Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 36L’Alliance pour l’Est de Montréal...

L’Alliance pour l’Est de Montréal : vers un New Deal territorial ?

Juan-Luis Klein, Jean-Marc Fontan, René Audet et Benoît Levesque

Résumés

Ce texte porte sur une zone appelée Est de Montréal. Cette zone a été associée à l’industrie pétrochimique et à d’autres secteurs de l’industrie manufacturière pendant une bonne partie du vingtième siècle. Or, à cause de la crise du fordisme et du développement de l’économie orientée vers les nouvelles technologies, cette zone a progressivement perdu ses atouts productifs avec des effets sur les emplois, sur les services et sur la qualité de vie des personnes qui y résident. La prise de conscience de ce déclin à motivé une importante mobilisation pour une reconversion économique orientée vers la transition socio-écologique. Le texte aborde la situation de la zone, les enjeux du processus de reconversion, l’amorce et les orientations d’un regroupement d’acteurs nommé Alliance pour l’Est de Montréal, les sources d’inspiration de cette coalition, ainsi que les éléments d’une stratégie de transition écologique et sociétale dans cette importante zone de la ville.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans ce texte, nous montrerons que l’Est de Montréal se présente comme un laboratoire territorial permettant de repenser le développement de ses quartiers, voire de la ville dans son ensemble. Cette vaste zone, s’étendant, grosso modo entre la rue Papineau et la Pointe de l’Île, a été délaissée par des investissements publics et privés pourtant nombreux dans le reste de la métropole, notamment dans l’Ouest. L’approche extractiviste qui a présidé à son évolution a laissé une vaste friche de terrains contaminés, des populations enclavées subissant des problèmes socio-économiques majeurs et une collectivité atomisée ne disposant ni d’une gouvernance unifiée ni d’une identité commune. À l’occasion d’une intervention publique d’envergure annoncée par le gouvernement du Québec, une alliance d’acteurs socio-économiques, désignée comme Alliance pour l’Est de Montréal, s’est constituée afin de proposer un nouveau contrat social, un New Deal territorial, favorisant le droit des citoyens et citoyennes de l’Est à une qualité de vie équivalente à celle présente ailleurs dans la région métropolitaine montréalaise.

2L’Est de Montréal représente une occasion pour mettre en œuvre une approche novatrice gagnante en matière de justice sociale et environnementale. Dans cette perspective, nous présenterons des propositions pour une transformation en profondeur de son horizon développemental. Dans la première section, nous placerons le cadre urbain dans lequel se déploient les revendications des quartiers plus défavorisés, soit le cadre de la métropolisation multipolaire. Dans la deuxième section, nous résumerons les principaux enjeux qui se posent en matière de revitalisation de l’Est de Montréal. Dans la troisième section, nous présenterons le contexte de l’amorce de l’Alliance (2015-2020) ainsi que ses principales orientations. Dans la quatrième section, nous ferons un bref lien entre les propositions de l’Alliance et les leçons à tirer des expériences internationales. Dans la cinquième section, nous introduirons un cadre de réflexion concernant le rôle de l’Alliance en vue d’une transition écologique et sociétale de l’Est de Montréal. Puis, en guise de conclusion, nous proposerons des éléments stratégiques pour assurer cette transition.

La métropole et les défis sociaux et écologiques

3Montréal, ville globale selon différents palmarès, pôle d’innovation à l’échelle canadienne et métropole du Québec, est affectée par le même syndrome que plusieurs villes des pays dits du Nord. Sur son territoire sévit une fracture grandissante qui élargit le hiatus entre deux mondes, celui de la richesse caractérisée par le travail protégé et les milieux de vie de qualité, et celui de la pauvreté où précarité économique s’inscrit dans l’habiter de milieux de vie dégradés.

4Le développement inégal de la métropole montréalaise s’inscrit dans la conjonction de deux phénomènes à la fois géographiques et économiques. Le premier découle du redéploiement de la production industrielle de haut niveau technologique vers les pays dits du Sud (OCDE, 2019). Ce phénomène, qualifié par Veltz (2017) d’hyper industrialisation, et qui englobe divers secteurs non industriels qui se relocalisent à travers la planète grâce au travail en ligne (Lehdonvirta, 2017), exerce de plus en plus de pressions sur les grandes villes des pays du Nord. Pour conserver leurs acquis, ces dernières doivent augmenter tant la productivité du travail que la rentabilité des investissements, entre autres, grâce à la généralisation des plateformes (Srnicek, 2017). Sous l’impulsion d’une quatrième révolution industrielle axée sur l’intelligence artificielle, l’internet des objets et le big data, une véritable course au productivisme mobilise les esprits et les compétences (Huws, 2014). Cette stratégie génère certes de la richesse. Elle ouvre de nouvelles perspectives et crée des emplois bien rémunérés. En même temps, elle élimine des emplois de qualité dans divers secteurs tout en générant des emplois atypiques où une faible rémunération est associée à des conditions de travail précaires.

  • 1 “Once the “unit-like” character of the urban is understood as a structural product of social practi (...)

5Ce développement inégal, et les fractures qu’il engendre, n’est pas qu’économique, il est aussi territorial. Sur ce point, historiquement parlant, l’approfondissement des inégalités sociales est concomitant au mouvement de sédentarisation qui accompagne l’émergence et le développement préhistorique d’un nouveau mode d’occupation du territoire : l’urbanité. Un village ou une ville représentent plus qu’un locus caractérisé par une agglomération de personnes ou de ressources. Ces locus sont l’expression d’un tissu de relations qui se déploie entre elles dans une dynamique de captation et de circulation de flux d’échanges. L’urbanisation traduit plus qu’une division entre l’urbain et le non urbain. C’est un processus efficient et effectif d’occupation de l’espace terrestre à partir d’un double procès de concentration/expansion des populations et des activités humaines. Pour Brenner (2014), l’urbanisation est aussi et surtout une arène de luttes sociales où la destruction (implosion) et l’apparition (explosion) d’activités (biens et services), de mouvances cognitives (connaissances formelles et tacites), de régimes organisationnels ou d’institutionnels jouent continuellement dans l’évanescence, la résilience ou la reconfiguration de formations sociales1. La ville peut ainsi devenir un champ d’expérimentations où des innovations localisées contribuent à modifier les orientations du développement (Savini et Bertolini, 2019 ; Klein et Pecqueur, 2020).

6Qu’en est-il pour Montréal ? Il s’agit avant tout d’une île que le mouvement d’urbanisation propre aux processus coloniaux et confédératif a transformée en une vaste aire occupée par une myriade d’établissements humains. À la suite de l’augmentation de la population, à diverses vagues de fusions, à diverses générations d’étalement urbain, cette vaste aire a fini par devenir une région métropolitaine productrice d’importants flux de circulation de biens, de services, d’informations, de pouvoirs et de personnes. Ces flux sont d’ampleur métropolitaine. Ils sont à la fois tournés vers l’intérieur, mais aussi et surtout vers l’extérieur. Pas étonnant que le Montréal métropolitain révèle la présence de relations plus verticales qu’horizontales avec les autres régions du Québec ou qu’il soit lui-même assujetti à de telles relations. Le Montréal métropolitain renseigne aussi sur le besoin de voir s’établir des relations plus horizontales que verticales entre les différents pôles de centralité que constituent la Ville-centre par rapport aux autres pôles urbains de l’île ou des couronnes nord et sud. La métropole laisse entrevoir des inégalités développementales où prend place une compétition intra urbaine dans la capacité des composantes métropolitaines de participer ou non à la création d’une richesse collective. Ainsi, la ville se structure selon un modèle multipolaire ou fragmentation et ségrégation s’articulent avec concurrence et réticulation (Hall et Pain, 2006; Cary et Fol, 2013 ; Klein et Shearmur, 2017).

  • 2 Lettre de Louis Bernard à Louise Harel, ministre d’État aux affaires municipales (2000), 11 octobre (...)

« Ce Grand Montréal d'aujourd'hui n'est plus constitué d'un centre et d'une périphérie, sur le modèle des métropoles d'il y a une ou deux générations. Au contraire, comme beaucoup de métropoles modernes, il s'agit d'une agglomération polycentrique où coexistent désormais trois grands pôles de développement : un pôle central constitué de l'île de Montréal, un pôle Nord formé de l'île Jésus et de la Couronne Nord, et un pôle Sud comprenant l'ensemble de la Couronne Sud. Ce polycentrisme se reflète d'ailleurs dans la composition du conseil de la CMM qui est formé de quatorze représentants de l'île de Montréal et de quatorze représentants provenant de l'extérieur de l'île, dont sept de la Couronne Sud et sept autres de Laval et de la Couronne Nord. Chacun de ces pôles a ses propres forces et contribue à la performance de l'ensemble. Et, si on veut faciliter le développement du Grand Montréal, il importe que chaque pôle soit en mesure de se développer au maximum de ses capacités. Or, à l'heure actuelle, cela ne semble malheureusement pas être le cas ».2

7Enfin et surtout, en tant qu’espace créateur de richesses économiques et de concurrence interne, mais aussi avec les autres métropoles de l’Amérique du Nord, la zone urbaine du Montréal métropolitain contribue à une crise écologique qui est d’ampleur planétaire. Tant sur le plan climatique que sur celui de la dégradation des écosystèmes naturels, Montréal génère une empreinte écologique en fonction de différents secteurs d’activités économiques.

  • 3 Mémoire de la Ville de Montréal, présenté dans le cadre du projet de loi n° 44, Loi visant principa (...)

Figure 1. Distribution des émissions de GES – Inventaire 2015 – Collectivité montréalaise3

Figure 1. Distribution des émissions de GES – Inventaire 2015 – Collectivité montréalaise3

Ville de Montréal, 2020

8Depuis quelques décennies, face à la double crise sociale et environnementale, des acteurs sociaux de la métropole se sont fait entendre. Certains dénoncent l’augmentation des inégalités, à l’image de Parole d’excluEs (Fontan et Heck, 2017), ou encore, comme le fait le Centre d’écologie urbaine4, le peu d’efforts pour réduire l’empreinte écologique de la Ville. D’autres s’investissent dans des initiatives socio-écologiques, à l’image du Bâtiment 7 (Kruzysnski, 2017). Ils démontrent aux leaders politiques, sociaux et économiques qu’il est possible de définir et d’implanter un nouveau rapport au développement.

9Dans cette perspective, lors de l’idéation du processus de reconversion de l’Est de Montréal dans la perspective de la transition, a émergé l’idée d’un New Deal développemental axé sur des changements systémiques. Cette vision questionne le rapport à la production et à la consommation, appelant à une transformation de l’environnement institutionnel dans lequel s’inscrivent les choix qui orientent le développement de la métropole.

La place de l’Est de Montréal : une île, deux réalités

  • 5 Sur ces iniquités, voir le rapport de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal (201 (...)

10Dans l’ensemble, la ville de Montréal est traversée par une fracture socio-territoriale qui sépare deux grands espaces : l’Ouest et l’Est. Les bases de la différence entre ces espaces sont historiques. Elles sont dues notamment à la dissociation, dès la fin du XIXe siècle entre le Montréal industriel, incluant les quartiers industriels, et le Montréal bourgeois, où résidait une bourgeoisie plus fortunée (Blanchard 1992). Cette différence s’est redéfinie à différents moments : dans un premier temps sous l’influence du processus d’industrialisation de la ville au XXe siècle ; dans un deuxième moment suite à la crise de l’économie industrielle des années 1970, de la perte des actifs industriels et des emplois dans les années 1980 et de la conversion de l’économie de Montréal vers la nouvelle économie à partir des années 1990 (Fontan, Klein, Tremblay, 2005). Rappelons que cette conversion a surtout bénéficié à l’Ouest de la Ville et à certaines villes situées dans les couronnes Nord et Sud. La deuxième phase de reconversion a nettement défavorisé l’Est de Montréal, dont les emplois et l’activité économique en général reposaient sur des actifs manufacturiers entrés en désuétude. Les disparités entre l’Est et l’Ouest n’ont fait que s’intensifier depuis5, ce qui s’est traduit par des iniquités sur plusieurs plans.

11Certes, la situation de défavorisation dans l’Est de Montréal n’est pas homogène. Il y a certaines poches qui s’en détachent, notamment par la voie de la gentrification (Ghaffari, 2020) ou par des processus de revitalisation ancrés dans le mouvement social (Nadeau, 2009 ; Angulo, 2018), mais dans l’ensemble, la précarité domine, avec des zones où la concentration de détresse sociale est majeure, comme à Montréal-Nord, à Saint-Michel et à Hochelaga-Maisonneuve.

12En effet, au déclassement de zones industrielles situées dans l’Est, lesquelles s’étaient développées grâce à l’implantation d’actifs industriels importants, tels à Hochelaga-Maisonneuve et Rosemont (Nadeau, 2009), et à la concentration d’une population défavorisée dans certains quartiers tels Montréal-Nord et Saint-Michel (Ghaffari et al., 2018) s’est ajouté la disparition progressive d’une des activités économiques qui avaient structuré l’Est de Montréal, à savoir le raffinage du pétrole (Desjardins, 2012). Rappelons qu’au début des années 1980, on y trouvait six raffineries qui employaient au-delà de 2 500 travailleurs, en plus de polariser un nombre important de sous-traitants. Depuis, cinq d’entre elles ont fermé leurs portes, la dernière étant la raffinerie Shell, démantelée en 2012 malgré des efforts combinés de la collectivité locale et des acteurs publics pour conserver les activités sur le territoire (Montpetit, 2016). Les conséquences de ces fermetures ont été graves, bien sûr en termes de pertes d’emplois et de déstructuration du système productif de l’Est et des territoires limitrophes, mais aussi en matière de contamination car les friches délaissées laissent en plan des terrains fortement contaminés.

  • 6 Pour l’analyse des données ainsi cartographiés, nous avons déterminé que l’Est de Montréal s’étend (...)

13Pour illustrer la situation de l’Est de Montréal, nous retiendrons trois indicateurs : le taux d’emploi, le revenu médian des ménages et le niveau de scolarité. Les données sur ces indicateurs proviennent du recensement de 2016 et ont été cartographiées à l’échelle la plus fine possible, soit l’aire de diffusion6. À la lumière de la carte sur le taux d’emploi, nous constatons que la population de l’Est ne se différencie pas fondamentalement du reste de celle de Montréal. Le taux d’emploi de l’ensemble de l’Agglomération de Montréal s’établissait en 2016 à 58%. Ce taux est de 57% dans la zone située à l’est de Papineau, alors que pour le reste de Montréal il était de 59%. Concernant le chômage, il importe de mentionner que la situation est équivalente à celle du taux d’emploi, soit 10% à l’Est de Papineau et 9% à l’ouest. Par contre, le revenu moyen nous indique que si les différences dans le taux d’emploi sont faibles, les revenus obtenus grâce à ces emplois sont très différents. Dans l’Est, le revenu médian des ménages après impôt est de 46 254 dollars alors que dans l’Ouest il est de 56 570 dollars. Ceci indique que la population de l’Est œuvre dans des domaines mal rémunérés, exigeant peu de qualifications. En effet, le revenu des ménages est cohérent avec la scolarisation des personnes qui y résident. La cartographie de cet indicateur montre que le pourcentage de la population entre 25 et 65 ans n’ayant aucun diplôme dans l’Est s’élève à 15%, alors que dans le reste de l’agglomération il est de 8%. Notons également que le pourcentage de la population n’ayant qu’un diplôme d’études secondaires est aussi plus élevé dans l’Est (Figure 2).

14C’est cette situation d’iniquité qui a motivé la constitution de l’Alliance pour l’Est de Montréal (ci-dessous Alliance) et la proposition par ses idéateurs et idéatrices d’un projet de redéveloppement de l’Est visant l’établissement d’un nouveau contrat social. Le New Deal envisagé inviterait la population et la classe politique à un grand projet de transformation sociale et écologique qui bénéficierait à l’ensemble de la métropole. Inspirée par cette proposition, l’Alliance s’est donné la mission de coordonner une démarche de transition développementale à la hauteur des défis identifiés.

Figure 2. Indicateurs de défavorisation de l’Est de Montréal

Statistique Canada, Données du recensement de 2016, dernières données disponibles au moment de la rédaction de ce texte.

Déclenchement et idéation de l’Alliance pour la relance de l’Est (2015-2020)

15L’Alliance pour la relance de l’Est de Montréal est une jeune organisation. Nous nous limiterons dans la présente section à réfléchir sur le cadre d’émergence de cette initiative. Nos propos couvrent principalement la première phase de développement de ce projet, de 2015 à 2020. Après 2020, l’Alliance a systématisé sa démarche et a obtenu un financement de fonctionnement, essentiellement en lien avec les enjeux liés au transport.

16L’élément déclencheur du mouvement pour la relance de l’Est a été la constatation que l’iniquité entre l’Est et l’Ouest de l’Île de Montréal serait intensifiée par le déploiement du Réseau express métropolitain (REM). Ce dernier est un réseau de transport de haut niveau technologique dont les travaux ont été amorcés en 2015 et qui se superposera au réseau de la Société de transport de Montréal. En fait, le tracé initial du REM avantageait les quartiers déjà favorisés de l’Ouest, soit le West Island, Dorval, Ville Saint-Laurent, ainsi qu’un corridor de la couronne Sud jusqu'à Brossard. Ce tracé esquivait les anciens quartiers industriels et notamment l’Est de Montréal.

17À l’annonce du projet, il a été considéré par plusieurs acteurs que le REM allait accroître l’attractivité de l’Ouest en ce qui concerne les entreprises et le capital immobilier, et allait accentuer la situation défavorable de l’Est (Perrault, 2019). C’est ainsi que des conversations ont émergé entre la Société de développement Angus et la Chambre de commerce de l’Est de Montréal. D’autres acteurs se sont joints au mouvement, tels le Port de Montréal, l’Université du Québec à Montréal et le Cégep de Maisonneuve.

18Ces acteurs ont interpellé les principaux partis politiques, notamment lors de la campagne électorale pour l’élection provinciale en 2018. La Coalition Avenir Québec (CAQ), le parti de François Legault, élu premier ministre, a répondu positivement à l’appel et a pris des engagements pour investir publiquement dans l’Est. Chantal Rouleau, mairesse de Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles, membre du même parti, a été élue députée et a été nommée Ministre responsable de la région de Montréal. Pour présager aux actions à mettre en place, mentionnons la Déclaration du gouvernement du Québec et de la Ville de Montréal pour revitaliser l’Est de Montréal signée en décembre 2018 par Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, et Valérie Plante, mairesse de Montréal. De plus, en 2019, un acteur important, la Chambre de commerce de l’Est de Montréal (CCEM) présente une stratégie de développement pour le territoire intitulée Cap sur l’Est. L’élaboration de cette stratégie s’est faite dans le cadre d’un vaste processus de consultation et de discussion et suscite l’adhésion d’un vaste réseau d’acteurs. La stratégie se déploie sur trois axes dans lesquels se déclinent sept propositions concrètes. Celles-ci soulèvent les principaux enjeux pour la reconversion de ce territoire et la valorisation de ses ressources au profit des communautés qui l’habitent.

19C’est ainsi que l'Est de Montréal est devenu une priorité politique. Un budget de 100 millions de dollars a été inscrit dans le budget provincial de 2019 et une somme équivalente a été annoncée pour le budget suivant afin d’y décontaminer les sols. D’autres dossiers sont venus s’ajouter tels : le réaménagement de la rue Notre-Dame, l’implantation d’une zone d’innovation en santé autour de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et l’amélioration du transport collectif. Tous ces chantiers sont de nature à créer de la richesse et à attirer des investissements.

20Cette revitalisation proposée fait émerger chez les idéateurs de l’Alliance deux grandes questions centrales.

  • Comment faire pour que cet effort de développement se traduise par une revitalisation qui soit sociale et écologique ?

  • Comment faire en sorte que la transition sociale et écologique à générer devienne un atout pour le développement futur de l’ensemble de Montréal ?

21En réponse à ces deux grandes questions, un projet a été pensé afin de créer une nouvelle dynamique sur le territoire. Cette perspective a motivé la convergence d’une vaste diversité d’acteurs représentatifs des forces vives et disposés à travailler afin de concrétiser un virage social et écologique. Il faut préciser que les acteurs de nature socio-économique sont bien organisés et dynamiques sur le territoire de l’Est de Montréal. Ainsi, la Chambre de commerce de l’Est de Montréal (CCEM) regroupe plusieurs organismes, dont la Société de développement Angus qui y est représentée par son PDG, Christian Yaccarini, également membre du conseil d’administration. La concertation des acteurs sociaux de l’Est de Montréal est assurée depuis 2011 par le Comité de développement de l’Est de Montréal (CDEM), lequel réunit à la fois des élus, des représentants de l’industrie et des commerces ainsi que des organismes communautaires basés à l’est du boulevard Pie IX. À l’échelle des principaux arrondissements, on retrouve des Tables de quartier. Comme des représentants de ces diverses organisations que nous venons d’identifier sont parties prenantes de l’Alliance de l’Est de Montréal, on comprendra que cette dernière ne cherche pas à concurrencer ses membres fondateurs. Cela est possible parce que la mission de l’Alliance comble un vide qui est de redynamiser les projets de ces organismes en regroupant leurs porteurs pour voir comment leur réalisation peut être appuyée et inscrite dans un écosystème innovateur. Cette mission repose sur une compréhension à approfondir et à partager d’un développement intégré et équitable.

22Pour définir cette mission, il a fallu s’entendre sur les principes du développement qui pourraient inspirer les projets innovateurs, soit des principes relevant d’un développement intégré : intégration non seulement de l’économique, du social et du territorial, mais aussi des innovations sociales et des innovations technologiques, des milieux de travail et des milieux de vie, des rapports sociaux et des rapports au territoire et à l’environnement, des divers arrondissements pour un développement urbain polycentrique et des rapports plus équilibrés avec le reste de l’agglomération montréalaise. Avec le soutien de la SDA, de l’organisme Territoires innovants en économie sociale et solidaire (TIESS), de chercheurs et d’acteurs sociaux, l’Alliance s’est mise en marche. Pour bien orienter son action, les membres de l’Alliance se sont interrogés sur des expériences internationales susceptibles d’inspirer des pistes d’action pour le développement de l’Est dans la perspective de la transition écologique et sociétale.

Les leçons tirées d’expériences internationales

23Divers cas récents de reconversion de villes ou de vastes zones urbaines ont eu lieu dans plusieurs pays du monde. Dans certains cas, à Pittsburgh ou à Bilbao, c’est surtout la collaboration entre le milieu universitaire et le milieu entrepreneurial qui a guidé la régénération ou la réorientation de vastes zones urbaines. Dans d’autres cas, comme à l’Ile de Nantes, à Barcelone ou à Medellín, ce sont des instances publiques locales qui ont assuré le leadership de la reconversion de friches industrielles ou des zones affectées par diverses formes de défavorisation, interpellant les associations ou autres représentants de la société civile de façon ponctuelle. Enfin, dans d’autres cas, comme à Detroit, c’est le secteur philanthropique, puis des acteurs privés, qui ont orienté le processus de transformation de la ville centre.

24Aucun de ces cas ne se compare à celui de l’Est de Montréal. Aucun n’a l’envergure et la complexité que présente ce vaste territoire, dont la transformation devra mobiliser des acteurs locaux de divers quartiers et de différents ancrages sociaux et dont la transformation devra répondre à divers enjeux tels, la pauvreté, l’inclusion sociale, la contamination, le transport en commun, la santé, la désertification alimentaire, l’habitation, la formation de la main-d’œuvre, la culture, etc. De plus, aucun des cas de reconversion évoqués n’a été initié par une action collective dirigée par des représentants des acteurs locaux visant une transition sociale et écologique. Cependant, il est possible d’en tirer certaines leçons.

25Dans l’ensemble, les processus de reconversion constituent des scènes d’innovation qui amènent les usagers du territoire, soit ceux qui y vivent ou qui y travaillent, à participer à intensité variable à la définition et à la mise au point de solutions où convergent des innovations sociales et technologiques. Tous ces cas donnent à voir des modalités inscrites dans des trajectoires composites qui reposent sur des configurations d’acteurs issus de divers milieux : recherche, secteur entrepreneurial et secteur public (municipal et/ou national). Cependant les citoyens jouent rarement un rôle central dans le leadership qui les dirige. D’ailleurs, certains cas, comme celui de Bilbao par exemple, lequel avait pourtant connu un succès célébré internationalement, sont arrivés à la limite de leurs possibilités justement parce que la société civile n’a pas réussi à s’insérer dans la coalition sociale dirigeant le processus (Eizaguirre, 2020). Une situation similaire a eu lieu à Detroit, où pourtant, au départ du processus, des organismes de la société civile avaient joué un rôle crucial dans la reconversion de la ville. Aujourd’hui, un processus de gentrification à grande échelle a pris le relais et « les différentes déclinaisons de la revalorisation urbaine à Détroit marquent une disparité importante entre les secteurs bénéficiant des transformations les plus importantes et ceux avec les interventions les plus inclusives » (Glorioso, 2019, p.254). De ces exemples, il ressort que, pour être durable et favorable, aussi bien aux acteurs locaux qu’à l’ensemble de la ville, la transformation doit viser la construction de milieux de vie pour les citoyens, incluant les dimensions économiques, sociales et culturelles, et que la société civile doit être partie prenante dans la prise de décisions qui assure la direction de ce processus (Ghaffari, Klein et Angulo, 2019).

26Cette brève analyse permet de tirer des enseignements applicables à un cas aussi vaste que celui de l’Est de Montréal. Le développement territorial doit s’appuyer sur de nouvelles modalités d’action collective appelées à se combiner à plusieurs échelles. Ces modalités d’action doivent reposer sur les capacités des acteurs et citoyens à transformer les facteurs qui créent les problèmes et à rendre leurs communautés plus conscientes des différents enjeux territoriaux tout en étant bien habilitées à réagir à ces enjeux. Le développement d’un sentiment d’appartenance au territoire proclamé comme un emblème mobilisateur constitue un ingrédient majeur de l’assise territoriale des processus de reconversion urbaine. Celle-ci doit s’inscrire dans la structuration et la mise en œuvre d’un modèle social plus équitable et démocratique que celui qui domine actuellement dans nos collectivités. Les cas examinés indiquent aussi la pertinence de l’innovation en tant qu’option de développement. Ils exposent de nouveaux usages d’innovations technologiques en termes de communication, de transport, de production. Enfin, ces nouveaux usages font que les citoyens peuvent s’approprier lesdites technologies et les employer à leur bénéfice, ce qui les rend non seulement acceptables, mais aussi favorables à la construction de milieux de vie appropriés à la transition.

27Enfin, ces modalités s’inscrivent, chacune à leur façon, dans la nouvelle épistémologie du développement promue par les Nations Unies.

« S’il n’est peut-être pas possible de généraliser un modèle de développement mondial unique, on peut néanmoins dégager différents principes sur lesquels fonder une trajectoire positive pour les pays. Les bonnes pratiques semblent indiquer que les stratégies doivent être multisectorielles, participatives, adaptées aux lieux et multilatérales... Leur conception et leur mise en œuvre doit s’inscrire dans une démarche globale, tenant compte de la complexité croissante des défis actuels. Elles doivent impliquer un large éventail d’acteurs, et se fonder sur un éventail tout aussi large de connaissances et de points de vue. Elles doivent être adaptées aux lieux, afin de tenir compte des différences entre zones rurales et urbaines, ainsi que des spécificités de l’ensemble du territoire d’un pays. Enfin, elles doivent être débattues et partagées au sein d’un cadre multilatéral, reflétant la nécessité de nouvelles formes de coopération, de partage des connaissances et de protection des biens publics mondiaux ».(OCDE, 2018, p. 16)

28Une nouvelle épistémologie qui fait le pari d’un possible renouvellement du « programme de développement des villes » pour atteindre les objectifs du millénaire, objectifs selon lesquels nous serions en mesure d’infléchir et de réduire à leur plus basse expression les courbes de croissance des inégalités et de l’empreinte écologique.

« Le Nouveau Programme pour les villes réaffirme l’engagement mondial à promouvoir un développement urbain durable, qui constituera une étape essentielle sur la voie d’un développement durable intégré et coordonné aux niveaux mondial, régional, national, infranational et local, avec la participation de tous les acteurs concernés. Son application contribue à la mise en œuvre et à l’adaptation au niveau local et de façon intégrée, du Programme de développement durable à l’horizon 2030, ainsi qu’à la réalisation des buts et des objectifs du développement durable, notamment l’objectif 11, qui consiste à faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables ». (Nations Unies, 2017, p. 5)

Cadre de réflexion pour une transition sociale et écologique

29Associer la relance de l’Est de Montréal à une transition sociale et écologique n’est pas anodin. Le terme transition, apparu dans le discours public depuis peu, déjà réapproprié à tous les niveaux politiques, demeure largement ouvert quant à sa signification et son interprétation. C’est une réalité qu’il faut souligner et qui présente à la fois les défis et les opportunités propres aux concepts contestables qui émergent continuellement dans le discours.

30D’une part, l’appel politique à la transition est un défi, notamment dans le champ de l’action municipale et urbaine, parce qu’il brouille en quelque sorte les habitudes des acteurs qui travaillaient avec les outils du développement durable, de la « bonne gouvernance » et de la planification urbaine. Sans être extrêmement claire au sujet des dispositifs et du type de politique publique qu’elle sous-tend, la transition sociale et écologique suggère néanmoins une transformation d’ordre plus structurelle, c’est-à-dire la réorganisation, dans une perspective de durabilité, de grands domaines d’activités comme la mobilité, l’agriculture et l’alimentation, la production et la distribution d’énergie, etc. Se pose alors la question : quels sont les acteurs responsables du pilotage de ces transformations ?

31D’autre part, l’entrée en scène de la transition dans le discours environnemental d’abord, puis maintenant dans l’ensemble du discours politique et économique, constitue une opportunité pour reconstruire des coalitions autour de visions partagées qui répondent aux besoins et aux contextes des acteurs les plus concernés. La transition, en ce sens, est un chantier pour de nouveaux partenariats et pour la planification des transformations à venir dans le respect des limites écologiques et des valeurs de justice sociale. La question qui se pose ici, pour un collectif d’acteurs comme l’Alliance, est : quel avenir peut collectivement être envisagé pour leur société, leur ville ou leur quartier ?

32Pour l’école des sustainability transitions (Audet, 2015), ces deux questions, portant sur les acteurs de la transition et sur la construction du projet de transition en lui-même, se rencontrent dans l’idée d’une gouvernance réflexive des transitions. « La gouvernance réflexive réfère au problème du façonnement du développement sociétal à la lumière de stratégies réflexives de pilotage – c’est l’idée que la réflexion et l’action à l’égard d’un objet de pilotage affectent aussi le sujet et son habileté à piloter » (Voß et Kemp, 2006, p. 4, notre traduction). Il s’agit explicitement de sortir des modèles de gouvernance en silo et d’interrompre les automatismes et les routines de l’action publique afin d’envisager une gouvernance plus ouverte et exploratoire, qui remet en question tant la définition communément admise des problèmes que les solutions exclusivement techniques ou économiques, et qui valorise l’apprentissage collectif des transformations.

33Le sens du mot « pilotage » n’implique pas la conventionnelle logique dite de command-and-control. Il s’agit plutôt de mettre en place des processus et des dispositifs de gouvernance qui admettent que les objectifs puissent être flous et conflictuels, que les connaissances puissent être incertaines en raison de la grande complexité des dynamiques sociales, et que le pouvoir puisse être distribué entre de nombreux acteurs porteurs d’intérêts contradictoires et de définitions différentes des objectifs à atteindre. Les contradictions, l’incertitude et le pouvoir distribué sont à la source du modèle de pilotage réflexif des transitions, un modèle qui « se concentre sur l’amélioration de la réflexivité des acteurs concernant leur interdépendance et leur enchâssement dans des contextes systémiques, ainsi que sur la facilitation de l’adaptation mutuelle au sein de processus continus de développement social » (Voß et al., 2008, p. 12, notre traduction).

34Pour réaliser un tel pilotage réflexif, il importe de mettre en place des espaces et des processus qui permettent de tenir des discussions stratégiques sur l’objet même de la transition, sur son orientation à long terme, et sur la réalisation de projets enlignés sur cette orientation. S’ensuit la possibilité de générer différents modèles de la gestion des transitions (transition management).

35Celui que nous présentons a été conçu pour répondre à ces impératifs. Il repose sur un cycle en quatre phases (Loorbach, 2007 ; Kemp et Loorbach, 2006). Nous les aborderons ici successivement en prenant soin d’y situer, quand c’est possible de le faire, le travail accompli par l’Alliance ainsi que les défis qui se posent ou qui apparaissent dans son essai de pilotage de la transition dans l’Est.

La première phase est dite « stratégique »

36Cette première phase consiste en l’organisation d’un espace d’échanges et de débats auxquels un groupe d’acteurs est invité à prendre part (Rotmans et Loorbach, 2009). Cette « arène de transition » est généralement constituée d’individus représentant des secteurs et des organisations considérés à la fois incontournables pour la dynamique de collaboration, et aussi, comme avant-gardiste dans leur propre domaine. Elle est aussi accompagnée par une équipe de chercheurs guidés par les principes généraux de la recherche-action et partenariale (Audet et Guyonnaud, 2013). C’est cette arène de travail qui devrait définir l’unité d’analyse ou l’échelle spatiale de la transition, c’est-à-dire le territoire couvert et, parfois, les domaines prioritaires à cibler, comme la mobilité, les déchets ou l’énergie. C’est aussi cette arène qui devrait mettre en place le processus itératif et participatif qui mènera d’abord à l’analyse des problèmes, au développement d’une vision à long terme de la transition sociale et écologique et aux phases subséquentes du cycle. Comme l’affirment deux des fondateurs de cette approche, l’arène dite de transition « doit être considérée comme une arène ou un réseau virtuel qui fournit l’espace pour une réflexion à long terme et l’expérimentation continue » (Rotmans et Loorbach, 2010, p. 157, traduction des auters).

37Parmi les projets de pilotage des transitions ayant adopté le modèle dont il est question ici, rares sont ceux qui se sont déployés à une échelle aussi grande que le territoire de l’Est de Montréal. Il convient d’ailleurs de préciser que l’Est de Montréal n’est pas une unité d’analyse très bien définie, ni très commode. Ni les limites géographiques, ni les différents périmètres des instances administratives (frontière des villes, arrondissements et districts, zones des institutions de santé publique, territoires des instances de concertation du mouvement communautaire, et cetera) ne font consensus. À la question « où commence l’Est de Montréal ? », les plus narquois continuent de répondre « à la pointe de l’île » !

38La délimitation de l’unité spatiale comporte bien sûr des enjeux de légitimité qui auront un impact à la fois sur la dynamique interne et sur la reconnaissance externe. À l’interne, un découpage trop restrictif a pour effet d’exclure certains acteurs, alors qu’une approche très inclusive pourrait faire gonfler le nombre de candidats à l’arène de transition. Jusqu’ici, les membres de l’Alliance ont géré cette question de manière relativement informelle et pragmatique, fonctionnant sur la base d’un compromis qui semble tenir dans la pratique. Cela, toutefois, n’exempte pas l’Alliance de la nécessité de fonder sa propre légitimité face aux acteurs et institutions qui pourraient prétendre à une certaine représentativité de l’Est de Montréal.

  • 7 Pour plus d’informations concernant la Chambre de commerce de l’Est de Montréal, voir le site inter (...)

39Le Comité de développement de l’Est de Montréal (CDEM), par exemple, « a pour mission de promouvoir, consolider et favoriser le développement économique, social et environnemental de l’Est de Montréal par sa prise en charge collective » (CCDM, 2016)). De la même manière, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l'Est-de-l'île-de-Montréal assume des responsabilités régionales qui le placent « au cœur d’un réseau territorial de services » (Québec, SD). Il y a aussi la Chambre de commerce de l’Est de Montréal dont la mission inclut le rassemblement les acteurs économiques, sociaux et politiques et la représentation des intérêts de ses membres7. En somme, plusieurs acteurs régionaux pourraient percevoir l’arrivée de l’Alliance comme un empiètement sur leur territoire et leur mission. Dans ce contexte, la question « qui l’Alliance représente-t-elle ? » est potentiellement controversée et interroge directement les fondements de sa légitimité.

40La composition même de l’Alliance, ainsi que certaines décisions récentes concernant sa forme organisationnelle, permettent de pallier ces défis de légitimité, du moins en partie. Devant la nécessité d’une identité organisationnelle plus explicite dans les rencontres avec des acteurs politiques et économiques nationaux et régionaux, il fallait pouvoir répondre clairement à la question de la représentation. Ainsi, les membres ont récemment décidé d’enregistrer l’Alliance comme organisation à but non lucratif, ce qui implique la constitution d’un processus d’adhésion, d’une assemblée générale et d’un conseil d’administration. Par ailleurs, l’identité des membres de cette arène de transition tend aussi à atténuer le problème de sa légitimité, car plusieurs acteurs régionaux qui pourraient en contester la représentativité y adhèrent depuis le début. C’est le cas des trois instances mentionnées plus haut (CDEM, CIUSSS et Chambre de commerce), ainsi que de plusieurs acteurs institutionnels, sans oublier des organisations du mouvement communautaire et de l’économie sociale et solidaire, ainsi que des institutions d’enseignement supérieur.

41Il semble donc que les dynamiques liées à la constitution et à la légitimité de l’arène de transition qu’est l’Alliance soient en partie relatives à la définition très large de son territoire et, par la suite, à sa capacité à fédérer l’ensemble des acteurs autour d’un projet : la transition sociale et écologique de l’Est de Montréal. Ainsi, l’Alliance se trouve en position d’assurer un leadership de réseau stratégique pour piloter des transformations structurelles dans l’Est de Montréal. Il faut alors se poser les questions : quelle transition, quelles transformations ?

La deuxième phase du pilotage des transitions est qualifiée de « tactique »

42La deuxième phase porte en grande partie sur la co-production d’une vision à long terme de la transition pour le secteur ou le domaine choisi par l’arène de transition. Cette vision devrait porter à la fois sur le long terme et le moyen terme, et même à identifier des actions pouvant être prises à court terme. La fonction de la co-construction de la vision dans le cycle de la gestion des transitions va bien au-delà de l’élaboration d’une liste d’objectifs mesurables. C’est le processus qui compte le plus ici car la co-construction de la vision est considérée comme une opportunité pour développer une nouvelle conscience discursive partagée, ce qui équivaut à au sentiment d’appartenance dont nous avons parlé dans la section précédente. C’est-à-dire, une représentation commune des problèmes et des solutions qu’il s’agirait d’aborder dans la transition. Ainsi, « la formation d’une volonté discursive, bien que loin d’être facile, peut aider à la fois à agir en dehors des structures existantes et à transformer ces structures » (Grin, 2006, p. 63, notre traduction). La vision et les différentes images qui l’accompagnent ont donc pour fonction de rassembler les acteurs, au sein et en dehors de l’arène de transition, afin de guider l’action et l’organisation des changements à mettre en œuvre.

43Deux grands enjeux se posent alors aux partenaires de l’Alliance.

44Premièrement, il leur importe d’élaborer une vision qui puisse combiner des processus réflexifs émanant à la fois :

  • d’autorités bien pensantes : à l’image des démarches top-down souvent initiées par des acteurs publics ;

  • d’autorités organisationnelles sectorielles ou intersectorielles : à l’image des travaux réalisés au sein de tables de concertation ou de groupes de travail (think tank) ; et,

  • de l’autorité citoyenne ou populaire : à l’image de démarches participatives par le bas, dites bottom-up en anglais.

45À date, la jeunesse de l’Alliance fait en sorte qu’elle a principalement été en mesure de générer un processus d’idéation entre des représentants d’organisations ou d’institutions sectorielles. Le défi, vers la base, consiste à rapidement arrimer une démarche participative citoyenne afin d’ancrer l’arène de transition aux problèmes, besoins et aspirations portés par la population concernée. Vers les instances supérieures, le défi consiste à trouver des modes d’arrimage avec les éléments clés de réflexions déjà en place pour revitaliser l’Est de Montréal sans dénaturer les impulsions émanant des deux autres espaces de réflexivité. Constituer un forum hybride est certes nécessaire et représente un condition clé, en revanche, c’est complexe à mettre en œuvre et à faire durer dans le temps.

46Deuxièmement, la finalité de l’Alliance a été définie en fonction d’une réponse novatrice à donner au constat d’iniquité développementale bien observée présentée dans la première section de ce texte. Cette réponse doit répondre impérativement à deux types d’injustice : sociale et environnementale. Dès lors, elle doit mettre en scène des processus et des dynamiques favorables à l’émergence de projets et d’activités qui seront en cohérence avec la finalité visée. Le grand défi tient au fait qu’il n’y a pas de grandes voies prédéfinies à suivre, mais plutôt des certitudes prenant la forme de chemins à éviter. Nous savons en somme quels sentiers ne pas suivre sans nécessairement connaître le tracé des nouveaux à emprunter. D’une certaine façon, il revient d’explorer des directions, et, ce faisant, de dessiner les contours de nouveaux sentiers.

47Une chose est certaine, pour l’Alliance, l’analyse des besoins, en lien avec les potentialités du territoire et les impératifs social et écologique que se sont donné ses partenaires, laisse entrevoir des îlots d’intervention autour desquels peut émerger une praxéologie très porteuse pour la transition projetée. Ces îlots constituent autant d’espaces laboratoire à déployer et tester qu’à étudier.

  • En lien avec le besoin d’assurer le redéploiement d’activités agricoles durables en milieu urbain densément peuplé, l’Est de Montréal présente des atouts intéressants par la présence en vieilles friches industrielles à redévelopper. Cette opportunité est renforcée par la crise sanitaire du coronavirus de mars 2020 qui rappelle l’importance de renouer avec le principe d’une souveraineté alimentaire de base.

  • En apprentissage des méfaits qu’ont engendré les raffineries de l’Est, se présente l’opportunité de faire de l’Est un banc d’essai en matière d’économie circulaire. Le banc d’essai viserait deux cibles :

  1. la conversion des entreprises et des organisations aux principes généraux de la circularité ;

  2. le développement de nouveaux créneaux dans les domaines de sciences de la vie, de la chimie du vivant, et cetera.

  • En réaction à la pluralité des modalités et logiques d’aménagement en place sur l’ensemble du territoire, apparaît la possibilité de tester une approche d’aménagement qui serait centrée sur les milieux de vie où l’habiter serait vu dans une diversité de dimensions intégrées, incluant celles :

  1. du bâti résidentiel, commercial ou industriel : en fonction de normes socio-écologiques de construction et d’intégration aux particularités locales du territoire ;

  2. du transport intégré où le transport actif et collectif n’est pas sacrifié au profit du transport automobile ;

  3. de la culture, des sports et du loisir afin de renouer avec la proximité et la multiplication de mini zones vertes, permettant autant le divertissement que le bien vivre ensemble ;

  4. de la santé avec le développement tant de la télémédecine que de nouvelles formes de médecine ou de thérapie (cellulaire) ;

  5. de l’emploi insertif fondé sur une approche respectueuse des droits et des capacités des travailleurs et des personnes en situation de recherche d’emploi (accès à des formations qualifiantes, reconnaissance des acquis, transfert de compétences, modalités facilitantes à la mobilité en emploi, et cetera).

La troisième phase est dite « opérationnelle »

48C’est à cette étape du processus que la vision de transition peut être déclinée dans un ensemble de projets, d’expérimentations et d’interventions concrètes. C’est aussi l’étape de la mise à l’épreuve des propositions et des activités afin de voir comment elles permettent ou non d’atteindre la finalité recherchée par l’Alliance.

49Ces expérimentations sont à considérer comme « des projets d’innovation portés par des défis sociétaux, et comme le point de départ d’apprentissages visant à contribuer à la transition » (Rotmans et Loorbach, 2010, p. 207, notre traduction). C’est ici que l’Est de Montréal devient réellement un laboratoire d’innovation urbaine. De nouveaux acteurs sont alors mobilisés pour réaliser ou prendre part à ces projets : des entreprises petites ou grandes, des consommateurs et des citoyens, des groupes locaux, les autorités publiques, et cetera.

50Le danger est de penser cette expérimentation à la façon de l’application d’une recette qui aurait déjà été testée et validée. Ce n’est pas le cas. Le déploiement sera certes facilité par des injonctions à agir dans la circularité, dans la prise en compte d’objectifs sociaux et économiques, par la volonté d’aménager autrement le territoire, et cetera. Mais ces injonctions demeurent souvent théoriques et demandent de passer le test de l’épreuve. Il importe donc de considérer les projets comme des points de départ appelés à être régulièrement retravaillés et recalibrés en une sorte d’innovation en continu. Il ne s’agit pas non plus d’adopter une logique de la table rase où chaque projet, lorsqu’il semble dévier des objectifs, est abandonné et repris à neuf. Entre la rigidité et la table rase, il s’agit de trouver une voie de cheminement qui permet une qualité incrémentale de haut niveau.

La quatrième phase du cycle du pilotage des transitions est nommée « réflexive ».

51En réalité, cette phase est transversale à l’ensemble de la démarche. Elle correspond à une « montée en conscience » où les mises à l’épreuve liées à la constitution du forum hybride que représente l’arène de transition, associées aux débats réguliers entourant les processus d’idéation, de mobilisation de ressources et de délibération, découlant des projets et des activités qui seront déployés, donneront lieu à des apprentissages riches et complexes. Gérer cette montée en connaissance est une fonction qui demande à être pensée dès le départ, et ce, pour plusieurs raisons.

52Premièrement, le travail de l’Alliance a tout avantage à bénéficier des connaissances existantes en matière de développement territorial et de transition développementale. Dès lors, il est central de pouvoir mobiliser une expertise scientifique à la fois pour se mettre en position d’écoute et de veille. Deuxièmement, le travail aviseur de chercheurs et de créateurs d’idéation est indispensable afin de mettre en place un espace tampon propice à l’expression d’une pensée autocritique. Enfin, toute l’expérimentation profite à être monitorée dans le but d’en dégager des apprentissages, les conditions de succès et les échecs à éviter.

53Les apprentissages se concrétisent aux phases stratégique et tactique en favorisant la constitution d’une conscience discursive de la transition sociale et écologique sur un territoire ou entre les membres d’un collectif d’acteurs. L’apprentissage émergera aussi et surtout de la phase opérationnelle. L’évaluation de ces apprentissages est cruciale pour augmenter la compréhension qu’ont les acteurs de leur propres motivations et stratégies, leurs succès et leurs erreurs, dans l’optique de renforcer la réflexivité et la capacité de transformation du collectif. L’importance de pouvoir dupliquer les succès et de prévenir les insuccès répond à une responsabilité collective.

54Qu’en est-il de cette fonction dans l’Alliance ? Les premiers moments de son existence montrent clairement l’importance, pour les promoteurs initiaux, de la réflexivité et du positionnement critique. Dès le début, des chercheurs universitaires spécialisés en innovation territoriale et en économie sociale et solidaire ont été associés à la démarche.

Conclusion : éléments stratégiques pour une reconversion de l’Est de Montréal dans la perspective de la transition sociétale et écologique

55En fonction des quatre phases propres au pilotage d’une démarche s’inscrivant dans un processus de transition sociale et écologique, l’Alliance pour l’Est de Montréal a en partie complété la première phase et a bien amorcé la deuxième. Les éléments stratégiques que nous identifions ici sont pensés en fonction de l’importance de bien compléter ces deux phases avant de penser pouvoir passer à la troisième phase, celle de l’opérationnalisation.

561. Premier élément de stratégie : un territoire bien délimité

57Stratégiquement parlant, il importe de bien délimiter la zone territoriale visée et surtout, vu l’ampleur du territoire, de bien respecter les spécificités et dynamiques existantes au sein même de l’Est de Montréal qui n’est pas un territoire homogène et dont les résidents et acteurs sont porteurs d’aspirations, de problèmes et de besoins convergents et divergents.

582. Deuxième élément de stratégie : une vision claire de la proposition avancée

59Sur ce point, un flou persiste sur le sens à donner et sur la compréhension de l’expression New Deal proposée lors de l’idéation du processus, d’une part, et, d’autre part, sur la volonté d’initier une forme de développement qui répondra aux grands enjeux sociétaux que sont les inégalités sociales et l’empreinte négative des activités humaines sur l’environnement. Dissiper ce flou est important car la finalité de la démarche est d’opérer une transition vers une autre forme de développement, plus solidaire et inclusif, moins polluant et plus respectueux de l’environnement. Et, pour y arriver, il importe d’utiliser un moyen, le New Deal, afin de rebattre les cartes politiques, de provoquer la communauté d’affaires et de mobiliser le secteur social afin qu’un changement d’attitudes à l’égard de l’Est et de sa revitalisation prenne place.

603. Troisième élément de stratégie : clarifier le rôle de l’Alliance

61Ce rôle est certainement appelé à évoluer en fonction du déploiement des différentes phases identifiées dans la section précédente. Il est clair toutefois qu’un rôle central les traversera toutes et ce rôle est à préciser dans la complémentarité du travail à faire. L’Alliance n’est pas intervenue sur un territoire dépourvu de ressources et de dynamiques de concertation. Elle s’est définie en identifiant un manque à combler. Ce manque est au cœur du rôle central à clarifier et à faire reconnaître dans un effort de coopération avec les mécanismes de concertation, de dialogue ou de travail déjà existants. Ce manque, tel que nous l’interprétons, peut être associé à trois fonctions :

  • une fonction d’animation en interpellant tous les acteurs concernés par la revitalisation de l’Est, de la population aux différents paliers gouvernementaux, en passant par le monde des affaires et les secteurs de l’action sociale et culturelle ;

  • une fonction développementale qui consiste à penser autrement le développement à faire, dans une transversalité permettant une création de valeur économique reposant sur des valeurs sociales et écologiques et qui contribue à les renforcer ;

  • une fonction de coordination médiatrice consistant à exercer un leadership de réseau autour du « penser et faire autrement » que symbolise le New Deal pour l’Est de Montréal.

624. Quatrième élément de stratégie : avancer avec prudence vers la phase opérationnelle quitte à opérer des reculs ou à se donner des temps d’arrêt.

63Avancer avec prudence car le fait, pour l’Alliance, d’avoir défini une démarche de travail très rapidement était à la fois une bonne idée et un mandat contraignant à réaliser. Certes, le passage à l’expérimentation et à l’action a été une réponse au manque observé et représente une valeur ajoutée. Par contre, il s’agissait d’un plan de travail à tester et non à faire respecter contre vents et marées. L’apprentissage en situation expérimentale occupe une place importante puisqu’il fournit les éléments clés sur la validation ou l’invalidation du bien-fondé d’une proposition et d’une démarche de travail.

64Le passage vers l’opérationnalisation a tout avantage à être pensé dans une démarche itérative meublée d’avancées et de reculs, de raffinement et d’adaptation des moyens à utiliser pour bien avancer dans la direction et la finalité visées.

655. Cinquième élément stratégique : miser sur une réflexivité doublement critique pour appuyer les travaux de l’Alliance

66Tel qu’indiqué dans le point précédent, la place occupée par un monitoring en direct des travaux et de la démarche de l’Alliance est centrale pour dégager des apprentissages, bonifier son travail et dégager les conditions de sa réplicabilité. Il s’agit donc de mettre en place les éléments qui favoriseront un « monitoring habilitant ». Cette place est aussi importante pour situer la démarche de l’Alliance par rapport à des éléments ayant trait à l’analyse de la conjoncture, à l’état d’avancement des connaissances en matière de transition sociale et écologique, de développement territorial ou des grandes tendances qui s’imposeront à la sortie de la crise sanitaire dans laquelle la planète est empêtrée depuis le début de l’année 2020. Cette prise en compte des avancées des connaissances est importante puisqu’elle permet un travail de veille à la fois sur la conjoncture et sur ce qui se fait en lien avec la finalité visée par les partenaires de l’Alliance.

67Angulo, W., 2018, Le développement local par l’intervention culturelle. Le cas du Cinéma Beaubien à Rosemont, Thèse de doctorat en études urbaines. Université du Québec à Montréal.

68Audet, R., M.-F. Guyonnaud, 2013, Transition in Practice and Action in Research. A French Case Study in Piloting Eco-innovations, Innovation: The European Journal of Social Sciences, 26, 4, pp. 398-415.

69Audet, R., 2015, Le champ des sustainability transitions : origines, analyses et pratiques de recherche, Cahiers de recherche sociologique, 58, pp 73-93.

70Blanchard, R.,1992, Montréal : esquisse d’une géographie urbaine. Édition préparée et présentée par G. Sénécal, Montréal, VLB éditeur, première édition publiée en 1947, 280 p.

71Brenner, N.,2014, Theses on Urbanization, Dans Brenner, N. (ed.) Implosions / Explosions. Towards a Study of Planetary Urbanization, Berlin, Jovis Book, pp. 181-202.

72Cary, P., S. Fol, 2013, Les métropoles soumises à des transformations socio-spatiales. Dans Carrel, M., Cary, P. et J.-M. Wachsberger, (Dirs) Ségrégations et fragmentations dans les métropoles, Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, pp 11-22.

73CCDM (2016) Transport dans l’Est de Montréal : Les leaders de l’Est de Montréal font consensus et demandent des mesures concrètes sur leur territoire, Montréal, Publications de la CCDM, Communiqué, [En ligne] URL : https://ccemontreal.ca/​transport-lest-de-montreal/​

74Desjardins, P.,2012, Grandeur et déclin de la pétrochimie sur le territoire historique de la Pointe-aux-Trembles et de Montréal-Est, Montréal, L’atelier d’histoire de la Pointe-aux-Trembles, 51 p..

75Eizaguirre, S.,2020, Living Lab et transformation sociale : L’expérience de Espacio Open à Bilbao, Dans Klein, J.-L. et B. Pecqueur (Dirs) Les Living Labs : une perspective territoriale, Paris : L’Harmattan, pp. 196-212.

76Fontan, J.-M., I. Heck, 2017, Parole d’excluEs : croisement des savoirs, des pouvoirs et des pratiques au sein de l’Incubateur universitaire, Éducation et socialisation, 45, [En ligne], URL : https://journals.openedition.org/​edso/​2540

77Fontan, J.-M., J.-L Klein, D.-G. Tremblay, 2005, Innovation socioterritoriale et reconversion économique. Le cas de Montréal. Paris, L’Harmattan, 170 p.

78Ghaffari, L., 2020, Pour une gentrification socialement acceptable : le cas d’Hochelaga-Maisonneuve à Montréal et Madeleine-Champ-de-Mars à Nantes, Thèse de doctorat en études urbaines, Université du Québec à Montréal.

79Ghaffari, L., Klein, J.-L. et J.-M. Fontan, 2018, Portrait de la population de l’arrondissement de Montréal-Nord. Rapport préparé à la demande de la Ville de Montréal-Arrondissement de Montréal-Nord.

80Ghaffari, L., Klein, J.-L. et W. Angulo, 2018, For a socially acceptable gentrification: A survey of strategies and practices against displacement, Geography Compass,12, 2, pp: 1-15.

81Glorioso, C., 2019, Développement urbain dans un contexte de crise : pratiques et stratégies de revalorisation urbaine à Détroit, Mémoire de maîtrise en géographie, Université du Québec à Montréal.

82Grin, J., 2006, Reflexive Modernisation as a Governance Issue, or: designing and Shaping Re-structuration, dans Voß J.-P. et al. (Dirs), Reflexive Governance for Sustainable Development, Cheltenham/Northamption, Edward Elgar, pp.54–81.

83Hall, P., K. Pain, 2006, The Polycentric Metropolis: Learning from Mega-City Regions in Europe, Londres, Earthscan, 256 p.

84Huws, U., 2014, Labor in the Global Digital Economy: The Cybertariat Comes of Age, New York, Monthly Review Press, 106 p.

85Kemp, R., D. Loorbach, 2006, Transition management: a reflexive governance approach, dans Voß J.-P. et al. (Dirs), Reflexive Governance for Sustainable Development, Cheltenham/Northamption, Edward Elgar, pp. 103-130

86Klein, J.-L., B. Pecqueur (Dirs), 2020, Les Living Labs : une perspective territoriale, Paris, L’Harmattan, 170 p.

87Klein, J.-L., R. Shearmur, 2017, (Dirs.) Montréal : la cité des cités, Qc, Presses de l’Université du Québec, 273 p.

88Kruzynski, A.(2017) Du Centre Social Autogéré de Pointe-Saint-Charles au Bâtiment 7, Nouvelles pratiques sociales, 29, 1–2, pp, 139–158

89Lehdonvirta, V., 2017, Where are online workers located? The international division of digital gig work, [En ligne], URL : https://ilabour.oii.ox.ac.uk/​where-are-online-workers-located-the-international-division-of-digital-gig-work

90Loorbach, D., 2007, Transition Management. New Mode of Governance for Sustainable Development, Utrecht, International Books, 328 p.

91Montpetit, A., 2016, Relance durable du secteur industriel de l’Est de l’île de Montréal : acteurs et innovations, Mémoire de maîtrise en géographie, Université du Québec à Montréal.

92Nadeau, G., 2009, Angus. Du grand capital à l’économie sociale, Montréal, Fides, 1 vol., 299 p.

93Nations Unies (2017). Nouveau programme pour les villes, Quito, Secrétariat d’Habitat III, p. 5., [En ligne], URL : http://habitat3.org/​wp-content/​uploads/​NUA-French.pdf

94OCDE, 2019, Perspectives du développement mondial 2019, quelles stratégies de développement pour le XXIe siècle?, Vue d’ensemble, Bruxelles, Éditions OCDE, 20 p.

95Perrault, F., 2019, Survol sociodémographique de l’Est de Montréal, Est Média Montréal., [En ligne], URL : https://estmediamontreal.com/​survol-sociodemographique-est-montreal/​

96Québec, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l'Est-de-l'Île-de-Montréal, n.d., Nos fondements organisationnels, Montréal, [En ligne], URL : https://ciusss-estmtl.gouv.qc.ca/​propos/​connaitre-votre-ciusss/​nos-fondements-organisationnels

97Rotmans, J. et D. Loorbach, 2009, Complexity and Transition Management, Journal of Industrial Ecology, 13, 2, pp. 184-196

98Savini, F., L. Bertolini, 2019, Urban experimentation as a politics of niches, Economy and Space, pp. 1-18

99Srnicek, N., 2017, Platform Capitalism, Cambridge: Polity Press, 120 p.

100Veltz, P.,2017, La Société Hyper-Industrielle. Le nouveau capitalisme productif, Paris, Seuil, 128 p.

101Ville de Montréal, 2020, Mémoire de la Ville de Montréal, Présenté dans le cadre du projet de loi 44, Loi visant principalement la gouvernance efficace de la lutte contre les changements climatiques et à favoriser l’électrification, Montréal, [En ligne] URL : https://vivreenville.org/​media/​940611/​VenV_2020_PL44-Gouvernance-climatique-Memoire.pdf

102Voß, J.-P, J. Newig, B. Kastens, J. Monstadt et B. Nölting, 2008, Steering for Sustainable Development: A Typology of Problems and Strategies with respect to Ambivalence, Uncertainty and Distributed Power, dans Jens Newig et al. (Dir.), Governance for Sustainable Development. Coping with Ambivalence, Uncertainty and Distributed Power, Londres/New York, Routledge, pp.193-212

103Voß, J.-P, R. Kemp, 2006, Sustainabilty and Reflexive Governance: Introduction, dans dans Voß J.-P. et al. (Dirs), Reflexive Governance for Sustainable Development, Cheltenham/Northamption, Edward Elgar, pp. 3-28

Haut de page

Notes

1 “Once the “unit-like” character of the urban is understood as a structural product of social practices and political strategies, and no longer as their presupposition, it is possible to position the investigation of urbanization, the creative destruction of political-economic space under capitalism, at the analytical epicenter of urban theory. It is the uneven extension of this process of capitalist creative destruction onto the scale of the entire planet, rather than the formation of a worldwide network of global cities or a single, world-encompassing megalopolis, that underpins the contemporary problematique of planetary urbanization.” (Brenner, 2014, p. 200)

2 Lettre de Louis Bernard à Louise Harel, ministre d’État aux affaires municipales (2000), 11 octobre, [En ligne] URL : https://www.mamh.gouv.qc.ca/fileadmin/publications/organisation_municipale/historique/reorganisation_loi170/rap_mand_ber.pdf.

3 Mémoire de la Ville de Montréal, présenté dans le cadre du projet de loi n° 44, Loi visant principalement la gouvernance efficace de la lutte contre les changements climatiques et à favoriser l’électrification, 22 janvier 2020, p. 17.

4 Pour plus d’informations, voir le site internet [en ligne] URL : https://www.ecologieurbaine.net/fr/

5 Sur ces iniquités, voir le rapport de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal (2011). Social inequalities in health in Montréal – progress to date. Synthesis Report, Montréal, l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, 31 p. Pour plus d’informations, voir le site internet [en ligne] URL : https://santemontreal.qc.ca/fileadmin/user_upload/Uploads/tx_asssmpublications/pdf/publications/978-2-89673-119-0.pdf.

6 Pour l’analyse des données ainsi cartographiés, nous avons déterminé que l’Est de Montréal s’étend entre Papineau et la Pointe de l’Ile. Cette division n’est pas officielle. Elle n’a été établie que pour les fins de l’analyse.

7 Pour plus d’informations concernant la Chambre de commerce de l’Est de Montréal, voir le site internet [en ligne] URL : https://ccemontreal.ca/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Distribution des émissions de GES – Inventaire 2015 – Collectivité montréalaise3
Crédits Ville de Montréal, 2020
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/37389/img-1.png
Fichier image/png, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juan-Luis Klein, Jean-Marc Fontan, René Audet et Benoît Levesque, « L’Alliance pour l’Est de Montréal : vers un New Deal territorial ? »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 36 | septembre 2022, mis en ligne le 05 septembre 2022, consulté le 29 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/37389 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.37389

Haut de page

Auteurs

Juan-Luis Klein

Professeur titulaire au Département de géographie de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) et membre régulier du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES), courriel : klein.juan-luis@uqam.ca

Jean-Marc Fontan

Codirecteur du PhiLab Québec et professeur au Département de sociologie à l'Université du Québec à Montréal (UQAM), courriel : fontan.jean-marc@uqam.ca

René Audet

Professeur au Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale, Université du Québec à Montréal, et titulaire de la Chaire de recherche sur la transition écologique, UQAM, courriel : audet.rene@uqam.ca : audet.rene@uqam.ca

Articles du même auteur

Benoît Levesque

Professeur émérite au Département de sociologie de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) et professeur associé à l'école nationale d'administration publique (ENAP), membre régulier du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES), courriel : levesque.benoit@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Les Éditions en environnement VertigO
  • Logo Institut des sciences de l'environnement
  • Logo FQRSC
  • Logo SSHRC CRSH
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search