Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesRegards / Terrain2022Trajectoires socio-économique et ...

2022

Trajectoires socio-économique et spatiale de l’agropastoralisme dans la région de Djebel Amour

Riad Bensouiah

Résumés

À l’image de l’ensemble des territoires ruraux, le rythme d’évolution des territoires steppiques algérien s’est accéléré durant le dernier quart du siècle sous l’impulsion des facteurs de la modernité. Lors d’un travail de recherche sur la région de Djebel Amour, mené et publié en 2003, nous nous sommes intéressés à cette évolution et à ses facteurs. Plusieurs scénarios d’évolution ont ainsi été proposés. De retour dans la région 15 ans après, nous avons voulu vérifier la véracité des scénarios proposés et savoir si l’un parmi eux s’est concrétisé. L’analyse porte sur la dynamique des composantes des scénarios en fonction de la situation actuelle dans la région.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À l’image des changements constatés partout dans le monde, les espaces pastoraux algériens ont été le théâtre de changements profonds, notamment durant les dernières décennies. Si certains changements sont positifs, comme ceux liés aux conditions socio-économiques, d’autres sont par contre négatifs. Ces derniers concernent surtout l’état de dégradation des parcours steppiques considérés par le passé comme l’une des principales ressources.

2Les changements constatés ont été induits par plusieurs facteurs dans certains endogènes et faisant partie de la dynamique naturelle. Alors que d’autres sont exogènes et ont participé à l’accélération des mutations. L’un des principaux facteurs exogènes concerne les effets de la mondialisation sur ces territoires qui n’étaient pas préparés ou encore prêts à de tels changements et avec un tel rythme.

3Cette situation concerne l’ensemble du territoire steppique algérien. La région de Djebel Amour est de fait concernée par les mêmes mutations et les mêmes facteurs accélérateurs. Cette contribution porte sur une analyse rétrospective de la région de Djebel Amour en termes d’évolution socio-économique et l’impact de cette évolution sur l’espace et l’activité agropastorale. En effet, lors d’une recherche menée entre 1996 et 2001, nous avions imaginé quelques scénarios pour l’évolution de l'espace et de l'activité pastorale au niveau de la région considérée.  Ce travail a été effectué sur la base des enquêtes réalisées auprès d’un échantillon représentatif des pasteurs et agropasteurs de la région. De retour sur la région, nous avons voulu vérifier si la dynamique a suivi l'un des scénarios que nous avions envisagés.

Approche méthodologique

  • 1 La wilaya de Laghouat est située à 400 km à vol d’oiseau au sud de la capitale Alger, [en ligne] UR (...)

4L'analyse proposée s'intéresse aux évolutions constatées sur le plan socio-économique, système de production et niveau de dégradation et/ou de valorisation de l'espace pastoral. Cette analyse a été effectuée sur la base des données collectées durant nos passages précédents dans la région, à savoir en 1996 et en 2001. La situation actuelle a été appréhendée à travers des entretiens informels, réalisés durant l’été 2019, avec des personnes-ressources (cadres de l'administration agricole et forestière, représentants des organisations professionnelles et quelques pasteurs et agropasteurs de la région).  Ces entretiens ont été complétés par les données issues de la monographie 2017 de la wilaya de Laghouat1.

5La première recherche était axée sur la question générale de savoir vers où évoluent le système agropastoral, le mode de vie et/ou ce mode de production. En effet, la définition du pastoralisme serait incomplète sans un aperçu des phénomènes qui marquent son évolution actuelle et préfigurent peut-être des formes futures de cette activité. À ce titre, « […]le pastoralisme n'est pas une survivance archaïque des balbutiements de l'agriculture, destiné à disparaître devant le progrès agronomique au nom de la rentabilité des terres et du travail » (Daget et Godron, 1995, p.38). Nous estimons que les fondements mêmes du pastoralisme ont changé. Dans ce cas, et si les choses restent inchangées, il est fort probable que dans un avenir proche les régions pastorales enfantent un nouveau mode de production, un nouveau mode de vie et un nouveau paysage qu’on est incapable à l’heure actuelle d’imaginer.

6La déclinaison de la question générale a nécessité l’analyse de plusieurs aspects qui montrent que le pastoralisme subsiste souvent malgré les efforts des administrations et des gouvernements pour fixer les populations et contrôler les productions agricoles au bénéfice des citadins et de l'État. Mais pourra-t-il survivre sous les formes traditionnelles encore vivantes aujourd'hui ? Autrement dit, est-ce que le pastoralisme en tant que mode de vie et de production est susceptible de reproduction dans une société moderne ?

7Ainsi, la question principale à laquelle répondait la recherche précédente portait sur les explications socio-économiques des transformations opérées et la dynamique qu’elles provoquent. Dans une logique d’adaptation aux transformations, les éleveurs et/ou agroéleveurs de la steppe ont développé trois types de logiques, à savoir une logique de sécurité de vie, une autre de maîtrise de l’espace et une dernière d’intégration et d’ouverture. Ces logiques nous intéressent dans la mesure où elles peuvent faire ressortir les explications aux transformations que nous recherchons. Ces logiques ont ainsi constitué les hypothèses de notre travail.

8La vérification de ces hypothèses s’est articulée autour des quatre axes suivants :

  • La prise en compte de la dimension historique ;

  • La prise en compte de toutes les composantes de l’économie pastorale et l’étude de tous les changements constatés dans ces dernières ;

  • L’analyse des changements à tous les niveaux, qu’ils soient au niveau du rôle de l’État, au niveau des collectivités locales (groupes d’éleveurs formels et/ou informels) et l’analyse des changements constatés chez les éleveurs eux-mêmes ;

  • L’analyse des différents changements dans le système pastoral et la formulation des réponses en fonction des différentes catégories d’éleveurs ou acteurs.

9Ainsi, trois dimensions ont été appréhendées dans cette analyse :

  • La dimension spatiale à travers notamment les travaux de Dyson-Hudson (1978) et ceux de Konezacki (1978) ;

  • La dimension économique en lien avec l’activité pastorale, perçue à travers les travaux de Glaeser (1997) et de Leif Manger (1999) ;

  • La dynamique sociale en référence aux travaux de Comte (2001) ;

  • Et enfin, la dynamique spatiale, notamment à travers les travaux de Normadin et Cavaillhes (1996).

10Les données de terrain ont été collectées à travers une enquête auprès de 100 agropasteurs de la région de Djebel Amour. L’enquête a été réalisée sur la base d’un questionnaire en 2000 et a porté sur les différents aspects de l’agropastoralisme. En ce qui concerne notre deuxième passage dans la région, il a été organisé après la revue des données et de la littérature récente sur le thème et la région. La collecte des données a été réalisée à travers l’organisation de quelques entretiens semi-directifs avec les cadres de l’administration locale, des pasteurs/agropasteurs et des personnes-ressources. L'analyse des données disponibles sur une échelle temporelle d'environ 15 ans nous permettra d'appréhender les trajectoires de l'évolution de la région et de comparer ces trajectoires par rapport aux scénarios proposés dans le cadre de la recherche effectuée en 2001.

11Sur le plan conceptuel, cette contribution se base sur les facteurs du changement social qui sont définis notamment par Durand et Weil (1989) dans Sociologie contemporaine. Dans leur démonstration, les deux auteurs dénombrent six grands groupes de facteurs ou circonstances. Il s’agit de la démographie, du progrès technique, du développement économique, des valeurs culturelles et idéologiques, de l’innovation, des conflits sociaux. Certains de ces facteurs ont été pris en compte dans le développement de nos scénarios et leur dynamique sera ainsi analysée.

12L’analyse se penchera également sur le concept de la renaissance rurale, largement étudié par des géographes tels que Kayser et abordé par plusieurs autres auteurs (Chevalier et al., 2017). Les 5 scénarios imaginés dans l’étude initiale sont présentés ci-dessous d’une manière synthétique. La démarche utilisée pour l’identification de ces scénarios a été détaillée au niveau de l’étude en question (Bensouiah, 2003). Dans ce qui suit, nous rappellerons pour chaque scénario les composantes identifiées à l’époque à savoir : la politique pastorale, la gestion de l’espace et la stratégie des producteurs. Les implications de chaque scénario sont mentionnées dans la dernière colonne du tableau afin de pouvoir les analyser et les comparer avec la situation actuelle à la lumière des données collectées lors de notre dernier passage dans la région de Djebel Amour. À noter que les composantes proposées ont été identifiées comme étant les plus pertinentes pour une analyse prospective.

Tableau.1. Éléments des différents scénarios

Scénario 1 : La situation actuelle ou le laisser-faire

Composante

Implications

Politique pastorale

Gestion de l’espace

Stratégie des producteurs

Politique volontariste (Plantations fourragères et mise en défens sans consensus ni participation des locaux).

Régime foncier confus.

Pas de fiscalité sur le cheptel.

Diminution du libre accès à tous aux parcours.

Les conflits pour l’utilisation de l’espace deviennent de plus en plus intenses.

Le surpâturage s’intensifiera.

L’extension de l’agriculture prendra de l’ampleur.

La superficie de parcours palatables continuera à diminuer.

La dégradation des parcours se poursuivra.

Diversification des sources de revenu par le recours à l’agriculture, au salariat et aux activités commerciales.

Thésaurisation du cheptel par ceux qui en ont les moyens.

Appropriation privée des parcours par ceux qui ont les moyens et le pouvoir social.

Apparition d’une catégorie d’éleveurs capitalistes.

Paupérisation d’une frange de plus en plus importante de la population pastorale.

Passage de la catégorie des éleveurs les plus vulnérables à celle des bergers.

Scénario 2 : Payer le prix de la dégradation

Participation de la population pastorale dans les projets.

Instauration d’une fiscalité sur le cheptel.

Régime foncier confus

Les conflits sur l’espace persisteront mais deviendront moins intenses.

Le surpâturage diminuera mais restera important.

L’extension de l’agriculture sera limitée.

La superficie des parcours palatables restera stable.

La dégradation des parcours continuera.

Investissements dans d’autres secteurs productifs.

Diversification des sources de revenu.

Recours de plus en plus aux bergers nomades.

Diminution de la taille moyenne du cheptel possédé.

Diminution de la pression sur les parcours.

Passage à un mode d’élevage moins intensif.

Régénération progressive des parcours.

Scénario 3 : Du pasteur à l’entrepreneur

Politique volontariste.

Pas de fiscalité sur le cheptel.

Parcours privatisés.

L’accès aux parcours deviendra exclusivement privé.

Disparition des conflits pour l’utilisation de l’espace.

Développement de transactions commerciales sur les parcours.

Diminution de la dégradation des parcours.

Gros investissements dans l’élevage.

Achat de parcours.

Thésaurisation du cheptel.

Spécialisation dans l’élevage.

Disparition des petits et moyens éleveurs. Disparition de l’élevage mobile.

Passage à un nouveau mode de production basé sur la propriété privée du cheptel et des parcours.

Développement de l’utilisation de nouvelles technologies.

Scénario 4 : Participer pour mieux gérer

Participation de la population pastorale dans les projets.

Pas de fiscalité sur le cheptel.

Régime foncier confus.

Les parcours de libre accès à tous diminueront.

La superficie des parcours mis en défens augmentera.

La mise en défens sera respectée par la majorité.

La dégradation des parcours diminuera d’intensité.

Diversification des sources de revenu.

Thésaurisation du cheptel.

Appropriation privée des parcours.

Implication importante des éleveurs dans la gestion des parcours.

Risque de monopole des gros éleveurs du processus de participation et exclusion des petits éleveurs.

Scénario 5 : Pour des entreprises pastorales

Politique volontariste.

Instauration d’une fiscalité sur le cheptel.

Parcours privatisés.

Le libre accès à tous aux parcours disparaîtra.

L’accès aux parcours deviendra exclusivement privé.

La dégradation des parcours diminuera

Achat de parcours.

Spécialisation dans l’élevage avec maintien de cheptels de tailles moyennes.

Recherche d’autres activités pour ceux qui n’ont pas les moyens de suivre cette dynamique.

Emergence d’entrepreneurs dans l’élevage.

Disparition des petits et moyens éleveurs.

Disparition de l’élevage mobile.

Développement de l’utilisation de nouvelles technologies.

13L’analyse effectuée sera présentée à travers deux parties. La première partie portera sur la présentation de la région d’étude alors que la seconde partie sera consacrée à l’évaluation des différents scénarios.

Contexte socio-économique du pastoralisme dans la région de Djebel Amour

14La région de Djebel Amour est située au nord de la wilaya de Laghouat à quelque 300 km à vol d’oiseau de la capitale Alger. Elle est constituée du territoire de l’ancienne commune d’Aflou avant le découpage administratif de 1974. Elle s’étend de 30 à 34° de latitude Nord et de 1 à 2° de longitude Est et Ouest (Figure 1).

15Cette région se compose de 8 communes et s’étend sur une vaste étendue de 4 810 km2. Elle se caractérise par l’existence de deux zones naturelles distinctes à savoir, la zone du nord a vocation agropastorale alfatière constituée des communes de Beidha, Gueltet Sidi Saad et Ain Sidi Ali et la zone du sud, a vocation sylvo-agropastorale, composée par le reste des communes (figure 1).

Figure 1. Localisation de la région de Djebel Amour

Figure 1. Localisation de la région de Djebel Amour

16La région de Djebel Amour est marquée par une dynamique démographique importante. Sa population totale a plus que quadruplé entre 1977 et 2018. Cette dynamique n’est pas due aux aspects purement démographiques, mais à l’attractivité de la région, notamment son agglomération urbaine Aflou et les communes aux alentours.

17La part que représente la population de la région dans la population totale de la wilaya n’a cessé d’augmenter en passant de 21,43% en 1966 à 34,21% en 2018. Il en va de même pour la densité de la population qui était de 1,93 hab/km2 en 1966 alors qu’elle est passée à 49,11 hab/km2 en 2018 (tableau 2)

Tableau 2. Évolution de la population et de la densité de la population dans la région de Djebel Amour

1966

1977

1987

1998

2018

Population de la zone (hab)

9296

52500

69834

97400

226420

Part de la population de la wilaya (hab)

21,43

35,37

32,88

30,71

34,21

Densité de la région (hab/km²)

1,93

11,38

 -

20,25

49,11

RGPH pour les années 1966, 1977, 1987 et 1998. Monographie de la wilaya de Laghouat pour 2018

18L’attractivité de la région a également reconfiguré la population de la région. En effet, d’une population en bonne partie vivant sur les zones de parcours (population éparse), la tendance à la sédentarisation se confirme et la part de la population des zones éparses ne cesse de diminuer. La part de la population agglomérée a plus que doublé passant de 35,17% en 1977 à 79,46% en 2018 alors que la population des zones éparses est passée de 64,83% à 20,54% durant la même période (tableau 3).

Tableau 3. Evolution de la population agglomérée et celle des zones éparses

Population agglomérée

Population éparse

Population totale (hab)

Nbr (hab)

Part (%)

Nbr (hab)

Part (%)

1977

18465

35,17

34035

64,83

52500

1987

39537

55,18

31297

44,42

69834

2018

179923

79,46

46497

20,54

226420

RGPH pour les années 1977, 1987. Monographie de la wilaya de Laghouat pour 2018

19Cette reconfiguration trouve son explication dans plusieurs raisons dont les plus importantes sont le changement important au niveau du système économique régional (qui sera abordé dans la partie suivante) et la quête continue de meilleures conditions de vie. Cela témoigne que la vie sur les parcours n’est plus aussi attractive qu’avant. Ceux qui y restent sont souvent les bergers soit car ils n’ont pas les moyens de s’installer en ville, soit encore parce qu’ils vivent une partie de l’année sur les parcours et l’autre en ville ou dans les centres des communes de la région.

20Dans ce sens, comme annoncé depuis les années 70, la sédentarisation de la population se confirme (Kateb, 2003). Toutefois, cette tendance s’est accélérée ces dernières années avec les différents changements constatés dans la région. En effet, touchant au départ les couches les plus aisées ou encore les populations les plus pauvres à la recherche d’une source de revenus dans les agglomérations, la sédentarisation n’épargne actuellement aucune frange de la population de la région. L’amélioration des conditions de vie dans les agglomérations, combinée à la dureté de la vie sur les parcours a poussé les populations des zones éparses, donc celles vivant sur les parcours, à se rapprocher des villes et agglomérations de la région.

21À titre indicatif, les données de 2017 montrent qu’environ 65% de la population totale de la région sont localisés dans la commune d’Aflou, principal centre urbain de la région (figure 2).

Figure 2. Évolution de la population de la région par commune entre 1987 et 2017

Figure 2. Évolution de la population de la région par commune entre 1987 et 2017

Elaborée à partir des données des RGPH 1987 et 1998 et des données de la monographie de la wilaya de Laghouat pour 2017

22Les communes les moins peuplées, en l’occurrence celles de Sidi Bouzid, Sebgag, Brida et Hadj Mecheri, regroupent une bonne partie des populations des zones éparses vivant encore en totalité ou une bonne partie de l’année sur les parcours. La figure 1 montre également l’importance de la croissance de la population de l’agglomération urbaine de la région. En effet, avec son attractivité, la commune d’Aflou a vu sa population plus que quadrupler entre 1987 et 2017. Pour les autres communes, la population a continué à augmenter selon le rythme de croissance naturel, mais le solde migratoire est négatif partout sauf à Aflou.

23Par ailleurs, la composition des populations des zones éparses a changé. À l’origine, les pasteurs s’installaient sur les parcours avec leurs troupeaux, soit durant toute l’année, soit durant les périodes de transhumance. Depuis un certain temps, les propriétaires de troupeaux sont installés dans les agglomérations de la région ou encore dans d’autres villes du pays. Ce sont les bergers, souvent les membres de la famille, proches ou encore issus de la même tribu/fraction, qui vivent sur les parcours pour s’occuper des troupeaux au quotidien.

24À ce rythme, cette tendance à la baisse de la population des zones éparses, et donc du nomadisme, va continuer et va probablement arriver à bout des derniers nomades de la région, voire de toute la steppe algérienne dans quelques années. Sur le plan des conditions de vie, d’une manière générale, ces dernières se sont fortement améliorées sous l’impulsion des différentes politiques étatiques en faveur des zones rurales. L’ensemble des indicateurs ont enregistré une évolution positive : la santé, l’éducation, l’équipement des logements, l’accessibilité, les conditions de transport, les loisirs, et cetera. À titre d’exemple, en 2017, le taux d’électrification des logements des communes de la région varie entre 90 et 98%, le taux de raccordement au gaz varie entre 80 et 89% alors que le taux de raccordement des logements à l’eau potable varie entre 82 et 98%. Néanmoins, ce sont les chefs-lieux des communes qui ont le plus bénéficié de ses améliorations.

Évaluation des différents scénarios

Dynamique des systèmes productifs

25La région de Djebel Amour a subi durant les 15 dernières années des changements qui ont affecté son système économique. Même si l’élevage reste important, d’autres activités économiques se sont développées et/ou ont pris de l’importance au détriment de l’activité ancestrale.

26L’activité pastorale poursuit son évolution en gardant le lien avec le parcours. Mais cela n’a pas empêché l’abandon des pratiques traditionnelles qui sont en pleine mutation. La transhumance, telle que connue par les ainés, a pratiquement disparu. Les déplacements ont changé sur la forme et sur le fond (Bensouiah, 2003). Les distances parcourues par le cheptel ont très fortement diminué, sauf dans le cas où ils sont pratiqués par camion, laissant la place à des déplacements plus locaux.

27La part que représente le parcours dans l’alimentation du cheptel tend elle aussi à diminuer. La complémentation de l’alimentation est devenue la règle qui permet aux éleveurs non seulement de s’adapter aux conditions climatiques marquées par la succession des années de sécheresse, mais également au manque de bergers qui sont de plus en plus difficiles à trouver.

28L’élevage continue sa mutation vers un modèle « semi-intensif ». Les animaux sont certes sur les parcours, mais passent de plus en plus de temps en stabulation libre dans les enclos pour rassembler les animaux en vue de leur alimentation sur les parcours appelés « zribas ». C’est une sorte d’étable à ciel ouvert, entourée de fil de fer barbelé.

29L’agriculture n’est pas restée en marge de ces mutations. À l’origine, les meilleurs parcours abritaient une céréaliculture spontanée en sec, qui permettait de récolter quelques quintaux de blé dur ou d’orge durant les bonnes années climatiques. Avec le développement de la mécanisation, la facilité d’accès aux intrants et l’amplification des échanges, ce mode de culture a été quasiment abandonné laissant la place au maraichage (surtout des pommes de terre et des oignons), au blé (dur et tendre) irrigué et relativement peu à l’arboriculture fruitière (notamment l’oléiculture) sur les terres de bas-fonds (dayas). Dans cette logique, les dix dernières années ont été marquées par l’implantation de plusieurs exploitations maraichères et/ou arboricoles, notamment aux alentours d’Aflou et dans les zones où la ressource hydrique est disponible.

30Il est cependant utile de souligner que cette évolution nécessite une analyse plus poussée parce que le recours à la céréaliculture sur les parcours de la steppe a, en grande partie, été utilisé comme stratégie d’appropriation des parcours. Cette pratique, appelée « El Gdel », permet en effet aux éleveurs et agroéleveurs de la steppe de s’approprier les parcours selon des règles définies d’une manière séculaire (Bensouiah, 2003).

31La superficie agricole totale (SAT) a augmenté de 5,24% entre 1998 et 2017 (tableau 4). Cette augmentation est due en grande partie aux différents programmes de mise en valeur déployés par les pouvoirs publics durant les deux décennies précédentes, notamment dans le cadre du Programme national de développement agricole (PNDA) et du Projet de proximité de développement rural intégré (PPDRI). L’analyse des données désagrégées par type d’occupation montre que la superficie agricole utile (SAU) a diminué. Cette diminution est due à la réduction de la céréaliculture dans un contexte marqué par la succession d’années de sécheresse.

Tableau 4. Évolution de la SAT de la zone entre 1998 et 2017

Superficie 1998 (ha)

Superficie (ha) 2017

Écart (%)

SAU

25 939,00

21 645,00

-19,84

Pacages et parcours

365 743,00

381 511,00

4,13

Forêts

17 640,00

43 543,00

59,49

Autres

51 678,00

39 801,00

-29,84

SAT

461 000,00

486 500,00

5,24

DSA de Laghouat (1998) et Monographie de la wilaya (2017)

32Les terres mises en valeur dans le cadre du l’Accession à la propriété foncière agricole (APFA), ne sont pas prises en compte dans la SAU totale. En 2018, la monographie de la wilaya recense pour la région, pas moins de 14 097 ha attribués pour 2 406 bénéficiaires. Un peu plus du quart, soit 4 178 ha ont été réellement mis en valeur. La commune d’Aflou se trouve en tête avec une superficie mise en valeur de 1 659 ha, suivie par Beida, Ain Sidi Ali et Gueltet Sidi Saad.

33Ainsi, en dehors d’Aflou (centre urbain de la région), l’extension des terres agricoles s’est réalisée dans les communes où sont localisés les meilleurs parcours de la région. La superficie forestière a fortement augmenté sous l’impulsion des programmes de plantations mis en œuvre dans le cadre du PPDRI ainsi que les autres programmes de mise en défens et de préservation des parcours engagés par le Haut-commissariat au développement de la steppe (HCDS). La diminution des autres types de terres (terres improductives) est certainement liée à l’extension des zones urbaines et le développement de nouvelles zones d’activités économiques, notamment aux alentours des grandes agglomérations de la région.

34À défaut de disposer d’autres statistiques plus fiables, il faut néanmoins prendre les données citées ci-dessus avec toutes les précautions nécessaires. En effet, au regard des méthodes de collecte des données par les services concernés, certains chiffres peuvent nous interpeler et nécessitent d’être vérifiés par une analyse plus poussée. Le recours à la télédétection est l’un des moyens les plus adaptés et appropriés pour remédier à une telle situation.

35Le territoire n’étant pas extensible, le développement de l’activité agricole s’est forcément opéré au détriment des espaces de parcours (Bensouiah, 2003). Les différentes politiques de l’État encourageant l’investissement et le développement du secteur agricole ont induit une forte demande sur les terres agricoles, notamment pour la mise en place des exploitations arboricoles et de maraichage. Or, au vu des caractéristiques édaphiques et pédologiques, l’extension de l’agriculture s’est réalisée sur les meilleures terres de parcours, réduisant ainsi l’espace disponible pour l’élevage.

  • 2 Il faut cependant noter que la classification utilisée dans les deux cartes est différente, ce qui (...)

36Les données statistiques disponibles ne sont malheureusement pas assez détaillées pour spatialiser cette évolution. Mais une fine analyse des cartes d’occupation du sol traduit bien cette évolution. En effet, la comparaison entre la carte d’occupation du sol élaborée en 1995 (Figure 3) et celle réalisée par l’Institut national des sols de l’irrigation et du drainage (INSID, 2011) (Figure 4) fait bien ressortir cette évolution2.

Figure 3. Carte d’occupation du sol de la région en 2011

Figure 3. Carte d’occupation du sol de la région en 2011

Tirée de la carte d’occupation du sol de la wilaya de Laghouat – INSID, 2011

Figure 4. Carte d’occupation du sol de la région en 1996

37En effet, elle fait ressortir l’extension des cultures maraichères autour de l’agglomération d’Aflou ainsi que l’apparition d’un système de polycultures autour des communes telles que Beidha et Gueltet Sidi Saad. On note également une augmentation de la superficie arboricole, notamment celles consacrées à l’oléiculture. Il parait que l’oléiculture, au vu du potentiel qu’elle présente et de son adaptation aux conditions du milieu physique local, est appelée à se développer encore plus et à jouer un rôle important dans l’économie locale. Les données des services agricoles évoquent une évolution importante des superficies. Entre 1996 et 2017, la superficie consacrée aux cultures maraîchères est passée de 487 ha à 9 480 ha. Elle s’est multipliée par 20. La superficie consacrée à l’arboriculture a évolué dans les mêmes proportions.

38Sur le plan économique global, l’élevage continue à jouer un rôle majeur dans l’économie régionale. L’agriculture s’est également développée sous l’impulsion des différents programmes gouvernementaux et autres aides accordées aux investisseurs et aux jeunes dans les différents programmes d’appui à l’entrepreneuriat et l’investissement dans le secteur. En effet, durant les deux dernières décennies, plusieurs dispositifs d’appui ont été mis en place. Parmi les plus importants, on peut citer ceux destinés aux jeunes, pilotés par l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) devenue récemment Agence nationale d’appui au développement de l’entrepreneuriat (ANADE), l’Agence nationale de gestion de microcrédit (ANGEM), et d’autres, plus spécifiques, destinés aux investisseurs notamment dans le cadre des dispositifs créés par l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI).

39La reconfiguration du système économique local s’est traduite par une augmentation de la part que représentent les activités du secteur tertiaire (notamment dans le commerce). En effet, avec l’ampleur de la sédentarisation et l’extension du tissu urbain des villes comme Aflou, plusieurs activités de services se sont développées. A titre d’exemple, dans le cadre du dispositif ANDI, 17 777 projets ont été financés entre 2008 et 2017 sur l’ensemble du territoire de la wilaya avec un montant de 90 811 milliards de dinars. Ces projets ont généré 14 875 postes d’emplois. Cependant, l’analyse des chiffres désagrégés par secteur montre que ces projets ont porté sur d’autres secteurs que l’agriculture qui ne représente que 4% en nombre et à peine 1% des financements attribués (figure 5).

Figure 5. Projets financés par l’ANDI dans la wilaya de Laghouat par secteur en 2017 (%)

Monographie de la wilaya de Laghouat 2018.

40Dans le même sens, en 2017 et sur l’ensemble du territoire de la wilaya de Laghouat, 10 projets agricoles (dont 4 pour la seule commune d’Aflou) ont été financés à travers le dispositif ANSEJ avec un montant de 45 724 060 da, soit 43% du montant total des financements attribués par ce dispositif durant cette même année. Les autres communes de la région de Djebel Amour n’ont enregistré aucun projet.

41Par ailleurs, même si des enquêtes approfondies sont nécessaires pour le confirmer, le développement des activités du secteur tertiaire s’est réalisé en partie grâce aux bénéfices dégagés par l’élevage ovin. C’est ce qui confirme la stratégie de diversification déjà constatée chez les éleveurs et agroéleveurs les plus aisés.

42Aussi, le développement de l’agriculture avec la création de nouvelles plantations et fermes, notamment autour de l’agglomération d’Aflou, ne s’est pas réalisé au détriment de l’élevage ovin étant donné que le cheptel ne cesse d’augmenter. Cependant, on assiste à la diminution progressive de la céréaliculture en sec si on se réfère aux données statistiques des services concernés.

Niveau de dégradation des parcours et valorisation de l’espace pastoral 

43L’espace pastoral se réduit et la qualité des parcours continue à se dégrader sous l’effet multiple de la pression anthropique sous toutes ses formes (surpâturage, extension de l’agriculture, urbanisation, et cetera) et des conditions climatiques marquées par des sécheresses récurrentes.

44Les données sur l’évolution du cheptel ovin montrent que la pression augmente. Cette pression date des années 70. L’ensemble des auteurs qui ont abordé cette question ont soulevé une charge pastorale beaucoup plus importante que les capacités réelles des parcours steppiques d’une manière générale (Nedjraoui, 2004). Cette situation donc n’est pas propre à la région de Djebel Amour et reste valable pour l’ensemble de la steppe algérienne.

45Si on part du principe que les parcours sont exclusivement exploités par les ovins, la taille du cheptel de la région ne cesse d’augmenter depuis les années 50 (Figure 6). Elle est en effet passée de 124 590 têtes en 1955 à 643 808 têtes en 2018 (DSA, 2019). Les communes où la densité du cheptel ovin est la plus importante sont celles d’Ain Sidi Ali, de Gueltet Sidi Saad et d’Aflou. Taouiala reste la commune où la taille du cheptel ovin est la plus faible, soit 5790 têtes en 2018.

Figure 6. Évolution du cheptel ovin de la région

Figure 6. Évolution du cheptel ovin de la région

DSA de Laghouat

  • 3 Le calcul de charge pastoral a été effectué sur la base des données de la DSA de Laghouat pour les (...)

46Étant donné que la superficie de parcours n’a pas vraiment augmenté, la charge pastorale, calculée uniquement par rapport au cheptel ovin, a fortement augmenté. Cette dernière est passée de 1,1 à 1,7 têtes/ha entre 1998 et 20183. Les communes les plus touchées par cette augmentation sont naturellement celles où sont situés les meilleurs parcours de la région en l’occurrence Ain Sidi Ali, Gueltet Sidi Saad et Beidha, autrement dit, la partie plaine, située à l’ouest de la région.

47Par ailleurs, sur cette question de pression animale sur les parcours, la situation semble beaucoup plus alarmante si on considère que la taille du cheptel ovin est sous-estimée au vu de la façon dont les statistiques officielles sont élaborées et de la méfiance, toujours de mise, des éleveurs à déclarer la taille réelle de leur cheptel. Les différents efforts engagés dans le cadre de la préservation des parcours et de la lutte contre la désertification, notamment celles menées par le Haut-commissariat au développement de la steppe (HCDS), ont certes eu des effets sur la régénération des parcours via des actions de mise en défens et de plantations fourragères. Mais ces efforts n’ont pas été en mesure de juguler la pression sur les parcours induite en grande partie par l’augmentation continuelle du cheptel.

Stratégies des pasteurs et agropasteurs 

48Les stratégies des éleveurs et agroéleveurs n’ont pas changé sous l’effet des différents changements constatés depuis plus de quinze ans. Ces dernières restent articulées autour du couple « thésaurisation/décapitalisation - recours à d’autres activités ». La figure 7 montre comment ces stratégies se dessinent au niveau des trois sphères à savoir l’activité pastorale, l’activité agropastorale et l’économie globale.

Figure 7. Dynamique constatée au sein de l’activité pastorale et agropastorale

Figure 7. Dynamique constatée au sein de l’activité pastorale et agropastorale

49La passerelle entre les différentes sphères est assurée par le recours à des activités nouvelles, telles que le commerce et les services. Le passage de la sphère de l’activité pastorale à celle de l’activité agropastorale nécessite le recours à l’agriculture et au travail saisonnier pour les pasteurs sédentaires et seulement au travail saisonnier pour les pasteurs nomades et les bergers. À l’intérieur de cette sphère, la dynamique reste classique, c’est-à-dire le passage d’un niveau inférieur, à savoir, du berger au pasteur sédentaire en passant par le pastoralisme nomade. Dès lors que les pasteurs ont recours à d’autres activités, ils passeront dans la sphère de l’agroélevage. Dans cette dernière, la dynamique est régie soit par la thésaurisation, soit par la décapitalisation du cheptel. Enfin, pour atteindre la sphère supérieure, en l’occurrence celle de l’économie globale, les agroéleveurs et/ou agriculteurs doivent passer par le salariat ou par le commerce.

50Les stratégies en elles-mêmes n’ont donc pas changé (Bedrani et Mouhous, 2008), mais le fossé se creuse entre les plus aisés et les plus pauvres. Les mieux lotis continuent à se diversifier et à élargir leur champ d’action alors que les plus faibles quittent petit à petit la sphère de l’activité agropastorale pour s’installer à la périphérie des grands centres urbains de la région (Aflou notamment) dans l’espoir de trouver un emploi salarié ou d’être embauchés comme saisonniers. L’implication la plus importante de cette évolution est l’accaparement des richesses et des ressources par une minorité d’agroéleveurs et l’exclusion progressive de la sphère agropastorale des plus diminués.

51Les stratégies en cours ont eu un rôle certain dans la reconfiguration de l’espace, notamment à travers le changement de mode de vie des populations. La sédentarisation déjà en cours depuis les années 60-70 s’est accentuée, imprimant aux espaces steppiques une nouvelle organisation sociale et économique. D’une manière générale, la part de la population des zones de parcours dans la population totale ne cesse de baisser. Mais la population vivant sur les parcours de la région a augmenté en valeur absolue. Elle est passée de 34 035 à 46 497 habitants en 2018. Cette augmentation est due à l’accroissement démographique enregistré au niveau de la région.

52Comparée à l’augmentation du cheptel, la population des zones éparses se trouve relativement affaiblie. En effet, le ratio entre cheptel/population des zones éparses a fortement augmenté. Il était de 6,91 têtes/hab en 1977 et a atteint 13,84 têtes/hab en 2018. Autrement dit, sur les zones de parcours, l’augmentation du cheptel est beaucoup plus rapide et visible que celle de la population. L’analyse des données plus anciennes permet ainsi de constater que les parcours se vident petit à petit de leurs populations (Ben Hounet, 2009), bien que la population des zones éparses augmente en valeur absolue. Ces dernières se sédentarisent dans les principales agglomérations pour les ménages les plus fortunés et dans les périphéries des villes et autres agglomérations pour les moins nantis.

Synthèse de l’évaluation des scénarios

53Est-ce la fin du pastoralisme traditionnel tel que nous l’avons toujours connu ? L’analyse de la situation sur le plan sociologique permet de constater une tendance vers un déclin certain. Le changement de mode de vie et de mode de pratique de l’élevage confirme cette hypothèse. L’analyse sur le plan système de production traduit un changement qui va dans le sens de la diversification des activités économiques et de la pratique d’un élevage avec beaucoup moins de mobilité ce qui sous-entend que la place du parcours ne sera certainement plus centrale que dans l’activité traditionnelle.

54Est-ce suffisant pour conclure que le pastoralisme va disparaitre ? Pas si sûr. Du moment que la demande de la viande ovine en Algérie reste importante, les éleveurs de la steppe continueront à exploiter d’une manière ou d’une autre les unités fourragères gratuites de la steppe. Il y aura peut-être moins de monde sur les parcours, mais étant donné que la pression y est déjà très importante, il est fort probable que même le changement du mode de pratique du pastoralisme n’est pas en mesure de réduire la pression et de résorber la dégradation des parcours steppiques.

55Sur le plan organisationnel, le pastoralisme s’est toujours distingué par sa « non organisation ». Il est difficile de réaliser une étude de filière et moins encore une étude de la chaine de valeur. C’est une activité qui est restée volontairement ou involontairement en dehors des radars. Pour preuve, personne n’est capable de donner aujourd’hui la taille réelle du cheptel ovin de la steppe. Or, il suffirait, comme cela se pratique dans d’autres pays, d’instaurer un système d’enregistrement des effectifs permettant d’assurer non seulement la traçabilité, mais également d’avoir des statistiques fiables et à jour permettant l’anticipation et la prise de décision. Des solutions simples existent. Mais elles n’ont jamais été mises en œuvre pour des raisons relevées d’une manière explicite ou implicite par toutes les études qui ont touché le pastoralisme en Algérie : les pasteurs et agropasteurs de la steppe veulent rester discrets et ne veulent surtout pas qu’on s’intéresse à eux.

56Dans les faits, c’est une activité qui a toujours été à la limite du formel ou dans l’autre sens à la limite de l’informel. Les différentes politiques mises en œuvre depuis l’indépendance du pays (soit depuis plus d’un demi-siècle) n’ont pas eu raison de ce mode de fonctionnement. Ces politiques, hormis les avancées sur le plan développement socio-économique et sur le plan de préservation de l’environnement via la mise en défens et les plantations fourragères, n’ont pas ou non jamais pu réellement s’intéresser à « l’organisation » de l’activité pastorale qui constitue quand même la clé de voute dans la problématique des zones steppiques.

57Ainsi, à travers les éléments de réponse cités plus haut, nous pouvons affirmer que l’un des scénarios que nous avons imaginés il y a environ 15 ans s’est concrétisé. Il s’agit en effet du scénario que nous avons appelé à l’époque « laisser-faire ». L’analyse des composantes de ce scénario ainsi que ses implications confirment notre analyse. Au niveau de la politique pastorale, rien n’a changé. Les actions de l’État sont restées volontaristes avec des plantations fourragères et de la mise en défens avec une certaine dose de participation (Bensouiah, 2004), mais sans conviction de part et d’autre. En dépit des différentes attributions de terres, dans le fonds, le régime foncier des parcours n’a pas changé et la fiscalité sur le cheptel n’a pas évolué.

58Sur le plan de la gestion de l’espace, la situation s’est encore dégradée. L’accès aux parcours devient de plus en plus difficile face à la diminution de leur superficie, à la réduction de leur qualité et à l’accroissement de la superficie consacrée à l’agriculture. Face à cette situation, la pression sur les parcours a augmenté. Face aux évolutions récentes, les pasteurs et agropasteurs ont adapté leurs stratégies en conséquence. D’un côté, ceux qui ont les moyens ont continué à thésauriser et à s’approprier les parcours tout en diversifiant leurs activités, notamment dans l’agriculture, le commerce et les services. De l’autre côté, les moins nantis se sont trouvés obligés de changer d’activité en recourant au salariat et/ou aux emplois disponibles dans les principales agglomérations de la région. Les différentes mutations récentes, dont la dynamique a déjà été engagée durant les années 90, ont induit un certain nombre d’implications dont les plus importants sont l’enrichissement des plus riches et l’appauvrissement des plus pauvres. Par ailleurs, sur le plan environnemental, la situation n’est pas meilleure qu’il y a 15 ans.

59Enfin, dans le cas des zones steppiques, la situation de la région de Djebel Amour est aisément extrapolable à l’ensemble du territoire steppique algérien. En effet, en dépit des quelques spécificités régionales, l’ensemble de la steppe algérienne fait face aux mêmes problématiques constatées dans la région de Djebel Amour. La situation sur les plans socio-économique et environnemental n’est pas prête de s’améliorer si les principaux défis ne sont pas relevés. Il s’agit notamment de la question du foncier, de l’organisation des producteurs/éleveurs et de la filière, de la fiscalité sur l’activité ainsi que de la fiabilité des statistiques comme outil de planification et d’aide à la décision.

60La thèse que nous avons défendue en 2003 abordait les pasteurs et agropasteurs de Djebel Amour entre tradition et modernité. Finalement, comme dans les autres sociétés traditionnelles, la modernité a eu raison de la tradition. Cette modernité qui s’est manifestée notamment via les facteurs de la mondialisation (croissances des échanges, NTIC, urbanisation, et cetera) a imprimé de nouvelles stratégies de fonctionnement de l’activité agropastorale. Est-ce suffisant pour dire que l’agropastoralisme va disparaitre ? Certainement pas. Cette activité s’est transformée au rythme des mutations des dernières décennies. Elle a certes perdu son caractère traditionnel, mais s’est adaptée aux conditions contextuelles actuelles. Il est à ce stade difficile de dire si ce changement est bénéfique ou non sans se pencher sur l’analyse de l’impact (socio-économique et environnemental) de ces mutations.

Conclusion

61À l’issue de cette analyse, nous pouvons confirmer que l’un des scénarios proposés s’est vérifié. Il s’agit de celui appelé « le laisser-faire ». L’analyse des différentes composantes nous permet d’affirmer ce constat.

62Cependant, le « laisser-faire » ne signifie pas que rien n’a été fait depuis la période de référence de l’analyse. Beaucoup d’initiatives (publiques et privées) ont été mises en œuvre dans une logique de croissance et d’amélioration de la situation. Or, l’analyse effectuée montre que, même si certains changements sont positifs, la tendance générale est plutôt négative. Ceci est dû au fait que les solutions apportées n’ont pas été en mesure de juguler les mutations négatives en cours ou encore, que les problématiques réelles des espaces pastoraux n’ont pas été abordées et/ou ont été analysées d’une manière très superficielle. Nous penchons vers cette dernière hypothèse qui nous parait plus plausible au regard des problématiques abordées durant les dernières décennies et des réponses proposées.

63En fin de compte, les mutations constatées dans la région de Djebel Amour, qui sont extrapolables sur l’ensemble des territoires steppiques algérien, constituent le résultat de la combinaison de plusieurs facteurs endogènes et exogènes auxquels les initiatives publiques et privées n’ont pu, à ce jour, apporter de réponses adaptées. Des réponses qui permettent d’engager ces régions dans une dynamique positive.

Haut de page

Bibliographie

Aidoud, A, E, Le Floc’h et H N, Le Houerou, 2006, Les steppes arides du nord de l’Afrique, Science et changements planétaires / Sécheresse, 17,1,pp. 19-30.

Bedrani, S, et Bensouiah R, 2000, Les causes de la dégradation des parcours steppiques : résultats d'une enquête, Annales de l'Institut National Agronomique El Harrach, 21, 1, pp. 14-32.

Bedrani, S et Mouhous M, 2008, Les changements dans l'économie agropastorale: exemple d'une communauté agropastorale de la commune de Hadj Mechri (wilaya de Laghouat), Les cahiers du CREAD, 24, 83, pp. 91-107.

Ben Hounet, Y, 2009, Le poids du nomadisme pastoral dans les steppes algériennes,  Études rurales, 184, pp. 107-122.

Bensouiah, R, 2004, Politique forestière et lutte contre la désertification en Algérie : du barrage vert au PNDA. Forêt Méditerranéenne, XXV (3), pp.191-198.

Bensouiah, R, 2003, Pasteurs et agro-pasteurs du semi-aride algérien : entre tradition et modernité : le cas de Djebel Amour, Thèse de doctorat en sociologie, Université Paris 10 Nanterre.

Bensouiah, R, 2003, Pasteurs et agro-pasteurs de la steppe algérienne, Enquête dans la région de Djebel Amour, Revue Strates II, Université Paris, pp. 1–12.

Bensouiah, R, 1997, La dégradation des parcours steppiques : étude de cas sur la région de Djebel Amour, Thèse de Magister, I.N.A., Alger,190 p.

Boukhobza, M, 1982, L’agropastoralisme traditionnel en Algérie, De l’ordre tribal au désordre colonial, Alger, Office des publications universitaires, 458 p.

Boukhobza, M,1989Société nomade et État en AlgériePolitique africaine, 34, pp.7-18.

Chevalier, P., et M., Dedeire, 2017, Dynamiques endogènes et exogènes contemporaines de la « renaissance rurale » : un essai typologique des régions françaises, espagnoles et italiennes, Dans : Les enjeux sociaux de l’eau : comparaisons internationales, Cahiers de géographie du Québec, 61, 174, pp. 529-551.

Comte, A, 2001, Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société, (Réédition) L’Harmattan, Paris, 174 p.

Daget, P, et M, Godron, 1995, Pastoralisme : troupeaux, espaces et sociétés, Hatier, Paris, p. 38.

Despois, J, 1957, Le Djebel Amour, Éditions des Presses Universitaires de France, Paris,129 p.

Direction des Services Agricoles de la Wilaya de Laghouat, 2019, Statistiques agricoles de la Wilaya 2018. Données désagrégées issues des Statistiques Agricoles, Série B, Ministère de l’Agriculture et de Développement Rural, Direction des Statistiques et des Systèmes d’information. [En ligne] URL : https://madr.gov.dz/wp-content/uploads/2022/04/SERIE-B-2019.pdf

Durand, J-P, et R, Weil, 1989, Sociologie contemporaine, Éditions Vigot, Paris, 775 p.

Dyson-Hudson, R, et E. A., Smith, 1978, Human territoriality : an ecological reassessment, American Anthropologist, 80, 1, pp. 21-41.

Glaeser, B., 1997, Environnement et agriculture : L’écologie humaine pour un développement Durable, L’Harmattan, Collection environnement, Paris, 214 p.

INSID, 2011, Carte de l’occupation du sol de l’Algérie Au 1/50 000 pour le nord et au 1/200 000 pour le sud.

Bocco, R, Jaubert, R, et Métral, F, (dir.), 2016, Steppes d’Arabies : États, pasteurs, agriculteurs et commerçants : le devenir des zones sèches, Cahiers de l'Institut universitaire d'études du développement (IUED), Graduate Institute Publications, Genève, 404 p.

Kateb, K, 2003, Population et organisation de l'espace en Algérie, L’Espace géographique, 2003/4,32, pp. 311-331.

Konezacki Z, A, 1978, The economics of pastoralism: a case study of sub-Saharan Africa, Cass and Co, 185 p., [En ligne] URL : http://www.fao.org/docrep/l8790f/l8790f08.htm Lahmar, M, 1994, Du mouton à l'olivier, Essai sur les mutations de la vie rurale maghrébine. Éditions Cérès, Tunis, 273 p. 

Leif Manger, O, 1999, From the mountains to the plains : the integration of the Lafofa Nuba into Sudanese society, OSSREA, Addis Abeba, p.45.

Mahdi, M, 2002, Mutations sociales et réorganisation des espaces steppiques, Ibis Press,, Casablanca, Naja Al Jadida et Paris, 263 p.

Momtchausse, G, 1972, La steppe algérienne, cadre d’interaction entre homme et la nature. In Milieu de vie, mode de vie, Cahiers Options Méditerranéennes, Centre International de Hautes études agronomiques méditerranéennes (CIHEAM), 13, Paris, p. 55-60.

Nedjraoui, D, 2004, Évaluation des ressources pastorales des régions steppiques algériennes et définition des indicateurs de dégradation, Dans : Ferchichi, A., Réhabilitation des pâturages et des parcours en milieux méditerranéens, Cahiers Options Méditerranéennes, Centre International de Hautes études agronomiques méditerranéennes (CIHEAM), 62, p. 239-243.

Normandin, D, et Cavailhès J, 1996, Usage des sols dans l’espace rural : évolution, logique économique et conséquences, Revue d’économie régionale et urbaine, Armand Colin, pp. 211–228.

Mahdi M, 2000, Hassan Rachik Comment rester nomade, Afrique Orient, Études rurales, Casblanca 57-158, pp 262-263.

Haut de page

Notes

1 La wilaya de Laghouat est située à 400 km à vol d’oiseau au sud de la capitale Alger, [en ligne] URL : https://fr.scribd.com/document/378802163/MONOGRAPHIE-2017bon

2 Il faut cependant noter que la classification utilisée dans les deux cartes est différente, ce qui rend la comparaison plus complexe.

3 Le calcul de charge pastoral a été effectué sur la base des données de la DSA de Laghouat pour les deux périodes considérées.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation de la région de Djebel Amour
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/36202/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Figure 2. Évolution de la population de la région par commune entre 1987 et 2017
Crédits Elaborée à partir des données des RGPH 1987 et 1998 et des données de la monographie de la wilaya de Laghouat pour 2017
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/36202/img-2.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure 3. Carte d’occupation du sol de la région en 2011
Crédits Tirée de la carte d’occupation du sol de la wilaya de Laghouat – INSID, 2011
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/36202/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Crédits CNTS, 1997
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/36202/img-5.png
Fichier image/png, 171k
Crédits Monographie de la wilaya de Laghouat 2018.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/36202/img-7.png
Fichier image/png, 24k
Titre Figure 6. Évolution du cheptel ovin de la région
Crédits DSA de Laghouat
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/36202/img-8.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure 7. Dynamique constatée au sein de l’activité pastorale et agropastorale
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/36202/img-9.png
Fichier image/png, 62k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Riad Bensouiah, « Trajectoires socio-économique et spatiale de l’agropastoralisme dans la région de Djebel Amour », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 01 novembre 2022, consulté le 01 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/36202 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.36202

Haut de page

Auteur

Riad Bensouiah

Expert indépendant en développement rural, Alger, Algérie, courriel : bensouia@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search