’a pu être prototypé dans le cadre des ateliers du Dôme puisque le Living Lab s’est refermé trop rapidement pour permettre sa finalisation. Il n’en demeure pas moins que, au moment d’établir un bilan, les publics ont su partager et agréger des savoirs, des connaissances et des compétences qui leur ont permis de développer une expertise en mesure de s’opposer à celle des représentants de la transition institutionnelle mobilisés. Cette dynamique se rapproche de l’idéal de la démocratie technique défini par Michel Callon ( 1998 ) : celui de la « co-production des savoirs » qui contribue à associer profanes et experts à la définition des trajectoires techniques embrassées par la société. Elle a été rendue possible, car le projet s’ancrait sur un territoire bien identifié qui légitime des savoirs d’usage acquis par les publics ( Sintomer, 2008 ) opposables à la logique de l’expertise s’imposant à une masse d’usagers.

Conclusion

  • 8 D’une certaine manière, les techniques d’enquête sociologique les plus classiques ( entretien, obse (...)

34Le livre blanc des living-lab considère que cette méthodologie génère de la valeur au niveau des « connaissances », du « social » et des « affaires » ( Dubé et al., 2014, p. 35 ). Le « Dôme » étant avant tout un espace de médiation scientifique, il était prédisposé à apporter son savoir-faire au premier niveau : celui de la production de connaissances. Celle-ci a pris deux directions. La première concernait davantage les sciences participatives puisqu’elle reposait sur l’idée de fournir aux chercheurs des données à analyser. Dans ce cadre, les organisateurs ont planifié la passation de questionnaires, procédé à la captation des échanges et assuré l’archivage de l’ensemble des productions façonnées par les participants. D’une certaine manière, ils ont permis au programme de recherche d’atteindre le premier niveau des sciences participatives : celui du crowdsourcing ( Haklay, 2015, p. 45 ) dans lequel les citoyens sont des producteurs de données8. Outre cette finalité « fonctionnelle-contributive » ( Juan, 2019 ), la deuxième direction prise par la production de connaissances dans le cadre des programmes TETHYS et ARTEMIS avait une portée « émancipatrice » ( Juan, 2019 ) puisqu’elle cherchait à développer le pouvoir d’agir des publics. Elle s’est incarnée dans les 31 scénarios d’usages produits par les participants ( Dosseur et Amourous, 2014 ), les prototypes conceptuels et maquettes produits et diffusés en « creativ commons », mais aussi à travers le « mur de questions ». Ce dernier était à la disposition des participants lors de toutes les phases du Living Lab, mais a plus particulièrement trouvé sa finalité au moment des « Mercredis de l’hydrogène ». En effet, les participants pouvaient y partager – librement et dans un relatif anonymat – leurs besoins d’informations en lien avec le projet qu’ils avaient choisi de développer. Selon les questions posées, les animateurs des ateliers sollicitaient des experts régionaux et nationaux qui pouvaient soit répondre directement à la question par courriel, soit venir aux ateliers afin d’offrir une aide plus directe à l’achèvement des projets. De cette manière, le public a lui-même co-programmé les ateliers suivants et infléchis le développement de ses propres compétences sur le sujet. C’est grâce à ce mode de fonctionnement que « Léon » et le « Hameautonome » ont pu voir le jour.

  • 9 À titre de comparaison, lors de la présentation des programmes de recherche lors du « Turfu Festiva (...)

35Au terme de la démarche, il apparaît que près de 50 % des questions étaient directement rattachables à la manière de produire de l’hydrogène9. Cette tendance témoigne d’un affranchissement progressif de la figure de l’usager au profit d’un positionnement en tant que concepteur d’une solution technique employant l’hydrogène. Par là même, elle constitue une preuve tangible de la volonté des participants de développer leurs compétences et de mener une « enquête sociale » ( Dewey, 1993 ) dont ils définiraient la problématique et ses modes de résolution. S’il ne peut être confondu avec une démarche scientifique à proprement parler puisque les publics engagés n’ont pas produit de connaissances réfutables ( Popper, 1973 ), fruit d’une « collaboration complète » ( problématique scientifique, recueil des données, analyse ) entre citoyens et scientifiques ( Haklay, 2015 ), le Living Lab n’en renferme pas moins une dimension émancipatrice qu’il apparaît nécessaire d’explorer.

Haut de page

Bibliographie

Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie ( ADEME ), 2011, L’hydrogène énergie et les piles à combustible, Angers, Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, 28 p.

Angeli Aguiton, S., 2015, De la quête d’efficacité en contexte participatif : la démocratie technique et ses contestations, Hermès, 73, 3, pp. 90-97.

Audier S., 2019, L’âge productiviste. Hégémonie prométhéenne, brèches et alternatives écologiques, Paris, La Découverte, 976 p.

Barbier, R., A. Nadaï, 2015, Acceptabilité sociale : partager l’embarras, VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, 15, 3, [En ligne] URL : https://journals.openedition.org/vertigo/16686, Consulté le 8 mars 2021.

Blondiaux, L., 2008, Le Nouvel Esprit de la démocratie, Paris, Seuil, 109 p.

Blondiaux, L., Y. Sintomer, 2002, L’impératif délibératif, Politix, 57, pp. 17-36.

Callon, M., 1998, Différentes formes de démocratie technique, Annales des Mines – Responsabilité et environnement, 9, pp. 63-73.

Chamberlin, S., 2009, The Transition Timeline : For a local, resilient future, Greenbooks, Chelsea Green Publishing, 192 p.

Delmas, C., 2011, Sociologie politique de l’expertise, Paris, La Découverte, 128 p.

Dewey, J., 1993, Logique. La théorie de l’enquête, Paris, PUF, 693 p.

Dewey, J., 2010 ( 1915 ), Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard « Folio Essais », 336 p.

Dosseur, B., T. Amourous ( dir. ), 2014, Living Lab : une nouvelle forme de rapport au public, Cahier d’Inmediats, 24 p.

Dubé, P., J. Sarrailh, C. Billebaud, C. Grillet, V. Zingraff et I. Kostecki, 2014, Le livre blanc des living-lab, Montréal, Umwelt et Invivo, 133 p.

Franc, P.-É., P. Matéo, 2015, Hydrogène : la transition énergétique en marche  !, Paris, Gallimard, 160 p.

Geels, F. W., 2002, Technological transitions as evolutionary reconfiguration processes : a multi-level perspective and a case-study, Research policy, 31, 8-9, pp. 1257-1274.

Haklay, M., 2015, Citizen, Science and policy : a European perspective, Washington D.C., The Woodrow Wilson Center/Commons Lab, 76 p.

Juan, M., 2019, Les recherches participatives : enjeux et actualités, GIS Démocratie & Participation, 23 p.

Le Crosnier, H., C. Neubauer et B. Storup, 2013, Sciences participatives ou ingénierie sociale : quand amateurs et chercheurs co-produisent les savoirs, Hermès, 67, 3, pp. 68-74.

Nussbaum, M., A.K. Sen, 1993, The quality of life, Oxford, Clarendon Press, 468 p.

Popper, K., 1973 ( 1934 ) La logique de la découverte scientifique, Genève, Payot, 513 p.

Rifkin, J., 2012 ( 2011 ), La troisième révolution industrielle, Paris, LLL, 414 p.

Rogers, E.M., 1983 ( 1962 ), Diffusion of innovations, New York, Free Press, 3ème edition, 453 p.

Routier, C., A. d’Arripe et S. Soyez, 2017, Retour d’expérience sur une démarche de coconception, Annales des Mines – Réalités industrielles, mai 2017/2, pp. 6-9.

Rumpala, Y., 2015, Formes alternatives de production énergétique et reconfigurations politiques. La sociologie des énergies alternatives comme étude des potentialités de réorganisation du collectif dans Beslay C., M.-C. Zelem, Sociologie de l’énergie, Paris, CNRS éditions, pp. 41-52.

Semal, L., 2019, Face à l’effondrement. Militer à l’ombre des catastrophes, Paris, PUF, 368 p.

Sintomer, Y., 2008, Du savoir d’usage au métier de citoyen  ?, Raisons politiques, 31, 3, pp. 115-133.

Yalçin-Riollet, M., I. Garabuau-Moussaoui, 2015, L’énergie fait-elle communauté en France  ? Le cas de la démarche d’autonomie énergétique du Mené dans Beslay C., M.-C. Zélem, La Sociologie de l’énergie. Gouvernance et pratiques sociales, Paris, CNRS Éditions, pp. 175-184.

Zask, J., 2008, Le public chez Dewey : une union sociale plurielle, Tracés. Revue de Sciences humaines, 15, pp. 169-189.

Haut de page

Notes

1 Cet article s’appuie sur les données des projets TETHYS ( Transitions énergétiques, territoires, hydrogène et société ) et ARTEMIS ( Approche Régionale pour une Transition Energétique Mixte Industrielle et Sociétale ) respectivement financés par l’Agence Nationale de la Recherche et la Région Normandie.

2 Leur nombre est plus important, mais l’absence de statistiques précises pour le concours « Têtes chercheuses » ne permet pas de l’intégrer aux statistiques établies ici.

3 Cet atelier ( octobre 2018 ) s’est organisé autour d’un « serious game » coopératif dont le but était de rendre un quartier autonome en énergie.

4 Celui-ci est formé d’une « grande diversité de structures et de pratiques qui ont en commun de regrouper individus et associations pour construire collectivement des connaissances qui leur sont nécessaires pour atteindre leurs objectifs citoyens » ( Le Crosnier et al., 2013, p. 69 ).

5 Mis en avant dans la presse, « Léon » a également fait l’objet d’ateliers supplémentaires.

6 La prédéfinition de « livrables » au moment du dépôt du dossier de candidature imposait la production de scénarios d’usage, mais aussi de prototypes fonctionnels installés en milieu « réel ». De ce fait, elle a conditionné le choix des organisateurs d’insister davantage sur tel ou tel scénario qui pouvait être finalisé dans les temps et répondre directement aux attentes des organismes financeurs.

7 Luc Semal ( 2019, pp. 298-299 ) revient sur les quatre grands récits qui traversent les sociétés industrielles au moment de se projeter vers l’avenir en reprenant la typologie de Shaun Chamberlin ( 2009 ). Deux récits s’inscrivent dans une perspective continuiste: celui de la « surenchère technique » laissant espérer la colonisation de l’espace et espérer une « diffusion massive de technologies vertes ». Les deux autres sont ceux de l’effondrement apocalyptique et de la sobriété heureuse.

8 D’une certaine manière, les techniques d’enquête sociologique les plus classiques ( entretien, observation, questionnaire… ) font de chaque individu un producteur de données. Un débat s’est donc initié entre organisateurs et chercheurs autour de cette question sans qu’il ne soit définitivement tranché pour le moment.

9 À titre de comparaison, lors de la présentation des programmes de recherche lors du « Turfu Festival » d’octobre 2018, le public présent concentrait ses questions sur le coût de l’hydrogène, sur l’autonomie des véhicules et sur l’échéance de leur mise sur le marché. Voici un exemple de question posée relative à la production: « Les modes de production hydrogènes: solaire et éolien c’est bien, mais des chercheurs français travaillent sur des hydrogenases par exemple. Quel est le rendement des bactéries à produire de l’hydrogène ? »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Répartition des participants selon le genre lors des ateliers.
Crédits Source : Le Dôme et Rudy Amand.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/29989/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 2. Répartition des 28 participants à la première séance ( janvier 2019 ) des mercredis de l’hydrogène selon la catégorie socioprofessionnelle.
Crédits Source : Le Dôme & Rudy Amand.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/29989/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 3. Profil des 30 experts mobilisés dans le cadre du Living Lab.
Crédits Source : Le Dôme & Rudy Amand.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/29989/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 4. Cartographie de la controverse ( phase de co-problématisation ).
Crédits Illustration : François Boissel©.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/29989/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 5. « Léon, Robot nettoyeur ».
Crédits Illustration : Arnaud Duthilleul ( Le Dôme)© .
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/29989/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 6. Projet « Léon » ( janvier 2019 ).
Crédits Source : Le Dôme.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/29989/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 7. Photos provenant du classeur d’un membre du groupe « Hameautonome ».
Crédits Photo : Rudy Amand
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/29989/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rudy Amand, Pauline Ducoulombier et François Millet, « Transition énergétique et hydrogène : le Living Lab ou l’ébauche d’une recherche participative », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 34 | avril 2021, mis en ligne le 28 avril 2021, consulté le 17 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/29989 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.29989

Haut de page

Auteurs

Rudy Amand

Sociologue, CERREV/MRSH, Université de Caen Normandie, MRSH, Esplanade de la Paix, 14032 Caen Cedex, France, courriel : rudy.amand@unicaen.fr

Pauline Ducoulombier

Cheffe de projet culturel, Le Dôme, 3 Esplanade Stéphane Hessel 14000 Caen, France, courriel : pducoulombier@ledome.info

Articles du même auteur

François Millet

LivingLab manager, Le Dôme, 3 Esplanade Stéphane Hessel 14000 Caen, France, courriel : fmillet@ledome.info

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search