Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesLectures2022Le moment 1816 des sciences et de...

2022

Le moment 1816 des sciences et des arts : Auguste de Saint-Hilaire, Ferdinand Denis et le Brésil.

Paris : Sorbonne Université Presses, 406p.
Walter Lima Torres Neto
Référence(s) :

Cláudia Damasceno Fonseca, Laura de Mello de Souza, Michel Riaudel et Antonella Romano (dir.), 2022, Le moment 1816 des sciences et des arts : Auguste de Saint-Hilaire, Ferdinand Denis et le Brésil, Paris : Sorbonne Université Presses, 406p.

Texte intégral

1Ce livre s'adresse aux lecteurs francophones intéressés par l’histoire du Brésil du XIXe siècle. Il fait suite au colloque intitulé « Le moment 1816 des sciences et des arts. Regards croisés franco-brésiliens » tenu à Paris, en novembre 2016, à la Bibliothèque nationale de France et à la Maison de l'Amérique Latine. Le livre, dont le titre fait directement référence à la célèbre Mission Artistique Française venue au Brésil après la chute de Napoléon, présente une introduction rédigée par les quatre organisateurs où se trouvent des points de repère théoriques importants et surtout l’axe méthodologique qui oriente la publication le « livre se propose donc d’embrasser une longue série d’évolutions et de révolutions scientifiques, politiques, artistiques ; il cherche à réinterroger leurs fondements, à penser leur archéologie en dépassant les cloisonnements disciplinaires, à réexaminer à nouveaux frais ces va-et-vient entre la France et le Brésil » (p. 17).

2Du cœur de l’ouvrage ressortent les noms incontournables d’Auguste de Saint-Hilaire (1779-1853) et de Ferdinand Denis (1798-1890). Le premier a circulé à l’intérieur des anciennes provincias du Brésil impérial, le second a passé pas mal de son temps en villégiature dans les deux principales villes du nouveau royaume, Rio de Janeiro et Salvador de Bahia. Composé de dix chapitres et d’une postface, où chaque collaborateur réagit de manière indépendante pour traiter, à sa façon, en fonction de son regard « le moment 1816 », la publication reproduit aussi un ensemble particulièrement riche d’images associées à la période — diverses cartes, aquarelles, dessins, gravures, frontispices, peintures, tapisseries, photographies — qui sont exploitées par les auteurs, et contribuent à séduire surtout de jeunes chercheurs intéressés à redécouvrir les relations toujours nourries entre la France et le Brésil au XIXe siècle, depuis ces deux cents ans.

3Parmi les sources illustrées et les auteurs consacrés, connus des spécialistes qui travaillent sur le Brésil du XIXe siècle, des noms « boite aux idées » sont fort repérables dans l’ensemble de ces travaux. Ces auteurs et auteures « boite aux idées » sont eux-mêmes, au-delà de l’importance de leurs ouvrages, devenus des sujets aussi explorés et réexaminés par les études ci-jointes. Dès le premier chapitre de l'ouvrage, Silvia Sebastiani pose la question : « Où en est la querelle du nouveau monde en 1816 ? ». Il s’agit de la complexe discussion de la place du Brésil, dans le panorama du Nouveau Monde, vu par les observateurs anglophones tels que le poète, historien et romancier Robert Southey, parmi d’autres commentateurs.

4Dans le chapitre, Neil Safier suivant présente « Humboldt, le Brésil et le XIXe siècle ». L’auteur propose une méditation sur le vide, l’inexistence, c’est-à-dire l’absence du Brésil colonial dans les voyages de Humboldt. Ces non vécu et non vu sont remplacés par la lecture du savant prussien de divers récits de voyage et descriptions géographiques. Par un va-et-vient entre ces divers narratifs, l’auteur nous fait voir qu’il s’agit d’une question paradoxale. La discussion sur « la botanique au XIXe siècle : vers une botanique intégrative » est la matière traitée par Denis Lamy dans le chapitre 3. La discussion proposée émerge de la place de la botanique, son enseignement et sa pratique dans les différentes institutions françaises. Dans ce cadre, entre amateurs (sociétés savantes) et universitaires, Auguste de Saint-Hilaire joue un rôle définitif, comme nous le démontre l’auteur.

5Temístocles Cezar, dans le quatrième chapitre, traite de « l’historiographie brésilienne et les récits de voyage au XIXe siècle ». Le chercheur exploite les propriétés des récits de voyage entre l’expérience d’avoir vu et celle d’avoir lu. Que pouvons-nous savoir, finalement ? Michel Riaudel, un des co-directeurs de l’ouvrage, revient, au chapitre 5, sur « Ferdinand Denis et le Brésil », pour s’interroger sur « le partage des savoirs ». En effet, Riaudel fait une analyse du parcours scientifique et culturel de Ferdinand Denis depuis son arrivée au Brésil jusqu’à sa place en tant que conservateur de la bibliothèque Sainte Geneviève. Portrait tout à fait juste et convenable à propos d’un esprit éclairé avant l’avènement de disciplines telles que l’anthropologie. Pour penser la question des transferts culturels, Guilherme Simões Gomes Júnior, dans le chapitre 6, aborde les « figurations Brésil-France, deux dynamiques des sciences et des arts aux XVIIIe et XIXe siècles ». En exploitant la notion de « figuration » attachée à Norbet Elias, Gomes Júnior aborde l’éternel problème des « transferts culturels » surtout en ce qui concerne les modèles académiques européens dans le traitement du paysage brésilien.

6Lorelai Kury aborde pour sa part « Auguste de Saint-Hilaire, la botanique et l’expérience du voyage » dans le chapitre 7, au sein duquel l’auteure conçoit le parcours de Saint-Hilaire au Brésil, dont la vie a été consacrée, malgré son état de santé, a une recherche infatigable dans la description, analyse et interprétation de ce paysage visité. Dans le chapitre 8, Iris Kantor questionne par la suite « Le déplacement du centre administratif de l’empire du Brésil ». Elle explore alors la « toponymie, la cartographie et la géopolitique » par le biais de récits de voyage, cartes, entre autres sources matérielles. Le chapitre 9, rédigé par Sébastien Rozeaux abordent quant à lui la « circulation et réception de l’œuvre d’Auguste de Saint-Hilaire dans le Brésil impérial ». La recherche est faite d’après « le journal avant le livre ». Partant du catalogue de l’Exposition à la Bibliothèque Nationale de Rio de Janeiro en 1979, à l’occasion du bicentenaire de Saint-Hilaire, l’auteur s’interroge sur les causes et conséquences de la lacune de la presse dans la circulation et diffusion de l’œuvre de Saint-Hilaire.

7Le dixième chapitre, écrit par Laurent Vidal, démontre l’hypothèse liée à une « postérité inattendue, les connexions brésiliennes de Saint-Hilaire dans les années 1830 » et son rapport avec « la tentative d’implantation d’une communauté fouriériste française au Brésil, entre 1841 et 1846 ». Finalement, la clôture de l’œuvre est faite par la postface de Jean Hébrard, où l’auteur met en question le « moment brésilien » tout en établissant une relation avec « la France de la restauration et les régimes monarchiques ». Pour son enjeu, l’auteur emploie les narratifs historiques et les traductions des poètes brésiliens faites par deux auteurs Alphonse de Beauchamp et François-Eugène Garay, dit « monsieur de Monglave ». Le moment politique chancelle entre les idées d’un Ancien Régime outre-mer et se confronte aux vents républicains. Pour faire de ce projet éditorial un ouvrage-voyage de référence sur « les divers moments 1816 », les organisateurs se sont efforcés pour nous offrir une bibliographie générale, présentant les références des sources primaires, accompagnées d’une bibliographie détaillée sur le sujet. Après la bibliographie, un index onomastique et un autre toponymique permettent de faciliter le déplacement du lecteur, entre les chapitres, dont l’indépendance méthodologique nous permet de connaitre cette mosaïque moment-monument brésilien.

8En conclusion, une remarque ponctuelle en ce qui concerne ce « moment » inclut « les arts », puisque dans cette année de 2022, Molière (1622-1673) fête les 400 ans de sa naissance. Et peut-être, Auguste de Saint-Hilaire, de passage par São Paulo, fut un des premiers spectateurs français en voyage à avoir signalé la présence inaugurale de l’auteur du Misanthrope au Brésil. « On joua l’Avare et une petite farce. Les acteurs étaient des artisans, la plupart mulâtres ; les actrices, des femmes publiques. Le talent de ces dernières était dans une harmonie parfaite avec leur moralité ; on aurait dit des marionnettes que l’on faisait mouvoir avec un fil. La plupart des hommes n’étaient pas de meilleurs comédiens ; cependant il était impossible de ne pas reconnaitre que quelques-uns étaient nés avec des dispositions naturelles pour la scène » (Voyage dans les provinces de Saint-Paul et Sainte Catherine. Tome premier. Paris : Arthur Bertrand Libraire Éditeur, 1851, p. 284). Ainsi, cette publication sur Le moment 1816 des sciences et des arts devient elle, par sa composition et complexité des sujets abordés, une sorte de source référentielle à propos de ce paysage-monument.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Walter Lima Torres Neto, « Le moment 1816 des sciences et des arts : Auguste de Saint-Hilaire, Ferdinand Denis et le Brésil. »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 05 décembre 2022, consulté le 24 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/37467 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.37467

Haut de page

Auteur

Walter Lima Torres Neto

Professeur titulaire d’études théâtrales à l’Université Fédérale du Paraná (UFPR) à Curitiba, au Brésil, adresse courriel : gualter20@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search