Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 22 Numéro 3

Volume 22 Numéro 3 | Décembre 2022
Écocitoyenneté et sciences citoyennes

Notes de la rédaction

Combien de mobilisations citoyennes au cours des dernières décennies auront permis aux sociétés d’échapper au pillage et à la dévastation des terres, des lacs, des rivières et de la biodiversité ou du moins, auront limité les agressions aux territoires et à la santé ? L’indécision, voire l’inaction des décideurs publics ou leur complicité avec les promoteurs de projets parfois aussi discutables que peu discutés, soulèvent souvent l’indignation et la colère des populations locales impactées et des citoyens conscients de la gravité des menaces à l’intégrité des écosystèmes.

Ces citoyens questionnent alors le bien-fondé de projets peu justifiés, voire erratiques et tentent parfois de les stopper. Ils essaient aussi de modifier les cadres politiques, législatifs, évaluatifs et réglementaires pour éviter la mainmise d’intérêts privés sur le bien commun. Dans la foulée, nombre de mouvements citoyens inventent aussi d’autres façons de vivre pour habiter le territoire, ce dont témoigne le foisonnement des luttes citoyennes visant à protéger boisés et forêts, espaces nourriciers et espèces menacées pour assurer l’intégrité du vivant. Et on ne compte plus les initiatives créatives et conviviales de partage et de solidarité, dignes d’une liste sans fin à la Prévert, allant des jardins collectifs aux communautés bioalimentaires, des projets d’écotourisme, aux ateliers de réparation, de récupération et d’échanges jusqu’aux systèmes locaux de production d’énergie.

Ces questions d’écocitoyenneté servent de trame sous-jacente aux cinq articles réunis dans ce numéro sur les exigences de démocratisation des savoirs et de l’action. Ils abordent sous différents angles, le réseau des relations entre représentations, valeurs, savoirs et actions citoyennes en matière d’environnement.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search