Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 36Gouvernance territoriale et perce...

Gouvernance territoriale et perception du risque à la suite de l’inondation de la rivière Richelieu en 2011

Daniel Germain, Jonathan Pelletier, Catherine Trudelle et Marilyne Gaudette

Résumés

La coordination et la coopération entre les acteurs publics, privés et la population, ainsi que l’articulation des différentes échelles géographiques dans l’élaboration de stratégies territoriales, sont devenues des éléments incontournables dans la prévention des risques naturels. Dans cette perspective, il convient de s’intéresser à la gouvernance territoriale du système québécois, notamment à savoir si la gestion du risque dépend toujours d’un système traditionnel où les citoyens ont très peu de pouvoir décisionnel. À cet égard, le niveau de responsabilisation des citoyens a été étudié dans la municipalité de Saint-Jean-sur-Richelieu afin de comprendre le rôle des acteurs dans la gestion de l’inondation survenue au printemps 2011. Des questionnaires ont été distribués à la population dans deux quartiers vulnérables aux inondations pour observer les pratiques de prévention et de préparation des riverains à l’égard des crues printanières, et des entrevues semi-dirigées avec plusieurs acteurs importants dans la gestion des risques ont été réalisées. Les résultats ont permis de constater qu’une mise à jour des connaissances était essentielle en raison des changements climatiques et qu’il y a un manque considérable dans l’établissement des fonctions et des compétences de l’ensemble des acteurs. D’ailleurs, cette absence de définition claire du rôle des individus occasionne une déresponsabilisation et une négation des risques, particulièrement au niveau municipal. Enfin, si notre analyse montre une lacune significative de la gouvernance territoriale dans la gestion des risques au Québec, force est de constater que certains partenariats et les nouvelles politiques mises en place depuis contribuent néanmoins à accroitre la résilience de la société québécoise.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1De par son immensité territoriale, le Canada est soumis à plusieurs aléas naturels, mais les inondations sont certainement la menace de catastrophe la plus inquiétante (Bureau d’assurance du Canada, 2015 ; ministère de la Sécurité publique du Canada, 2013). En effet, on note une augmentation significative de ce type d’évènement depuis le début du 20e siècle, dont 70 % sont survenus après 1959 (Laforce et al., 2011). Les inondations sont donc devenues un enjeu fondamental pour les populations et les autorités, notamment parce que le Canada est l'unique pays du G8 où les propriétaires domiciliaires n'avaient pas, jusqu’à tout récemment du moins (avant 2015-2016), droit à une assurance contre les inondations de cause naturelle (Thistlethwaite et Feltmate, 2013). Les gouvernements ont par conséquent créé des programmes d’aide financière pour épauler les propriétaires canadiens après les inondations de type naturel (Sandink et al., 2010).

2Au Québec, et ce même avant les inondations printanières exceptionnelles de 2017 et 2019, avec respectivement 291 et 310 municipalités touchées, force est de constater que la gestion des risques naturels soulevait déjà de nombreuses questions quant à nos connaissances des aléas, des territoires à risque et des impacts psychosociaux, environnementaux, économiques, culturels et politiques susceptibles de survenir à la suite de ces aléas. Ce questionnement, d’autant plus d’actualité avec les catastrophes récentes de 2017 et 2019 qui, elles, ont fait émerger de très nombreuses interrogations notamment sur la mise à jour des cartes des zones inondables, la prise en compte des infrastructures de protection, le rôle et la responsabilité de chacun, et cetera., est néanmoins une étape nécessaire pour un changement de paradigme (Fabiani et Theys, 1987 ; Maidl et Buchecker, 2015 ; Henstra et al. 2018). En ce sens, une catastrophe se définit d'abord par une rupture ou une perturbation grave affectant une communauté qui passe d'un état stable à un état d'urgence, sans pouvoir revenir au stade initial en l'absence d'une aide extérieure. Essentiellement de nature sociale, bien que l’aléa puisse être d’origine naturelle, la catastrophe correspond donc à une rupture grave dans le fonctionnement d'une communauté avec des impacts majeurs sur le plan humain, matériel, économique et environnemental. À cet égard, l’inondation majeure du printemps 2011 de la rivière Richelieu, avec pour finalité la reconstruction en zone inondable à la suite d’un décret gouvernemental controversé, et largement défendu par une coalition d’acteurs locaux, a soulevé de nombreuses questions de gouvernance et de leadership (Milot et al., 2013). Une gouvernance qui, aujourd'hui, apparait comme un moyen de renouvellement des systèmes traditionnels de gestion et, possiblement, comme un élément de réponse important dans la réduction des risques (Simoulin, 2003 ; Beucher, 2008 ; Thomi et Reynard, 2009). Or, devant la variabilité accrue des dynamiques spatiales et temporelles des aléas avec les changements climatiques en cours, des enjeux propres aux différentes populations touchées, et d'une multitude d'acteurs (autorité gouvernementale, Municipalité régionale de comté (MRC), municipalités, citoyens, et cetera) impliquée dans le processus de gestion des risques au Québec, il semble évident que les solutions et directives ne peuvent émaner seulement des autorités publiques, sans égard aux résidents qui sont pourtant les premiers affectés. En revanche, ce processus décisionnel hiérarchique, où les décisions émanent des autorités pour ensuite être appliquées dans les communautés locales, a néanmoins révélé une certaine inefficacité des structures mises en place ces dernières décennies. En effet, si certains attribuent l'augmentation constante des dommages associés aux risques naturels aux changements climatiques, on se doit aussi de questionner notre manière de gérer et d’appréhender le risque.

3L’inondation printanière qui a touché la rivière Richelieu en Montérégie, au printemps 2011, représente un évènement exceptionnel bien que n’ayant pas occasionné les coûts les plus faramineux de l’histoire québécoise. Cette inondation s'est toutefois distinguée par sa durée et ses répercussions physiques, socioéconomiques et environnementales (Organisation de la sécurité civile du Québec, 2013 ; Le groupe d’étude international du lac Champlain et de la rivière Richelieu, 2019). Un collectif de scientifiques experts a d’ailleurs qualifié cette inondation d’occasion manquée de renforcer la résilience de la population, particulièrement en raison du décret de reconstruction dans la plaine inondable (Collectif de scientifiques experts, 2011). Aujourd’hui, c’est plus de 40% des maisons inondées en 2011 qui ont été reconstruites (Radio-Canada, 2019). S’ajoute à cela l’absence d’un véritable retour post-catastrophe, lequel aurait certainement été plus riche en enseignement que le simple rapport d’évènement disponible (OSQC, 2013). C’est donc dans ce contexte post-évènementiel que nous nous sommes intéressés d’une part, à la perception et la préparation d’une population face au risque d’inondation et, d’autre part, aux modalités de gestion de crise occasionnées par les évènements du printemps 2011, avec pour objectif de mieux comprendre et documenter les problématiques de gouvernance et les raisons de cette cohabitation chaotique entre le développement territorial et les risques naturels.

La rivière Richelieu : un bassin versant vulnérable aux inondations

4S'il est vrai que les conditions météorologiques au printemps 2011 étaient favorables à une crue printanière (Lucas-Picher et al., 2015 ; Saad et al., 2015 ; Riboust et Brissette, 2016), plusieurs facteurs géographiques dont la morphologie du bassin versant ont certainement contribué à cette inondation exceptionnelle (Saad et al., 2016 ; Figure 1). Le bassin versant du lac Champlain et de la rivière Richelieu, d’une superficie de 23 899 km2, est situé principalement aux États-Unis et s’écoule vers le nord pour atteindre le fleuve Saint-Laurent au Canada (Commission mixte internationale, 2013). Des accumulations de neige importantes et des étés humides caractérisent le climat, auquel s’ajoute une topographie montagneuse en amont, ce qui confère au bassin une hydrologie unique particulièrement sujette aux inondations (Lake Champlain Basin Program, 2013). En effet, le bassin versant est bordé par les Adirondacks et les Montagnes Vertes, situées dans les états américains de New York et du Vermont, créant ainsi une vallée étroite où l'eau des sommets descend pour atteindre le lac Champlain. D’une longueur d’environ 193 km, le lac Champlain s’écoule vers le nord de Whitehall dans l’état de New York jusque dans la rivière Richelieu localisée au Québec (CMI, 2013). Celle-ci s’écoule ensuite sur 125 km avec un dénivelé de 26 mètres pour atteindre le fleuve Saint-Laurent à la hauteur de Sorel, ce qui fait d’elle le plus important tributaire de la Rive-Sud du Saint-Laurent (CMI, 2013). Dépourvu de moyen artificiel de régulation des eaux, l’écoulement du lac est contrôlé par une longue barrière naturelle et les hauts fonds rocheux de St-Jean-sur-Richelieu (CMI, 2013). Le débit et le niveau d'eau de la rivière dépendent donc principalement du lac Champlain, notamment en raison de l’affinement important de l’empâtement de la rivière Richelieu, ce qui engendre une diminution dans la capacité de rétention d’eau de celle-ci (Tardy, 2000 ; COVABAR, 2011).

Figure 1. Contexte géographique du bassin versant du lac Champlain et de la rivière Richelieu (23 899 km2) avec les facteurs de risque d’inondation.

Figure 1. Contexte géographique du bassin versant du lac Champlain et de la rivière Richelieu (23 899 km2) avec les facteurs de risque d’inondation.

5Les facteurs anthropiques sont aussi à considérer, avec l'omniprésence des terres agricoles qui occupent 71% de la superficie du sous bassin versant de la rivière Richelieu (COVABAR, 2010). L'urbanisation des berges représente environ 7% du territoire, ce qui ne laisse que 22% pour les écosystèmes naturels, ceux-ci étant essentiels dans l'atténuation des impacts des crues printanières (COVABAR, 2010). L'enrochement des berges, la déforestation, la proximité des industries, et cetera, augmentent aussi la vulnérabilité des populations face aux inondations. Enfin, comme le bassin versant du lac Champlain et de la rivière Richelieu est situé aux États-Unis et au Canada, ceci entraine une complexité politique dans la gestion en raison de législations et de règlementations propres à chacun des pays.

Chronologie de l’inondation printanière exceptionnelle de 2011

6Dès le début avril, on constate dans les Adirondacks une fonte importante des fortes accumulations de neige, des pluies constantes sur l'ensemble du bassin versant et, de surcroit, des vents forts soufflant du sud. Au milieu du mois, on assiste à la montée des eaux et toutes les conditions météorologiques et environnementales sont alors réunies pour favoriser une catastrophe sans précédent (OSCQ, 2013 ; Saad et al., 2016). Si l'on dénombre quatre épisodes au 20e siècle de haut niveau d'eau dans le bassin versant, le 12 mai 2011 fut néanmoins le plus haut niveau atteint depuis 1869 à Rouses Point, dans l'état de New York (CMI, 2013). La figure 2 présente de façon exhaustive les évènements s'étant déroulés en Montérégie, corroborée par le rapport de l’OSCQ (2013), reconstituant les faits importants, les mesures régionales et nationales et les visites politiques de la mi-avril à la fin aout 2011.

7Entre le 18 et le 24 avril, on assiste aux premiers épisodes d’inondations qui touchent dix municipalités de la Montérégie (St-Armand, Ste-Anne-de-Sabrevois, Venise-en-Québec, St-Paul-de-l’Ile-aux-Noix, St-Georges-de-Clarenceville, Noyan, Henryville, Lacolle, St-Blaise-sur-Richelieu et St-Jean-sur-Richelieu). Du 24 au 28 avril, l’eau se retire graduellement dans plusieurs municipalités, mais le niveau de la rivière demeure élevé et connaitra ensuite une nouvelle hausse, occasionnant l’isolement de plusieurs centaines de résidences. Le 6 mai, les plus hauts niveaux d’eau jamais enregistrés sont mesurés aux deux stations hydrométriques situées sur le lac Champlain à St-Armand et dans la rivière Richelieu à St-Jean-sur-Richelieu. On assiste alors à plusieurs fermetures de routes, refoulements d’égouts, à l’évacuation de centaines de résidents, à l’interruption de services d’aqueduc et d’électricité et à certains endroits, à la rupture des digues érigées comme mesures de protection. Le 11 mai, le niveau d’eau a suffisamment baissé dans les municipalités, mis à part à St-Jean-sur-Richelieu, St-Paul-de-l’Ile-aux-Noix, St-Blaise et Noyan, afin de permettre aux résidents de réintégrer leur domicile. Cependant, le 23 mai, un nouveau niveau record de la rivière Richelieu est atteint à la suite d’une succession de plusieurs systèmes dépressionnaires. Le niveau d’eau demeure stable jusqu’au 1er juin, pour entamer par la suite un long retour progressif jusqu’à la normale le 22 juin.

Figure 2. Schématisation des évènements du printemps 2011.

Fluctuation du niveau d’eau de la rivière Richelieu, mesures régionales et nationales de gestion du risque ainsi que les visites politiques.

8Finalement, le niveau d’eau du bassin versant du lac Champlain et de la rivière Richelieu aura été considéré à un niveau critique pour la période s’échelonnant du 13 avril au 19 juin, soit une période de 67 jours où les conditions étaient propices aux inondations (LCBP, 2013).

9Au total, une quarantaine de municipalités ont été touchées par cette inondation, dont 11 ayant déclaré l’état d’urgence à une ou plusieurs reprises (OSCQ, 2013). La Sécurité publique a dénombré 3 927 victimes des inondations, dont 1 651 n’ont eu d’autre choix que d’évacuer leur résidence. Au total, 2 535 résidences ont été inondées (Le groupe d’étude international du lac Champlain et de la rivière Richelieu, 2019). Le coût des dommages causés par cette inondation est estimé à plus de 67 millions de dollars, uniquement pour la province du Québec (ministère de la Sécurité publique du Québec, 2014). Enfin, le 18 aout 2011, le gouvernement autorise le décret pour la reconstruction en zone inondable pour les propriétaires d’une résidence permanente et ce, avec une aide financière du gouvernement (La Presse Canadienne, 2011a, b).

Méthodologie

10La municipalité retenue pour cette étude est celle de St-Jean-sur-Richelieu puisqu’elle a subi de graves dommages, mais aussi car elle a été au centre de l’attention médiatique, notamment en raison du fait que le centre de commandement officiel de la sécurité civile du Québec y a été installé lors de la catastrophe. Au total, un recensement de 243 articles a été réalisé entre le mois d’avril 2011 et le mois de janvier 2013 dans La Presse et Le Devoir. Les articles illustrent bien que la municipalité de St-Jean-sur-Richelieu a été la municipalité la plus médiatisée, puisque citée dans 34% des articles analysés (Figure 3).

Figure 3. Importance pondérée de la mention des municipalités dans les articles de la presse écrite.

11La municipalité possède une population de 92 394 habitants avec une densité approximative de 409 habitants par kilomètre carré (Statistique Canada, 2015). Or, la densité de population y est trois fois plus élevée que dans le reste de la MRC et le revenu moyen par ménage est de 52 107$, soit 8% de plus qu’ailleurs dans le Haut-Richelieu (Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu, 2006). En revanche, malgré un revenu moyen plus élevé, St-Jean-sur-Richelieu a été l’une des premières municipalités à déclarer l’état d’urgence, à subir d’importants dommages et a été l’un des endroits le plus longtemps inondés, laissant croire à un manque de préparation de la part des citoyens, mais également de la part des autorités. Cette recherche s’inscrit donc dans la perspective de mieux comprendre la réponse des citoyens, mais aussi des autorités, face au risque d’inondation. À cet égard, la figure 4 présente de manière schématique les différents modes de collecte de données, lesquels font référence à la recherche documentaire et la cueillette d’informations sur le terrain.

Figure 4. Cadre conceptuel de la démarche méthodologique utilisée.

Figure 4. Cadre conceptuel de la démarche méthodologique utilisée.

Questionnaires à la population

12Au total, 45 questionnaires ont été distribués. Chaque questionnaire comportait 31 questions portant sur cinq axes principaux : (1) le profil du répondant ; (2) l’inondation du printemps 2011 ; (3) la perception du risque d’inondation ; (4) le plan familial d’urgence ; et (5) la connaissance de l’aléa potentiel. Les questionnaires ont permis de tracer un portrait de la catastrophe d’un point de vue local, mais aussi d’obtenir l’évaluation des riverains à l’égard du travail des autorités gouvernementales lors de cette crise. Comme l’analyse porte sur la perception des gens face aux inondations et à l'expérience vécue au printemps 2011, il était impératif de choisir des participants touchés par les crues printanières. De ce fait, deux quartiers situés à l’Est (St-Athanase) et à l’Ouest (St-Eugène) de la rivière Richelieu ont été ciblés pour effectuer du porte-à-porte afin de distribuer l’ensemble des questionnaires.

Entrevues semi-dirigées

13Des entrevues ont aussi été réalisées avec des acteurs jouant un rôle primordial dans la gestion des risques naturels au Québec, et particulièrement dans la gestion de crise du printemps 2011. Le choix des répondants est basé sur le profil des compétences en matière de sécurité civile afin de couvrir les différents paliers décisionnels dans la gestion des risques. Nous avons donc interrogé cinq intervenants dans les domaines d’expertise suivants : un responsable en sécurité civile, un responsable de bassin versant, un spécialiste en expertise hydrique et barrages du ministère québécois de l’Environnement et Lutte contre les changements climatiques, un expert en risques naturels au Québec et, finalement, une personne du département d’urbanisme de la MRC de St-Jean-sur-Richelieu.

14Les questionnaires d’entrevues ont été construits selon cinq axes principaux, à savoir : (1) l’expertise et l’historique du répondant ; (2) l’analyse de l’inondation du printemps 2011 ; (3) la perception du risque d’inondation ; (4) le plan familial d’urgence ; et (5) la connaissance des aléas naturels. Enfin, le 4 novembre 2015 à St-Jean-sur-Richelieu, nous avons également participé à une rencontre de la CMI liée à la prévision et la préparation aux inondations sur la rivière Richelieu. Cette rencontre a permis de voir les différents outils mis en place par ce comité afin de mieux prévoir les crues printanières.

Résultats

15À la suite de la collecte d’informations sur le terrain, et par l’entremise des différents acteurs rencontrés, il nous a été possible d’établir un profil de la population sur la vulnérabilité sociodémographique, en plus d’identifier de nombreuses caractéristiques liées à la perception du risque d’inondation.

Le profil des répondants

16À l’issu des questionnaires distribués à la population, 17,4% des résidents sondés habitent le quartier de St-Athanase, alors que 82,6% habitent le quartier St-Eugène. Le tableau 1 illustre le profil des répondants avec une proportion équivalente de femmes et d’hommes, dont la plupart sont âgés de 35 à 55 ans, ce qui explique que près de 70% travaille à temps plein ou à temps partiel. Ces caractéristiques laissent présager une vulnérabilité faible compte tenu d’une population active (82% sont âgés entre 18 et 65 ans) (Dauphiné, 2001). En ce qui a trait au statut matrimonial, plus de 80% des répondants sont mariés ou conjoints de fait. En moyenne, les gens habitent le quartier depuis 22 ans, bien que certains s’y soient installés dès 1946, alors que d’autres seulement tout récemment, soit en 2014. On dénote aussi que 98% des répondants sont propriétaires, 96% y résident de façon permanente, et 62% ont un revenu supérieur à 65 000$ par année. Enfin, il convient néanmoins de souligner que 22% des gens interrogés sont des retraités, 20% sont âgés de plus de 65 ans et qu’une personne sur cinq a un salaire inférieur à 35 000$ par année.

Tableau 1. Profil des répondants à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Nb

%

Nb

%

Total

Occupation

Nb de participants

45

Temps plein

27

58.7

Temps partiel

5

10.8

Genre

Sans emploi

1

2.2

Femme

23

51.1

Étudiant

2

4.4

Homme

22

48.9

Retraité

10

21.7

Autres

1

2.2

Âge

Salaire annuel

18 – 25 ans

3

6.7

Mois de 15 000 $

26 – 35 ans

6

13.3

15 001 $ - 25 000 $

2

5.4

36 – 45 ans

11

24.4

25 001 $ - 35 000 $

0

0

46 – 55 ans

10

22.2

35 001 $ - 45 000 $

2

5.4

56 – 65 ans

7

15.6

45 001 $ - 55 000 $

3

8.1

66 – 75 ans

4

8.9

55 001 $ - 65 000 $

4

10.8

76 ans et plus

4

8.9

65 001 $ - 75 000 $

3

8.1

75 001 $ - 85 000 $

6

16.2

Statut matrimonial

85 001 $ - 95 000 $

7

18.9

Marié/conjoint de fait

37

82.2

95 001 $ et plus

1

2.7

Célibataire

6

13.3

Sans réponse

9

24.3

Divorcé/Séparé/Veuf

2

4.4

8

-

L’inondation du printemps 2011

17Afin de mieux comprendre comment les résidents ont vécu l’inondation de 2011, il est extrêmement intéressant de constater que près de neuf personnes sur dix (87%) vivaient dans leur résidence lors de ce sinistre (Tableau 2). D’autre part, plus de 70% des personnes qui habitaient dans ces quartiers ont subi des dommages à leur propriété. Fait à noter, plus des deux tiers ont jugé le travail des autorités satisfaisant lors de cette catastrophe, particulièrement face aux mesures de sécurité mises en place tout au long de la crise.

Tableau 2. Portrait des connaissances citoyennes sur l’inondation du printemps 2011.

Inondation du printemps 2011

Demeuriez-vous dans cette résidence lors des événements de 2011 ?

Votre demeure a-t-elle été endommagée ?

Les autorités ont-elles assuré votre sécurité et protégé votre maison ?

Avez-vous envisagé de déménager après 2011 étant donné le risque futur ?

Pour quel(s) motif(s) avez-vous décidé de conserver votre résidence ?

18Bien que la majorité ait été touchée directement ou indirectement par la catastrophe, seulement le quart des répondants ont songé à vendre leur résidence par la suite (Tableau 2). Les raisons invoquées sont majoritairement le quartier (beauté, sentiment de bien-être, attachement, et cetera) et les liens familiaux. À l’inverse, moins de 7% ont évoqué le motif monétaire en raison du fait que le prix des maisons a considérablement chuté à la suite de l’inondation et qu’ils n’auraient pu vendre leur propriété à un prix jugé raisonnable.

La perception du risque d’inondation

19Les répondants ont indiqué un niveau de stress moyen face au risque d’inondation, tant chez les hommes que chez les femmes (Tableau 3). Nonobstant le fait qu’ils sont tous situés dans une zone inondable avec une récurrence de 0-20 ans, les résidents ne semblent pas inquiets outre mesure par la probabilité d’une nouvelle inondation (avant l’occurrence des inondations de 2017 et 2019), et encore moins concernés par la probabilité à subir des dommages à leur résidence.

Tableau 3. Portrait de la perception du risque d’inondation par les citoyens.

Perception du risque

Degré de stress face au risque d'inondation

Évaluation du risque à subir une autre inondation majeure dans le quartier

Évaluation du risque que la résidence soit inondée lors d'une inondation

Saviez-vous qu’aucune assurance au Canada ne couvre les dommages liés à une inondation de cause naturelle ?

Cette information aurait-elle changé votre choix de résidence et secteur ?

20Les résultats montrent aussi que 44% des gens ne savaient pas qu’aucune assurance ne les protégeait contre les inondations (Tableau 3). Or, nous avons donc demandé à ceux qui l’ignoraient, si cette information aurait pu changer leur décision de s’établir dans ces quartiers. À cette réponse, près de 80% des répondants ont répondu par la négative, c’est à dire qu’ils n’auraient pas songé à changer de quartier malgré cette connaissance.

Le plan familial d’urgence

21Ce volet s’intéresse à la préparation psychologique des répondants afin d’analyser leur niveau de vulnérabilité individuelle. Encouragés par les recommandations de la sécurité civile du Québec (2013), plus de 63% possèdent une trousse 72 heures (eau potable, nourriture non périssable, lampe de poche, radio, et cetera) pour être en mesure de subsister durant les trois premiers jours d’une situation d’urgence (Tableau 4). On observe aussi qu’une personne sur deux a établi un seuil à partir duquel il devient inévitable de quitter la résidence en cas d’inondation. Ce questionnement est en lien direct avec les difficultés d’évacuation rencontrées au moment opportun, et rapportées notamment par la sécurité civile du Québec (Institut national de santé publique du Québec, 2012). Dans l’éventualité d’une évacuation rapide et imprévue, seulement 42% possèdent une liste d’articles importants (médicaments, articles pour l’hygiène, argent, et cetera) à emporter avec eux.

Tableau 4. Portrait de la situation citoyenne sur le plan familial d’urgence.

Plan familial d’urgence

Possédez-vous une trousse d’urgence 72 heures ?

En cas d’inondation, avez-vous déterminé un seuil pour l’évacuation ?

Disposez-vous d’une liste d’articles à emporter en cas d’évacuation ?

Avez-vous établi un plan d’action familial ?

Êtes-vous familier avec les procédures d’urgence dans votre quartier ?

Votre habitation est-elle munie de dispositif(s) de protection ?

22On constate aussi que plus de 70% des répondants n’ont pas établi de plan d’action (Tableau 4), tels qu’un lieu de rassemblement pour la famille, ou encore des directives claires en cas de crise. En revanche, près des trois quarts des gens sont familiers avec les procédures d’urgence (couper le gaz, couper l’eau, et cetera) afin de se protéger contre des bris techniques, particulièrement face au risque d’incendie. De plus, 90% des résidents possèdent des dispositifs simples de protection (fausse de retenue, pompe d’évacuation) contre les inondations dans leur résidence.

La connaissance de l’aléa naturel

23D’après les données récoltées, une personne sur cinq n’est pas familière avec la notion de plaine inondable (Tableau 5). Toutefois, 80% des personnes interrogées ont souligné avoir déjà reçu de l’information de la municipalité à cet effet, mais principalement durant l’inondation du printemps 2011 pour améliorer la gestion de crise. Par ailleurs, nous avons demandé aux riverains s’ils avaient déjà participé dans le passé à une ou plusieurs rencontres avec des personnes de la municipalité ou en lien avec la sécurité civile, afin de discuter de leurs inquiétudes ou de recommandations dans le but d’être mieux préparés face à d’éventuelles inondations. À cela, plus de 80% des gens ont répondu n’avoir jamais participé à une rencontre d’information. En revanche, quant à savoir s’ils seraient intéressés à participer à l’élaboration d’un schéma de sécurité civile ou à d’autres documents pertinents à l’égard des inondations, 60% de la population semblait favorable à l’idée de travailler conjointement avec les autorités. Pourtant, à peine le quart des répondants utilise les ressources de la municipalité pour s’informer, la plupart d’entre eux préfèrent les médias et internet (Tableau 5).

Tableau 5. Portrait des connaissances citoyennes de l’aléa inondation.

Connaissance de l’aléa potentiel

Êtes-vous familier avec la notion de plaine inondable ?

La municipalité a-t-elle déjà diffusé de l’information à ce propos ?

Avez-vous participé à une rencontre pour être mieux préparé aux inondations ?

Voudriez-vous collaborer à l’élaboration d’un schéma ou plan de prévention des inondations ?

En général, quel(s) moyen(s) utilisez-vous pour vous informer sur les risques ?

L’opinion des acteurs du risque lors d’entrevues semi-dirigées

24L’établissement de la loi sur la sécurité civile en 2001 (Gouvernement du Québec, 2002) avait pour objectifs d’établir une culture du risque, d’octroyer un pouvoir juridique à la sécurité civile du Québec, mais également d’offrir des outils afin de mieux prévoir et localiser les menaces potentielles sur l’ensemble du territoire québécois. Les entrevues réalisées s’intéressaient à l’avancement des connaissances scientifiques, notamment à l’égard des aléas naturels et des dispositifs mis en place pour diminuer la vulnérabilité de la population, particulièrement face aux inondations printanières.

25Si le constat général veut que l’on détienne un savoir acceptable sur ces aléas, les personnes interviewées ont plutôt axé la réflexion sur le manque d’interaction entre les acteurs du risque, la difficile vulgarisation du savoir scientifique tant à la population qu’entre les experts, mais également sur la nécessité de mettre à jour les données scientifiques. Si cet échange d’informations est complexe entre les acteurs du risque, Tairou et al. (2010) indiquent que de nombreuses études démontrent qu’il n’est pas rare que les citoyens refusent ou négligent de mettre en place des actions concrètes sur le terrain. Il y a certainement une sous-utilisation des informations disponibles, particulièrement en raison d’un manque de responsabilisation de l’ensemble des individus rattachés au risque et d’une absence de partenariat entre les scientifiques et les acteurs étatiques. Il importe aussi de souligner que les impacts liés aux changements climatiques préoccupent grandement l’ensemble des intervenants rencontrés, mais que malgré l’expertise scientifique de ces intervenants, on décèle un net problème d’arrimage entre les discours sur l’urgence d’agir.

26En ce qui concerne l’inondation de 2011 sur la rivière Richelieu, les constats suivants ont été mentionnés :

  • La sécurité civile est pertinente et efficace en cas de crise, mais il serait avantageux d’avoir une meilleure communication et coopération avec les scientifiques et les organismes de bassin versant (OBV).

  • Avant l’inondation de 2011, il semble y avoir peu ou pas de mention du risque d’inondation dans le plan directeur de l’eau (PDE), puisque méconnu et jugé non prioritaire. Après 2011, les inondations ont été intégrées au PDE (COVABAR, 2015).

  • La MRC du Haut-Richelieu a répondu n’avoir aucune compétence sur la rivière Richelieu et invite à communiquer auprès de la Ville de St-Jean-sur-Richelieu. Cela relève de l’absence de coordination entre les autorités régionales, provinciales et fédérales, ce qui expliquent sans doute en partie les critiques soulevées à l’égard de l’action publique jugée défaillante lors de l’inondation de 2011 (Milot et al., 2013).

Discussion

27Le contexte géographique nous apprend qu’en raison de facteurs morphologiques, climatiques, hydrologiques et anthropiques, la rivière Richelieu est considérée comme étant extrêmement favorable aux inondations (Figure 1), comme en témoigne son historique (Tanguay, 2012 ; CMI, 2013 ; LCBP, 2013 ; COVABAR, 2015; Le groupe d’étude international du lac Champlain et de la rivière Richelieu, 2019). Néanmoins, la couverture médiatique réalisée montre l’intérêt marqué pour une seule municipalité, soit St-Jean-sur-Richelieu (Figure 4), amenant le constat que presqu’une décennie plus tard, on parle presque systématiquement de cette dernière municipalité alors que des dizaines d’autres ont été sévèrement touchées en 2011.

Vulnérabilités et population à risque

28La vulnérabilité sociale dépend des caractéristiques sociodémographiques, du cadre bâti et du niveau de préparation individuelle (Birkmann, 2006 ; Bubeck et al., 2012 ; Fortin et al., 2020). Selon le profil des répondants (Tableau 1), on remarque une vulnérabilité individuelle plutôt faible, notamment parce qu’on y retrouve une population jeune et active, une grande majorité de riverains propriétaires et une densité de population assez faible. Pour ce qui est du cadre bâti, il faut noter que dans les quartiers où la population a été sondée, on retrouve presque exclusivement des maisons unifamiliales où résident pour la majorité qu’une seule famille (Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu, 2006). Or, si pour Cutter et al. (2003) cette variable diminue la vulnérabilité de la population, il faut préciser que ces maisons sont situées en bordure de la rivière et que lors d’une inondation, il est extrêmement difficile de se rendre dans ces quartiers. L’inondation de 2011 a d’ailleurs démontré la vulnérabilité du cadre bâti, notamment en raison du grand nombre résidences touchées et endommagées.

29En ce qui concerne la préparation, la population a une grande confiance envers les moyens de protection structurels, plutôt qu’une préparation psychologique. En effet, 90% des gens ont des dispositifs de protection (Tableau 4), alors que plus de 70% n’ont aucun plan d’action en cas d’inondation (Tableau 3). Par ailleurs, près de 50% des résidents n’ont établi aucune limite ou seuil pour quitter leur résidence et plus de 60% de la population n’ont pas de liste d’articles à emporter. Ce constat est assez préoccupant, car une meilleure préparation mentale permet une perception plus juste du risque et facilite grandement la gestion de crise (Baggio et Rouquette, 2006 ; Harvatt et al., 2011 ; Kellens et al., 2011). Cette propension à utiliser des moyens structurels nous renseigne sur la volonté de la population à vouloir résister à tout prix aux inondations (Maret et Cadoul, 2008). Ces réponses contrastent d’ailleurs avec le fait que généralement, on observe une relation positive entre une plus longue durée de résidence et une perception accrue du risque (Kreutzwiser et al., 1994 ; Ruin et al., 2007 ; Burningham et al., 2008 ; Scolobig et al., 2012 ; Villa et Bélanger, 2012 ; Lechowska, 2018) et un effet positif sur l’adoption de comportements de protection et la capacité d’évaluation de la situation (Wagner, 2007 ; Adeola, 2009). Enfin, les propriétaires sont généralement plus enclins à mettre en place des mesures préventives, mais seulement s’ils ont connu des dommages importants (Takao et al., 2004; Grothmann et Reusswig, 2006 ; Harries et Penning-Rowsell, 2011 ; Thistlethwaite et al., 2018). L’âge relativement jeune des personnes interrogées et leur situation économique, tous deux favorables à une vulnérabilité individuelle plutôt faible, explique sans doute en partie cette préparation inadaptée aux risques d’inondation et ce, malgré une proportion de la population extrêmement vulnérable et une grande proximité avec la rivière.

30Pour la vulnérabilité biophysique, le rapport du LCBP (2013) illustre de nombreux impacts néfastes causés par l’inondation de 2011. Ce document a notamment évalué et analysé les conséquences sur les écosystèmes, les infrastructures, les terres développées et les territoires agricoles. Ainsi, cette inondation a gravement détérioré la qualité de l’eau, forçant environ 20 000 personnes à dépendre de l’eau potable distribuée par les autorités gouvernementales (LCBP, 2013). L’érosion des rives s’est également accélérée, augmentant de ce fait les possibilités de prolifération des algues en raison de la hausse marquée du phosphore dans l’eau. Les hauts niveaux d’eau ont aussi entraîné la destruction d’habitats naturels terrestres et aquatiques. On a aussi constaté d’innombrables conséquences sur les infrastructures commerciales, publiques et résidentielles, notamment avec plus de 2 500 résidences inondées et une centaine de ponts et de routes endommagées (OSCQ, 2013 ; Le groupe d’étude international du lac Champlain et de la rivière Richelieu, 2019). Au niveau agricole, les impacts ont été majeurs, considérant que « 170 entreprises agricoles et 2 500 hectares (6 177 acres) le long de la rivière du Richelieu ont été touchés » (LCBP, 2013).

Une responsabilisation pour une meilleure gouvernance territoriale

31Le constat général qui ressort des sondages et des entrevues indique que depuis l’instauration de la loi sur la Sécurité civile du Québec en 2001, la vulnérabilité s’est plutôt accentuée, notamment en raison de l’absence de post mortem efficace après la catastrophe et d’une préparation déficiente de l’ensemble des acteurs. On constate d’ailleurs que le rapport du gouvernement mis en ligne est révélateur, avec un souci de ne déplaire à personne. En même temps, cela illustre le fait qu’on se prive d’une opportunité inouïe d’apprendre de cet événement, ne serait-ce qu’une recension complète des dommages occasionnés.

32En effet, le décret de reconstruction en zones inondables à la suite de l’inondation de 2011 fut certainement l’une des actions les plus décriées par les experts. Ce décret est allé directement à l’encontre d’une diminution de la vulnérabilité de la population et, de plus, « […] le gouvernement du Québec [a] cré[é] non seulement un précédent inquiétant, mais envoie un message fort qui contribuera à soutenir un développement accru en zones inondables » (Collectif de scientifiques experts, 2011). Il y a là, effectivement, un signal de déresponsabilisation envoyé aux acteurs municipaux, qui entraine une absence de préparation et de communication du risque aux citoyens. D’ailleurs, si nous n’avons retrouvé pratiquement aucune précision sur le rôle joué par la MRC du Haut-Richelieu durant cette crise, les intervenants rencontrés n’ont fait nullement référence à cet acteur. Cela souligne la déficience dans la prévention des risques à l’échelle régionale, mais aussi dans la gestion de crise.

33À cet égard, si plusieurs experts ont critiqué le travail de l’action publique lors de la crise, notamment en raison de la mise sur pied de SOS Richelieu – un comité bénévole d’aide aux sinistrés mis en place par le club des Lions de Saint-Luc –, ce dernier a tout de même permis de démontrer la réaction citoyenne, sa spontanéité et son désir d’implication et d’entraide pendant et après l’inondation (Norris et al., 2008 ; Patel et al., 2017 ; Meng et al., 2018). Cela démontre clairement une volonté de la population à s’impliquer dans l’intervention d’une catastrophe, ce qui pourrait se traduire par un apport de connaissances et une responsabilisation accrue pour la prévention des risques d’inondations (Aven et Kristensen, 2005 ; Frankenberger et al., 2013 ; Shaw, 2016). Dans les quartiers investigués, 60% des personnes étaient d’ailleurs intéressées à participer à des rencontres afin d’améliorer la prévention et la protection face aux inondations. Bien qu’il soit souvent mentionné que les gens sont peu enclins à se mobiliser (Raaijmakers et al., 2008), on remarque aussi qu’ils n’ont pas nécessairement l’espace pour s’informer et présenter leurs recommandations. En effet, dans ce cas-ci la municipalité admet qu’elle ne fait pratiquement jamais de rencontre sur la prévention des inondations. Peut-être est-il temps de repenser collectivement notre façon de faire en mettant le citoyen en priorité.

34Enfin, malgré certaines critiques quant à un manque de leadership de la part des acteurs étatiques (Milot et al., 2013), le Québec dispose néanmoins d’une organisation gouvernementale, avec la sécurité civile, qui représente un outil précieux de coordination et de gouvernance horizontale entre les différents ministères lors d’une gestion de crise. Or, l’État devrait octroyer aux MRC un mandat de gestion des risques afin d’avoir un portrait général des menaces potentielles et des moyens à mettre en place dans chaque municipalité pour réduire la vulnérabilité des citoyens.

Évolution du cadre normatif post-2011

35La conjoncture météorologique du printemps 2011 a démontré la capacité destructrice d’une inondation majeure et la vulnérabilité accrue de la population riveraine de la rivière Richelieu. Or, l’actualité forcée des inondations historiques subséquentes en 2017 et 2019 a été le catalyseur d’une prise de conscience collective de la grande vulnérabilité des municipalités québécoises face aux bouleversements climatiques. Les retours d’expériences de ces évènements exceptionnels, conjugués à l’intensification anticipée des phénomènes météorologiques extrêmes, ont montré l’urgence d’agir et de repenser la façon de planifier et d’aménager le territoire. La chronologie des interventions gouvernementales, à cet égard, témoigne de l’évolution en cours quant à la prise en compte du risque et des modalités de sa gestion.

36Dans la foulée des inondations de 2011 et de 2017, Québec a ignoré, par le truchement de décrets gouvernementaux, sa propre règlementation interdisant aux sinistrés de rebâtir dans la zone inondable de récurrence 0-20 ans. En 2011, la reconstruction des résidences inondées a été permise d’emblée (Québec, 2011). En 2017, des mécanismes de dérogation à portée individuelle ou collective ont été mis sur pied pour satisfaire la pression populaire (Québec, 2017). Si très peu de leçons ont été tirées de ces évènements, les sinistres survenus dans le sillage des inondations de 2019 ont quant à eux mis en exergue la nécessité d’un passage de la gestion de crise à la gestion du risque, pour prévenir et mieux se préparer à la récurrence inévitable d’autres perturbations. Outre les répercussions sur la santé humaine et les impacts psychosociaux, le coût des inondations successives de 2017 et 2019 représente un véritable gouffre financier pour l’État et les citoyens, lequel se chiffre à plus d’un milliard de dollars versés en indemnités et assistance financière (ministère des Affaires municipales et de l’Habitation, 2020). Pour pallier l’augmentation de la facture de l’aide financière, Québec a imposé, en plus de la couverture limitée à vie de 100 000$ pour les inondations successives (Boudreault et Bourdeau-Brien, 2020), un moratoire sur la construction de bâtiments et la reconstruction de bâtiments dévastés situés dans les limites de la zone d’intervention spéciale (ZIS), jusqu’à l’élaboration d’un nouveau cadre normatif pour la gestion des zones inondables et l’entrée en vigueur de la nouvelle cartographie (Québec, 2019).

37Face à l’ampleur de ces inondations historiques, Québec s’est engagé à repenser sa planification territoriale dans une perspective de gestion des risques. Le Plan de protection du territoire contre les inondations, lancé en avril 2020, annonce un virage important en matière d’aménagement en zones inondables. En plaçant le risque au cœur des réflexions portant sur la gestion des inondations, on envisagea la possibilité de penser au-delà de la probabilité d’occurrence d’une crue, pour considérer d’autres facteurs qui influencent le niveau de risque, comme les capacités d’adaptation mises en œuvre pour réduire la vulnérabilité des milieux de vie exposés. Cette approche permettra de concilier des enjeux à priori incompatibles, en répondant d’une part aux différents enjeux de développement et, d’autre part, en assurant la sécurité des biens et des personnes. Mais à l’évidence, la traduction règlementaire de cette pratique de gestion novatrice s’annonce difficile.

38Le 1er mars 2022, un régime transitoire de gestion des zones inondables, des rives et du littoral est entré en vigueur, en remplacement de la Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables (PPRLPI). Mais ce qui devait jeter les bases de cette nouvelle approche axée sur la gestion des risques s’apparente plutôt à un resserrement des normes de la PPRLPI. À défaut d’outiller les municipalités pour réduire la vulnérabilité du cadre bâti et rendre les collectivités résilientes aux inondations, ce régime aspire davantage à contraindre et à limiter les espaces bâtis en zones inondables. Quoi qu’il en soit, le régime transitoire est, comme son nom l’indique, une transition vers l’adoption d’un cadre permanent, en cours de réflexion. S’il n’est pas trop tard pour ajuster le tir, nous devrons néanmoins attendre la publication du projet de cadre permanent pour en évaluer les tenants et aboutissants. Il s’agit décidément d’un chantier à suivre, particulièrement important pour l’avenir des nombreuses municipalités du Québec confrontées aux risques d’inondation.

Conclusion

39Si la gestion des risques dits naturels au Québec a longtemps été le fruit d’actions réactives plutôt que préventives, force est de constater que la fréquence accentuée des extrêmes météorologiques des dernières décennies, associée au changement climatique en cours, semble promouvoir et inciter la mise en place de différentes mesures d’atténuation à des échelles variables pour une meilleure résilience des populations.

40Parmi celles-ci, on peut citer notamment les suivantes : T2 L’importance de la cartographie des plaines inondables Si dans les années 1970 les gouvernements provincial et fédéral mettaient sur pied un programme de délimitation des zones inondables, l’obligation d’intégrer ces cartes dans le schéma d’aménagement a longuement tardé pour certaines municipalités, permettant ainsi un développement dans des zones précaires malgré la connaissance du risque. Les villes ont donc été complices de l’exacerbation du risque dans une certaine mesure, en s’empressant de délivrer des permis de construction dans les zones inondables pour développer et aménager. L’objectif était ainsi d’obtenir les revenus fonciers associés et ce, malgré une volonté gouvernementale de protéger la population. Aujourd’hui, la spatialisation des plaines inondables est devenue un enjeu primordial à la diminution de la vulnérabilité des populations, notamment en contexte de changements climatiques, d’où l’importance de considérer la notion d’espace de liberté des cours d’eau (Biron et al., 2013), soit un concept de plus en plus populaire auprès des villes et municipalités.

41Il reste beaucoup de travail à faire au niveau de l’éducation des citoyens sur les risques, particulièrement sur l’explication des cotes de récurrence dans le cas des inondations. Ce manque de connaissances contribue certainement au fait que la population et les municipalités se dégagent de beaucoup de responsabilités, estimant que l’État est garant de leur sécurité. Par ailleurs, on estime que l’indemnisation après sinistre accentue la déresponsabilisation des résidents, car ils obtiennent habituellement des compensations, nonobstant le fait qu’ils aient choisi volontairement ou non d’habiter dans des zones à risque. Mais aujourd’hui, peut-on encore s’établir dans une ville au Québec sans vraiment savoir si l’on est situé dans une zone inondable ? Il semble que oui puisque selon la CMM, dans le cadre du projet « Résilience aux inondations », plus de 40% des citoyens interrogés à la suite des inondations de 2017 ont dit ignorer si leur résidence se situe dans une zone à risque. Si les municipalités ont fait sensiblement le même constat, force est de constater que la mise à jour des données existantes et leur accessibilité ne sont pas toujours au rendez-vous. Somme toute, on remarque que l’État tenait jusqu’à aujourd’hui un discours contradictoire, souhaitant que les gens se responsabilisent d’une part, mais offrant d’autre part des indemnités pour qu’ils se reconstruisent aux mêmes endroits. Enfin, les développements géomatiques récents et l’accessibilité des données Lidar, de même que le plafonnement à vie des indemnités financières gouvernementales en cas d’inondation, sont néanmoins des signes d’un changement significatif en cours et à venir.

42Pour Cutter et al. (2003), le critère de fabrication sociale s’appuie sur plusieurs variables, dont le retour d’expérience, la perception des citoyens et nombreux autres facteurs sociaux (Slovic, 1987 ; Wildavsky et Dake, 1990 ; Dake, 1991). D’emblée, le post mortem est un instrument primordial dans la diminution de la vulnérabilité, puisqu’il permet non seulement de faire un bilan des événements, mais offre également l’opportunité d’éduquer et de renseigner la population sur la possibilité de récurrence d’un aléa similaire et des mesures de prévention efficaces à mettre en place. La littérature nous apprend d’ailleurs que la mémoire du risque vient avec l’expérience du vécu (Fuchs et al., 2017).

43La perception des résidents est donc un élément fondamental dans la prévention des risques naturels, puisqu’elle influence grandement l’évaluation de leur propre vulnérabilité et le niveau de préparation face à un aléa (Grothmann et Reusswig, 2006 ; Kouabenan, 2007). Plusieurs causes peuvent expliquer cette perception plutôt faible du risque d’inondation, notamment en raison du temps écoulé depuis la catastrophe, d’une reconstruction au même endroit avec l’aide du gouvernement, d’une méconnaissance de la cote de récurrence, de l’absence d’un post mortem, et cetera. L’INSPQ (2012) a d’ailleurs indiqué qu’il devient difficile d’inculquer à la population des stratégies de prévention longtemps après une catastrophe, car les gens ne se sentent plus en danger. La fréquence élevée des inondations rend toutefois la perception du risque plus près de la réalité, d’où la nécessité de s’y préparer et de promouvoir de saines habitudes (Buckland et Rahman, 1999 ; Bubeck et al., 2012). À cet égard, les inondations successives et significatives de 2017 et 2019 se doivent d’être utilisées à bon escient.

44Enfin, la prévention des risques doit être considérée comme un processus transversal et multiscalaire à travers l’appareil gouvernemental, afin d’élaborer des stratégies territoriales adaptées à la réalité des différents territoires. D’autant plus qu’une bonne gouvernance territoriale offre l’opportunité d’une meilleure coordination entre les acteurs et une territorialisation du risque à l’échelle locale. Si cette démarche nécessite une réorganisation complète de notre mécanisme de gestion des risques, on remarque toutefois plusieurs structures déjà en place, particulièrement avec cette vision nationale de prévention des risques et, surtout, plusieurs initiatives émergentes et projets ciblés en ce sens avec une vision d’intersectorialité. À cet égard, on se doit de mentionner entre autres l’approche cartographique par le risque de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), la création du Réseau Inondations InterSectoriel du Québec (RIISQ), la réalisation d’une base de données des inondations historiques dans la province (Aquarisc), et cetera.

Les auteurs tiennent à remercier l’ensemble des personnes interrogées et consultées dans le cadre de cette étude, de même que le département de géographie de l’UQAM pour ses ressources. Les opinions émises sont celles des auteurs et leurs interprétations des données recueillies ne représentent en aucun cas celles des instances mentionnées dans le texte. Merci aussi à Stéphanie Mercier pour la réalisation des tableaux. Enfin, les auteurs remercient également les évaluateurs anonymes pour leurs commentaires.

Haut de page

Bibliographie

Adeola, F. O., 2009, Does duration of residency and prior experience affect impacts, evacuation, and adaptation behavior among survivors?, Environment and Behavior, vol. 41, n°4, pp. 459-489.

Aven, T., et V. Kristensen, 2005, Perspective on risk: review and discussion of the basis for establishing a unified and holistic approach, Reliability Engineering & System Safety, vol. 90, n°1, pp. 1-14.

Baggio, S., et M.-L. Rouquett, 2006, La représentation sociale de l’inondation : influence croisée de la proximité au risque et de l’importance de l’enjeu, Bulletin de psychologie, vol. 481, n°1, pp. 103-117.

Beucher, S., 2008, La gestion des inondations en Angleterre: la mise en place d’un système efficace de gouvernance du risque ?, L’information géographique, vol. 72, n°4, pp. 27-43.

Birkmann, J., 2006, Measuring vulnerability to promote disaster-resilient societies and to enhance adaptation: discussion on conceptual frameworks and definitions, Measuring Vulnerability to Natural Hazards: Towards Disaster Resilient Societies, 1, pp. 9-79.

Biron, P., T. Buffin-Bélanger, M. Larocque, S. Demers, T. Olsen, M.-A. Ouellet, G. Choné, C.-A. Cloutier et M. Needleman, 2013, Espace de liberté: un cadre de gestion intégrée pour la conservation des cours d'eau dans un contexte de changements climatiques, [En ligne], URL : http://www.archipel.uqam.ca/7933/1/Bironetal2013.pdf

Boudreault, M., et M. Bourdeau-Brien, 2020, Limite à vie sur les inondations successives : vers un nouveau pacte social ? Rapport de recherche, Université du Québec à Montréal, [En ligne], URL : https://archipel.uqam.ca/13310/

Bubeck, P., H. Kreibich, E. C. Penning-Rowsell, W. J. W. Botzen, H. de Moel et F. Klijn, 2012, Explaining differences in flood management approaches in Europe and in the USA - a comparative analysis, Journal of Flood Risk Management, vol. 10, n°4, pp. 436–445.

Buckland, J., et M. Rahman, 1999, Community-based disaster management during the 1997 Red River flood in Canada, Disasters, vol. 23, n°2, pp. 174-191.

Bureau d’assurances du Canada, 2015, La gestion financière du risque d’inondation, Dans : Revue internationale : leçons apprises des programmes de gestion des inondations des pays du G8, [En ligne], URL : http://assets.ibc.ca/Documents/Natural%20Disasters/The_Financial_Management_of_Flood_Risk_FR.pdf

Burningham, K., J. Fielding et D. Thrush, 2008, “It’ll never happen to me”: Understanding public awareness of local flood risk, Disasters, vol. 32, n°2, pp. 216-238.

Collectif de scientifiques experts, 2 et 3 juillet 2011, Rivière Richelieu – Une occasion manquée, Dans : Le Devoir, section Idées, [En ligne], URL : https://www.ledevoir.com/opinion/idees/326591/riviere-richelieu-une-occasion-manquee

Commission mixte internationale (CMI), 2013, Plan d’étude pour la détermination des mesures visant à atténuer les inondations et leurs répercussions dans le bassin versant du lac Champlain et de la rivière Richelieu, Ottawa et Washington, [En ligne], URL : https://www.ijc.org/sites/default/files/Plan%20d%27Étude%20Final_lac%20Champlain%20rivière%20Richelieu.pdf

Comité de concertation et de valorisation du bassin versant de la rivière Richelieu (COVABAR), 2010, Présentation du territoire, Québec, [En ligne], URL : http://www.covabar.qc.ca/territoire.html

Comité de concertation et de valorisation du bassin versant de la rivière Richelieu (COVABAR), 2011, L’eau : hydrographie du bassin versant, Québec, [En ligne], URL : http://www.covabar.qc.ca/documents/PDE/Portrait/L_eau.pdf

Comité de concertation et de valorisation du bassin versant de la rivière Richelieu (COVABAR), 2015, Plan directeur de l’eau : portrait, Québec, [En ligne], URL : https://www.covabar.qc.ca/documents/PDE/Portrait/Portrait2016.pdf

Cutter, S.L., B.J. Boruff et L.W. Shirley, 2003, Social Vulnerability to environmental Hazards, Social Science Quarterly, vol. 84, n°2, pp. 242-261.

Dake, K., 1991, Orienting dispositions in the perception of risk: an analysis of contemporary worldviews and cultural biases, Journal of Cross-Cultural Psychology, vol. 22, n°1, pp. 61-82.

Dauphiné, A., 2001, Risques et catastrophes Observer, spatialiser, comprendre, gérer, 1ère édition, Paris, Armand Colin, 288 p.

Fabiani, J. L., et J. Theys, 1987, La société vulnérable, Paris, Presse de l'école normale supérieure, 674 p.

Fortin, G., C. Poitier, F. Duhamel et D. Germain, 2020, Risques d’inondation et vulnérabilité : l’exemple du bassin versant de la rivière Kennebecasis, Nouveau-Brunswick, Canada, IdeAs, [En ligne], URL : https://journals.openedition.org/ideas/7999

Frankenberger, T., M. Mueller, T. Sprangler et S. Alexander, 2013, Community resilience: conceptual framework and measurement feed the future learning agenda, Rockville, MD, Westat 1.

Fuchs, S., K. Karagiorgos, K. Kitikidou, F. Maris, S. Paparrizos et T. Thaler, 2017, Flood risk perception and adaptation capacity: a contribution to the socio-hydrology debate, Hydrology and Earth System Sciences, European Geosciences Union, vol. 21, n°6, pp. 3183-3198.

Gouvernement du Québec, 2002, La sécurité civile une responsabilité partagée. Présentation et synthèse de la Loi sur la sécurité civile, [En ligne], URL : https://www.securitepublique.gouv.qc.ca/fileadmin/Documents/securite_civile/lois_reglements/presentation_synthese.pdf.

Grothmann, T., et F. Reusswig, 2006, People at Risk of Flooding: Why Some Residents Take Precautionary Action While Others do not, Natural Hazards, vol. 38, pp. 101–120.

Harries, T., et E. Penning-Rowsell, 2011, Victim pressure, institutional inertia, and climate change adaptation: The case of flood risk, Global environmental Change, vol. 21, n°1, pp. 188-197.

Harvatt, J., J. Petts et J. Chilvers, 2011, Understanding householder responses to natural hazards: flooding and sea-level rise comparisons, Journal of Risk Research, vol. 14, n°1, pp. 63-83.

Henstra, D., J. Thistlethwaite, C. Brown et D. Scott, 2018, Flood risk management and shared responsibility: exploring Canadian public attitudes and expectations, Journal of Flood Risk Management, vol. 12, n°1, [En ligne], URL : https://doi.org/10.1111/jfr3.12346

Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), 2012, Perception du risque d’inondation dans un contexte de changements climatiques : recension systématique des articles scientifiques sur sa mesure (1990-2011), Gouvernement du Québec, M. Villa (dir.).

Kellens, W., R. Zaalberg, T. Neutens, W. Vanneuville et P. De Maeyer, 2011, An analysis of the public perception of flood risk on the Belgian coast, Risk Analysis, vol. 31, n°7, pp. 1055-1068.

Kouabenan, D. R., 2007, Incertitudes, croyances et management de la sécurité, Le travail Humain, vol. 70, n°3, pp. 271-287.

Kreutzwiser, R., I. Woodley et D. Shrubsole, 1994, Perceptions of flood hazard and floodplain development regulations in Glen Williams, Ontario, Canadian Water Resources Journal, vol. 19, n°2, pp. 115-124.

Laforce, S., M.-C. Simard, R. Leconte et F. Brissette, 2011, Climate change and floodplain delineation in two southern Quebec River basins, Journal of the American Water Resources Association, vol. 47, n°4, pp. 785-799.

Lake Champlain Basin Program, 2013, Résilience aux inondations dans le bassin versant du lac Champlain et la rivière Richelieu, [En ligne], URL : http://www.monroban.org/public/documents/outils/uploaded/gqundkx5.pdf

La Presse canadienne, 12 mai 2011a, Indemnisation pour les victimes d’inondation, Le Devoir, section Actualités, [En ligne], URL : https://www.ledevoir.com/societe/323127/en-bref-indemnisation-pour-les-victimes-d-inondation

La Presse canadienne, 19 août 2011b, Québec autorise la reconstruction en zone inondable, Le Devoir, section Actualités, [En ligne], URL : https://www.ledevoir.com/politique/regions/329636/monteregie-quebec-autorise-la-reconstruction-en-zone-inondable

Lechowska, E., 2018, What determines flood risk perception? A review of factors of flood risk perception and relations between its basic elements, Natural Hazards, vol. 94, n°3, pp. 1131-1366.

Le Groupe d’étude international du lac Champlain et de la rivière Richelieu, 2019, Causes et impacts des inondations passées dans le bassin du lac Champlain et de la rivière Richelieu. Renseignements historiques sur les inondations, Rapport à la Commission mixte internationale (CMI).

Lucas-Picher, P., P. Riboust, S. Somot et R. Laprise, 2015, Reconstruction of the spring 2011 Richelieu River flood by two regional climate models and a hydrological model, Journal of Hydrometeorology, vol. 16, n°1, [En ligne], URL : https://doi.org/10.1175/JHM-D-14-0116.1

Maidl, E., et M. Buchecker, 2015, Raising risk preparedness by flood risk communication. Natural Hazards and Earth System Sciences, vol. 15, n°7, pp. 1577-1595.

Maret, I., et T. Cadoul, 2008, Résilience et reconstruction durable : que nous apprend la Nouvelle-Orléans ?, Annales de la géographie, vol. 663, n°5, pp. 104-124.

Meng, B., N. Li et D. Fang, 2018, Attributes, challenges, and future directions of community resilience, Frontiers Engineering, vol. 5, n°3, pp. 307-323.

Milot, N., L. Lepage, A. Choquette, J. Lafitte, V. Larivière, J. Larocque, B. Lefebvre, V. Marquet et A. Veret, 2013, Adaptation aux changements climatiques et gestion intégrée de l’eau par bassin versant au Québec: une analyse sociopolitique des défis et des opportunités, Institut des sciences de l’environnement, UQAM, Montréal, 324 p.

Ministère de la Sécurité publique du Canada, 2013, Inondations, [En ligne], URL : http://www.securitepublique.gc.ca/cnt/mrgnc-mngmnt/ntrl-hzrds/fld-fra.aspx

Ministère de la Sécurité publique du Québec, 2014, Politique québécoise de sécurité civile 2014-2024, vers une société québécoise plus résiliente aux catastrophes, [En ligne], URL : http://www.securitepublique.gouv.qc.ca/fileadmin/Documents/securite_civile/publications/politique_2014-2024/politique_securite_civile_2014-2024.pdf

Ministère des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec, 2020, Plan de protection du territoire face aux inondations. Des solutions durables pour mieux protéger nos milieux de vie.

Norris, F.H., S.P. Stevens, B. Pfefferbaum, K.F. Wyche et R. L. Pfefferbaum, 2008, Community resilience as a metaphor, theory, set of capacities, and strategy for disaster readiness, American Journal of Community Psychology, vol. 41, n°1-2, pp. 127-150.

Organisation de la Sécurité Civile du Québec (OSCQ), 2013, Rapport d’événement : inondations printanières Montérégie 2011, [En ligne], URL : http://www.securitepublique.gouv.qc.ca/fileadmin/Documents/securite_civile/inondations_monteregie_2011/rapport_evenement_inondations_monteregie.pdf

Patel, S. S., M.B. Rogers, R. Amlot et G.J. Rubin, 2017, What do we mean by Community resilience? A systematic literature review of how it is defined in the literature, PLoS Currents, [En ligne], https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29188132/

Québec, 21 septembre 2011, Décret 964-2011, Gazette officielle du Québec : Éditeur officiel du Québec, 143e année, no 38A; [En ligne], URL : http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=1&file=56355.PDF

Québec, 19 juillet 2017, Décret 777-2017, Gazette officielle du Québec : Éditeur officiel du Québec, 20 juillet 2017, 149e année, no 29A, [En ligne], URL : https://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=1&file=67054.pdf

Québec, 12 juillet 2019, Décret 817-2019, Gazette officielle du Québec : Éditeur officiel du Québec, 15 juillet 2019, 151e année, no 28B, [En ligne], URL : https://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=1&file=71076.pdf

Raaijmakers, R., J. Krywkow et A. van der Veen, 2008, Flood risk perceptions and spatial multi-criteria analysis: An exploratory research for hazard mitigation, Natural Hazards, vol. 46, pp. 307-322.

Radio-Canada, 30 avril 2019, Richelieu : 40% des maisons inondées en 2011 reconstruites, Radio-Canada, [En ligne], URL : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1167062/inondations-richelieu-2011-reconstruction

Riboust, P., et F. Brissette, 2016, Analysis of Lake Champlain/Richelieu River’s historical 2011 flood. Canadian Water Resources Journal, vol. 41, pp. 174-185.

Ruin, I., J.-C. Gaillard et C. Lutoff, 2007, How to get there? Assessing motorists’ flash flood risk perception on daily itineraries, Environmental Hazards, vol. 7, n°3, pp. 235-244.

Saad, C., A. St-Hilaire, P. Gachon, et E. A. Salaheddine, 2016, The 2011 flood event in the Richelieu River basin: Causes, assessment, and damages, Canadian Water Resources Journal, vol. 41, n°1-2, pp. 129-138.

Saad, C., E. A. Salaheddine, A. St-Hilaire et P. Gachon, 2015, A nested multivariate copula approach to hydrometeorological simulations of spring floods: the case of the Richelieu River (Québec, Canada) record flood, Stochastic Environmental Research and Risk Assessment, vol. 29, pp. 275-294.

Sandink, D., P. Kovacks, G. Oulahen et G. McGillivray, 2010, Rendre les inondations assurables pour les propriétaires canadiens, Institut de prévention des sinistres catastrophiques et la Compagnie de Réassurances Suisse, Toronto, 81 p.

Scolobig, A., B. De Marchi et M. Borga, 2012, The missing link between flood risk awareness and preparedness: findings from case studies in an Alpine Region, Natural Hazards, vol. 63, pp. 499-520.

Simoulin, V., 2003, La gouvernance et l’action publique: le succès d’une forme simmélienne, Droit et Société, vol. 54, pp. 307-326.

Shaw, R., 2016, Community-based disaster risk reduction, Oxford University Press, 21 p.

Slovic, P., 1987, Perception of risk, Science, vol. 236, n°4799, pp. 280-285.

Statistique Canada, 2015, Profil du recensement – Saint-Jean-sur-Richelieu.

Tairou F., R. Bustinza, D. Bélanger et P. Gosselin, 2010, Proposition d’indicateurs aux fins de vigie et de surveillance des troubles de la santé liés aux précipitations non hivernales, inondations, glissements de terrain et sécheresses, Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Takao, K., T. Motoyoshi, T. Fukuzono, K. Seo et S. Ikeda, 2004, Factors determining residents’ preparedness for floods in modern megapolises: The case of the Tokai flood disaster in Japan, Journal of Risk Research, vol. 7, n°7-8, pp. 775-787.

Tanguy, M., 2012, Cartographie du risque d’inondation en milieu urbain adaptée à la gestion de crise, Québec : Institut National de la Recherche Scientifique (INRS), [En ligne], URL : http://espace.inrs.ca/1641/1/R001395.pdf

Tardy, A., 2000, Lake effect and lake enhanced snow in the Champlain Valley of Vermont, Eastern Region Technical Attachment, vol. 5, pp. 1-27.

Thistlethwaite, J., B. Feltmate, 2013, Évaluation de la viabilité de l’assurance inondation des terres: Le marché canadien de l’assurance des propriétés domiciliaires, Faculté de l’environnement, University Waterloo, 63 p.

Thistlethwaite, J., D. Henstra, C. Brown et D. Scott, 2018, How flood experience and risk perception influences protective measures and behaviours among Canadian homeowners, Environmental Management, vol. 61, pp. 197-208.

Thomi, L., E.Reynard, E., 2009, Gouvernance des risques hydrologiques dans un contexte urbain – Le cas de la ville de Berne, Suisse, Espaces et Sociétés, vol. 139, pp. 123-140.

Villa, J., D. Bélanger, 2012, Perception du risque d’inondation dans un contexte de changements climatiques : recension systématique des articles scientifiques sur sa mesure (1990-2011), Rapport pour l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ), Direction de la santé environnementale et de la toxicologie, 189 p.

Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu, 2006, Plan d'urbanisme de la ville de Saint-Jean-sur-Richelieu, Québec.

Wagner, K., 2007, Mental models of flash floods and landslides, Risk Analysis, vol. 27, n°3, pp. 671-682.

Wildavsky, A., K. Dake, 1990, Theories of risk perception: who fears what and why?, Deadalus, vol. 119, n°4, pp. 41-60.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Contexte géographique du bassin versant du lac Champlain et de la rivière Richelieu (23 899 km2) avec les facteurs de risque d’inondation.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37358/img-2.png
Fichier image/png, 707k
Titre Figure 4. Cadre conceptuel de la démarche méthodologique utilisée.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37358/img-3.png
Fichier image/png, 3,8k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37358/img-4.png
Fichier image/png, 1,5k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37358/img-5.png
Fichier image/png, 1,6k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37358/img-6.png
Fichier image/png, 1,6k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37358/img-7.png
Fichier image/png, 1,6k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37358/img-8.png
Fichier image/png, 5,7k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37358/img-9.png
Fichier image/png, 1,5k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37358/img-10.png
Fichier image/png, 1,6k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37358/img-11.png
Fichier image/png, 1,7k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37358/img-12.png
Fichier image/png, 1,5k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37358/img-13.png
Fichier image/png, 1,5k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37358/img-14.png
Fichier image/png, 1,5k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37358/img-15.png
Fichier image/png, 1,5k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37358/img-16.png
Fichier image/png, 1,5k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37358/img-17.png
Fichier image/png, 1,6k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37358/img-18.png
Fichier image/png, 1,5k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37358/img-19.png
Fichier image/png, 1,5k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37358/img-20.png
Fichier image/png, 1,5k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37358/img-21.png
Fichier image/png, 4,3k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Germain, Jonathan Pelletier, Catherine Trudelle et Marilyne Gaudette, « Gouvernance territoriale et perception du risque à la suite de l’inondation de la rivière Richelieu en 2011 »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 36 | Décembre 2022, mis en ligne le 05 septembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/37358 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.37358

Haut de page

Auteurs

Daniel Germain

Département de géographie, Université du Québec à Montréal, adresse courriel : germain.daniel@uqam.ca

Jonathan Pelletier

Prudent Groupe Conseil, Beloeil, Québec, adresse courriel : jonathan.pelletier@prudent.ca

Catherine Trudelle

Département de géographie, Université du Québec à Montréal, adresse courriel : trudelle.catherine@uqam.ca

Marilyne Gaudette

Études urbaines, École des sciences de la gestion, Université du Québec à Montréal, adresse courriel : gaudette.marilyne@courrier.uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Les Éditions en environnement VertigO
  • Logo Institut des sciences de l'environnement
  • Logo FQRSC
  • Logo SSHRC CRSH
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search