Navigation – Plan du site
Dossier : Écologie et économie

La professionnalisation du développement durable : au-delà du clivage ou de la réconciliation écologie – économie

Nicole Huybens et Claude Villeneuve

Résumés

Idée généreuse, le développement durable est encore aujourd’hui trop souvent confondu avec la protection de l’environnement pour les uns et avec un développement économique qui n’est pas foncièrement différent de celui qui a caractérisé la société industrielle pour les autres. Pourtant, de l’origine du concept jusqu’à ses applications actuelles, on retrouve des caractéristiques qui nécessitent un réel changement de paradigme pour concevoir le développement.

Le développement durable se met en œuvre dans des actions sur le terrain avec des acteurs locaux. Nous pensons qu’il existe des pratiques et des outils, contrairement à certains discours moins optimistes qui déplorent leur absence. Mais les premiers ne sont pas formalisés et les seconds sont peu enseignés dans une perspective de développement durable. Le paradigme du développement durable nécessite de promouvoir des décisions et des actions porteuses d’une complexité qui dépasse largement le clivage ou la seule réconciliation entre économie et environnement. Nous centrons notre réflexion sur la nécessaire formation au développement durable pour mieux expliciter les outils et les pratiques existantes et leur permettre de faire tache d’huile de manière à avoir une influence réelle et tangible sur le développement humain.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Par exemple, le concept a fait l’objet d’un chapitre du rapport de la vérificatrice générale par i (...)

1Le concept de développement durable est à la fois rassembleur et très controversé. D’aucun lui reproche de vouloir tout et donc rien dire. Il y a toutes sortes d’actions qui se réclament du développement durable mais qui ne sont qu’une « façade verte », un outil de marketing ou une mise en mots « dans l’air du temps » de pratiques qui ne méritent peut-être pas ce label. Il y a aussi ceux qui pensent qu’il est trop édulcoré, puisque nécessairement basé sur des compromis, pour permettre de réels changements. Il ne remet pas assez en question le modèle de la croissance économique de la société industrielle pour être crédible aux yeux de ceux qui luttent pour plus d’égalité en se référant à d’autres paradigmes. En même temps, d’autres lui reprochent d’empêcher la croissance économique en multipliant les embûches à la libre entreprise. Le concept est anthropocentré, ce qui lui vaut aussi beaucoup de critiques. Certains universitaires s’interrogent encore sur la pertinence des termes (durable, viable ou soutenable ?),. Et pourtant, bien qu’il soit controversé, il est beaucoup utilisé et sert de cadre de référence à bien des politiques publiques1 et des actions sur le terrain, ce qui pourrait paradoxalement donner l’impression qu’il fait l’unanimité !

2En ce qui nous concerne, et bien que l’ensemble de ces avis aiguisent notre sens critique, nous restons persuadés qu’actuellement il n’existe pas de meilleur cadre de réflexion pour diminuer l’écart entre les riches et les pauvres et pour vivre sur la terre en utilisant ses ressources sous le seuil de renouvelabilité. Malgré les constats des écologistes, nous ne pouvons écarter le système économique actuel et les avantages de la société industrielle dans son ensemble. Même si cette société a eu des impacts importants et laisse planer des menaces sur l’environnement planétaire, la majorité des humains d’aujourd’hui en retirent une liberté de choix plus importante, un confort que n’ont connu aucune autre génération avant nous, une espérance de vie inégalée et le privilège d’une vie infiniment plus facile que celle de leurs parents.. Il nous semblerait particulièrement injuste de vouloir priver les plus pauvres des bienfaits de la société industrielle sous prétexte que ses effets négatifs sont importants. Mais nous ne voulons pas non plus considérer que les effets pervers du développement économique sont inévitables et qu’il faut les accepter tels quels. Les connaissances actuelles permettent de combattre ces effets et de penser autrement le développement.

3Nous pensons donc qu’il faut accélérer le passage de la société industrielle vers la société de l’information (Di Castri 2003), dématérialiser la satisfaction des besoins humains, introduire de nouvelles pratiques permettant de limiter les impacts du développement sur l’environnement et la société et mieux répartir les bénéfices de l’activité humaine sur les populations où qu’elles vivent.

4Dans cet article, nous explorerons à travers l’historique du concept de développement durable, les diverses dimensions qui le caractérisent, les outils qui permettent d’y contribuer et nous justifierons la nécessité d’une formation au développement durable pour le mettre en œuvre et lui permettre d’évoluer.

Le développement durable : conservation de la nature, efficacité économique ou lutte contre la pauvreté ?

5Né des conférences internationales, le développement durable a donné naissance à une pléthore de définitions et d’interprétations. « La notion de soutenabilité ou la notion de développement durable tend à remplacer l’importance accordée antérieurement à la notion d’environnement (…) De conférences et rencontres internationales centrées sur l’environnement dans les années 1970, on est passé à des conférences et rencontres portant sur l’environnement et le développement dans les années 1990 puis en 2002, le Sommet mondial de Johannesburg a consacré le développement durable comme cadre de référence privilégié. » (Sauvé, 2002). Le concept tend à se complexifier au fil du temps. Sa définition intègre une dimension sociale et culturelle. L'éthique et la gouvernance sont également de plus en plus évoquées. Il évolue donc constamment au gré des représentations, des croyances et des faits nouveaux qui sont apportés à notre attention par l’avancement scientifique et technique et par les projets qui s’y réfèrent. Ainsi, on peut supposer qu’un développement durable qui aurait été imaginé au dix-neuvième siècle n’aurait pas nécessairement ressemblé à celui qu’on peut penser ou construire aujourd’hui. Les conditions de sa mise en œuvre sont étroitement dépendantes des parties en présence et de l’environnement naturel, culturel et social dans lequel le projet prend naissance. La mise en œuvre du développement durable nécessite donc l’acquisition de compétences particulières, pas toujours nouvelles mais mieux articulées entre elles et aux projets des acteurs du terrain pour permettre aux professionnels d’orienter les décisions de développement vers des actions volontairement plus respectueuses de l’environnement et des hommes.

6Pour bien comprendre les pérégrinations du concept de développement durable, il convient de se pencher sur son histoire dont deux éléments nous apparaissent déterminants:

  1. la prise de conscience des effets désastreux de l’activité humaine et du système économique sur l’environnement qui a motivé l’émergence du mouvement écologiste,

  2. et l’effet pernicieux de certaines initiatives de conservation sur les populations locales

L’industrialisation

7La croissance économique, fondement des sociétés industrialisées, postule une adéquation entre une augmentation de la consommation et le développement du bien-être des populations, avec toutefois un corollaire : la dégradation de l’environnement planétaire lorsque la capacité de support des écosystèmes est dépassée.

8La naissance d’un mouvement environnemental mondial au tournant des années soixante, les travaux du Club de Rome, le rapport Meadows et les prévisions pessimistes de nombreux auteurs concernant la dégradation de l’environnement planétaire et l’explosion de la population mondiale ont mis en évidence la contradiction entre la poursuite d’une croissance économique accélérée et le maintien de la qualité de l’environnement.

L’environnement

  • 2  Union Internationale pour la Conservation de la Nature

9Pascal Acot (1988) dans son « Histoire de l’écologie » rappelle l’origine de la pensée écologique et son évolution, de la naissance des parcs nationaux américains au 19ème siècle jusqu’à l’écologie militante de la fin du vingtième. Dans les grandes lignes de cet historique, il démontre que l’opposition nature/culture, nature/société industrielle, nature/croissance économique et plus largement humanité/nature a été une constante autour de laquelle le discours écologiste s’est construit pendant cette période. L’indicateur de la proportion des aires protégées par pays et la norme préconisée à cet effet par l’UICN2 est un effet de cette représentation.

10Cette idée qu'il faut mettre sous cloche pour protéger est réfutée par certains auteurs (Terasson,1997). Ce dernier pense qu'il serait plus intéressant de bien gérer l'ensemble que de faire n'importe quoi à certains endroits sous prétexte que d'autres sont préservés. La nature conservée demande une gestion, paradoxe s’il en est ! En effet, les écosystèmes évoluent naturellement et les conserver dans un état particulier nécessite une intervention humaine récurrente. Génot (2003) parle même de conservation « contre nature ».

11Par ailleurs au début des années 1970, le courant de pensée conservationniste ne convenait pas non plus aux pays en développement, dont les dirigeants, à peine sortis du colonialisme, réclamaient de pouvoir eux aussi s’industrialiser et tirer les bénéfices de l’exploitation de leurs ressources naturelles. Lutter contre une pauvreté inacceptable grâce au développement économique, comme d’ailleurs l’ont fait les pays aujourd’hui bien nantis, est un enjeu majeur pour ces pays. Cette situation s’illustre encore aujourd’hui, par exemple dans le Protocole de Kyoto visant à mettre en œuvre la convention sur les changements climatiques. Autant dans la convention que dans le Protocole les pays industrialisés ont accepté la responsabilité historique des émissions de CO2 et ont dispensé les pays en développement de toute limitation de la croissance de leurs émissions du moins dans la première phase de référence du Protocole (2008-2012) (Villeneuve et Richard, 2001).

  • 3  Le programme MAB est né en 1970 à la suite de la conférence intergouvernementale de Paris 1968.

12Enfin, la conservation a eu des effets contre intuitifs importants. Les populations expulsées des aires protégées étaient souvent garantes de la biodiversité qu’on y retrouvait par leurs pratiques et leur culture (Di Castri, 2002). De plus, la « protection » concernait tout sauf les populations humaines qui ne pouvaient plus vivre de leur territoire. Comme le propose Di Castri et Younes (1996) la biodiversité peut aussi se décliner à l’échelle des paysages, là où se marient nature et culture. Les recherches menées dans le réseau mondial des réserves de la biosphère del’UNESCO3depuis le début des années 1970 ont démontré l’importance de la conservation faisant place à l’activité humaine et à la culture pour le maintien des écosystèmes.

13C’est en 1968 que les problèmes d’environnement ont été portés pour la première fois à l’attention des Nations-Unies, à l’occasion de la Conférence intergouvernementale d’experts sur les bases scientifiques de l’utilisation rationnelle et de la conservation des ressources. Cette conférence qui a vu la naissance de l’expression « vaisseau spatial Terre » marque le point tournant de l’abandon par les scientifiques de l’idée d’une conservation intégrale dans des « sanctuaires », pour une politique de conservation qui permette à l’homme de s’épanouir (UNESCO, 1970).

Réconcilier économie et environnement

14En juin 1972 s’est tenue la Conférence des Nations Unies sur l’environnement humain à Stockholm. La communauté internationale a reconnu, à cette occasion, l’importance de concilier le développement avec la préservation de l’environnement. Cet événement a débouché sur la création du programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).

15La réconciliation entre l’économie et l’environnement devient le mot d’ordre politique. Au Canada, ce courant subsiste encore actuellement dans le nom d’un organisme comme la Table ronde nationale sur l’économie et l’environnement qui pourtant s’occupe de développement durable.

Le développement durable

16Ignaci Sachs et Maurice Strong proposèrent, à la réunion de Founex en 1971 l’idée d’un « sustainable development ». Ce nouveau type de développement devait permettre la croissance économique tout en respectant l’environnement et les sociétés humaines, ce qui fut retenu comme compromis dans la déclaration issue de la Conférence de Stockholm en 1972. Repris comme hypothèse des travaux du programme de l’Homme et de la Biosphère (MAB, 1981) de l’UNESCO, le développement durable devint un des trois objectifs de la Stratégie Mondiale de la Conservation en 1980 (PNUE, UICN, WWF, 1980). En 1983, par la résolution 38/161, l’Assemblée Générale des Nations Unies mandatait la future Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement d’étudier les liens entre l’environnement et le développement. C’est ainsi que le concept de « développement durable » fut mis en exergue par la Commission Brundtland dans son rapport de 1987 « Our common future » (CMED, 1988).

17En 1992, vingt ans après Stockholm, un deuxième rendez-vous planétaire placé sur le thème de l’environnement et du développement a eu lieu à Rio de Janeiro. La communauté internationale reconnaît cette fois-ci le développement durable comme cheval de bataille. Cette conférence débouche sur l’adoption d’un plan d’action pour le développement durable au 21e siècle (Agenda 21). «Les principes de l’action pour un développement durable (…) placent l’être humain au cœur des processus de développement et proposent de conjuguer l’efficacité économique, les équilibres sociaux et la préservation des ressources. Loin d’être un facteur contraignant, le développement durable correspond à une évolution nécessaire des politiques, traduisant à la fois les inquiétudes des milieux scientifiques sur la dégradation des écosystèmes et la demande des citoyens d’une plus grande participation aux décisions qui engagent l’avenir.4»

18Depuis 1992, la notion du développement durable a gagné toutes les tribunes du monde et a fait l’objet d’une imposante littérature. Parallèlement, on a assisté à une multiplication des définitions et des modèles de ce concept.

19Le sommet de Johannesbourg (Rio+10) n’a en rien démenti ce courant de pensée, cependant, de l’avis général, les progrès accomplis depuis Rio étaient décevants et nécessitaient un engagement plus concret des états et de la société civile pour espérer atteindre les objectifs de la Déclaration du Millénaire des Nations Unies.

Complexité des modèles aujourd'hui

20Pour de nombreux acteurs au Canada et dans les pays industrialisés, le développement durable reste associé à la protection de l’environnement. Cela s’explique sans doute par l’importance que les organisations écologistes ont eue dans les médias lors de la préparation de la conférence de Rio en 1992. Pour d’ autres, il est trop centré sur le « développement » dans le sens de « croissance économique » puisqu’il tente d’«identifier la pauvreté comme principale responsable des problèmes environnementaux et sociaux, et à considérer le développement ou la croissance économique comme solution » (Lucie Sauvé, 2002). Mais il existe aussi des auteurs qui définissent le concept dans sa complexité actuelle en lui donnant ainsi un caractère instrumental intéressant pour réfléchir les pratiques.

21Ancré dans une histoire, le développement durable émerge comme un nouveau paradigme qui permet d’appréhender de manière plus complexe la réalité d’aujourd’hui. Notre niveau de conscience des relations entre les différents éléments de cette réalité augmente avec les connaissances que nous développons et les modèles que nous utilisons pour l’expliciter.

Le développement durable, un changement de paradigme

22S’inscrire dans un paradigme de pensée, c’est sélectionner des concepts maîtres de l’intelligibilité (ceux qui sont choisis et ceux qui sont rejetés) et déterminer les opérations logiques maîtresses. (Morin, 1999). Les personnes connaissent, pensent, agissent selon des paradigmes qu’ils n’explicitent pas très souvent et qui sont inscrits en eux par leur appartenance culturelle et leur éducation. Le paradigme permet de distinguer ce qui est juste ou faux, ce qui est acceptable ou pas, ce qu’il faut faire ou ne pas faire…

23Le développement durable dans ce sens est un paradigme : il fait éclater des systèmes de pensée centrés sur l’économie ou sur l’écologie seulement en y intégrant une dimension humaine et en rendant logique l’idée qu’il faut se préoccuper des trois en même temps.

24Le paradigme de l’économisme tend à externaliser les phénomènes naturels et considère que les ressources sont remplaçables : les mécanismes du marché permettent d’en faire une préservation efficace pour autant qu’on puisse leur attribuer un prix. Dans ce mode de pensée, il faut dans le meilleur des cas, tendre vers la maîtrise scientifique de l’environnement en tenant la nature comme un moyen et pas comme une fin en soi.

  • 5  « l’ouverture des sciences économiques sur l’étude de l’environnement et du développement durable, (...)

25Mais parmi les économistes, on commence à remettre en question, au nom du développement durable, l'idée de « l’impérialisme économique »5 (Oberti, 2004).

26Le paradigme de l’écologisme est caractérisé par trois composantes fortes (Acot, 1988), la conservation de la nature, le biologisme social et la « sacralisation objective » d’une nature mythique. L’écologisme exprime l’association de l’homme et de la nature et considère que l’homme doit s’adapter à la nature, dont il n’est qu’une espèce parmi les autres.

27Pour aller au-delà de la contradiction : « homme au-dessus de la nature » ou « homme dans la nature », Morin (1999) propose de reconnaître « l’unidualité » de la réalité humaine. L’homme est non seulement inclus dans la nature, mais il en est aussi disjoint. On ne peut pas faire comme si la nature n’était qu’un moyen et on ne peut pas non plus ne pas en faire un moyen. Il nous reste donc à en faire les deux ! Mais l’apparente contradiction des deux représentations continue à alimenter les controverses.

28Le développement durable, comme nouveau paradigme est assez conforme à la conception de Morin. Mais le mode de pensée dominant reste linéaire et compartimenté et pas encore assez tourné vers une perception plus systémique et constructiviste des réalités. Évidemment pour les tenants de la conservation, le développement durable tel qu'il émerge aujourd'hui édulcore leurs prises de position et devient inacceptable pour résoudre les problématiques qu'ils portent. Il empêche de voir en noir et blanc une réalité multicolore. Et pour les économistes, il empêche un raisonnement du même type : des décisions basées sur le seul critère financier et la confiance aveugle dans la main invisible du marché.

29Pourtant le développement durable ne peut se concevoir qui si l’on parvient à abandonner l’idée d’une décision optimale, prise sur base d’un seul critère (la nature sacralisée ou le roi dollars) et libérée de toutes les contingences des contextes particuliers liés aux cultures, aux besoins humains, à l’époque, aux différents écosystèmes.

Fonctions du développement durable

30Dans l’acceptation que nous faisons du terme, nous considérons que le développement durable est anthropocentré, comme d’ailleurs l’est le courant conservationniste : c’est toujours un homme qui regarde la nature à son échelle du temps au moins. Pour nous, l'objet du développement durable est indéfiniment à reconstruire. Il se redéfinit au fil du temps et des aller et retour constants entre les politiques publiques, les penseurs et les acteurs, porteurs d’initiatives et se réclamant de ce domaine. Il est sans cesse réinventé de manière toujours plus nuancée et plus riche.

31Par conséquent, il nous semble plus important de rappeler les fonctions qu’il remplit (Villeneuve et Huybens, 2003) que de définir son contenu de manière définitive.

32Le développement durable a clairement une fonction idéologique : il est porteur de valeurs : la démocratie, la solidarité inter et intra générationnelle, le principe de précaution, l’équité, la justice.

33Il remplit aussi une fonction stratégique en orientant les actions politiques et sociales qu’il favorise ou induit.

34Il est impossible de parler de développement durable sans évoquer sa fonction instrumentale : il peut être utilisé pour valider des décisions en offrant un cadre de référence permettant le traitement des controverses qui lui sont inévitablement liées.

35Le développement durable remplit enfin une fonction heuristique : il permet de structurer la recherche, les découvertes, les savoirs à maîtriser.

36Revérêt (2004), pour sa part, donne une fonction aux différents pôles du développement durable : l’intégrité écologique est une condition, l’efficacité économique un moyen, le développement social un objectif et l’équité, tout à la fois une condition, un moyen et un objectif. Faire du développement durable revient donc à « connaître les moyens de l'intégrité écologique, à réguler l'efficacité économique, à accompagner le développement de l'homme, à mettre en œuvre l'équité et à gouverner à partir du partage des informations pour prendre des décisions ».

  • 6  « L’utopie est un pays imaginaire où un gouvernement juste règne sur un peuple heureux ».

37Pour nous, l’utopie6 du développement durable, c’est la croyance dans l’indispensable contribution des générations actuelles à la construction d’un monde meilleur dans lequel tous les hommes pourraient vivre dans la nature et de la nature de manière juste, aujourd’hui et encore demain, dans le respect de leurs cultures et de leurs différences.

38Le développement durable ne manque pas d’actions, ni de cadre de référence. Bien des outils existent pour concrétiser l’ensemble de ses exigences… Mais les professionnels capables de les mettre en œuvre et d’alimenter leur diffusion sortent au compte-goutte des universités et des hautes écoles. Les programmes offerts sont plus centrés sur la gestion de l’environnement, sur la réconciliation économie et environnement ou sur l’éducation relative à l’environnement que sur le développement durable. Il est vrai que tous ces programmes s’occupent d’une partie du développement durable, mais pas nécessairement de l’ensemble. Il nous paraît donc impératif de former des professionnels capables d’aider à la décision dans cette matière pour voir avancer ce nouveau paradigme. Pour alimenter le contenu de la formation, nous nous sommes posés préalablement des questions sur la prise de décision en matière de développement durable et sur les outils à enseigner pour le mettre en œuvre.

Prendre des décisions pour un développement durable

39La prise de décision en matière de développement durable présente, de notre point de vue, quatre caractéristiques. La première intègre l'action locale avec une perspective globale (décisions "glocales"). Un autre élément important et porté d'ailleurs par beaucoup d'auteurs sous le terme "gouvernance" caractérise les décisions élaborées avec les parties intéressées ou parties prenantes. La troisième caractéristique de ces décisions c'est l'indispensable articulation entre plusieurs disciplines et valeurs dans un cadre explicite. Enfin, le développement durable est difficilement compréhensible sans une démocratisation accrue des processus de prise de décisions. Ces caractéristiques ensemble placent bien le développement durable dans le cadre d’une nouveau paradigme plus complexe et donc plus difficile à mettre en œuvre que la seule référence à des critères économiques ou environnementaux pour prendre des décisions univoques, simples et parfaitement irréalistes, même si elles paraissent très logiques !

Des décisions « glocales »7

  • 7  Néologisme composé de « global » et « local » Alejandro Rada Donath cite ce mot dans son livre : « (...)

40Le développement durable ne se planifie pas sans ancrage dans une réalité locale. Impossible d’imaginer un développement urbain durable qui signifie la même chose au Caire ou à Montréal.

41Mais sans réflexion globale, les actions locales perdent souvent leur pertinence par rapport au développement durable. Le phénomène des changements climatiques a beau être un enjeu planétaire, on ne lutte pas contre les gaz à effet de serre sans mettre en place des actions locales et sans interpeller les comportements individuels.

42S’il est intéressant de penser globalement et d’agir localement, on peut aussi inverser l’aphorisme de René Dubos et « penser l’action locale » (qui ait un sens pour répondre aux besoins perçus localement) pour générer des actions globales (qui ont un sens systémique et dont l’application tienne compte des dimensions planétaires des problèmes).

43Pour maximiser la prise en compte du local et du global, il importe de diversifier les acteurs impliqués dans les décisions et les critères qui président aux décisions.

Des décisions multi-acteurs

44Les acteurs du développement durable sont nombreux, porteurs d’avis divergents et de valeurs différentes. Leurs avis sont forcément subjectifs et diversifiés. Ils sont décideurs, experts, utilisateurs, politiciens, environnementalistes, industriels. On les nomme aussi citoyens, parties prenantes ou intéressées et même « agis » (Pictet, 1996, Maystre et Bollinger, 1999, Oberti, 2004) selon les auteurs. Ils ont tous un pouvoir décisionnel même s’il est informel et mal réparti.

45Ils vont porter des enjeux que l’on pourra qualifier de contradictoires ou d’irréconciliables a priori. Toutefois, la vision élargie amenée par ces acteurs permet une reconstruction originale des problématiques et enrichit en même temps la vision des autres acteurs. A partir du caractère subjectif des points de vue de chacun, le processus de prise de décision en commun permet la reconstruction d’une représentation « intersubjective » de la réalité (Pictet, 1996, Maystre et Bollinger, 1999) propice à l’élaboration de solutions complexes et bien plus réalistes généralement que les positions initiales des acteurs. Les controverses sont souvent considérées comme un frein à la prise de décision. Mais en matière de développement durable et parce qu’il faut inévitablement concilier des enjeux qui ne vont pas forcément dans le même sens, les controverses sont fort fréquentes, inévitables et surtout souhaitables (Callon, 2002).

46Pour que les décisions aboutissent et soient considérées comme démocratiques, il importe toutefois d’utiliser des procédures de prise de décision qui encouragent et respectent les différentes disciplines, enjeux et valeurs des parties en présence de manière explicite et que ce processus ne cherche pas « la » solution optimale mais favorise au contraire la prise de décisions pertinentes, partielles et révisables.

Des décisions multicritères

47Dire que le développement durable nécessite des décisions prises sur base de plusieurs critères simultanément, c’est un pléonasme !Par exemple : les coupes à blanc en forêt boréale imitent le mieux les perturbations naturelles de la forêt et du point de vue de l’écosystème, elles sont préférables à la coupe mosaïque, mais elles sont socialement mal acceptées (Bélanger, 2002).

48Une décision que l’on pourra qualifier avec les termes « développement durable » ne subordonne pas un critère à un autre. Elle les prend en compte de manière simultanée, même si c’est de manière diversifiée en fonction des contextes et des besoins des acteurs en présence. En matière de développement durable, il n’y a pas de décision optimale, seulement des accords sur des actions à mettre en œuvre aujourd’hui et quelque part.

  • 8  Les logiciels "Electre" et "Prométhée" sont particulièrement intéressants

49Nos décisions sont habituellement multicritères, bien que les différents facteurs soient pris en considération de manière peu formelle. L’aide à la décision multicritère informatisée8 permet de traiter des problèmes complexes, vus de manières diverses en fonction des acteurs, sous-tendus par des valeurs assez peu conciliables de prime abord. Mais elle oblige à renoncer à la croyance en une solution optimale. Elle incite donc à apporter des éléments de réponse à des questions dont la formulation peut être plus ou moins confuse et en tout cas évolutive. Elle fait reculer les frontières du possible, ce qui est une condition sine qua non pour la résolution de problématiques complexes caractéristiques des controverses environnementales quand on veut les surmonter dans une perspective de développement durable.

50Avec l'aide de logiciels appropriés (voir les avantages et inconvénients chez Schärlig par exemple, 1985 et 1996), la décision multicritère peut être contrôlée par les acteurs, elle est transparente et elle n’implique en aucun cas le renoncement à une vision du monde à laquelle on tient. Elle ne présuppose pas la bonne volonté ou la mauvaise foi de n’importe lequel des acteurs… Elle nécessite seulement un accord sur le fait de prendre des décisions qui respectent les enjeux de chacun dans la plus grande mesure du possible. Elle permet de documenter de manière très précise et transparente les affirmations énoncées au cours du processus.

51Utilisés avec un groupe, les outils informatisés d’aide à la décision multicritère aident à surmonter la loi de la jungle, celle du plus fort ou du plus bavard ou celle de celui qui a les meilleurs appuis ou la meilleure stratégie pour convaincre. Ils permettent aussi de rendre le vote inutile ou au moins de reculer le moment de son utilisation. Enfin, ils permettent souvent d’éviter la prise de décision par arbitrage ce qui fait douter de son caractère démocratique aux acteurs lésés par une décision qui leur paraît trop défavorable. Ce n’est pas l’outil informatique qui prend la décision, si non ce serait juste une autre forme d’arbitrage. Toutefois, il donne un cadre de référence structurant pour intégrer l’ensemble des critères, sans en oublier aucun. La conduite de groupes utilisant un outil informatisé d’aide à la décision doit donc être prise en charge par des professionnels du développement durable formé à la prise de décision participative pour formaliser les critères et discuter des résultats de l’analyse avec les acteurs.

52L’antagonisme des intérêts est parfois irréconciliable, c’est certain. Mais la prise en compte de certains enjeux rend le conflit plus constructif. « Utilisées avec à propos dans un processus de négociation (…) (les méthodes multicritères) permettent de repérer les écueils, les zones de friction ou au contraire les zones de convergence, qui induiront un processus d’apprentissage et d’innovation, permettant d’aboutir à une solution globalement préférable pour l’ensemble des acteurs qui s’étaient fixé pour objectif d’appliquer autre chose que la loi du plus fort » (Maystre et Bollinger, 1999, p. 51).

Des décisions démocratiques

53Prendre des décisions à plusieurs avec l’éclairage de plusieurs disciplines, cultures, acteurs, enjeux… n’est pas toujours une partie de plaisir et c’est souvent l’acteur le plus fort qui finit par l’emporter ou dans des situations d’arbitrage d’une instance « supérieure » quand il existe une loi qui permet d’imposer une décision. Le vote majoritaire avec cristallisation de la controverse au niveau d’une minorité qui s’exclut (et est de plus en plus exclue), renforçant ainsi ses revendications, est aussi une manière habituelle de sortir de ces situations. Le vote majoritaire est considéré comme démocratique, mais qu'en pensent les minorités ?

54L’aide à la décision multicritère permet de mettre en place une procédure de prise de décision plus démocratique : les décisions finales sont mieux partagées et leur mise en œuvre est donc moins sujette au phénomène de la résistance au changement. Maystre et Bollinger (1999) disent à propos de l'aide à la décision multicritère : « (…) la démarche proposée (…) oblige à jouer cartes sur table, à être loyal, à prendre en considération les points de vue des autres, même si on ne les partage pas du tout, à demander à chaque partie d’expliquer ce qu’elle entend, à rechercher ce qui est le plus souhaitable (...). Une aide à la décision, multicritère et négociée, (…)constitue un remarquable moyen d’éducation à la démocratie participative et communautaire. Les manœuvres en coulisse, la domination par la puissance, la déresponsabilisation résultant de cloisonnements organisés » ( p. 186) n’y résistent pas.

55Les processus de prise de décision démocratiques sont plus longs… Mais l’implication ainsi obtenue engage plus les acteurs et donne plus de valeur aux solutions retenues. (Bouthillier, 2003). Réaliser le travail ensemble permet aux acteurs de prendre de multiples micro-décisions, pas nécessairement communes, mais au moins en commun. Cette forme de prise de décision basée sur des échanges d'informations rend chacun un peu plus "responsable" du processus de prise de décision et de son contenu. Il faut toutefois accepter l’idée qu’une rationalité mieux partagée se construit dans le processus de prise de décision et que ce type de rationalité explicité est plus souhaitable que celui de n’importe quel acteur pris séparément. Ainsi, les controverses deviennent un haut lieu d’apprentissage (de toutes les parties !) et c’est un contexte particulièrement pertinent pour mettre en place des procédures de décision qui incluent les avis et critères d’acteurs aux intérêts divergents (Callon, 2002).

La mise en œuvre du développement durable

56Le développement durable sera plus facile à mettre en œuvre sur base de politiques publiques adéquates. Il nécessite aussi des grilles pour aider à la réflexion. Enfin, il est important de pouvoir mesurer les résultats atteints à l'aide d'indicateurs pertinents.

Les politiques publiques et les actions locales

57Le développement durable est surtout reconnu comme une déclaration d’intention plus ou moins internationale prise par des pays qui s’engagent à le transposer dans leurs propres systèmes législatifs ou normatifs. Le concept par son caractère vague et englobant est hégémonique. Etant donné le niveau de décision auquel il est défini, il ne faut surtout pas lui demander d’être plus précis, il deviendrait une dictature.

58Heureusement, les actions du développement durable viennent autant des acteurs locaux que de la planification stratégique qui est du ressort des pouvoirs publics. Les déclarations d’intention internationale et les politiques publiques entérinent la nécessité de ces actions et créent en même temps un contexte favorable à leur émergence.

59Les destinataires et les exécutants d’une "politique" ne sont jamais passifs nous rappelle Monnier (1992) : leurs choix construisent l’action autant que les politiques de départ. Les politiques sont ainsi redéfinies à partir des feed back suscités par leur mise en œuvre Ainsi, des actions dont les résultats peuvent apparaître mitigés par rapport à des objectifs de départ flous, peuvent néanmoins faire évoluer sensiblement les représentations sur le problème à résoudre grâce à l’action des maîtres d’œuvre et aux réactions des bénéficiaires. Par exemple : les actions de pure conservation avaient des effets contre intuitifs si importants qu’il fallait adapter les politiques. Si le concept même de développement durable est aujourd’hui aussi complexe et probablement plus opérationnel, c’est bien parce qu’il a fait l’objet de nombreuses redéfinitions suite aux actions menées par les acteurs de terrain et à la pléthore de réflexions qui ont été engendrées par sa mise en œuvre.

60Les politiques publiques sont donc des orientations générales, plutôt des déclarations d’intention que des objectifs mesurables (Monnier, 1992). Les décideurs n’identifient pas souvent des objectifs clairs et hiérarchisés pour les actions qu’ils financent. Ils procèdent rarement, à un moment précis, à un choix formel entre plusieurs actions qu’ils pourraient mener. Leurs décisions ne sont pas « prises ». Elles émergent de l’échange de points de vue et d’arguments émanant de différentes parties intéressées. Ces décisions sont le plus souvent un compromis conforme au rapport de forces en présence à ce moment-là. « La tentative de rationalisation des choix budgétaires, comme celle de planification, occulte donc le fait que le mode de prise de décision publique dans les démocraties complexes reste une négociation politique et un ajustement mutuel d’intérêts » (Monnier, 1992, p.19).

61Les visions du développement durable se construisent au niveau de sa mise en œuvre. Bien que la définition issue du rapport Brundtland soit retenue universellement, sa traduction en engagements ou en actions n’est pas uniforme. M. A. Caron et all (2004) parlent de «la théorie de l’acteur-réseau». Selon leur analyse des rapports de développement durable de trois grandes entreprises, «l’innovation ne sera adaptée qu’après avoir été traduite», c'est-à-dire réinterprétée, selon la logique propre de chaque acteur qui l’adopte, et déplacée par rapport aux intentions initiales des promoteurs. Le développement durable ne peut donc exister que dans sa traduction contingente à des acteurs particuliers pour des situations contextualisées. Les modèles trop simplistes ne peuvent plus rendre compte de cette complexité.

Des grilles pour réfléchir le développement durable

62Les grilles et les modèles permettent de se représenter des projets, de préciser leurs impacts sur des composantes de l’environnement social, bio-physique ou économique, d’examiner les interactions entre les actions envisagées et de poser des hypothèses. Elles aident à orienter les discussions, à favoriser les compromis et à identifier des indicateurs pertinents pour juger de l’adéquation d’un projet avec le développement durable.

63Il existe actuellement à notre connaissance quelques grilles permettant d’orienter les actions pour les rendre plus conformes à l’acception actuelle du terme, dépassant la seule conservation de la nature ou la simple réconciliation environnement et économie, qui n’est rien d’autre finalement que de l’efficacité économique avec un idéal un peu noble.

64Par exemple, le gouvernement suisse a tenté de répondre à cette problématique en élaborant en 2002 une grille intitulée : «des postulats pour indiquer la direction à suivre». Pour chaque pôle du développement durable, des objectifs ont été explicités. Pour sa part Claude Villeneuve9 a proposé une grille d’analyse du développement durable depuis 1999, révisé en 2001 et en 2003. Cette grille comme le modèle suisse pose des objectifs associés à chaque pôle du développement durable. Ce modèle de se distingue du premier par l'ajout du pôle "équité". De façon non exhaustive, le lecteur intéressé pourra consulter d'autres grilles sur les sites repris en note10.

65En 2003-2004, la Chaire en Éco-conseil de l’UQAC a aidé la table du développement durable des collectivités du Groupe interministériel fédéral de développement durable à restructurer sa grille appelée la « Lentille du développement durable » pour la formuler par objectifs selon les trois pôles du modèle utilisé par le Gouvernement du Canada. Cette grille devrait servir à l’analyse d’un ensemble de projets soumis au Gouvernement fédéral dans la région du Québec à compter de l’automne 2004.

66Au gouvernement du Québec, Benoît Gauthier, de la division du patrimoine écologique du Ministère de l’Environnement travaille depuis une dizaine d’années sur un modèle et une grille d’analyse du développement durable basé sur le concept d’écosociété. L’auteur ramène l’ensemble du questionnement nécessaire à la prise de décision en une équation (Gauthier, 2003, 2004).

67Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement a aussi développé des grilles s’appliquant à des types de projets qui lui sont soumis sur une base régulière et qui se caractérisent par un ensemble de questionnements permettant aux commissaires de préparer leur analyse. Le contenu des grilles d’analyse s’inspire des principes du développement durable et de l’expérience des analystes du BAPE. Ces grilles sont non exhaustives et évolutives (BAPE 2004).

Des indicateurs pour mesurer les résultats de la mise en œuvre du développement durable.

68Il existe des indicateurs de toutes sortes et sur tous les thèmes du développement durable…Ils ont pour objectif de mesurer la vision et les efforts déployés à partir des engagements pris par les ministères, les administrations, les entreprises, les communautés… dans leurs stratégies de développement durable. On retient en principe que des indicateurs doivent être pertinents, c’est-à-dire qu’on puisse relier leur évolution à une action ou à une prise de décision. Ils doivent aussi être peu coûteux à documenter et assez sensibles dans une période compatible avec la prise de décision. Enfin, dans l’ensemble d’un tableau de bord, ils doivent refléter la complexité d’un projet de développement durable.

69Le choix des indicateurs de développement durable est ardu, ce qui explique l’abondante littérature sur le sujet et les milliers d’indicateurs de toute nature qui ont été développés dans le monde. Deux tendances se dessinent : les indicateurs composites et les batteries d’indicateurs.

70L’utilisation d’indicateurs composites permet une vue globale rapide et synthétique. Mais elle se heurte à plusieurs difficultés : il est très hasardeux d’interpréter leur évolution et de l’attribuer à une cause spécifique et ils ne sont pas assez sensibles pour voir l’évolution des projets plus localisés et à court terme.

71Plutôt que de privilégier des indicateurs composites qui voudraient tout englober, l’autre tendance favorise la sélection d’une batterie d’indicateurs constituant un tableau de bord qui servira à éclairer la prise de décision et le pilotage d’un projet. Ces indicateurs mesurent de façon plus nuancée l’efficacité des actions. Malheureusement, la multiplicité des indicateurs entraîne des coûts pour la cueillette des données et ne résout pas complètement le problème de l’interprétation.

  • 11  Disponible en ligne http://www.tableaudebord-slsj.ca

72On peut trouver des indicateurs à l’échelle mondiale, dont l’IDH (Indice de développement humain) compilé chaque année par les Nations Unies, des indicateurs associés avec les objectifs de la déclaration du millénaire, ou encore des indicateurs beaucoup plus spécifiques, liés à un pays ou à une région. Par exemple le tableau de bord du Centre québécois de développement durable dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean11.

73La Chaire en Éco-conseil a constitué un tableau de bord d’indicateurs pour les pays de la Francophonie en collaboration avec l’Institut de l’environnement et de l’énergie pour la francophonie (IEPF) et l’Agence de la Francophonie, en lien avec le sommet des chefs d’état qui s'est tenu à Ouagadougou en novembre 2004.

74Impossible d’être exhaustif dans ce domaine tant il est vaste et tant les gestionnaires mettent de la créativité à élaborer des indicateurs parfois très sophistiqués, parfois très simples au contraire, documentés ou fort peu et quelquefois loufoques ou impossibles à compiler ou à interpréter.

La professionnalisation du développement durable : un enseignement adapté

75La gestion du complexe devient une nécessité pour la mise en œuvre du développement durable, mais elle induit la maîtrise et l’utilisation de compétences appropriées. Pour les futurs professionnels, une formation centrée uniquement sur les sciences de la nature est insuffisante. Une formation centrée sur l’efficacité économique ne permettra pas d’intégrer les aspects sociaux et de gouvernance et fera le plus souvent l’impasse sur l’équité. Une formation en éthique sera lacunaire… et une formation en silo ne convient pas. Par contre, une formation qui intègre ces différents éléments autour d’apprentissages liés à la gestion de projets complexes préparera les futurs professionnels à l’exercice d’un métier dans lequel la créativité, la responsabilisation et l’adaptation aux fluctuations d’un contexte sont valorisées et permettront de saisir les occasions offertes par les politiques publiques et les changements intervenant dans les perceptions des acteurs.

76Dans les paragraphes qui suivent, nous allons parler de la formation des éco-conseillers, professionnels du développement durable. Cela ne veut évidemment pas dire qu'il n'y a pas d'autres professionnels du développement durable que les éco-conseillers.

77Pluraliste, généraliste, vulgarisateur, porteur des différents pôles du développementdurable et compétent dans la gouvernance participative, l’éco-conseiller est formé pour développer des méthodes d'aide à la décision qui induisent le développement durable. Il apprend aussi à utiliser différentes grilles d’analyse et à faire évoluer les modèles de référence pour élaborer des hypothèses et trouver les moyens afin de mettre le développement durable en action.

78Sa formation est multidisciplinaire, elle porte le paradigme du développement durable, elle est multiculturelle et centrée sur l’action.

Multidisciplinaire

79Nous ne sommes plus au Moyen Âge et il n’est plus possible de former des génies ayant maîtrisé tous les savoirs qui sont les nôtres aujourd’hui. Nos connaissances actuelles sont bien trop riches et trop diversifiées. Par ailleurs, il faut des systèmes de référence robustes pour agir sur des réalités considérées comme complexes. Les éco-conseillers doivent donc apprendre à être des généralistes capables de comprendre les différents discours ou au moins de les acquérir autour d’un projet particulier et de gérer des groupes multidisciplinaires dans lesquels chaque acteur peut défendre son point de vue avec ses meilleurs arguments. Parallèlement au caractère généraliste de sa formation et de ses interventions, ce professionnel apprend aussi à travailler en réseau. Il ne doit certes pas tout savoir, mais il est indispensable qu’il sache où aller chercher ce qu’il ne sait pas.

80Même au niveau des universités, la réflexion sur la multidisciplinarité est en cours et il existe bien peu de formations intégrant les différentes disciplines dans leur cursus.. Une formation multidisciplinaire se contente souvent de juxtaposer des contenus issus de disciplines différentes et l’on compte sur les étudiants pour construire l’interdisciplinarité. La dimension humaine du développement durable reste souvent sous-estimée, alors que le caractère anthropocentré du concept devrait induire une attention particulière accordée à ce champ de connaissances.

81Les éco-conseillers formés depuis 1988 en Europe et depuis 2002 au Québec bénéficient d’un programme qui tente de surmonter les difficultés de la formation en silo. Elle intègre de manière marquée la dimension humaine (la moitié du cursus) et induit l’apprentissage de disciplines scientifiques rendues complémentaires grâce à leur articulation dans des projets complexes.

82Par exemple : au Québec, le travail intitulé " le projet " exige des étudiants qu’ils organisent pour une institution réelle une action relative au développement durable. L’évaluation, et donc la note, porte autant sur la capacité de l’étudiant à agir dans une organisation (psychosociologie des organisations) que sur la qualité des propositions d’actions éclairées des données des sciences fondamentales pertinentes. La note finale comporte un pourcentage associé à l’explicitation des savoirs théoriques utilisés. L’évaluation des acquis des étudiants se réalise de manière transversale pour ancrer chez les apprenants la nécessité d’apprendre les différentes compétences de manière imbriquée.

83Les différents dispositifs mis en place dans la formation favorisent les représentations multidisciplinaires intégrées des réalités. Sans cette force, les contingences du terrain vont faire oublier aux professionnels que leur premier rôle est de favoriser l’émergence de nouvelles représentations du monde élargies grâce aux différents systèmes de références des acteurs avec lesquels ils travaillent et dans la perspective de trouver des solutions et de prendre des décisions qui relèvent du développement durable.

 Agent de changement et aide à la décision

84Les professionnels du développement durable sont des agents de changement, mais on ne change pas un paradigme de pensée dominant sans aller à contre courant des idées reçues. Donc, un éco-conseiller n’est pas un militant de l’environnement, il n’est pas non plus un économiste du développement durable, ni un syndicaliste des régions. Il est un professionnel qui s’inscrit dans un autre paradigme que ceux-là, qui ne les exclut en aucun cas mais ne les inclut pas non plus tout à fait. Son rôle d’interface entre les autres acteurs en fait un responsable de la nécessaire interaction entre les différents pôles du développement durable, pas pour occuper une place centrale mais pour favoriser des décisions incluant tous les critères locaux et globaux nécessaires aux décisions qui s’en réclament.

Travailler avec les cultures

85Puisque nous pensons qu’il n’est pas possible de faire du développement durable sans respecter et s’appuyer sur les différentes cultures et qu’elles sont déterminantes dans la réussite de projets, les professionnels du développement durable doivent acquérir des habiletés dans ce domaine.

86A Chicoutimi, cet aspect de l’apprentissage des éco-conseillers est intégré dans le programme par les moyens suivants. Le groupe des étudiants est très hétérogène sur base des formations initiales. Les âges des étudiants varient de 24 à 48 ans. Les cohortes comportent des ressortissants de pays d’Europe, d’Afrique, d’Amérique du sud et du Canada. Les étudiants entre eux sont donc naturellement amenés à côtoyer des individus qui portent des valeurs culturelles qui ne sont pas les leurs.

87Les étudiants sont aussi amenés à connaître une autre culture en vivant ses a priori dans la relation homme – nature. Une immersion dans la forêt boréale pour vivre " comme les Ilnus du Lac Saint Jean " est organisée en tout début de programme. À cette occasion, les étudiants découvrent des activités traditionnelles d’un peuple chasseur-cueilleur et assistent à une conférence sur les fondements de cette culture.

88Même immergé dans une culture, on n’est pas automatiquement capable de travailler dans des contextes multiculturels ou d’intégrer des éléments de culture dans des projets de développement. Le cursus inclut donc un cours sur la communication interculturelle pour apprendre à se distancier des a priori de n’importe quelle culture, y compris la sienne.

Utiliser des outils et formaliser des pratiques

89Les pratiques développées par les professionnels doivent faire l’objet de recherches et de formalisation pour pouvoir être enseignées aux futurs professionnels dans un cursus universitaire. Si les outils utilisés aujourd’hui restent dans "l'agir professionnel" (Schön, 1994), sans transfert dans d'autres contextes par manque de recherches et d'enseignement de ces pratiques, il y aura toujours un discours dominant pour déplorer le fait que le développement durable ne se concrétise pas parce qu’il n’existe pas d’outils. C’est seulement s’il existe un savoir formalisé issu des pratiques et enseigné à de futurs professionnels que l’on pourra dire que les outils existent. Les connaissances à enseigner ne sont en effet pas « nouvelles » et ne nécessite peut être pas de recherches fondamentales. Elles nécessitent plutôt des recherches-actions.

90Il importe donc que l’éco-conseiller apprenne à prendre distance par rapport à ses propres pratiques. Parallèlement à ce travail de terrain, il importe également que des chercheurs tentent de formaliser suffisamment ces pratiques pour les rendre enseignables.

91Il est évident que les outils pertinents par rapport à un contexte continueront à s’affiner dans l’action. Décider de se servir de l’aide à la décision multicritère informatisée n’est pas faire du développement durable, il faut lui ajouter une approche psychosociale qui va permettre le transfert de l’outil dans une situation particulière toujours plus complexe qu’un modèle, toujours différente de l’étude de cas, une réflexion à refaire pour toutes les situations particulières… et toutes les situations incluant des humains sont particulières à certains égard : « …chaque situation est unique par ses acteurs et ses circonstances, encore davantage que par son objet concret » (Maystre et Bollinger, 1999).

Conclusion

92Le concept de développement durable permet l’articulation dans une logique suffisamment cohérente de toute une série de décisions et d’actions. Il permet d’expliciter la complémentarité et la nécessité de chacun des pôles et l’éclairage des enjeux par des approches disciplinaires multiples.

93Il y a des champs dans lesquels ces pôles, considérés au départ comme antagonistes, sont devenus au fil des discussions et des actions tout à fait complémentaires. Ainsi, l’Education relative à l'environnement sert particulièrement les pôles environnemental et social, les systèmes de gestion de l’environnement, les pôles économique et environnemental, … et tous les systèmes de participation, le pôle équité ou celui de la gouvernance. Et il est même des domaines où une synergie entre les 4 pôles est le fondement même de l’action. Les certifications forestières par exemple qui font intervenir la consultation du public trouvent là un champ d'application particulièrement adéquat. On y intègre les aspects économiques (exigences du marché), sociaux (utilisations multiples de la forêt), environnementaux (protection de la biodiversité) et de gouvernance (décisions prises en groupe par l’association des acteurs à la mise sur pied d'indicateurs d'aménagement forestier durable).

94Il n’est pas besoin que chaque action de chaque acteur séparément intègre tous les pôles : il suffit qu’elles puissent coexister, ce qui est un fait! Mais aussi se reconnaître l’une l’autre et partager des interfaces. Le développement durable est un moyen autant qu’une fin, un système de pensée organisé pour comprendre et agir sur le réel, il est complexe et pourtant simplifie la tâche de ceux qui veulent prendre des décisions avec plus de conscience.

Haut de page

Bibliographie

Acot P. (1988) - Histoire de l’écologie, Presses Universitaires de France, 285 pages

BAPE (2004) - Grilles d’analyse de projets (en ligne) http://www.bape.gouv.qc.ca/sections/rapports/grille/index.htm

Bélanger L. (2002) - L'aménagement intégré et l'aménagement écosystémique: le défi de l'acceptabilité sociale. Colloque sur la planification forestière. L’aménagement intégré des ressources en milieu forestier : concepts et outils. 31 octobre et 1er novembre. Université du Québec à Rimouski.

Callon M, Lascoumes P, Barthe Y, (2OO1) - « Agir dans un monde incertain, essai sur la démocratie technique », Seuil, La couleur des idées.

CMED (1988) - Notre avenir à tous, rapport de la commission mondiale sur l’environnement et le développement.

Côté M.A. et Bouthillier L. (2002) - Assessing the effect of public involvment processes in forest management in Quebec, Forest Policy and Economics, 4, p. 213 à 225.

Di Castri F. et Younès T. (1996) - Biodiversity, Science and development, towards a new partnership, Cab International.

Di Castri F. (2002) - Les conditions gagnantes du développement durable, Actes du colloque de Dakar, Francophonie et développement durable, quels enjeux, quelles priorités, IEPF.

Gauthier B. (2003) - Les trois pôles du développement durable, Le Naturaliste Canadien, 127 :2, p.89-97

Gauthier B (2004) Conférence prononcée dans le cours "Analyse et synthèse de projets de développement durable" Éco-conseil, Chicoutimi 12 février 2004

Genot J.C. (2003) – Quelle éthique pour la nature ? Edisud.

Goenen T. (1994) - L'analyse multicritère comme outil d'aide à la concertation dans le cadre d'un contrat de rivière, mémoire FUL,

Huybens N. (2002) - Prise en compte d’une approche multidisciplinaire et multiculturelle dans le cadre d’une formation universitaire de deuxième cycle pour des professionnels du développement durable, in actes du colloque Environnements, cultures et développements, Niort, 7 et 8 novembre.

Maystre L.Y., Bollinger D. (1999) - Aide à la négociation multicritère, pratique et conseils. Presses polytechniques et universitaires romandes.

MAB (1981)- L’écologie en action, UNESCO.

Morin E. (1999) - Les sept savoirs nécessaires à l'éducation du futur. Paris : UNESCO.

Oberti P. (2004) - Décision publique et recherche procédurale : illustration d’une démarche multicritère à la localisation participative d’un parc éolien en région corse. Journées de l’Association française de Science économique, Université de Rennes 1, 18 et 19 mai.

Pictet J. (1996) - Dépasser l’évaluation environnementale Presses polytechniques et universitaires romandes.

Réverêt J.P. (2004) - Le développement durable, une utopie. Présentation au congrès de l’Associaiton des économistes du Québec, Québec le 6 mai.

Sauvé L., Berryman T. et Brunelle R. (2002) - Éducation, environnement et développement : la culture de la filière de l’ONU, in actes du colloque : Environnements, cultures et développements, Niort, 7 et 8 novembre.

Schärlig A. (1985) - Décider sur plusieurs critères, panorama de l’aide à la décision multicritère, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Schärlig A. (1996) - Pratiquer Electre et Prométhée, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Schön D. (1994) - Le praticien réflexif. A la recherche du savoir caché dans l’agir professionnel, Les Editions Logiques Inc.

Terasson F. (1997) - La peur de la nature, Au plus profond de notre inconscient, les vraies causes de la destruction de la Nature, Editions Sang de la terre

Villeneuve, C. (1998) - Qui a peur de l’an 2000 ? Guide d’éducation relative à l’environnement pour le développement durable, Multimondes.

Villeneuve, C. (1999, révisé 2001 et 2003) - Comment analyser un projet de développement durable, Chaire en Éco-conseil, en ligne http:// dsf.uqac.ca/Éco-Conseil.

Villeneuve C et N. Huybens (2002), Les éco-conseillers, promoteurs et acteurs du développement durable, in : VertigO, vol. 3, n° 3.

Villeneuve C. et Richard F. (2001) – Vivre les changements climatiques. L'effet de serre expliqué, Multimondes.

Villeneuve C. (2002) – Johannesbourg, le défi de la crédibilité. Conférence prononcée lors du sommet parallèle des ONG québécoise, en ligne http:// dsf.uqac.ca/Éco-Conseil.

Vérificateur Général du Québec (2004) - Rapport à l’assemblée nationale pour l’année 2003-2004.

UNESCO (1970) - Actes de la conférence internationale d’experts sur les bases scientifiques de l’utilisation rationnelle et de la conservation de la biosphère, Paris.Image1

Haut de page

Notes

1  Par exemple, le concept a fait l’objet d’un chapitre du rapport de la vérificatrice générale par interim du Gouvernement du Québec (VGQ, 2004). Au bureau de la Vérificatrice générale du Canada, on trouve une commissaire au développement durable qui analyse chaque année la performance du Gouvernement du Canada dans ce domaine.

2  Union Internationale pour la Conservation de la Nature

3  Le programme MAB est né en 1970 à la suite de la conférence intergouvernementale de Paris 1968.

4  Comité 21, Territoires et développement durable http://www.comite21.org/guides/ed.d..htm

5  « l’ouverture des sciences économiques sur l’étude de l’environnement et du développement durable, nécessite de considérer concomitamment des préoccupations d’ordre écologique, économique, sociale et éthique (…) en des termes non exclusivement monétaires ou utilitaristes afin de faciliter le dialogue et la démarche participative" (c'est nous qui soulignons).

6  « L’utopie est un pays imaginaire où un gouvernement juste règne sur un peuple heureux ».

7  Néologisme composé de « global » et « local » Alejandro Rada Donath cite ce mot dans son livre : « développement et renaissance des régions » (2003), mais il en existe probablement des versions antérieures.

8  Les logiciels "Electre" et "Prométhée" sont particulièrement intéressants

9  La grille est disponible pour consultation sur le site http://dsf.uqac.ca/eco-conseil

10  www.areneidf.org/emploi/pdf/auto_evaluation.pdf, www.agora21.org/a21local/grille.html, www.ademe.fr/aquitaine/fichiers/etude/devdurable/commentaires.doc

11  Disponible en ligne http://www.tableaudebord-slsj.ca

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Huybens et Claude Villeneuve, « La professionnalisation du développement durable : au-delà du clivage ou de la réconciliation écologie – économie », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 5 Numéro 2 | novembre 2004, mis en ligne le 01 novembre 2004, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/3515 ; DOI : 10.4000/vertigo.3515

Haut de page

Auteurs

Nicole Huybens

Professeurs, Département des sciences fondamentales de l'Université du Québec à Chicoutimi, Programme d'études supérieures spécialisées en éco-conseil, nicole_huybens@uqac.ca

Articles du même auteur

Claude Villeneuve

Professeurs, Département des sciences fondamentales de l'Université du Québec à Chicoutimi, Programme d'études supérieures spécialisées en éco-conseil, claude_villeneuve@uqac.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page