Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesRegards / Terrain2022Étude des modes d’approvisionneme...

2022

Étude des modes d’approvisionnement en eau potable et des stratégies de réhabilitation des points d’eau modernes ruraux en zone tropicale humide : cas de la Commune de Mvangan au Cameroun

Victor Dang Mvongo, Théophile Fonkou et Célestin Defo

Résumés

Le présent article vise à fournir les informations locales sur l’accès à l’eau potable et les modèles de gestion des services dans la Commune de Mvangan (Région du Sud-Cameroun). De manière spécifique, l’article dresse l’état des lieux de l’accès à l’eau potable dans la Commune de Mvangan, identifie les facteurs qui influencent la durabilité des modèles de gestion, et propose un modèle de gestion durable des services d’eau dans la Commune de Mvangan. Les données ont été collectées à partir de la visite de terrain, des observations directes, des entretiens avec les utilisateurs des points d’eau, du diagnostic des points d’eau, et de 100 fiches d’enquêtes administrées au comité de gestion des points d’eau. Les résultats ont révélé que le parc hydraulique de la Commune de Mvangan compte cent vingt-sept (127) points d’eau modernes dont quatre-vingt-quatre (84) puits, onze (11) forages et trente-deux (32) sources aménagées. Environ 62% des points d’eau fonctionnent, 75% des pompes à motricité humaine sont en bon état, et 74,34% des besoins en points d’eau sont couverts. La maintenance des points d’eau s’effectue en régie communale. Les résultats révèlent également que l’irrégularité du suivi, la faible fonctionnalité des comités de gestion des points d’eau (CGPEs), la faible structuration de la chaîne de maintenance, les faibles flux financiers générés par la vente de l’eau, et l’absence de la culture de la vente de l’eau sont des facteurs qui affectent la pérennité des services d’eau dans la Commune de Mvangan. Ces insuffisances sont le résultat de la mise en œuvre incomplète du processus de décentralisation en cours au Cameroun et dans la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre. Aussi, la réalisation des travaux de maintenance des ouvrages en régie et plus généralement la mutualisation des services d’eau à l’échelle de plusieurs communes constituent une piste d’action prometteuse permettant d’améliorer la durabilité des services au Cameroun et en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le secteur de l’approvisionnement en eau en milieu rural en Afrique subsaharienne est apparu dans les années 1960 suite à un phénomène brutal, la sècheresse, et à un mécanisme inexorable, l’explosion démographique (Emsellem et al., 2015). Dans ce contexte, les Systèmes d’Approvisionnement en Eau Potable (SAEP) en Afrique Subsaharienne étaient gérés de manière centralisée par les États à travers les services hydrauliques nationaux et publics. Cependant, face aux défaillances affichées par ce modèle de gestion (manque d’entretien des infrastructures, corruption, déficit public, taux de non-fonctionnalité, et cetera), d’autres modes de gouvernances des SAEP ont été promus (Schouten et Moriarty, 2003 ; Lockwood et Smit, 2011). Il s’agit par exemple du mode de gestion communautaire, des modes de gestion qualifiés de privés (affermage, concession, et cetera).

2Malgré cette pluralité de modes de gestion, les populations rurales sont confrontées à des problèmes persistants d’approvisionnement en eau potable avec des SAEP qui tombent en panne prématurément. On estime que le coût cumulé engendré par les ouvrages non fonctionnels en Afrique Subsaharienne au cours de la période 1990-2010 varie entre 1,2 et 1,5 milliards de dollars (Baumann, 2009 ; IRC, 2009). Les chiffres sur les défaillances des SAEP varient d’un pays à un autre. Cependant, les études menées dans différents pays d’Afrique subsaharienne indiquent qu’entre 15 % et 50 % des SAEP sont inopérationnelles ou fonctionnent nettement en deçà des performances techniques souhaitées (Harvey et Reed, 2006 ; RWSN, 2010 ; Lockwood et Smits, 2011 ; Improve International, 2012 ; Bank et Furey, 2016 ; Foster et al., 2019).

3Au Cameroun, très peu de données sont disponibles sur les défaillances des SAEP en milieu rural. Cependant, Deal et Furey (2019) estiment que 32% des pompes à motricité humaine sont inopérationnelles. En outre, des études isolées menées dans certaines Communes du Cameroun montrent que 10% à 60% des SAEP sont en panne ou ne fonctionnent pas de façon optimale (Minlo et Defo, 2018 ; Tedah et Defo, 2018 ; Mvongo et al., 2019 ; Mvongo et Defo, 2021). Ainsi, les bénéfices attendus des investissements (amélioration de la santé, de la nutrition et de l’éducation) sont compromis pour les communautés rurales affectées.

4Avec l’adoption des Objectifs du Développement Durable (ODD), les gouvernements se sont engagés à assurer l’accès universel et équitable à l’eau potable pour tous d’ici à l’horizon 2030, à réduire les inégalités dans l’accès à l’eau potable, et à fournir des niveaux de services d’eau élevée en termes de qualité, d’accessibilité et de fiabilité. Les ODD posent ainsi un triple défi : améliorer les niveaux de service fournis, assurer la durabilité des services et promouvoir l’accès universel à l’eau potable. Dès lors, comment mettre sur pied des modèles de gestion des services qui concilient les objectifs de durabilité du service et les objectifs de réalisation de l’accès universel à l’eau potable ? Ce double objectif est-il tenable en milieu rural dans un contexte marqué par la non-rentabilité du secteur, d’une part, et par les capacités limitées des communautés, des gouvernements locaux et des autres entités à gérer les services une fois l’infrastructure construite, d’autre part ?

5Le présent article vise donc à fournir les informations locales sur les modèles de gestion des services dans la Commune de Mvangan (Région du Sud-Cameroun) dans le but de proposer un modèle de gestion des services d’eau durable à l’échelle communale applicable en Afrique de l’Ouest et du Centre dans les communes présentant les affinités similaires. De manière spécifique, l’article dresse l’état des lieux de l’accès à l’eau potable dans la Commune de Mvangan, identifie les facteurs qui influencent la durabilité des modèles de gestion, et propose un modèle de gestion durable des services d’eau dans la Commune de Mvangan.

Matériels et Méthodes

6La zone faisant l’objet de cette étude est la Commune de Mvangan, localisée dans le Département de la Mvila, Région du Sud-Cameroun (Figure 1). Elle est située entre 11°50’ et 12°00’ de latitude Nord, et 2°00’ et 2°65’ de longitude Est.

Figure 1. Localisation de la Commune de Mvangan / Figure 1. Location of Mvangan Council

Figure 1. Localisation de la Commune de Mvangan / Figure 1. Location of Mvangan Council

7La Commune de Mvangan est soumise à un climat équatorial de type guinéen à quatre saisons avec des précipitations qui varient de 1 500 à 2 000 millimètres (Suchel, 1988). La température annuelle moyenne est de l’ordre de 25°C (Commune de Mvangan, 2014). Son réseau hydrographique est assez dense et constitué de trois principaux cours d’eau : le Nlobo, le Mboua, et le Kom. L’unité morphologique locale est celle d’une zone de plateau, peu accidentée, d’altitude moyenne 640 m (Commune de Mvangan, 2014). L’unité géologique est celle du socle cristallin (Olivry, 1986 ; Suchel, 1988 ; Lienou et al., 1999 ; Defo et al., 2016). Ce contexte géologique donne lieu à un système aquifère bicouche : en surface, un réservoir d’altérites, et en profondeur un aquifère de fissures ou failles. La population de la Commune est estimée à 31 475 habitants pour une densité de huit habitants au kilomètre carré. Les Fangs et les Boulou sont les deux principaux groupes ethniques autochtones. On y trouve aussi quelques groupes minoritaires, à savoir les pygmées et trois groupements de Kaka1.

8Les informations secondaires ont été obtenues à partir de la base de données du Progiciel d’Aide au Développement Participatif (PRO-ADP) et des rapports d’activités des services techniques de la Commune de Mvangan. Les données primaires ont été obtenues à travers l’inspection technique des Points d’Eau Modernes (PEM), d’entrevues semi-structurées et d’une enquête auprès des comités de gestion des points d’eau.

9L’inspection technique des ouvrages (puits modernes, forages et sources aménagées) a consisté à déterminer leur fonctionnalité ainsi que leur état physique sur la base d’une grille d’observation. Il s’agissait de classer les points d’eau suivant trois catégories (bon, à réparer et à reconstruire) en fonction de l’apparition des signes de dégradations (fissures, et cetera) sur la structure des ouvrages. Cette inspection a porté dans le cas des puits et des forages sur les aménagements de surface, les cuvelages et les captages. L’inspection des cuvelages et des captages a été rendue possible grâce à l’utilisation d’un palan qui a permis de descendre dans les puits. Pour les sources, l’inspection a porté sur les boîtes de captage, les drains, les lieux de puisage, les rigoles d’évacuation des eaux résiduaires, et les rigoles de protection contre les eaux de ruissellement. Les coordonnées géographiques des ouvrages ont été prises à l’aide d’un GPS. Le diagnostic des pompes (système d’exhaure) non fonctionnelles a également été effectué. Il avait pour objectif d’identifier le problème à l’origine des pannes observées. Le diagnostic des pompes a consisté à les démonter afin de déterminer les parties défaillantes et de proposer des solutions adéquates pour leur réparation. À cet effet, quatre clés à griffes, deux clés plates de 19, et deux clés plates de 17 ont été utilisées.

10Les entrevues semi-structurées ont été effectuées avec le chef des services techniques de la Commune, les responsables de certains Comités de Gestion des Points d’Eau (CGPE), les Chefs de village, et les villageois. Les entretiens se sont déroulés sans guide car chaque question pouvait en appeler une autre. Les objectifs assignés à ces entretiens étaient de déterminer le dispositif de maintenance des points d’eau mis en place par la Commune, d’identifier les lieux d’approvisionnement des pièces de rechange ainsi que leurs coûts, de comprendre pourquoi les pompes en panne ne sont pas réparées, et d’identifier les difficultés que rencontrent les CGPE et les services techniques de la Commune.

11Une enquête a été réalisée auprès des CGPE. Elle avait pour but d’évaluer la pérennité et l’efficacité de la gestion des PEM afin d’identifier les actions nécessaires pour améliorer la prise en charge des PEM. Cette enquête a été réalisée à l’aide d’un questionnaire, qui a été subdivisé en quatre sections. La première section porte sur l’identité du répondant et les informations générales sur le CGPE. La deuxième section porte sur la gouvernance, la troisième section porte sur la gestion financière du service, tandis que la dernière section porte sur la gestion technique des points d’eau. L’administration du questionnaire s’est faite en présence du chef des Services Techniques de la Commune. Un total de 127 questionnaires a été administré aux CGPE à travers des entretiens.

12L’état des lieux de l’accès à l’eau potable a été réalisé en analysant les données issues de l’inspection technique des SAEP. L’analyse a consisté à classer les points d’eau en fonction de leur état (bon, à réparer et à reconstruire) et à y calculer les pourcentages. Un point d’eau en bon état est un point d’eau qui fonctionne et ne présente aucun signe de dégradation. Un point d’eau à réparer est un système qui fonctionne tout en présentant des signes de dégradation à l’instar des fissures du béton, des fuites de la pompe, et cetera. Quant aux points d’eau à reconstruire ou à réhabiliter, ce sont des SAEP non fonctionnels et qui présentent des pannes. Également, certains indicateurs d’accès à l’eau potable ont été calculés sur la base des données recueillies. Il s’agit notamment des besoins en PEM, du taux de couverture en PEM, du taux de fonctionnalité des Pompes à Motricité Humaines (PMH), du taux d’équipement et du bilan ressources-besoins. Pour ce faire, les formules ci-dessous ont été utilisées (formule de 1 à 6). Le logiciel Microsoft Excel a été utilisé pour effectuer ces calculs, tandis que le logiciel QGIS a été utilisé pour réaliser la carte de répartition spatiale des points d’eau.

13L’estimation de la population a été faite sur la base des données démographiques contenues dans le Plan Communal de Développement (PCD). Il a été émis l’hypothèse selon laquelle la population croît de manière géométrique à un taux fixe de 3,4% (BUCREP, 2005), ce qui a permis d’utiliser la formule 1 ci-dessous :

14Où P0 est la population du village en 2014, α (%) le taux d’accroissement de la population, et n le nombre d’année.

Besoins en points d’eau

15Les besoins en points d’eau (B) ont été obtenus en divisant la population (P) par le nombre d’usagers maximum par point d’eau (NU) (Mvongo, 2018), soit la formule 2 ci-dessous :

16Le nombre maximum d’utilisateurs par point d’eau a été pris est égal à 250. Ce nombre a été choisi sur la base de l’hypothèse selon laquelle une PMH avec un débit de 0,7 mètre cube par habitant puisse fournir 20 litres par personne par jour à 300 personnes est une base de calcul peu réaliste (Pezon et al., 2012). De plus, les habitudes culturelles des populations de Mvangan font en sorte que les villages sont vides presque toute la journée. Les forages ne sont utilisés que dans l’après-midi entre 15h et 20h.

17Dans ce calcul, il a également été émis l’hypothèse suivante : quelle que soit la taille de la population du village, il doit y avoir au moins un point d’eau (IRC, 2015), ce qui permet de prendre en compte les villages dont la taille de la population est inférieure à 250 habitants. Le Taux de Couverture des besoins en points d’eau (TC) a été calculé en divisant le nombre total de points d’eau (NF) construits et fonctionnels par les besoins en points d’eau multipliés par cent (Mvongo, 2018), soit la formule 3 :

18Le Taux d’Équipement (TE) en point d’eau a été calculé en divisant le nombre total de points d’eau construits, fonctionnels et non fonctionnels (NP) par les besoins en points d’eau multipliés par cent (IRC, 2015 ; Mvongo, 2018), soit la formule 4 :

19Le Taux de Fonctionnalité est le quotient du nombre de pompes fonctionnelles (N1) par le nombre total de pompes manuelles (N2), le tout multiplié par cent (Mvongo, 2018 ; IRC, 2015) ; ce qui permet d’utiliser la formule 5 :

20La mesure de la fonctionnalité des pompes a été effectuée lors d’un contrôle ponctuel de l’installation pendant cette étude, ce qui permet d’établir si le système fonctionne ou non à ce moment précis. Le Bilan ressources-besoin (Bi) est la différence entre le nombre de points d’eau fonctionnels (NF) et les besoins (B) en points d’eau (Mvongo, 2018). Il permet de déterminer les besoins en nouveaux points d’eau. Il a été calculé en utilisant la formule 6 :

21L’identification des facteurs qui influencent la durabilité du modèle de gestion des SAEP de la Commune de Mvangan a été faite à travers un diagnostic pour connaître ses forces et ses faiblesses. À la suite de ce diagnostic, l’on a proposé une nouvelle stratégie de gestion des SAEP dans la Commune. La Matrice SWOT (Strengths, Weaknesses, Oportunities, Threats) est la méthode d’analyse qui a été utilisée. Cette analyse s’est appuyée sur les données collectées à travers les entrevues semi-structurées, l’enquête auprès des CGPE et l’inspection technique des SAEP. Elle a permis d’analyser le modèle de gestion des SAEP suivant deux axes : un axe interne et un axe externe. Le diagnostic interne a consisté à recenser les caractéristiques actuelles du modèle de gestion des SAEP et à identifier les facteurs internes (c’est-à-dire au niveau communal) qui affectent la durabilité du modèle de gestion. Ses facteurs sont présentés dans la matrice SWOT sous forme de forces et de faiblesses. Le diagnostic externe, quant à lui, a permis d’identifier les facteurs externes (au niveau extra-communal) qui ont un impact sur la gestion des SAEP. Ces facteurs externes sont présentés dans la matrice SWOT sous forme d’opportunités et de menaces. La confrontation entre ces deux diagnostics (interne et externe) a permis d’alimenter la proposition d’une nouvelle stratégie de gestion.

Résultats et Discussion

Accès à l’eau potable

22Le parc hydraulique de la Commune de Mvangan est assez dense. On y dénombre 127 points d’eau, dont 84 puits modernes équipés de Pompes à Motricité Humaine (Puits PMH), 11 Forages équipés de Pompes à Motricité Humaine (Forage PMH) et 32 sources aménagées. La figure 2 présente la répartition spatiale des SAEP dans la Commune de Mvangan ainsi que leur état de fonctionnalité.

Figure 2. Carte des points d’eau de la Commune de Mvangan / Figure 2. Map of water points of Mvangan Council.

Figure 2. Carte des points d’eau de la Commune de Mvangan / Figure 2. Map of water points of Mvangan Council.

23Le tableau 1 présente la synthèse des données sur la fonctionnalité et l’état des points d’eau.

Tableau 1. Synthèse des données sur la fonctionnalité des points d’eau /Table . Summary of data on the functionality of water points.

Type de PEM

Nombre

Taux de fonctionnalité (%)

État physique

Bon (%)

A réparer (%)

A reconstruire (%)

Puits Modernes

84

69

57

12

31

Forage

11

73

64

09

27

Sources Aménagées

32

47

03

44

53

PMH

88

75

/

/

/

24Le tableau 1 montre que le taux de fonctionnalité est de 69% pour les puits, 73% pour les forages, 43% pour les sources aménagées, et 75% pour les pompes à motricité humaine. Ce tableau montre également que 57% des puits sont en bon état, 12% sont à réparer, et 31% sont à reconstruire. S’agissant de l’état des forages, 64% sont en bon état, 9% sont à réparer, et 27% sont à reconstruire. Pour ce qui est des sources aménagées, 53% sont abandonnées, 44% sont en mauvais état et 3% sont en bon état. Les dégradations observées sont principalement constituées par les fissures et les cassures du béton. Ceci est dû, d’une part, à la vétusté des ouvrages et d’autre part au béton de mauvaise qualité résultant du bricolage des techniciens, et dont les effets ont été accélérés par le manque d’entretien.

25L’analyse des données montre également que le taux de fonctionnalité des PMH diminue avec l’âge des pompes. Il est de 93% pour les PMH de moins de 5 ans, 86% pour les pompes de 5 à 10 ans et de 52% pour les PMH de plus de 10 ans d’âge. Le diagnostic des PMH non fonctionnelles révèle par ailleurs que les causes de dysfonctionnement sont principalement dues à des défaillances mécaniques telles que les tuyaux cassés, la corrosion des pompes, les cylindres usés et la vétusté des pompes. Ces résultats sont en accord avec ceux obtenus par plusieurs auteurs (Foster, 2013 Adank et al., 2014 ; Fisher et al., 2015 ; Liddle et Fenner, 2017). Cependant, ils diffèrent de ceux obtenus par certains auteurs (Henou, 1983 ; Lopez et al., 1998).

26En outre, le vol des pompes et les bricolages de certains artisans réparateurs ayant occasionné les chutes de cylindre dans les ouvrages constituent les autres causes de non-fonctionnalité des pompes. Ce point est en accord avec les résultats obtenus par Cook et Sheena (2017) en ce qui concerne le vandalisme comme cause de défaillance des pompes. Certains auteurs (Harvey et Reed, 2008 ; Schouten et Moriarty, 2008 ; Lockwood et Smits, 2011 ; Moriarty et al., 2013) suggèrent que le suivi post-construction des ouvrages permet de réduire considérablement l’occurrence des défaillances observées.

27Globalement, 44 points d’eau doivent être construits et/ou réhabilités pour satisfaire les besoins en points d’eau de la Commune de Mvangan. Le taux de couverture des besoins en points d’eau modernes y est de 74,3% tandis que le taux d’équipement en points d’eau est de 107,1%. L’écart qui existe entre ces deux valeurs s’explique par le nombre élevé de points d’eau non fonctionnels. Toutefois, ces taux quoique intéressants ne précisent pas le niveau d’accès à l’eau : ils précisent le niveau d’accès théorique au point d’eau (Pezon et al., 2012). Le taux d’accès à l’eau résulte d’un calcul multiparamètres qui tient compte de la taille de la population, des normes affectées aux PEM, de l’espérance de vie de l’ouvrage, des normes de qualité et de la distance à parcourir pour atteindre le point d’eau (IRC, 2015).

28Les parties prenantes de la gestion des points d’eau modernes dans la Commune de Mvangan sont l’État, la Commune, les Comités de Gestion des Points d’Eau (CGPE), les opérateurs privés, les usagers de l’eau et les partenaires au développement (figure 3).

Figure 3. Interrelations entre les acteurs du système de maintenance des points d’eau. / Figure 3. Interrelation between actors of the maintenance system of water points

Figure 3. Interrelations entre les acteurs du système de maintenance des points d’eau. / Figure 3. Interrelation between actors of the maintenance system of water points

29La figure 3 montre que les travaux de maintenance des points d’eau s’effectuent en régie communale. La Commune effectue des tournées de maintenance et de suivi ainsi que les réparations des points d’eau non fonctionnels. Les CGPE assurent l’exploitation et la fourniture de l’eau. Dans ce système, la DDMINEE de la Mvila assiste la Commune dans la maîtrise d’ouvrage des PEM tandis que la Sous-préfecture de Mvangan assure l’arbitrage des conflits qui peuvent survenir entre les différentes parties prenantes. Ce système diffère de l’approche classique de maintenance des points d’eau en milieu rural où les réparations des points d’eau sont assurées par un artisan réparateur (Schouten et Moriarty, 2003 ; MINEE, 2009 ; Lockwood et Smit, 2011). Cette différence pourrait être due à la faible structuration de la chaîne de maintenance dans la Commune.

L’État et ses services déconcentrés

30L’État est un acteur clé dans la gestion du service public de l’eau potable. En effet, l’eau potable est un bien social et économique et l’accès à cette denrée est un droit de l’homme depuis 2010. Selon la Constitution camerounaise (loi No 96/06 du 18 janvier 1996), la fourniture en eau au potable à toutes les couches sociales est un devoir pour l’État. Avec l’adoption des ODD, l’État s’est engagé à améliorer les niveaux de service fournis, assurer la durabilité des services et promouvoir l’accès universel à l’eau potable. À la faveur du processus de mise en œuvre de la décentralisation, l’État a transféré la maîtrise d’ouvrage des points d’eau aux Communes. Dans ce cadre, son rôle se recentre sur les aspects généraux, notamment la conception et la mise en application de la politique de développement en matière d’approvisionnement en eau. Ses services déconcentrés encadrent la gestion du service public de l’eau. La SPM assure l’arbitrage des conflits qui peuvent survenir entre les différentes parties prenantes, tandis que la DDMINEE apporte une assistance technique à la Commune dans la maîtrise d’ouvrage des points d’eau. La DDMINEE assure également le contrôle et le suivi des activités du service de l’eau de la Commune.

31Toutefois, les résultats de l’enquête suggèrent que le suivi de la Commune par la DDMINEE n’est pas effectué. Les réunions d’évaluation des activités organisées par la DDMINEE sont quasi absentes. De même, l’assistance technique dans la réalisation des études de faisabilité est très rare. Et lorsqu’elle se fait, tous les frais y relatifs sont à la charge de la Commune. Cette situation pourrait être due à l’insuffisance des ressources financières et des compétences techniques au niveau de la DDMINEE. En outre, des difficultés similaires dans la plupart des Pays d’Afrique Subsaharienne (Burkina Faso, Mauritanie, Benin, Mali, et cetera), ont été mises en évidence antérieurement par plusieurs auteurs (RWSN, 2015 ; David, 2018).

32La Commune de Mvangan est en charge de la Maîtrise d’ouvrage des points d’eau modernes. Elle effectue les travaux de maintenance des points d’eau. En effet, la Commune est dotée d’un service de l’hydraulique et de l’assainissement qui effectue les tournées de suivi et de maintenance des points d’eau. Ce service effectue également toutes les réparations des pannes et ceci à la demande des CGPE. Toutefois, ce service rencontre des difficultés dans l’exercice de ses missions : il s’agit notamment de l’insuffisance des ressources financières, matérielles et humaines nécessaires au bon fonctionnement du service. Ceci est dû à l’absence d’une ligne budgétaire dédiée la gestion et la maintenance des points d’eau. Ces problèmes sont communs aux Communes du Cameroun (Okounou, 2017 ; Mvongo et al., 2019 ; Mvongo et Defo, 2021 ; Mvongo et al., 2022) qui éprouvent des difficultés à assurer le service de l’eau potable. Cet état des choses pourrait se justifier par le fait que l’État a transféré les compétences aux Communes sans toutefois transférer les ressources nécessaires à la gestion des services d’eau. Ce constat a également été fait par au Burkina Faso, au Kossovo, en Tanzanie, au Sénégal (Aguasan, 2008) et au Malawi (Wahba et al., 2017).

33Les CGPE ont la charge de l’exploitation et de la fourniture de l’eau potable aux populations. Ils prennent en charge les déplacements des agents communaux en cas de panne, ainsi que l’achat des pièces de rechange des pompes. Leurs ressources financières proviennent essentiellement des cotisations des usagers de l’eau. Le prix de l’eau actuellement pratiqué dans la Commune est de 1 500 francs CFA par an et par ménage pour les sources aménagées, et de 6 000 francs CFA par an et par ménage pour les puits PMH et les forages PMH. L’analyse des données sur les CGPE montre que quatre points d’eau sur dix (40,0%) ne disposent pas de CGPE. Les sources aménagées présentent le taux le plus élevé de points d’eau sans CGPE, soit 90,0%. Ceci s’explique par le fait que les populations abandonnent ces points d’eau et s’orientent vers de nouveaux PEM construits (puits et forages) et qui réduisent les corvées liées à la collecte de l’eau. En revanche, plus de 70,0% des puits et forages disposent d’un CGPE. Ces CGPE sont généralement mis en place à la hâte pour remplir les exigences des projets ou des programmes. L’absence de comité pourrait être liée à l’absence de suivi post-construction. L’évaluation des CGPE révèle par ailleurs que 66,7% n’ont qu’une connaissance approximative de leurs prérogatives et ne s’acquittent que partiellement de celles-ci. En outre, aucun CGPE n’est capable d’assurer les réparations des petites pannes ni l’entretien des PMH puisqu’ils ne possèdent pas de caisse à outils ni d’artisans réparateurs formés localement. Desille (2004) a également fait ce constat en Mauritanie.

34Environ 20,0% des CGPE sont capables de faire face aux dépenses annuelles d’entretien qu’exigent leurs équipements au cours des cinq premières années de fonctionnement (inférieures à dix mille francs CFA par an). Or plus de 60,0% des points d’eau ont aujourd’hui plus de cinq ans d’âge et aucun CGPE n’est capable de s’acquitter des dépenses annuelles supérieures à vingt mille francs CFA qui deviennent probables à partir de la cinquième année. Ainsi, en l’absence de suivi post-construction, la gestion des points d’eau par les CGPE est approximative et ne durera pas. Cette analyse est en accord les résultats obtenus par plusieurs auteurs (Kleemeir, 2010 ; RWSN, 2010 ; Moriarty et al., 2013 ; Gbahabo, 2015 ;  Chowns, 2017) et selon lesquels la gestion communautaire n’est durable que s’il y a un suivi post-construction régulier des CGPE. Une étude menée sur la gestion de l’eau dans 13 pays a révélé que le suivi post-construction des comités des points d’eau est une part intégrale de la gestion communautaire (Lockwood et Smits, 2011).

Facteurs influençant la durabilité de la gestion des points d’eau moderne

35Les résultats de l’analyse du modèle de gestion des PEM dans la Commune de Mvangan suggèrent que les facteurs techniques, managériaux, financiers et sociaux influencent la qualité des services d’eau. Sur le plan technique, la faible structuration de la chaîne d’approvisionnement en pièces de rechange pour les pompes constitue la principale barrière à la pérennisation des services d’eau. En effet, l’absence de point de vente des pièces de rechange dans la Commune entraîne une augmentation de la durée et du coût des réparations. Les principaux points de ventes des pièces de rechange se trouvent à Yaoundé et à Douala. La corrélation entre la chaîne d’approvisionnement en pièces de rechange, le coût des réparations et la durée des pannes a été démontrée antérieurement par plusieurs auteurs (Harvey et Reed, 2004 ; Baumann et Danert 2008 ; Harvey, 2009; Loockwood, 2019; University of Colorado Boulder, 2020) dans différents pays d’Afrique Subsaharienne. Cependant, la vente des pièces de rechange en zone rurale en Afrique subsaharienne et dans la plupart des pays en voie de développement n’est pas commercialement viable (Harvey et Reed, 2004).

36Sur le plan managérial, le principal défi identifié à l’issue de cette étude concerne les capacités limitées des communautés, de la Commune et des services déconcentrés de l’État à gérer le service une fois le SAEP construit. En effet, chacune des entités suscitées présente des faiblesses à des degrés divers, à l’origine de l’appui post-construction limité que reçoivent les CGPE. Cette situation est à l’origine du faible taux de fonctionnalité observé au niveau des CGPE, de l’absence de collecte réelle des recettes de la vente de l’eau, de la faible volonté des populations à payer pour l’eau et de l’absence de transparence dans la gestion (Githae et al., 2018). Ces défis identifiés dans la Commune de Mvangan sont similaires à ceux identifiés dans diverses études (Giné et Pérez-Fouguet, 2008 ; Lockwood et Smits, 2011 ; WaterAid, 2011 ; Lockwood et Le Gouais, 2015 ; Banque Mondiale 2017) réalisées dans les pays en développement situé en zone tropicale humide et qui ont amené certains auteurs (Chowns, 2014, 2015, 2017 ; Gbahabo, 2015 ; Etongo et al., 2018) à conclure que l’on a atteint les limites du modèle de gestion communautaire trop dépendante du volontarisme et de l’informalité (RWSN, 2010). Cette posture est confirmée par les travaux de Chowns (2014, 2015, 2017) au Malawi, Gbahabo (2015) au Nigéria, et Etongo et al. (2018) en Ouganda. Toutefois, le cas de la Commune de Mvangan montre que la gestion communautaire n’est durable que si le suivi-postconstruction des communautés est effectif. Cette conclusion rejoint les postures de Carter et Rwamwanja (2006), Harvey et Reed (2006), Schouten et Moriarty (2008), et Moriarty et al. (2013).

37Sur le plan institutionnel, le contexte politique de décentralisation ne favorise pas encore une meilleure prise en charge des services d’eau. En effet, l’État a transféré les compétences aux Communes sans toutefois mettre à leur disposition les moyens (matériel, financier et humain) nécessaires pour assurer le service d’eau. Ce constat a d’ailleurs été fait par ACF (2007) et Harvey et Reed (2004) et montre l’influence négative que peut avoir la mise en œuvre incomplète du processus de décentralisation dans la gestion des services en milieu rural au Cameroun et en Afrique subsaharienne en général.

38Sur le plan économique, la viabilité financière de la gestion communautaire constitue une barrière majeure à l’opérationnalisation de la durabilité des services d’eau. En effet, les flux financiers générés par la vente de l’eau sont très faibles et ne permettent pas de prendre en charge toutes les réparations des points d’eau. Cette situation contribue à l’augmentation de la durée des réparations et à l’augmentation du taux de non-fonctionnalité des infrastructures d’approvisionnement en eau potable (Harvey, 2007 ; Foster, 2013). Les apports externes s’avèrent donc indispensables pour assurer la pérennité des services d’eau (Carter et al., 1999 ; Lockwood et Smits, 2011).

39L’absence d’une culture de la vente de l’eau constitue un frein à l’établissement pérenne des services d’eau. En effet, la construction d’un marché local de l’eau dépend de la volonté à payer des populations. Or, celle-ci dépend de plusieurs facteurs. Tout d’abord, le principe de paiement de l’eau apparaît en opposition avec les valeurs partagées des peuples de la forêt équatoriale. La gratuité de l’eau est associée à la représentation selon laquelle l’eau est un don de la nature. Par conséquent, elle est considérée comme une ressource inaliénable qui doit être accessible à tous. Cette conception est indissociable de la dimension sociale de l’eau. En outre, la présence d’autres points d’eau où l’accès à l’eau est gratuit (puits traditionnel, rivière, et cetera) tend à avoir un impact négatif sur la demande en eau auprès des points d’eau moderne où l’accès est payant. Par exemple, les localités où la nappe phréatique est proche de la surface du sol (Mvangan village, Mebosso, et cetera), les habitants sont plus réticents à payer l’eau, compte tenu des nombreux puits traditionnels qui existent au sein de ces villages.

40Si le principe du paiement de l’eau est accepté dans la plupart des villages, des difficultés liées à son application existent. En effet, dans la Commune de Mvangan, les liens sociaux sont forts et sont liés aux rapports de parenté et de voisinage. Il est difficile de refuser de fournir de l’eau à un parent ou à un voisin qui n’a pas les moyens d’en payer. En outre, pendant longtemps, l’État a donné l’eau gratuitement aux populations et il devient très difficile aujourd’hui de faire payer le service de l’eau aux usagers. Cette absence de la culture de la vente de l’eau couplée à la capacité des usagers à payer le service de l’eau permet de déterminer la volonté de l’usager à payer pour l’eau. Certains auteurs (ACF, 2007 ; Dhungana et Baral, 2016 ; Githae et al., 2018) ont mis en exergue cette absence de volonté à payer l’eau au Cameroun et dans divers pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Proposition d’un modèle de gestion des points d’eau moderne

41La Figure 4 présente le modèle de gestion des points d’eau amélioré proposé dans le cadre de cette étude.

Figure 4. Modèle de gestion des points d’eau propose. / Figure 4. Projected management model for water points.

Figure 4. Modèle de gestion des points d’eau propose. / Figure 4. Projected management model for water points.

42Le modèle de gestion (figure 4) préconisé est une combinaison entre le modèle de gestion communautaire classique et la régie directe. Ce modèle s’inscrit dans un contexte global de professionnalisation de la gestion communautaire recommandée par de nombreuses organisations internationales (OMS et UNICEF, 2017, 2019, 2021 ; Banque Mondiale, 2017), par la politique nationale d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement en milieu rural (MINEE, 2009), et promue dans le cadre de programmes tels que l’initiative Triple S (Sustainable Services at Scale) de 2008 à 2012 au Ghana, en Ouganda, au Mozambique, au Burkina Faso et en Inde (Moriarty et al., 2010 ; Lockwood et Smith, 2011). La professionnalisation de la gestion communautaire implique de passer d’une approche basée uniquement sur le volontariat à une gestion plus professionnelle, compétente, et efficace des services ruraux afin de respecter les normes et les standards des services d’eau, avec plus de transparence et de responsabilité (Lockwood et Smith, 2011 ; Lockwood et Le Gouais, 2015).

43Dans le modèle proposé, la maintenance des points d’eau et l’approvisionnement en pièces de rechange s’effectue en régie communale en réponse à la faible viabilité économique de la maintenance des points d’eau en milieu rural. Ce modèle est similaire à la variante de la gestion communautaire appelée « Community Based Management Plus ou CMB Plus » proposée par plusieurs Organisations Non Gouvernementales, à l’instar du RWSN (Rural Water Supply Network) et de IRC (Centre International de l’Eau et de l’Assainissement). Toutefois, la différence entre ces deux modèles réside dans la structure de la chaîne de maintenance qui, dans le cas du modèle proposé, s’effectue en régie communale, tandis que dans le cas du CBM Plus, cette tâche est déléguée aux opérateurs privés (artisans réparateurs et commerçants). Plus globalement, le modèle de gestion proposé constitue une base solide pour améliorer la durabilité des services d’eau en milieu rural et pourrait être généralisé au Cameroun et dans les Pays d’Afrique de l’Ouest du Centre présentant les mêmes affinités que la Commune de Mvangan.

44En outre, plusieurs mesures doivent être prises par l’État et la Commune pour assurer le service public de l’eau. Outre la construction et/ou la réhabilitation des points d’eau, les actions doivent être orientées vers le transfert des ressources (financières et humaines) nécessaires au bon fonctionnement du service. L’État devrait ainsi transférer les ressources financières à la Commune afin d’assurer la gestion et la maintenance des systèmes d’approvisionnement en eau. De même, l’État devrait augmenter le budget alloué aux services déconcentrés, notamment la DDMINEE. La Commune, en plus d’insérer une ligne budgétaire pour le suivi des CGPE et la maintenance des points d’eau, devrait mettre sur pied un magasin de vente des pièces de rechange géré localement afin de réduire le coût et la durée de maintenance et/ou de réparation des pannes. Ces mesures permettraient au CGPE de ne supporter qu’une partie de charges liées à l’achat des pièces de rechange.

Conclusion

45La présente étude fournit des informations locales sur la façon dont sont gérés les services d’eau en en milieu rural dans la Commune de Mvangan (Région du Sud-Cameroun). Les résultats suggèrent que le modèle de gestion communautaire est l’unique modèle de gestion mis en œuvre dans la Commune. Sous ce modèle de gestion, environ 62% des points d’eau fonctionnent et 75% des pompes à motricité humaine sont en bon état. Les résultats suggèrent également que les facteurs techniques, managériaux, financiers et sociaux influencent la qualité des services d’eau. Ces facteurs, très souvent mentionnés dans la littérature scientifique sur les modèles de gestion des services d’eau, sont interdépendants et aucun d’eux ne peut être analysé séparément. Il s’agit notamment de l’irrégularité du suivi des comités de gestion des points d’eau, de la faible structuration de la chaîne de maintenance, des faibles flux financiers générés par la vente de l’eau, et de l’absence de la culture de la vente de l’eau. L’étude propose également un modèle de gestion des services d’eau applicable en zone tropicale humide dans les communes présentant des affinités similaires. Ce modèle de gestion, qui est une combinaison de deux modèles de gestion (gestion communautaire et de la régie directe) vient enrichir la littérature scientifique sur les modèles de gestion des services d’eau en milieu rural dans les pays en voie de développement.

Haut de page

Bibliographie

ACF, 2007, How to make WASH projects sustainable in vulnerable context, Apractical Manual of recommendation and good practice based on five case study of five ACF international water, Sanitation and Hygiene project, Sara House.

Adank, M., T.C. Kumasi, T.L. Chimbar, J. Atengdem, B.D. Agbemor, N. Dickinson, E. Abbey, 2014, The state of handpump water services in Ghana: findings from three districts, 37th WEDC International Conference, Hanoi.

AGUASAN, 2008, Promising management models of rural water supply service: outcomes, 24th AGUASAN workshop, Gwatt, Switzerland, 13 to 17 October 2008.

Banks, B., S. Furey, 2016, What’s working, where and for how long: a 2016 water point update, Poster, 7th RWSN forum, November 2016, Abidjan, Côte d’Ivoire.

Banque Mondiale, 2017, Sustainability Assessment of Rural Water Service Delivery Models: Findings of a Multi-Country Review, [En ligne] https://openknowledge.worldbank.org/bitstream/handle/10986/27988/W17055.pdf?sequence=4&isAllowed=y

Baumann, E., K. Danert, 2008, Operation and Maintenance of Rural Water Supplies in Malawi: Study Findings, St Gallen, Switzerland, SKAT, 61 p.

Baumann, E., 2009, May-day! May-day! Our handpumps are not working!, Perspectives No. 1, RWSN, St Gallen, Switzerland.

BUCREP, 2005, La population au Cameroun en 2010, 3eRGPH, Yaoundé, Cameroun, 10 p.

Carter, R., S.F., Tyrrel, P., Howsam 1999, Impact and Sustainability of Community Water Supply and Sanitation Programmes in Developing Countries, Journal of the Chartered Institution of Water and Environment, 13, pp. 292-296.

Carter, R., R. Rwamwanja, 2006, Functional Sustainability in Community Water and Sanitation: A case study from South-West Uganda, Ouganda, 34 p.

Chowns, E., 2014, The political economy of community management: a study of factors influencing sustainability in Malawi’s rural water supply sector, Thèse de Doctorat, Univ. Birmingham, 447 p.

Chowns, E., 2015, Water point sustainability and unintended impacts of community management in Malawi, 38th WEDC International Conference, Loughborough University, UK, 6 p.

Chowns, E., 2017, Community management of rural water supply in Malawi: part of the sustainability problem, not the solution, Policy Brief N°7, Univ. Genève, 7 p.

Commune de Mvangan, 2014, Plan Communal de Développement de Mvangan, Programme National de Développement Participatif et CANIDEV, Yaoundé, Cameroun, 150 p.

Cook, J., L., Sheena, 2017, Why do water point fail? Learning open–ended failure description in the WPDX dataset, Journal of water, sanitation and Hygiene for Development, 7, 4, pp. 535-545.

David, F., 2018, Durabilité des services d’eau en milieu rural-Rapport de synthèse: situation de référence et recommandation en matière de durabilité des services d’eau en milieu rural en Mauritanie, Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, 44 p.

Deal, P.T., S.G. Furey, 2019, RWSN international directory of rural water supply models, tariffs and lifecycle costs, 2019 Edition, RWSN, Skat Foundation, St. Gallen, 44 p.

Defo, C., A.K., Mishra, P.K. Yerima, A. Ako, P. B. Mabou, T., Fonkou, 2016, Current conditions of groundwater resources development and related problems in the Republic of Cameroon, West Africa, European Water, 54, pp. 43-68.

Desille, D., 2004, Etude sur la problématique du service de l’eau et la maintenance des pompes à motricité humaine en Mauritanie, Water and sanitation program, Mauritanie, 56 p.

Dhungan, A.R., B. Baral, 2016, Factors Affecting Willingness to pay for improved water supply system in rural Tanahu, Nepal, Journal of Interdisciplinary Studies, 5, pp. 1-13.

Emsellem, Y., M. Detay, S. Gaujon, A. Benamour, 2015, L’hydraulique villageoise en Afrique Subsaharienne-1968-1990-, Schematic limited, Hong Kong, 153 p.

Etongo, Daniel, G.H. Fagan, Consolata Kabonesa, Richard Asaba B, 2018, Community-Managed Water Supply Systems in Rural Uganda: The Role of Participation and Capacity Development, Water 10, no. 9: 1271.

Fisher, M.B., K.F. Shields, T.U. Chan, E. Christenson, R.D. Cronk, H. Leker, D. Samani, P. Apoya, A. Lutz, J. Bartram, 2015, Understanding handpump sustainability: determinants of rural water source functionality in the Greater Afram Plains region of Ghana, Water Resources Research, 51, pp. 1–19.

Foster, T., 2013, Predictors of sustainability for community-managed handpump in Sub-Saharan Africa: Evidence from Liberia, Sierra Leone, and Uganda, Environmental Science and Technology, 47, pp. 12037-12046.

Foster, T., S. Furey, B. Banks, J. Willetts, 2019, Functionality of handpump water supplies: a review of data from sub-Saharan and Asia-pacific region, International Journal of water ressources development, 35, 5, pp 855-869.

Gbahabo, T., 2015, The sustainability of community Managed Water Supply: A case study of Ilala Community Management Water Supply, Kwara State, Nigeria, Mémoire, Monash South Africa, 90 p.

Giné, R., Pérez-Fouguet, 2008, Sustainability assessement of national rural water supply program in Tanzania, Natural Resource Forum, 32, pp. 327-342.

Githae, N.M., M.A. Farah, D.M. Masese, 2018, Factors Affecting the Sustainability of Community Rural Water Supplies in Sankuri Division, Garissa District, Kenya, International Journal of Contemporary Research and Review, 9, pp. 20662-20683.

Harvey, P., B. Reed, 2004, Rural water supply in Africa-Building Blacks for hand pump sustainability, Water Engineering and Development Centre, UK, pp. 316.

Harvey, P., R. Reed, 2006, Community-managed water supplies in Africa: sustainable or dispensable? Community Development Journal, 42, 3, pp. 356–378.

Harvey, P., 2007, Cost determination and sustainable financing for rural water services in Sub-Saharan Africa, Water Policy, 9, 4, pp. 373.

Harvey, P., B., Reed, 2008, Community managed water supplies in Africa: sustainable or dispensable? Community Development Journal, 42, 3, pp. 365-378.

Harvey, P., 2009, Sustainable operation and Maintenance of Rural Water Supplies: Are we moving in the Right direction? RWSN Perspective.

Henou, B., 1983, Les moyens d’exhaure pour les puits et forages d’eau, Ministère de l’industrie et de la recherche, Paris, France, 73 p.

Improve International, 2012, Statistics on water and sanitation system failures. http://improveinternational.wordpress.com/handy-resources/sad-stats (Consultation le 15 décembre 2018).

IRC, 2009, Triple-S Briefing, The Hague, Netherlands.

IRC, 2015, Propositions pour la maintenance des pompes à motricité humaine dans les communes de Gorgadji et Arbinda (Région du Sahel), West Africa water supply, sanitation and hygiene program, Burkina Faso, 58 p.

Kleemeier, E., 2010, Private Operators and Rural Water Supplies: A Desk Review of Experience, Banque Mondiale, Washington, USA.

Liddle, E.S., R. Fenner, 2017, Water point failure in sub-Saharan Africa: the value of a system thinking approach, Waterlines, 36, 2, 141-pp. 146.

Lienou, G., D. Sighomnou, L. Sigha-Nkamdjou, 1999, Impact de la sécheresse sur les ressources en eau de la cuvette du Lac Tchad en période d’étiage : exemple des apports du fleuve Logone, Coll. GEOCAM n°2, Presses Univ., Yaoundé. 89-97 p.

Lockwood, H., 2019, Sustaining Rural Water: A Comparative Study of Maintenance Models for Community-Managed Schemes.

Lockwood, H., S. Smits, 2011, Supporting rural water supply: moving towards a service delivery approach, IRC International Water and Sanitation Centre, The Hague, 187 p.

Lockwood, H., A. Le Gouais, 2015, Professionalizing Community-Based Management for Rural Water Services, IRC: The Hague. https://www.ircwash.org/sites/default/files/084- 201502triple-s_bn01defweb_1_0.pdf

Lopez, M., C. Leger, C. De Roquefeuil, 1998, Programme d’hydraulique villageoise dans le département de Maradi : Etude de faisabilité, ANTEA N°A13818, Niger, 307 p.

MINEE, 2009, Politique nationale d’approvisionnement en eau potable et assainissement en milieu rural, Yaoundé, Cameroun. 53 p.

Minlo, F.R., C. Defo, 2018, Assessing the performance and strategy improvement of the water distribution network of the urban environment of Ebolowa, Cameroon. In: 5th International conference on science & technology of PKFokam Institute of Excellence, 12–14 June 2018, Yaoundé Cameroon

Moriarty, P., C. Batchelor, C. Fonseca, A. Klutse, A. Naafs, A. Nyarko, K. Pezon, A. Potter, A. Reddy, R. Snehalata, 2010, Échelle d’évaluation du coût et de la qualité des services d’eau potable, WASHCost Document de travail N°2, IRC, 24 p.

Moriarty, P., S. Smits, J. Butterworth, R. Franceys, 2013, Trends in rural water supply: Towards a service delivery approach, Water Alternatives, 6, 3, pp. 329-349.

Mvongo, V.D., 2018, Analyse de la durabilité des services publics d’eau potable et d’assainissement dans la Commune de Mandjou, Région de l’Est-Cameroun, Mémoire, Univ Dschang, 113 p.

Mvongo, V.D, T. Fonkou, C. Defo, 2019, Sustainability of water and sanitation services in Mandjou’s Council, East-Cameroon. 6th International Conference on science & technology of PKFokam Institute of Excellence, 11-June 2019, Yaoundé Cameroon.

Mvongo, V.D, C. Defo, 2021, Assessing water service performance in rural sub-Saharan Africa Environment: the cases studies of two councils of the southern and Eastern regions of the Republic of Cameroon (Central Africa), Journal of Water, Sanitation and Hygiene for Development, 11, 1, pp. 37-50.

Mvongo, D.V., C. Defo, M. Tchoffo, 2022, Application of Water Service Sustainability Index to water services in Sub-Saharan Africa: The cases studies of eight councils in Southern Region of Cameroon (Central Africa). Journal of water, sanitation and Hygiene for development, 12, 2, pp. 168-185.

Olivry, J.C., 1986, Fleuves et rivières du Cameroun, ORSTOM, Collection « Monographies Hydrologiques ORSTOM » 9. Paris, France

Okounou, R., 2017, État des lieux des ouvrages d’approvisionnement en eau potable et analyse des modes de gestion des services d’eau dans la Commune de Bétaré-Oya, Mémoire, Univ. Dschang, 99 p.

OMS, UNICEF, 2017, Progrès en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène : mise à jour 2017 et évaluation des ODD, Rapport du JMP, USA, 116 p.

OMS, UNICEF, 2019. Progress on Household Drinking Water, Sanitation and Hygiene 2000–2017: Special Focus on Inequalities. Joint Monitoring Program, WHO Publishing, Geneva, Switzerland.

OMS, UNICEF, 2021. Progress on household drinking water, sanitation and hygiene 2000-2020: five years into the SDGs. Joint Monitoring Program, WHO Publishing, Geneva, Switzerland.

Pezon, C., J. Nansi, R. Bassono, 2012, De l’accès aux systèmes de distribution d’eau potable à l’accès aux services d’eau potable : méthodes et outils, WASHCost Document de travail N°4, IRC, 32 p.

Schouten, T., P. Moriarty, 2003, Community water, community management: From system to service in rural areas, ITDG Publishing, London, UK, 209 p.

Schouten, T., P., Moriarty, 2008, Community Water, Community Management, Practical Action Publishing, London, UK.

Suchel, J.B., 1988, Les climats du Cameroun, Thèse Doctorat d’Etat, Univ. Saint Etienne, 1188 p.

RWSN, 2010, Myths of the rural water supply sector, Perspectives Paper No. 4, RWSN Executive Steering Committee. St Gallen, RWSN, 7 p.

RWSN, 2015, Local Government and Rural Water Services That Last: A Way Forward.

Tedah, D., C. Defo, 2018, Sustainable community water supply in rural area in Cameroon : a novel strategy for potable water points maintenance, 5th international conference of the University PKFokam Institute of Excellence from 12–14 June 2018, Yaoundé, Cameroon. Book of abstract.

University of Colorado Boulder, 2020, Sustainable WASH Systems Learning Partnership: Maintenance Approaches to improve the sustainability of Rural Water Supplies. Research Brief. 6p.

Wahba, J., S. Bryns, T. Smith, 2017, Improving water point functionality in Malawi: making the case for minimum financing for direct support, 40th WEDC International Conference, Loughborough, UK, 24-28 July 2017, Paper 2779, 6 p.

WaterAid, 2011, Sustainability Framework. https://washmatters.wateraid.org/sites/g/files/jkxoof256/files/sustainability framework.pdf

Haut de page

Notes

1 Pour plus d’informations, voir www.osidimbea.cm [en ligne] URL : https://www.osidimbea.cm/app/download/12334331057/PCD_Mvangan.pdf?t=1597241925

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation de la Commune de Mvangan / Figure 1. Location of Mvangan Council
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/36164/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/36164/img-2.png
Fichier image/png, 723 octets
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/36164/img-3.png
Fichier image/png, 645 octets
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/36164/img-4.png
Fichier image/png, 1,2k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/36164/img-5.png
Fichier image/png, 1,2k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/36164/img-6.png
Fichier image/png, 1,2k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/36164/img-7.png
Fichier image/png, 604 octets
Titre Figure 2. Carte des points d’eau de la Commune de Mvangan / Figure 2. Map of water points of Mvangan Council.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/36164/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Figure 3. Interrelations entre les acteurs du système de maintenance des points d’eau. / Figure 3. Interrelation between actors of the maintenance system of water points
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/36164/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Figure 4. Modèle de gestion des points d’eau propose. / Figure 4. Projected management model for water points.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/36164/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victor Dang Mvongo, Théophile Fonkou et Célestin Defo, « Étude des modes d’approvisionnement en eau potable et des stratégies de réhabilitation des points d’eau modernes ruraux en zone tropicale humide : cas de la Commune de Mvangan au Cameroun », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 17 août 2022, consulté le 06 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/36164 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.36164

Haut de page

Auteurs

Victor Dang Mvongo

Étudiant à l’Université de Dschang, Faculté d’Agronomie et des Sciences Agricoles, Dschang, Cameroun, adresse courriel : victordangmvongo@gmail.com

Théophile Fonkou

Enseignant chercheur à l’Université de Dschang, Faculté des sciences, Dschang. Cameroun, adresse courriel : tfonkou@yahoo.fr

Articles du même auteur

Célestin Defo

Enseignant Chercheur à l’Université de Dschang, Faculté d’Agronomie et des Sciences Agricoles, antenne d’Ebolowa, filière des métiers de bois, de l’eau et de l’environnement, Ebolowa, Cameroun, adresse courriel : defo1.celestin@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search