Skip to navigation – Site map

HomeNumérosVolume 21 numéro 1Section couranteLes milieux humides dans le paysa...

Section courante

Les milieux humides dans le paysage des Petites Antilles : étude des mares de la Martinique

Péguy Major and Jean-Philippe Claude

Abstracts

Wetland types, such as ponds, are essential aquatic biotopes in the Martinique landscape. They are characterized by the permanent or temporary presence, at very shallow depths, of fresh water by the preponderance of a hygrophile phytocenosis and by the existence of a hydromorphic soil. The aim of this article is to identify these slow ecosystems from a hydrogeomorphological and floristic point of view. We have inventoried twenty-three ponds. Then we established an initial classification that resulted in the distinction of forest ponds from savannah ponds. Then we identified seven hydrophytic species and one helophyte.

Top of page

Full text

Introduction

1Les mares sont des petites étendues d’eau d’une superficie comprise entre 1 m2 et 5000 m2 : leur profondeur est inférieure à 2 mètres (Sajaloli et al, 2001). Elles constituent un type d’écosystème lentique intermédiaire entre les marécages dépourvus de zone limnétique et les étangs dans lesquels la zone limnétique occupe l’essentiel de la surface (Ramade, 1998). La profondeur d’eau ne constitue pas un critère définissant les mares, car elle est variable qu’elles soient d’origine naturelle ou – ce qui est souvent le cas – artificielle, car creusée par l’homme pour répondre aux besoins de l’élevage ou des cultures. Lorsque la zone littorale est étendue par rapport à la zone limnétique, car la profondeur de la mare considérée est faible, des rhizophytes peuvent couvrir une part importante du biotope permettant leur développement sur tout le fond (Oertli et Frossard, 2013). Ces écosystèmes complexes et polymorphes peuvent être permanents ou temporaires en fonction des variations météorologiques et climatiques (Barnaud et Fustec, 2007). Comme tout biotope humide, l’eau est un élément structurant le fonctionnement de l’écosystème que constitue toute mare. Elle l’inscrit dans le contexte climatique, topographique et géologique du bassin versant qui l’alimente (Musy et Higy, 2004). Les processus d’évaporation, de ruissellement et d’infiltration dans le sol, des eaux de pluie dépendent de la nature du substrat, de la topographie et du couvert végétal. À toute mare correspond une phytocénose lentique, notamment des hydrophytes composant la végétation flottante et/ou fixée.

« En bordure de la mare, les macrophytes sont représentés par des végétaux amphibies appartenant à plusieurs familles. Près de la rive existe une ceinture de végétation constituée par des joncs, des roseaux et d’autres plantes amphibies désignées hélophytes » (Ramade, 2009).

2Comme de nombreux milieux aquatiques anthropisés, ces écosystèmes lentiques sont sujets à l’invasion d’espèces végétales introduites (Hutchinson, 1975). Lorsque les mares ne sont pas entretenues, elles peuvent se combler assez rapidement, car la végétation produite chaque année se dépose sur le fond sous forme de matière organique. L’évolution dynamique de ce type de milieu humide résulte de deux processus : l’atterrissement et l’assèchement (Oertli et Frossard, 2013). Le comblement et le remblaiement participent à la disparition de milliers de mares (Barnaud et Fustec, 2007). Ce processus est en œuvre dans tous les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Aux États-Unis, le comblement des « prairies potholes », qui sont des mares naturelles formées au moment de la déglaciation à la fin du Würm, pour favoriser l’agriculture conventionnelle, ultramécanisée, a présenté de graves conséquences pour l’avifaune nord-américaine qui séjournait dans ces mares naturelles leur assurant la nourriture lors de leurs migrations automnale ou printanière (Batt et al., 1989). À l’échelle mondiale, le nombre de mares est estimé à 3 milliards avec une superficie de 100 à 1000 m2 soit 20 par km2 (Oertli et Frossard, 2013). Leur densité est particulièrement élevée en Europe, est des États-Unis et du Canada, Afrique centrale, Amérique du Sud, Chine orientale, Japon, nord et est de la Russie. Elle est nettement plus faible en Afrique du Nord et du Sud et en Australie. En Martinique, les mares sont d’origine anthropique et datent de moins de 50 ans. Au nord, elles ont surtout été créées pour l’irrigation agricole liée à la culture de la canne. Elles sont beaucoup plus nombreuses dans les communes du Sud, influencées par le bioclimat sec. Elles ont été creusées pour répondre aux besoins en eau et correspondent à une multitude d’usages (abreuvement d’animaux, irrigation domestique ou agricole, extraction de roche volcanique, de gravier). Actuellement, les mares ont perdu une grande partie de leurs fonctions, suite à l’arrivée de l’eau courante et à la construction du barrage de la Manzo dans les années 1980 pour irriguer les zones agricoles sud-est de l’île. La retenue couvre 82 ha (remplissage moyen) entre les communes de Ducos et du François, pour une capacité totale de 8,1 millions des m3 d’eau. Sa profondeur maximale est de 22 mètres. Le barrage est essentiellement alimenté par une dérivation effectuée sur la rivière Lézarde. Il existe très peu de travaux sur l’étude des mares en Martinique, système insulaire montagneux des Petites Antilles (Figure 1) d’une superficie de 1128 km2 avec une topographie très accidentée. Un premier recensement effectué en 2006 par le Parc Naturel régional de la Martinique a permis d’identifier 724 mares pour une superficie totale de 23 hectares. Seules 25 d’entre elles ont fait l’objet d’un inventaire écologique (Gayot et Laval, 2006). Le dernier recensement date de 2015. Au total, 1178 mares et étangs ont été répertoriés pour une superficie totale de 189,6 hectares (Impact Mer, 2015). La présente étude porte sur l’inventaire écologique partiel de 23 mares au nord de la Martinique, dominé par d’importants massifs volcaniques dépassant les 800 mètres d’altitude et au sud de l’île, composé de collines appelées mornes d’altitude inférieures à 500 mètres. Le but est de connaître le type de mares réparties dans le paysage de la Martinique d’une part et d’autre part de caractériser la flore aquatique. Nous aborderons les facteurs physico-chimiques ultérieurement dans une autre contribution. Les outils utilisés pour les inventaires sont les suivants : la couverture cartographique au 1/25000 e, les photographies aériennes et les prospections de terrain. Nous avons utilisé la littérature existante afin de déterminer la végétation aquatique.

Matériel

3Le site d’étude est localisé en Martinique dans les Petites Antilles (Figure 1) entre la Dominique au Nord et Sainte-Lucie au Sud. L’île est entourée à l’ouest par la mer des Caraïbes et à l’est par l’océan Atlantique. Elle englobe les bioclimats secs, moyennement humide à humide avec des précipitations moyennes annuelles oscillant entre 500 et 2500 mm (Figure 7) avec une température annuelle de 26 °C. La gamme d’altitude intéressée par cette étude varie de 8 à 416 m. Sur le plan pédologique (Venkatapen, 2012), le terrain est composé au nord de sol à allophane sans gibbsites où domine les textures de cendres et de ponces (stations 1 et 2), au Nord atlantique à la presqu’île de Caravelle de sols fersiallitiques fortement (station 3), au Nord caraïbe, de sols à brun rouille à halloysite avec la texture argilo-sableuse (stations 4 à 9) et au sud, de sols vertisols au niveau des plaines (stations 10 à 23) (Figure 6). Le régime hydrologique des mares se compose en deux périodes : une période de remplissage (juillet à novembre) par les eaux de précipitations qui correspond à la saison humide ou hivernage et une période d’assèchement, généralement plus courte (février à avril) qui correspond à la saison sèche ou carême (Figure 3).

4Cette étude se déroule dans huit communes (Figure 2). Vingt-trois stations (Tableau 1) ont été prospectées pour l’exploration scientifique des mares. Deux stations au Nord (Basse-Pointe et Ajoupa-Bouillon) ; une station au Nord Atlantique (Trinité) ; six stations au Nord caraïbe (Schœlcher) et quatorze stations au Sud (Anses d’Arlet, Le Marin, Sainte-Anne, Sainte-Luce). Selon leur situation géographique, nous avons trouvé deux types de mares au nord comme au sud : les mares savanes (Figure 4) et les mares forestières (Figure 5). Ce sont des mares de taille moyenne avec des surfaces approximatives entre 3 m2 et 3000 m2 (Tableau 1). Ces mares anthropiques sont colonisées par des plantes semi-aquatiques et aquatiques.

Figure 1. Localisation de la Martinique dans le bassin Caribéen / Location of Martinique in the Caribbean Basin.

Figure 1. Localisation de la Martinique dans le bassin Caribéen / Location of Martinique in the Caribbean Basin.

Figure 2. Carte de localisation des mares / Location map of ponds.

Figure 2. Carte de localisation des mares / Location map of ponds.

Figure 3. Évolution du niveau d’eau d’une mare anthropisé / Evolution of the water level of an anthropized pond.

Figure 3. Évolution du niveau d’eau d’une mare anthropisé / Evolution of the water level of an anthropized pond.

Légende : Mare savane entre janvier 2019 où la mare est remplie à plein bord et avril 2019, où la mare est à sec, mesurée visuellement dans la commune des Anses d’Arlet (Station 10).

Source : Peguy Major.

Figure 4. Mare de savane à Schœlcher (station 9) /Savannah Mare at Schœlcher (station 9).

Figure 4. Mare de savane à Schœlcher (station 9) /Savannah Mare at Schœlcher (station 9).

P. Major, juin 2018

Figure 5. Mare forestière aux Anses d’Arlet (station 19) / Forest Mare at Anses d’Arlet (station 19).

Figure 5. Mare forestière aux Anses d’Arlet (station 19) / Forest Mare at Anses d’Arlet (station 19).

P. Major, juillet 2018

Tableau 1. Les 23 stations / The 23 stations.

Stations

Commune

Lieu-dit

Altitude

Type de mare

Latitude

Longitude

Superficie

Végétation

Station 1

Basse-Pointe

Moulin l’Etang

40

Savane

704152

1643785

2570

Présence

Station 2

Ajoupa-Bouillon

Carrière

105

Forestière

704291

1639631

 ?

Présence

Station 3

Trinité

La Caravelle

38

Savane

722844

1633496

 ?

Présence

Station 4

Schœlcher

Route de la Démarche

221

Savane

703491

1619304

149,79

Présence

Station 5

Schœlcher

Rue des Cocotiers

255

Savane

702931

1619366

544,78

Présence

Station 6

Schœlcher

Rue des maraîchers

351

Forestière

703592

1620475

 ?

Absence

Station 7

Schœlcher

Rue des maraîchers

416

Savane

703782

1620959

140,75

Absence

Station 8

Schœlcher

Chemin pois doux

346

Savane

703425

1620175

186,09

Absence

Station 9

Schœlcher

Impasse des Goyaviers

339

Savane

703020

1619043

86,54

Présence

Station 10

Anses d’Arlet

Morne la Plaine

392

Savane

709022

1604202

23,59

Présence

Station 11

Anses d’Arlet

Morne la Plaine

390

Savane

709047

1604269

185,14

Présence

Station 12

Anses d’Arlet

Morne la Plaine

388

Forestière

708900

1604247

 ?

Absence

Station 13

Anses d’Arlet

Morne la Plaine

382

Forestière

708889

1604134

 ?

Présence

Station 14

Anses d’Arlet

Morne la Plaine

389

Forestière

708900

1604276

 ?

Présence

Station 15

Anses d’Arlet

Morne la Plaine

387

Forestière

708928

1604270

2,92

Présence

Station 16

Anses d’Arlet

Morne la Plaine

387

Forestière

708922

1604273

7,14

Absence

Station 17

Anses d’Arlet

Morne la Plaine

384

Forestière

708724

1604368

 ?

Présence

Station 18

Anses d’Arlet

Morne la Plaine

379

Forestière

708636

1604314

7,46

Présence

Station 19

Anses d’Arlet

Morne la Plaine

386

Forestière

708795

1604571

 ?

Présence

Station 20

Anses d’Arlet

Morne la Plaine

379

Forestière

709004

1604669

 ?

Présence

Station 21

Sainte-Luce

Pont café

8

Savane

722286

1600283

909,21

Présence

Station 22

Le Marin

Cap macré

5

Savane

734674

1601538

99,406

Présence

Station 23

Sainte-Anne

Malgré Tout

29

Forestière

730192

1596029

2830

Présence

Figure 6. Types de sols en Martinique / Types of soil in Martinique.

Figure 6. Types de sols en Martinique / Types of soil in Martinique.

Joseph, 2009.

Figure 7. Précipitations annuelles en Martinique en 2017 / Annual rainfall in Martinique in 2017.

Figure 7. Précipitations annuelles en Martinique en 2017 / Annual rainfall in Martinique in 2017.

Hauteurs des pluies annuelles (mm) en 2017. Écarts aux normales 1981-2010.

Météo-France, 2019

Tableau 2. Caractéristiques physiques des stations par zone d’étude / Physical characteristics of stations by study area.

Stations

Bioclimat

Pluviométrie

Type de sols

Stations 1,2

Moyennement humide

2500-3000

Sols à allophane sans gibbsite sur cendre et ponces plus récentes

Station 3

Sec

500-1500

Sols fersiallitiques fortement montmorillonitiques

Stations 4 à 9

Moyennement humide

2000-2500

Sols brun rouille à halloysite

Stations 10 à 23

Sec

1500-2000

Vertisols

Méthode

5Entre juillet 2018 et avril 2019, nous avons prospecté sur le terrain vingt-trois mares (Figure 2). Pour chaque mare, nous avons noté des informations générales, sur une fiche d’inventaire (numéro de la station, date de l’observation, nom de la commune, le lieu-dit proche de la mare, coordonnées GPS, altitude, hauteur de l’eau). Nous avons estimé visuellement de manière ponctuelle (une fois tous les deux mois) le niveau d’eau des mares grâce à une échelle de remplissage relatif. Celle-ci mesure la proportion du volume total de la mare occupée : 0 % mare sèche ; 25 % peu rempli ; 50 % à moitié rempli ; 100 % totalement rempli (Illustration 3). Nous avons réalisé un relevé exhaustif de toutes les espèces végétales présentes, selon la méthode de Braun-Blanquet (1932), quelle que soit la taille des mares (Tableau 1). Un indice d’abondance-dominance allant de + à 5 a été attribué à chaque espèce : +, quelques individus ; 1, recouvrement de 1 à 5 % ; 2, recouvrement de 5 à 25 % ; 3, recouvrement de 25 à 50 % ; 4, recouvrement de 50 à 75 % ; 5, recouvrement de 75 à 100 %. Pour chaque espèce recensée, nous avons noté le type biologique selon la classification de Raunkiaer (1934). La détermination des espèces est effectuée principalement à l’aide de la Flore de Fournet (2002a ; 2002b ), mais aussi à l’aide d’un rapport public « Contribution à l’inventaire de la flore dulçaquicole de la Martinique : les « espèces exotiques envahissantes », (Maddi, 2014). En complément de cette fiche de description, des photographies des mares et des espèces végétales ont été réalisées. Les données recueillies ont fait l’objet d’une analyse factorielle des correspondances (AFC) et d’une classification ascendante hiérarchique (CAH) basée sur la distance euclidienne. Ces analyses statistiques ont permis de comparer les différents relevés en fonction de leur composition en espèces et d’établir les similitudes et dissemblances floristiques entre les relevés (Lebart et Fénelon, 1971 ; Guinochet, 1973 ; Dervin, 1990). Le traitement des données a été réalisé avec le logiciel XLSTAT. Les inventaires ont été exploités pour dresser une carte de localisation des mares à l’échelle 1/25000e au référentiel géographique : WGS_1984_UTM_20N de la répartition des mares à l’aide du logiciel QGIS version 2.18.14.

Résultats

6Les prospections et les relevés floristiques que nous avons réalisés sur les mares (2018-2019) ont permis d’inventorier huit espèces semi-aquatiques et aquatiques dans 18 stations sur 23 (Tableau 3). Ces espèces appartiennent respectivement aux familles des Araceae, Cyperaceae, Hydrocharitaceae, Lemnaceae, Nymphaeacea, Pontederiaceae, Salviniaceae, Scrophulariaceae). Selon la classification de Raunkiaer (1934), les huit espèces appartiennent à 3 types biologiques (Tableau 3). Cette liste floristique est dominée par les hydrophytes avec sept espèces dont 3 appartiennent à des hydrophytes libres à feuille flottantes ou nageantes (Lemna polyrhiza Pistia stratiotes, Salvinia molesta) et 4 à des hydrophytes fixées à feuilles flottantes ou submergées (Eichhornia crassipes, Hydrilla verticillata, Micranthemum umbrosum, Nymphaea ampla) (Den Hartog et Segal,1964). Le type hélophytique est représenté par une seule espèce Cyperus papyrus (Figure 8). Elle est présente dans onze stations avec un recouvrement de 5 à 25 %. Sur l’ensemble des sites prospectés, Eichhornia crassipes (Figure 9), Hydrilla verticillata (Figure 10) ont été observées uniquement sur une station (mare Moulin l’Étang). Elles recouvrent à toutes les deux 25 %. La Lemna polyrhiza (Figure 11) est localisée dans 3 stations (2, 19 et 23) qui sont des mares forestières. Elle forme un tapis dense avec un recouvrement moyen de 90 % (Gillet, 2000). La Micranthemum umbrosum (Figure 12) a été retrouvée dans deux stations avec un très faible recouvrement de 1 %. Nous avons noté que cette espèce Nymphaea ampla (Figure 13) est localisée dans onze stations avec un recouvrement de 5 à 25 %. La Pistia stratiotes (Figure 14) a été rencontrée dans cinq stations. Les populations inventoriées recouvrent de 1 à 75 % (Figure 16). Cette espèce Salvinia molesta (Figure 15) a été observée que dans une seule station avec un recouvrement de 75 %. Toutes ces espèces sauf Salvinia molesta sont présentent peu importe le type de mare savane ou forestière. Les stations 6, 7, 8, 12 et 16 sont dépourvues de végétation (Tableau 1).

Tableau 3. Liste des espèces recensées dans les mares / List of species recorded in ponds.

Stations

Famille

Espèces

Type Biologique

1- 4-5-9-15-23

Araceae

Pistia stratiotes

Hydrophyte libre à feuilles flottantes

1- 3-5-14-17- 21- 22-23

Cyperaceae

Cyperus papyrus

Hélophyte

1

Hydrocharitaceae

Hydrilla verticillata (L.F) Royle

Hydrophytes fixées à feuilles flottantes

2-19-23

Lemnacea

Lemna polyrhiza

Hydrophyte libre à feuilles flottantes

1-5

Scrophulariaceae

Micranthemum umbrosum

Hydrophyte fixée à feuilles submergées

1-4-5-10-11-14-17-18-19-20-21-22

Nymphaeaceae

Nymphaea ampla

Hydrophyte fixée à feuilles flottantes

1

Pontederiaceae

Eichhornia crassipes

Hydrophyte fixée feuille flottante

21

Salviniaceae

Salvinia molesta D. S. Mitch

Hydrophyte libre à feuille flottante

Figure 8. Cyperus papyrus, Mare Impasse des Goyaviers (Station 9).

Figure 8. Cyperus papyrus, Mare Impasse des Goyaviers (Station 9).

P. Major, 2018

Figure 9. Eichhornia crassipes, Mare Moulin l’Étang (station 1).

Figure 9. Eichhornia crassipes, Mare Moulin l’Étang (station 1).

P. Major, 2018

Figure 10. Hydrilla verticillata, Mare Moulin l’Étang (Station 1).

Figure 10. Hydrilla verticillata, Mare Moulin l’Étang (Station 1).

P. Major, 2018

Figure 11. Lemna polyrhiza, Mare des Anses d’Arlet (station 19).

Figure 11. Lemna polyrhiza, Mare des Anses d’Arlet (station 19).

P. Major, 2018

Figure 12. Micranthemum umbrosum, Mare Moulin l’Étang (Station 1).

Figure 12. Micranthemum umbrosum, Mare Moulin l’Étang (Station 1).

P. Major, 2018

Figure 13. Nymphaea ampla Mare Impasse des Goyaviers (Station 9).

Figure 13. Nymphaea ampla Mare Impasse des Goyaviers (Station 9).

P. Major, 2018

Figure 14. Pistia stratiotes Mare de Sainte-Anne (Station 23).

Figure 14. Pistia stratiotes Mare de Sainte-Anne (Station 23).

P. Major, 2018

Figure 15. Salvinia molesta, Mare de Sainte-Luce (Station 21).

Figure 15. Salvinia molesta, Mare de Sainte-Luce (Station 21).

P. Major, 2018

Figure 16. Nombre d’espèces par station / Number of species per station.

Figure 16. Nombre d’espèces par station / Number of species per station.

7Les 18 relevés des 18 stations ont été soumis à trois analyses factorielles et à une classification ascendante hiérarchique. Nous constatons que le dendrogramme de la classification ascendante hiérarchique (Figure 17) a permis d’identifier 2 groupes homogènes. Le premier groupe rassemble les plantes aquatiques enracinées (rhizophytes). Le deuxième groupe est celui des plantes aquatiques non enracinées.

Figure 17. Dendrogramme de la classification hiérarchique ascendante des espèces des 18 stations / Dendrogram of the ascending hierarchical classification of species at the 18 stations.

Figure 17. Dendrogramme de la classification hiérarchique ascendante des espèces des 18 stations / Dendrogram of the ascending hierarchical classification of species at the 18 stations.

8La première AFC (Figure 18) ne montre pas la répartition des 2 groupes principaux des plantes aquatiques. Nous avons supprimé la station 21 occupée par l’espèce Salvinia molesta en raison de son taux de recouvrement (75 %) (Figure 16) et de sa fréquence (1 station).

Figure 18. AFC 1.

Figure 18. AFC 1.

9L’AFC 2 a été réalisée sur 17 stations. Elle oppose les espèces aquatiques enracinées à un groupe de plantes aquatiques non enracinées (Figure 19) comme lors de la classification ascendante hiérarchique.

Figure 19. AFC 2.

Figure 19. AFC 2.

10Afin d’affiner les résultats relatifs au premier groupe, nous avons effectué une troisième AFC (Figure 20) et nous avons éliminé trois espèces de cinq stations. Les stations 19 et 23 occupent des mares forestières (Cyperus papyrus, Nymphaea ampla) tandis que les stations 1,4 et 8 sont des mares de savanes (Pistia stratiotes). Le plan factoriel des axes 1 et 2 montre que les 17 stations se répartissent en 3 groupes principaux. Ces résultats ne sont pas confirmés par la classification ascendante hiérarchique (Figure 17) réalisée sur les 18 stations. Ces analyses classent les plantes aquatiques des mares en trois types de végétaux se développant au sein et en bordure des mares :

  • Les végétaux non fixés (pleustophytes) dominés par des hydrophytes libres à feuilles flottantes (Lemna polyrhiza et Pistia stratiotes).

  • Les végétaux fixés dominés par des hydrophytes fixées à feuilles flottantes ou feuilles submergées (Hydrilla verticillata Nymphaea ampla et Eicchornia crassipes).

  • Les végétaux herbacés amphibies (hélophyte) dominés par une espèce en bordure des mares (Cyperus papyrus).

11Le premier groupe se rapporte exclusivement à des mares forestières. La Lemna polyrhiza apprécie les zones ombragées et calmes. Le deuxième et le troisième groupe sont occupés par des mares forestières et de savanes.

Figure 20. AFC 3.

Figure 20. AFC 3.

Discussion

12Selon la bibliographie consultée (Maddi, 2014), il ressort de cela que cinq plantes aquatiques ont été signalées jusqu’ici pour la Martinique. Notre inventaire de terrain, qui est loin d’être complet, nous a permis de recenser seulement trois espèces végétales semi-aquatiques et aquatiques (Cyperus papyrus, Lemna polyrhiza et Micranthemum umbrosum). La flore aquatique est relativement peu diversifiée puisque nous avons recensé huit plantes aquatiques appartenant à sept familles, dont un hélophyte et sept hydrophytes (Tableau 3). Selon la littérature scientifique, ces espèces sont des espèces invasives à l’échelle mondiale (Soubeyran et al., 2012a ; 2012b). Dans notre contexte local, elles sont considérées comme des espèces potentiellement invasives en raison de leur prolifération). Dans notre contexte local, elles sont considérées comme des espèces potentiellement invasives en raison de leur prolifération. Le faible nombre de stations ne permet pas d’affirmer le caractère envahissant de ces plantes aquatiques. De plus, elles correspondent à des espèces localement invasives avec un impact faible sur des espaces anthropiques dans le paysage. Deux espèces Cyperus papyrus et Nymphaea ampla sont présentes dans plus de la moitié des mares. De même, quatre espèces sont présentes dans une à quatre stations : Hydrilla verticillata (L.F) Royle, Lemna polyrhiza, Pistia stratiotes L. et Salvinia molesta D. S. Mitch (Figure 16). À l’opposé, cinq espèces se retrouvent que dans une station (mare Moulin l’Étang). Nous constatons que l’espèce la plus répandue quel que soit le type de mare est la Nymphaea ampla présente dans 12 stations (Figure 16) quel que soit le type de mare. Sur les 23 stations, nous avons observé l’absence de végétation sur cinq stations due à l’ombrage des ligneux (6-12-16) et à l’abreuvement du bétail (7-8). Les plantes aquatiques ne constituent pas un ensemble systématique homogène et nous les retrouvons dans de nombreuses familles. En fonction de leur mode de bourgeonnement et de leur adaptabilité, ces plantes hygrophiles sont qualifiées d’hydrophytes, d’hélophytes ou amphibie. La majorité est des rhizophytes (plantes aquatiques submergées, avec parfois des feuilles flottantes, et enracinées dans les vases benthiques). Certaines d’entre elles sont des pleustophytes (plantes aquatiques non enracinées, flottant librement ou submergées). Sur la base de la typologie nationale des mares qui identifie 14 types de mares (Sajaloli et al., 2001), nous avons identifié 11 mares forestières (Tableau 1) et 12 mares de savane réparties entre le nord et le sud de la Martinique. Les mares forestières sont très ombragées par la ceinture d’une végétation ligneuse. Nous avons observé que des phanérophytes peuvent former des fourrés ou des forêts à proximité des mares (Annexes 2 et 3). À la différence de ces dernières, les mares de savanes sont le plus souvent le résultat du creusement fait par l’homme, essentiellement pour abreuver le bétail, mais également pour d’autres activités. Plus éclairée que la mare forestière, elle abrite souvent une abondante végétation aquatique. Toutefois, ces mares qu’elles soient dispersées dans les savanes, cachées dans les forêts ou alignées le long des routes restent un élément important du paysage de la Martinique. En effet, nous avons observé d’abord que leurs profondeurs peuvent varier de quelques centimètres à plusieurs mètres (Figure 3). Et enfin, que certaines sont en eau toute l’année, mais beaucoup passent par des cycles de remplissage et d’assèchement (Figure 3).

Conclusion – perspectives

13Cette étude a permis d’identifier huit espèces aquatiques et de recenser 23 mares en Martinique. Toutefois, l’inventaire effectué n’est certainement pas complet. Il apparaît donc important de compléter ce bilan afin de réaliser un état des lieux exhaustif et un suivi régulier des mares et des plantes aquatiques sur l’île. En effet, les présents travaux ont permis de faire progresser les connaissances sur la flore aquatique et le nombre de mares en Martinique (Gayot et Laval, 2006 ; Impact Mer, 2015). Notre travail de recherche s’inscrit dans la continuité de ces travaux déjà menés dans notre espace insulaire à l’occasion des différentes campagnes d’échantillonnage et d’inventaire. Cependant, l’insuffisance de notre ressource en eau constatée pendant les périodes sèches nous impose une réflexion sur la préservation de cet écosystème aquatique.

Remerciements

14Pour toute l’aide fournie à l’appui de notre étude au sein du laboratoire UMR ESPACE DEV –Antilles, nous tenons à remercier vivement Jean-Philippe Claude et José Duranty pour les prospections de terrain et l’étude botanique. Nos remerciements vont également au professeur des Universités, M. Philippe Joseph pour la relecture et les corrections.

Top of page

Bibliography

Barnaud, G., É. Fustec, 2007, Conserver les milieux humides : pourquoi ? Comment ?, Educagri editions, 291 p.

Batt, B. D. J., M. G. Anderson, C. D. Anderson, et F.D. Caswell, 1989, The use of prairie potholes by North American ducks. Northern Prairie Wetlands, A. van der Valke, Ed. pp. 204-227.

Bornette, G., S. Puijalon, Response of aquatic plants to abiotic factors : a review. Aquatic Sciences, 2011, 73, 1, pp. 1-14.

Derex, J.-M., 2006, L’histoire des zones humides. État des lieux. Études rurales, 177, pp. 167-178

Dervin, C., 1990, Comment interpréter les résultats d’une analyse factorielle des correspondances ?, Institut technique des céréales et des fourrages, 75 p.

Fournet, J., 2002a, Flore Illustrée des Phanérogames de Guadeloupe et de Martinique Tome 1, Paris, Gondwana, 1325 p.

Fournet, J., 2002b, Flore Illustrée des Phanérogames de Guadeloupe et de Martinique Tome 2, Paris, Gondwana, 2538 p.

Gayot, M., S. Laval, 2006, Inventaire des zones humides de la Martinique. Rapport d’expertise conduit par Acer Campestre sous la direction du Parc Naturel Régional de la Martinique, 102 p.

Gillet, F., 2000- La phytosociologie synusiale intégrée- Guide méthodologique, Laboratoire d'écologie végétale et de phytosociologie, Institut de Botanique, Université de Neuchatel (Suisse).

Guinochet, M., 1973, Phytosociologie et systématique. Taxonomy and Ecology', The Systematics Association5, pp. 121-140.

Hutchinson, G.E., 1975, A treatise on limnology. vol. III. Limnological botany. J. Wiley, New York, 660 p.

Joseph, P., 2009, La végétation forestière des petites Antilles, Paris, Karthala, 469 p.

Lebart, L., J-P. Fénelon, 1971, Statistique et informatique appliquées. Dunod. 426 p.

Maddi, F-A., 2014, Contribution à l’inventaire de la flore dulçaquicole de la Martinique : les « espèces exotiques envahissantes », Bilan des prospections. Société d’Histoire Naturelle l’Herminier (Nantes-France), Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement Martinique (DEAL), 26 p.

Impact Mer, 2015, Inventaire des zones humides de la Martinique. Mise à jour de l’inventaire, évolution temporelle des zones humides et préconisations générales de gestion. Rapport pour : Parc Naturel Régional de la Martinique (PNRM), Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement Martinique (DEAL), Office de l’Eau (ODE), 220 p.

Musy, A., C. Higy, 2004, Hydrologie : Tome 1, Une science de la nature. Presses Polytechniques et Universitaires Romandes (PPUR), 314 p.

Oertli, B., P-A Frossard, 2013, Mares et étangs : Ecologie, conservation, gestion, valorisation. Presses polytechniques Universitaires Romandes, (PPUR), 475 p.

Ramade, F. ,1998, Dictionnaire encyclopédique des Sciences de l’Eau, Ediscience international, 800 p.

Ramade, F., 2009, Eléments d’écologie : écologie fondamentale, Paris, Dunod, 4e ed., 712 p.

Sajaloli, B., A. Thurie, C. Dutilleul et F. Pirot, 2001, La typologie patrimoniale des mares, un outil de diagnostic territorial et de la qualité biologique des mares, Programme National de Recherche sur les Zones Humides (PNRZH), 22 p.

Soubeyran, Y., A. Goarant, C. Lavergne, C. Manry, A. Malau, J. Meyer, B. de Thoisy et F. Urtizberea, 2012a, Bilan des espèces exotiques envahissantes en milieux aquatiques sur le territoire français : bilan synthétique pour l’outre-mer, Sciences Eaux & Territoires, 1, pp. 64-67. 

Soubeyran, Y., A. Goarant, C. Lavergne, C. Manry, A. Malau, J. Meyer, B. de Thoisy et F. Urtizberea, 2012b, Enjeux de la gestion des espèces exotiques envahissantes dans les milieux d’eau douce en outre-mer, Sciences Eaux & Territoires, 1, pp. 34-37. 

Venkatapen, C., 2012, Étude des déterminants géographiques et spatialisation des stocks de carbone des sols de la Martinique, Thèse de doctorat. Antilles-Guyane.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Localisation de la Martinique dans le bassin Caribéen / Location of Martinique in the Caribbean Basin.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/31559/img-1.jpg
File image/jpeg, 100k
Title Figure 2. Carte de localisation des mares / Location map of ponds.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/31559/img-2.jpg
File image/jpeg, 176k
Title Figure 3. Évolution du niveau d’eau d’une mare anthropisé / Evolution of the water level of an anthropized pond.
Caption Légende : Mare savane entre janvier 2019 où la mare est remplie à plein bord et avril 2019, où la mare est à sec, mesurée visuellement dans la commune des Anses d’Arlet (Station 10).
Credits Source : Peguy Major.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/31559/img-3.jpg
File image/jpeg, 212k
Title Figure 4. Mare de savane à Schœlcher (station 9) /Savannah Mare at Schœlcher (station 9).
Credits P. Major, juin 2018
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/31559/img-4.jpg
File image/jpeg, 980k
Title Figure 5. Mare forestière aux Anses d’Arlet (station 19) / Forest Mare at Anses d’Arlet (station 19).
Credits P. Major, juillet 2018
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/31559/img-5.jpg
File image/jpeg, 420k
Title Figure 6. Types de sols en Martinique / Types of soil in Martinique.
Credits Joseph, 2009.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/31559/img-6.jpg
File image/jpeg, 132k
Title Figure 7. Précipitations annuelles en Martinique en 2017 / Annual rainfall in Martinique in 2017.
Caption Hauteurs des pluies annuelles (mm) en 2017. Écarts aux normales 1981-2010.
Credits Météo-France, 2019
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/31559/img-7.jpg
File image/jpeg, 56k
Title Figure 8. Cyperus papyrus, Mare Impasse des Goyaviers (Station 9).
Credits P. Major, 2018
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/31559/img-8.jpg
File image/jpeg, 900k
Title Figure 9. Eichhornia crassipes, Mare Moulin l’Étang (station 1).
Credits P. Major, 2018
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/31559/img-9.jpg
File image/jpeg, 852k
Title Figure 10. Hydrilla verticillata, Mare Moulin l’Étang (Station 1).
Credits P. Major, 2018
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/31559/img-10.jpg
File image/jpeg, 840k
Title Figure 11. Lemna polyrhiza, Mare des Anses d’Arlet (station 19).
Credits P. Major, 2018
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/31559/img-11.jpg
File image/jpeg, 772k
Title Figure 12. Micranthemum umbrosum, Mare Moulin l’Étang (Station 1).
Credits P. Major, 2018
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/31559/img-12.jpg
File image/jpeg, 652k
Title Figure 13. Nymphaea ampla Mare Impasse des Goyaviers (Station 9).
Credits P. Major, 2018
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/31559/img-13.jpg
File image/jpeg, 940k
Title Figure 14. Pistia stratiotes Mare de Sainte-Anne (Station 23).
Credits P. Major, 2018
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/31559/img-14.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Figure 15. Salvinia molesta, Mare de Sainte-Luce (Station 21).
Credits P. Major, 2018
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/31559/img-15.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Figure 16. Nombre d’espèces par station / Number of species per station.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/31559/img-16.jpg
File image/jpeg, 68k
Title Figure 17. Dendrogramme de la classification hiérarchique ascendante des espèces des 18 stations / Dendrogram of the ascending hierarchical classification of species at the 18 stations.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/31559/img-17.jpg
File image/jpeg, 48k
Title Figure 18. AFC 1.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/31559/img-18.jpg
File image/jpeg, 40k
Title Figure 19. AFC 2.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/31559/img-19.jpg
File image/jpeg, 44k
Title Figure 20. AFC 3.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/31559/img-20.png
File image/png, 23k
Top of page

References

Electronic reference

Péguy Major and Jean-Philippe Claude, « Les milieux humides dans le paysage des Petites Antilles : étude des mares de la Martinique », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [Online], Volume 21 numéro 1 | mai 2021, Online since 17 May 2021, connection on 24 September 2021. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/31559 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.31559

Top of page

About the authors

Péguy Major

Doctorante géographie, Université des Antilles, Unité mixte de Recherche Espace pour le développement, UMR ESPACE DEV-ANTILLES, courriel : majorpeguysuzy@gmail.com

By this author

Jean-Philippe Claude

Docteur biogéographie, écologie, botanique appliquée, Université des Antilles, Unité mixte de Recherche Espace pour le développement, UMR ESPACE DEV-ANTILLES, courriel : claudejeanphilippe1@gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search