Skip to navigation – Site map

HomeRubriques électroniquesRegards / Terrain2021Réactions et résilience des popul...

2021

Réactions et résilience des populations face à la crue de 2012 dans le cinquième arrondissement de Niamey

Alou Adam Abdou, Céline Lutoff and Harouna Mounkaila

Abstracts

This study focuses on the way in which authorities and populations deal with flooding phenomena. The fifth municipality of Niamey city has been threatened since 2012.This situation impacts on economy of its population. The aim of this article is to understand the logics of each of these actors in implemented strategies at the time and following the event. Combining qualitative and quantitative approaches, the study made it possible to highlight several measures developed by authorities and individuals to deal with the events. In response to the 2012 phenomena and the dysfunctions observed in terms of warning and population evacuation, prevention and protection strategies including enhancement of protective dike along the river as well as the relocation of the most exposed populations and prohibition of construction in flood zones have been initiated by the authorities. These measures have been complemented by various individual self-protection strategies using local materials in water-resistant housing reconstruction.

Top of page

Full text

Introduction

1L’urbanisation très rapide des villes ouest-africaines est un des facteurs contribuant à l’accroissement du risque inondation. La vulnérabilité sociale y est également fortement accrue en raison de l’exode des populations rurales appauvries du fait des effets négatifs du changement climatique sur l’agriculture (Chérif, 2012) vers les grandes villes à la recherche d’emplois. Une fois en villes, ces populations compte tenu de leurs incapacités à accéder à des terrains d’habitation décents dans les zones moins exposées au risque qui coûtent généralement plus cher ; s’installent le plus souvent dans les zones à risque et s’exposent aux inondations (Cissé et al., 2018 ; Issaka et Badariotti, 2013 ; Bechler-Carmaux et al., 2000). À titre d’exemple, on peut citer les inondations causées par les pluies diluviennes qui ont affecté de nombreux quartiers de la ville de Dakar au Sénégal en 2012 et les inondations causées par le débordement des eaux du fleuve Niger qui ont touché de nombreux quartiers de la ville de Niamey au Niger en 2012 (Sighomnou et al., 2013). En 2020 aussi les pluies diluviennes ont provoqué des inondations qui ont affecté de nombreuses villes ouest-africaines, du Sénégal au Soudan (Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies, 2020).

  • 1 Ce nombre estimé depuis 2000 par le Centre d’enseignement et de recherche sur l’eau, la ville et l’ (...)

2L’organisation socio-spatiale de la ville de Niamey met en évidence l’exposition des populations souvent pauvres qui occupent les parties inondables et se trouvent en première ligne au moment des inondations (Abdou Alou, 2018). En effet, l’absence d’inondation grave après celles de 1968 et 1970, la pression démographique, la pauvreté et l’insuffisance des politiques d’aménagement urbain, ont conduit, 217 740 habitants1 sur les 1 026 848 habitants (Institut National de la Statistique du Niger, 2014) que comptait la ville en 2012, à occuper les terrains disponibles à proximité du fleuve, et parfois d’anciens chenaux, non inondés pendant la longue série des années déficitaires en pluie. Dès la fin des années 1990 et de façon de plus en plus grave à partir des années 2010, la ville de Niamey subit des inondations répétées. En 2012, 2013 et 2020, la ville de Niamey a connu trois grandes inondations qui ont affecté plusieurs personnes et causé de gros dégâts matériels et pertes en vies humaines. Selon les estimations du Dispositif national de prévention et de gestion des catastrophes et crise alimentaire du Niger, les inondations ont affecté en 2012 au niveau de la ville de Niamey, 45 464 personnes contre 32 613 personnes en 2013 et 119 998 personnes en 2020. Elles ont causé 10 morts en 2012 contre 8 morts en 2020. Elles ont aussi causé la destruction de 8712 habitations contre 4196 habitations en 2013 et 17 419 habitations en 2020. La particularité de ces inondations est qu’elles s’inscrivent probablement dans une évolution qui pourrait expliquer une récurrence accrue de ce type de crise, d’une part du fait d’une intensification avérée des extrêmes pluviométriques (Bahari Ibrahim et al., 2018 ; Panthou, 2013 ; Descroix et al., 2013), d’autre part du fait de la diminution constante de la capacité des sols et des bassins à retenir l’eau des pluies (Descroix et al., 2013 ; Sighomnou et al., 2013 ; Descroix et al., 2009). Cette situation rend davantage les populations vivant dans les zones à risque vulnérables face aux inondations (Descroix et al., 2013).

3La vulnérabilité intégrant l’exposition aux imprévus (dans notre cas d’étude les inondations) et au « stress » qui en découle, mais aussi l’incapacité à se protéger de ces situations en raison du manque de moyens (Turner et al., 2003) ; la littérature scientifique définit la résilience comme la capacité des populations à faire face aux événements perturbateurs. Plus précisément, des communautés considérées comme résilientes possèdent les connaissances qui leur permettent de minimiser les dommages à leurs biens et d’assurer leur sécurité (Cissé et al., 2018 ; Crozier et al., 2017 ; Lhomme, 2012 ; Louise et al., 2010). Autrement dit, la résilience est tout ce qui peut être fait de manière à contrer un phénomène perturbateur et à retourner à un état de fonctionnement normal. Les paramètres « résistance et retour à la normale » amènent Dauphiné et Provitolo (2007) à distinguer deux types de résilience : la résilience réactive et la résilience proactive, caractérisées par les notions d’apprentissage et d’anticipation. La résilience réactive est synonyme de capacités à s’organiser pour gérer les crises du mieux possible (Rioust, 2012). Ainsi, elle fait tout autant partie de la « boite à outils » (Rioust, 2012) de la sociologie des risques présentée comme « un prétexte pour développer des analyses qui concernent aussi bien les processus de réponse au risque que les comportements des acteurs qui subissent, craignent ou gèrent le risque » (Bourdin, 2003).

4La résilience réactive reste de temps court, caractérisée principalement par une réponse du système consécutive à une perturbation ayant provoqué des endommagements (Serre, 2011). En revanche, la résilience proactive préconise la prévision – système d’alerte par exemple –, la prévention, la réglementation, la sensibilisation, l’information aux individus, les exercices de mise en situation pour adopter de bons réflexes pendant la crise et se reconstruire ensuite, afin de retrouver un fonctionnement normal. Ainsi, la recherche de la résilience passe par des actions qui agissent sur les comportements des individus. Agir et réagir efficacement face à une catastrophe avant, pendant et après dépend des bonnes attitudes et aptitudes des individus acquises par l’éducation, la formation et la sensibilisation (Dauphiné et Provitolo, 2007).

5La présente étude ayant été réalisée entre 2016 et 2017, c’est-à-dire quelques années après l’événement majeur de 2012, cet article s’interroge sur les mesures de réduction de l’exposition et de la vulnérabilité mises en place après cet événement par les autorités et la façon dont les populations exposées s’adaptent au risque inondation. Après avoir présenté la méthode mise en œuvre dans le cadre de cette étude, l’article donne à voir la capacité de la ville de Niamey et de ses habitants à faire face au phénomène d’inondation.

Méthodologie

Zone d’étude

6L’enquête a été réalisée dans le cinquième arrondissement communal de la ville de Niamey qui comptait 132 271 habitants en 2012 (Institut National de la Statistique du Niger, 2014). Au niveau de cet arrondissement, la ville s’est développée sur la plaine alluviale du fleuve Niger. Cette plaine est parcourue par d’anciens chenaux qui sont aujourd’hui presque urbanisés. En effet, dans les années 1970, la création d’un pont reliant les deux rives du fleuve et la croissance urbaine rapide, et difficilement contrôlable vont contribuer au développement de nombreux quartiers de cet arrondissement dans ces anciens chenaux. L’occupation de ces chenaux a surtout été accentuée pendant les sécheresses des années 1970 et 1980 (Issaka et Badariotti, 2013 ; Bechler-Carmaux et al., 2000). Toutefois, ces chenaux peuvent reprendre leur écoulement en période de hautes eaux suite au débordement des eaux du fleuve (Abdou Alou, 2018 ; Issaka et Badariotti, 2013 ; Bechler-Carmaux et al., 2000). En effet, les niveaux de hautes eaux s’observent à Niamey généralement en saison des pluies entre juillet et septembre, et en saison froide entre novembre et février. C’est durant ces périodes de hautes eaux que le fleuve déborde pour inonder les quartiers qui se sont installés dans les anciens chenaux.

7Depuis les années 1990, ces quartiers sont occupés par des populations majoritairement pauvres, qui construisent dans du banco qui est un matériau peu résistant aux inondations (Bechler-Carmaux et al., 2000). Elles subissent régulièrement avec la fréquence des extrêmes pluviométriques et hydrologiques des inondations catastrophiques par débordement des eaux du fleuve. Et en 2012, 2013 et 2020, elles ont vécu en saison pluvieuse, durant respectivement les mois d’août et de septembre d’importantes inondations causées par le débordement des eaux et la reprise des écoulements dans les anciens chenaux du fleuve qui sont aujourd’hui presque occupés par les populations (Abdou Alou, 2018). Dans le cadre de cette étude qui se base sur la crue de 2012, six quartiers de la zone inondable ont été choisis à partir de l’extension de cette crue qui a été délimitée sur une image Google Earth de 2012. Un quartier hors zone inondable qui a servi de site de relocalisation des sinistrés de la crue de 2012 aux autorités de la ville a aussi été sélectionné. Les quartiers d’enquête sont présentés dans la figure 1. Ces quartiers représentent un poids démographique important au niveau du cinquième arrondissement communal de la ville de Niamey. Selon les estimations de l’Institut National de la Statistique du Niger (2014), ces quartiers comptaient à eux seuls 87 182 habitants sur les 132 271 habitants que comptait cet arrondissement en 2012 (voir tableau 1).

Figure 1. Localisation des quartiers d’enquête dans le cinquième arrondissement de la ville de Niamey.

Figure 1. Localisation des quartiers d’enquête dans le cinquième arrondissement de la ville de Niamey.

Tableau 1. Effectifs des populations dans les quartiers d’enquête en 2012.

Quartiers

Effectifs

Kirkissoye

28428

Karadje

22364

Zarmagandey

16205

Lamorde

5754

Nogare

5662

Pont Kenedy

5617

Seno

3152

Total

87182

Collecte des données

8La collecte des données s’est faite en conciliant une approche qualitative et quantitative. La première approche a consisté en une série d’entretiens réalisée durant les mois de juin à août 2016 auprès des acteurs institutionnels qui sont intervenus dans la gestion de l’événement de 2012 et des sinistrés ayant vécu cet événement (voir tableau 2). Lors des entretiens en 2016, nous avons veillé à vérifier si les acteurs décisionnels interrogés, et qui sont intervenus dans la gestion de la crise de 2012, étaient toujours aux mêmes postes. Dans le service où ces acteurs ont changé de poste, les entretiens ont alors été menés avec d’autres acteurs du même service également associés à la gestion de cette crise. Il faut aussi noter que le Programme de gestion des risques de catastrophes et du développement urbain que nous avons interrogé a été créé deux ans après l’événement de 2012, suite à la volonté de l’État de mieux gérer les risques de catastrophes. Ces entretiens ont porté sur les politiques publiques de gestion du risque inondation en matière de prévention, les réactions et les stratégies de survie adoptées par les populations durant et après la crise.

Tableau 2. Acteurs interviewés dans le cadre des entretiens.

Niveau

Acteurs

Nombre d’entretiens réalisés

International

Programme des Nations unies pour le développement

Programme alimentaire mondial des Nations Unies

Bureau de Coordination des -Affaires Humanitaires des Nations Unies

Fédération internationale des Sociétés de la Croix Rouge

Organisation non gouvernementale Qatar-Charity 

5

National

Programme de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain

Dispositif National de Prévention et de Gestion des Catastrophes et Crise Alimentaire

2

Local

Élus locaux

3

Populations

7

Total

17

9L’approche quantitative s’est basée sur l’enquête par questionnaire. Elle avait pour but de collecter des informations sur les pratiques individuelles de prévention, de protection et/ou d’adaptation au risque inondation. L’enquête par questionnaire s’est déroulée pendant la saison des pluies entre le 25 juin et le 10 août 2017. La construction de l’échantillon a été faite sur la base d’un choix raisonné en décidant d’interroger les populations vivant ou ayant vécu en zone inondable lors de l’inondation de 2012 dont la répartition socioprofessionnelle est conforme à celle de l’ensemble des populations de la ville de Niamey. Au total, 280 personnes ont été enquêter, soit 40 personnes par quartier. Les principales caractéristiques de l’échantillon sont présentées dans le tableau 3.

Analyse statistique

10Après la collecte des données, le traitement statistique des réponses à l’enquête a donné lieu aux analyses univariées et multivariées et à la cartographie. Pour mieux comprendre les différents comportements des enquêtés face à la crue en période de crise et post-crise, le traitement statistique a donné lieu au test du χ2 et à une analyse à composante multiple. Cela a permis d’évaluer les relations significatives existantes entre les comportements et les caractéristiques socio-démographiques des répondants et d’évaluer l’importance de la crainte, du revenu, des consignes et des aides dans la reconstruction après l’événement de 2012. Le seuil de significativité ou intervalle de confiance de 95 % cherchant à être atteint tout en fixant une marge d’erreur de 5 %, la relation testée entre les deux variables croisées est significative si le test du χ2 est inférieur à 0,05. L’analyse des correspondances multiples a été réalisée pour observer des ressemblances de comportements face au débordement des eaux du fleuve entre les individus, en fonction de l’alerte et des variables socio-démographiques (genre, âge, niveau d’instruction, quartier de résidence et ancienneté dans le quartier de résidence). L’analyse des correspondances multiples est une méthode qui permet d’étudier le lien entre plusieurs variables qualitatives. Elle permet en effet d’aboutir à une carte de représentation sur laquelle on peut visuellement observer les proximités entre les catégories des variables qualitatives et les observations.

Résultats

Des réactions face à la crue de 2012

11Face à l’événement extrême de 2012 subi par le cinquième arrondissement de la ville de Niamey, les populations et les pouvoirs publics ont réagi pendant et après la crise. Le tableau 3 indique les réactions institutionnelles et individuelles pour faire face à la crise de 2012.

Tableau 3. Caractéristiques socio-démographiques des répondants.

Variable

Part ( %)

Sexe

Homme

50

Femme

50

Age

20 et 34 ans

52

35 et 49 ans

32

50 ans et plus

16

Durée de résidence

Depuis toujours

79

Plus de 5 ans

21

Niveau d’instruction

Scolarisé

58

Jamais scolarisé

42

Catégorie socio-professionnelle

Travailleur indépendant

62

Salarié

4

Sans emploi

34

Revenu mensuel

- de 100 ϵ

62

Entre 100 et + de 160 ϵ

14

Non réponse

24

Réactions institutionnelles et individuelles face au débordement des eaux du fleuve Niger

12En 2012 : « nous avons alerté les habitants de la survenue d’une inondation, une semaine avant l’événement pour qu’ils prennent des précautions pour ne pas être surpris. » (Témoignage d’un élu local, interrogé en juin 2016). Cependant, seuls 29 % des répondants affirment être informés contre 71 % qui disent ne pas avoir été alertés de la survenue d’une inondation. Le jour de l’événement : « les populations se sont ruées en premier lieu sur la digue de protection pour la renforcer avec des sacs remplis de sable. » (Témoignage d’un habitant du quartier de Pont Kennedy, 33 ans, interrogé en juillet 2016). Ensuite, quand les eaux commencent à envahir les quartiers, les populations ont construit des diguettes avec des sacs de sable ou des briques de ciment devant leurs portes ou dans le quartier là où les pentes sont suffisamment faibles pour ralentir l’entrée d’eau dans leurs maisons. Elles se sont aussi préparées à quitter et rechercher un refuge. Certaines personnes ont lancé des cris de détresse et demandé de l’aide à un membre de la famille ou un voisin pour évacuer (voir figure 2).

13Néanmoins, la réaction consistant à construire une diguette, pouvant être jugée de prudente et efficace en cas de phénomène de faible intensité pourrait devenir imprudente, voire inefficace, exposant directement les populations lorsque le phénomène est aussi intense qu’en 2012 ou 2020. En effet, cette opération dure plusieurs heures, au fur et à mesure que les eaux montaient :

« en 2012, c’était vers 17 heures que les eaux ont commencé à nous envahir. Tous les gens du quartier se sont mis à faire une diguette en utilisant des sacs remplis de sable pour freiner l’avancée des eaux. Mais nos efforts étaient vains car en quelques heures les eaux ont fini par nous envahir. » (Témoignage d’un habitant du quartier de Zarmagandey, 27 ans, interrogé en juillet 2016).

14L’analyse des correspondances multiples montre dans la figure 3 que le premier axe représente 13 % de l’information sur les réactions face au débordement des eaux du fleuve. Cet axe oppose les comportements des individus des quartiers qui ont été alertés lors de la crise de 2012 de ceux qui ne l’ont pas été. Il les oppose ensuite en fonction de leur réaction face à l’inondation selon leur âge, leur niveau d’instruction et leur ancienneté dans le quartier. Le second axe totalisant 12 % de cette information, oppose les comportements des individus des quartiers qui n’ont pas été alertés lors de cette crise. Ces individus ont presque eu la même réaction face à l’inondation en fonction de leur âge, leur niveau d’instruction et leur ancienneté dans le quartier. Les répondants ayant tenté de résister à la crue ont finalement évacué leur maison pour des endroits sûrs avec l’aide : « des chefs de quartier, de certains bras valides, des pompiers et des gendarmes. » (Témoignage d’un élu local, interrogé en juin 2016).

Tableau 4. Réactions pour faire face à la crue de 2012 / Reactions to cope with the 2012 flood.

Réactions institutionnelles

Réactions individuelles

Alerte sur la survenue de l’événement par les autorités de la ville et intervention pour secourir les populations le jour de l’événement

Réaction des individus lors de la crise : construction de barrière de refoulement d’eau sous le portail, préparation pour évacuer la maison et autres

Gestion de l’urgence avec l’appui des institutions

Solidarité par l’hébergement des sinistrés chez des proches

Relogement des populations sinistrées pour réduire leur exposition

Retour de certains en zone inondable et reconstruction dans des matériaux plus résistants à l’eau pour réduire les impacts des inondations

Renforcement de la législation : délimitation et interdiction de construire dans les zones à risque

-

Reconstruction de la digue de protection de la ville

-

15

Figure 2. Attitudes des répondants face au débordement des eaux du fleuve lors de la crise de 2012.

Figure 2. Attitudes des répondants face au débordement des eaux du fleuve lors de la crise de 2012.

Figure 3a. Les variables explicatives du Premier plan factoriel de l’analyse des correspondances multiples sur les attitudes des répondants face au débordement des eaux du fleuve lors de la crise de 2012.

Figure 3a. Les variables explicatives du Premier plan factoriel de l’analyse des correspondances multiples sur les attitudes des répondants face au débordement des eaux du fleuve lors de la crise de 2012.

Figure 3b. Les différents quartiers du Premier plan factoriel de l’analyse des correspondances multiples sur les attitudes des répondants face au débordement des eaux du fleuve lors de la crise de 2012.

Figure 3b. Les différents quartiers du Premier plan factoriel de l’analyse des correspondances multiples sur les attitudes des répondants face au débordement des eaux du fleuve lors de la crise de 2012.

Réactions pour gérer l’urgence et prévenir le risque inondation

16Les réponses collectives face à la catastrophe de 2012 ont consisté en une assistance humanitaire puis à la prise de mesures de réduction du risque inondation.

« Nous avons fait agir dans un premier temps, la solidarité africaine en sollicitant des personnes, des voisins immédiats, des écoles, des mosquées et des églises pour pouvoir héberger les gens en détresse. Dans un second temps, nous avons ensuite sollicité l’aide internationale pour venir en aide aux sinistrés. » (Témoignage d’un élu local, interrogé en juin 2016)

17C’est ainsi que les hébergés ont bénéficié avec l’appui des organismes comme le Programme des Nations unies pour le développement, le Programme alimentaire mondial des Nations unies, le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix rouge et l’organisation non gouvernementale Qatar-Charity, de soins médicaux, d’assistance alimentaire et de matériel de survie (nourriture, nattes, couvertures, moustiquaires, savons, ustensiles de cuisine).

18La plupart des sinistrés ont ensuite été transférés de ces sites provisoires vers le site définitif de Séno où les autorités de la ville avec l’aide de Qatar-Charity avaient décidé de construire et de mettre à disposition gratuitement pour chaque famille une habitation solide, décente, appropriée et confortable sur une parcelle de 200 m2. Cependant, plusieurs familles regroupant plusieurs ménages ayant jugé cette aide insuffisante et aussi, que les services de base (transport en commun, école, eau potable) dont elles jouissaient auparavant ne sont plus faciles d’accès, et voyant le peu d’opportunités qu’offre le site, ont préféré revenir en zone inondable (Abdou Alou et al., 2019). C’est ainsi que sur les 280 enquêtés, 69 % sont allés sur le quartier de relocalisation avant de revenir en zone inondable, 14 % sont partis et restés sur le quartier de relocalisation, 13 % sont restés dans leurs quartiers d’origine et 4 % sont partis dans d’autres quartiers de la ville avant de revenir en zone inondable.

19Après la phase d’urgence, la Loi n° 2008-03 du 30 avril 20 089 fixant les règles et les procédures de base en matière de planification urbaine et d’urbanisme opérationnel ainsi que du contrôle de l’utilisation du sol urbain a été remplacée par la loi n° 2013-28 du 12 juin 2013, interdisant la construction des terrains exposés à un risque naturel (inondation, érosion, éboulement), sauf réalisation préalable de travaux d’aménagements qui éliminent les risques. Mais cette mesure réglementaire est restée théorique, d’autant plus qu’une grande partie de la population relocalisée a réinvesti les zones inondables.

« Conscientes de l’inapplication de cette réglementation, les autorités ne voulant pas encourager le réinvestissement des zones inondables n’ont pas assisté les habitants dans la reconstruction des habitations résistantes à l’eau. » (Témoignage d’un élu local, interrogé en juin 2016).

20Pour limiter l’intensité de l’aléa inondation, les travaux de rénovation de la digue de protection mise en mauvais état par l’événement de 2012 – ce qui avait d’ailleurs favorisé l’inondation de 2013 – ont été entrepris. Ces travaux étaient nécessaires, surtout du fait du retour massif en zone inondable des personnes relocalisées. C’est ainsi que le Projet de gestion du risque des catastrophes et du développement urbain, s’est activé, avec l’appui de la banque Mondiale et de l’État du Niger, à rénover la digue de protection dans le cinquième arrondissement communal de la ville de Niamey, le long de Lamordé et de Nogaré, deux quartiers jugés les plus exposés aux crues. Eu égard au fait que les autorités n’ont pas voulu assister les répondants qui ont subi de dommages sur leurs parcelles, suite à la crue de 2012 dans la reconstruction pour éviter leur réinstallation en zone inondable, c’est à eux de développer des méthodes appropriées de reconstruction des habitations résistantes à l’eau avec des matériaux locaux et durables.

Des comportements individuels résilients durant la reconstruction post-crise

21Sur les 240 répondants, les 73 % qui ont construit en matériaux précaires avant l’inondation de 2012 notamment en banco ont presque tous vu leurs maisons s’effondrer. C’est ainsi que suite à l’événement de 2012, la peur d’être touché par une inondation est réellement redoutée chez la majorité de l’échantillon : 64 % contre 31 % qui disent ne pas craindre la survenue d’une nouvelle inondation. C’est l’appréhension qu’une inondation comparable à celle de 2012 puisse les frapper de nouveau qui préoccupe surtout les enquêtés. C’est pour cela que certains répondants ont eu peur : « de reconstruire en bacon simple car ce matériau est moins résistant à l’eau. » (Témoignage d’un habitant du quartier de Karadjé, 32 ans, interrogé en août 2016). Ce qui fait que grâce : « aux moyens financiers, aux consignes et aux aides de diverses natures de leurs proches, certains ont reconstruit dans des matériaux qu’ils pensaient être plus résistants à l’eau. » (Témoignage d’un habitant du quartier de Kirkissoye, 49 ans, interrogé en août 2016).

22Le test du χ² mené en vue d’évaluer l’importance de la crainte d’être touché par une inondation, en fonction du revenu mensuel, des consignes et des aides dans la reconstruction après l’événement de 2012, a montré que toutes les variables considérées, se sont révélées significatives (χ² < 0,05). Les résultats de ce test sont présentés dans le tableau 5.

Tableau 5. Variables influant dans le choix du matériau de reconstruction après la crue de 2012.

Variables croisées

X2 < 0.05

Matériau de reconstruction

Crainte d’être inondée

34.039

Revenu mensuel

196.978

Consignes

454.821

Aides

336.076

23L’évolution des modalités de construction est présentée dans le tableau 6. Du point de vue spatial, la reconstruction engagée par ces familles dans les différents quartiers d’enquête décrit une tendance à l’amélioration de la construction des parcelles, l’augmentation des maçonneries en dur et semi dur étant significative. On peut y voir dans le tableau 6 les différents matériaux de construction utilisés dans chacun des quartiers d’enquête avant l’inondation de 2012. À la suite de la catastrophe comme on peut le voir au niveau du même tableau, les constructions ont évolué dans tous les quartiers d’enquête où certains enquêtés ont délaissé le banco traditionnel au profit du banco amélioré (construction en banco plus revêtement en ciment), du semi-dur (construction en ciment mélangé à d’autres matériaux) et du dur (construction en briques plus ciment).

Tableau 6. Evolution des types de construction des personnes enquêtées après la crue de 2012.

Quartier

Matériaux de construction avant l’inondation de 2012

Banco

Banco amélioré

Semi-dur

Dur

Total

Kirkissoye

37

1

1

1

40

Zarmagandey

28

0

5

7

40

Karadje

27

3

1

9

40

Lamorde

30

2

1

7

40

Nogare

21

2

7

10

40

Pont Kennedy

33

1

0

6

40

Total

176

9

15

40

240

Matériaux de construction après l’inondation de 2012

Quartier

Banco

Banco amélioré

Semi-dur

Dur

Autres

Total

Kirkissoye

29

4

4

3

0

40

Zarmagandey

14

7

6

13

0

40

Karadje

17

3

4

15

1

40

Lamorde

12

7

1

16

4

40

Nogare

11

8

9

11

1

40

Pont Kennedy

25

4

5

6

0

40

Total

108

33

29

64

6

240

24On peut y voir en figure 4a une reconstruction en briques de ciment et en figure 4 b un renforcement de la base en briques de ciment sur 50 cm à 1 m au-dessus du sol. Cette posture permet aux populations de mieux se préparer en acceptant le débordement fluvial, mais en faisant en sorte que les dommages potentiels soient réduits. Comme cela a été observé ailleurs par Lutoff et Durand (2018) on laisse l’eau venir sur les parcelles (on accepte le débordement), mais on fait en sorte que les dommages que cela va causer soient réduits en modifiant les matériaux utilisés. Cela contribue au développement d’une forme de résilience dans le sens que lui donne Turner et al. (2003) : capacité du système à faire avec l’événement au moment où il se produit et à développer des capacités d’adaptation sur le long terme (Gallopin, 2006). Toutefois, le développement de cette résilience montre des inégalités entre les habitants. Toutes les familles n’ont pas pu reconstruire leurs maisons en dur. Plusieurs familles ont dû réemployer le banco pour rénover leurs maisons comme on peut le voir en figure 4c. Cela est dû à leur faible revenu mensuel. En effet, 62 % des répondants ont un revenu mensuel de moins de 100 ϵ, 14 % entre 100 et plus de 160 ϵ et 24 % n’ont pas su évaluer leur revenu mensuel. Le faible revenu a conduit plusieurs familles à reconstruire dans des matériaux moins résistants à l’eau et à échelonner la reconstruction sur plusieurs mois.

25

Figure 4. Différents matériaux et techniques utilisés pour la reconstruction après la crue de 2012.

Figure 4. Différents matériaux et techniques utilisés pour la reconstruction après la crue de 2012.

a) reconstruction en briques de ciment ; b) renforcement de la base en briques de ciment sur 50 cm à 1 m au-dessus du sol ; c) reconstruction en briques de banco.

Source : Abdou Alou, 2013.

26Un an après la catastrophe de 2012, la ville de Niamey va encore se retrouver sous les eaux en 2013. Le délaissement du banco traditionnel par un peu plus de la moitié des répondants au profit d’autres matériaux plus résistants à l’eau, a fait qu’ils ont subi moins de dommages sur leurs parcelles. Ce résultat peut aussi s’expliquer par le faible niveau d’eau atteint par le fleuve Niger à Niamey (selon l’Autorité du bassin du Niger le fleuve a atteint 616 cm en 2013 contre 618 cm en 2012). Ce qui a fait qu’en 2013 : « nos habitations renforcées à la base en briques de ciment sur 50 cm à 1 m au-dessus du sol ont résisté puisque la hauteur d’eau dans ces constructions n’a pas dépassé le niveau de la base renforcée. » (Témoignage d’un habitant du quartier de Nogaré, 41 ans, interrogé en juillet 2016). Par ailleurs, même s’il a été observé par plusieurs auteurs (Hangnon et al., 2018 ; Ahouangan et al., 2014 ; Issaka et Badariotti, 2013 ; Bechler-Carmaux et al., 2000) que les habitations construites en matériaux traditionnels sont les plus détruites par les inondations ; les inondations provoquent aussi des lézardes au niveau des habitations en dur ou construites en briques plus ciment (Abdou Alou, 2018 ; Ahouangan et al., 2014).

Discussion

27Le Niger confronté régulièrement au phénomène de fortes inondations, l’arsenal juridique à leur gestion s’est davantage étoffé avec la publication d’une loi en 2013. Cette loi est constituée de mesures relevant de l’aménagement du territoire et de règles d’urbanisme. Elle traite aussi de l’information et de la sensibilisation du public sur les risques encourus en occupant une zone à risque. Mais, cette mesure réglementaire reste théorique puisqu’elle n’a pas été appliquée. Le non-respect des règles d’urbanisme, l’absence de mécanismes visant à mettre en œuvre les prescriptions juridiques et l’absence de sensibilisation (Hangnon et al., 2018) font que les populations demeurent exposées aux inondations d’autant plus qu’une partie de la population relocalisée a réinvesti les zones inondables. La politique de l’État s’est ensuite traduite par la prééminence de la construction d’une digue de protection de la ville contre le débordement des eaux fluviales. Le but recherché est la réduction des inondations par débordement fluvial sur la ville. Or, l’efficacité de cette digue de protection dépend de l’intensité et de la fréquence de l’aléa. En effet, la calibration de la digue de protection se fait suivant un seuil. S’il n’est pas atteint, alors la digue de protection entretenue régulièrement se révèle performante (Abdou Alou, 2018 ; Hangnon et al., 2018).

28Malheureusement en 2020, la ville s’est encore retrouvée sous les eaux puisque selon l’Autorité du bassin du Niger, la capacité de la digue qui est censée contenir les eaux du fleuve à une hauteur de 650 cm a largement été dépassée, atteignant 670 cm. Aussi, au vu de la dégradation du bassin du moyen Niger et de l’ensablement conséquents du fleuve, cet ouvrage même réhabilité pourrait-il tenir sur plusieurs années ? En effet, bon nombre d’études (Mamadou, 2012 ; Amogu, 2009) mettent en évidence que chaque année les affluents charrient d’importantes quantités de sables jusqu’au fleuve Niger. Ce processus contribue à l’alluvionnement du fleuve et au rehaussement de son plancher alluvial. Au vu de ces travaux, l’on peut déjà conclure que même si l’on rénove la digue, sa durée de vie risquerait d’être éphémère si le processus d’ensablement du fleuve se poursuit à un rythme croissant. D’ailleurs, la prévention du risque inondation basée sur la résistance technique aux aléas est de plus en plus remise en cause du fait que les ouvrages de protection se révèlent parfois être eux-mêmes sources de risque ou amplificateurs de catastrophe (Defossez, 2009 ; Scarwell, 2007). Les exemples développés par Pigeon (2017) sur le « risque digue » illustrent la nécessité d’agir sur différents aspects de la réduction des vulnérabilités, et de ne pas miser sur les défenses « dures » contre l’aléa.

29C’est pourquoi Campanella (2006) pense qu’en plus des éléments physiques faisant partie du fonctionnement d’un territoire s’ajoutent les populations qui jouent un rôle prépondérant dans la résilience d’une ville. En effet, l’individu est le premier responsable pour assurer sa sécurité puisqu’il est la première victime des inondations. Ainsi, comme la majorité des constructions en zone inondable sont de plain-pied, et en matériaux peu résistants à l’eau (Abdou Alou, 2018), lors d’un événement de forte intensité, les attitudes individuelles visant à construire de barrière de refoulement d’eau sous le portail exposent les populations au moment ou elles décident de quitter et de sauver leurs biens matériels ; au possible effondrement de leurs propres maisons (Abdou Alou, 2018). L’initiative de reconstruction des habitations en matériaux plus résistants à l’eau par certains sinistrés de retour en zone inondable ou ceux restés sur place témoigne de leur capacité à faire face aux inondations. Ce retour, pour d’aucuns, est révélateur de résilience alors que d’autres y voient le signe de vulnérabilité de ces populations (Quénault, 2013). Les attitudes des sinistrés en matière d’adaptation aux inondations sont plus orientées vers la sauvegarde de leur habitat. En effet, la majorité des habitations reconstruites ne sont pas conçues pour résister à l’eau du fait de la nature des matériaux utilisés et de la structure du bâti (Abdou Alou, 2018). En zone inondable, l’adaptation du bâti suppose une reconstruction en matériaux définitifs avec une surélévation des fondations (Abdou Alou, 2018 ; Cissé et al., 2018). Sans une aide externe destinée à la reconstruction, il est évident que peu de familles arriveront à rénover leurs maisons de manière pérenne (Hangnon et al., 2018).

Conclusion

30Cette étude révèle que les populations vivant dans les zones à risque d’inondation ont individuellement pris des mesures face à la crue de 2012, complétées par des mesures au niveau institutionnel, en vue d’une maîtrise des événements futurs. Ces mesures orientées dans l’ensemble vers la protection ne garantissent pas une totale sécurité face aux événements extrêmes qui peuvent toujours survenir et pour lesquels les ouvrages de protection n’auront pas été conçus. De fait, la mise en œuvre des mesures non structurelles, basées sur la réglementation de l’occupation du sol, la sensibilisation, le renforcement des capacités des populations à faire face aux catastrophes, s’avère nécessaire pour réduire la vulnérabilité et accroître la résilience des habitants du cinquième arrondissement de la ville de Niamey comme en témoigne les événements de 2013 et 2020. Ces événements viennent montrer après celui de 2012, une nouvelle exposition des personnes interrogées revenues vivre en zone inondable.

Top of page

Bibliography

Abdou Alou, A., 2018, La ville de Niamey face aux inondations fluviales. Vulnérabilité et résilience des modes d’adaptation individuels et collectifs, Thèse de Doctorat en cotutelle entre l’Université de Grenoble et l’Université Abdou Moumouni, 154 p.

Abdou Alou, A., C. Lutoff, et H. Mounkaila, 2019, Relocalisation préventive suite à la crue de Niamey 2012 : vulnérabilités socio-économiques émergentes et retour en zone inondable, Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne] URL http://journals.openedition.org/cybergeo/32601 ; Doi : 10.4000/cybergeo.32601, consulté le 25 juillet 2019.

Ahouangan, M., B., D., Y-C. Hountondji, A. Thiry, F. De Longueville, B. Djaby, et P. Ozer, 2014, Adaptation et résilience des populations rurales face aux catastrophes naturelles en Afrique subsaharienne. Cas des inondations de 2010 dans la commune de Zagnanado, Bénin, 18 p.

Amogu, O., 2009, La dégradation des espaces sahéliens et ses conséquences sur l’alluvionnement du fleuve Niger moyen, Thèse de doctorat de l’Université de Grenoble1, 444 p.

Bahari Ibrahim, M., I. Bouzou Moussa et O. Faran Maiga, 2018, Évolution des caractéristiques pluviométriques et recrudescence des inondations dans les localités riveraines du fleuve Niger, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], URL http://journals.openedition.org/vertigo/19891; Doi : 10.4000/vertigo.19891, consulté le 7 novembre 2019.

Bechler-Carmaux, N., M. Mietton et M. Lamotte, 2000, "Le risque d'inondation fluviale à Niamey (Niger). Aléa, vulnérabilité et cartographie", Annales de Géographie, 109, 612, pp. 176-187.

Bourdin, A., 2003, La modernité du risque, Cahiers internationaux de sociologie, 114, pp. 5-26.

Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies, 2020.

Campanella, T., 2006, Urban Resilience and the Recovery of New Orleans, Journal of the American Planning Association, 72, 2, pp. 141-146.

Cissé, B., J. Quensière et A. Kane, 2018, Vulnérabilisation ou résilience des banlieues insalubres de Dakar, Mondes en développement, 1, 181, pp. 131-146. Doi 10.3917/med.181.0131.

Chérif, S., 2012, Risque climatique et réactivité des populations urbaines vulnérabilisées face à la montée des eaux de mer à Gonzagueville, Abidjan (Côte d’Ivoire), VertigO – la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], URL : http://vertigo.revues.org/14743 ; Doi : 10.4000/vertigo.14743, consulté le 10 août 2019.

Crozier, D., G. Jouannic, D. M. C. Tran, Z. Kolli, E. Matagne et S. Arbizzi, 2017, Reconstruire un territoire moins vulnérable après une inondation, Espace populations sociétés [En ligne], URL http://journals.openedition.org/eps/7033; Doi : 10.4000/eps.7033, consulté le 18 avril 2018.

Dauphiné A., D. Provitolo, 2007, La résilience : un concept pour la gestion des risques, Annales de Géographie, 654, pp. 115-124. Doi : 10.3917/ag.654.0115.

Defossez, S., 2009, Évaluation des mesures de gestion du risque inondation. Application au cas de basses plaines de l’Aude, Thèse de Doctorat de l’Université de Montpellier III, Paul Valéry, 500 p.

Descroix, L., A. Diongue Niang, H. Dacosta, G. Panthou, G. Quantin et A. Diedhiou, 2013, Évolution des pluies de cumul élevé et recrudescence des crues depuis 1951 dans le bassin du Niger moyen (sahel), Climatologie, 10, pp. 37-49.

Descroix, L., G. Mahé, T. Lebel, G. Favreau, S. Galle, E. Gautier, J.– C. Olivry, J. Albergel, O. Amogu, B. Cappelaere, R. Dessouassi, A. Diedhiou, E. Le Breton, I. Mamadou et D. Sighomnou, 2009, Spatio-temporal variability of hydrological regimes around the boundaries between Sahelian and Sudanian areas of West Africa : a synthesis, Journal of Hydrology, vol. 375, pp. 90-102. Doi : http://dx.doi.org/10.1016/j.jhydrol.2008.12.012.

Gallopin, G. C., 2006, Linkages between vulnerability, resilience, and adaptive capacity, Global Environmental Change, 3, 16, pp. 293-303. Doi : 10.1016/j.gloenvcha.2006.02.004.

Hangnon, H., E. Bonnet, M. Amalric et A. Nikiema, 2018, Prévention et stratégies d’adaptation face aux risques : mesures réglementaires et comportements individuels suite aux inondations de 2009 à Ouagadougou (Burkina Faso), dans : Grégoire E., Kobiané J.-F., Lange M.– F. (eds), L’État réhabilité en Afrique : réinventer les politiques publiques à l’ère néolibérale, pp. 241-266.

Issaka H., D. Badariotti, 2013, Les inondations à Niamey, enjeux autour d’un phénomène complexe, Cahiers d’Outre-Mer, 263, pp. 289-392.

Institut National de la Statistique du Niger, 2016, Répertoire national des localités.

Lhomme, S., 2012, Les réseaux techniques comme vecteur de propagation des risques en milieu urbain –Une contribution théorique et pratique à l’analyse de la résilience urbaine, Thèse de doctorat de l’Université Paris Diderot, 376 p.

Louise, K. C., B. Arjen et C. D. Chris, 2010, Designing resilience preparing for extreme events, Public Administration, 90, 2, pp. 544-566.

Lutoff, C., S. Durand, 2018, Exposure to flash floods : the conflict between human mobility and water mobility, 30 p.

Mamadou, I., 2012, La dynamique accélérée des koris de la région de Niamey et ses conséquences sur l’ensablement du fleuve Niger, Thèse de doctorat entre l’Université Abdou Moumouni et l’Université de Paris1, 290 p.

Panthou, G., 2013, Analyse des extrêmes pluviométriques en Afrique de l’Ouest et de leur évolution au cours des 60 dernières années, Thèse de doctorat en géographie, Université de Grenoble, 282 p.

Pigeon, P., 2017, Risque digue : une justification à la relecture systémique et géopolitique des risques environnementaux, L’Espace Politique, 24-2014-3, [En ligne] http://espacepolitique.revues.org/3256 ; Doi : 10.4000/espacepolitique.3256, consulté le 25 janvier 2018.

Quenault, B., 2013, Retour critique sur la mobilisation du concept de résilience en lien avec l’adaptation des systèmes urbains au changement climatique, EchoGéo, vol. 24, No. Spécial, Politiques et pratiques de la résilience, [En ligne] http://echogeo.reuves.org/13403, consulté le 20 novembre 2015.

Rioust, E., 2012, Gouverner l’incertain : adaptation, résilience et évolutions dans la gestion du risque d’inondation urbaine. Les services d’assainissement de la Seine– Saint-Denis et du Val-de-Marne face au changement climatique, Thèse de doctorat de l’université Paris-Est, Urbanisme et aménagement, 427 p.

Scarwell, H. J., 2007, Déconstruire les logiques de gestion du risque d’inondation. De la résistance à la résilience : quelle adaptation de la prévention des risques naturels au réchauffement climatique ? , Air Pur, 72, pp. 24-31.

Serre, D., 2011, La ville résiliente aux inondations Méthodes et outils d’évaluation, HDR, Université Paris-Est, 174 p.

Sighomnou, D., L. Descroix, P. Genthon, G. Mahé, I. Bouzou Moussa, E. Gautier, I. Mamadou, J.– P. Vandervaere, T. Bachir, B. Coulibaly, J.-L. Rajot, O. Malam Issa, M. Malam Abdou, N. Dessay, E. Delaitre, O. Faran Maiga, A. Diedhiou, G. Panthou, T. Vischel, H. Yacouba, H. Karambiri, J.-E. Paturel, P. Diello, E. Mougin, L. Kergoat et P. Hiernaux, 2013, La crue de 2012 à Niamey : un paroxysme du paradoxe du Sahel ? , Sécheresse, 1, 4, pp. 1-11. Doi : 10.1684/sec.2013.0370.

Turner, B. L., R. E. Kasperson, P. A. Matson, J. J. McCarthy, R. W. Corell, L. Christensen, N. Eckley, J. X. Kasperson, A. Luers, M. L. Martello, C. Polsky, A. Pulsipher et A. Schiller, 2003, A framework for vulnerability analysis in sustainability science, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 14, 100, pp. 8074-8079. Doi : 10.1073/pnas.1231335100.

Top of page

Notes

1 Ce nombre estimé depuis 2000 par le Centre d’enseignement et de recherche sur l’eau, la ville et l’environnement n’a pas été revu depuis.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Localisation des quartiers d’enquête dans le cinquième arrondissement de la ville de Niamey.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/32010/img-1.jpg
File image/jpeg, 4.0M
Title Figure 2. Attitudes des répondants face au débordement des eaux du fleuve lors de la crise de 2012.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/32010/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Figure 3a. Les variables explicatives du Premier plan factoriel de l’analyse des correspondances multiples sur les attitudes des répondants face au débordement des eaux du fleuve lors de la crise de 2012.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/32010/img-3.jpg
File image/jpeg, 1.9M
Title Figure 3b. Les différents quartiers du Premier plan factoriel de l’analyse des correspondances multiples sur les attitudes des répondants face au débordement des eaux du fleuve lors de la crise de 2012.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/32010/img-4.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Figure 4. Différents matériaux et techniques utilisés pour la reconstruction après la crue de 2012.
Caption a) reconstruction en briques de ciment ; b) renforcement de la base en briques de ciment sur 50 cm à 1 m au-dessus du sol ; c) reconstruction en briques de banco.
Credits Source : Abdou Alou, 2013.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/32010/img-5.jpg
File image/jpeg, 1.4M
Top of page

References

Electronic reference

Alou Adam Abdou, Céline Lutoff and Harouna Mounkaila, « Réactions et résilience des populations face à la crue de 2012 dans le cinquième arrondissement de Niamey », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [Online], Regards / Terrain, 2021, Online since 17 May 2021, connection on 21 September 2021. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/32010

Top of page

About the authors

Alou Adam Abdou

Géographe, Post-doctorant Fondation Croix-Rouge Française, France, courriel : aabdoualou@gmail.com

Céline Lutoff

Géographe, UMR PACTE-IUGA, Grenoble, France, courriel : celine.lutoff@univ-grenoble-alpes.fr

By this author

Harouna Mounkaila

Géographe, ENS, Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger, courriel : hzada99@yahoo.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search