Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 21 numéro 1Préservation, conservation et exp...Préservation, conservation et exp...

Préservation, conservation et exploitation : enjeux et perspectives pour un Océan mondial en santé

Préservation, conservation et exploitation : enjeux et perspectives pour un Océan mondial en santé

Introduction
Christian Bouchard, Olivier Dupéré, Franck Dolique, Jérôme Harlay, Erwann Lagabrielle, Steve Plante et François Sabatier

Texte intégral

1Longtemps négligé en termes de gouvernance environnementale, encore grandement méconnu sur le plan scientifique, l’Océan mondial apparaît désormais comme une nouvelle frontière économique qu’il s’agit d’exploiter à son plein potentiel. L’économie maritime (ou océanique) se diversifie et s’intensifie pour se muter en économie bleue et croissance bleue. Plus que jamais, les États côtiers se tournent vers la mer pour y exploiter pleinement l’ensemble des ressources vivantes et non vivantes sur lesquelles elles sont souveraines à travers leurs mer territoriale, zone économique exclusive et plateau continental. Cette volonté de tirer le maximum de bénéfices de la mer se prolonge également dans l’ensemble des zones marines situées au-delà des juridictions nationales (ZAJN) : haute mer et zone internationale des fonds marins.

2On peut légitimement s’interroger sur cette intense « ruée vers la mer » qui, à bien des égards, reproduit les schémas de l’extractivisme qui a sévi sur les continents et qui ont été accompagnés d’impacts environnementaux néfastes. Comment ne pas s’inquiéter du développement de projets pétroliers et gaziers offshores au large de tous les continents (à l’exception de l’Antarctique), de la poursuite d’une pêche industrielle agressive et encore trop souvent destructrice sur la plupart des mers du monde, du développement de l’aquaculture et de la désalinisation ainsi que des espoirs désormais placés dans les nouvelles ressources telles que les énergies marines, les ressources minérales des grands fonds et les biotechnologies marines? Et puis la mer est aussi de plus en plus intensément utilisée par la navigation commerciale alors que s’y développent également les activités de tourisme et de loisir, les activités scientifiques ainsi que les opérations de sécurité maritime.

3Heureusement, on assiste actuellement à une sérieuse prise de conscience quant à l’état dégradé de l’Océan mondial, aux agressions qu’il subit (pollutions, destruction d’habitats, surexploitation des ressources, etc.), aux changements rapides et de grande ampleur qui l’affectent (réchauffement, acidification, hausse du niveau marin, etc.), mais aussi quant à ses contributions fondamentales au système climatique et à la biodiversité planétaires. Ainsi, il fait l’objet de l’objectif de développement durable no. 14 (conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable) et il est désormais intégré à la lutte contre les changements climatiques (la COP 25 appelant un dialogue sur les océans et les changements climatiques) et aux efforts pour sauver la biodiversité (cadre mondial de la biodiversité pour l’après-2020).

4C’est dans ce contexte que l’Océan mondial est maintenant un objet (ou sujet) à part entière dans les négociations mondiales, abordé de manière individuelle ou dans le cadre des travaux portant sur des questions d’environnement connexes et le développement durable. À cet égard, on peut saluer la tenue au siège des Nations Unies à New York de la Conférence sur les océans 2017, officiellement « Conférence des Nations unies pour appuyer la mise en œuvre de l’objectif 14 des objectifs de développement durable : conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable », et la tenue prochaine à Lisbonne au Portugal (initialement prévue en 2020, maintenant convoquée pour juin 2022) de la Conférence des Nations Unies visant à appuyer la réalisation de l’objectif de développement durable no 14 : conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable (Conférence sur les océans 2022). On soulignera également que nous sommes actuellement dans la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable 2021-2030. Ceci n’est que la « pointe de l’iceberg » d’un intérêt soutenu et d’une action qui s’envisagent désormais dans l’interrelation entre les différentes échelles géographiques (du global au local), les multiples thèmes et enjeux (environnementaux, économiques, politiques, juridiques, etc.) et l’ensemble des espaces maritimes (des zones côtières à la haute mer, des régions polaires aux régions intertropicales, d’un océan à l’autre, etc.).

5Avec ce numéro spécial de VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, nous avions comme ambition de nourrir et approfondir la réflexion critique sur la thématique de la protection, de la conservation et de l’exploitation de l’Océan mondial. Des textes portant sur les différentes échelles, du local au global, et sur différents espaces de l’Océan mondial étaient souhaités afin de pouvoir constituer un regard croisé sur l’ensemble des grands enjeux et perspectives liés à la thématique. Force est d’admettre que nous proposons finalement un ensemble de textes qui demeure incomplet quant à notre thématique. Malgré ce constat, nous sommes ravis de présenter un dossier fort pertinent dont le fil directeur est les défis et les enjeux d’une gouvernance adaptée et efficiente de la préservation et de la conservation de l’Océan mondial, des mers et des océans. Globalement, il appert que cette question est tout autant d’une très grande actualité que d’une importance capitale, ce qui est parfaitement documenté et discuté par les treize textes que nous proposons dans ce dossier, à savoir :

6L’ensemble de ces textes nous permet de constater combien il est important aujourd’hui d’aborder la gouvernance des mers et océans ainsi que la gestion des affaires maritimes selon une approche intégrant tout à la fois l’ensemble des enjeux sociaux et écologiques. D’ailleurs, plusieurs des textes présentés ici abordent la question en évoquant le cadre théorique du socio-écosystème et de ses dynamiques qui mettent en interaction les systèmes écologiques, économiques, socio-anthropologique et de gouvernance. Ce paradigme semble tout à fait approprié pour étudier les aires marines protégées (AMP) dans toutes leurs dimensions et en soulever l’ensemble des enjeux. À cet égard, la moitié des textes portent directement sur les AMP qui représentent actuellement une thématique centrale de la protection et de la conservation de l’Océan mondial. Les autres textes abordent différentes questions, à différentes échelles géographiques et dans des lieux divers, mais considèrent toujours l’interrelation humains-systèmes naturels comme déterminante pour identifier et comprendre les enjeux et les défis ainsi que pour envisager et proposer des solutions.

7On regrettera que ce dossier ne présente pas de texte sur de nombreux autres sujets de grand intérêt tels que le carbone bleu, l’économie bleue, la recherche océanographique, le partage des connaissances, la planification spatiale maritime, l’exploration et l’exploitation des gisements miniers sous-marins ainsi que des ressources d’hydrocarbures offshores, le tourisme et loisir côtiers et maritimes, la pollution marine, etc. La thématique que nous avons proposée était ambitieuse et certainement trop vaste pour pouvoir être traitée ici dans toute son étendue et sa profondeur. Malgré tout, il s’agit d’une question émergente sur la scène internationale et d’une importance primordiale pour la sauvegarde d’un environnement planétaire en santé, au même titre que, et en interrelations étroites avec, les luttes contre les changements climatiques et la perte de biodiversité. Enfin, en ce début de XXIe siècle, la mer trouve une place à l’avant-scène des enjeux environnementaux, et ce, du local au global dans une perspective de développement durable.

8Ce numéro spécial montre qu’il reste encore beaucoup de chemin à faire sur le plan des connaissances, des outils et de la gouvernance pour protéger et conserver efficacement l’Océan mondial, ses ressources et ses écosystèmes. Il témoigne parfaitement de l’importance de considérer et d’intégrer l’ensemble des dimensions humaines dans ce grand chantier environnemental. Reste à espérer que les humains sauront se mobiliser et réagir à la hauteur des défis et veilleront, comme il se doit, sur ce milieu iconique de la planète bleue qu’est l’océan mondial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Bouchard, Olivier Dupéré, Franck Dolique, Jérôme Harlay, Erwann Lagabrielle, Steve Plante et François Sabatier, « Préservation, conservation et exploitation : enjeux et perspectives pour un Océan mondial en santé », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 21 numéro 1 | mai 2021, mis en ligne le 17 mai 2021, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/30440 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.30440

Haut de page

Auteurs

Christian Bouchard

Université Laurentienne

Articles du même auteur

Olivier Dupéré

Université de La Réunion

Franck Dolique

Université des Antilles

Articles du même auteur

Jérôme Harlay

University of Seychelles

Erwann Lagabrielle

Université de La Réunion

Steve Plante

Université du Québec à Rimouski

Articles du même auteur

François Sabatier

Aix-Marseille Université

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search