Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesLectures2021La déforestation. Essai sur un pr...

2021

La déforestation. Essai sur un problème planétaire

Versailles, QUAE, 118 p.
Jean-Pierre Husson
Référence(s) :

François Le Tacon, 2021, La déforestation. Essai sur un problème planétaire. Versailles, QUAE, 118 p.

Texte intégral

1Directeur de recherche émérite à l’Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (INRAE) et conseiller permanent à l’International Foundation for Sciences, l’auteur s’interroge, avec le recul et l’expérience dont il dispose sur un sujet grave trop souvent présenté de façon anxiogène et sur lequel il est nécessaire d’apporter à la fois des alertes et des notes positives. Le livre est formé de sept chapitres réunis en trois parties. D’abord un état de l’art sur l’objet de recherche. Ensuite, une approche sur le temps long pour traiter des formes, causes et impacts de la déforestation. Enfin des propositions et projections sur l’avenir commun de la forêt, de la planète en solidarité avec ses habitants. Le livre inclut une bibliographie actualisée essentiellement anglo-saxonne et un glossaire.

2Le préambule souligne la difficulté à traiter du sujet en fonction de la diversité des données fournies par l’Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et Global Forest Watch pour border un objet de recherche où les transitions sont en lien avec la pression démographique (surpeuplement et son inverse), la surexploitation des bois et ses formes importées, enfin des états de recul de la forêt progressifs, réversibles, irréversibles. Traiter ce sujet global inscrit sur le temps long invite à remonter à la révolution néolithique éclose sur plusieurs sites de la planète (7000 à 4000 avant J.-C), dans l’aventure du croissant fertile où vont naître ultérieurement les religions du Livre, avec la domestication du riz dans le Henan chinois, la culture du maïs dans le sud du Mexique et celle de la pomme de terre sur l’Altiplano péruvien.

3Les trois premiers chapitres éclairent les intrications complexes du sujet entre bilan hydrique, bilan carbone, production ligneuse, in fine bonne santé de la forêt, aggradation, dégradation, disparition ou reconquête des sylves qui représentent 30 % des terres émergées. L’auteur remémore les spécificités des grands types de forêts. Par exemple, il souligne la pauvreté en espèce des forêts européennes par rapport aux autres formations (124 espèces en Europe contre 729 en Asie tempérée). En définissant les forêts, il insiste sur l’importance des forêts primaires (un tiers) et des forêts élevées dans le respect des préceptes d’une sylviculture prudente conçue à l’origine dans le quadrilatère des écoles forestières de Gembloux (B), Nancy(F), Tharendt (Al.) et Zurich (CH). Le fonctionnement de l’écosystème forestier est traité pour éclairer le sujet à venir, avec un rôle essentiel apporté par le cycle de la respiration. L’auteur apporte et critique des données comparatives sur la séquestration du CO2 dans la biomasse et sa myriade de vivant. Dans la répartition du stockage mondial de 1240 gigatonnes de carbone retenu, 49 % concernent les forêts boréales circumpolaires (p. 31). Discrètes et assez peu médiatisées, elles occupent une place essentielle dans le système monde forestier. La forêt est affaire de cycle de l’eau (capillarité, rétention, restitution), de climat et microclimat, avec pour question centrale l’évapotranspiration (26 % des précipitations terrestres). Cette partie est illustrée par un cahier couleur d’un choix de 21 clichés forestiers commentés.

4La forêt est une ressource, un capital dont nous sommes collectivement seulement usufruitiers. La gestion, le suivi, la protection doivent beaucoup au pouvoir régalien qui doit veiller à faire respecter l’intérêt général. C’est par exemple l’édit de Brunoy de 1346 qui énonce pour la première fois en France la notion de possibilités pour réaliser une récolte. Les sylvicultures sont nées en zone tempérée et se transposent difficilement ailleurs. Le passage par la certification des bois est un levier pour donner de l’unité à ce sujet : FSC né en 1993, PEFC débuté en 1998. Les bois sont aussi des pondéreux qui circulent au rythme de la mondialisation alors qu’ils restèrent longtemps des produits essentiellement locaux, exception faite des bûches flottées, par exemple les bois du Morvan arrivés à Paris sur l’Yonne. Le bois des plantations représente 40 % des bois ronds et jeunes valorisés sous forme de cartons, emballages, etc.

5Les trois chapitres suivants (4, 5 et 6) traitent de l’histoire, des causes et conséquences des déforestations abordées dans des approches spatiales et temporelles qui s’emboîtent. L’histoire des défrichements n’est ni linéaire, ni générale mais oscille avec la pression démographique. Dans l’espace méditerranéen, l’homme fut piètre sylviculteur mais bon arboriculteur. Le cycle peu vertueux de la déforestation et des cycles érosifs y est très ancien. Aujourd’hui, la dissymétrie Nord/Sud s’y accélère : convalescence au Nord, dégradation aggravée au Sud. Globalement, le sujet convie l’analyse historique croisée avec celle des techniques. Entre 1770 et 1840, l’usage du charbon de terre a stoppé un déclin alarmant des bois européens. Aux E.-U, Gifford Pinchot a proposé une alternative à l’exploitation minière des bois en préconisant une utilisation raisonnée des ressources. En 1905, il est à l’origine de la création du service forestier américain.

6Les inquiétudes actuelles viennent de l’accélération très rapide des déforestations dans les pays émergents et pauvres. Ces pays sont victimes de processus de surpeuplement et du choc des rencontres avec la mondialisation où ils sont toujours en position dominée. La Chine, et encore l’Inde sortent de ce cercle peu vertueux. La Chine a beaucoup reboisé. Elle atteint un taux de boisement de 22 %. Elle protège ses bois mais génère de la déforestation importée, en réalisant par exemple d’excessives ponctions en Sibérie centrale. La Chine achète des bois ronds pour assurer son rang industriel. Elle produit 28 % de la production mondiale de carton et papier.

7La déforestation résulte d’un dosage entre l’inconséquence des hommes, l’appât du gain, la méconnaissance des sylvosystèmes. Charles Quint voyait dans la mesta (l’impôt sur les ovins) une façon pratique de faire entrer l’argent. La laine était ensuite convoyée et transformée dans ses villes des Flandres. C’était sans compter avec l’érosion subie par l’écosystème castillan et la raréfaction des genévriers. Le recul des bois est affaire de surpâturage, d’accélération dans les rythmes des cultures sur brûlis, d’extension des surfaces dédiées au soja, à la canne à sucre, au palmier à huile, etc. gagnées contre la forêt. Enfin, les transitions énergétiques en cours créent de nouveaux risques.

8Les déforestations génèrent des stress, des dysfonctionnements allant à l’inverse des cercles vertueux, voire des psycho systèmes (des situations nouées, sans solution où chacun pense apporter des arguments recevables). Elles s’appréhendent à toutes les échelles du local au global et se déclinent en déficit hydrique, augmentation des températures et diminution de la pluviosité, érosion des sols pour parfois atteindre le degré irrémédiable de l’erme. Avec la déforestation, la biodiversité recule, les habitats se rétractent. Sur le temps long, ces effets sont mesurables dans l’accélération de la sédimentation des fonds lacustres (p. 83).

9Peut-on freiner ou arrêter les déforestations ? La question est notre lot commun. Elle est partagée à l’échelle mondiale, qu’il s’agisse des pays souvent jeunes et appauvris en bois (Philippines) ou des pays vieux qui capitalisent des bois sur pied (pays de l’Arc alpin, Japon). Le recul forestier a accompagné les transitions démographiques et énergétiques. Il est également nourri par notre manque de respect pour la ressource. La notion d’usufruit qui fut évoquée dans le Nouveau Testament dans la parabole des talents est secouée par la montée irrémédiable d’un capitalisme anonyme et mondialisé. Collectivement, nous manquons d’écoute et d’approche des écosystèmes. Revenons à La Fontaine, à sa fable sur l’octogénaire qui plantait. Sous la pression d’une pollution très grave, la Chine s’est engagée dans ce chemin et a créé, avec un inégal succès, des fronts pionniers boisés. La reconquête n’est pas seulement spatiale mais qualitative. 50 % des forêts de la planète bénéficieraient d’un plan d’aménagement (p. 94). Les achats et ventes de quotas de CO2 invitent à réguler nos excès. La ressource est à respecter, à recycler, à optimiser dans ses sous-produits, ce que réalise désormais l’outil de sciage. Ces messages peuvent passer par des mascottes, en particulier le devenir d’animaux qui perdent leur habitat avec la disparition de forêts. L’orang-outan compte parmi ces témoins médiatisés. L’évolution passe par l’adaptation des agroforesteries à nos besoins et par plus de recherche qu’il n’en existe sur les forêts tropicales. Un second cahier couleur fournit des exemples illustrant la démonstration.

10En conclusion, l’essai tenté par François Le Tacon explore un sujet complexe qu’il sait traduire pour nous le faire partager et en énoncer les enjeux, les échecs mais également les pistes de réussites en cours qui sortent d’un lamento trop exclusivement pessimiste. Le couple déforestation/reforestation est une entrée pertinente pour aborder et tenter de trouver des remèdes à la crise écosystémique qui nous affecte. Soyons reconnaissants à l’auteur d’apporter des notes positives à ses questionnements citoyens à propos du devenir de la planète.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Husson, « La déforestation. Essai sur un problème planétaire », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, 2021, mis en ligne le 28 mai 2021, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/31995

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Husson

Pr émérite de géographie, Pdt (h) de l'Académie de Stanislas, France, courriel : husson18@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search