Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 36Les parcs-nature de la ville de M...

Les parcs-nature de la ville de Montréal, des refuges de diversité aviaire? 

Pierre Drapeau et Maxime Allard

Résumés

Les espaces naturels protégés en milieu urbain s’avèrent des maillons de plus en plus importants par rapport aux enjeux de conservation de la diversité biologique avec l’étalement urbain. La ville de Montréal est responsable d’un réseau de parcs-nature qui couvre 1447 hectares des derniers milieux naturels d’importance sur son territoire. Depuis le début des années 1990, ces parcs font l’objet d’une gestion de leurs écosystèmes qui comporte depuis 1997 le suivi de l’avifaune, un programme-phare de l’évaluation environnementale des changements temporels de la qualité des parcs-nature par rapport à leur diversité biologique. Un premier bilan des recensements d’oiseaux au moyen de stations permanentes de points d’écoute du réseau des parcs-nature de la Ville de Montréal a été produit pour la décennie 1997-2007 tandis que les données de 2008 à 2018 n’ont pas encore été analysées. Ce premier bilan a permis d’identifier 130 espèces d’oiseaux actives dans les parcs-nature pendant la saison de nidification. La composition en espèces des communautés aviaires a peu changé au cours de cette première décennie du programme de suivi. Elles sont constituées d’espèces des milieux forestiers, des milieux ouverts (secs et humides) et des lisières qui reflètent la diversité d’habitats propre à chaque parc-nature. La stabilité des communautés d’oiseaux dans l’ensemble des parcs-nature pour cette période traduit le potentiel de ce réseau à maintenir des populations d’oiseaux pour ces divers types d’habitats sur le territoire de la région de Montréal. Cependant, les faibles abondances observées de façon récurrente chez la plupart des espèces sensibles à la fragmentation du couvert forestier posent aux parcs-nature le défi de jouer pleinement leur rôle de refuge biologique. Des résultats encourageants associant la naturalisation de l’environnement adjacent aux parcs-nature et l’accroissement de l’occurrence de l’une des espèces sensibles, la Paruline couronnée, indiquent toutefois qu’il est possible pour les parcs-nature de relever le défi de maintenir ces espèces sensibles tant que la planification urbaine au pourtour des parcs en atténue l’anthropisation au moyen de zones tampons. Les données de 2008 à 2018, qui n’ont pas encore été analysées, devraient nous permettre de voir si les tendances des premiers 10 ans du programme de suivi de l’avifaune suivent ou non cette trajectoire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Si les espaces naturels protégés en milieu urbain ont souvent été conçus dans un esprit d’accès à des espaces propices à la récréation de plein air pour la population, ils s’avèrent être de plus en plus des maillons importants par rapport aux enjeux de conservation de la diversité biologique au fur et à mesure de l’extension du développement urbain sur le territoire (Norton et al., 2016). Dans ces espaces naturels, les pratiques traditionnelles de gestion centrées sur un nombre limité de ressources ou de services doivent être remplacées par des approches de gestion qui intègrent des connaissances multiples des ressources et services qui sont interdépendantes (Drapeau, 1994a ; Lajeunesse et al., 1995). C’est dans cette optique que le réseau des parcs-nature a été développé sur le territoire de l’île de Montréal.

2Suivant le principe que la priorité de conservation des sites naturels soit déterminée en fonction de leur rareté, la Communauté urbaine de Montréal (CUM) ainsi que la Ville de Montréal ont reconnu dès le début du processus d’acquisition des terrains au début des années 1980 que les forêts ainsi que les zones humides représentaient les milieux les plus importants à protéger. Conséquemment, ils ont constitué un réseau de neuf parcs-nature qui couvre 1447 hectares des derniers vestiges de ces milieux naturels d’importance sur le territoire de l’île de Montréal.

3Bien qu’ils représentent les exemples les moins perturbés d’habitats de la Plaine de Montréal, les parcs-nature n’en sont pas pour autant intacts. Premièrement, la majorité d’entre eux ont subi des perturbations importantes (agriculture, urbanisation, industrialisation) au cours des dernières décennies pour ensuite se régénérer à divers degrés (Bourdages et al., 1988). Leur état actuel n’est donc pas nécessairement représentatif des écosystèmes qui occupaient jadis ces espaces à l’ère préindustrielle. De plus, du fait de leur imbrication au sein de la région la plus peuplée du Québec, les parcs-nature sont particulièrement susceptibles aux perturbations anthropiques et subissent constamment des assauts quant à leur intégrité écologique (Karr et Dudley, 1981 ; Nielsen et al., 2013). La gestion de ces espaces naturels dans un contexte urbain impose une approche fondée sur la connaissance des caractéristiques biophysiques de ces habitats constitutifs ainsi que des effets des activités humaines à l’intérieur et à l’extérieur des parcs-nature (Karr et Dudley, 1981).

4Dans un objectif de développement durable du réseau des parcs-nature de l’île de Montréal, les autorités concernées de la Ville de Montréal ont poursuivi ces dernières années le programme de gestion des écosystèmes que la division des parcs-nature de la CUM avait mis en place dans les années 1990. Ce programme comprend divers volets dont la surveillance de l’évolution de la qualité et l’intégrité des écosystèmes des parcs par les suivis suivants : suivi des impacts de la fréquentation sur les milieux naturels (Lajeunesse et al., 1994c), suivi des sites exceptionnels (Lajeunesse et al., 1994a), suivi des interventions sur les communautés végétales terrestres (Lajeunesse et al., 1994b), suivi de la dynamique du paysage (Lajeunesse et al., 1994a) et le suivi de l’avifaune (Drapeau, 1994b).

5Le programme de suivi des communautés aviaires des parcs-nature de l'île de Montréal a été mis sur pied en 1995 pour répondre aux objectifs du réseau de parcs-nature (Communauté urbaine de Montréal, 1991) qui vise entre autres à maintenir et améliorer le patrimoine naturel et sa diversité biologique, restaurer les milieux perturbés et intégrer les parcs à la trame urbaine. Ces objectifs s’insèrent dans le cadre de quatre missions distinctes des parcs-nature que sont la conservation du milieu naturel, l’éducation du public, la récréation de plein air et l’intégration sociale ( CUM, 1987; CUM, 1989; CUM, 1991). Dans le but d’optimiser la cohabitation des différents objectifs et missions, des plans de mise en valeur ( Domon et al., 1990), des plans directeurs d’aménagement ainsi qu’un programme de gestion des écosystèmes (Drapeau, 1994a ; Cogliastro et al., 1996) ont été élaborés.

6Le programme de suivi de l’avifaune représente le programme-phare de l’évaluation environnementale des changements temporels de la qualité des parcs-nature pour un compartiment clé de la diversité biologique de ces milieux. Les oiseaux sont parmi les meilleurs indicateurs des effets de la fragmentation des habitats (Robinson et al., 1995; Villard et al., 1995), l’une des plus importantes menaces à laquelle fait face la diversité biologique. Le suivi de leurs populations permet alors de dresser un bilan de l’état des parcs-natures et de leur environnement adjacent.

7Le suivi de l’avifaune comprend deux volets principaux : un suivi annuel et un suivi quinquennal. Pour le suivi annuel, des inventaires ont eu lieu annuellement depuis 1997 dans sept parcs-nature : Bois-d'Anjou, Anse-à-l'Orme, Bois-de-l'Île-Bizard, Bois-de-Liesse, Pointe-aux-Prairies, Bois-de-Saraguay et Cap-Saint-Jacques. Ce volet a comme principal objectif de permettre l’évaluation des changements temporels de la structure des communautés d’oiseaux forestiers. L’inventaire quinquennal a été réalisé pour la première fois en 2001 (St-Georges, 2002 ; Carignan et al., 2003) et a été répété en 2006 et 2007 (St-Georges, 2009) et s’est poursuivi en 2012 et en 2017. L’ensemble des parcs échantillonnés annuellement a été couvert lors de ces inventaires. De plus, le parc-nature de l’Île-de-la-Visitation a fait l’objet de dénombrements. Les inventaires quinquennaux sont axés sur l’étude de groupes d’oiseaux qui ne sont pas suivis de manière soutenue lors des inventaires annuels ou qui n’en sont pas l’objet. Ces deux volets du suivi de l’avifaune ont nécessité l’utilisation d’une variété de méthodes d’échantillonnage, chacune étant adaptée au groupe d’espèces ciblées.

8Dans cet article, nous nous concentrons sur les suivis annuels réalisés de 1997 à 2007, soit la première période décennale d’inventaires de l’avifaune, qui correspond à la seule période où une analyse de ce programme de suivi a été réalisée, les données de 2008 à 2018 n’étant toujours pas analysées. Nous dressons un bilan de l’état des communautés d’oiseaux et des populations des espèces individuelles dans l’ensemble du réseau des parcs-nature pour cette première décennie d’inventaires aviaires. Nous examinons des changements des populations d’oiseaux des parcs par rapport à leur contexte paysager et discutons des pistes d’aménagement qui pourraient permettre à ces espaces protégés de maintenir, ou même, de hausser leur capacité fonctionnelle de refuges et d’habitats-sources pour l’avifaune de la trame urbaine de l’île de Montréal.

Méthodes

Dénombrements d’oiseaux nicheurs

9Les inventaires annuels ont été réalisés dans 92 stations permanentes situées en milieu forestier (82 en forêts matures et 10 dans de jeunes forêts). Ces habitats sont toutefois toujours bordés de milieux ouverts (friches, milieux humides, cours d’eau et friche arbustives) à moins de 50 mètres de l’emplacement des stations d’écoute. Les espèces de milieux ouverts y sont par conséquent détectées. Le Tableau 1 présente le nombre de stations d’écoute permanentes échantillonnées chaque année. Deux méthodes d’échantillonnage ont été employées : la méthode des points d’écoute et la méthode de repasse de cris et de chants. Les points d’écoute étaient effectués deux fois durant la saison de nidification pour déterminer la richesse en espèces des communautés d’oiseaux et l’abondance individuelle des espèces. Ils avaient une durée de 20 minutes, divisés en 4 périodes de 5 minutes et consistaient à noter toute manifestation acoustique ou visuelle d’individus détectés durant chaque période de 5 minutes. Pour obtenir de meilleurs indices de présence et d’abondance ou confirmer l’absence d’espèces considérées sensibles à la perte et à la fragmentation des forêts matures (Robbins et al., 1989 ; Robinson et al., 1995 ; Villard et al., 1995 ; Betts et al., 2006, 2007, Haché et al., 2013), nous avons déployé à partir de 2001 une deuxième méthode d’inventaire, soit la repasse de chants. Cette méthode consiste à faire jouer un enregistrement de cris et/ou de chants d’une espèce focale afin de solliciter la manifestation des individus présents dans l’habitat, mais qui demeurent discrets. Les espèces focales retenues étaient : 1) la Paruline couronnée (Seiurus aurocapilla), 2) la Grive des bois (Hylocichla mustelina), 3) le Piranga écarlate (Piranga olivacea), et 4) la Paruline bleue (Dendroica caerulescens). La méthode de repasse de chants a été utilisée à une seule reprise, suite à la seconde visite aux stations d’écoute se situant dans des forêts matures et, dans une moindre mesure, dans les jeunes forêts. Les chants de mâles territoriaux ont été diffusés de façon consécutive pendant cinq minutes et la réponse vocale ou visuelle d’individus était notée. Nous avons mesuré l’efficacité de la méthode de la repasse de chants à accroître la détection des quatre espèces cibles au moyen d’un test de Student apparié (test de t) avec permutations. Le test compare les données de présence-absence obtenues par la méthode des points d’écoute à ceux obtenus au moyen de la méthode de la repasse de chants. La repasse de chant a réellement permis d'accroître la détection des espèces focales associées à la fragmentation des forêts (p < 0,0001), permettant d’accroître de 2,5 fois la détection du Piranga écarlate, de 2 fois la détection de la Grive des bois, de 1,7 fois la détection de la Paruline bleue et de 1,5 fois la détection de la Paruline couronnée. Les protocoles relatifs à ces techniques d’échantillonnage sont justifiés et détaillés dans les rapports de Drapeau (1995, 1997, 2000a). Enfin, notons que la Ville de Montréal n’a pas fait réaliser d’inventaire annuel en 2006. Par conséquent, dans toutes les analyses menées sur ces 4 espèces nous combinerons les résultats d’inventaires de points d’écoute aux repasses de chants.

Caractérisation des conditions locales d’habitat

10Des relevés de végétation ont été réalisés en 2001 et 2007. Nous avons noté la composition et le recouvrement des différentes strates de végétation dans les points d’écoute. Ensuite, le pourcentage de recouvrement en sept strates de végétation (muscinale, moins de 1m, 1-4 m, 4-7 m, 7-12 m, 12-17 m, 17 m et plus) a été estimé quantitativement dans un rayon approximatif de 10 m selon des tranches de 0-5%, 5-25%, 25-40%, 40-60%, 60-80%, 80-100%, dont la moyenne (3, 15, 33, 50, 70 et 90%) a été utilisée pour les analyses. L’espèce dominante à l’intérieur de chaque strate était notée. L’enrésinement était ensuite estimé dans les mêmes strates précédemment identifiées et quantifié selon des tranches de 0-5%, 5-25%, 25-40%, 25-50%, 50-75% et 75-100%, dont la moyenne (3, 15, 33, 38, 63 et 88%) était utilisée pour les analyses. L’espèce résineuse dominante dans chaque strate était également notée. Finalement, l’évaluation du nombre d’arbres à intérêt faunique (au moins 1,5 m de hauteur et 20 cm de diamètre à hauteur de poitrine (DHP), défoliés à plus de 20 % avec excavation de pic) situés à l’intérieur d’un rayon de 30 m, a été conduite dans toutes les stations. Le nombre de chicots par station selon deux classes de diamètre (20-35 cm et 35 cm et plus) a finalement été noté. Enfin, la présence ou l’absence de plan d’eau dans le périmètre du point d’écoute (rayon de 100 m) était notée. Ces informations permettent de vérifier l'évolution générale des habitats forestiers des parcs-nature. La comparaison des conditions locales de l’habitat dans le temps sert à expliquer si les changements de la richesse des communautés et de l’abondance des espèces dans les parcs sont en partie imputables à des changements structuraux de l’habitat.

Évolution du paysage des parcs-nature

11Plusieurs études ont montré que l'échelle du paysage peut avoir un effet aussi important dans la sélection de l’habitat par les oiseaux nicheurs que les conditions locales de végétation près des nids (McGarigal et McComb, 1995 ; Robinson et al., 1995 ; Drapeau et al., 2000b ; Betts et al., 2007). Nous avons donc caractérisé dans un rayon de 1 km partant de la bordure des parcs-nature (zone tampon de 1 km autour de chaque parc) le contexte du paysage de ces derniers. En absence de données numériques sur l’usage des terres autour des parcs, nous avons dû faire la saisie des données au moyen de l’analyse des photographies aériennes des années 1999 et 2007 de la Ville de Montréal (années suffisamment éloignées pour couvrir la période du programme de suivi tout en étant à même de mesurer des changements d’affectation des terres). Les paysages à l’intérieur des parcs et au pourtour de ces derniers ont été désignés selon leur évolution dans les catégories suivantes : 1) naturalisation (le site voit son couvert végétal augmenter entre 1999 et 2007), 2) statu quo et 3) anthropisation (développement industriel, urbanisation, minéralisation ou encore création d’un terrain de golf). L'échelle minimale d'interprétation était de 20 m x 20 m.

Tableau 1. Nombre de points d’écoute dans les sept parcs-nature de la ville de Montréal où des inventaires annuels ont été réalisés.

Parcs-nature

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2007

Bois-d'Anjou

0

0

0

10

8

8

8

8

8

8

Anse-à-l'Orme

0

0

10

10

10

10

10

10

10

10

Bois-de-l'Île-Bizard

24

24

24

24

24

24

24

24

24

24

Bois-de-Liesse

14

14

14

14

14

14

14

14

14

14

Pointe-aux-Prairies

9

9

9

9

9

9

9

9

9

9

Bois-de-Saraguay

15

15

15

15

15

15

15

15

15

15

Cap-Saint-Jacques

12

12

12

12

12

12

12

12

12

12

Tous les parcs

74

74

84

94

92

92

92

92

92

92

Analyses statistiques

12Préalablement aux analyses statistiques, les données de points d’écoute ont été compilées de manière à obtenir le maximum de détections par période de 5 minutes par site par année. Seules les détections réalisées à l’intérieur du point d’écoute sont considérées (dans un rayon de 50 m). Les données de repasse de chants ne requièrent pas de traitements préalables pour être analysées. Afin de pouvoir comparer les résultats des différentes années d’échantillonnage, il est nécessaire de restreindre l’échantillon aux stations qui ont été suivies pendant l’ensemble du programme d’échantillonnage pour le parc-nature concerné. Pour cette raison, deux stations du parc-nature du Bois-d'Anjou, qui ont été échantillonnées à l’année 2000 seulement, ont été éliminées des analyses. Ces dernières étaient situées hors des limites du parc-nature.

13Les informations suivantes ont été générées à partir des données des points d’écoute des dix années de recensement soit : 1) le nombre total d’espèces identifiées dans le réseau des parcs-nature, 2) la richesse totale d’espèces détectées dans chaque parc, 3) la fréquence moyenne d’occurrence des espèces aux points d’écoute, 4) l'abondance relative moyenne de chaque espèce aux points d’écoute.

14Une analyse des courbes rang-fréquence d’occurrence des espèces détectées dans chaque parc et dans l’ensemble du réseau au cours des 10 dernières années permet de faire une première diagnose de la structure des communautés d’oiseaux de chaque parc en faisant ressortir leurs différences et similitudes. Cette analyse a été menée en présentant les espèces en fonction de leurs affinités d’habitat de la façon suivante : 1) les espèces associées aux milieux ouverts, 2) celles associées aux milieux humides, 3) les espèces associées aux jeunes forêts, 4) les espèces de forêts matures, 5) les espèces forestières généralistes (tout le gradient de milieux forestiers) et 6) les espèces généralistes (tout le gradient d’habitats). La classification des espèces en fonction de leurs préférences d’habitats repose sur une analyse de la littérature des relations entre les espèces d’oiseaux et leur habitat (Drapeau et al., 2000b ; Poole, 2005)

15Des analyses de régression linéaire ont permis de déterminer si une tendance au changement dans la richesse des communautés d’oiseaux des parcs se manifeste sur les 10 dernières années de ce programme de suivi. L’analyse a été effectuée sur les données de richesse à l’échelle de chacune des stations étudiées. Le seuil de signification statistique pour statuer sur un changement est de p < 0,10. Ce seuil est utilisé pour l’interprétation des tendances des populations d’oiseaux du programme de suivi du Breeding bird survey (BBS), un programme de recensement d’oiseaux en place depuis 1966 qui couvre l’Amérique du Nord (Peterjohn et al., 1995).

16Nous avons analysé les variations de l’abondance de chacune des espèces au moyen de régressions linéaires. Une tendance positive ou négative était jugée significative lorsque la probabilité associée était sous le seuil de p < 0,10 (Peterjohn et al., 1995).

17L’analyse de tendances chez nos quatre espèces focales sensibles à la fragmentation du couvert forestier a été réalisée au moyen de régressions binomiales de leur occurrence aux points d’écoute en fonction de l’année d’inventaire en combinant les données des deux méthodes d’inventaires (points d’écoute et repasse de chants). Le seuil de p < 0,10 était appliqué pour statuer sur le caractère significatif du changement de détection de l’espèce dans le temps (Peterjohn et al., 1995).

18La comparaison des caractéristiques locales des stations d’écoute des années 2007 et 2001 (années d’inventaires quinquennaux qui incorporent des relevés de végétation) a été réalisée au moyen d’un test de Mantel calculé sur 9999 permutations à partir du coefficient de Pearson. Ce test permet de comparer deux matrices de distance dont les données proviennent des mêmes sites. Les matrices de distance ont été calculées avec le coefficient de distance de Gower. Ce dernier a été employé, car il permet de traiter simultanément plusieurs types de données : catégoriques, binaires, continues (Legendre et Legendre, 1998).

19Enfin, nous avons analysé les relations entre l’augmentation ou la diminution des populations aviaires et les changements du paysage adjacent aux stations échantillonnées. Pour ce faire, chaque station du programme de suivi annuel (94 stations) a été classée en fonction du changement de son environnement adjacent le plus près (naturalisation / anthropisation). Puis, la pente de la régression linéaire de chacune des espèces ayant montré une tendance significative dans les parcs a été utilisée pour tester la relation entre l’augmentation ou la diminution des populations par rapport aux modifications du paysage. Un modèle mixte linéaire, similaire à une analyse de covariance, a permis de comparer, pour chaque espèce, les pentes des tendances entre les stations naturalisées et dénaturalisées (Crawley, 2007) qui permettent de déterminer si les changements d’abondance des différentes espèces sont associés à l’anthropisation ou à la naturalisation adjacente des milieux aux confins des parcs-nature.

Résultats

Richesse cumulée en espèces dans l’ensemble du réseau de parcs-nature

20Au cours des 10 années du programme de suivi, 130 espèces d’oiseaux ont été dénombrées à l’intérieur des stations permanentes des inventaires annuels (Annexe 1). Parmi celles-ci, 59 sont associées aux milieux forestiers (sept sont des généralistes forestiers, 14 sont associés aux jeunes forêts et 38, aux forêts matures). Le groupe des généralistes comprend 9 espèces. Le nombre d’espèces associées aux milieux humides ou aux milieux ouverts correspond à 30 et 32 respectivement (Tableau 2).

Tableau 2. Nombre d’espèces détectées selon leurs affinités d’habitat pour chacun des parcs-nature et pour l’ensemble du réseau pendant les premiers dix ans du programme de suivi de l’avifaune

Parcs-nature

Généralistes forestiers

Jeunes forêts

Forêts matures

Milieux humides

Milieux ouverts

Généralistes

Total

Bois-d'Anjou

7

7

14

5

16

7

56

Anse-à-l'Orme

6

7

19

2

9

5

48

Bois-de-l'Île-Bizard

6

13

28

21

23

8

99

Bois-de-Liesse

7

11

22

6

11

6

63

Pointe-aux-Prairies

7

11

16

25

22

5

86

Bois-de-Saraguay

7

12

26

7

19

8

79

Cap-Saint-Jacques

7

13

24

6

12

7

69

Tous les parcs

7

14

38

30

32

9

130

21Au total, c’est dans le parc-nature du Bois-de-l'Île-Bizard que le plus grand nombre d’espèces a été observé (Figure 1, Tableau 3). Le plus grand effort d’échantillonnage du parc-nature du Bois-de-l’Île-Bizard peut en partie expliquer ce résultat. En effet, le parc-nature du Bois-de-l'Île-Bizard comportait 24 stations contre seulement 9 pour celui de la Pointe-aux-Prairies (Tableau 1). De plus, le plus grand nombre d’espèces de forêts matures détectées dans le parc-nature du Bois-de-l’Île-Bizard et le fait que le nombre d’espèces de milieux humides soit le 2e plus élevé après Pointe-aux-Prairies (qui est au premier rang pour ce groupe) explique la forte richesse en espèces du parc-nature du Bois-de-l’Île-Bizard (Tableau 3).

Figure 1. Richesse spécifique des oiseaux détectés dans les parcs-nature de la ville de Montréal

Compilation des10 années d'inventaires annuels de 1997-2007.

Structure des communautés dans les parcs-nature

22La Figure 2 présente, respectivement, les histogrammes de rang-fréquences des espèces (fréquence d’occurrence moyenne de chaque espèce pour toutes les années) au sein des communautés de chaque parc-nature pour la durée complète du suivi des premiers 10 ans du programme de suivi de l’avifaune et les histogrammes rang-fréquences des espèces détectées dans chaque parc (fréquence d’occurrence moyenne de chaque espèce pour toutes les années par parc). Ces histogrammes montrent les différences dans la structure des communautés d’oiseaux entre les parcs, notamment quant à la position sur l’histogramme des espèces associées aux divers types de milieux dans chaque parc. Ainsi, bien que sur les 10 ans du programme, toutes les courbes rang-fréquence des espèces dans les parcs ont une forte allure exponentielle négative, on constate que les parcs-nature de la Pointe-aux-Prairies et du Cap-Saint-Jacques montrent des courbes rang-fréquence moins abruptes où les espèces à forte occurrence (> 30 %) couvrent une plus grande proportion de la courbe que ce n’est le cas pour les autres parcs-nature. À l’inverse, les points d’inflexion d’espèces à fréquence d’occurrence de moins de 30% arrivent très tôt dans la courbe pour les parcs du Bois-de-Liesse et du Bois-de-Saraguay. Les parcs de l’Anse-à-l’Orme et du Bois-de-l’Île-Bizard et du Bois-d’Anjou ont des courbes intermédiaires par rapport à ces deux situations.

23La composition des communautés d’oiseaux en ce qui a trait à la représentation des espèces des divers milieux montre également des différences notoires entre les parcs. Ainsi, les parcs du Cap-St-Jacques, du Bois-de-Saraguay et de l’Anse-à-l’Orme et dans une moindre mesure le Bois-de-Liesse (Figure 2a, b) ont des communautés dominées par les espèces associées aux forêts matures alors que les parcs de Pointe-aux-Prairies et du Bois-de-l’île-Bizard (Figure 2c) voient leurs communautés dominées par des espèces de milieux humides illustrant la part importante des marais et marécages dans ces deux parcs. Le parc du Bois-d’Anjou se singularise par une avifaune dominée par des espèces généralistes de forêts et de jeunes forêts (Figure 2d).

Figure 2. Occurrence moyenne des espèces inventoriés durant les premiers 10 ans du programme de suivi de l’avifaune

Diagrammes rang-fréquence de l’occurrence moyenne (écart-type représenté par les lignes au-dessus) des espèces au sein des communautés d’oiseaux des parcs-nature inventoriés les premiers 10 ans du programme de suivi de l’avifaune : a) Cap-St-Jacques, Bois-de-Saraguay, b) Bois-de-Liesse, Anse-à-l’Orme, c) Bois-de-l’île-Bizard, Pointe-aux-Prairies, et d) Bois-d’Anjou. Les acronymes des espèces sont décrits à l’Annexe 1. Les couleurs renvoient à l’appartenance de l’espèce à l’une des catégories d’habitat auquel il est associé.

24Le Viréo aux yeux rouges, le Tyran huppé et le Pioui de l’Est sont les espèces forestières les plus communes avec des fréquences de détection de plus de 50% dans la plupart des parcs-nature. Le Chardonneret jaune, le Merle d’Amérique et le Jaseur d’Amérique comptent parmi les espèces de milieux ouverts les plus abondantes, et ce dans tous les parcs (Figure 2). Les exigences écologiques de ces espèces leur permettent de tirer profit des ouvertures (champs, friches et jeunes arbustaies) caractérisant plusieurs portions des parcs-nature ainsi que la trame urbaine à l’intérieur de laquelle ils sont imbriqués. Hormis la Paruline couronnée, qui atteint des fréquences moyennes d’occurrence de plus de 40% dans les parcs-nature du Cap-Saint-Jacques, de l’Anse-à-l’Orme et du Bois-de-l’Île-Bizard, les 3 autres espèces focales sensibles à la fragmentation des forêts (Grive des bois, Piranga écarlate et Paruline bleue) sont peu détectées dans l’ensemble des parcs.

Abondance relative des espèces d’oiseaux des parcs aux points d’écoute

25Les inventaires par points d’écoute pour la période de 1997 à 2007 ont permis de recenser un total de 13 008 individus à l’intérieur du rayon de 50 m. Le Tableau 3 présente la compilation de l’abondance totale des détections (toutes espèces confondues) des parcs pour chaque année. Les valeurs moyennes par station sont présentées dans le Tableau 4. Les totaux ou bilans par année et pour l’ensemble des parcs y sont également présentés. Les données de 1997 à 1999 sont inférieures aux années subséquentes en raison du plus faible nombre de points d’écoute échantillonnés.

Tableau 3. Nombre total de détections pour toutes les espèces pour chaque parc et chaque année pour lesquelles des recensements ont été réalisés pour la période de 1997-2007.

Parcs-nature

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2007

TOTAL

Bois-d'Anjou

0

0

0

162

154

150

132

101

139

112

950

Anse-à-l'Orme

0

0

108

98

86

178

142

151

103

76

942

Bois-de-l'Île-Bizard

248

324

324

333

450

534

342

365

419

253

3592

Bois-de-Liesse

101

152

159

123

157

218

165

175

152

154

1556

Pointe-aux-Prairies

241

201

233

243

348

297

196

278

201

216

2454

Bois-de-Saraguay

141

158

185

161

208

217

186

246

178

213

1893

Cap-Saint-Jacques

103

128

192

181

201

202

162

192

119

141

1621

Total

834

963

1201

1301

1604

1796

1325

1508

1311

1165

13008

26Le cumul des détections pour l’ensemble des parcs chaque année montre un nombre fluctuant de détections qui traduit la variabilité interannuelle des populations d’oiseaux nicheurs, dont celles qui sont affectées par des facteurs environnementaux qui ont cours à des échelles spatiales et temporelles multiples (Sauer et al., 2008). C’est notamment le cas des espèces migratrices qui peuvent être à la fois affectées par des événements aux aires de migration, aux aires d’hivernage ou encore aux aires de nidification. Le parc-nature du Bois-de-l’Île-Bizard compte le plus grand nombre total d’individus détectés sur la période de 10 ans, suivi des parcs-nature de la Pointe-aux-Prairies, du Bois-de-Saraguay, du Cap-Saint-Jacques, du Bois-de-Liesse, du Bois-d’Anjou et de l’Anse-à-l’Orme (Tableau 3). Le plus grand nombre d’individus détectés au Bois-de-l’île-Bizard et à Pointe-aux-Prairies tient entre autres à la présence simultanée de plusieurs types d’habitats qui se juxtaposent dans ces parcs, notamment à la présence de grands milieux humides.

27L’analyse de régression linéaire des tendances de la variation de la richesse spécifique des parcs indique que tous les parcs sont stables, sauf le parc-nature du Bois-de-Saraguay qui montre une hausse du nombre moyen d’espèces détectées par année (Tableau 4).

Tableau 4. Résultats des analyses de régressions linéaires des changements annuels de la richesse en espèces d’oiseaux des parcs-nature de 1997 à 2007

Les valeurs en caractère gras indiquent que le changement est significatif (p< 0,10).

Parcs-Nature

Pentes

Écart-type

Valeurs de probabilité (p)

Bois-d'Anjou

-0,0850

0,1911

0,6581

Anse-à-l'Orme

-0,1003

0,1441

0,4888

Bois-de-l'Île-Bizard

-0,0186

0,0834

0,8238

Bois-de-Liesse

0,0942

0,0730

0,1994

Pointe-aux-Prairies

0,1688

0,2453

0,4931

Bois-de-Saraguay

0,2078

0,1176

0,0792

Cap-Saint-Jacques

0,0446

0,1140

0,6967

28La même analyse effectuée sur les variations d’abondance des groupes d’espèces en fonction de leurs associations d’habitat montre toutefois que hormis le parc-nature de l’Anse-à-l'Orme qui ne présente pas de changement significatif, les 6 autres parcs présentent des changements au niveau de l’abondance de certains de leurs groupes d’espèces (Tableau 5). Les parcs-nature du Bois-de-l'Île-Bizard, du Bois-de-Liesse et du Bois-de-Saraguay voient leurs populations d’oiseaux associés aux jeunes forêts augmenter alors que les oiseaux de forêts matures augmentent au Bois-de-Liesse et diminuent au parc du Bois-de-l’île Bizard.

Tableau 5. Changements significatifs (p< 0,10) à la hausse ou à la baisse des groupes d'espèces en fonction de leur abondance à l’échelle de chaque parc-nature de 1997 à 2007

Les abréviations correspondent à : FJEU : espèces associées aux jeunes forêts, FGEN : généralistes forestiers, FMAT : espèces associées aux forêts matures, GEN : espèces généralistes, HUM : espèces associées aux milieux humides et OUV : espèces associées aux milieux ouverts.

Parcs-nature

Espèces

Valeurs de probabilité (p)

Pentes

Nombre moyen de détections

Bois-d'Anjou

FGEN

0,0826

-0,2085

2,393

Bois-d'Anjou

GEN

0,0668

-0,1337

1,036

Bois-de-l'Île-Bizard

FJEU

0,0541

0,1052

2,971

Bois-de-l'Île-Bizard

FMAT

0,0576

-0,1071

5,204

Bois-de-Liesse

FJEU

0,0229

0,1197

2,336

Bois-de-Liesse

FMAT

0,0693

0,0940

3,886

Bois-de-Liesse

HUM

0,0854

0,0840

0,421

Pointe-aux-Prairies

FGEN

0,0072

0,1530

1,811

Bois-de-Saraguay

FJEU

0,0006

0,2176

2,193

Cap-Saint-Jacques

FGEN

0,0464

-0,0819

1,817

29Des analyses de régression ont été utilisées pour mesurer les tendances de variations d’abondance de chaque espèce pour l’ensemble du réseau des parcs. Le Tableau 6 et la Figure 3 montrent que 13 espèces ont manifesté des changements significatifs de leur abondance de 1997 à 2007, dont 6 qui ont vu leurs effectifs diminuer et 7 qui ont connu des augmentations (Tableau 6).

Tableau 6. Variation des espaces entre 1997 et 2007

Espèces montrant une tendance significative de hausse (pente positive) ou de baisse (pente négative) de leur abondance à l’échelle de l’ensemble des parcs-nature de 1997 à 2007. Les pentes et la signification statistique des changements d’abondance en fonction du temps depuis le début du programme de suivi sont indiquées en plus du nombre moyen de détections par station.

Espèces

Valeur de probabilité (p)

Pente

Nombre moyen de détections par station

Cardinal à poitrine rose

0,0001

-0,0158

0,133

Chardonneret jaune

0,0001

0,0607

1,137

Geai bleu

0,0357

-0,0115

0,190

Grive des bois

0,0001

-0,0160

0,133

Grive fauve

0,0535

0,0092

0,174

Jaseur d'Amérique

0,0000

0,0699

0,879

Paruline couronnée

0,0008

0,0194

0,278

Pic chevelu

0,0028

0,0141

0,174

Pic Mineur

0,0021

0,0184

0,316

Pioui de l'Est

0,0002

-0,0239

0,506

Piranga écarlate

0,0022

-0,0101

0,079

Tyran huppé

0,0828

-0,0130

0,670

Viréo aux yeux rouges

0,0116

0,0207

1,111

Figure 3. Variations des espèces durant les 10 premières années du programme

Espèces qui, sur l’ensemble des parcs-nature, ont montré des hausses (a - haut) et des baisses (b - bas) significatives (p < 0,10) de leurs populations les premiers 10 ans du programme de suivi de l’avifaune dans les parcs-nature de la ville de Montréal. Les acronymes des espèces apparaissent à l’Annexe 1.

30Parmi les espèces qui ont diminué, notons la présence de 2 des 4 espèces focales qui sont sensibles à la fragmentation du couvert forestier, soit la Grive des bois et le Piranga écarlate tandis que la Paruline couronnée montre une augmentation. Une analyse menée à l’échelle de chaque parc pour ces 4 espèces montre que la Grive des bois connait une diminution significative de son occurrence dans les parcs-nature du Bois-de-l'Île-Bizard (pente = -0,53, p < 0,001) et du Bois-de-Liesse (pente = -0,75, probabilité < 0,001). Les occurrences de la Paruline bleue et du Piranga écarlate sont également en baisse dans les parcs-nature du Bois-de-l'Île-Bizard (pente = -0,18, p < 0,09) et du Cap-Saint-Jacques, (pente = -0.97, p <0,01) respectivement (Figure 4). À l’inverse, la Paruline couronnée montre une hausse significative de son occurrence pour les parcs-nature du Bois-d'Anjou (pente = 0.43, p < 0.02) et du Cap-Saint-Jacques (pente = 1,44 p < 0.01). Toutefois, les détections de l'ensemble des espèces sensibles n’ont pas changé significativement dans les parcs-nature de la Pointe-aux-Prairies, du Bois-de-Saraguay et de l'Anse-à-l'Orme (Figure 4).

Figure 4. Changements d’occurrence des espèces sensibles à la fragmentation du couvert forestier dans les parcs-nature de Montréal

Les abréviations correspondent à : PACO : Paruline couronnée, GRBO : Grive des bois, PIEC : Piranga écarlate et PABL : Paruline bleue. Les cercles blancs indiquent l'absence de changements tandis que les rouges signalent une diminution d'occurrence et les verts, un accroissement de l’occurrence.

Associations entre les changements des populations et les changements d’habitat

31Les caractéristiques locales de l'ensemble des stations communes aux relevés quinquennaux des années 2001 et 2007 ont été comparées. Le test de Mantel n'a montré aucune différence significative entre les deux relevés de végétation de chaque point d’écoute (p < 0.01). Ainsi, les caractéristiques locales des habitats forestiers attenants aux stations d’écoute n'ont pas changé de manière significative au cours de cette période.

32Le Tableau 7 présente le pourcentage de la superficie du territoire examiné qui a subi des modifications, au pourtour de chacun des parcs. Entre 1999 et 2007, 4 des 7 parcs-nature, soit le Bois-d’Anjou, le Bois-de-Liesse, le Bois-de-l’Île-Bizard et le Bois-de-Saraguay, montrent des augmentations d’activités anthropiques dans leur voisinage. À l’inverse, les parcs-nature du Cap-Saint-Jacques et de l’Anse-à-l’Orme sont caractérisés par une reprise de la végétation arbustive et forestière. Étant enclavé dans une trame urbaine développée depuis le début des années 1950, le parc-nature de la Pointe-aux-Prairies ne montre aucun changement significatif (Tableau 7).

Tableau 7. Changements du paysage entre 1997 et 2007 dans un rayon de 1 kilomètre au pourtour des parcs-nature

% de la superficie du territoire

Parcs-nature

Anthropisation

Naturalisation

Bilan

Anse-à-l'Orme

-2,8

14,9

12,1

Pointe-aux-Prairies

-4,1

4,9

0,8

Bois-d'Anjou

-9,4

0,7

-8,7

Bois-de-l'Île-Bizard

-6,1

1,1

-5

Bois-de-Liesse

-4,1

0,5

-3,6

Bois-de-Saraguay

-5,5

0,4

-5,1

Cap-Saint-Jacques

-0,7

8,5

7,8

33Les relations entre les pentes des espèces qui ont montré des tendances significatives à la hausse ou à la baisse de leurs populations et les changements du paysage au pourtour des stations d’écoute pour l’ensemble des parcs-nature sont présentées au Tableau 8. À l'échelle de l’ensemble des parcs-nature, des 13 espèces ayant montré des hausses ou des baisses significatives, seulement la Paruline couronnée voit ses hausses être significativement associées au contexte adjacent aux stations d’écoute où elle a été détectée (Tableau 8). Dans ce cas, les stations d’écoute qui ont montré une tendance vers la naturalisation accrue de leur contexte adjacent ont vu leurs populations augmenter de manière significative alors que la pente de l’abondance de la Paruline couronnée en fonction du temps pour les stations dont le contexte adjacent correspondait à une anthropisation croissante n’était pas significativement différente de zéro. Pour l’ensemble des autres espèces, qu’elles aient présenté des tendances à la baisse (Cardinal à poitrine rose, Geai bleu, Pic mineur, Tangara écarlate, Grive des bois) ou à la hausse (Pic chevelu, Jaseur d’Amérique, Grive fauve, Pioui de l’Est et Viréo aux yeux rouges), ces tendances n’ont montré aucune relation significative avec des changements immédiats du contexte du paysage adjacent aux parcs (Tableau 8).

Tableau 8. Variations de populations et les changements du paysage

Relations statistiques entre les pentes des espèces qui ont montré des tendances significatives à la hausse ou à la baisse de leurs populations et les changements du paysage au pourtour des stations d’écoute pour l’ensemble des parcs-nature pour la période 1997-2007. Les pentes de la relation ainsi que la signification statistique (valeur de p) entre ces deux variables sont présentés.

† Indique une pente qui n'est pas significativement différente de zéro.

Espèces

Valeur de probabilité (p)

Pentes

Anthropisation

Naturalisation

Cardinal à poitrine rose

0,840

-0,017

-0,015

Chardonneret jaune

0,764

0,058

0,048

Geai bleu

0,576

-0,014

-0,007

Grive des bois

0,736

-0,016

-0,019

Grive fauve

0,375

0,004†

0,012

Jaseur d'Amérique

0,843

0,060

0,054

Paruline couronnée

0,001***

0,004†

0,046

Pic chevelu

0,300

0,011

0,021

Pic mineur

0,446

-0,023

-0,032

Pioui de l'Est

0,813

0,016

0,019

Piranga écarlate

0,938

-0,011

-0,011

Tyran huppé

0,903

-0,013†

-0,015

Viréo aux yeux rouges

0,189

0,026

0,005

Discussion

34Nos analyses des 10 premières années de la mise en place du programme de suivi de l’avifaune des parcs-nature de la ville de Montréal montrent une stabilité dans la richesse des communautés d’oiseaux qui se reproduisent dans ce réseau d’espaces protégés. Le parc-nature du Bois-de-Saraguay est le seul parc qui montre une hausse du nombre moyen d’espèces dénombrées durant cette période. Le nombre d’individus détectés lors des inventaires annuels est toutefois plus variable, ce qui traduit les changements à court terme des effectifs des populations d’oiseaux des espèces individuelles qui montrent des fluctuations interannuelles imputables aux conditions de vie changeantes sur l’ensemble des milieux utilisés tout au long de leur cycle de vie (Ralph et Scott, 1981 ; Sauer et al., 2008). C’est notamment le cas des oiseaux migrateurs qui constituent plus de 80% des espèces détectées dans ce programme de suivi et dont les conditions aux aires de migration ou aux aires d’hivernage peuvent conduire à une variabilité interannuelle importante (Sauer et al., 2008).

35Tout au long de cette période, les parcs-nature de l’Anse-à-l’Orme, du Cap-Saint-Jacques, du Bois-de-Saraguay et du Bois-de-Liesse comptent une forte proportion de leurs communautés associées aux oiseaux de forêts matures. Les parcs du Bois-de-l'Île-Bizard et de la Pointe-aux-Prairies sont ceux qui comptent les plus importants contingents d’espèces associées aux milieux humides tandis que le parc-nature du Bois-d’Anjou, en raison de sa plus faible superficie et du contact plus important avec les milieux ouverts et les jeunes forêts (friches en régénération), est constitué d’une plus forte proportion d’espèces généralistes et d’espèces de jeunes forêts.

36En comparant les histogrammes de rang-fréquence de chaque parc (Figure 2), 10 espèces ont été détectées de manière constante (plus de 25% d’occurrence) dans les parcs-nature pour l’ensemble de cette période de suivi. Ces espèces étaient soit associées aux habitats ouverts (Chardonneret jaune, Merle d’Amérique, Jaseur d’Amérique et le Quiscale bronzé), aux forêts matures (Pioui de l’Est, Tyran huppé et Viréo aux yeux rouges, Pic mineur et Sittelle à poitrine blanche), ou à divers types de forêts (Mésange à tête noire). Ces espèces étaient également dominantes dans l’analyse du programme de suivi après 5 ans (Carignan et al., 2003). Les exigences écologiques de ces espèces leur permettent de tirer profit des mosaïques de milieux ouverts et d’habitats forestiers qui sont présentes dans la plupart des parcs-nature du réseau ainsi que de la trame urbaine à l’intérieur de laquelle les parcs sont enclavés. Leur dominance dans les courbes rang-fréquence cumulées pour les 10 ans du programme de suivi est persistante d’une année à l’autre. Notons que parmi ces espèces, le Pic mineur, la Sittelle à poitrine blanche, le Tyran huppé et la Mésange à tête noire nichent dans les cavités qu’elles excavent (Pic mineur) ou qui proviennent de la dégradation naturelle des arbres ou qui ont été excavées par les pics (les trois autres espèces). Ces espèces sont donc fortement associées aux arbres sénescents et morts (Drapeau et al., 2009).

37Hormis la Paruline couronnée, qui voit sa fréquence d’occurrence dépasser 20 % dans plusieurs parcs-nature, les autres espèces focales sensibles à la fragmentation du couvert forestier (Grive des bois, Piranga écarlate et Paruline bleue) ont montré des fréquences d’occurrence annuelles faibles (en deçà de 20%). Lorsque l’on compare ces résultats aux fréquences d’occurrence observées pour ces espèces par Drapeau (1993) dans des massifs forestiers peu fragmentés du piémont des Adirondacks (95 % pour la Paruline couronnée, 60 % pour la Grive des bois, 57 % pour le Piranga écarlate et 21 % pour la Paruline bleue) et Carignan (2006) dans les paysages agro-forestiers du sud-ouest du Québec (Paruline couronnée 88 %, Grive des bois 96 %, Piranga écarlate 83 %, et Paruline bleue 38 %), on comprend l’importance qu’ont sur l’abondance de ces espèces la perte nette et la fragmentation du couvert forestier induits par l’urbanisation de l’île de Montréal alors que les parcs-natures sont leurs derniers refuges. De plus, bien que comptant plusieurs dizaines d’hectares, les forêts dans plusieurs parcs-nature sont en deçà de la superficie critique propice à leur utilisation à long terme par ces espèces (Robbins et al., 1989 ; Rosenberg et al., 1999). Malgré leur faible abondance, les 4 espèces focales sensibles à la fragmentation du couvert forestier étaient réparties dans l’ensemble des parcs-nature. Ceci atténue le risque qu’un événement perturbateur ponctuel et aléatoire survenant dans un parc =décime l’entièreté des populations de ces espèces sur l’île de Montréal comme le proposait Carignan et al. (2003) au bilan quinquennal de ce programme de suivi de l’avifaune où ces espèces étaient principalement concentrées dans un parc-nature.

38Examinées sur une base individuelle, 13 espèces ont montré des changements significatifs de leurs populations entre 1997 et 2007 dont 6 sont en diminution et 7 sont en augmentation (Tableau 6). L'analyse des conditions d’habitat à l’intérieur des points d’écoute a montré que ces dernières n’ont pas changé de manière significative pour la période couverte dans l'ensemble des stations d’écoute échantillonnées, et ce pour l’ensemble des parcs. Toutefois, l’analyse du paysage au pourtour des parcs-nature traduit divers changements dans l’utilisation du sol qui témoignent d’une anthropisation ou d’une naturalisation du contexte adjacent aux parcs-nature. Lorsque les changements de populations des espèces individuelles sont mis en relation avec les conditions d’habitat au pourtour des points d’écoute, seule la Paruline couronnée a montré une hausse qui est associée de manière significative à la naturalisation adjacente des stations d’écoute, et ce, principalement au parc-nature du Cap-Saint-Jacques.

39Les faibles changements du paysage au pourtour des parcs-nature (d’un maximum de 9 % d’anthropisation à un maximum de 13 % en naturalisation) ne semblent pas avoir affecté les tendances observées des populations des espèces tant à la hausse qu’à la baisse sur les 10 dernières années. Les changements chez les oiseaux peuvent toutefois émaner d’autres facteurs que les conditions d’habitat. Des interactions biotiques fines (pression de prédation accrue ou compétition pour les ressources alimentaires entre les espèces) qui ne peuvent être mesurées par le protocole de suivi de l’abondance des populations, mais qui nécessitent plutôt des études démographiques fines du succès reproducteur des couples nicheurs des espèces focales concernées (Haché et Villard, 2010 ; Haché et al., 2013), pourraient expliquer ces changements. Il est possible que les populations de ces espèces aient de la difficulté à se reproduire depuis plusieurs années dans les parcs-nature et survivent grâce à l’immigration d’individus en provenance de zones sources situées à l’extérieur de l’île de Montréal (Hanski, 1999). Les bas effectifs de ces dernières laissent croire toutefois que le renouvellement des populations locales n’est pas assuré et que l’immigration annuelle d’individus venant de massifs forestiers aptes à produire un excédent d’oiseaux pourrait expliquer la persistance de ces espèces dans les parcs-nature (Dufault, 2007). Si tel est le cas, ces populations sont particulièrement susceptibles à l’extinction locale. Un suivi de la productivité des espèces-focales pourrait accroître notre compréhension sur les mécanismes causaux liés à l’état des populations de ces espèces.

40Ces tendances pourraient également être davantage liées à des changements plus globaux que les changements environnementaux mesurés à l’échelle des parcs-nature de la ville de Montréal, comme ceux en cours à l’échelle des populations régionales de la vallée du Saint-Laurent, ou encore aux aires de migration ou d’hivernage. Environnement Canada et le United States fish and wildlife service (USFWS) coordonnent à chaque année un inventaire aviaire à l'échelle du continent, le North American bird breeding survey (BBS). Nous avons utilisé les données de BBS de l’est de l’Amérique du Nord pour la période de 1980 à 2007 (Sauer et al., 2008) afin de comparer les tendances de populations chez les espèces qui ont connu des changements significatifs dans les parcs-nature. Nos résultats corroborent ceux du BBS pour les tendances à la hausse du Chardonneret jaune, du Viréo aux yeux rouges et de la Paruline couronnée. Les populations de ces espèces sont en croissance dans l’est de l’Amérique du Nord. Les tendances au déclin observées dans les parcs-nature pour le Pioui de l’Est, le Tyran huppé et la Grive des bois sont également observées à l’échelle de l’est de l’Amérique du Nord alors que ces 3 espèces montrent des diminutions de populations. En accord avec les données du BBS, les populations de Jaseurs d’Amérique et de Pics mineurs sont en hausse dans les parcs-nature. Par conséquent, la situation des populations d’oiseaux des parcs-nature au cours des 10 années de ce programme de suivi se compare à celle observée à l’échelle de l’est de l’Amérique du Nord montrant des changements de populations similaires pour la période couverte par les premiers 10 ans de ce programme de suivi.

41Qu’en est-il de la situation actuelle ? La ville de Montréal a continué à réaliser des inventaires annuels d’oiseaux nicheurs et finalise un deuxième cycle de suivi décennal. Il sera intéressant de voir comment les populations d’oiseaux se maintiennent ou ont changé en comparaison aux résultats obtenus dans la présente étude. Il sera également intéressant de voir comment ces tendances se comparent à celles récemment observées dans le 2e Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional (Robert et al., 2019) alors que les populations de certaines espèces qui étaient en déclin régionalement de 1997 à 2007 continuent de l’être. C’est le cas entre autres de la Grive des bois (Hachey, 2019a), du Piranga écarlate (Létourneau, 2019), du Pioui de l’Est (Hachey, 2019b), du Tyran huppé (Duquette, 2019) et du Cardinal à poitrine rose (Toussaint, 2019) tandis que d’autres comme la Paruline couronnée (Villard, 2019a), la Paruline bleue (Villard, 2019b), le Pic mineur (Piuze, 2019a) et le Viréo aux yeux rouges (Hachey, 2019c) sont en augmentation. Chez ces dernières espèces, les hausses sont possiblement liées à l’accroissement de la superficie des peuplements feuillus et mixtes de plus de 12 m qui traduit une maturation du couvert forestier pour le sud du Québec, et ce, tant pour les domaines bioclimatiques de l’érablière à caryer et de l’érablière à tilleul (Drapeau et al., 2019). De plus, Drapeau et al. (2019) considèrent que cette maturation du couvert forestier pourrait également être associée aux hausses de probabilités d’observation des pics, sittelles et autres oiseaux associés aux arbres de plus fort diamètre et aux arbres affectés par la dégradation de leur bois (arbres moribonds et morts).

Conclusion

42Les résultats de ce programme de suivi montrent l’importance du réseau des parcs-nature dans la conservation de la diversité aviaire sur l’île de Montréal. Ce réseau de parcs a su maintenir dans le temps une avifaune diversifiée et liée à la diversité des conditions d’habitats qu’il recèle. La persistance de cette avifaune est révélatrice du rôle pivot joué par le réseau de parcs-nature sur le territoire de l’île de Montréal. En effet, bien que l’avifaune ait montré des changements d’un parc à un autre, le réseau a su maintenir de 1997 à 2007 des communautés aviaires dont le nombre d’espèces et la composition globale sont demeurés relativement stables. Cette stabilité relative de la composition des communautés d’oiseaux dans les parcs-nature indique que ce réseau d’aires protégées pourrait contribuer de manière importante au maintien potentiel de métapopulations régionales d’oiseaux (Merriam, 1988) à l’échelle du territoire de la Montérégie.

43Toutefois, les faibles valeurs d’abondance observées pour les oiseaux sensibles à la fragmentation du couvert forestier suscitent des questions sur la capacité des parcs-nature à jouer un rôle de refuges pour les populations locales de ces espèces sur le territoire de l’île de Montréal. À l’instar d’une recommandation émise au premier bilan quinquennal (Carignan et al., 2003), nous réitérons qu’une étude de la reproduction des oiseaux sensibles à la fragmentation du couvert forestier (détermination de territoires, suivi focal d’individus territoriaux, recherche de nids et suivi de groupes familiaux) permettrait de déterminer si les populations locales dans les parcs-nature se maintiennent d’elles-mêmes ou dépendent de l’immigration continue d’individus provenant d’autres zones périphériques à l’île de Montréal. Ce type d’étude permettrait donc de préciser le rôle fonctionnel des parcs-nature pour le recrutement des populations de ces espèces sensibles au morcellement des forêts. Pareille étude devrait être réalisée pour la Paruline couronnée et la Grive des bois qui étaient les deux espèces les plus abondantes de nos quatre espèces sensibles et qui ont montré respectivement des hausses et des baisses sur les premiers 10 ans du programme de suivi de l’avifaune.

44Dans le même ordre d’idée, les prédateurs de nids d’oiseaux, notamment ceux qui ont bénéficié de la transformation des habitats par l’homme, sont reconnus pour exercer une influence néfaste sur les oiseaux occupant les différents habitats des parcs-nature, entre autres les espèces sensibles à la fragmentation des forêts. Les espèces particulièrement problématiques, reconnues en tant que prédateurs de nids d’oiseaux, sont l’écureuil gris, le raton laveur et le chat domestique. En lien avec le suivi fin de la nidification des espèces sensibles, une expérience sur la prédation à l’aide de nids artificiels pourrait être menée sur la base de protocoles développés dans diverses études sur les risques de prédation (Bayne et Hobson, 1997 ; Carignan et Villard, 2002 ; Brongo, 2002). Ce type d’expérience nécessite peu d’investissements en termes de temps sur le terrain et de personnel de recherche. Elle pourrait permettre de mieux comprendre les performances de nidification des oiseaux sensibles à la fragmentation du couvert forestier et justifier l’application, le cas échéant, de mesures de contrôle de certains prédateurs afin de limiter leur influence sur la productivité aviaire.

45Un autre résultat intéressant de ce premier bilan décennal renvoie à l’augmentation de l’abondance des pics, notamment au Pic chevelu et au Pic mineur dans les parcs-nature. Ce résultat est également observé à l’échelle du sud du Québec où diverses espèces de pics sont en augmentation entre le premier et le deuxième Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional (Drapeau et al., 2019 ; Piuze, 2019a,b ; Villard, 2019c). Or la période du 2e Atlas (2010-2014) est postérieure au bilan 1997-2007 des parcs-nature. Les pics creusent des cavités dans les arbres et ont des affinités avec les écosystèmes forestiers matures et âgés qui comportent des arbres en début de dégradation ou morts (Drapeau et al., 2009). Leurs cavités sont par la suite utilisées par une forte variété d’espèces d’oiseaux et de mammifères (Martin et al., 2004). Les pics ont donc une fonction écologique importante dans les forêts des parcs-nature qui mériterait d’être mieux documentée. Un suivi spécifique des cavités excavées par les pics et des cavités naturelles pourrait être mis en place dans les portions forestières des parcs-nature pour mieux suivre la faune cavicole (Drapeau et Cadieux, 2016). Ce programme pourrait être en lien avec le programme existant sur le bois mort que la Ville de Montréal mène depuis quelques années (Fournier, 1998).

46Bien que les 10 premières années de suivi n’aient pas montré de changements importants des conditions d’habitat à l’intérieur des parcs-nature et que les changements au pourtour des parcs-nature ne sont pas associés de façon significative aux changements des populations d’oiseaux (hormis pour la Paruline couronnée), il faut néanmoins demeurer vigilant quant aux changements d’utilisation du territoire qui, au pourtour des parcs ainsi qu’à l’intérieur des parcs, peuvent altérer leur utilisation par l’avifaune. Les transformations à l’intérieur des parcs peuvent modifier les conditions locales d’habitat (augmentation de la densité des sentiers, notamment les sentiers multifonctionnels) qui à leur tour pourraient affecter les populations d’oiseaux. Il va de soi que le maintien de ces conditions est une composante importante de la persistance à long terme de l’avifaune des parcs-nature. Par conséquent, avant d’implanter de nouveaux sentiers ou autres infrastructures dans les parcs-nature, la Ville de Montréal devrait démontrer un risque faible d’impact négatif sur la diversité de l’avifaune, en utilisant entre autres le programme de suivi de l’avifaune pour évaluer cet impact. Une vigilance est donc de mise dans l’aménagement de nouvelles infrastructures dans les parcs-nature qui soient compatibles avec le maintien de la diversité de l’avifaune.

47Au sein des parcs-nature, la transformation des champs et des friches et la transition vers de jeunes forêts se sont traduites directement pour la période de 1997 à 2007 par un accroissement des espèces associées à ce type de forêt. Pareille réponse de l’avifaune laisse entrevoir que, dans le futur, il existe des possibilités d’améliorer le statut des populations d’oiseaux associées aux forêts par la maturation du couvert forestier au sein des parcs-nature. Dans la même optique, le raccordement des parcelles boisées de l’intérieur des parcs (par des liens physiques ou simplement par une proximité relative) à tout milieu qui à l’extérieur des limites des parcs peut accroître le degré de naturalisation de la zone adjacente aux parcs-nature est une stratégie de planification souhaitable pour consolider le rôle de refuge de diversité biologique des parcs-nature. Une telle stratégie réduirait l’isolement des parcs-nature qui sont enclavés dans des zones résidentielles, industrielles et commerciales et qui sont de surcroît fragmentés par un imposant réseau de routes et de sentiers. En effet, cette naturalisation accrue des environnements au pourtour des parcs-nature permettrait de réduire les effets de la fragmentation forestière et ainsi favoriser une avifaune nicheuse plus représentative des milieux forestiers qui occupaient originalement le territoire. Il s’avère donc important de limiter l’anthropisation au pourtour des parcs et de favoriser dans les plans d’urbanisme des efforts de naturalisation des habitats adjacents par des pratiques de foresterie urbaine adaptées qui contribuent à développer des zones tampons entre les parcs-nature et les milieux urbanisés. Le bilan à venir du 2e décennal (2008-2018) de cet intéressant programme de suivi de l’avifaune devrait permettre de voir si les tendances suivent ou non la même trajectoire que celle des premiers 10 ans. À cet égard les résultats du 2e Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional (Robert et al. 2019) constitueront un point de référence de premier plan pour jauger le rôle des parcs-nature de Montréal dans le maintien de la diversité aviaire en ville.

Cet article est une contribution du Centre d’étude de la forêt financé par le programme des Regroupements stratégiques du Fonds de recherche Nature et technologies du Québec. Il émane d’une collaboration avec le Service des parcs-nature de la ville de Montréal. Nous remercions Denis Fournier et Sylvie Comtois, respectivement technicien de la faune et biologiste à la Ville de Montréal avec qui nous avons eu des échanges productifs et des discussions stimulantes qui ont constitué un apport considérable à notre réflexion dans l’analyse des données de ce programme de l’avifaune des parcs nature. Ce travail a bénéficié de l’appui financier de la Ville de Montréal, de même que d’une subvention Découverte (P. Drapeau) du Conseil national de recherche en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG).

Haut de page

Bibliographie

Bayne, E., et K., Hobson, 1997, Comparing the effects of landscape fragmentation by forestry and agriculture on predation of artificial nests, Conservation Biology, 11, pp. 1418-1429.

Betts, M. G., G .J., Forbes, A. W., Diamond, et P. D., Taylor, 2006, Independent effects of fragmentation on forest songbirds: An organism-based approach, Ecological Applications, 16, pp. 1076-1089.

Betts, M. G., G. J., Forbes, et A. W. Diamond, 2007, Thresholds in Songbird Occurrence in Relation to Landscape Structure, Conservation Biology, 21, pp. 1046-1058.

Bourdages, J.-L., C., Gauvin, M., Robert, G., Domon, A., Bouchard, et P., Drapeau, 1988, Études des ressources et des potentiels du Parc régional du Cap- Saint-Jacques, Centre de Recherche Écologiques de Montréal, Université de Montréal. 227 p. + Annexes.

Brongo, D., 2002, Effets de lisières sur l'occurrence, l'activité reproductrice et le risque de prédation des nids des oiseaux chanteurs en forêt boréale mixte, Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Montréal, Montréal, Canada. 80 p.

Carignan, V., P. Drapeau, et D., Brongo, 2003, Bilan quinquennal de l’avifaune des parcs-nature de la Ville de Montréal (1997-2001), Rapport présenté à la Direction des grands parcs et du verdissement de la Ville de Montréal, Université du Québec à Montréal. 55 p.

Carignan, V., et M.-A., Villard, 2002, Effects of variations in micro-mammal abundance on artificial nest predation in conifer plantations and adjoining deciduous forests, Forest Ecology and Management, 157, pp. 255-265.

Carignan, V., 2006, Détermination de la valeur écologique des forêts du sud-ouest du Québec pour l'avifaune sensible à la fragmentation, Thèse de doctorat, Université du Québec à Montréal, Montréal, Canada. 293 p.

Cogliastro, A., D., Lajeunesse, A., Bouchard, et M., Labrecque, 1991, Rapport préparé pat l’Institut de Recherche en Biologie Végétale de l’Université de Montréal pour la Communauté urbaine de Montréal, Division des parcs-nature. 66 p.

Cogliastro, A., D., Lajeunesse, G., Domon, et A. Bouchard, 1996, Programme de gestion des écosystèmes des parcs-nature de la Communauté urbaine de Montréal, Institut de Recherche en Biologie Végétale, Université de Montréal. 136 p.

Communauté urbaine de Montréal, 1987, Des parcs régionaux au réseau récréo- touristique, consultation sur la mise en valeur et l’avenir des parcs régionaux, Commission de l’aménagement, Service de Planification (CUM) et Inter-Actions. 61 p.

Communauté urbaine de Montréal, 1989, La Communauté urbaine de Montréal...naturellement, stratégie d’action pour les espaces naturels: grandes orientations, Service de la Planification du Territoire, 17 p.

Communauté urbaine de Montréal, 1991, Choix d’orientations, Service de la Planification du Territoire, CUM. 29 p.

Crawley, M., 2007, The R book, John Wiley & Sons Inc.

Domon, G., G., Vincent et A., Bouchard, 1990, Le Bois-de-Saraguay : mission et orientations, Jardin Botanique de la Ville de Montréal, 123 p.

Drapeau, P., 1993, Structure des communautés d'oiseaux et analyse distributionnelle des espèces le long d'un gradient d'habitats de la forêt feuillue du sud du Québec: déterminismes écologiques et variations stochastiques, Thèse de doctorat. Université de Montréal. Montréal, Canada, 279 p.

Drapeau, P., 1994a, Un programme de gestion des écosystèmes pour le réseau des parcs régionaux de la Communauté urbaine de Montréal, Rapport présenté à la Communauté Urbaine de Montréal, Division des parcs régionaux de la CUM, 44 p.

Drapeau, P., 1994b, Le suivi de la faune dans les parcs régionaux de la CUM et l’emploi d’un indicateur, l’avifaune, Rapport présenté à la Communauté urbaine de Montréal, Division des parcs régionaux de la CUM. 78 p.

Drapeau, P., 1995, Un protocole de suivi de l’avifaune dans les parcs-nature de la CUM, Rapport présenté à la Communauté urbaine de Montréal, Division des parcs-nature, 45 p. + Annexes.

Drapeau, P., 1997, Localisation des stations permanentes, modalités d’échantillonnage et compilation des résultats d’inventaires du Programme de Suivi de l’avifaune des parcs-nature de la CUM, Rapport présenté à la Communauté urbaine de Montréal, Division des parcs-nature, 13 p.

Drapeau, P., 2000a, Programme quinquennal de suivi de l’avifaune des parcs-nature de la CUM, Rapport présenté à la Communauté urbaine de Montréal, Division des parcs-nature, 35 p.

Drapeau, P., A., Leduc, J.-F., Giroux, J.-P. L., Savard, Y., Bergeron. et W. L., Vickery, 2000b, Landscape-scale disturbances and changes in bird communities of boreal mixed-wood forests, Ecological Monographs, 70, pp. 423-444.

Drapeau, P., Nappi, A., M., Saint-Germain, et L., Imbeau, 2009, Standing deadwood for keystone bird species in the eastern boreal forest: Managing for snag dynamics, The Forestry Chronicle, 85, pp. 227-234.

Drapeau, P., et P., Cadieux, 2016, Bois sénescent et communautés de vertébrés cavicoles, une diversité fonctionnelle à conserver dans les forêts du monde, dans Naturalité des eaux et des forêts. Vallauri, D., Chauvin, C, Brun, J.-J., Fuhr, M., Sardat, N., André, J., Eynard-Machet, R., Rossi, M., DePalma, J.-P. (coordonnateurs). pp. 85-94. Lavoisier, TEC & DOC. Paris, France.

Drapeau, P., A., Leduc, B., Jobin, L., Imbeau, et M., Desrochers, 2019, Chapitre 4 – Changements d’habitat et de répartition des oiseaux nicheurs d’un atlas à l’autre, dans M. Robert, M.-H. Hachey, D. Lepage et A.R. Couturier, (dirs), Deuxième Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional, Regroupement QuébecOiseaux, Service canadien de la faune (Environnement et Changement climatique Canada) et Études d’Oiseaux Canada, Montréal XXV + 694 p. pp. 35-55,

Dufault, D., 2007, Enclaves forestières décidues en matrice agricole et activité reproductrice d'une espèce aviaire sensible aux conditions d'intérieur de forêt, Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Montréal. Montréal, Canada.

Duquette, G., 2019, Tyran huppé, dans Deuxième Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional, M. Robert, M.-H. Hachey, D. Lepage et A.R. Couturier, (Direction de publication), Regroupement QuébecOiseaux, Service canadien de la faune (Environnement et Changement climatique Canada) et Études d’oiseaux Canada, Montréal, XXV + 694 p. pp. 344-345,

Fournier, D., 1998, Programme de protection d'arbres à faune, Direction des parcs et espaces verts. Ville de Montréal. 4 p.

Haché, S., et M.-A., Villard, 2010, Age-specific response of a migratory bird to an experimental alteration of its habitat, Journal of Animal Ecology 79, pp. 987–905.

Haché, S., M.-A., Villard, et E. M. Bayne, 2013, Experimental evidence for an ideal free distribution in a breeding population of a territorial songbird, Ecology, 94, pp, 861-869.

Hachey, M.-H., 2019a, Grive des bois, dans M. Robert, M.-H. Hachey, D. Lepage et A.R. Couturier, (dir), Deuxième Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional, Regroupement QuébecOiseaux, Service canadien de la faune (Environnement et Changement climatique Canada) et Études d’oiseaux Canada, Montréal, XXV + 694 p. pp. 434-435,

Hachey, M.-H., 2019b, Pioui de l’Est, dans M. Robert, M.-H. Hachey, D. Lepage et A.R. Couturier, (dir), Deuxième Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional, Regroupement QuébecOiseaux, Service canadien de la faune (Environnement et Changement climatique Canada) et Études d’oiseaux Canada, Montréal, XXV + 694 p. pp. 350-351.

Hachey, M.-H., 2019c, Viréo aux yeux rouges, dans M. Robert, M.-H. Hachey, D. Lepage et A.R. Couturier, (dir), Deuxième Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional, Regroupement QuébecOiseaux, Service canadien de la faune (Environnement et Changement climatique Canada) et Études d’oiseaux Canada, Montréal, XXV + 694 p. pp. 372-373,

Hanski, I., 1999, Metapopulation dynamics, Nature, 396, pp. 41–49.

Karr, J. et D., Dudley, 1981, Ecological perspective on water quality goals, Environmental Management, 5, pp. 55-68.

Lajeunesse, D., A., Cogliastro, G., Domon, et A., Bouchard, 1994a, Programme de surveillance des écosystèmes des parcs régionaux : le suivi des sites exceptionnels, Rapport préparé pour la Communauté Urbaine de Montréal, Division des Parcs-nature, Institut de recherche en biologie végétale de l’Université de Montréal. 45 p.

Lajeunesse, D., A., Cogliastro, G., Domon, et A., Bouchard, 1994b, Programme de surveillance des écosystèmes des parcs régionaux : suivi des interventions dans les communautés végétales terrestres, Rapport préparé pour la Communauté Urbaine de Montréal, Division des Parcs-nature, Institut de recherche en biologie végétale de l’Université de Montréal, 58 p.

Lajeunesse, D., A., Cogliastro, G., Domon, et A., Bouchard,1994c, Programme de surveillance des écosystèmes des parcs régionaux : le suivi de la fréquentation, Rapport préparé pour la Communauté Urbaine de Montréal, Division des Parcs-nature. Institut de recherche en biologie végétale de l’Université de Montréal, 55 p.

Lajeunesse, D., G., Domon, P., Drapeau, A., Cogliastro, et A., Bouchard A, 1995, Development and application of an ecosystem-oriented management approach for protected natural areas, Environmental Management, 19, pp. 481-495.

Legendre, P. et L. Legendre, 1998, Numerical Ecology, Elsevier Science, New York, USA.

Létourneau, V., 2019, Piranga écarlate, dans M. Robert, M.-H. Hachey, D. Lepage et A.R. Couturier, (dir), Deuxième Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional, Regroupement QuébecOiseaux, Service canadien de la faune (Environnement et Changement climatique Canada) et Études d’oiseaux Canada, Montréal, XXV + 694p. pp. 580-581.

Martin, K., K.E.H., Aitken, et K.L, Wiebe, 2004, Nest sites and nest webs for cavity-nesting communities in Interior British Columbia, Canada: Nest characteristics and niche partitioning, Condor, 106, pp. 5–19.

Merriam, G., 1988, Landscape ecology: the ecology of heterogeneous systems, dans M.R. Moss (dir), Landscape ecology and management, Polyscience publications, Montréal, pp. 43-50.

McGarigal, K. et W. C., McComb, 1995, Relationships between landscape structure and breeding birds in the Oregon coast range, Ecological Monographs, 65, pp. 235-260.

Nielsen, A. B., van den Bosch, M., Maruthaveeran, S., et van den Bosch, C.K. 2014. Species richness in urban parks and its drivers: A review of empirical evidence, Urban ecosystems, 17, pp. 305–327.

Norton, B.A., Evans K.L., et Warren, B.H. 2016. Urban Biodiversity and Landscape Ecology: Patterns, Processes and Planning, Curr Landscape Ecol Rep, 1, pp. 178–192.

Peterjohn, B. G., J. R. Sauer, et C. S., Robbins, 1995, Population trends form the North American breeding bird survey, dans . E. Martin & Finch. D.M. (dir), Ecology and management of neotropical migratory birds: A synthesis and review of critical issues, TOxford University Press, Oxford. 489 p. pp. 3-39.

Piuze, J., 2019a, Pic mineur, dans M. Robert, M.-H. Hachey, D. Lepage et A.R. Couturier, (dir), Deuxième Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional, Regroupement QuébecOiseaux, Service canadien de la faune (Environnement et Changement climatique Canada) et Études d’oiseaux Canada, Montréal, XXV + 694 p. pp. 330-331, ,

Piuze J., 2019b, Pic chevelu, dans M. Robert, M.-H. Hachey, D. Lepage et A.R. Couturier, (dir), Deuxième Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional, Regroupement QuébecOiseaux, Service canadien de la faune (Environnement et Changement climatique Canada) et Études d’oiseaux Canada, Montréal XXV + 694 p. pp. 332-333,

Poole, A. (coordonnateur), 2005, The Birds of North America Online, Cornell Laboratory of Ornithology, Itaca, NY.

Ralph, C. J. et J. M., Scott, 1981, Estimating numbers of terrestrial birds, Avian Biology no.6., Cooper Ornithological Society, Allen Press, Lawrence, Kansas. 630 p.

Robert, M. M.-H., Hachey, D., Lepage, et A. R., Couturier, 2019, Deuxième Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional. Regroupement QuébecOiseaux, Service canadien de la faune (Environnement et Changement climatique Canada) et Études d’Oiseaux Canada, Montréal, XXV + 694 p.

Robbins, C. S., D. K., Dawson, et B. A, Dowell, 1989, Habitat area requirements of breeding forest birds of the middle Atlantic states, Wildlife Monographs, 103, pp. 1-34.

Robinson, S. K., T F. R., Thompson III, T. M., Donovan, D. R., Whitehead, et J., Faaborg, 1995, Regional forest fragmentation and the nesting success of migratory birds, Science, 26, pp.: 1987-1990.

Rosenberg, K.V., R.W. Jr., Rohrbaugh, S.E., Barker, J.D., Lowe, R.S., Hames, et A.A., Dhondt, 1999, A land managers guide to improving habitat for scarlet tanagers and other forest-interior birds, The Cornell Lab of Ornithology. 23 p.

Sauer, J. R., J. E. Hines, et J. Fallon, 2008, The North American Breeding Bird Survey, Results and Analysis 1966 – 2007, Version 5.15.2008, USGS Patuxent Wildlife Research Center, Laurel, MD.

St-Georges, M., 2002, Inventaire quinquennal, 2001, de l’avifaune dans le réseau des parcs-nature, Rapport technique présenté à la Communauté urbaine de Montréal, G.R.E.B.E. inc.

St-Georges, M, 2007, Suivi de l’avifaune : inventaires pour le réseau des parcs-nature, 2005, Rapport présenté à la Direction des grands parcs et du verdissement de la Ville de Montréal, G.R.E.B.E. inc.

St-Georges, M., 2009, Inventaire quinquennal de l’avifaune des parcs-nature, 2007, Rapport présenté à la Direction des grands parcs et du verdissement de la Ville de Montréal, G.R.E.B.E. inc.

Toussaint, D., 2019, Cardinal à poitrine rose, dans M. Robert, M.-H. Hachey, D. Lepage et A.R. Couturier, (dir), Deuxième Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional, Regroupement QuébecOiseaux, Service canadien de la faune (Environnement et Changement climatique Canada) et Études d’oiseaux Canada, Montréal, XXV + 694 p. pp. 584-585

Villard, M.-A., & G., Merriam, et B. A., Maurer, 1995, Dynamics in Subdivided Populations of Neotropical Migratory Birds in a Fragmented Temperate Forest, Ecology, 76, pp. 27-40.

Villard, M.-A., 2019a, Paruline couronnée, dans M. Robert, M.-H. Hachey, D. Lepage et A.R. Couturier, (dir), Deuxième Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional, Regroupement QuébecOiseaux, Service canadien de la faune (Environnement et Changement climatique Canada) et Études d’oiseaux Canada, Montréal XXV + 694 p. pp. 520-521

Villard, M.-A., 2019b, Paruline bleue, dans M. Robert, M.-H. Hachey, D. Lepage et A.R. Couturier, (dir), Deuxième Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional, Regroupement QuébecOiseaux, Service canadien de la faune (Environnement et Changement climatique Canada) et Études d’oiseaux Canada, Montréal, XXV + 694 p. pp. 566-567

Villard, M.-A., 2019c, Grand Pic, dans M. Robert, M.-H. Hachey, D. Lepage et A.R. Couturier, (dir), Deuxième Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional, Regroupement QuébecOiseaux, Service canadien de la faune (Environnement et Changement climatique Canada) et Études d’oiseaux Canada, Montréal, XXV + 694 p. pp. 336-337

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Liste des oiseaux observés durant les inventaires par points d’écoute réalisés dans les parcs-nature entre 1997 et 2007 selon l'ordre alphabétique des noms français.

Nom français

Abréviation

Milieu*

OBS

Autour des palombes

AUPA

OUV

E

Balbuzard pêcheur

BAPE

OUV

P

Bécasse d'Amérique

BEAM

FJEU

Bécasseau à croupion blanc

BCBL

HUM

Bécasseau à échasse

BEEC

HUM

Bécasseau à poitrine cendrée

BEPC

HUM

Bécasseau de Baird

BEBA

HUM

Bécasseau minuscule

BEMI

HUM

Bécasseau semipalmé

BESP

HUM

Bécasseau variable

BEVA

HUM

Bécassine des marais

BEWI

HUM

E

Bec-croisé bifascié

BECB

FMAT

E

Bernache du Canada

BECA

HUM

Bihoreau gris

BIGR

HUM

E

Bruant à couronne blanche

BRCB

OUV

P

Bruant à gorge blanche

BRGB

GEN

Bruant chanteur

BRCH

OUV

Bruant des marais

BRMA

OUV

Bruant des prés

BRPR

OUV

P

Bruant familier

BRFA

OUV

Bruant hudsonien

BRHU

OUV

Busard Saint-Martin

BUSM

OUV

E

Buse à épaulettes

BUEP

FMAT

Buse à queue rousse

BUQR

OUV

E

Butor d'Amérique

BUAM

HUM

Canard branchu

CABR

HUM

Canard chipeau

CACH

HUM

Canard colvert

CACO

HUM

Canard d'Amérique

CAAM

HUM

Canard noir

CANO

HUM

Canard pilet

CAPI

HUM

Canard siffleur

CASI

HUM

E

Canard souchet

CASO

HUM

E

Cardinal à poitrine rose

CAPR

FGEN

Cardinal rouge

CARO

FJEU

Carouge à épaulettes

CAEP

OUV

Chardonneret jaune

CHJA

FJEU

Chevalier grivelé

CHGR

HUM

E

Chevalier solitaire

CHSO

HUM

Chouette rayée

CHRA

FMAT

Colibri à gorge rubis

COGR

FJEU

Cormoran à aigrettes

COAI

HUM

E

Corneille d'Amérique

COAM

GEN

Coulicou à bec noir

COBN

OUV

E

Crécerelle d'Amérique

CRAM

OUV

E

Engoulevent bois-pourri

ENBP

OUV

Épervier brun

EPBR

FMAT

Épervier de Cooper

EPCO

FMAT

Étourneau sansonnet

ETSA

GEN

Faucon émerillon

FAEM

OUV

Faucon pèlerin

FAPE

OUV

Fuligule à collier

FUCL

HUM

Fuligule milouinan

FUMI

HUM

Gallinule poule-d'eau

GAPE

HUM

Geai bleu

GEBL

FGEN

Gélinotte huppée

GEHU

GEN

E

Goéland à bec cerclé

GOBC

HUM

Goéland argenté

GOAR

OUV

P

Goéland marin

GOMA

OUV

Goglu des prés

GOPR

OUV

Grand Chevalier

GRCH

HUM

Grand Corbeau

GRCO

GEN

Grand Harle

GRHA

HUM

Grand Héron

GRHE

HUM

Grand Pic

GRPI

FMAT

Grand-duc d'Amérique

GDAM

FMAT

Grèbe à bec bigarré

GRBB

HUM

E

Grimpereau brun

GRBR

FMAT

Grive à dos olive

GRDO

FMAT

Grive des bois

GRBO

FMAT

Grive fauve

GRFA

FJEU

Grive solitaire

GRSO

FGEN

Gros-bec errant

GRBE

FMAT

E

Guifette noire

GUNO

HUM

Harle couronné

HACO

HUM

Harle huppé

HAHU

HUM

Héron vert

HEVE

HUM

Hibou moyen-duc

HIMD

FMAT

Hirondelle à ailes hérissées

HIAH

OUV

E

Hirondelle à front blanc

HIFB

OUV

Hirondelle bicolore

HIBI

FJEU

Hirondelle de rivage

HIRI

HUM

Hirondelle noire

HINO

OUV

Hirondelle rustique

HIRU

OUV

Huart à collier

PLHU

HUM

Jaseur d'Amérique

JAAM

FJEU

Junco ardoisé

JUAR

FJEU

P

Marouette de Caroline

MACA

HUM

Martinet ramoneur

MARA

OUV

Martin-pêcheur d'Amérique

MPAM

HUM

Merle d'Amérique

MEAM

OUV

Merlebleu de l'Est

MEES

OUV

E

Mésange à tête noire

METN

FGEN

Moineau domestique

MODO

OUV

Moqueur chat

MOCH

OUV

Moqueur polyglotte

MOPO

OUV

Moqueur roux

MORO

OUV

Moucherolle à ventre jaune

MOVJ

GEN

Moucherolle des aulnes

MOAU

OUV

E

Moucherolle des saules

MOSA

OUV

E

Moucherolle phébi

MOPH

GEN

Moucherolle tchébec

MOTC

FGEN

Oie des neiges

OINE

HUM

Oriole du Nord

ORBA

OUV

Paruline à calotte noire

PACN

OUV

E

Paruline à calotte rousse

PACR

FMAT

P

Paruline à collier

PACL

FMAT

Paruline à croupion jaune

PACJ

FMAT

Paruline à flancs marron

PAFM

FJEU

Paruline à gorge noire

PAGN

FMAT

Paruline à gorge orangée

PAGO

FMAT

Paruline à joues grises

PAJG

FJEU

Paruline à poitrine baie

PAPB

FMAT

Paruline à tête cendrée

PATC

FMAT

Paruline azurée

PAAZ

FMAT

P

Paruline bleue

PABL

FMAT

Paruline couronnée

PACO

FMAT

Paruline des pins

PAPI

FMAT

P

Paruline des ruisseaux

PARU

FMAT

Paruline du Canada

PACA

FJEU

Paruline flamboyante

PAFL

FGEN

Paruline jaune

PAJA

OUV

Paruline masquée

PAMA

OUV

Paruline noir et blanc

PANB

GEN

Paruline obscure

PAOB

GEN

Paruline rayée

PARA

FMAT

Paruline tigrée

PATI

FMAT

P

Paruline triste

PATR

FJEU

Paruline verdâtre

PAVE

FJEU

P

Passerin indigo

PAIN

FJEU

E

Perdrix grise

PEGR

OUV

Petit blongios

PEBL

HUM

E

Petit Chevalier

PECH

HUM

P

Petit Fuligule

PEFU

HUM

Petit Garrot

PEGA

HUM

Petit-duc maculé

PDMA

FMAT

P

Petite Buse

PEBU

FMAT

E

Pic à tête rouge

PITR

OUV

E

Pic à ventre roux

PIVR

FMAT

Pic chevelu

PICH

FMAT

Pic flamboyant

PIFL

FJEU

Pic maculé

PIMA

FMAT

Pic mineur

PIMI

FGEN

Pigeon biset

PIBI

OUV

P

Pioui de l'Est

PIES

FMAT

Piranga écarlate

PIEC

FMAT

Pluvier kildir

PLKI

HUM

E</s

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Drapeau et Maxime Allard, « Les parcs-nature de la ville de Montréal, des refuges de diversité aviaire?  »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 36 | Décembre 2022, mis en ligne le 05 septembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/37666 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.37666

Haut de page

Auteurs

Pierre Drapeau

Département des Sciences Biologiques, Centre d’étude de la forêt, Université du Québec à Montréal, Montréal, Québec, Canada, courriel : drapeau.pierre@uqam.ca

Maxime Allard

Environnement Faucon, Division environnement – consultation, St-Lazare, Centre d’étude de la Forêt, Université du Québec à Montréal, Montréal, Québec, Canada, courriel : maxime@falconenvironmental.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Les Éditions en environnement VertigO
  • Logo Institut des sciences de l'environnement
  • Logo FQRSC
  • Logo SSHRC CRSH
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search