Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 36Une réflexion anthropologique sur...

Résumé

La ville intelligente est le produit du déploiement d’une infrastructure numérique au sein de l’environnement urbain. C’est un spectacle créé par l’industrie 4.0 et qui est promu par des municipalités d’ici et d’ailleurs. Les gains potentiels pour les gestionnaires des villes sont présentés aux citadins dans un registre émotif. Dans cet article est décrite une série d’incidences sociales qui découlent de la numérisation de la vie citadine. Ce texte est une proposition analytique qui a été échafaudée à la suite d’observations ethnographiques au sein du Laboratoire d’innovation urbaine de Montréal. Il en ressort que la transplantation d’une infrastructure numérique au sein du tissu urbain est loin d’être une opération anodine puisqu’elle : 1) accélère le transfert de la gestion des affaires humaines à des artefacts, 2) institutionnalise le paradigme indiciaire de Ginzburg, 3) fabrique de nouvelles temporalités non-humaines, 4) réactualise la fiction moderne du contrôle des parties et du tout. De ce nouvel état de fait surgit l’opportunité d’institutionnaliser une riche collaboration entre la science-fiction et la gestion publique afin de mieux qualifier les processus de mise en forme de la cité contemporaine. En effet, la cité numérisée est le cocon du projet de gestion algorithmique du social. Au fil des pages, le lecteur constatera qu’il n’est pas seulement question du devenir de l’expérience citadine sinon de l’avenir de l’idée que l’on se fait de nous-mêmes : qu’est-ce qu’être humain dans la cité numérisée ? À l’arrivée, ce qui ressort de la réflexion, c’est l’urgence de mettre à l’épreuve les raisonnements et les idéologies qui nous incitent quotidiennement à numériser nos vies. L’objectif de cet article est d’aider à enclencher la téléportation de la cité numérisée au cœur de la place publique afin qu’elle soit débattue par une pluralité de points de vue pour garantir, in fine, la qualité du fonctionnement des régimes démocratiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les métamorphoses des formes urbaines se sont affirmées comme l’un des objets classiques des sciences sociales et de l’environnement. La ville est le territoire privilégié des chercheurs intéressés à saisir l’émergence de nouvelles dynamiques bioculturelles, mais aussi de ceux qui se passionnent pour les phénomènes d’inertie organisationnelle (Fijalkow, 2002 ; Mongin, 2007).

2Rien de plus convaincant pour cela que de relire Georg Simmel (1858-1918) qui s‘intéressait à l'influence de dynamiques urbaines sur le psychisme du citadin. En 1903, dans son grand texte Les grandes villes et la vie de l’esprit, Simmel cherchait à comprendre les bouleversements entraînés par l’émergence des grandes métropoles urbaines dans les comportements individuels.

3Pour Georg Simmel, l’habitat vertical, si caractéristique de la métropole, est le moteur de la reconfiguration des règles de la sociabilité de la petite ville (où tout le monde se connaît) et donc un transformateur de la qualité des liens entre les personnes. Pour lui, il ne faisait guère de doute que l’habitat vertical était le cocon de l’époque moderne. L’affirmation que l’infrastructure urbaine suggère des motifs comportementaux se retrouvait également chez Weber et Marx, et ce n’est que poursuivre leur labeur que de s’interroger sur les mutations des modes de vie générés par la greffe de capteurs numériques aux tissus urbains : la cité numérisée.

4Dans cet article, je n’emploie pas l’expression galvaudée de ville intelligente dont les termes n’ont pour seule fonction que d’occulter les logiques qui président au déploiement d’une infrastructure numérique dans un environnement urbain. J’ai déjà eu l’occasion de questionner la ville intelligente par les flancs de la promesse (Russo Garrido et al., 2017) et de l’intelligibilité (Caccamo et al., 2019) puis, plus récemment, par la légitimité (Charte des données numériques de Montréal, 2020). Je propose ici de l’abandonner pour m’intéresser au processus de numérisation de la vie citadine. L’usage de cité numérisée a le mérite de mettre l’emphase sur les incidences anthropologiques de la numérisation de l’expérience urbaine contemporaine qui sont sciemment occultées par les promoteurs de la ville intelligente.

5Que nous fait la cité numérisée ? Voilà la problématique de l’article. Ma réflexion est multidisciplinaire puisque je convoque des outils analytiques d’une pluralité de disciplines afin d’embrasser la complexité de cette transformation contemporaine de la vie citadine. J’ai sciemment permuté le terme numérique par celui de numérisé car l’intention de cet article est d’expliciter les incidences anthropologiques générées par la numérisation de nos vies.

6Le schème organisateur de la ville intelligente est l’occultisme puisque les processus d’installation de l’infrastructure numérique et ses effets sur les humains sont non visibles (invisibilisés) par l’industrie 4.0. La raison de cela se trouve dans sa logique de mise en forme qui est calquée sur le spectacle. Le format de ce spectacle est du jamais vu puisque les protagonistes de l’histoire sont des algorithmes et des artefacts à qui les humains ont décidé de confier la gestion des affaires publiques et privées. C’est aussi un divertissement où les algorithmes, adossés à la puissance contemporaine de calculs, sont les seuls maîtres du temps. Désormais, les temporalités échappent à l’appareil perceptif des humains. Dans ce spectacle, l’humain est toujours le retardataire et ses logiques organisationnelles sont jugées obsolètes malgré les trésors d’ingéniosité qu’il déploie pour être chaque fois plus agile.

7Tandis que Georges Friedmann (1946) nous prédisait que le défi majeur de notre époque serait d’opérationnaliser une technique d’adaptation des machines à l’organisme humain, nous mesurons à l’aune de l’aménagement de villes intelligentes que nous avons suivi collectivement la direction opposée. Si l’on en croit Antoinette Rouvroy et Thomas Berns (2013), c’est maintenant aux humains de s’adapter aux logiques de programmation des artefacts et de se plier aux logiques de la gouvernance algorithmique.

8Le début du texte aborde la ville intelligente sous l’angle du spectacle et propose de visiter ses coulisses pour découvrir un tout autre univers : la cité numérisée. Pour éclairer ce qui se joue dans la vie citadine de la cité numérisée, il est proposé d’inviter la science-fiction à enrichir notre capacité individuelle et collective à qualifier l’essence de l’instant. Ce passage par la science-fiction rend d’ailleurs possible la problématisation de la réflexion. À ce stade de la lecture, la question qui nous occupe est : qu’est-ce qu’être humain dans la cité numérisée ? Cette question s’impose car nous verrons que ce qui est en jeu dans la cité numérisée est de nature ontologique. On ne quitte pas la terre pour autant puisque l’on termine ce développement sur l’empreinte écologique du numérique. On conclura l’article en argumentant que les facteurs qui ont été éclipsés d’un coup de baguette magique sont les raisonnements et les idéologies qui président à la numérisation de nos vies citadines, et que c’est donc l’organisation de débats publics sur les modalités de numérisation de nos vies qu’il faut rapidement programmer.

La ville intelligente est un spectacle

9Dans son ouvrage La société du spectacle, Guy Debord formule la thèse que l’économie capitaliste ne peut perdurer qu’au travers de l’accumulation de spectacles. Il écrivait ces lignes au début des années soixante-dix :

« Le spectacle, compris dans sa totalité, est à la fois le résultat et le projet du mode de production existant. Il n’est pas un supplément au monde réel, sa décoration surajoutée. Il est le cœur de l’irréalisme de la société réelle. Sous toutes ses formes particulières, information ou propagande, publicité ou consommation directe de divertissements, le spectacle constitue le modèle présent de la vie socialement dominante. Il est l’affirmation omniprésente du choix déjà fait dans la production, et sa consommation corollaire. Forme et contenu du spectacle sont identiquement la justification totale des conditions et des fins du système existant » (Debord, 1971, p12).

10J’estime que sa manière d’envisager le spectacle présente un intérêt pour aborder les évolutions de la vie citadine à la suite de la numérisation de la cité. Le déploiement d’artefacts numériques dans l’urbain a dépassé la phase spéculative et fait désormais l’objet de projets d’aménagement menés par de nombreuses équipes d’administrations publiques.

11Ce que j’ai constaté dans mon enquête ethnographique du Laboratoire d’innovation urbaine de Montréal, c’est la volonté d’invisibiliser, rendre non-visibles, les dispositifs qui soutiennent les décors, de rendre opaque les médiations qui rendent possible le déroulement du spectacle et d’occulter les tensions qui conduisent à la réécriture du scénario (Merleau-ponty, 1964). L’occultisme est dangereux pour les régimes démocratiques car la magie est toujours faite pour n’être comprise que d’un petit nombre d’initiés. C’est pourquoi je m’incline à penser que l’enjeu majeur auquel nous faisons face lorsqu’on aborde la numérisation de la vie citadine est la démocratisation des raisonnements, des idéologies et des croyances qui ont favorisé l’écriture du code.

12L’annonce que la ville intelligente est un spectacle ne doit pourtant pas laisser présumer que cette histoire a été écrite d'avance. En réalité, l’improvisation est la seule matre à bord. C’est plus du tâtonnement qu’une chorégraphie de haute facture exécutée avec une précision chirurgicale. Cette pièce improvisée offre parfois de belles choses qui sont malheureusement éclipsées par des maladresses plus que regrettables. Bien que les multinationales du numérique tout comme certaines administrations publiques tentent d’imposer leurs metteurs en scène, elles n’arrivent jamais vraiment à contenir l’énergie débordante des troupes. L’actualité illustre cet état de fait; c’est une performance sans filet. L’émoi collectif, qui submerge les spectateurs, est suscité par l’impossibilité de s’extirper d’un mouvement perpétuel qui les fait osciller d’une promesse émancipatrice à une réalité prédatrice (Arpin, 2020).

13Selon le philosophe allemand Georg F. W. Hegel, tout résultat, dès qu’il est généré, constitue un nouvel immédiat qui, momentanément, annule le mouvement de sa propre genèse. Le ressort principal du spectacle de la ville intelligente est la sacralisation du résultat qui conduit irrémédiablement à l'oubli des modalités de sa production. C’est le régime de l’envers ! Or, dès que l’on perd le fil des étapes de la fabrication d’un fait, on expérimente le phénomène magique (Sanchez, 2007) et nous savons que le talent du magicien réside justement dans sa capacité à effacer les indices (gommer les relations de cause à effet) pour feindre la mutation de l’eau en vin. C’est le pilier de son art, nous l’applaudissons pour cela.

14Dans le spectacle de la ville intelligente, c’est la dissimulation d’une série d’opérations qui produit l’effet magique. Et quand bien même les promoteurs de la 4e révolution industrielle nous rabâchent dans les médias que « ce n’est pas de la magie ! », et ils ont raison d’insister sur le caractère rationnel de leur labeur, il n’en demeure pas moins vrai que pour la majorité des citadins « ce spectacle est magique ! ». Ce spectacle est magique parce qu’il n'est qu’une succession de tours de magie.

  • 1 Dans le cadre de la formulation de la Charte des données numériques de Montréal.

15On doit à l’auteur de science-fiction Arthur C. Clarke (1962) trois lois dont la dernière, tout à fait prémonitoire, dit que « toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie ». J’ambitionne d’apporter mon grain de sel pour cimenter la réflexion en disant que les technologies disruptives sont magiques d’un point de vue phénoménologique. Le commun des mortels n’est guère outillé conceptuellement pour apprécier les connaissances technoscientifiques qui ont permis d’inventer le réseau 5G, l’internet des objets, l’apprentissage profond ou encore la chaîne de blocs. La simple évocation de ces mots le plonge dans le registre émotionnel où prévaut l’irrationalité. Les promoteurs de la 4e révolution industrielle se trompent de cheval de bataille lorsqu’ils envisagent l’éducation et la communication comme les remèdes du rejet de leur programme. Il n’est pas tant question de mettre à niveau ni de convaincre les masses sinon de produire du sens sur le projet de société. Lors de mes entrevues avec des experts de l’appropriation technologique1, j’apprenais que la peur était l’un des principaux freins à l’adoption des nouvelles technologies. On craint la magie et cette crainte explique aussi pourquoi l’acceptation des technologies numériques ne sera jamais totale même si l’accès physique est lui partout.

L’envers du décor du spectacle de la ville intelligente : la cité numérisée

16Habiter la cité numérisée c’est survivre dans les bas-fonds de la ville intelligente. La cité numérisée se définit comme l’envers du décor de la ville intelligente. En l’habitant, on entrevoit des pans de l’ossature idéelle qui motive le déploiement d’une infrastructure numérique dans la ville. En l’habitant, on expérimente les effets et les incidences de la numérisation de nos vies. La cité numérisée est donc la matrice d’écueils anthropologiques qu’il est important d’expliciter. Loin de moi l’idée de dresser une liste exhaustive des problématiques sociales qui y émergent ou réapparaissent. L’intention visée est surtout d’intéresser le plus grand nombre de chercheurs à cet objet.

La cité numérisée institutionnalise le paradigme indiciaire de Ginzburg

17Une donnée n’est pas une information. La donnée numérique est confondue avec une information numérique. Une donnée numérique n’est porteuse d’une information numérique que si elle est assemblée à une autre donnée qui a la particularité d’être géolocalisée. La prise de température sans référencement géographique ou physiologique ne présente que peu de valeurs. On a pu constituer une histoire du climat parce que les prises de températures étaient géolocalisées. Sans cela, ce pan de la connaissance n’existerait pas. L’information numérique naît de l’assemblage d’un jeu de données numériques. Une poire ne fait pas un visage. C’est l’assemblage d’une corbeille de fruits qui permet au peintre Giuseppe Arcimboldo d’organiser un profil. La diversité et la qualité des jeux de données sont deux variables tout aussi importantes que la quantité. Le big data est tout autant diversité des données que qualité des données. Les données non structurées, c’est-à-dire qui ne bénéficient pas de la description du contexte dans lequel elles ont été produites, n’ont pas de valeurs économiques. L’accroissement de la production d’une diversité et d’une grande qualité de données numériques institutionnalise la proposition de Carlo Ginzburg (1989) concernant le paradigme indiciaire.

« Selon Ginzburg, les racines lointaines du paradigme indiciaire sont à chercher dans la chasse et le patrimoine de connaissances accumulé pendant des siècles par les premiers hommes chasseurs, habitués à reconstruire une forme ou une réalité à partir de multiples indices minuscules et de traces muettes : empreintes, touffes de poils, odeurs, etc. Ce patrimoine cynégétique est illustré à merveille dans le célèbre conte oriental des fils du roi de Serendip, que rappelle Ginzburg, l’histoire des trois frères qui parviennent à décrire l’aspect d’un animal qu’ils n’ont pas vu, à partir des indices recueillis sur son passage : un chameau blanc, aveugle, qui porte deux outres sur le dos, d’huile et de vin […]. Ce conte, appelé à connaître aujourd’hui une nouvelle fortune, revêt un grand intérêt pour Ginzburg, car il illustre parfaitement les caractéristiques de la connaissance cynégétique, notamment la capacité à remonter à une réalité complexe, « à partir de faits expérimentaux apparemment négligeables » et de la convergence des indices » (Serres, 2002, p 6).

18La cité numérisée est incontestablement le terrain de jeu du paradigme indiciaire. Chaque donnée numérique endosse le rôle d’indice pour tenter de nous profiler puis nous caser dans une matrice générale des styles de vie. Chaque donnée numérique alimentera un algorithme de gestion du social et du comportemental.

19La collecte des traces (propre à l’hominisation) a finalement accouché d’un champ de la connaissance : la traçabilité numérique. Dans la cité numérisée, l’ingénierie de la traçabilité numérique révolutionne la configuration des chaînes d’approvisionnements sur les dimensions de la transparence, de l’éthique, de la confiance, de la responsabilité et de la négociation. Elle est un véritable recours à une multitude d’enjeux écologiques, sociologiques et économiques des mondes contemporains. Il faut s’en féliciter !

20En revanche, si l’on se réfère aux nombreuses publications scientifiques sur la thématique, la solution environnementale qui est également qualifiée de révolution industrielle s’avère, parfois, un véritable écueil sociologique puisqu’elle a accouché d’un capitalisme de surveillance (Zuboff, 2019).

21À l’inverse, le pouvoir d’agir des algorithmes dans la création de valeurs (équité, inclusion, cohésion sociale et solidarité) n’est pas compris parce qu’il n’est pas étudié. Or, on a déjà maints exemples d’une technologie de rupture qui crée et renforce du lien social. L’extension du domaine des traces numériques n’est malheureusement appréciée que par la lorgnette de la prédation. Bien que les travaux de Michel Foucault soient de première importance pour expliciter les risques sociaux de la 4e révolution industrielle, il apparaît que l’attention a uniquement été portée sur la potentialité prédatrice de la technique. Ce n’est pas que regrettable, mais c’est socialement dommageable. Mes collaborations avec le secteur de la santé (douleur, épilepsie, Alzheimer) m’ont convaincu du potentiel des traces numériques pour accroitre l’épaisseur des notions d’intérêt général, de bien public et de bien-être des personnes.

22Malheureusement, les traces numériques sont majoritairement utilisées pour typifier des comportements, qui sont des ressorts de l’action, en vue de leur monétisation (publicité, phase d’usage, style de vie, motivation d’achat, bulletin de vote).

23La logistique de la numérisation incite l’industrie 4.0 à adopter une position voyeuriste qui bafoue les droits de la personne les plus élémentaires. De là jaillit une pluralité d’enjeux éthiques et moraux dont les médias sont friands. C’est le grand paradoxe du spectacle de la ville intelligente lorsque la noblesse de l’idée de transparence se transforme en obsession ou se voit souillée dans le processus de son opérationnalisation. L’œuvre de l’artiste Christo Cacher pour mieux se faire voir est d’essence démocratique (le secret est garant du régime démocratique), mais « numériser pour se soustraire au droit, à l’éthique et la morale » (occulter les modalités de la prise de décision) est de nature agonistique. Oui, habiter la cité numérisée s’est vivre l’agonie de la démocratie.

La cité numérisée enfante de nouvelles temporalités

24La délégation de la gestion des affaires humaines à des artefacts favorise l’éruption de nouvelles temporalités. Les routines de la cité numérisée se caractérisent par des vitesses, des rythmes, des durées et des cycles qui échappent à l’appareil sensoriel et cognitif des humains. Ces temporalités sont imperceptibles, donc ignorées des humains. Micro, nano et bientôt femtoseconde (10-15 secondes) sont des univers hermétiques, puisqu’ils sont hors de portée de nos capacités cognitives et physiologiques. La vitesse de calcul des artefacts contemporains nous empêche l’accès à ces univers non-humain. Pour reprendre l’intuition du philosophe Henri Bergson : le temps est architecte.

25Dans la cité numérisée, la gestion des horloges a été confiée à des algorithmes. Une étude de British Telecom en 2010 indiquait que les périodes entre le déploiement d’innovations est de plus en plus court, ce qui d’une part est difficile à suivre pour le public et les gestionnaires, mais est aussi incompatible avec les échéanciers et les budgets des instances publiques (elles sont donc toujours en retard). Il est bon de rappeler que les attaques ransomware sont souvent dues à la déréliction des mises à jour des systèmes numériques pour manque de fonds ou des programmes inadéquats. On expérimente le temps de la marginalisation puisque l’écologie des relations est maintenant non-humaine. Crosby ( 2003, p 95) souligne ainsi que « selon une formule particulièrement heureuse d’Eviatar Zerubavel, « le calendrier est la chaîne du tissu social, courant tout au long du temps en entraînant et préservant la trame, qui est la structure des rapports entre les hommes et ces choses que nous appelons des institutions »

26Ce sont les temporalités qui président l’écologie des relations et qui configurent les dynamiques d’interactions bioculturelles. Autrement dit, l’habitus et le comportement humain sont des pantins dans les mains des codeurs (Kitchin, 2011). Les incidences sociales qui découlent de l’assemblage d’une infrastructure numérique dans l’urbain doivent s’apprécier à la lueur de ces univers en phase d’agencement.

« Ce fut d’ailleurs le point de départ du philosophe Henri Bergson, pour qui « le temps est invention ou il n’est rien du tout ». J’ai déjà cité l’article « le possible et le réel », une œuvre assez tardive puisqu’elle fut écrite en 1930 à l’occasion de son prix Nobel. Bergson y parle du temps comme « jaillissement effectif de nouveauté imprévisible » dont témoigne notre expérience de la liberté humaine mais aussi de l’indétermination des choses. En conséquence, le possible est plus riche que le réel ». (Prigogine, 1996, p 67).

27Concernant ces univers, nous entendons déjà les passionnés qui fredonnent l’arrivée de temps clément alors que de l’autre côté de la berge, celle des scrupuleux, on nous avertit de nouveaux risques météorologiques majeurs : « Tous aux abris ! ». Depuis l’œil du cyclone, les relativistes émettent l’idée que l’euphorie des uns, tout comme le tourment des autres, s’expliquent par le lieu depuis lequel ils décrivent les événements qu’ils observent. Pour ma part, je propose plus modestement de commencer par les identifier (car ils se dérobent), échafauder des dispositifs d’enquête pour les explorer (car ils sont difficiles d’accès) puis les qualifier (car ils nous trompent en abusant de nos biais cognitifs).

28Il est important de rappeler que notre représentation symbolique du temps en forme de flèche, héritée de la Grèce antique, où le passé laisse la place au présent qui s’éclipse au profit du futur a été évincée par le Présentisme (Hartog, 2020). Dans la cité numérisée, le Présentisme est une bouée qui flotte dans un océan atemporel, ce qui complique l’invention du futur, qui est « presque déjà présent » selon la formule de Jacques Derrida, et fragilise l’exercice de prospective (Dastur, 2006). Seule l’industrie du 4.0 s’emploie à fabriquer le futur que nous expérimenterons dans l’avenir tel que la ville intelligente.

La cité numérisée est le fruit d’une quête irraisonnable d’une totalité numérisable

29Les études d’impacts socio-économiques et d’acceptabilité sociale concernant l’aménagement de villes intelligentes sont florissantes. L’intention visée est de faire émerger des îlots de détermination dans un océan d’incertitude. Elles suivent le schème « Connu - Possible - Probable ».

30Elles cherchent à prévoir ce dont l’instant d’après sera fait. C’est le règne de l’explication dont l’ossature conceptuelle repose entièrement sur la rationalité mécanique. La ville intelligente naît de la volonté de rendre explicables les flux urbains pour les optimiser. Le numérique, quintessence du calcul, est échafaudé comme dispositif régulateur du phénomène urbain dont la vocation première est de mettre hors-jeu le hasard.

31C’est une nouvelle modalité de l’habité (Ingold, 2013) qui met l’accent sur le su plutôt que le vécu.

« Il est dans la constitution de l’esprit humain, selon Henri Bergson, que le hasard apparaisse comme un pur scandale, dans la mesure où il ne renvoie à rien d’autre qu’à lui-même. L’homme ne peut pas penser un événement, le singulier, à l’aune de cette notion, sans renoncer en même temps à comprendre, c’est-à-dire à donner du sens. Les enchaînements mécaniques entre deux événements sont, en fait, toujours pensés en termes d’intention ou en termes d’absence d’intention » (Sanchez, 2007, p 139).

32La logique, que je crois désuète, consiste à sédimenter la réflexion dans le pré carré de la gestion du risque. La plupart de ces analyses avancent irrémédiablement avec une série de variables connues (le monde connu), puis y ajoutent des dynamiques d’interaction pré-quantifiées (le monde possible) pour enfin saupoudrer le tout d’une série d’interrogations (le monde probable) qui ont la caractéristique de ne jamais remettre en cause le schème organisateur de nos économies capitalistes : le connu comme approche inéluctable des modalités de la prise de décision.

33C’est que pour beaucoup, l’improbable est encore et toujours le fruit de variables méconnues que la besogne des chercheurs viserait à débusquer. Pourtant, le philosophe anglais Alfred Whitehead nous a suffisamment avertis qu’en procédant de la sorte, on ne débusquerait qu’un événement et non un quelconque invariant atemporel qui présiderait à l’organisation du réel. Je prends le pari, avec d’autres, que les conséquences de ce déterminisme seront désastreuses, car loin de prévoir, cette négation de l’improbable nous conduira inexorablement à coaguler nos représentations de l’instant. De ce fait, nous enkysterons notre potentiel d’imagination en ne magnifiant plus que les reliques de nos imaginaires collectifs ! « Ce qui me frappe le plus dans la mémoire ce n’est pas qu’elle redit le passé, c’est qu’elle alimente le présent » (Valéry, 2009).

34Il est grand temps de valoriser l’improbable, car il s’avère être un formidable levier pour réinventer le vivre-ensemble et redéfinir les dispositifs d’institutionnalisation de la qualité de vie. Pour contrecarrer l’incertain, nous avons toujours fonctionné de manière inclusive. Il aurait été suicidaire de se priver d’une modalité de fabrication de certitudes. Notons que tout n’a pas été jugé bon pour autant. La sélection s’est toujours fondée sur la robustesse de la logique argumentative et non sur la véracité des faits. Ceci explique, entre autres, la puissance inégalée des récits conspirationnistes. Une force occulte mal intentionnée est moins angoissante que le hasard ! On comprend que la fiction est donc un outil puissant dans l’enrichissement du monde connu car elle remodèle la géographie intérieure et collective de l’ordre humain (Danblon, 2017).

La science-fiction pour qualifier la vie citadine de la cité numérisée

35Se plonger dans des œuvres de science-fiction n’est pas un luxe lorsqu’on découvre la richesse des problématiques que des auteurs du genre ont formulées. Voici la problématique qui tarabuste le citoyen de la cité numérisée : que peut-on attendre de la gestion algorithmique de nos habitus ? Le peut doit être pris dans son triple sens : la capacité, la permission et la responsabilité.

36Cette problématique est abordée depuis le début des années 2000, de manière plus ou moins heureuse, par des auteurs qui convoquent des grilles de lecture dont les ressorts suivent souvent l’architecture de vieux logiciels. Rappelons que la problématique contemporaine de la gestion algorithmique de l’habitus s’inscrit dans la tradition de la science-fiction concernant les métamorphoses de la définition du social.

37En 1932 déjà, Aldous Huxley nous interpellait dans son chef-d'œuvre de la littérature d'anticipation Le meilleur des mondes (1932), sur les périls qui nous guettaient à explorer les modalités d’une gestion biologique de la société. Sa question était alors traduisible en ces termes : peut-on gérer biologiquement le social ?

38Trente-huit ans plus tard, Ira Levin nous questionnait à son tour dans Un bonheur insoutenable sur notre penchant à médiatiser chaque fois plus nos relations interpersonnelles et communautaires. Son interrogation, légitime, était : peut-on digitaliser les structures comportementales ?

  • 2 Créateur de la série britannique Black Mirror.

39Depuis Philippe K. Dick, en passant par William Gibson pour atterrir plus récemment dans le décor de Charlie Brooker2, il est désormais indéniable que la science-fiction est le terreau des questionnements de responsabilités sociales, d’éthiques et de morales des collectifs qui se sont dotés d’une infrastructure numérique (Kitchin et Kneale 2002 ; Gomel 2010 ; Gendron et Pierssens, 2019).

40Des traditions interdisciplinaires sont franchement légitimées dans le quotidien de la cité numérisée : linguistique, droit, informatique, psychologie cognitive et économie. D’autres se formalisent : design, ethnographie et marketing. En revanche, des désaccords entre des épistémès ne font que s’exacerber pour finalement devenir irréconciliables (psychanalyse et neurosciences, homéopathie et allopathie).

41On assiste parfois à de dangereux glissements de l’idée de communauté de pratiques à celle de pratiques communautaristes. L’un des défis du 4.0 est de démocratiser les logiques de raisonnement qui favorisent ces rapprochements et entérinent ces distanciations. L’autre défi, plus difficile à mon sens, est d’aider le projet quasi politique d’Henri Maldiney à asseoir sa légitimité pour rompre avec une idéologie obsolète : « Le réel, c’est que l’on n’attendait pas ! ». À ce titre, la science-fiction ne doit pas être vécue comme la possibilité de se distancier de la réalité, sinon la solution pour retrouver nos esprits. Elle est un dispositif incontournable pour qualifier ce qui nous arrive en qualité de citadin. « C’est la rationalisation des techniques qui fait oublier l’origine irrationnelle des machines et il semble qu’en ce domaine, comme en tout autre, il faille savoir faire place à l’irrationnel, même et surtout quand on veut défendre le rationalisme » (Canguilhem, 1965, p 161).

Habiter la cité numérisée s’est vivre un bouleversement ontologique

42La numérisation de la vie citadine nous oblige à revisiter l’idée que l’on se fait collectivement de nous-mêmes. L’actualité est le fruit de cette grande question : qu’est-ce qu’être humain dans la Cité numérisée ?

« L’humain n’est pas seulement le propre de l’homme, c’est aussi ce dont l’homme est capable. […] En somme, l’humain est ce complexe inextricable, en lequel chacun se reconnaît, de vice et de vertu, d’échec et de succès, d’erreur et de réussite. Les succès, les réussites et surtout les vertus seraient ce qui le distingue de l’animal, et, par ailleurs, les erreurs, les échecs et les vices, ce qui le sépare du divin. Il nous renvoie à ce que l’on désigne sous les vocables littéraires de « l’humaine condition », ou de « la comédie humaine ». Bouvard et Pécuchet, Les frères Karamazov ne sont que les titres d’une interminable liste d’œuvres qui nous disent l’humain » (Go, 2004, p 60).

43En concédant le contrôle du temps aux artefacts, nous avons collectivement consenti à renégocier l’ordre humain, ce dont l’homme est capable. Il y a vingt ans, Anne-Christine Taylor écrivait que l’ordre est dans la culture (1988). C’est une affirmation éclairante, car elle posait d’emblée que le sens émerge de l’architecture de notre infrastructure idéelle. « Il y a un ordre de l’humain, dans le tout du réel, au sein de l’univers, par distinction d’avec d’autres ordres, irréductibles aux classifications biologiques ou physiques; la distinction usuelle entre les règnes minéral, végétal et animal (auquel l’homme appartient) ne nous apprend en effet rien sur l’humain » (Go, 2004, p 59).

44Contrairement à ce qui est matraqué, le bouleversement à venir est anthropologique et non technoscientifique. Dit autrement, nous vivons une accélération de l’innovation technoscientifique qui a amorcé une métamorphose du sens de l’idée que l’on se faisait collectivement de nous-mêmes. « D’une manière générale, la réalité est ordonnée dans l’exacte mesure où elle satisfait notre pensée. L’ordre est donc un certain accord entre le sujet et l’objet. C’est l’esprit se retrouvant dans les choses » (Bergson, 2014, p 224).

  • 3 Internet des objets et apprentissage automatique.

45Comme l’a écrit Ben Russel, en introduction du livre ROBOTS : the 500 year quest to make machines human (2017), l’ordre d’humain a sans cesse évolué au fil des liens tissés avec la diversité du vivant et la prolifération des objets. Or, les artefacts connectés et apprenants3 sont les nouveaux miroirs dans lesquels il nous faut réapprendre à apprécier notre reflet. Ceci fait écho au numéro 15 de la revue Gradhiva (2012) qui débute avec sur la vallée de l’Étrange du roboticien Masahiro Mori. La réflexion de Masahiro Mori porte sur l’effet provoqué par des artefacts anthropomorphiques : marionnette, automate, robot, humanoïde et cyborg. La vallée de l’Étrange est le territoire dans lequel s’immerge l’humain dès lors que les signaux qui lui sont communiqués par l’artefact contredisent l’effet que son apparence avait générée. Ce que nous conte Masahiro Mori est que l’expérience relationnelle avec un presque-humain (faux-semblant) peut générer un malaise chez l’humain qui s’en distanciera ipso facto.

« […] de façon vague, et bien souvent sans nous l’avouer, nous éprouvons tous ce sentiment face à la manifestation soudaine d’une animation dans l’inanimé, quand sans que rien le laisse prévoir, une chose se met à se déplacer ou à parler à la façon d’un homme. L’utilisation d’automates dans la littérature, au théâtre ou au cinéma pour produire un effet d’inquiétante étrangeté est si générale qu’il est inutile d’en donner des exemples » (H Sachs et MJ Powers, 1965, p 506.).

46En expérimentant l’inconnu, l’humain vit une interaction d’un genre nouveau que son référentiel l’empêche de qualifier. C’est l’inqualifiable, l’impossibilité d’expliciter la signification du vécu, qui génère la sensation d’étrangeté. L’impossibilité de qualifier est engendrée par la perte d’identité : que sommes-nous ? De là découle le questionnement de Masahiro Mori sur la prédisposition des roboticiens à vouloir plagier l’apparence humaine alors que celle-ci peut devenir la raison même du rejet de leur progéniture.

47Les travaux de l’anthropologue Julie Carpenter (2016) sur les liens qui se forgent entre des militaires de l’Explosive Ordonance Disposal et leurs robots sont tout à fait déroutants pour les civils que nous sommes. Au fil de la narration, le robot adopte des statuts et des rôles qui ne cessent de se métamorphoser dans le processus de création du lien. D’outil, il est vite qualifié de partenaire pour acquérir finalement le grade d’ami intime. On y apprend que l’armée des États-Unis d’Amérique tolère la mise en œuvre de rites funéraires lorsque le robot explose sur une mine et que les soldats peuvent solliciter un accompagnement psychologique pour faciliter le processus de deuil.

48Des temples bouddhiques du Japon accueillent des chiens Robots Aibo de la marque Sony, développés en 1999, pour qui les services de réparation après-vente ont été finalement arrêtés. Ces objets bénéficient d’un traitement relativement équivalent aux humains dans la structuration du rite de passage à une nouvelle dimension. Les expérimentations de nouvelles modalités d’accompagnement des patients par des intelligences artificielles ont le vent en poupe. Les projets pilotes qui testent l’usage de robots pour enrichir la gamme des interactions avec des enfants autistes ou pour réenvisager la nature des relations avec des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer sont désormais monnaie courante. La situation des personnes fortement isolées motive également des recherches sur l’intérêt d’une présence robotique. Les professionnels du droit sont également familiarisés à l’usage d’algorithme pour accompagner leur prise de décision sur le dénouement qu’ils entendent donner à un dossier (juges) ou pour simuler une série de scénarios pour optimiser les retours sur investissement (bureau d’avocats) des procédures à entreprendre.

49Non seulement les artefacts nous accompagnent tout au long de notre cycle de vie, mais la qualité de leurs propositions s’avère toujours plus pertinente pour notre bien-être. Ils se font chaque fois plus présents dans des aspects de notre vie qui étaient la chasse gardée de l’humain tel que la douleur, la fin de vie et la sexualité. C’est pourquoi, nous considérons que le défi qui se présente à nous, dès maintenant, n’est plus d’appropriation sinon du signifiant. Et c’est sans nul doute cette grande question qui nous occupera pendant ce siècle : que voulons-nous faire ensemble ?

50La question de la capacité d’inventer des imaginaires partageables et partagés se rappelle à nous comme la trajectoire d’un boomerang. Elle nous oblige à dépasser un a priori qui nous a fait un tort incommensurable depuis des lustres. Celui d’utiliser les termes non-humain et inhumain comme des synonymes. L’ontologie naturaliste, comme définie par Philippe Descola (2015), a logé un préjugé dans notre relation à « l’Étant » qu’il nous faut corriger sans plus attendre. Nous vivons avec l’idée que la présence d’objets déshumaniserait l’humanité. Or, c’est tout le contraire. Une vie d’humain sans artefacts est justement l’incarnation de l’inhumanité. Cette représentation, qui veut que l’univers d’artefacts soit inhumain, est une erreur d’appréciation des humains à propos de leurs relations avec le reste du monde. Le désenchantement du monde passe par l’éviction du vivant et des artefacts dans l’univers des relations humaines.

51Jacques Lacan tout comme Harold Searle nous ont exposés combien, selon eux, la relation au non-humain est de nature pulsionnelle et identitaire. Ils ont formulé l’idée que l’affect est ce qui cimente le lien à l’objet et le vivant. Et quand bien même il nous est difficile de l’accepter, l’inhumain est forcément le propre de la collectivité humaine et non le fruit d’interactions insensibles entre les non-humains. Du fait des rythmes et de la nature des innovations techniques contemporaines, ce sont les attributs que nous nous étions donnés comme humain qui sont appelés à muter.

« C’est mon métier, en tant qu’anthropologue, d’essayer de comprendre la diversité des manières d’être humain dans le monde. Une nouvelle manière d’être humain, dans le monde, maintenant va probablement consister à être des humains augmentés. Cela nous rendra-t-il moins humains ou plus humains par ailleurs ? Je ne pense pas qu’on devienne moins humains parce qu’on peut s’augmenter par toutes sortes de prothèses. Ce qu’on appelle l’hominisation, c’est tout simplement la délégation -André Leroi-Gourhan l’a bien montré- de certaines fonctions organiques à des objets, l’externalisation. Un percuteur, un chopper, tous ces objets-là, même les plus simples, remplissent des fonctions bien plus efficacement que si on le faisait sans outils. Ce n’est pas seulement humain puisque pas mal d’espèces se servent aussi d’outils qui les façonnent, et cetera » (Descola, 2017, p 96).

52Pour nous, ce qui est en train de se jouer, c’est la redéfinition de l’ontologie « naturalisme » comme définie par Philippe Descola. Notez que la reconfiguration d’une ontologie est un événement extrêmement rare.

« Je pense que cela signale peut-être la fin d’un cycle. Ce que j’ai appelé le « naturalisme », dans ses grandes façons de percevoir des continuités et des discontinuités entre les objets du monde, est fondé sur cette idée que les humains se sont arrogés une place prééminente du fait de leurs dispositions cognitives : aptitude réflexive, capacités symboliques, langage, etc. Et en revanche, ils se considèrent comme faisant partie d’un continuum beaucoup plus large, organique et inorganique, gouverné par les mêmes lois. C’est exactement l’inverse de l’animisme. De ce fait, l’anthropocentrisme comme capacité de saisir le monde à partir d’un point de vue revendiqué comme exclusivement humain, n’a pu que se développer de façon considérable et atteint maintenant une limite. L’homme était l’agent pouvant à la fois transformer la nature, la convertir en ressources, et donc en produits pour son usage, et la connaître par la voie des sciences. Quant aux non-humains, nous les avions repoussés à la périphérie en les englobant sous l’étiquette de la nature […]. À cela vient s’ajouter la possibilité, de plus en plus grande, que d’autres non-humains, des artefacts cette fois, viennent transformer notre humanité déjà composite, soit par la cohabitation avec des robots humanoïdes, soit par l’ajout de prothèses amplifiant des capacités humaines. Je ne pense pas qu’une position morale sur cette question soit la plus féconde. Elle ne pourrait que rejoindre, d’une certaine façon, la position de l’Église, une position chrétienne : Dieu a créé l’homme à son image » (Descola, 2017, p 92).

53Homo Apparatum n’est pas adéquatement outillé pour expliciter les logiques du sens et dépourvu d’instruments pour prendre la mesure de ce qui est en train de se dérouler. À cet égard, les enfants nés dans ce nouveau siècle, et qui démontrent des habilités réelles lors de la phase d’usage des appareils numériques, n’ont que des à l’égard des fonctions. Ils devinent des usages, mais ils n’ont en revanche aucune prescience sur le sens de ce qu’ils font dès lors qu’ils les manipulent. L’algorithme a des comportements que la raison ne connaît pas. Dans le film Mon Oncle, une autre œuvre prémonitoire, Jacques Tati nous propulsait déjà dans ce paradoxe de notre époque: plus on s’appareille et moins on est outillé.

54La prolifération d’agents algorithmiques ne s’accompagne guère d’instruments d’explicitation et d’interprétation de leurs intentions. Si notre mode d’existence valorise l’habilité à générer des formules, j’ai l’intime conviction que nous souffrons collectivement de la cruelle absence d’explicitation de la signification des agissements des artefacts.

La contamination 4.04

  • 4 Mes sincères remerciements à Thomas Dandres pour ses données sur les dimensions environnementales, (...)

55La dernière singularité de la cité numérisée, et non des moindres, est l’orchestration de la dématérialisation du décor (Puglia, 2018). L’infrastructure numérique est totalement invisibilisée. La cité numérisée est la matérialisation de l’inapparent et l’opinion publique n’a pas toujours conscience de sa dimension tangible. Cet état de fait nous a menés à : 1) omettre le numérique de nos comptabilités écosystémiques et 2) dispenser l’algorithmique de toute forme de critiques sociales. Comme par magie, le numérique s’est non seulement affranchi des limites biophysiques du globe, mais il s’est aussi affirmé comme la métaphysique d’un monde futur que l’on devine sans avenir (Allard et al., 2019).

56Le processus de numérisation de la cité est excessivement polluant. Les cadrans des capteurs de pollution s’affolent ! Le GeSI (Global enabling sustainability initiative) évaluait ainsi que les émissions indirectes de GES du secteur des TIC représentaient 2 % des émissions globales (2008). En 2018, une étude publiée dans la revue Nature estimait que la consommation d’électricité des TIC s’élevait à environ 2 200 TWh en 2014 (approximativement 10% de la consommation mondiale d’électricité), représentant 3 % des émissions globales de GES anthropiques (Jones, 2018) et la positionnant derrière celle de la Chine et des États-Unis. Cette consommation est estimée à 2 800 TWh en 2018 (représentant 4 % des émissions globales de GES anthropiques) et pourrait atteindre 9 000 TWh en 2030.

« Un document consacré aux technologies de l'information et de la communication (TIC) du think tank The Shift Project […], parle d'une augmentation de 9 % par an de la consommation énergétique des technologies numériques. […] Côté émissions de gaz à effet de serre, il observe également une augmentation de 9 % par an. Ainsi, la part du digital dans les émissions mondiales est passée de 2,5 % à 3,7 % depuis mi 2013 : dans les pays de l'OCDE, les émissions des TIC ont augmenté de 450 millions de tonnes depuis 2013, alors que dans la même période les émissions globales ont diminué de 250 millions de tonnes » (Mennesson, 2020).

57Désormais, la part des émissions mondiales de GES associées aux services liés aux technologies de l’information et de la communication (TIC) est estimée à 2,1-3,9% (Freitag et al., 2021b). Outre la consommation importante d’énergie lors de l’étape de fabrication, celle-ci requiert aussi de nombreux matériaux (Compound Interest, 2014). À ce titre, l’impact de l’extraction des terres rares, largement utilisées dans la production des TIC, a fait l’objet d’un nombre grandissant d’études pointant leurs impacts (Atibu et al., 2016 ; Ikhlayel, 2017 ; Lee et al., 2017 ; Pitron, 2018).

58La fin de vie du numérique est aussi problématique pour plusieurs raisons. D’une part, les déchets générés sont potentiellement toxiques du fait des matériaux entrant dans la composition des équipements : métaux lourds, arsenic, plastiques. D’autre part, l’évolution rapide des technologies incite les utilisateurs à remplacer leurs équipements avant qu’ils n’aient atteint leur fin de vie, augmentant de ce fait la quantité de déchets électroniques à traiter, qui est par ailleurs également accentuée par la croissance de l’utilisation globale des TIC dans notre quotidien (ADEME, 2019). En pratique, près de la moitié des matériaux composant un téléphone intelligent ne sont pas recyclés, taux de recyclage inférieur à 1 % pour les terres rares (Compound Interest, 2015). Même si des efforts sont faits pour corriger cette situation, il est aujourd’hui moins coûteux d’extraire des terres rares que de les recycler depuis les déchets électroniques (Pitron, 2018).

59À l’heure de l’anthropocène, de nombreux chercheurs interrogent le degré de sagesse du déploiement des artefacts numériques en révélant l’accroissement exponentiel de leurs empreintes écologiques (ressources hydriques, contamination des sols et de l’air, santé humaine). Il n’est pas étonnant que les scénarios décroissants, low-tech et de sobriété peuplent chaque fois plus les publications scientifiques des universitaires, quand bien même ces termes restent tabous pour la majorité d’entre nous. La réflexion initiée par Michel Jébrak sur les imbrications entre 4e révolution industrielle, transition énergétique et Anthropocène gagnerait à être systématisée dans toutes les universités du globe.

Le mot de la fin

60Ce qui est paradoxal est que l’exigence de transparence portée par notre époque, le rien à cacher, ait finalement accouché d’une cité numérisée plutôt que d’une cité joyeuse. La numérisation est une alliée précieuse du régime démocratique, puisqu’au travers de la traçabilité numérique il devient possible d’instaurer la confiance et d’assurer la qualité, mais elle se métamorphose en adversaire de la liberté et du progressisme lorsqu’elle se soustrait à la reddition de compte, au cadre légal et la morale.

61La qualité de la vie citadine dans la citée numérisée est un enjeu de société. Nous, les citadins, avons encore la marge de liberté suffisante pour refuser l’occultisme qui organise le spectacle de la ville intelligente. Ce texte est aussi un appel à l’action. Depuis l’université, nous devons impérativement organiser et animer des débats publics sur les modalités de la numérisation de nos vies.

62À l’image de ce qu’il a été parfois possible de programmer et d’animer sur les modalités de la pratique du génie génétique, il est de notre responsabilité de téléporter le projet de ville intelligente au cœur de la place publique pour en débattre. La gestion responsable du numérique repose sur des choix où les dimensions de morale, de valeur et d’éthique n’ont guère eu l’opportunité de s’exprimer et donc de peser sur la production de cadre de régulation pour garantir l’intérêt général.

63En revanche, l’objectif n’est certainement pas d’interdire, mais de réguler. La Global enabling sustainability initiative évalue que l’utilisation du numérique dans les secteurs du transport, de l’industrie, de l’agriculture, des bâtiments et de l’énergie pourrait nous permettre d’éviter globalement les émissions de 12 Gt de CO2e à l’horizon 2030, c'est-à-dire environ 30% des émissions anthropiques de CO2e de 2017 (2015). L’Organisation des Nations unies fait la promotion des technologies de l’information et de la communication (TIC) en les présentant comme des leviers incontournables des 17 objectifs du développement durable. « Avec la diffusion à grande échelle des TIC et de leurs usages, nous vivons les prémisses d’une nouvelle révolution industrielle pouvant donner lieu à un modèle de croissance compatible, cette fois, avec le développement durable […]. Pour cela les TIC doivent constituer un accélérateur du développement durable » (Faucheux et al., 2010, p 190-191).

64L’intention de développer des TIC vertes a trouvé un terreau fertile dans le monde industriel et les écoles d’ingénieurs. Cette nouvelle liturgie d’une économie verte (Musso, 2017) est bien bornée dans A Smart and Sustainable World through ICT du IEEE Sustainable ICT Initiative5.

65Cependant, ce n’est pas chose aisée d’identifier des études scientifiques qui font l’évaluation écologique des gains réels (et non potentiels) générés par le déploiement des TIC. Cela s’explique, entre autres, par le fait que l’intégration de la dimension cycle de vie dans la conception de l’artefact se trouve vite diluée dans l’univers des structures du comportement (styles de vie, expériences des utilisateurs, valeurs sociales de l’objet et du service) qui participent à l’éclosion d’effets rebonds. Comment gouverner si l’on ne sait plus prévoir ? Il faut se faire à l’idée que « gouverner, c’est qualifier ! ». Or, en la matière, tout reste à faire puisque l’on pâtit encore et toujours de la croyance moderne qui veut que la qualité soit une propriété émergente de la quantité.

Sanchez, P., 2007, La Rationalité des croyances magiques, Librairie Droz, 726 p.

Serres, A., 13 décembre 2022, Quelle(s) problématique(s) de la trace?, Texte d'une communication prononcée lors du séminaire du CERCOR (actuellement CERSIC).

Simmel, G., 2013, (1903), Les Grandes villes et la vie de l'esprit, éditions Payot, 107 p.

Valéry, P., 2009, Cahiers, Tome 1, éditions Gallimard, 496 p.

Zuboff, S., janvier 2019, Un capitalisme de surveillance, Le Monde diplomatique, p 10-11.

Haut de page

Bibliographie

ADEME, 2019, La Face Cachée du Numérique, réduire les impacts du numérique sur l’environnement.

Allard, L., A. Monnin, et C. Tasset, 2019, Est-il trop tard pour l’effondrement ?, Multitudes, vol. 76, n°3, pp. 53-67.

Arpin, M. L., 2020, L’ingénieur : entre problème et paradoxe, Thèse de doctorat en administration des affaires, École des Science de la Gestion, Université du Québec à Montréal.

Atibu, E. K., N. Devarajan, A. Laffite, G. Giuliani, J. A. Salumu, R. C. Muteb, et J. Poté, 2016, Assessment of trace metal and rare earth elements contamination in rivers around abandoned and active mine areas, The case of Lubumbashi River and Tshamilemba Canal, Katanga, Democratic Republic of the Congo, dans : Chemie der Erde, Geochemistry, vol. 76, n°3, pp. 353-362.

Bergson, H., 2014, (1959), L’évolution créatrice, éditions PUF, 732 p.

Caccamo, L., J. Walzberg, T. Reigeluth et N. Merveille (dir), 2019, De la ville intelligente à la ville intelligible, Presses de l’université du Québec, 192 p.

Canguilhem, G., 1993, (1965), La connaissance de la vie, J. Vrin, 256 p.

Carpenter, J., 2016, Culture and Human-Robot Interaction in Militarized Spaces: A War Story, Routledge, 188 p.

Clarke, A.C., 2000, (1962), Profiles of the Future: An Inquiry into the Limits of the Possible, The Orion Publishing Co, p. 211.

Compound Interest, 2014, The Chemical Elements of a Smartphone, consulté le 1er mars 2020, [En ligne], URL : https://www.compoundchem.com/2014/02/19/the-chemical-elements-of-a-smartphone/

Compound Interest, 2015, The Recycling Rates of Smartphone Metals, consulté le 1er mars 2020, [En ligne], URL : https://www.compoundchem.com/2015/09/15/recycling-phone-elements/

Crosby, A. W., 2003, La mesure de la réalité, éditions Allia, 288 p.

Danblon, E., 2017, Mandorla de Paul Celan. Ou l’épreuve de la prophétie, Lormont, éditions Le Bord de l’eau, collection Études de style, 96 p.

Dastur, F., 2006, Derrida and the question of presence, Research in Phenomenology, vol. 36, pp. 45–62.

Debord, G., 1971, La société du spectacle, éditions Champ Libre, 175 p.

Descola, P., 2015, Par-delà Nature et Culture, éditions Gallimard, 800 p.

Descola, P., 2017, Cultures, Carnets Nord, 107 p.

Faucheux, S., C. Hue et I. Nicolaï, 2010, T.I.C. et développement durable. Les conditions du succès, Bruxelles, De Boeck, 200 p.

Fijalkow, Y., 2002, Sociologie de la ville, éditions La découverte, 122 p.

Freitag, C., M. Berners-Lee, K. Widdicks, B. Knowles, G.S. Blair et A. Friday, 2021b, The real climate and transformative impact of ICT: A critique of estimates, trends, and regulations, Patterns, vol. 2, n° 9, [En ligne] URL : https://doi.org/10.1016/j.patter.2021.100340

Friedmann, G., 1946, Problèmes humains du machinisme industriel, éditions Gallimard, 401 p.

Gendron, C., et M. Pierssens, 2019, L’entreprise vue par la science-fiction : d’aujourd’hui à demain, Entreprises et histoire, vol. 96, n°3, p 8-13.

Ginzburg, C., 1989, Traces. Racines d’un paradigme indiciaire, dans : Mythes, emblèmes, traces, Morphologie et histoire, Paris, éditions Flammarion, p. 139-180.

Global e-Sustainability Initiative, 2008, SMART 2020: Enabling the low carbon economy in the information age, p. 1-87, [En ligne], URL : https://gesi.org/research/download/7

Global eSustainability Initiative. 2015, SMARTER2030 ICT solutions for 21st century challenges, p. 1-134.

Go, N., 2004, L'humain, Le Philosophoire, vol. 23, n°2, p. 57-69.

Gomel, E., 2010, Postmodern Science Fiction and Temporal Imagination, New York, Continuum, 192 p.

Grimaud, E., et D. Vidal, 2012., Robots étrangement humains, Gradhiva, n°15, Musée du Quai Branly, 249 p.

Hartog, F., 2020, Chronos, L'Occident aux prises avec le Temps, éditions Gallimard, 352 p.

Hegel, G.W.F., 2006, (1807), Phénoménologie de l’esprit, éditions Vrin, 704 p.

Huxley, A., 1988, (1932), Le meilleur des mondes, éditions Pocket, 288 p.

Ikhlayel, M., 2017, Evaluation of the environmental impacts of rare earth elements production, International Journal of Environmental Studies, vol.74, n°6, pp. 939-957, doi: 10.1080/00207233.2017.1341737

Ingold, T., 2013, Marcher avec les dragons, éditions Zones Sensibles, 384 p.

International Telecommunication Union, ICTs for a Sustainable World #ICT4SDG, consulté le 1er mars 2020, [En ligne], URL : https://www.itu.int/en/sustainable-world/Pages/default.aspx

Jébrak, M., 2015, Quels métaux pour demain? Les enjeux des ressources minérales, UniverSciences, éditions Dunod, 256 p.

Jones, N., 2018, How to stop data centres from gobbling up the world’s electricity, The energy-efficiency drive at the information factories that serve us Facebook, Google and Bitcoin, Nature, vol. 561, pp. 163-166.

Kitchin, R., et J. Kneale (Eds), 2002, Lost in Space : Geographies of Science Fiction, éditions Bloomsbury, 240 p.

Kitchin, R., et M. Dodge, 2011, Code/Space : Software and Everyday Life, The MIT Press, 290 p.

Laboratoire d’innovation urbaine et service des technologies de l’information, 2020, Charte des données numériques, Ville de Montréal, 19 p, [En ligne], URL : https://laburbain.montreal.ca/sites/default/files/charte_donnees_numeriques_1_0.pdf

Lee, J. C. K., et Z. Wen, 2017, Rare Earths from Mines to Metals : Comparing Environmental Impacts from China's Main Production Pathways. Journal of Industrial Ecology, vol. 21, n°5, pp. 1277-1290, doi: 10.1111/jiec.12491

Levin, I., 2018, (1970), Un bonheur insoutenable, éditions J’ai lu, 384 p.

Mennesson, E., 12 février 2020, Digitalisation : place à la sobriété !, Daf-mag, [En ligne], URL :https://www.daf-mag.fr/Thematique/business-intelligence-1244/Breves/Digitalisation-place-sobriete-346875.htm

Merleau-Ponty, M., 1964, Le Visible et l'Invisible, éditions Galimard, 361 p.

Mongin, O., 2007, La condition urbaine, la ville à l'heure de la mondialisation, éditions du Seuil, 325 p.

Musso, P., 2017, La Religion Industrielle : Monastère, manufacture, usine. Une généalogie de l'entreprise, éditions Fayard, 800 p.

Pitron, G., 2018, La Guerre des métaux rares : la face cachée de la transition énergétique et numérique, éditions Les Liens qui Libèrent, 296 p.

Prigogine, I., 1996, La fin des certitudes. Temps, chaos et les lois de la nature, Paris, éditions Odile Jacob, 120 p.

Puglia, E., 2018, Logistique de la « dématérialisation », Multitudes, vol.73, n° 4, pp. 114-122.

Rouvroy, A., et T. Berns, 2013, Gouvernementalité algorithmique et perspectives d'émancipation. Le disparate comme condition d'individuation par la relation, Réseaux, vol. 177, n°1, pp. 163-196.

Russel, B., 2017, Robots: The 500-year Quest to Make Machines Human, Scala Arts Publishers, 176 p.

Russo Garrido, S., et N. Merveille (dir), 2018, Enjeux éthiques et acceptabilité sociale de l’Ido dans la ville intelligente, CIRAIG, Ville de Montréal, 131 p.

Sachs, H., et M.J. Powers, 1965, The Delay of the Machine Age, Arion: A Journal of Humanities and the Classics, vol. 4, n°3, pp. 496-511.

Haut de page

Notes

1 Dans le cadre de la formulation de la Charte des données numériques de Montréal.

2 Créateur de la série britannique Black Mirror.

3 Internet des objets et apprentissage automatique.

4 Mes sincères remerciements à Thomas Dandres pour ses données sur les dimensions environnementales, énergétiques et métalliques du cycle de vie des TIC.

5 Pour plus d’informations, voir le site internet de l’IEEE [en ligne], URL : https://sustainableict.ieee.org/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Merveille, « Une réflexion anthropologique sur la cité numérisée »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 36 | septembre 2022, mis en ligne le 05 septembre 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/37323 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.37323

Haut de page

Auteur

Nicolas Merveille

Professeur, École des sciences de la gestion, Département Stratégie, Responsabilité Sociale et Environnementale, Université du Québec à Montréal, Montréal, Canada, courriel : merveille.nicolas@uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Les Éditions en environnement VertigO
  • Logo Institut des sciences de l'environnement
  • Logo FQRSC
  • Logo SSHRC CRSH
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search