Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 36Les systèmes alimentaires locaux ...

Les systèmes alimentaires locaux ou comment transformer les villes par l’alimentation ?

Béatrice Lefebvre

Résumés

L’évolution des systèmes alimentaires a contribué à façonner les villes et, inversement, celles-ci ont une incidence sur les secteurs d’activités à la source de notre alimentation. Les systèmes urbains et alimentaires apportent chacun leurs lots de problématiques sociales et environnementales telles que l’insécurité alimentaire (Tarasuk et al., 2014) et la contribution aux changements climatiques (IPCC, 2020). Face aux enjeux urbains, des approches urbanistiques s’inspirant du concept de développement durable ont été développées pour répondre à divers objectifs tels que l’utilisation responsable des ressources naturelles et énergétiques. Toutefois, comme le soulignent Theys et Emelianoff (2001), ces transformations vers une ville plus écologique ne prennent pas toujours en compte la justice sociale tandis que c’est fréquemment en regard de principes de justice que des initiatives alimentaires alternatives diversifiées se sont développées (Allen, 2008) pour répondre aux lacunes du système alimentaire et de l’aménagement urbain qui y est lié. En se basant sur les résultats de 18 entretiens effectués avec des organismes communautaires et des tables de concertation locale à Montréal (Canada), l’objectif de cet article est ainsi d’analyser si ces initiatives alimentaires peuvent à la fois contribuer à transformer les villes en milieux plus écoresponsables et à favoriser une justice sociale. Les résultats présentés explicitent comment ces initiatives mettent en œuvre différentes pratiques liées à la justice distributive tout en répondant à certains objectifs de la ville durable, notamment l’accès facile en transport actif aux services essentiels et le respect du bien-être des citoyens, peu importe leur statut socioéconomique, et ce, dans le respect des distinctions culturelles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les villes sont reconnues comme étant des milieux de vie qui mobilisent les ressources, notamment alimentaires, de territoires de plus en plus éloignés (Krausz et al., 2013). Quant aux systèmes alimentaires qui fournissent des aliments aux urbains, ils induisent directement et indirectement des problématiques socio-écologiques telles que l’insécurité alimentaire des populations les moins favorisées, les impacts environnementaux de l’agriculture intensive et la contribution aux changements climatiques (Pretty, 2012 ; Tarasuk et al., 2014; IPCC, 2020). La production alimentaire et les secteurs qui en découlent, conventionnels ou alternatifs, ont aussi des incidences sur le développement des villes et inversement (Krausz et al., 2013; Cesaro et Apolloni, 2020).

2En effet, les activités des systèmes alimentaires ont une incidence sur les problématiques urbaines sociales et environnementales. Par exemple, Alkon et Cadji (2020) identifient un phénomène de « gentrification verte » à Oakland (Californie) et argumentent que celui-ci s’est déroulé, du moins en partie, par la mise en valeur par les agents immobiliers d’attraits tels que des marchés de quartier ou des projets d’agriculture urbaine, initiatives développées par des acteurs sociaux issus des communautés moins nanties et marginalisées. De plus, la localisation des grands commerces d’alimentation dans les zones périphériques des villes, quant à elle, engendre un accroissement des déplacements et des gaz à effet de serre (GES) qui en découlent (Esnouf et al., 2011).

3Inversement, l’aménagement urbain peut engendrer des problématiques en regard de l’alimentation des citadins. Pensons notamment aux « déserts alimentaires » qui, en milieu urbain, réfèrent à des endroits où l’accès dans un rayon de 500 mètres à des commerces d’alimentation offrant des produits sains est limité (Bertrand et al., 2013) ou aux « marais alimentaires » qui représentent un accès très important aux restaurants-minute et autres commerces d’alimentation offrant de la malbouffe (Cooksey-Stowers et al., 2017). De plus, l’aménagement urbain peut limiter le nombre d’espaces verts favorisant des milieux de vie sains et plus diversifiés ainsi que l’accès à des espaces permettant l’agriculture urbaine pour les citadins, particulièrement dans les quartiers moins nantis (Wolch et al., 2014).

4Face à ces enjeux, des approches urbanistiques se sont penchées sur les manières de développer des villes ayant des impacts moindres sur l’environnement naturel tout en misant sur des milieux de vie sains pour les citoyens. En revanche, comme le soulignent Theys et Emelianoff (2001), ces transformations vers une ville plus écologique ne prennent pas toujours en compte la justice sociale tandis que c’est fréquemment en regard de principes de justice que des initiatives alimentaires alternatives diversifiées se sont développées (Allen, 2008) pour répondre aux lacunes du système alimentaire et de l’aménagement urbain qui y est lié. Ainsi, l’objectif de cet article est d’analyser si ces initiatives alimentaires peuvent à la fois contribuer à transformer les villes en milieux plus écoresponsables et à favoriser la justice sociale. La section qui suit explicite les deux cadres théoriques qui guident cette réflexion.

Cadre théorique

5Depuis l’émergence du concept de développement durable en 1987, celui-ci a été repris et appliqué à l’analyse et la transformation des milieux urbains (Béal et al., 2011). En effet, depuis le Sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992 et l’adoption du Programme Agenda 21, rares sont aujourd’hui les municipalités qui n’ont pas de plan de développement durable et qui n’intègrent pas ces préoccupations de développement durable à leurs plans d’urbanisme et d’aménagement. Le développement de milieux écoresponsables découle de ce champ conceptuel du développement durable. Ainsi, l’écoresponsabilité est « [l]a qualité d'une personne physique ou morale, d'un comportement ou d'une activité qui tient compte de principes de respect à long terme de l'environnement physique, social et économique » (Office québécois de la langue française, 2013). L’intégration de la responsabilité sociale et écologique au sein des villes est approchée de diverses manières Elle vise, en fonction des auteurs ou des initiateurs de projets, à développer : une mixité d’usages ; une densification accrue tout en préservant la qualité de vie et la création d’espaces verts ; un accès facile en transport actif aux services essentiels ; une utilisation responsable des ressources naturelles et énergétiques ; la préservation et la restauration des écosystèmes naturels ainsi que l’augmentation de la biodiversité ; le bien-être de ses citoyens, peu importe leur statut socioéconomique, et dans le respect des distinctions culturelles ; l’appropriation démocratique d’une partie des décisions par les citoyens (Kenworthy, 2006 ; Duchemin, 2012 ; Lartigau, 2014 ; Ecocity Builders, 2020). Enfin, comme le soulignent plusieurs auteurs (Theys et Emelianoff, 2001; Béal et al., 2011), le développement des villes viables se fait dans de nombreux cas au détriment de la justice sociale et même des enjeux environnementaux (Beal, 2011). Considérant cette limite majeure, c’est pour cette raison que, dans cet article, l’analyse a été inversée. Plutôt que de s’intéresser aux effets des interventions et politiques urbaines de développement durable et leurs conséquences sur la justice, l’analyse est centrée sur des interventions qui se focalisent sur la justice sociale et comment celles-ci contribuent au développement de milieux écoresponsables. Ainsi, ces objectifs de la ville durable sont mobilisés dans cet article comme outil analytique des interventions des organismes communautaires œuvrant en alimentation pour comprendre la manière dont ceux-ci participent au développement de milieux plus écoresponsables.

  • 1 L’équité renvoie aussi à la prise en compte des contextes qui favorisent socialement certains indiv (...)

6Mais qu’entend-on par justice sociale? Pour Rawls (2009 [1971]), la justice repose sur des principes d’«égalité des droits civiques et des libertés» (p.30) ainsi que l’équité dans la répartition des bénéfices et des charges de la vie en société. Cette définition relève de la justice distributive qui vise la redistribution des charges et des bénéfices pour résoudre les situations d’injustices (Rawls, 2009 [1971] ; Walzer, 1997 ; Forsé et Parodi, 2006). Pour Walzer (1997), la justice distributive peut être basée sur trois principes : le libre-échange, le mérite et le besoin. Selon le principe du libre marché, tout échange est, théoriquement, un accord volontaire et les prix reflètent la signification sociale – la valeur – que les individus attachent à un produit. Les individus sont donc, toujours théoriquement, libres d’acquérir ou non un produit (Walzer, 1997). Dans la réalité, le libre-échange n’est pas aussi libre que la théorie l’indique et l’enjeu est de préciser et de déterminer où doit s’arrêter ce principe du libre-échange. Précédemment, nous avons évoqué brièvement les limites de l’application du principe de libre-échange au système alimentaire : impacts environnementaux, insécurité alimentaire, et cetera. Le mérite, quant à lui, est un principe selon lequel une récompense (ou punition) est attribuée en fonction de la valeur d’une action (Walzer, 1997). Le mérite fait explicitement référence au concept d’équité1 qui « vise à récompenser proportionnellement des mérites individuels inégaux [et] introduit une égalité relative » (Forsé et Parodi, 2006, p.214). Le dernier principe de justice distributive répartit les biens en fonction des besoins – au moins ceux de base – de chacun (Walzer, 1997; Forsé et Parodi, 2006). En ce qui concerne ces deux derniers principes, devrait-on reconnaitre le mérite des producteurs ou prioriser les besoins des personnes vivant des situations d’insécurité alimentaire? Cette tension est fréquemment mise de l’avant dans la littérature (Hinrichs, 2000 ; Guthman et al., 2006).

7Dans cet article, nous toucherons aussi à d’autres visions de la notion de justice. La vision de Rawls, présentée plus haut, met l’accent sur l’égalité entre individus. D’autres auteurs ont abordé la notion de justice sous l’aspect des procédures déterminant les relations entre les individus et les groupes. Par exemple, Young (1990) considère que c’est sur la base de la négociation entre individus et groupes que la justice peut être déterminée. Cette négociation étant fortement influencée par différentes formes d’oppression et de domination entrainant des injustices sociales. Bien que l’accent soit peu mis sur la justice procédurale dans cet article et que l’organisation des résultats est basée sur le principe du besoin lié à la justice distributive de Rawls, il est important de souligner que de nombreux organismes qui ont participé à cette recherche mettent en place des mécanismes pour donner le plus possible une voix aux personnes et groupes marginalisés ou vivant différentes formes d’oppression.

8D’autres approches de la justice font des ponts entre les différentes visions, à l’instar de l’analyse présentée dans cet article. On peut penser à la justice spatiale, développée par des géographes dont Harvey (1973; 1992) et Reynaud (1981) qui s’intéresse, en fonction des auteurs, à l’accès égal aux ressources territoriales, particulièrement dans un contexte urbain tout autant qu’aux représentations de l’espace ou à l’identité (Gervais-Lambony et Dufaux, 2009). Quant à la vision de la justice proposée par Fraser (2004), elle allie deux visions qui sont fréquemment mis aux antithèses, celle de la redistribution et celle de la reconnaissance. Pour cette auteure, la justice sociale doit comprendre une redistribution et une reconnaissance à divers degrés et elle fait aussi intervenir l’approche procédurale mentionnée précédemment. En fonction des contextes présentés dans cet article, des liens seront fait à certains moments avec l’approche de la justice spatiale et celle de la justice sociale telle que théorisée par Fraser.

9Reynolds et Cohen (2016), dans le cadre de leur analyse du mouvement de justice alimentaire porté par des acteurs du milieu de l’agriculture urbaine à New York, exposent, notamment, divers principes de justice distributive (comme le besoin des communautés moins nanties ou l’équité entre producteur et consommateur) au cœur de ces initiatives qui transforment aussi les milieux de vie. Toutefois, certaines inégalités peuvent aussi être maintenues dans certains projets ou secteurs du système alimentaire alternatif. On peut penser, notamment, à certaines initiatives d’agriculture urbaine qui perpétuent des inégalités socioéconomiques (Smith et al., 2013; McClintock, 2018) ou à des marchés fermiers qui ne sont pas accessibles aux moins nantis (Hinrichs, 2000 ; Guthman et al., 2006).

10La réflexion qui guide cet article est à la croisée du cadre théorique de la ville durable et de la justice sociale. En nous appuyant sur le cas de Montréal, l’objectif de cet article est d’expliciter les principes de justice qui sous-tendent la diversité des solutions développées par les initiatives alimentaires alternatives et leur contribution à la création de milieux de vie écoresponsables. Enfin, l’accent mis dans cet article sur la justice distributive est justifié par le fait que l’accès économique à l’alimentation est l’enjeu prioritaire pour la majeure partie des personnes rencontrées et des organismes qui ont participés à cette recherche.

Méthodologie

  • 2 Avant les entretiens, un certificat d’approbation éthique a été obtenu auprès du Comité d’éthique d (...)

11Les résultats présentés plus loin s’inscrivent dans une recherche doctorale sur la gouvernance alimentaire à Montréal (indiquée comme la Ville tout au long du texte). Pour cet article, les résultats de 18 entretiens2 semi-directifs de type compréhensif (Kaufmann, 1996) (durée moyenne de 1h 40) avec des personnes provenant de dix organismes communautaires et de huit tables de concertation locale ou projets collectifs ont été mobilisé. Ceux-ci se sont déroulés entre mars 2018 et mars 2019. Les enregistrements des entretiens ont été transcrits et ont fait l’objet d’une analyse thématique itérative (Albarello, 2011; Paillé et Mucchielli, 2008) à l’aide du logiciel NVivo (version 12). Ainsi, les propos ont été classifiés en fonction des problématiques (sécurité alimentaire des citoyens, enjeux environnementaux, approvisionnements des organismes, etc.) et des interventions sur le milieu de vie et les secteurs du système alimentaire (production, transformation, mise en marché, aide alimentaire, et cetera). Ces données ont par la suite été analysées en fonction des principes de justice distributive et des objectifs de la ville durable.

Présentation du terrain d’étude

  • 3 Dans le but de respecter l’anonymat des personnes rencontrées, nous ne nommerons pas les organismes (...)

12Les systèmes alimentaires regroupent une multitude de secteurs d’activités et les organismes communautaires interviennent eux aussi sur ces multiples secteurs. Le Tableau 1 présente le nombre d’organismes3 porteurs de projets dans chacune de ces sphères d’activités. Le nombre total d’organismes est supérieur à 18 puisque certains portent des projets dans de multiples secteurs.

Tableau 1. Nombre d’organismes en fonction du secteur d’activité (voir à la fin du document)

Secteur d’activité

Nombre d’organismes

Agriculture urbaine (AU)

6

Transformation (Popotes roulantes, traiteurs communautaires, cafés communautaires)

6

Distribution ou mise en marché

9

Aide alimentaire et repas communautaires

7

  • 4 Le Projet Impact Collectif est une nouvelle forme de soutien des organismes communautaires par l’or (...)
  • 5 Ces données comprennent les périodes d’immigration jusqu’à 2016 qui est la date du dernier recensem (...)

13Le terrain de l’enquête est aussi diversifié en regard du contexte socioéconomique dans lequel ces organismes œuvrent. En effet, sur les dix-neuf arrondissements de la Ville, des organisations situées dans huit arrondissements ont été rencontrées (voir Tableau 2). Dans cinq de ceux-ci, à la fois avec des organismes communautaires ayant une intervention directe avec la population et au moins une personne de la table de concertation locale ou du Projet Impact Collectif4 ont participé à cette recherche. Le Tableau 2 comprend des données sociodémographiques sur le pourcentage de ménages à faible revenu et le pourcentage de citoyens provenant de l’immigration pour chacun de ces arrondissements. Sur le territoire de la Ville de Montréal, 34% des 1 680 910 citadins sont issus de l’immigration5 et 19% des ménages sont en situation de faible revenu (Ville de Montréal, 2018). On constate ainsi que plusieurs des organismes rencontrés se situent dans des arrondissements où le nombre de ménages en situation de pauvreté et le pourcentage de citoyens issus de l’immigration sont supérieurs à la moyenne pour la Ville.

Tableau 2. Nombre d’organismes rencontrés en fonction des arrondissements.

Arrondissement

Nombre d’organismes rencontrés

% de ménages à faible revenu

% immigration

1

2

Moins de 20%

40% et plus

2

1

Entre 20% et 30%

40% et plus

3

3

Moins de 20%

Entre 20% et 30%

4

1

Entre 20% et 30%

Entre 20% et 30%

5

4

Entre 20% et 30%

Entre 20% et 30%

6

4

Entre 30 et 40%

Entre 20% et 30%

7

1

Moins de 20%

Entre 20% et 30%

8

2

Entre 20% et 30%

40% et plus

Ville de Montréal, édition mai 2018

14Ces profils sociodémographiques montrent un portrait à l’échelle des arrondissements, mais les profils peuvent être différents dans certaines zones.

15La section qui suit est consacrée à la présentation des résultats concernant les interventions des organismes communautaires œuvrant en alimentation qui favorisent aussi la transformation des villes en milieux de vie plus écoresponsables. Ceux-ci sont divisés principalement par rapport au principe de la justice distributive qui vise à répondre aux besoins, principe qui est au cœur de la mission de la majorité des organismes rencontrés. Ce principe du besoin est, dans les sous-sections des résultats, mis en relation avec une dimension de l’écoresponsabilité.

Des initiatives axées sur la justice sociale qui transforment aussi les villes en milieux de vie plus écoresponsables

16Les initiatives alimentaires à Montréal interviennent de manière importante sur l’accès de proximité à des services de base. En effet, dans les huit arrondissements inclus dans cette recherche, les organismes communautaires portent des projets qui améliorent l’accès à des aliments de base. Parfois, l’accent est mis sur l’accès aux fruits et légumes tandis que plusieurs initiatives offrent aussi l’accès à d’autres aliments de base tels que la viande, les céréales, et cetera. Ces interventions prennent différentes formes qui sont fréquemment le résultat de concertations entre les organismes ou répondant à un besoin exprimé directement par la population du quartier lors de consultations citoyennes.

Répondre aux besoins alimentaires des populations moins nanties en améliorant l’accès aux services de base

17Le principe du besoin qui est sous-jacent à la justice distributive est au cœur de la majorité des actions des organisations rencontrées. Pour répondre aux besoins alimentaires des populations moins nanties, les interventions touchent aussi deux grands objectifs de la ville écologique : le premier visent à offrir des services de base (dont l’alimentation) accessibles en transport actif ainsi que des espaces verts ; le deuxième correspond à l’engagement de divers acteurs dans le développement du bien-être des citoyens, peu importe leur statut socioéconomique, et dans le respect des distinctions culturelles (Kenworthy, 2006 ; Duchemin, 2012 ; Lartigau, 2014 ; Ecocity Builders, 2020).

18Une première sphère d’interventions s’inscrit dans l’objectif de la ville durable visant à offrir des services de base (dont l’alimentation) accessibles en transport actif ainsi que des espaces verts. Elle concerne notamment l’aménagement d’espaces verts qui prennent généralement la forme de jardins ou d’aménagements comestibles. Les organismes investissent souvent l’espace public, que ce soient des parcs, des terrains vagues, des cours d’école, etc. Ces espaces de production alimentaire contribuent à répondre aux besoins des citoyens en améliorant l’accès à des aliments frais pour les résidents, notamment par la cueillette en libre-service ou par les jardiniers :

  • 6 Les éléments complémentaires aux citations font référence aux secteurs d’activités du Tableau 1 et (...)

« Pour le (Grand jardin), c’est du libre-service. Les gens peuvent passer à n’importe quel moment, cueillir ce qui est prêt à être récolté. […] On le fait [aussi] en créant des potagers chez des organismes et dans des cours d’école. […] les gens qui participent à ces projets-là repartent avec des récoltes qui sont quand même abondantes. » (Entretien 9; AU; arrondissement 6; 12 juillet 2018) 6

19Ainsi, les interventions en agriculture urbaine contribuent à améliorer ou à augmenter les espaces verts (Wegmuller et Duchemin, 2010). Toutefois, les objectifs des organismes rencontrés visent davantage à répondre à un besoin d’accès à des aliments sains pour la population et à l’approvisionnement des organismes qui y œuvrent. En effet, certaines productions permettent l’approvisionnement pour la vente locale à prix réduit pour les résidents de zones considérées comme des déserts alimentaires ainsi que la transformation des produits.

« On a commencé aussi avec un autre organisme à produire dans des jardins collectifs et on vend ultra local. Ils nous donnent des fruits et légumes qui sont produits ici et on les vend ici dans le quartier. Ça, ça nous aide parce qu’on ne paie pas ces produits-là. [A : c’est leurs surplus?] Non, ils le font pour nous. On a vraiment des jardins de production. […] Ce n’est pas la dynamique des jardins communautaires, c’est vraiment la dynamique de production collective. » (Entretien 4; aucune action directe; arrondissement 1; 16 mai 2018)

«Nous avons commencé par de la culture en bac, puis [dans d’autres espaces plus grands et plus productifs]. [Ces autres espaces de production] nous permettent d’apporter des produits de meilleure qualité dans nos repas, d’une part, mais aussi ça nous permet d’avoir le contrôle des valeurs nutritives… » (Entretien 6; AU, transformation, mise en marché, aide alimentaire; arrondissement 4; 31 mai 2018)

20La production maraîchère urbaine par ces organismes peut contribuer de manière assez substantielle à réduire les dépenses alimentaires des ménages ou organismes. En effet, une étude menée par le Laboratoire sur l’agriculture urbaine a mesuré que la productivité médiane au sein des jardins collectifs (forme privilégiée par plusieurs des organismes ayant participé à cette recherche) est de 2,7kgpar mètre carré pour une valeur de production estimée à 20,5$ par mètre carré (Duchemin et McClintock, 2020).

21Une deuxième sphère d’interventions privilégiée par de nombreux organismes est celle de la mise en place de marchés de quartier ou de kiosques de vente de fruits et légumes. Certains marchés sont fixes tandis que d’autres combinent des marchés fixes et des marchés mobiles afin de desservir un plus grand bassin de population. Cette combinaison peut aussi servir à combler certains enjeux financiers des organisations comme le témoigne cette personne rencontrée :

« […] on est (à côté d’une station de métro) qui est un point fixe et on a un marché mobile qui sert les zones de déserts alimentaires, des zones à faibles revenus, où les gens n’ont pas accès à l’alimentation soit parce qu’ils n’ont pas d’argent pour s’approvisionner ou soit parce qu’il n’y a pas de distributeurs dans les environs. Donc clairement, les marchés mobiles que l’on fait ne sont pas viables économiquement et le marché fixe nous permet de dégager une petite marge. Cela nous permet de faire un équilibre entre les marges que l’on arrive à dégager et les gens que l’on arrive à rejoindre avec notre marché mobile. » (Entretien 12; mise en marché; arrondissement 1; 18 juillet 2018)

22On constate dans l’extrait ci-dessus une préoccupation d’accès économique pour les citadins tout autant qu’un accès de proximité. Cet enjeu de lutte à la pauvreté revient dans tous les entretiens à la fois avec les organismes ayant une intervention directe et dans les rencontres avec des porteurs du dossier de la sécurité alimentaire au sein des tables de concertation locale ou Projets Impact Collectif. Le manque d’accès économique aux aliments sains est frappant, comme le témoigne cette chargée de projet :

« Avant de pondre ce projet, on pensait faire un marché de fruits et légumes. Nous avons fait un sondage auprès des gens de notre banque alimentaire où, je n’ai pas le chiffre exact en tête, mais c’est environ 80% des personnes qui ont répondu au sondage qui nous ont avoué avoir entre 1$ et 4$ par semaine pour l’achat de fruits et légumes. Seulement de fruits et légumes, on avait isolé les fruits et légumes. » (Entretien 7; transformation, mise en marché, aide alimentaire; arrondissement 5; 6 juin 2018)

23Les initiatives visent donc à répondre aux besoins des citoyens, peu importe leur statut socioéconomique. Ainsi, plusieurs organismes ciblent les besoins des citoyens qui ne sont pas nécessairement reconnus pas les méthodes d’enquêtes des institutions publiques qui évaluent l’accès aux aliments en fonction du nombre de commerces et de la superficie d’offre de produits sains, mais sans considérer l’accès économique des produits vendus.

« Si tu regardes après [une rue], on voit tous les services ici et y’a rien dans l’est et la population la plus appauvrie est là. Ça va ressortir dans notre forum cette problématique-là, un désert alimentaire dans ce secteur-là. La Direction de la santé publique ne l’appelle plus comme ça parce qu’il y a eu quelques petits commerces privés [qui ont ouvert leur porte], mais c’est très fragile et ce n’est pas nécessairement accessible financièrement pour des gens du secteur. Des belles petites boutiques de légumes, mais pas nécessairement accessibles. » (Entretien 17; aide alimentaire; arrondissement 8; 3 octobre 2018)

24Toutefois, s’installer dans les quartiers peu ou non desservis par le système alimentaire conventionnel vient avec des contraintes majeures pour ces organismes communautaires et ces tables de concertation locale. La majorité des personnes rencontrées considèrent qu’on leur laisse la responsabilité de répondre aux lacunes de ce système alimentaire conventionnel et de la planification urbaine :

« Dans notre rôle d’organisme communautaire, on nous donne le fardeau collectif de faire en sorte [que les aliments] soient le plus accessibles possible. Ça, ça veut dire de négocier les meilleurs prix, de faire des tours de passe-passe inimaginables pour avoir de bons prix […] L’organisme communautaire qui ouvre une épicerie dans un désert alimentaire, on lui demande d’être pérenne, on lui demande qu’elle soit rentable et accessible, mais collectivement, il faut prendre conscience que ça ne se peut pas. » (Entretien 7; transformation, mise en marché, aide alimentaire; arrondissement 5; 6 juin 2018)

25Finalement, répondre aux besoins des citoyens moins nantis implique aussi une notion de stabilité de cet accès de proximité à des aliments. Cette stabilité de l’accès vient aussi avec des contraintes financières ou logistiques qui ne permettent pas toujours la mise en place d’action sur toute l’année. Certains y arrivent, mais au prix de réajustements constants et de beaucoup d’efforts :

« De là, on a créé un projet pilote de marché pour l’été. On s’est dit que cela va recréer l’ambiance qu’il y a dans certains pays, les jours de marché. En plus d’acheter, tu socialises, tu parles avec tes voisins. Cela a bien fonctionné et on a décidé qu’on allait garder ce projet et que ce ne serait pas juste l’été. En fait, on continue depuis [plusieurs années], toute l’année, deux fois par mois, le premier et le troisième samedi du mois dans notre café communautaire. La raison de ces deux dates est que le chèque d’aide sociale arrive le premier et le chèque d’allocation familiale arrive la troisième semaine du mois. On a visé les moments où les gens ont de l’argent et qu’ils puissent dépenser le moins possible pour acheter. C’est ça qui nous amené à avoir des marchés. » (Entretien 10; transformation, mise en marché; arrondissement 5; 13 juillet 2018)

  • 7 Au Québec, en fonction de l’âge, de l’employabilité ou de la situation familiale, les ménages peuve (...)

26On constate que les porteurs d’initiatives alimentaires alternatives visent à pallier les enjeux de pauvreté qui, comme le soulignent Tarasuk et al. (2014), sont la source de plusieurs situations d’insécurité alimentaire ; de plus, ils conçoivent leurs projets pour arriver à des interventions pérennes. Comme nous l’avons montré, les réponses sont conçues en regard des besoins des populations moins nanties. Cette préoccupation implique notamment de choisir les dates d’activités de mise en marché en fonction des entrées d’argent de plusieurs citoyens en situation de précarité financière et plusieurs organismes et projets collectifs se tiennent lors de ces moments où les chèques de rente de retraite, d’aide ou de solidarité sociale et d’allocation familiale sont versés7. Quant aux activités qui offrent de la nourriture gratuite ou à très faible coût, elles se déroulent aux périodes entre ces apports financiers :

« …la sécurité alimentaire c’est toujours inclus dans nos pensées. J’ai un groupe d’hommes, avec un souper toujours gratuit, je le mets entre le 25 et 28 du mois parce que je sais que là les gens n’ont pas de fric, parce que les chèques vont arriver le premier. » (Entretien 1, transformation, aide alimentaire, arrondissement 5; 15 mars 2018)

Des mécanismes de redistribution des ressources financières et alimentaires

27Pour répondre à ces enjeux de précarité financière et de vulnérabilité de certains citadins, les organismes mettent en œuvre différentes interventions telles que les prix variables en fonction des revenus, les prix suggérés, la vente à rabais de certains produits et même, le don. Cette diversité d’approches a aussi été observée par McClintock (2014) au sein d’initiatives à Oakland en Californie. Dans certaines interventions montréalaises, la justice distributive s’opère entre les citoyens; c’est-à-dire que les personnes ayant davantage de revenus payent un surplus afin que celles ayant moins de revenus puissent combler leurs besoins alimentaires. Pour un organisme rencontré, cette redistribution des revenus entre les citoyens est fixe grâce à la mise en place d’échelles de prix pour des paniers de légumes. Ces échelles de prix varient en fonction des revenus déclarés par les consommateurs. Cet autre organisme a décidé de miser sur des prix suggérés :

«on a un marché de fruits et légumes, en été, sous un modèle complètement en marge du système capitaliste. On travaille avec un modèle « payer ce que vous pouvez ». Les légumes ont des prix suggérés qui sont plus bas que le marché parce qu’on ne fait pas de marge de profit ou très peu, mais à la caisse, la personne peut décider de donner [ce qu’elle peut]. Il faut qu’elle donne, le but est qu’il y ait un échange monétaire, le but est de sortir du dépannage alimentaire et d’avoir une relation client avec nos membres, ce qu’on a peu souvent. […] par exemple, le prix suggéré est 10$, mais la personne peut donner 6$ et si la semaine suivante elle a plus les moyens, elle peut donner 12$ ou si un citoyen est en meilleure situation économique et qu’il trouve que ce n’est vraiment pas cher, il peut donner le petit 2$ de plus pour faire en sorte qu’à la fin de l’été on va balancer. » (Entretien 7; transformation, mise en marché, aide alimentaire; arrondissement 5; 6 juin 2018)

  • 8 Moisson Montréal est une banque alimentaire qui récupère les dons de nourriture et distribue annuel (...)

28Pour d’autres organismes rencontrés, cette redistribution est assurée par le biais des subventions ou des dons obtenus par les organisations. C’est le cas notamment de projets d’épicerie économique qui vendent à prix très réduit des denrées qui proviennent de dons de l’organisme Moisson Montréal8 complétés par des produits achetés par l’organisme. Contrairement aux projets de marchés décrits dans les extraits précédents, l’accès est réservé aux personnes à faible revenu. Dans un autre cas, les porteurs de kiosques de fruits et légumes ont dû revoir le fonctionnement prévu originellement pour rejoindre des personnes dans des situations financières particulièrement difficiles :

  • 9 Les HLM au Québec sont des immeubles à logements subventionnés où le montant des loyers est établi (...)

« Au bout de 3 semaines de fonctionnement, on a décidé, d’un commun accord de baisser les prix de 20% parce qu’on se rendait compte que pour la qualité, un brocoli à 3,50$ ce n’était pas cher, mais pour les personnes vulnérables, elles n’étaient pas capables de se payer un brocoli à 3,50$. On a décidé d’accepter, et tout le monde d’un commun accord, d’accepter toute cette perte financière et de prendre le risque […] En plus, un organisme dans une zone de HLM9, son kiosque de vente ne fonctionnait pas du tout, c’était épouvantable, c’est d’une pauvreté effrayante là. En cours de route, j’ai accompagné l’équipe et on a décidé de fermer le kiosque de vente et de transformer ça en kiosque de libre-service de fruits et de légumes. On a fait en même temps une entente avec [un organisme d’un autre quartier] qui récupère des produits des producteurs locaux. Mais tu n’as pas nécessairement de diversité. Donc ils se sont approvisionnés par cet organisme et les produits invendus des autres kiosques. » (Entretien 16; mise en marché; arrondissement 3; 26 septembre 2018)

Répondre aux besoins alimentaires et favoriser le bien-être physique et psychologique

29Les actions des organisations rencontrées visent notamment à assurer le bien-être physique et psychologique des citoyens du quartier. Ce travail s’effectue sur divers déterminants sociaux de la santé (Commission des déterminants sociaux de la santé, 2009 ; Anctil et al., 2012), dont bien entendu l’alimentation, mais aussi la solidarité sociale :

« [A : Pourquoi axer sur la saine alimentation?] Les populations vulnérables sont affectées de manière plus importante en termes de problèmes de santé physique et mentale, dont surtout des problèmes liés à l’alimentation. Donc pour nous, par exemple, juste l’isolement social est vu comme étant plus dangereux que de fumer la cigarette dans certains cas en termes d’espérance de vie. Le diabète dans les populations vulnérables est, je pense, 6 fois plus grand pour les populations pauvres que celles de classes moyennes ou hautes, donc l’idée est de travailler sur la santé de la communauté. C’est quelque chose qui pourrait éventuellement sauver de l’argent à l’État, mais aussi c’est important puisqu’on est une communauté et tout le monde devrait avoir accès à des produits sains. » (Entretien 11; AU, mise en marché, aide alimentaire; arrondissement 2; 17 juillet 2018)

30Le bien-être et l’inclusion des citoyens, peu importe leur situation socioéconomique, touchent aussi les populations plus marginalisées qui s’impliquent notamment dans des projets d’agriculture urbaine. En favorisant le développement de compétences et en agissant sur les inégalités en termes de savoir (Bihr et Pfefferkorn, 2008), plusieurs de ces initiatives luttent contre l’insécurité alimentaire, mais aussi l’exclusion sociale :

« …pour les gens qui vivent de l’itinérance ou la stigmatisation sociale ou qui vivent de l’isolement social, ça vient briser ça d’une part. Ça vient aussi changer la perception des gens du quartier sur ces populations, soi-disant, problématiques. Donc, d’offrir cette opportunité-là aux gens qui souhaitent s’impliquer. Ces gens qui sont souvent perçus comme étant un problème, font partie de la solution, ils font partie de ce mouvement pour rendre les villes plus agréables. […] Ça donne de l’importance aussi à ces gens-là et je pense que ça leur fait du bien aussi. » (Entretien 9; AU; arrondissement 6; 12 juillet 2018)

31Cet organisme, en plus de répondre aux besoins, agit pour favoriser la reconnaissance de groupes marginalisés et travailler avec eux à mettre en valeur une représentation positive de leur contribution sociale et lutter contre les différentes formes de mépris qu’ils subissent.

La liberté de choisir en fonction de ses distinctions culturelles

32Des interventions qui visent à assurer le bien-être des populations en situation économique précaire ont été analysées dans les sections précédentes. En outre, nous constatons que le bien-être de l’ensemble des citoyens est au cœur des interventions opérant une certaine transformation des villes en milieux de vie plus écoresponsables. Cette préoccupation de solidarité, de création d’une communauté plus solide s’inscrit aussi dans le respect des distinctions culturelles. Le respect des distinctions culturelles et la célébration de cette diversité s’inscrit dans la justice de reconnaissance telle que théorisée par Fraser (2004). En effet, pour cette auteure, les oppositions hiérarchiques basées sur des constructions de la réalité normées par les groupes majoritaires doivent être déconstruites. Dans le cas de l’alimentation, le discours sur la saine alimentation et l’importance mise sur la consommation de fruits et légumes ne prend pas nécessairement en compte les distinctions culturelles. On peut penser, par exemple, à l’alimentation traditionnelle à forte teneur en viande de certaines Premières Nations (Lévesque et al., 2018). Ainsi, pour plusieurs personnes rencontrées, la notion de liberté de choisir et d’avoir accès à des aliments correspondant aux distinctions culturelles doit autant être prise en compte dans les interventions que le seul principe de redistribution et d’accès économique à des aliments. En ce sens, elles mettent en œuvre l’approche de justice sociale théorisée par Fraser (2004) qui allie redistribution et reconnaissance. La liberté de choisir des aliments sains ou culturellement appropriés dépend, entre autres, de l’offre et de l’accès (Robitaille et Bergeron, 2013), du revenu (Tarasuk et al., 2014), du niveau d’alphabétisation alimentaire (Howard et Brichta, 2013), mais aussi, dans le cas des aliments culturellement appropriés, d’une perte des savoirs et des modes de vie traditionnels (Lévesque et al., 2018) ou d’une occidentalisation des pratiques alimentaires. En outre, l’accroissement de la consommation de produits transformés et ultra-transformés de l’alimentation nord-américaine, constaté par Moubarac et al. (2014), pourrait induire des impacts environnementaux plus importants comme le suggère l’analyse de cycle de vie effectuée par Schmidt Rivera et al. (2014). La notion de choix peut ainsi avoir une incidence sur les citoyens, mais aussi sur l’environnement.

33Plusieurs quartiers de Montréal, où l’accès à des aliments sains est restreint, sont aussi caractérisés par une proportion importante de citoyens provenant de l’immigration (voir Tableau 2). Pour assurer une saine alimentation de ces populations et respecter leurs distinctions culturelles, les organismes communautaires et les tables de concertation locale portent une attention particulière à répondre à ces préférences alimentaires, bien que cela entraine parfois des contraintes financières sur les projets comme l’évoque cette personne :

« … nous avons beaucoup de communautés culturelles différentes, donc avoir accès à toute la nourriture qui est culturellement connue, c’est très difficile. […] c’est relativement cher. Il faut payer le transport du produit qui arrive ici. Donc l’idée d’avoir quand même le marché, ici, était de fournir une alimentation qui est saine et à un prix qui est beaucoup plus abordable. Mais la partie culturelle reste pareille, on essaie d’amener d’autres produits, mais ça fait en sorte que les prix du marché montent plus que l’on voudrait. » (Entretien 10; transformation, mise en marché; arrondissement 5; 13 juillet 2018)

34Malgré les enjeux financiers qui peuvent en découler pour les organisations, la liberté de choisir demeure un facteur important :

« Plus j’ai un éventail grand de façon d’offrir et de produits, plus je m’assure que la majorité des gens ont accès à ce dont ils ont besoin. [A : Et ils ont le choix] Oui. Comme je disais tout à l’heure, c’est autant le besoin physique, spirituel, mental, de manger telle affaire ou telle autre. » (Entretien 10; transformation, mise en marché; arrondissement 5; 13 juillet 2018)

« On a un angle nutritionnel très important. Pour nous, ce n’est pas de la nourriture à tout prix, c’est de la nourriture bonne et saine que tu choisis. Le libre choix a une place très importante dans nos programmes. » (Entretien 7; transformation, mise en marché, aide alimentaire; arrondissement 5; 6 juin 2018)

35Comme le soulignent Krausz et al. (2013), l’alimentation est le reflet de distinctions culturelles, religieuses, idéologiques, et cetera. Dans le cas qui nous occupe, ces distinctions sont valorisées et servent à consolider les liens entre communautés locales par le partage des manières de s’alimenter. Plusieurs organismes rejettent pour cette raison le discours normatif sur la saine alimentation.

Tension entre le besoin alimentaire et l’équité envers les producteurs agricoles

36Dans les sections précédentes, nous avons abordé la manière dont les interventions répondent aux besoins des citoyens moins nantis, notamment par l’accès à des aliments sains et frais. Ces interventions s’inscrivaient donc dans deux objectifs de la ville viable : l’accès facile en transport actif aux services essentiels et le bien-être de ses citoyens, peu importe leur statut socioéconomique, et ce, dans le respect des distinctions culturelles.

37Favoriser l’accès à des aliments sains et locaux s’opère aussi en fonction de deux raisons principales : la limitation du transport et donc la réduction des gaz à effet de serre, et la stimulation de l’économie locale et l’appui aux petits producteurs agricoles locaux. Ces préoccupations touchent directement les objectifs de la ville durable liés à la préservation des ressources naturelles, mais aussi à celui qui met de l’avant que les besoins de la ville devraient être satisfaits par l’intermédiaire de la production et de l’extraction des ressources du territoire périphérique (Kenworthy, 2006). Dans le premier extrait ci-dessous, on constate une préoccupation d’encourager non seulement la production agricole locale, mais aussi les petits transformateurs à l’échelle du quartier. Dans le second, les organismes ont opté pour la fidélisation des accords d’approvisionnement auprès d’un producteur local de produits certifiés biologiques.

« Si on entre dans le problème d’effet de serre, le transport, tout ça, c’est bien de produire tout proche, mais il y a des produits qu’on ne peut pas avoir ici. La période de production ici, elle est très courte. […] Mais on essaie d’avoir le plus proche possible, les légumes autour ou les produits transformés autour et aussi de ne pas avoir vraiment des produits qui sont transformés à 100%. […] Donc, moins de transformation et proche un tout petit peu, mais pas vraiment proche parce que si on veut faire de la saine alimentation, il y a des produits qu’on doit introduire d’ailleurs. » (Entretien 2; AU, mise en marché, aide alimentaire; arrondissement 8; 26 avril 2018)

« On a commencé à travailler avec les gens, pour parler de la question de la production locale, de l’importance de la production locale. Dans ce cadre-là, ce qu’on a décidé c’est d’adopter un fermier. Les quatre organismes, on a établi un contrat avec un fermier qui nous faisait deux livraisons par semaine. » (Entretien 16; mise en marché; arrondissement 3; 26 septembre 2018)

38Cette préoccupation de contribuer à l’économie locale ou de s’approvisionner auprès des agriculteurs de proximité fait toutefois l’objet de tension. En effet, le souci d’équité envers les producteurs suscite de nombreuses tensions chez les organismes qui cherchent aussi à répondre aux besoins de la population moins nantie :

« …c’est très problématique aussi qu’on soit dans cette position: est-ce que c’est le producteur que je dois choisir ou c’est les membres de ma communauté qui n’arrivent pas à se nourrir? Cette espèce de dilemme là, de toujours être dans la course aux meilleurs prix, la course aux meilleurs prix alors que ça coûte quelque chose de produire [les aliments] » (Entretien 7; transformation, mise en marché, aide alimentaire; arrondissement 5; 6 juin 2018)

39Bien que cette tension entre les besoins des citoyens à faible revenu et l’équité envers le producteur soit exprimée par une majorité de personnes rencontrées, plusieurs considèrent que le respect des deux parties est essentiel et que le souci de l’équité envers les producteurs est relié à la satisfaction des besoins des personnes à faible revenu. Pour plusieurs personnes rencontrées, les producteurs et les consommateurs subissent les effets d’un système qui les dépasse. Le système alimentaire conventionnel, caractérisé par d’importants monopoles, fait l’objet de critiques par celles-ci :

« Il y a de gros joueurs de l’agroalimentaire au Québec, même au niveau des producteurs. C’est les Loblaws, IGA et Metro qui vont avoir une force économique très importante et qui vont pouvoir acheter la quasi-totalité de la production et transformer la quasi-totalité. Eux, ça leur permet d’avoir des négociations très avantageuses, en fait c’est eux qui vont donner les prix. Ils ont un tel pouvoir d’achat que c’est eux qui vont presque imposer le prix au producteur, souvent un très bas prix et c’est un peu déloyal. En tout cas, c’est comme ça que je le perçois et, idéalement, il faudrait, comme un peu ce que l’on essaie de faire humblement avec nos marchés, plus appuyer les producteurs avec des petits commerces indépendants qui sortent un peu du système de la grande distribution. » (Entretien 12; mise en marché; arrondissement 1; 18 juillet 2018)

40On constate ainsi que les organismes, particulièrement ceux qui portent des interventions visant à améliorer l’accès à des services de base par la mise en place de marchés de quartiers ou de kiosques de fruits et légumes, perçoivent leur action comme un pas vers la résolution de cette tension entre équité et besoins. Toutefois, une tension existe aussi entre la volonté de répondre aux besoins et de réduire la pression sur les ressources naturelles.

Utilisation responsable des ressources naturelles et énergétiques ou répondre aux besoins alimentaires des urbains?

41La transformation de la ville en milieu de vie plus écoresponsable vise, notamment, à concilier les besoins de base (dont l’offre alimentaire), le respect des citadins de tous statuts socio-économiques et limiter les impacts sur l’environnement naturel. Dans la section précédente, il a été explicité que l’équité envers les producteurs locaux est fréquemment mise en opposition avec la satisfaction des besoins de base des populations moins favorisées ou marginalisées. L’appui aux producteurs locaux, dans une perspective environnementale et de promotion de la santé, par la mise en valeur des produits provenant de l’agriculture biologique vient exacerber cette tension entre la justice distributive fondée sur le principe des besoins et celui d’équité (ou de valorisation du mérite des agriculteurs) par l’ajout de préoccupations environnementales. Ainsi, comme le soulignent plusieurs auteurs (Theys et Emelianoff, 2001; Béal et al., 2011 ; Rapoport, 2014), les transformations vers la ville viable mettent particulièrement l’accent sur les enjeux environnementaux tandis que, dans le cas de l’alimentation, ceux-ci passent en second lieu pour privilégier les dimensions sociologiques de la ville viable. Toutefois, ceux-ci ne sont pas complètement mis de côté dans les interventions et les discours des personnes rencontrées :

« …une des problématiques : c’est l’espèce de tension entre un système d’environnement durable, donc aller plus vers des produits bio et des producteurs locaux, et l’accès économique aux denrées. Cette dualité, on l’a beaucoup vécue. [Les organismes] se sont beaucoup posé des questions, dans le projet de marchés qui a été déployé cet été. Un partenariat a été fait avec un producteur local bio, mais ces produits étaient très chers. Et il y avait ce dilemme, c’est quoi l’objectif? C’est d’avoir des produits pas chers ou des produits bio? [Ils] se rendait compte que c’est difficile d’arrimer tous cela. On le vivait. On avait un producteur qui nous amenait des produits et on n’était pas capable de les vendre. » (Entretien 18; mise en marché; arrondissement 3; 25 octobre 2018)

42Cette recherche de conciliation entre la réduction de l’utilisation des ressources – notamment par la réduction du transport ou la culture sans produits chimiques – est une préoccupation des organisations, mais aussi des consommateurs comme l’explique ce gestionnaire d’un marché de quartier :

« …il y a quand même beaucoup de gens qui préfèrent consommer local et en circuits courts […] qu’à prix égal, ils préfèrent consommer local que ce qui vient des États-Unis. Après, je pense que les ménages qui sont à très faibles revenus, il va d’abord y avoir un choix économique, d’accessibilité économique. Mais, je pense que même ces ménages-là, à prix égal, ils préfèreraient consommer local, sauf pour des produits culturels qui ne sont pas produits ici (mangues, bananes, ananas, etc.). » (Entretien 12; mise en marché; arrondissement 1; 18 juillet 2018)

43La préoccupation de préserver les ressources naturelles se met aussi en pratique par la réduction du gaspillage alimentaire, notamment par la transformation et la conservation des surplus. Par exemple, les surplus des marchés sont transformés au café communautaire ou encore les repas sont congelés pour être donnés ou vendus. Ces actions répondent à la fois à une préoccupation environnementale, mais aussi de satisfaction des besoins et d’efficience des actions de l’organisme. Pour ce faire, plusieurs organismes récupèrent les surplus agricoles ou les invendus en vue de les redistribuer tels quels ou de les transformer :

« On reçoit vraiment beaucoup de dons en été, de surplus des producteurs agricoles. L’an passé, c’est 15 tonnes qui ont transigés par [l’organisme] et qui ont été distribués, dont une partie transformée. » (Entretien 7; transformation, mise en marché, aide alimentaire; arrondissement 5; 6 juin 2018)

« Après la journée du marché, il y a des produits qui ne sont pas vendus, on ne peut pas attendre à deux semaines plus tard, il y a des produits périmés qu’il faut jeter. Donc nous avons décidé de les transformer et nous avons ouvert un petit café-restaurant qui vend ces produits-là. » (Entretien 10; transformation, mise en marché; arrondissement 5; 13 juillet 2018)

44Finalement, bien que la conciliation des impératifs de sécurité alimentaire et de réduction des impacts environnementaux engendre des tensions et des contraintes additionnelles au niveau de la pérennité financière des projets, les organismes n’évacuent pas de leurs objectifs le fait d’atteindre un équilibre entre ceux-ci. Par le partenariat avec des producteurs afin d’obtenir une portion de produits gratuitement ou à faible coût, par la solidarité intercommunautaire ou encore par la création de projets connexes, les organismes mettent en œuvre des solutions visant à réduire ces tensions. Pour les organisations rencontrées, l’éducation et la sensibilisation sont aussi des composantes essentielles de la transformation des villes vers des milieux de vie plus écoresponsables. L’agriculture urbaine peut ainsi jouer un rôle dans la conscientisation des citoyens à l’importance de s’approvisionner de produits locaux, comme le précise cette personne rencontrée :

« L’avantage aussi [de cultiver sur] des terrains vagues est qu’ils sont au niveau du sol. Dans un environnement urbain, c’est très visible. Encourager les gens à manger localement alors qu’ils ne voient même pas l’endroit où pousse la nourriture, ça ne fait pas vraiment de sens. » (Entretien 6; AU, transformation, mise en marché, aide alimentaire; arrondissement 4; 31 mai 2018)

45En plus d’assurer un apport en produits frais conséquent pour leur service de livraison de repas à des personnes ayant des problèmes de mobilité (par exemple en situation de handicap physique, aînés, et cetera) et leur marché de quartier, l’agriculture urbaine est pour cet organisme un outil de sensibilisation et d’autonomie alimentaire. En effet, lors de l’entretien, cette personne a souligné, à quelques reprises, l’importance de voir les changements possibles pour stimuler la mobilisation citoyenne. La mobilisation citoyenne et la prise de décision démocratique sont au cœur des pratiques de cet organisme, comme pour plusieurs autres. Ainsi, en plus de mettre de l’avant une justice distributive et une justice de la reconnaissance, les organismes communautaires veillent à divers degrés à favoriser une justice procédurale, du moins au sein de leurs actions.

Discussion et conclusion

46Les résultats présentés précédemment démontrent que les initiatives portées par les organismes communautaires et les tables de concertation locale ou Projet Impact Collectif améliorent, dans une certaine mesure, les milieux de vie des quartiers montréalais. Par l’offre de services de base et la création de jardins, mais surtout par la forte préoccupation pour le bien-être des citoyens de tous les statuts socio-économiques et d’origines culturelles, ces initiatives interviennent sur des dimensions moins prises en compte dans les développements de quartiers écoresponsables ou les approches de ville durable.

47En effet, dans les solutions mises en place par les organisations participantes, les efforts sont particulièrement centrés sur la réponse aux besoins des populations plus démunies. Ainsi, sans pour autant réfuter les critiques d’Alkon et Mares (2012) qui soulignent que les projets d’agriculture urbaine ou de marchés de quartier peuvent perpétuer certaines iniquités, plusieurs interventions montréalaises opèrent une justice distributive basée sur le principe du besoin. En outre, ce constat n’est pas différencié en fonction des arrondissements puisque, même dans ceux où le pourcentage de pauvreté est plus bas, il existe des zones de forte concentration de personnes en situation de pauvreté. Bien que notre échantillon soit composé d’organismes dont la mission s’inscrit dans la lutte à la pauvreté ou la réduction de l’insécurité alimentaire, ce constat ne nous semble pas lié simplement à un résultat d’échantillonnage puisque la littérature sur l’agriculture urbaine ou les interventions centrées sur la mise en marché « alternative » (comme les marchés de quartier) fait aussi état de cette préoccupation dans ce type de projets. Par exemple, Poulsen (2017), en comparant deux fermes urbaines à Baltimore, explique que la ferme communautaire produit des aliments que les résidents de ce quartier moins nanti peuvent se procurer à faibles coûts tout en offrant d’autres services aux habitants tels que des dons de produits pour des repas communautaires ou des espaces de culture. Ainsi, en plus de produire localement des aliments, plusieurs interventions favorisent la création de milieux de vie offrant une mixité d’usages.

  • 10 Le nom original de la Déclaration des droits de l’Homme des Nations Unies a été modifié pour le ren (...)

48Pour appuyer leurs propos sur l’importance de s’attarder aux besoins, plusieurs personnes rencontrées mobilisent le droit à l’alimentation. En effet, contrairement aux États-Unis où les acteurs s’appuient plus fréquemment sur le concept de justice alimentaire (Reynolds et Cohen, 2016 ; Horst et al., 2017), les organismes communautaires montréalais interpellent davantage la notion du « droit à l’alimentation » qui découle directement de l’article 25 de la Déclaration universelle des droits [humains] des Nations Unies10. Ce droit est réalisé lorsque chaque personne a « physiquement et économiquement accès à tout moment à une nourriture suffisante ou aux moyens de se la procurer » (De Schutter, 2008, p.5). Il est donc basé sur le principe du besoin tandis que le concept de justice alimentaire implique davantage une réappropriation du pouvoir citoyen sur l’alimentation et une dénonciation des inégalités systémiques (Reynolds et Cohen, 2016). La mobilisation du concept de droit à l’alimentation plutôt que celui de justice alimentaire pourrait expliquer, du moins en partie, l’accent sur la justice distributive des organismes montréalais rencontrés.

49Toutefois, répondre aux besoins n’est pas suffisant. Par la création de jardins, de marchés à prix modiques, d’épiceries solidaires ou économiques et de cafés ou restaurants communautaires, les organismes valorisent la liberté de choisir pour des personnes dont les choix alimentaires sont généralement plus limités. En effet, les contraintes financières, entre autres, limitent les choix alimentaires en regard de la diversité des produits et leurs qualités nutritives (Drewnowski et Specter, 2004). Cette liberté de choisir des aliments ayant, elle, une incidence sur la santé, et donc sur les « capabilités » des individus à réaliser leur bien-être (Sen, 2000). En effet, dans ses réflexions sur la justice, Amartya Sen (2000) met de l’avant le concept de « capabilités » qui fait référence aux libertés réelles. Un droit, tel que le droit à l’alimentation, désigne une capacité « de faire », d’« avoir », d’« être » tandis que ce droit devient « capabilité » uniquement lorsque les individus détiennent le pouvoir de réellement satisfaire ce droit. Ainsi, à l’instar du cas Rainbow of Colors Choice Pantry Model étudié par Remley et al. (2013), plusieurs des organisations montréalaises rencontrées effectuent aussi de l’éducation populaire à l’alimentation en offrant des recettes, des ateliers culinaires et en catégorisant les aliments disponibles à la banque alimentaire ou à l’épicerie solidaire en fonction des groupes alimentaires. Ces interventions qui renforcent les connaissances et les compétences, additionnées de la liberté de choisir des aliments correspondant aux goûts et aux préférences culturelles, viennent donc stimuler le passage des « capacités » vers les « capabilités ». Enfin, plusieurs initiatives interviennent aussi sur d’autres formes de justice telle que la justice de reconnaissance théorisée par Fraser (2004), par exemple, en déconstruisant certaines normes sur l’alimentation saine ou écologique pour mettre en valeur la diversité culturelle et l’importance de l’alimentation dans le respect des traditions et de cette diversité de la culture alimentaire.

50Enfin, le principe d’équité est aussi évoqué pour valoriser le travail des producteurs et reconnaitre le mérite de celui-ci. Toutefois, ce principe de la reconnaissance du mérite est toujours en tension avec celui de répondre aux besoins des moins nantis. Cette tension est particulièrement évoquée par les porteurs de projets de mise en marché dans notre étude et elle est aussi constatée dans la littérature (Guthman et al., 2006 ; Audet et al., 2014). Ainsi, dans leur étude sur les marchés de quartiers à Montréal, Audet et al. (2014, p.20) constatent que :

« Les marchés de quartier représentent en quelque sorte un intermédiaire entre les producteurs et les consommateurs : d’une part ils doivent répondre aux besoins des consommateurs en matière d’offre et de prix et, d’autre part, ils tentent de relever le défi d’assurer un volume d’achat suffisamment important pour être en mesure de soutenir financièrement les producteurs. Leurs missions liées à la sécurité alimentaire et à l’agriculture écologique se trouvent donc, elles aussi, en tension. »

51Dans le cas des organismes présentés dans le présent article, cette conciliation s’effectue grâce à des dons, des mécanismes solidaires ou des subventions. À l’instar de Guthman et al. (2006), nos résultats illustrent la nécessité d’un soutien financier (étatique ou autre) pour conjuguer l’objectif de soutenir les petits producteurs locaux ayant des pratiques plus respectueuses de l’environnement et celui de satisfaire les besoins nutritifs de toute la population, particulièrement les moins nantis qui se trouvent davantage en situation d’insécurité alimentaire. Actuellement, les organismes communautaires montréalais conjuguent ces objectifs grâce à des subventions provenant principalement de la Direction de la santé publique, de Centraide, de dons privés et parfois de subventions liées à la revitalisation des quartiers. Toutefois, la plupart de ces programmes offrent du financement à court terme (moins de 5 ans) et sont liés à la soumission de projet, ce qui limite la capacité de développer des réponses structurantes.

52Pour conclure, cette recherche qualitative a permis d’exposer les diverses manières dont des initiatives alimentaires alternatives axées sur la justice sociale transforment aussi la ville en milieux de vie plus écoresponsables et comment elles arrivent, bien que parfois difficilement, à concilier les principes de justice distributive liés aux besoins et au mérite des agriculteurs et autres acteurs du système alimentaire local ainsi qu’aux préoccupations environnementales. Considérant que les approches de la ville durable négligent fréquemment les considérations de justice sociale pour se centrer sur la réduction des impacts environnementaux, les constats de cette étude pourraient inspirer un développement des milieux de vie plus cohérent avec l’objectif des villes écologiques de valoriser le bien-être de tous les citoyens, peu importe leur statut socio-économique et leurs distinctions culturelles. Pour ce faire, les décideurs municipaux et les organismes de financement auraient avantage à développer des mécanismes de participation des organismes communautaires, des autres acteurs du système alimentaire montréalais et des citoyens, particulièrement les populations moins nanties, marginalisées et de groupes culturels diversifiés, à collaborer au développement de solutions structurantes pour lutter contre l’insécurité alimentaire et développer des villes plus écoresponsables.

Je remercie l’Université du Québec à Montréal (Bourse institutionnelle Pierre Dansereau) ainsi que le Conseil de recherches en sciences humaines (Bourse doctorale) pour leur soutien financier de la recherche doctorale à la source de cet article. Je remercie aussi tout particulièrement les personnes ayant participé à cette recherche qui ont généreusement partagé leur temps, leurs savoirs et leurs expériences sur le terrain. Enfin, je remercie les évaluateurs externes de la revue qui m’ont permis d’améliorer cet article grâce à leurs commentaires et suggestions.

Haut de page

Bibliographie

Albarello, L., 2011, Choisir l’étude de cas comme méthode de recherche, Bruxelles : De Boeck, 144 p.

Alkon, A. H., J. Cadji, 2020, Sowing Seeds of Displacement: Gentrification and Food Justice in Oakland, CA, International Journal of Urban and Regional Research, 44, 1, pp. 108‑123.

Alkon, A. H., T.M. Mares, 2012, Food sovereignty in US food movements: radical visions and neoliberal constraints, Agriculture and Human Values, 29, 3, pp. 347‑359.

Allen, P., 2008, Mining for justice in the food system: perceptions, practices, and possibilities, Agriculture and Human Values, 25, 2, pp. 157‑161.

Anctil, H., L. Jobin,, M. Pigeon et Émond, A., 2012, La santé et ses déterminants: mieux comprendre pour mieux agir, Québec : Ministère de la santé et des services sociaux, Direction des communications.

Audet, R., S. Lefèvre et M. El-Jed, 2014, La démarche d’innovation des marchés de quartier de Montréal : vers une transition socio-écologique du système agroalimentaire (Les cahiers de la CRSDD No. 01‑2014), Montréal, [en ligne], URL : http://ose.esg.uqam.ca/wp-content/uploads/sites/13/2015/06/RapportMarchesDeQuartier2014.pdf

Beal, V., 2011, Ville durable et justice sociale. Ce que le développement durable nous dit de la production de l’urbain, dans V. Béal, M. Gautier, et G. Pinson (dir.), Le développement durable changera-t-il la ville ? Le regard des sciences sociales, Publications de l’Université de Saint-Etienne, pp. 239-259

Béal, V., F. Charvolin, et C. M. Journel, 2011, La ville durable au risque des écoquartiers, Espaces et sociétés, 4, 1474, pp. 77‑97.

Bertrand, L., F. Thérien, S. Gaudreau et M. Fournier, 2013, Étude sur l’accès aux aliments santé à Montréal. Six ans après la première étude, les mêmes disparités? Direction de la santé publique Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, [en ligne], URL : http://publications.santemontreal.qc.ca/uploads/tx_asssmpublications/978-2-89673-308-8.pdf

Bihr, A. R. Pfefferkorn, 2008, Le système des inégalités, Paris : La Découverte, 128 p.

Cesaro, J.-D., A. Apolloni, 2020, Élevage et urbanité, dans les villes développées ou en développement, quelles oppositions et quelles complémentarités ? Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement, Territory in movement Journal of geography and planning, [en ligne], URL : http://journals.openedition.org/tem/6131

Commission des déterminants sociaux de la santé, 2009, Combler le fossé en une génération : Instaurer l’équité en santé en agissant sur les déterminants sociaux de la santé, Rapport final de la Commission des déterminants sociaux de la santé, Genève : Organisation mondiale de la santé, [en ligne], URL : https://www.who.int/social_determinants/thecommission/finalreport/fr/

Cooksey-Stowers, K., Schwartz, M. B. et Brownell, K. D., 2017, Food Swamps Predict Obesity Rates Better Than Food Deserts in the United States, International Journal of Environmental Research and Public Health, 14, 1366, http://dx.doi.org/10.3390/ijerph14111366

De Schutter, O., 2008, Promotion et protection de tous les droits de l’homme (Rapport du Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation, Olivier De Schutter), Nations Unies, [en ligne], URL : http://www.srfood.org/images/stories/pdf/officialreports/or1-a-1-hrc.-9-23-08082008-fr.pdf

Drewnowski, A., S.E. Specter, 2004, Poverty and obesity: the role of energy density and energy costs, The American Journal of Clinical Nutrition, 79, 1, pp. 6‑16.

Duchemin, É., 2012, La participation communautaire pour définir la ville viable : questionnement sur l’appropriation de l’espace urbain, VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, 11, 3, [en ligne], URL : https://www.erudit.org/fr/revues/vertigo/2012-v11-n3-vertigo0523/1015050ar/

Duchemin, E., N. McClintock, 2020, L’apport alimentaire de l’agriculture urbaine sociale aux villes, en temps de crise : le cas de Montréal, Carnet de Recherche AULAB, AgriUrbain : [en ligne] URL : https://agriurbain.hypotheses.org/4739

Ecocity Builders, 2020, Ecocity Standards and Framework, [en ligne], URL : https://ecocitybuilders.org/ecocity-standards/

Esnouf, C., M. Russel et N. Bricas, 2011, duALIne-durabilité de l’alimentation face à de nouveaux enjeux. Questions à la recherche, France : Inra-Cirad.

Forsé, M., M. Parodi, 2006, Justice distributive, Revue de l’OFCE, 3, 98, pp. 213‑244.

Fraser, N., 2004, Justice sociale, redistribution et reconnaissance, Revue du MAUSS, 23, 1, pp. 152‑164.

Gervais-Lambony, P., F. Dufaux, 2009, Justice... spatiale ! Annales de géographie, n° 1, 665-666, pp. 3‑15.

Guthman, J., A. W. Morris et P. Allen, 2006, Squaring Farm Security and Food Security in Two Types of Alternative Food Institutions, Rural Sociology, 71, 4, pp. 662‑684.

Harvey, D., 1973, Social Justice and the City, London, Edward Arnold, 368 p.

Harvey, D., 1992, « Social Justice, Postmodernism and the City », International Journal of Urban and Regional Research, 16, 4, pp. 588-601.

Hinrichs, C. C., 2000, Embeddedness and local food systems: notes on two types of direct agricultural market, Journal of Rural Studies, 16, 3, pp. 295‑303.

Horst, M., N. McClintock et L. Hoey, 2017, The Intersection of Planning, Urban Agriculture, and Food Justice: A Review of the Literature, Journal of the American Planning Association, 83, 3, pp. 277‑295.

Howard, A. et J. Brichta, 2013, What’s to Eat? Improving Food Literacy in Canada - Improving Food Literacy in Canada, Canada: The Conference Board of Canada.

IPCC, 2020, Climate Change and Land - An IPCC Special Report on Climate Change, Desertification, Land Degradation, Sustainable Land Management, Food Security, and Greenhouse Gas Fluxes in Terrestrial Ecosystems - Summary for Policymakers, Intergovernmental Panel on Climate Change, [en ligne], URL : https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/sites/4/2020/02/SPM_Updated-Jan20.pdf

Kaufmann, J.-C., 1996, L’entretien compréhensif, Paris, Éditions Nathan, 128 p.

Kenworthy, J. R., 2006, The eco-city: ten key transport and planning dimensions for sustainable city development, Environment and Urbanization, 18, 1, pp. 67‑85.

Krausz, N., I. Lacourt et M. Mariani, 2013, La ville qui mange - Pour une gouvernance urbaine de notre alimentation, Paris, Charles Léopold Mayer, 288 p.

Lartigau, M., 2014, Un quartier écoresponsable, Vecteur Environnement, 47, 3, pp. 18‑20.

Lévesque, C., I. Radu et N. Tran, 2018, Revue de littérature Santé – Thèmes : L’alimentation, le diabète et les contaminants chez les Premières Nations et les Inuit au Québec, préparée dans le cadre de la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics du Gouvernement du Québec, [en ligne], URL : https://www.cerp.gouv.qc.ca/fileadmin/Fichiers_clients/Documents_deposes_a_la_Commission/PD-24_Revue_de_litterature_Theme_L_alimentation__le_diabete_et_les_contaminants_chez_les_Premiere_Nations_et_les_Inuit_au_Quebec.pdf

McClintock, N., 2014, Radical, reformist, and garden-variety neoliberal: coming to terms with urban agriculture’s contradictions, Local Environment, 19, 2, pp. 147‑171.

McClintock, N., 2018, Cultivating (a) Sustainability Capital: Urban Agriculture, Ecogentrification, and the Uneven Valorization of Social Reproduction, Annals of the American Association of Geographers, 108, 2, pp. 579‑590. http://dx.doi.org/10.1080/24694452.2017.1365582

Moubarac, J.-C., M. Batal, A. P. Bortoletto Martins, R. Claro, R. Bertazi Levy, G. Cannon et C. Monteiro, 2014, Processed and ultra-processed food products: consumption trends in Canada from 1938 to 2011, Canadian Journal of Dietetic Practice and Research, 75, 1, pp. 15‑21.

Office Québécois de la langue française, 2013, Vocabulaire du développement durable : Écoresponsabilité, [en ligne], URL : https://www.oqlf.gouv.qc.ca/ressources/bibliotheque/dictionnaires/terminologie_deve_durable/fiches/responsabilite.html

Paillé, P., A. Mucchielli, 2008, L’analyse qualitative en sciences humaines et sociales (2e édition), Armand Colin, 424 p.

Poulsen, M. N., 2017, Cultivating citizenship, equity, and social inclusion? Putting civic agriculture into practice through urban farming, Agriculture and Human Values, 34, 1, pp.135‑148. http://dx.doi.org/10.1007/s10460-016-9699-y

Pretty, J., 2012, Agriculture and food system: our current challenge. Dans C. Rosin, P. Stock, et H. Campbell (dir.), Food Systems Failure: The global food crisis and the future of agriculture, Grande-Bretagne, Earthscan, pp. 17‑29.

Rapoport, E., 2014, Utopian Visions and Real Estate Dreams: The Eco-city Past, Present and Future. Geography Compass, 8, 2, pp. 137‑149.

Rawls, J., 2009, Théorie de la justice, Paris, Éditions Points, 672 p.

Remley, D. T., M.L. Kaiseret T. Osso, 2013, A Case Study of Promoting Nutrition and Long-Term Food Security Through Choice Pantry Development, Journal of Hunger & Environmental Nutrition, 8, 3, pp. 324‑336.

Reynolds, K. N. Cohen, 2016, Beyond the Kale, University of Georgia Press, 192 p.

Reynaud, A., 1981, Société, espace et justice, Paris, PUF, 264 p.

Robitaille, É., P. Bergeron, 2013, Accessibilité géographique aux commerces alimentaires au Québec : analyse de situation et perspectives d’interventions. Québec, Institut national de santé publique-Direction du développement des individus et des communautés, [en ligne], URL : http://www.inspq.qc.ca

Schmidt Rivera, X. C., N. Espinoza Orias et A. Azapagic, 2014, Life cycle environmental impacts of convenience food: Comparison of ready and home-made meals. Journal of Cleaner Production, 73, pp. 294‑309.

Sen, A., 2000, Repenser l’inégalité, Traduction par P. Chemla, Paris, Éditions du Seuil, 320 p.

Smith, V. M., R.B. Greene et J. Silbernagel, 2013, The social and spatial dynamics of community food production: a landscape approach to policy and program development. Landscape Ecology, 28, 7, pp. 1415‑1426.

Tarasuk, V., A. Mitchell et N. Dachner, 2014, L’insécurité alimentaire des ménages au Canada, Toronto, Research to identify policy options to reduce food insecurity (PROOF), [en ligne], URL : https://proof.utoronto.ca/wp-content/uploads/2016/05/Insécurité-alimentaire-des-ménages-au-Canada-2014.pdf

Theys, J., C. Emelianoff, 2001, Les contradictions de la ville durable, Le Débat, 1, 113, pp. 122‑135.

Ville de Montréal, 2018, Profils sociodémographiques 2016, édition mai 2018, [en ligne], URL : http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=6897,68149755&_dad=portal&_schema=PORTAL

Walzer, M., 1997, Sphères de justice. Une défense du pluralisme et de l’égalité, Traduction par P. Engel, Paris, Éditions du Seuil, 475 p.

Wegmuller, F., E. Duchemin, 2010, Multifonctionnalité de l’agriculture urbaine à Montréal : étude des discours au sein du programme des jardins communautaires. VertigO] La revue électronique en sciences de l’environnement, 10, 2, [en ligne], URL : https://journals.openedition.org/vertigo/10445

Wolch, J. R., J. Byrne et J.P. Newell, 2014, Urban green space, public health, and environmental justice: The challenge of making cities ‘just green enough’, Landscape and Urban Planning, 125, pp. 234‑244.

Young, I.M., 1990, Justice and the Politics of Difference, Princeton, Princeton University Press, 304 p.

Haut de page

Notes

1 L’équité renvoie aussi à la prise en compte des contextes qui favorisent socialement certains individus et groupes. Dans cet article, l’utilisation des termes équité et iniquité vise à prendre en compte les différentes formes d’oppressions qui limitent l’égalité entre les individus et les groupes. Ces termes prennent donc en considération l’intervention supplémentaire qui doit être faite pour limiter ces formes d’oppressions.

2 Avant les entretiens, un certificat d’approbation éthique a été obtenu auprès du Comité d’éthique de la recherche pour les projets étudiants impliquant des êtres humains de l’Université du Québec à Montréal.

3 Dans le but de respecter l’anonymat des personnes rencontrées, nous ne nommerons pas les organismes inclus dans cette recherche et ne lierons pas de manière explicite les résultats et les citations à des indicateurs qui pourraient permettre d’identifier les organismes, ni les personnes rencontrées.

4 Le Projet Impact Collectif est une nouvelle forme de soutien des organismes communautaires par l’organisation philanthropique Centraide. Ce soutien est remis aux organismes par le biais des tables de concertation locale et vise à réduire la pauvreté dans les quartiers montréalais par le biais de la mobilisation des acteurs locaux, pour plus d’informations voir le site [en ligne] URL : http://pic.centraide.org/

5 Ces données comprennent les périodes d’immigration jusqu’à 2016 qui est la date du dernier recensement à l’échelle du Canada.

6 Les éléments complémentaires aux citations font référence aux secteurs d’activités du Tableau 1 et aux numéros d’arrondissement du Tableau 2.

7 Au Québec, en fonction de l’âge, de l’employabilité ou de la situation familiale, les ménages peuvent recevoir des revenus ou des suppléments au revenu provenant du gouvernement provincial ou fédéral.

8 Moisson Montréal est une banque alimentaire qui récupère les dons de nourriture et distribue annuellement l’équivalent d’environ 85 millions de dollars à des organismes communautaires locaux qui viennent en aide aux personnes en situation de pauvreté (https://www.moissonmontreal.org/).

9 Les HLM au Québec sont des immeubles à logements subventionnés où le montant des loyers est établi à 25% du revenu des ménages. Ces logements sont réservés aux ménages à faibles revenus (https://www.omhm.qc.ca/fr/soumettre-une-demande/criteres-dadmissibilite).

10 Le nom original de la Déclaration des droits de l’Homme des Nations Unies a été modifié pour le rendre neutre d’un point de vue du genre. Ce terme reflète une traduction plus littérale de la version anglaise Universal Declaration of Human Rights.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Lefebvre, « Les systèmes alimentaires locaux ou comment transformer les villes par l’alimentation ? »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 36 | Décembre 2022, mis en ligne le 05 septembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/37038 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.37038

Haut de page

Auteur

Béatrice Lefebvre

Ms. Sciences de l’environnement, Institut des sciences de l’environnement - Université du Québec à Montréal, candidate au doctorat en sociologie, Université du Québec à Montréal, adresse courriel : beatrice.i.lefebvre@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Les Éditions en environnement VertigO
  • Logo Institut des sciences de l'environnement
  • Logo FQRSC
  • Logo SSHRC CRSH
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search