Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesLectures2022Le fleuve qui voulait écrire

2022

Le fleuve qui voulait écrire

Paris, Les liens qui libèrent, 2021
Jean-Pierre Husson
Référence(s) :

Tolédo, C., 2021, Le fleuve qui voulait écrire, Paris, Manuella Editions-LLL Les liens qui libèrent, 377 p.

Texte intégral

1Ce volume est atypique et attachant par bien des entrées. Il est publié par Manuella ditions, une maison parisienne ouverte à la création contemporaine. Le livre attire d’abord par sa présentation artistique et son écriture dialoguée, parfois poétique. Le fil directeur du propos affiche l’envie d’avancer pour défendre l’homéostasie (p. 182). C’est le savoir profond relationnel mobilisé pour préserver l’équilibre d’un écosystème. En second, le lecteur apprécie la posture scientifique pluri et transdisciplinaire retenue. Elle est portée par le récit qui donne de la chair et de l’épaisseur temporelle à la Loire vue comme un objet écosystémique complexe. Cette posture agissante, militante est comprise comme étant une forme de service public de l’imaginaire où la politique serait portée par l’imagination et l’anticipation. Le livre est à rapprocher des vingt années en cours des travaux effectués dans le cadre de la ZAL (Zone Atelier Loire).

2Fiction et narration apportent des clés de lecture à nos questionnements inquiets sur la capacité de résistance et de résilience des hydrosystèmes. Les auditions du parlement de la Loire osent prendre pour projet d’avenir de construire une personnalité juridique à ce fleuve via son « droit de cité » (p. 228). Ce projet prend forme et s’élabore au cours des échanges et interrogations transcrits au fil des questions et réponses échangées avec des personnalités. Les cinq chapitres appelés Jours proposent une suite de textes roboratifs. Ils sont l’expression de dialogues nourris, argumentés lors de séances ouvertes au public (voir à ce sujet les clichés intentionnellement tirés en noir et blanc pour présenter l’auditoire : pp. 28-29, pp. 104-105, pp. 138-139, pp. 226-227). Les personnes référentes auditionnées par ce parlement apportent une parole libérée, souvent enthousiaste, animée par l’utopie. Une dose certaine d’audace traverse le livre, s’affiche dans les idées avancées. Le débat s’énonce dans le souci d’innover, en empruntant des chemins de traverse. Au total, treize personnes parfois réunies en duo se sont prêtées aux questions formulées au nom de la commission. Les réponses sont force de proposition pour dessiner les contours d’êtres juridiques émergents. Elles apportent et développent des idées et des postures courageuses, souvent inédites. Elles intègrent des perceptions sensibles afin de sortir d’un espace public contraint, canalisé, construit (p. 222), seulement cartésien. Le parlement est un lieu pour parler, échanger, donner des avis techniques utiles pour préparer l’avenir, faire émerger un « théâtre de questions » (p. 9), mais également révéler tout ce qui est topique, ce qui fait les lieux.

3Les vivants non humains sont interrogés via l’hydrosystème et l’habitat « Loire », ce qui semble être une première en France métropolitaine, mais a déjà été réalisé et réussi dans les iles de la Loyauté (Nouvelle-Calédonie). En 2014, la personnalité juridique y a été accordée à des animaux (p. 128), ce qui représente une bascule juridique inédite. Transposé sur le bassin de la Loire, un nom étymologiquement affilié à liger, limon (p. 99), l’objectif prend une dimension d’expertise sans précédent. L’ambition est de dessiner les contours d’une personnalisation juridique du plus grand et probablement très fantasque bassin hydrologique de l’Hexagone. Pour cela, le livre revêt la forme d’un dialogue constructif fait d’échanges entre la commission et des invités. Il s’agit d’en finir avec les formes de prédation de la ressource. Le fleuve qui voulait écrire est un processus au long cours pour apporter de l’imagination dans les actions territoriales, par exemple en sollicitant les savoirs archaïques enfouis, voire en osant débâtir (p. 63). Il s’agit de respecter, comprendre la colère exprimée par le vivant agressé. La hausse moyenne de deux degrés de la température du fleuve (p. 140) accélère l’eutrophisation pour perturber la globalité du système Loire. Cette modification des eaux génère des dysfonctionnements, en particulier pour le poisson migrateur appelé alose. Globalement, l’idée est de voir émerger de nouvelles « personnes » juridiques. Avec l’usage de quels mots ? Le volume est divisé en quatre jours où sont retranscrits des échanges de jeux de questions-réponses, succède ensuite un cinquième jour qui est temps de délibérations.

4Le premier jour accueillit le philosophe Bruno Latour et Frédérique Aït-Touati afin de se créer un chemin dans les mots : passer de chose à personne, évoquer le parlement pour entendre et écouter, inventer de nouvelles cartes pour s’approcher des logiques du vivant (p. 49). L’idée est de faire évoluer l’écriture juridique des territoires qui réagissent à nos actions. Il convient de suivre le sillon tracé par Gifford Pinchot, Baptiste Morizot et surtout Aldo Léopold qui nous a enseigné qu’une chose est juste quand elle contribue à préserver l’intégrité, la stabilité et la beauté de la communauté abiotique (p. 181). La même journée sont auditionnés l’archéologue Virginie Serna et le paysagiste Bruno Marmiroli. Pour eux, le fleuve respire avec de vastes amplitudes ponctuées de crues, de débordements (catastrophe de 1846 mise en image reproduite p. 92-93) et d’étiages. Cette affaire de temps long aboutit à nos temps techniques peu solubles, peu digestes (p. 78). Pour, sinon y remédier et au moins en réduire les effets, il est souhaitable de travailler les emmêlements (p. 77), les liens qui construisent le milieu.

5Le second jour convoque trois spécialités. Les juristes Jacques Leroy et J.-Pierre Marguénaud eurent à débattre des voies à emprunter afin de donner une personnalité juridique à la Loire, sachant qu’une personne est toujours une entité qui a des droits (p. 111), que le classement Unesco du Val de Loire abonde dans ce sens, celui du respect à accorder aux lieux. Reconnaître la personnalité juridique des écosystèmes permet de se défendre en justice. C’est un levier enviable face aux défis écologiques qui se dessinent. En 2017, la Nouvelle-Zélande s’est engagée dans cette voie en accordant la personnalité juridique au fleuve Whanganui (p. 123). Contrairement au droit américain associé à la notion d’obligation (p. 127), le droit français permet des ouvertures en direction de la « personnification » des animaux, des fleuves, des montagnes, et cetera. La consécration de la notion de préjudice écologique née des suites du naufrage de l’Erika (1999) plaide en faveur de cette avancée. L’écologue Catherine Boisneau est à la recherche des permanences comme mesure de la bonne santé d’un système. L’alose est abordée comme une sentinelle écologique. Ce poisson migrateur de la famille des sardines est un bio indicateur du fleuve. Sa présence permet d’éclairer les interdépendances du vivant (p. 158). L’écologie nous invite à penser comme la Loire. La philosophe Catherine Larrère, spécialiste d’éthique environnementale, intervient pour dire qu’il faut changer de mode de pensée afin de combattre un problème né d’une précédente logique. L’inspiration peut venir des approches amérindiennes, amazoniennes ou maories de la nature (p. 165). La Terre-mère (Pachamama) est reconnue dans la constitution de l’Équateur. L’élément naturel agit en justice en son nom propre. Elle cite Michel Serres pour qui le scientifique « fait parler la nature et parlemente avec elle » (p. 178).

6Le troisième jour traite des conflits et négociations entre les espèces. Trois auditionnés sont écoutés. Valérie Cabanes, auteure d’un nouveau droit pour la terre aborde l’idée de protéger le vivant en général. Elle mobilise les sagesses autochtones et le principe de décider pour sept générations (p. 197). Gabrielle Bouleau, socio politiste à l’Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (INRAE), invite à aborder les objets par les couleurs, les bruits, les odeurs, les textures. Par exemple, comment évoquer un méandre ? À partir du flux, des galets, de la dissymétrie des rives (p. 219) ? S’engager dans cette démarche permet à une question d’entrer dans le cône de visibilité de la discussion publique (p. 221). Le sujet se décline encore en émotion et en mobilisation des sens. Matthieu Duperrex, narrateur de paysages abimés (p. 239) traite le sujet à partir de l’expression générique de mal commun. Ceci est à replacer dans le contrat social étendu à la personnification de la Loire afin qu’elle puisse dire « Je ». Cet intervenant demande comment faire société avec ce qui abîme la terre ? En multipliant les désinstallations de barrages ? Avec le recours à l’ensauvagement ?

7Le quatrième jour prend pour titre « vers des institutions animistes ». Sacha Bourgeois-Gironde travaille sur la métaphysique du temps et aborde l’anthropomorphisation des rivières, de l’eau, des sources. Selon lui, ces éléments pourraient être appréhendés comme étant des membres de la famille, ès qualité d’ancêtres immémoriaux et présents (p. 285), comme organisation binaire entre le public et le privé. Ce contributeur pose trois questions. Que veut la rivière ? Quel est son point de vue ? À quoi ressemble son monde (p. 298) ? Marie-Angèle Hermitte développe la notion d’animisme juridique comme troisième voie. Elle serait un levier pouvant soutenir la logique de protection classique jugée si vulnérable par rapport au droit des affaires (p. 310). Ce choix emprunte trois chemins entrelacés afin d’émanciper la Loire. Il s’agit de la dimension indigène, du spirituel, de la recherche scientifique.

8Le cinquième jour sont réunies les délibérations. Elles partent du principe que la personnalité juridique à accorder à des éléments de nature n’est pas une étrangeté (p. 329). Le livre inaugure, s’élance. Il anime la nature, avec des savoirs mis en mouvements avec l’aide du récit, avec la mobilisation d’espèces fétiches. Le monologue du fleuve est en route, à la rencontre d’autres temps. Les pages 343 à 363 finissent avec des synthèses crayonnées de croquis systémiques où interfèrent actions, rétroactions, ruptures.

9En conclusion, ce livre est généreux, riche des dialogues croisés rencontrés, de la liberté de ton qui s’y exprime, d’une utopie bienfaisante qui nous porte et encore des transpositions en bifurcations qu’il nous lance pour améliorer collectivement l’avenir. Son intensité affective à rapprocher de l’idée de cristallisation (p. 223) chère à Stendhal nous interroge et nous invite à l’action.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Husson, « Le fleuve qui voulait écrire », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 03 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/35659 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.35659

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Husson

Professeur émérite de géographie, laboratoire LOTERR EA 1105, Université de Lorraine, France, adresse courriel : husson18@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search