Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesRegards / Terrain2022Estimation du potentiel de séques...

2022

Estimation du potentiel de séquestration de carbone des aires protégées : cas de la Forêt Classée de Djoli-Kera, Tchad

Goy Saradoum, Lucie Félicité Temgoua, Mbaidje Osée  Mbaiakambeye, Francis Brice  Silatsa Tedou et Allaissem Behimnan

Résumés

L’évaluation de la capacité de stockage du carbone dans les forêts constitue un outil primordial de lutte contre les changements climatiques et de contribution au mécanise de réduction des émissions dues à la déforestation et la dégradation des forêts (REDD+). L’objectif de cette étude est d’évaluer le potentiel de séquestration du carbone des principaux types d’utilisation des terres (TUT) de la forêt classée de Djoli-kera, au Tchad. Les résultats des observations directes, des placettes de 50 mètres fois 50 mètres et des enquêtes socio-économiques effectuées auprès de 126 personnes nous ont permis d’identifier quatre principaux TUT : les espaces agricoles, les aires de pâturage intensif, les espaces fréquemment soumis aux feux de brousse et la savane arborée. Les stocks de carbone des bois morts et des ligneux vivants ont été calculés tandis que les stocks de carbone racinaire ont été évalués grâce au rapport racine/tige. La méthode utilisée pour l’estimation des stocks de carbone est celle non destructive qui utilise les équations mathématiques dites allométriques et qui intègrent des variables de diamètres et/ou de hauteurs. Les stocks de carbone estimés sont de 54,8 tC/ha dans les espaces agricoles, 102,04 tC/ha dans les espaces pâturés, 108,5 tC/ha dans la savane arborée et de 177,5 tC/ha dans les espaces soumis aux feux de brousse. Ces stocks de carbone correspondent respectivement aux quantités du CO2 atmosphérique séquestrées suivantes : 201,3 téq-CO2/ha ; 374,4 téq-CO2/ha ; 398,2 téq-CO2/ha et 651,6 téq-CO2/ha. Les familles qui présentent les valeurs les plus élevées de ces stocks sont les Fabaceae et Combretaceae. Sur le marché du carbone, le CO2 séquestré est susceptible de produire une valeur économique moyenne de la forêt estimée à 862 570 francs CFA (environ 1831 dollars canadiens) par hectare. La valeur économique totale de la forêt classée de Djoli-kera est alors estimée à 80 822 809 000 francs CFA (plus de 171 millions de dollars canadiens) en fonction du marché du carbone.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En 1992, lors du sommet de la terre à Rio de Janeiro au Brésil, l’environnement a été défini comme « un bien commun et un bien public ». Les forêts font partie des systèmes terrestres les plus riches en diversité biologique (CDB, 1992). Elles offrent des formes variées d’habitats pour les espèces végétales, animales et pour les micro-organismes. Leur multifonctionnalité se caractérise par le stockage et la purification de l’eau, l’atténuation des catastrophes naturelles et la séquestration des stocks de carbone (Gbozé et al., 2017). Cette dernière fonction des forêts permet de maintenir le climat à un seuil normal. En effet, les arbres captent et fixent le CO2 atmosphérique pour les besoins de la photosynthèse, ce qui contribue à diminuer la teneur de l’atmosphère en CO2 (UICN, 2010).

2Pourtant, l’environnement se modifie quotidiennement, aussi bien par les facteurs naturels que par les actions anthropiques (FAO, 2010). Les émissions de gaz à effet de serre, notamment par le CO2, causent le réchauffement climatique. Ce réchauffement est source des désastres tels que la destruction de la couche d’ozone, la dégradation des terres, la diminution de la biodiversité, la raréfaction et la pollution de l’eau, les sécheresses, les vents violents, la désertification et bien d’autres calamités qui contribuent au recul du bien-être des populations touchées par les changements climatiques (FAO, 2010). La déforestation, la dégradation et le changement d’affectation des terres dans les pays en développement, notamment des forêts tropicales, contribueraient à environ 20% des émissions annuelles globales des gaz à effet de serre, plus que le secteur du transport cumulé (IPCC, 2007). Les effets combinés des activités humaines et des changements climatiques ont conduit à la fragmentation et perte dhabitats pour la faune et la flore dans des forêts classées en Afrique (N’guessan et N’Djak, 2018).

3C’est ainsi que les parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC, 2005) ont confirmé leur engagement à aborder le défi mondial des changements climatiques en mettant en place un mécanisme de Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD+). Ce mécanisme prévoit spécifiquement les projets REDD+ qui visent à aider les pays en développement à préserver les forêts moyennant des compensations financières issues des crédits de carbone (Angelsen et al., 2013). Le Tchad a une économie essentiellement basée sur le secteur rural et donc fortement tributaire des conditions climatiques (Geraud, 1996). De ce fait, il doit efficacement mener des actions d’adaptation et d’atténuation afin de bénéficier des primes accordées actuellement au stockage du carbone et qui peuvent offrir au pays des opportunités de développement économique, social et écologique. Les estimations de l’absorption de carbone par les écosystèmes terrestres reposent d’une part, sur la mesure des stocks et de leurs variations, d’autre part sur l’intégration du flux vertical de CO2 échangé entre un écosystème et l’atmosphère (Robert et Saugier., 2004). La forêt de Djoli-Kera, dont la superficie en fait l’une des plus importantes du pays, pourrait constituer un enjeu majeur pour les projets REDD+. Il est donc nécessaire d’évaluer la quantité de carbone séquestrée dans ces forêts classées et procéder ensuite aux calculs de la valeur économique des services écologiques de chaque type d’utilisation des terres, d’où l’intérêt de cette étude dans la forêt classée de Djoli-Kera.

Matériel et Méthodes

Localisation géographique de la zone d’étude

4La forêt classée de Djoli-Kéra est située au sud du Tchad à cheval entre la Province du Moyen-Chari et la Province du Mandoul. Elle est située entre les latitudes 9˚00'35'' - 9˚18'55''N et les longitudes 17˚40'31'' - 18˚01'11''E et couvre une superficie de 93 700 hectares.

Figure 1. Localisation de la FCDK et ses quatre cantons périphériques / Location of the FCDK and itsperipheral cantons.

Figure 1. Localisation de la FCDK et ses quatre cantons périphériques / Location of the FCDK and itsperipheral cantons.

Behimna (2014)

5Le climat est de type tropical humide à saisons alternées, une saison sèche qui dure cinq mois et va de novembre à mars. La saison de pluies va d’avril à octobre. La région reçoit une quantité de pluie annuelle moyenne de 1061,41 millimètres (Station Météorologique de Sarh), mais la tendance actuelle est à la baisse plus ou moins régulière selon les données interannuelles enregistrées par cette station. Les moyennes annuelles des températures sont douces dans la région et oscillent entre 27°C et 28°C (Station Météorologique de Sarh). Le relief est plat et les sols rencontrés dans presque toute la forêt classée de Djoli-Kera sont des sols ferrallitiques et ferrugineux tropicaux (Pias, 1970).

6La végétation est de type forêt claire et savane boisée dominée par les familles des Fabaceae, Combretaceae et Moraceae accompagnées d’autres essences régulières telles que Parkia biglobosa (Jacq.) Benth., Anogeissus leiocarpa (DC) Guill. et Perr., Vitellaria paradoxa C.F. Gaertn., Vitex doniana Sweet, Diospyros mespiliformis Hochst. ex A.DC., Terminalia sp, Ficus sp. La présence de plus en plus envahissante d’espèces comme Ziziphus sp indique une sahélisation de la zone due à la transhumance (Saradoum, 2010).

Méthodologie

Collecte des données

7L’identification des TUT est basée sur l’image satellitaire de la figure 2, les enquêtes socio-économiques, les entretiens interactifs et les observations directes. Les données permettant de calculer les stocks de carbone ont été collectées directement sur les arbres par des mesures dendrométriques, ceci grâce aux matériels spécifiques et des fiches conçues à cet effet et suivant l’approche méthodologique développée par le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC, 2006).

8L’échantillonnage a été stratifié en fonction des TUT identifiés et qui sont considérés comme des sous-populations d’intérêt. Pour minimiser le biais et insister plutôt sur la rigueur statistique, 16 placettes de 50 mètres fois 50 mètres ont été installées de manière aléatoire, à savoir quatre par TUT. La stratification facilite le travail sur le terrain et permet d’augmenter le degré de précision et d’exactitude (Picard et al., 2012). Les placettes ont été installées par rapport à la carte d’occupation des sols de la zone (figure 2). Le diamètre des ligneux a été mesuré à l’aide d’un mètre ruban à hauteur de poitrine (DHP), c’est-à-dire à 1,30 mètre du sol, aussi bien pour les grands arbres ayant un diamètre supérieur à 30 centimètres que pour les petits arbres ayant un diamètre compris entre 5 à 30 centimètres, la hauteur totale (H) de l’arbre est estimée en utilisant la croix de bucheron.

Figure 2. Localisation des placettes d'échantillonnage / Location of sampling plots

Figure 2. Localisation des placettes d'échantillonnage / Location of sampling plots

9Pour avoir un échantillon représentatif des populations riveraines de la forêt classée de Djoli-Kéra, la méthode de l’échantillon raisonné a été retenue pour le choix des villages et campements d’éleveurs, en fonction de leur taille, de leur population et de leur position par rapport à la forêt classée. Nous avons cependant eu recours à la méthode de l’échantillonnage aléatoire simple pour le choix des ménages. Les enquêtes se sont déroulées dans 19 villages et 2 campements d’éleveurs. Le ménage constitue l’unité statistique et le choix des répondants s’est fait au hasard et en fonction de la disponibilité des 126 personnes enquêté.

10La densité des arbres est le nombre moyen d’arbres par hectare. Cette densité est calculée à partir de la formule suivante : d = n /S et s’exprime en nombre d’arbres/ha : Avec d : densité ; n : nombre d’arbres ; et S : superficie.

11La structure diamétrique indique le nombre d’arbres par classe de diamètres. Elle a été représentée par des histogrammes et obtenue à partir des mesures des diamètres et leur regroupement par classe de diamètres de 10 centimètres de largeur.

12Les stocks de carbone ont été calculés dans trois (3) différents groupes à deux niveaux : au-dessus du sol, nous avons estimé la biomasse aérienne vivante et la nécromasse, et en dessous du sol, la biomasse racinaire.

Les équations retenues pour le calcul de la biomasse 

13Pour le calcul de biomasse aérienne, nous avons retenu l’équation allométrique W = 0,040D2 H (Brown et al., 2005), où D est le diamètre et H la hauteur totale de l’arbre. La biomasse racinaire (BGB) est estimée en fonction de la biomasse aérienne (AGB). Par le rapport racine /tige (R/T), la biomasse racinaire représente 24% de la biomasse aérienne : BGB = AGB x T (GIEC, 2006). La biomasse totale (BT) des arbres sur pied est la somme des biomasses aérienne et racinaire : BT = AGB+BGB (Loubota et al., 2016).

14L’estimation des stocks de carbone contenus dans les arbres morts, qu’ils soient sur pied ou gisant à terre, s’est procédé sur un principe identique à celui des arbres vivants en tenant compte de DHP, de la hauteur/longueur et de la densité de l’arbre (stade de décomposition). Le niveau de dégradation ou de décomposition du bois (densité), est utilisé pour le calcul de la nécromasse. Il est considéré comme suit : 0.8 = peu avancée ; 0.5 = moyennement avancée ; 0.3 = très avancée. Nous avons alors retenu l'équation allométrique suivante :

15B= π r²Lρ

16Avec π = 3,142, r (rayon) et L (longueur) en m, ρ = densité du bois (en g.cm3)

17Les stocks du carbone des ligneux (Cw) sont liés à la biomasse (Bw). Ils sont estimés en matière sèche par unité de surface (tC/ha) et liés à la biomasse par la relation : Cw = k*Bw avec k = 0,5, facteur de conversion de la biomasse en carbone par défaut.

18Les stocks de carbone estimés dans les différentes aires d’échantillonnage ont été par la suite extrapolés à l’échelle de l’hectare (10 000 mètres carrés) en utilisant le facteur d’expansion (FE), représentant ainsi la proportion d’un hectare dans l’aire d’échantillonnage évaluée. Au niveau de la placette d’échantillonnage de 2000 mètre carrés, FE = superficie d’un hectare/superficie de l’aire d’échantillonnage = 10 000 mètres carrés /2000 mètres carrés = 5. Au niveau de la placette d’échantillonnage de 200 mètres carrés, FE = superficie d’un hectare/superficie de l’aire d’échantillonnage = 10 000 mètres carrés /200 mètres carrés = 50.

19Les stocks de carbone calculés dans les différents types d’utilisation de terre ont été convertis en stock de CO2 atmosphérique séquestré. La masse atomique du carbone (MaC) est égale à 12,00 et celle de l’oxygène (MaO) est de 15,99. La masse moléculaire du CO2 (MmCO2) est estimée par l’opération suivante :

20MmCO2 = 12,00+ 2 x (15,99) = 43,99 = 44

21Ainsi, le rapport de combinaison du carbone (C) au dioxygène (O2) a été estimé par le rapport suivant MmCO2/MaC qui nous donne 3,66 ; soit environ 3,67. Cette équation : stock équivalent (Téq) = stock carbone × 3,67 est aussi utilisée pour estimer la quantité de carbone séquestrée dans certains écosystèmes africains (Tsoumou et al., 2016 ; Ouédraogo et al., 2019).

22La valeur écologique n’est rien d’autre que la somme qui résulterait, de la vente du carbone séquestré par les arbres sur les marchés de carbone. Pour obtenir cette valeur, les tonnes de CO2 équivalent ont été multipliées par le prix moyen de vente de crédit carbone. Le prix moyen de vente de crédit carbone à 7,6 €/t éqCO2 soit 4940 francs CFA ou 11,13 dollars canadiens (Chènost et al., 2010).

Analyse des données

23Les données obtenues ont fait l’objet d’analyses diverses comme l’analyse de variance (ANOVA) qui nous a permis de vérifier le niveau de significativité des variables des stocks de carbone dans les différents TUT et voir l’influence de certaines pratiques paysannes sur leur capacité à stocker ou à libérer le carbone. Le logiciel SPSS 21 a été utilisé pour la réalisation des différents tests statistiques afin de comparer les stocks de carbone moyens des différents TUT. Les paramètres dendrométriques recherchés dans les différents TUT, dans le cadre de cette étude sont la densité et les structures diamétriques des arbres ainsi que les stocks de carbone contenus dans les différents groupes des TUT.

Résultats

Les activités pratiquées et leurs impacts sur la forêt classée

24Les résultats de notre enquête ont montré que les principales activités sources de la dégradation de la forêt classée de Djoli-Kera sont par ordre d’importance : l’élevage (32,50%), l’agriculture (23,01%), les feux de brousse (17,46%), la coupe de bois (8,70%), le braconnage (7,90%) et enfin la pêche (3,90%). Une tranche de personnes enquêté (6,30%) ne s’est pas prononcée (Figure 3).

Figure 3. Principales activités autour de la FCDK / Main activities around the FCDK.

Figure 3. Principales activités autour de la FCDK / Main activities around the FCDK.

Les principaux types d’utilisation des terres

25Les principales activités des populations périphériques de la forêt classée de Djoli-Kera nous ont permis de dégager quatre principaux types d’utilisation des terres.

Les espaces agricoles

26Le premier type d’utilisation de terre (TUT) identifié est l’espace agricole. Les résultats de notre enquête montrent que l’agriculture est l’une des causes d’empiètement de la forêt classée de Djoli-Kera (23,01%). Les principales cultures vivrières sont les céréales (millet, maïs et sorgho) et les légumineuses (haricot, arachide et voandzou) et le coton est la seule culture de rente. Les paysans qui occupent illégalement cet espace n’ont pas planté d’arbre. Cependant, ils épargnent certaines espèces utiles ou à valeur culturelle telles que Vitellaria paradoxa, Tamarindus indica, Parkia biglobosa, Khaya senegalensis et Pterocarpus lucens. Les cultivateurs pratiquent la jachère et la rotation des cultures.

Les espaces pâturés

27Les répondants ont à 92% confirmé la présence des animaux domestiques dans presque toute la forêt classée de Djoli-Kera. Cependant, il y a une sédentarisation des éleveurs transhumants dans cette partie pendant ces dernières décennies. Seulement 15% des répondants reconnaissent la présence des bœufs d’attelage dans la forêt classée tandis que 85% attestent que les troupeaux de bœufs appartiennent aux éleveurs transhumants qui se sont sédentarisés et cela se confirme par la présence des nombreux campements d’éleveurs installés dans et aux alentours de la forêt classée. Certaines personnes enquêté (19,8%) disent que la divagation est observée beaucoup plus pendant la saison sèche alors que d’autres (47,6%) indiquent la saison de pluies comme période de divagation et toute l’année pour une dernière tranche d’enquêté (24,6%). D’autres personnes enquêté ne se sont pas prononcées sur la période de divagation.

Les espaces soumis aux feux de brousse

28Les espaces soumis aux feux de brousse présentent sensiblement les caractéristiques floristiques de la savane arbustive composée de Ziziphus mauritiana, Ziziphus mucronata, Strychnos spinosa, Strychnos innocua, Combretum collinum, Piliostigma reticulatum et Guiera senegalensis. Ce sont des espaces soumis régulièrement aux feux précoces et tardifs. Selon les résultats de nos enquêtes, les feux précoces sont allumés par les éleveurs pour favoriser la régénération des jeunes repousses d’herbes et les feux tardifs par les chasseurs pour facilement repérer les gibiers et leurs gites.

La savane arborée

29D’après les observations, cette zone représente la relique de la forêt moins perturbée que les autres et les espèces rencontrées sont typiques des savanes arborées. Elle est caractérisée par un mélange d’arbres et d’arbustes qui y sont disséminés avec un taux de recouvrement supérieur à 50%. La hauteur des arbres varie de 8 à plus de 15 mètres. La flore ligneuse inventoriée dans les parcelles d’échantillonnage comprend principalement : Pterocarpus lucens, Anogeissus leiocarpa., Detarium microcarpum, Khaya senegalensis, Parkia biglobosa., Vitellaria paradoxa, Vitex doniana, Daniella oliveri, Amblygonocarpus andongensis et Prosopis africana. Les cimes des arbres sont faiblement jointives laissant passer aisément la lumière.

Densité des espèces ligneuses

30La densité des arbres ayant un diamètre supérieur à 30 centimètres est de 35 individus par hectare et celle des arbustes ayant un diamètre compris entre 5 et 30 centimètres est de 60 individus par hectare pour une densité totale des ligneux de 95 individus par hectare dans les espaces agricoles. Dans les espaces pâturés, elle est de 50 arbres par hectare et 130 arbustes par hectare, pour une densité totale de 180 individus par hectare. Dans la savane arborée, la densité est de 35 arbres par hectare et 150 arbustes par hectare soit un total de 185 individus par hectare. La densité totale des ligneux dans la forêt claire soumise aux feux de brousse est de 220 individus par hectare à savoir de 50 arbres par hectare et de 170 arbustes par hectare (cf Tableau 1). La densité des ligneux est plus élevée dans les espaces soumis aux feux de brousse, moyenne dans la savane arborée et les espaces soumis au pâturage, mais faible dans la zone agricole.

Tableau 1. Densité des ligneux dans les principaux types d’utilisation de terre / Density of wood in major land use types.

Tableau 1. Densité des ligneux dans les principaux types d’utilisation de terre / Density of wood in major land use types.

Structures diamétriques des arbres

31Dans tous les types d’utilisation des terres, globalement la classe de diamètres [25-35] est plus nombreuse avec 116 individus. Elle est suivie de la classe [15-25] qui compte 96 individus. La classe de diamètre [5-15] renferme 94 individus, mais elle est mieux représentée dans les espaces pâturés. Les arbres au gros diamètre [35-45] sont moins nombreux partout avec seulement 34 individus.

Figure 4. Structure diamétrique des arbres des espaces agricoles / Diameter structure of trees in agricultural areas

Figure 4. Structure diamétrique des arbres des espaces agricoles / Diameter structure of trees in agricultural areas

Figure 5. Structure diamétrique des arbres dans les espaces pâturés/Diameter structure in pastured areas

Figure 5. Structure diamétrique des arbres dans les espaces pâturés/Diameter structure in pastured areas

Figure 6. Structure diamétrique des arbres de la savane arborée / Diameter structure of trees in the treesavannah.

Figure 6. Structure diamétrique des arbres de la savane arborée / Diameter structure of trees in the treesavannah.

Figure 7. Structure diamétrique des arbres dans les espaces soumis aux feux de brousse / Diameter structure of trees in areas subject to wildfires.

Figure 7. Structure diamétrique des arbres dans les espaces soumis aux feux de brousse / Diameter structure of trees in areas subject to wildfires.

Stocks de carbone dans les trois groupes des principaux TUT

32Le tableau 2 indique que la quantité de carbone contenue dans les espaces soumis aux feux de brousse est bien supérieure (177,565 tC/ha) à celle de la savane arborée et des espaces pâturés. La plus faible quantité de carbone séquestré se trouve dans les espaces agricoles (54,867 tC/ha).

Tableau 2. Stocks de carbone (tC/ha) estimés dans les principaux types d’utilisation de terre par pools / Carbonsocks (tC/ha) estimated in the main types of land use by pools.

Tableau 2. Stocks de carbone (tC/ha) estimés dans les principaux types d’utilisation de terre par pools / Carbonsocks (tC/ha) estimated in the main types of land use by pools.

33Le tableau 3 montre qu’au seuil de probabilité 5%, il n’y a pas de différences significatives entre les quantités moyennes de carbone racinaire et des nécromasses des espaces agricoles (0,60 ± 0,46 b tC/ha et 1,83 ± 1,28 a tC/ha) et pâturés (0,77 ± 0,86 ab tC/ha et 1,60 ± 0,88 a tC/ha). Des différences significatives sont observées entre les moyennes des stocks racinaires et des nécromasses des espaces soumis aux feux (1,23 ± 1,01a tC/ha et1,26 ± 0,34 a tC/ha) la savane arborée (0,10 ± 0,80 ab tC/ha et 2,42 ± 1,62 a tC/ha).

Tableau 3. Distribution des moyennes par pools et par TUT à l’échelle de la placette / Distribution of averages by pool and LUT at the plot scale.

Tableau 3. Distribution des moyennes par pools et par TUT à l’échelle de la placette / Distribution of averages by pool and LUT at the plot scale.

Distribution des stocks moyens de carbone aérien dans les TUT

34La figure 8 montre que le stock moyen de carbone dans les espaces soumis aux feux (5,25 ± 4,32 tC/ha) est significativement différent (P < 0,05) de celui des espaces agricoles (2,52± 1,96 tC/ha), mais non significativement différent de ceux des espaces pâturés (3,31 ± 3,67 tC/ha) et de la savane arborée (3,96 ± 3,40 tC/ha). Le stock moyen de carbone des espaces agricoles (2,52± 1,96) n’est pas significativement différent de celui des espaces pâturés (3,31 ± 3,67 tC/ha) et de celui de savane arborée (3,96 ± 3,40 tC/ha).

Figure 8. Stock moyen de carbone aérien dans les différents TUT/Averageaerialcarbon stock in the variuos LUT.

Figure 8. Stock moyen de carbone aérien dans les différents TUT/Averageaerialcarbon stock in the variuos LUT.

Distribution des stocks moyens de carbone racinaire dans les TUT

35Il ressort de la figure 9 que le stock moyen de carbone racinaire des espaces soumis aux feux (1,23 ± 1,01a tC/ha) est significativement différent (P < 0,05) de celui des espaces agricoles (0,60 ± 0,46b tC/ha), mais pas significativement différents des espaces pâturés (0,77 ± 0,86ab tC/ha) et de la savane arborée (0,10 ± 0,80ab tC/ha). Le stock moyen de carbone des espaces agricoles (0,60 ± 0,46b tC/ha) n’est pas significativement différent de celui des espaces pâturés (0,77 ± 0,86 ab tC/ha) et de celui de savane arborée (0,10 ± 0,80 ab tC/ha).

Figure 9. Stock moyen de carbone racinaire dans les différents TUT/Averagerootcarbon stock in the various LUT.

Figure 9. Stock moyen de carbone racinaire dans les différents TUT/Averagerootcarbon stock in the various LUT.

Distribution des stocks moyens de carbone des bois morts dans les TUT

36Comme l’indique la figure 10, le stock moyen de carbone des bois morts est plus élevé dans les espaces agricoles (14,68 tC) et dans les espaces pâturés (8,03 tC), mais moins élevé dans les espaces soumis aux feux (2,53 tC) et dans la savane arborée (4,01 tC). L’analyse de variance (ANOVA) ne montre pas de différence significative (P=0,52 > 0,05) entre les stocks moyens de carbone des bois morts des différents TUT.

Figure 10. Stock moyen de carbone des bois morts dans les différents TUT / Average carbon stock of dead wood in the various LUT.

Figure 10. Stock moyen de carbone des bois morts dans les différents TUT / Average carbon stock of dead wood in the various LUT.

Conversion des stocks de carbone des TUT en équivalent de CO2 atmosphérique

37Le tableau 4 révèle que les espaces soumis aux feux de brousse renferment une quantité élevée d’équivalents de CO2 (651,66 t éq-CO2/ha), les valeurs les plus faibles sont celles des espaces agricoles (201,33 t éq-CO2/ha). Ces valeurs représentent la quantité par hectare de CO2 que ces TUT auraient libéré dans l’atmosphère si la forêt classée arrivait à être déboisée.

Tableau 4. Recapitulatif des quantités de CO2 équivalent dans les differents TUT/Recapitulative of the quantities of CO2 equivalent in the arious LUT.

Tableau 4. Recapitulatif des quantités de CO2 équivalent dans les differents TUT/Recapitulative of the quantities of CO2 equivalent in the arious LUT.

Valeurs écologiques et socio-économiques des types d’utilisation des terres

38Il ressort du tableau 5 que les espaces soumis aux feux de brousse ont une la valeur écologique élevée (423 579 francs CFA), par contre la plus faible valeur écologique est obtenue dans les espaces agricoles (130 864 francs CFA). La valeur écologique moyenne de la forêt classée de Djoli-Kera est de 729 850 francs CFA par hectare. Ces valeurs constituent un enjeu majeur pour entreprendre les activités de restauration ou de promotion de payement pour services environnementaux.

Tableau 5. Récapitulation des valeurs écologiques des TUT/Summary of ecological values of LUTS.  

Tableau 5. Récapitulation des valeurs écologiques des TUT/Summary of ecological values of LUTS.  

Discussion

39L’agriculture et le pâturage constituent les principaux TUT autour desquels s’articulent les activités socio-économiques exercées par les populations locales. D’après nos observations, les espaces agricoles sont en extension, mais les agriculteurs enquêtés rejettent la responsabilité de la fragmentation de la forêt classée de Djoli-Kera sur les éleveurs qui se sédentarisent de plus en plus dans la région. Nous avons remarqué que certaines réponses d’agriculteurs enquêté sont erronées, car ils craignent les poursuites s’ils fournissent les véritables informations. Ces observations confirment les études de certains auteurs qui ont estimé les espaces cultivés à environ 22% de la superficie totale de la forêt classée de Djoli-Kera (Temgoua et al., 2018). La biomasse morte est importante, avec un état de décomposition moyen dans les parcelles où l’élevage est pratiqué. Cela explique que la coupe de ces arbres ne date pas de très longtemps. En effet, les éleveurs récemment sédentarisés dans la zone coupent des branches ou des arbres entiers pour nourrir le bétail. Cette pratique pastorale malsaine généralisée dans le sud du Tchad menace certaines espèces à régénération difficile de disparition et favorise l’érosion du sol (Saradoum, 2010). Pourtant, si les éleveurs adoptent des pratiques pastorales de bonne gestion, ils pourront déboucher sur les systèmes pâturés fortement séquestrant (Bernoux et al., 2006).

40La forêt classée de Djoli-Kera qui ne bénéficie pratiquement d’aucune surveillance structurée présente une densité d’espèces ligneuses beaucoup moins élevée que celle du parc national de Manda, situé à proximité et mieux protégé (Madjimbé et al., 2019). Dans tous les TUT, la densité des individus de faible diamètre est assez élevée. Ces résultats corroborent ceux trouvés dans la Forêt classée de Yapo-Abbé, dans le sud de la Côte-d’Ivoire et cela résulte probablement des pressions diverses que subissent ces végétations et qui les maintiennent constamment dans un état juvénile (Konan et al., 2015). Il peut également s’agir de régénération dans la partie soumise aux feux de brousse. On peut déplorer que les activités de régénération ne soient pas promues et que l’entretien par les feux de brousse soit mal pratiqué, provoquant la détérioration et la déforestation plutôt que sa conservation. Il est nécessaire d’inclure les systèmes agroforestiers comme condition d’utilisation de l’espace à la périphérie de la forêt classée de Djoli-Kera. Les personnes responsables de la gestion de la forêt doivent également promouvoir les jachères améliorées qui, non seulement contribuent à accroitre le rendement, mais fournissent aussi des biens et services environnementaux considérables, ce point de vue est aussi partagé par certains auteurs dont Lieunang (2013).

41Nos calculs des stocks de carbone dans les espaces agricoles nous amènent à un résultat de 54, 867 tC/ha, ce qui diffère des résultats trouvés à l’ouest du Cameroun, qui étaient de 364.94 ± 215,85 tC/ha dans les jachères à Calliandra ; 167.38 ± 24,88 tC/ha dans les jachères à Acacia ; 256.30 ± 95,82 tC/ha dans les jachères mixtes ; et enfin 193.55 ± 57,13 tonnes/ha dans les jachères naturelles (Lieunang, 2013). Cette différence réside dans le fait que la forêt classée de Djoli-Kera se trouve dans une zone soudanienne où la saison de pluies ne dure que 6 à 7 mois, contrairement à la zone de Ménoua où la pluie tombe abondamment. La pluie est un facteur capital pour la production primaire. À tout cela, s’ajoute la plantation des espèces bien ciblées qui constitue l’apport personnel des paysans à améliorer les jachères. Les quantités de carbone que nous avons obtenues dans les espaces agricoles sont faibles parce que nous n’avons pas estimé les stocks de carbone du sol. Les paysans ne sont pas propriétaires de ces parcelles, de ce fait, ils les exploitent sans en entretenir la fertilité. Le stock moyen de carbone des espaces environnant le parc de Lobéké, situé dans les forêts denses humides de l’est du Cameroun, qui est de 80,56 ± 18,17 tC/ha, est aussi au-dessus du nôtre, bien que le carbone du sol et de bois morts n’y soient pas associés (Moffo, 2011). Néanmoins, ce résultat est légèrement supérieur à celui estimé dans les systèmes agroforestiers composés de Karité et de Néré en zone soudanienne au Bénin (Saidou et al., 2012). Il est de 32,62 ± 5,91 tC/ha soient 20,17 tC/ha pour la biomasse aérienne vivante et de 4,25 tC/ha pour la biomasse souterraine, 2,35 tC/ha pour la matière organique morte et de 5,85 tC/ha dans le sol. Les résultats que nous avons obtenus sont supérieurs à cause du stock de bois morts très élevé (14,680 tC/ha). Il est normal que le stock de carbone soit élevé, car cela traduit le comportement des paysans qui défrichent les parcelles pour installer les cultures et les arbres morts ne sont pas totalement évacués des champs. C’est le même constat dans les espaces pâturés, car les éleveurs également coupent massivement les branches des essences très appétées pour nourrir le bétail.

42Les stocks de carbone aérien et racinaire évalués dans la savane arborée de la forêt classée de Djoli-Kera sont largement supérieurs à ceux estimés dans la savane arborée du Parc National de Manda par Ngarnougber (2013). Cet auteur a trouvé 290,06 tC/ha, soit 35,78 tC/ha pour la partie aérienne de la végétation, 1,73 tC/ha pour les racines et 252,55 tC/ha pour le sol. Pourtant, le Parc National de Manda est mieux protégé et présente une végétation plus dense et luxuriante, par conséquent, devrait avoir d’importantes quantités de carbone que la forêt classée de Djoli-Kera. Cette différence serait due aux méthodologies employées, mais aussi et surtout aux équations allométriques utilisées pour l’estimation de la biomasse, qui sont celles de la FAO (1997) et de Saidou (2012).

43Cette valeur moyenne écologique est de 862 570 FCFA, soit environ 1831 dollars canadiens à l’hectare. Son extrapolation à l’échelle de la forêt nous donne 80 822 809 000 FCFA, soit plus de 171 millions de dollars canadiens, car selon le plan d’aménagement, la forêt s’étend sur une superficie de 93 700 hectares. Cette valeur serait encore plus importante si seulement les types d’utilisation des terres obéissent aux règles de conservation et d’utilisation durable des ressources naturelles. En effet, une action anthropique par le reboisement, le changement d’utilisation des terres et de bonnes pratiques culturales peut augmenter la séquestration de carbone dans la biomasse et dans les sols pour des durées de plusieurs décennies (Robert et al., 2004).

Conclusion

44L’étude nous a permis déterminer quatre types d’utilisation des terres (TUT). L’agriculture reste la cause majeure de la dégradation de la forêt classée de Djoli-Kera. Les espèces majeures qui participent à la séquestration du carbone dans cette forêt appartiennent à la famille des Fabaceae (Prosopis africana, Parkia biglobosa., Pterocarpus lucens, Detarium microcarpum, Daniella oliveri, Amblygonocarpus andongensis) et Combretaceae (Anogeissus leiocarpa, Terminalia spp) et d’autres espèces telles que Khaya senegalensis, Vitellaria paradoxa et Vitex doniana. L’étude a révélé en outre que les feux de brousse ont beaucoup plus d’influence sur les petits arbres et le sous-bois que sur les grands arbres. Les stocks de carbone évalués varient d’un TUT à un autre. Les espaces soumis aux feux de brousse renferment beaucoup de carbone tandis que les espaces agricoles présentent le taux le plus bas. La séquestration est moyenne dans la savane arborée et les zones pâturées. Les actions de surveillance, de réglementation du prélèvement des produits ligneux non forestiers, des pratiques permettant la régénération naturelle ainsi que la mise en œuvre des systèmes agroforestiers dans les villages environnants permettront de faire d’elle un véritable puits de carbone. Les mesures ont été proposées par les personnes enquêté et par certaines autorités traditionnelles pour la réhabilitation de la forêt. Une bonne préservation de cet écosystème pourrait permettre aux populations environnantes de bénéficier de ressources conséquentes issues du mécanisme REDD+.

Les auteurs tiennent à remercier très sincèrement les autorités administratives et traditionnelles des quatre cantons périphériques de la forêt classée de Djoli-Kera et le Projet conservation et gestion durable de la biodiversité dans le Moyen Chari pour leur soutien multiforme à la réalisation de ce travail. Notre gratitude va également à l’endroit des collaborateurs pour leurs diverses assistances dans la collecte des données de terrain.

Haut de page

Bibliographie

Angelsen, A., M. Brockhaus, W.D. Sunderlin et L.V. Verchot, 2013, Analyse de la REDD+: les enjeux et les choix, Bogor Indonesie, CIFOR, 488 p. [en ligne] URL : https://www.cifor.org

Behimnan, A., 2014, L’influence des changements d’occupation des sols sur les ressources hydriques de la forêt classée de Djoli-kera, Mémoire de Master of Science en Gestion de l’Environnement, Université de Dschang, 107 p.

Bernoux, M., C.C. Cerri, V. Eschenbrenner, C. Feller, M. de Cassia Piccolo, B.J. Feigl et C.E.P. Cerri, 2006, La séquestration du carbone. IRD, 65 p. [en ligne] URL : https://www.ird.fr

Brown, S. 2005, Impact of selective logging on the carbon stocks of tropical forests: Republic of Congo as a case of stocks, Winrock international, 21 p.

Chenost, C., Y. Gardette, N. Grondard, M. Perrier, J. Demenois et M. Wemaëre, 2010, Les marchés du carbone forestier, Programme des Nations-Unies pour l’Environnement, Nairobi, 173 p. [en ligne] URL : https://www.uncclearn.org/wp-content/uploads/library/unep99_fre_0.pdf

Convention Cadre des Nations-Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), 2005, Préserver le climat. Guide de la Convention sur les Changements Climatiques et du Protocole de Kyoto, Bonn, Allemagne, 41p. [en ligne] URL : https://unfccc.int/resource/docs/publications/caring2005_fr.pdf

Convention sur la Diversité Biologique (CDB), 2012, Guide des bonnes pratiques de gestion durable des forêts, diversité biologique et moyens d’existence, 38 p. [en ligne] URL : https://www.cbd.int/development/doc/cbd-guide-des-bonnes-pratiques-forests-web-fr.pdf

FAO, 2010, Évaluation des ressources forestières mondiales 2010. Rapport principal. Document Forestier 163 de FAO, [en ligne] URL : https://www.fao.org/3/i1757f/i1757f00.htm

Gboze, A. E., B. Coulibaly, J. Kassi et K. A. N’Guessan, 2017, Évaluation de la flore et des stocks de carbone de la forêt relique du site de la Direction Régionale d’Abidjan du CNRA (Côte d’Ivoire), European Journal of Scientific Research, 147 (2) pp. 219-231.

Géraud M. Y. 1996, Crise climatique et mutations de l'agriculture : l'émergence d'un grenier céréalier entre Tchad et Chari, Annales de Géographie, t. 105, n°592, pp. 620-644.

Giec, 2006. Lignes directrices 2006 du Giec pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre. Agriculture, Foresterie et autres Affectations des terres, Kanagawa, Japon, Institut for Global Environnemental Stratégies, vol. 4, [en ligne] URL : https://www.ipcc-nggip.iges.or.jp/public/2006gl/french/vol4.html

Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC), 2007 – Impacts, Adaptation and Vulnerability Contribution of Working Group II to the Fourth Assessment Report of the IPCC, 987 p. [en ligne] URL : https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/2018/03/ar4_wg2_full_report.pdf

Konan D., A. Bakayoko, F. H. Trabi, B. G. A. Bitingnon et S. C.Piba, 2015, Dynamisme de la structure diamétrique du peuplement ligneux des différents biotopes de la forêt classée de Yapo-Abbé, sud de la Côte-d’Ivoire, Journal of Applied Biosciences, 94, pp. 8869 – 8879, [en ligne] URL : https://www.m.elewa.org

Lieunang L. A. R., 2013. Potentialités de Séquestration du carbone dans les Jachères du Département de la Ménoua (région de l’ouest Cameroun), Mémoire de Master of science en Gestion de l’Environnement à la FASA, Université de Dschang, 92 p.

Loubota Panzou G. J., J-L. Doucet, J. J. Loumeto, A. Biwole, S. Bauwens et A. Fayolle, 2016, Biomasse et stocks de carbone des forêts tropicales africaines (synthèse bibliographique), Biotechnologie, Agronomie, Société et Environnement, 20 (4), pp. 508-522, [en ligne] consulté le 29/04/2020 URL : https://popups.uliege.be/1780-4507/index.php?id=13232

Madjimbe G., G. Saradoum, T. Goalbaye, E. Waya et J. Pounakoumna, 2019, Dynamique des peuplements ligneux dans le Parc National de Manda, au sud du Tchad, Journal of Animal & Plant Sciences, 42 (1), pp. 7139-7152, [en ligne] URL : https://doi.org/10.35759/JAnmPlSci.v42-1.5

Moffo F.C., 2011, Evaluation des stocks de carbone dans la zone périphérique du parc national de Lobéké (est-Cameroun) perspectives de gestion durable. Mémoire du diplôme d’ingénieur des eaux, forêts et chasses, Université de Dschang, FASA, 103 p.

Ngarnougber, C., 2013, Estimation des stocks de carbone dans les savanes soudaniennes du Parc National de Manda de la Région du Moyen-Chari, Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme de Master en Sciences Biologiques : option Biologie des Organismes Végétaux, Université de Ngaoundéré, 82 p.

N’Guessan A. E., K. J. N’Dja, 2018, Analyse de la diversité floristique de la forêt classée d’Agbo I (Côte d’Ivoire), European Scientific Journal, vol.14, n°9, pp. 346-357, [En ligne] consulté le 02/05/2020, URL : http://dx.doi.org/10.19044/esj.2018.v14n9p346

Ouedraogo W. O., A. P. K. Gomgnimbou, S. Santi, D. Ilboudo et A. Toguyeni, 2019, Quantification de la Biomasse et stockage du carbone du massif forestier de l’Ecole Nationale des Eaux et Forêts de Dindéresso province du Houet au Burkina Faso, Int. J. Biol. Chem. Sci., 13 (7), pp. 3276-3288, [en ligne] consulté le 29/04/2020, URL : http://www.ifgdg.org

Pias J., 1970, La végétation du Tchad : ses rapports avec le sol. Variations paléobotaniques au quaternaire. Contribution à la connaissance du bassin tchadien, O.R.S.T.O.M, 6, 46 p.

Picard N., L. Saint-André et M. Henry, 2012, Manuel de construction d’équations allométriques pour l’estimation du volume et la biomasse des arbres : de la mesure de terrain à la prédiction, Rome, FAO, Montpellier, France, Cirad, 210 p.

Robert, M., Saugier B., 2004, Contribution des écosystèmes continentaux a la séquestration du carbone, EDAFOLOGIA, Vol. 11, n°1, pp. 45-65.

Saïdou A., A. F. E. Dossa, P. C. Gnanglè, I. Balogoun et N. Aho, 2012, Evaluation du stock de carbone dans les systèmes agro-forestiers à karité (Vitellaria paradoxa C.F. Gaertn.) et à néré (Parkia biglobosa Jacq. G. Don) en zone Soudanienne du Bénin, In Bulletin de la Recherche Agronomique du Bénin (BRAB), Numéro spécial Agriculture et Forêt, pp. 1-9, [en ligne] URL : http://www.slire.net/download/1737/article

Saradoum G., A. Guissé, P. M. Ndiaye et A. Diallo, 2017, Caractéristiques phytoécologiques de la strate ligneuse du parc national de Manda, au Tchad, Afrique SCIENCE 13(5), pp. 410 – 421, [en ligne] URL : http://www.afriquescience.info

Saradoum G., 2010, Collecte des données pour la mise en place des corridors de migration de la faune sauvage vers le parc national de manda : données écologiques, Programme des Nations Unies pour l’Environnement et Projet Conservation et Utilisation Durable de la Biodiversité dans le Moyen-Chari, 45 p.

Temgoua, L. F., B. Allaissem, M. Tchamba, G. Saradoum, M. M. Osee et M.C. Solefack, 2018, Spatio-Temporal Dynamic of Land Use and Land Cover in the Classified Forest of Djo-li-Kera, South-Eastern, Chad, Open Journal of Forestry, 8, pp. 283-296.

Tsoumou B. R., K. J. Lumandé, J. P. Kampé et J. D. Nzila, 2016, Estimation de la quantité de carbone séquestré par la Forêt Modèle de Dimonika (Sud-ouest de la République du Congo), Revue Scientifique et Technique Forêt &Environnement du Bassin du Congo, 6, pp. 39–45.

Union Mondiale pour la Conservation de la Nature, 2008, Évaluation de l’efficacité de la gestion des aires protégées : aires protégées du Tchad, (UICN)/PACO 47 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation de la FCDK et ses quatre cantons périphériques / Location of the FCDK and itsperipheral cantons.
Crédits Behimna (2014)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/34658/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 2. Localisation des placettes d'échantillonnage / Location of sampling plots
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/34658/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 3. Principales activités autour de la FCDK / Main activities around the FCDK.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/34658/img-3.png
Fichier image/png, 10k
Titre Tableau 1. Densité des ligneux dans les principaux types d’utilisation de terre / Density of wood in major land use types.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/34658/img-4.png
Fichier image/png, 9,1k
Titre Figure 4. Structure diamétrique des arbres des espaces agricoles / Diameter structure of trees in agricultural areas
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/34658/img-5.png
Fichier image/png, 7,6k
Titre Figure 5. Structure diamétrique des arbres dans les espaces pâturés/Diameter structure in pastured areas
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/34658/img-6.png
Fichier image/png, 8,0k
Titre Figure 6. Structure diamétrique des arbres de la savane arborée / Diameter structure of trees in the treesavannah.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/34658/img-7.png
Fichier image/png, 8,4k
Titre Figure 7. Structure diamétrique des arbres dans les espaces soumis aux feux de brousse / Diameter structure of trees in areas subject to wildfires.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/34658/img-8.png
Fichier image/png, 9,1k
Titre Tableau 2. Stocks de carbone (tC/ha) estimés dans les principaux types d’utilisation de terre par pools / Carbonsocks (tC/ha) estimated in the main types of land use by pools.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/34658/img-9.png
Fichier image/png, 10k
Titre Tableau 3. Distribution des moyennes par pools et par TUT à l’échelle de la placette / Distribution of averages by pool and LUT at the plot scale.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/34658/img-10.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 8. Stock moyen de carbone aérien dans les différents TUT/Averageaerialcarbon stock in the variuos LUT.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/34658/img-11.png
Fichier image/png, 10k
Titre Figure 9. Stock moyen de carbone racinaire dans les différents TUT/Averagerootcarbon stock in the various LUT.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/34658/img-12.png
Fichier image/png, 15k
Titre Figure 10. Stock moyen de carbone des bois morts dans les différents TUT / Average carbon stock of dead wood in the various LUT.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/34658/img-13.png
Fichier image/png, 18k
Titre Tableau 4. Recapitulatif des quantités de CO2 équivalent dans les differents TUT/Recapitulative of the quantities of CO2 equivalent in the arious LUT.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/34658/img-14.png
Fichier image/png, 5,1k
Titre Tableau 5. Récapitulation des valeurs écologiques des TUT/Summary of ecological values of LUTS.  
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/34658/img-15.png
Fichier image/png, 4,6k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Goy Saradoum, Lucie Félicité Temgoua, Mbaidje Osée  Mbaiakambeye, Francis Brice  Silatsa Tedou et Allaissem Behimnan, « Estimation du potentiel de séquestration de carbone des aires protégées : cas de la Forêt Classée de Djoli-Kera, Tchad », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 16 mai 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/34658 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.34658

Haut de page

Auteurs

Goy Saradoum

Enseignant-chercheur, département de Biologie et Géologie, Faculté des Sciences et Techniques, Université de Sarh, Tchad, courriel : goy.saradoum@gmail.com

Lucie Félicité Temgoua

Ingénieure forestier, Département de foresterie, FASA Université de Dschang, Cameroun, courriel : temgoualucie@yahoo.fr

Mbaidje Osée  Mbaiakambeye

Doctorant, Département de l’Environnement, Faculté des Sciences Agronomique et de l’Environnement, Université de Sarh, Tchad, courriel : ombaiakambeye@gmail.com

Francis Brice  Silatsa Tedou

Département des sciences du Sol, Faculté d’Agronomie et des Sciences Agricoles, Université de Dschang, Cameroun, courriel : silatsat@gmail.com

Allaissem Behimnan

Doctorant, Département de l’Environnement, Faculté des Sciences Agronomique et de l’Environnement, Université de Sarh, Tchad, courriel : abehimnan@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search