Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 1 Numéro 1Section couranteEnvironnement: recherche et inter...

Section courante

Environnement: recherche et intervention

Mario Richard et Catherine Garnier

Notes de l’auteur

Les auteurs remercient Éric Duchemin et Marie-Pascale Sassine pour leur participation à l'écriture de cet article.

Texte intégral

   "Un Institut pour accroître notre potentiel d'intervention. L'Université souhaite ainsi améliorer la qualité de ses services et accroître son potentiel d'intervention en matière d'environnement, en vue de répondre de façon plus complète et plus efficace aux besoins de la collectivité." (Lucotte, 1999)

L'environnement: concept et perspective

  • 1  Nous différencions une problématique qui, en rapport à un thème, est constituée d'un ensemble d'hy (...)

1Toute revue de la littérature ou problématisation ayant comme concept central l'environnement met en lumière deux points essentiels. D'abord, que ce champ de recherche ne fait pas l'objet, par le monde de la recherche scientifique, d'une appartenance disciplinaire exclusive mais qu'il est plutôt traité via une multiplicité de points de vue qui relèvent de l'ingénierie, de la technologique ou encore de positions théoriques ou méthodologiques (disciplinaires ou non). Ensuite, que ce champ de recherche prend son sens dans un processus d'ancrage social impliquant différents groupes d'actrices et d'acteurs, dont nous relevons ici deux types, selon qu'ils sont considérés comme interne ou externe au milieu scientifique. Les premiers proviennent de la communauté scientifique et agissent comme "expert". Ce groupe, occupe une place sans cesse croissante dans l'élaboration des problématiques1 environnementales (Little, 1999) et ne peut être caractérisé uniquement par des positions relevant de la logique ou de la méthode dans la mesure où une telle vision aurait pour effet d'éliminer les considérations historiques de leur développement et leurs pratiques spécifiques (Schwandt, 1990). Les seconds, plus souvent perçus comme des "manifestants", seraient ceux qui vivent les problèmes environnementaux. Désignés comme "groupe de pression", ceux-ci tenteraient ainsi de répondre, c'est à dire qu'ils seraient en réaction, à la prédominance de la professionnalisation et de l'expertise pour rompre avec cette dichotomie centrale de nos sociétés entre ceux qui savent et imposent leur savoir et ceux qui ne peuvent que le subir.

  • 2  Voir Morin (Morin, 1990; Morin, 1991; Morin, 1994) pour un développement plus complet sur la quest (...)

2Or, plus que simple réponse, cette "réaction" s'inscrit dans le cadre d'un processus interactif et interdépendant qui vise d'une part, à influencer le processus même d'élaboration des problématiques environnementales mais d'autre part à s'approprier cette expertise scientifique qui définit, prend en charge et modèle. De cette diversité de points de vue (scientifique et de sens commun), émerge ce qui donne aux problématiques environnementales ce caractère de complexité nous obligeant à reconnaître le "rôle premier du sujet connaissant dans l'acte de construction de la connaissance" (Le Moigne, 1995) p.972 . C'est aussi cette reconnaissance du rôle des individus qui permet le passage d'une notion de "population" définie uniquement comme un ensemble d'individus et représentée par l'individu "moyen", à une perspective de reconnaissance du collectif en tant que groupe humain social et historique (Almeida-Filho, 1995).

3Cette revue de la littérature, prenant le concept d'environnement comme point d'ancrage, souligne donc qu'une perspective environnementale est marquée par:

  1.  l'absence de consensus sur la nature des problèmes (conceptualisation contingente);

  2.  des approches compréhensives et explicatives multidimensionnelles (par exemple, les problèmes planétaires sont à mettre en lien avec les problèmes à l'échelle de l'humanité et les problèmes locaux avec des groupes évoluant à l'échelle locale) et multirationnelles (logiques déductives, inductives, systémiques, spiritualité, etc.). Enfin, à ces flottements ontologique, théorique ou méthodologique s'ajoute la présence de valeurs et de croyances obligeant ainsi une contextualisation dans l'ici-et-maintenant c'est à dire inscrit dans le temps et dans l'espace.

  • 3  Pour aider à comprendre, Bateson (Bateson, 1979, p.139) donne comme exemple, le cas de la vision b (...)

4Dans un premier temps, il semble donc, à la lumière de ce qui précède, que l'ancrage social sera de toute première importance lorsqu'il s'agira de décrire ou d'expliquer "scientifiquement" une problématique environnementale et surtout lorsque celle-ci prend son origine dans l'idée de risque, de danger ou de menace (que se soit à la santé ou à la survie de l'humain, de la planète, etc.) (Jollivet & Pavé, 1993). Dans un deuxième temps, reconnaître la complexité des problématiques environnementales (diversité des rapports existants entre les individus et entre les individus et leur environnement) c'est aussi reconnaître l'action, c'est à dire les processus mis en place par les individus pour combler leurs besoins, leurs désirs ou leur volonté à un moment donné et dans un environnement déterminé. Enfin, cette perspective d'analyse faite à partir du "rapport à" permet d'avoir accès à une autre dimension, puisqu'une "relation est toujours le produit d'une double description3" .

L'environnement: action et intervention

  • 4  À ce sujet il est intéressant de noter que le débat académique opposant les sciences de la nature (...)
  • 5  Voir Moscovici (Moscovici, 1972; Moscovici, 1974).
  • 6  "Objectivation": un processus qui:

5Intervenir dans le cadre d'une problématique environnementale obligerait donc à considérer ces processus de construction (de différents acteurs), actifs et organisés, dans leur ensemble, c'est à dire à se préoccuper des sources, des conséquences et du déroulement, l'absence de l'une de ces trois dimensions faisant perdre le sens aux deux autres (Jollivet & Pavé, 1993). Pour parvenir à saisir ces processus nous ciblons le "rapport" entretenu par les individus à leur environnement et évitons ainsi de cibler un objet "naturalisé", c'est à dire donné pour réel et immuable4 . Nous postulons donc que c'est dans l'interaction entre le sujet (observateur scientifique ou non) et l'objet (une problématique environnementale) que se crée la réalité des choses. Cette réalité peut ainsi devenir "histoire humaine de la nature" (Moscovici, 1968) n'excluant pas, du moins conceptuellement, les interventions ou changements faits par l'humain (activité anthropique) mais les intègre et considère l'humain-acteur comme "créateur et sujet de sa nature5" . En résumé et de ce point de vue interactionniste, toute problématique environnementale est constituée d'une part de l'attention que porte les individus (observateurs scientifique ou non) à un objet (problématique environnementale) et d'autre part, de l'aspect "signifiant" qui construit (l'actrice ou l'acteur agissant via son groupe), en conférant des significations à ce même objet. À noter qu'il ne s'agit pas pour nous de questionner l'existence ou la réalité de l'objet mais plutôt d'observer le processus de construction sociale de cette réalité ou "objectivation6" . C'est aussi par cette perspective que la chercheure ou le chercheur devient actrice ou acteur, c'est à dire que cette perspective théorique lui donne la possibilité de se positionner de façon à "entrer à l'intérieur d'un système de relations en cours, de se placer entre ou parmi des personnes, des groupes ou des objets dans le but de les aider" (Argyris, 1970).

6En ciblant un système de relations, l'intervention devient un processus d'apprentissage habilitant les actrices et les acteurs à la gestion et à la prise de position face à des risques plutôt qu'à un processus normatif visant l'élimination d'un problème matériel par un expert externe. Par cette place de première importance accordée aux individus, il est possible de les aider à augmenter leur confiance en eux-mêmes pour trouver des solutions "viables" pour elles et pour eux et, en bout de piste, réduire leur dépendance à l'égard de cet intervenant expert. D'un point de vue éthique, cette position peut contribuer à la réduction du phénomène de manipulation, puisque les individus sont parties prenantes et que la problématique environnementale n'est plus "donnée" mais "construite". Dans ce cadre, une problématique environnementale devient un système ouvert, défini par les actrices et les acteurs eux-mêmes, à partir de leurs besoins, leurs désirs ou leur volonté à un moment donné et dans un contexte déterminé.

7Cette façon d'aborder l'intervention correspond à un déplacement qui va d'un modèle "mécanique" visant une participation normalisée et réplicative (via une interprétation experte externe qui utilise les étapes classiques d'identification des risques, d'évaluation et de contrôle) à un modèle "organique" visant une participation consensuelle et l'appropriation de savoirs émergents augmentant l'influence que peuvent avoir les actrices et les acteurs à toutes les phases de la recherche (Blin, 1997). Le premier modèle correspond à celui du détective sophistiqué qui, par l'utilisation d'une méthodologie scientifique et les confirmations venant d'autres détectives sophistiqués comme lui, découvrent et infèrent sur la situation de l'actrice et de l'acteur; un processus pouvant mener, nous semble-t-il, à une situation de dépendance: on demande à l'actrice ou l'acteur de s'engager dans un projet. À l'opposé, le modèle organique fait que l'individu qui intervient et l'actrice ou l'acteur sont liés dans un processus de génération de données (observation), d'analyses et d'inférences qui découlent de ces observations (interprétations) et de vérifications qui s'effectuent par consensus mutuel; l'actrice ou l'acteur s'engage à construire un projet.

À titre d'exemple: violence au travail

Le problème qui nous était posé

8Au cours de la dernière décennie, des recherches ont mis en évidence une forte prévalence d'événements violents dans les environnements de travail du secteur de la santé et des services sociaux nord américains. Par ailleurs, les études s'intéressant à la prévention de ce type d'événements se sont surtout concentrées à prescrire des normes de comportements individuels et sur l'élaboration de contrôles techniques pour éliminer cette violence. Cette centration experte sur le sujet (comportement de l'individu) et sur l'objet (la violence) a eu pour conséquence d'ignorer d'une part, les rapports entre l'individu et la violence, c'est à dire la relation entre le sujet et l'objet et d'autre part, les savoirs d'expérience. Enfin, l'inconsistance des résultats de la recherche amène maintenant les scientifiques à questionner l'interaction des personnes avec leur environnement (Winett, 1998, Harris & Morrison, 1995).

  • 7  En accord avec les intervenantes, nous avons procéder à un échantillonnage respectant les groupes (...)
  • 8  L'environnement de travail de ces groupes n'est pas "fermé", c'est à dire qu'il ne prend pas la fo (...)

9Afin de dépasser ce modèle de prévention basé sur l'expertise, la normativité des comportements et les contrôles techniques, nous avons mis sur pied un dispositif d'intervention (action-recherche) visant à considérer les processus psychosociaux à travers lesquels une signification est attribuée. L'hypothèse de travail utilisée stipule qu'en s'appuyant sur l'expérience, en tant que processus d'attribution de sens, il serait possible de remanier ce rapport à des phénomènes qui se diversifient de manière complexe (en fonction de l'individu et/ou du groupe considéré dans le temps et l'espace). L'objectif poursuivi était donc de mettre en lumière les sens attribués, à l'environnement de travail, lors de situations perçues comme potentiellement violentes, par des intervenantes 7oeuvrant à domicile8 .

Le positionnement théorique

10Afin de réaliser l'objectif, visant à considérer la complexité du phénomène et à exercer l'apprentissage (c'est à dire la capacité de changer ou de corriger le processus d'apprentissage lui-même et non pas les "mauvaises" réponses pour de "bonnes" réponses), nous avons utilisé une approche systémique inspirée des épistémologies constructivistes. L'épistémologie de la systémique questionne la complexité en proposant une démarche et des méthodes de représentation et de modélisation qui contribuent au décloisonnement des domaines de recherche (objectif du programme d'études doctorales en sciences de l'environnement de l'UQAM) et à la définition des relations ou propriétés émergentes plutôt qu'aux choses. Ensuite, l'approche systémique prétend apporter à l'action une aide conceptuelle et méthodologique permettant l'obtention de résultats plus satisfaisants en s'adressant aux problèmes de l'expérience, de l'acquisition des connaissances et de l'intervention sur l'environnement (Le Gallou, 1992). Pour sa part, la perspective constructiviste postule que la connaissance est intimement reliée à l'action et à l'expérience du sujet sur les objets. Inspiré de la perspective piagétienne, les structures mentales seraient constituées de formes d'équilibre dont chacune est un progrès sur les précédentes (Garnier, Bernarz, & Ulanovkaya, 1991). Au contraire d'une perspective positiviste qui voit les processus comme tirées du sujet (bosse des maths) ou de l'objet (faits objectifs), le constructivisme insiste sur les interactions indissociables entre sujet et objet (contexte et interaction) (Lavallée, 1996).

"L'intelligence (et donc l'action à connaître) ne débute ainsi ni par la connaissance du moi, ni par celle des choses comme telles, mais par celle de leur interaction; c'est en s'orientant simultanément vers les deux pôles de cette interaction qu'elle organise le monde en s'organisant elle-même" (Piaget, 1937-1977).

11Notre objet, contrairement à ce qui est présenté dans la littérature classique, c'est à dire la "violence" présente dans les comportements individuels ou dans l'environnement (les deux termes étant souvent mis côte à côte pour former le couple maudit des "comportements violents") devient plutôt le produit du rapport impliquant des personnes et des environnements.

Le dispositif d'intervention: une action-recherche

12Le dispositif d'intervention ou d'action-recherche mis sur pied accorde la priorité au travail de terrain c'est à dire qu'il s'adresse à l'action et s'inscrit dans l'action. Il a pour objectif de chercher des alliances "entre des partenaires pour conduire une action ayant des visées de modification, d'aménagement, de changement, de restructuration et une production de conceptions et de théories donnant sens aux processus et aux mécanismes en jeu"(Rouchy, 1998, p.19). Nous avons choisi nous-même les situations à étudier et qui semblaient intéressantes de traiter dans le but éventuel de faire l'analyse de certains événements et de leur signification. Le postulat derrière ce dispositif est qu'il génère des données (ici textuelles) en même temps qu'il entraîne des modifications et des ajustements des pratiques simultanément à un processus d'élaboration des significations. Outre ces changements, l'objectif de l'intervention était aussi que la réflexion sur le travail aille au-delà de chaque situation particulière (individuelle). Enfin, en s'adressant à ce qui se passe au plan du travail quotidien et des savoirs de sens commun, il devient possible de traiter, au plan pratique, le rapport qu'entretiennent les différents groupes avec les différents environnements de travail.

13En concordance avec ce dispositif d'intervention et sur les bases de la perspective théorique ci-haut mentionnée, nous avons entrepris cette action-recherche, de nature participative, en misant sur les connaissances pratiques ou de sens commun. La recherche ne visait pas l'élimination du phénomène (violence dans l'environnement de travail), ni de comportements problèmes mais plutôt un changement dans la "façon de voir" cet environnement. Plus théoriquement, ce changement touche aux théories construites par les intervenantes pour appréhender leur environnement de travail et y mettre en place des pratiques préventives viables. Concrètement, il s'agissait d'explorer les représentations et les pratiques sociales liées à ce modèle professionnel qui accepte la violence comme "faisant partie de la job" ou comme une composante "normale" du travail. Des observations participantes nous ont permis de mieux comprendre le travail et des entrevues-échanges de recueillir des pratiques langagières visant à rencontrer le sens de l'événement violent (et de sa prévention) tel que construit par les salariées. Les résultats attendus étaient à l'effet d'améliorer la performance dans l'agir et la communication face aux pressions de l'environnement de travail.
Quelques résultats Même si la discussion des résultats dépassent l'objectif de ce papier, disons tout de même que l'action-recherche a permis de créer et de partager un cadre de référence commun habilitant les intervenantes à bonifier leurs stratégies mais aussi à proposer, concevoir et mettre en place des mesures préventives viables face à des environnements qualifiés de potentiellement violents. Ces mesures se sont concrétisées à l'intérieur d'une procédure administrative concernant la sécurité du personnel oeuvrant à domicile et en interaction avec les bénéficiaires de soins et de services. Envisagées comme un répertoire possible de solutions, elles se sont traduites par deux outils spécifiques: un algorithme décisionnel et une grille d'évaluation des risques d'agression (Richard, à paraître). Ces premiers résultats découlent de l'intervention.

  • 9  Analyse préliminaire faite à partir des savoirs constitutifs d'une représentation sociale: l'attit (...)

14La partie recherche a permis de recueillir, via le discours des intervenantes, des données textuelles qui ont fait l'objet d'analyses préliminaires faites à partie de la théorisation des représentations sociales. Nos premiers résultats soulignent, pour tous les groupes, une prédominance des savoirs d'expérience sur les savoirs scientifiques ou spontanés9 , ce qui nous amène à poser l'hypothèse que les représentations sociales, d'un environnement de travail potentiellement violent et des pratiques préventives élaborées par les intervenantes, seraient relatives à l'activité de travail et à l'identité professionnelle comme groupe spécifique. En conséquence, toute description ou explication d'une problématique environnementale, surtout lorsque celle-ci prend son origine dans l'idée de risque, de danger ou de menace, devrait recueillir les représentations de groupes bien définis (et non pas un groupe moyen ou fictif) afin que les mesures préventives élaborées soient en accord avec les représentations et pratiques sociales de ce groupe.

Conclusion

15Nous avons tenté, dans ce court texte, de tracer les lignes directrices d'un dispositif d'action- recherche permettant d'établir des liens entre des individus, entre des individus et leurs environnements mais aussi entre la recherche et l'intervention. D'une part, l'établissement de ce type de liens nous apparaît comme une nécessité dans la mesure où l'environnement comme concept est devenu un élément où les divergences fondamentales et les incapacités d'action peuvent provoquer une déstabilisation sociétale fondamentale. D'autre part, puisque "prévenir implique connaître", la chercheure ou le chercheur en sciences de l'environnement a deux obligations: premièrement, dépasser l'inertie découlant des incertitudes scientifiques et techniques du moment et ne pas retarder l'adoption de mesures visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles; deuxièmement, il doit assumer l'aspect construit de cet environnement "naturalisé" et des problématiques formulées à son égard. Ceci implique bien sûr la considération de ce que l'on appelle la matière mais aussi de ce qui lui donne sa forme, l'esprit.

Haut de page

Bibliographie

Almeida-Filho, N. (1995). Les défis de l'épidémiologie latino-américaine. Ruptures, 2(1), 8-16.
Argyris, C. (1970). Intervention theory and method. Reading: Addison-Wesley.
Bateson, G. (1979). La nature et la pensée. Paris: Du Seuil Blin, J.-F. (1997). Représentations, pratiques et identités professionnelles. Paris: L'Harmattan.
Garnier, C., Bernarz, N., Ulanovkaya, I. (1991). Perspective sociale et constructiviste. École russe et occidentale. Bruxelles: De Boeck.
Guimelli, C. (Ed.). (1994). Structures et transformations des représentations sociales. (Vol. 3). Neuchatel: Delachaux et Niestlé.
Harris, D., & Morrison, E. F. (1995). Managing violence without coercion. Archives of Psychiatric Nursing, 9(4), 203-10.
Herzlich, C. (1972). La représentation sociale. In S. Moscovici (Éd.), Introduction à la psychologie sociale (pp. 303-325). Paris: Larousse.
Herzlich, C. (1986). Représentations sociales de la santé et de la maladie et leur dynamique dans le champ social. In W. Doise & A. Palmonari (Eds.), L'étude des représentations sociales (pp. 157-170). Neuchatel: Delachaux et Niestlé.
Jodelet, D. (1986). Fou et folie dans un milieu rural français: une approche monographique. In W. Doise & A. Palmonari (Eds.), L'étude des représentations sociales (pp. 171-192). Neuchatel: Delachaux et Niestlé.
Jollivet, M., & Pavé, A. (1993). L'environnement: un champ de recherche en formation. Natures- Sciences-Sociétés, 1(1), 6-20. Labonte, R., & Robertson, A. (1996). Delivering the goods, showing our stuff: the case for a constructivist paradigm for health promotion research and practice. Health Education Quaterly, 23(4), 431-47. Lavallée, A. (1996). Stratégie de gestion et complexité: une approche épistémologique et cognitive. Revue Internationale de Systémique, 10(1-2), 57-77.
Le Gallou, F. (1992). Nature et objectifs de la systémique. In F. Le Gallou & B. Bouchon-Meunier (Éds.), Systémique. Théorie et applications, Londres:Lavoisier. pp. 3-13.
Le Moigne, J.-L. (1995). Les épistémologies constructivistes. (Vol. 2969). Paris: PUF.
Little, P. E. (1999). Environments and environmentalisms in anthropological research: facing a new millennium. Annual Review of Anthropology(28), 253-284.
Lucotte, M. (1999). Le mot du directeur. Institut des sciences de l'environnement.
Morin, E. (1990). Science avec conscience. Paris: Seuil.
Morin, E. (1991). De la complexité: complexus. In F. Fogelman Soulié (Ed.) Les théories de la complexité. Autour de l'oeuvre d'Henri Atlan (pp. 283-296). Paris: Du Seuil.
Morin, E. (1994). La complexité humaine. Paris: Flammarion.
Moscovici, S. (1968). essai sur l'histoire humaine de la nature. Paris: Flammarion.
Moscovici, S. (Ed.). (1972). La société contre nature (10/18 éd.). (Vol. 678). Paris: Union Générale d'Éditions.
Moscovici, S. (Ed.). (1974). Hommes domestiques et hommes sauvages. (Vol. 894). Paris: Union Générale d'Éditions.
Piaget, J. (Ed.). (1937-1977). La construction du réel chez l'enfant (6e éd.).Neuchatel: Delachaux et Niestlé.
Richard, M. (à paraître). Changer le regard: une perspective systémique dans l'apprentissage et la santé au travail. Actualité de la Recherche Internationale des Sciences de l'Éducation.
Rouchy, J. C. (1998). Problématique de l'intervention. CONNEXIONS, 71, 11-27.
Schwandt, T. R. (1990). Paths to inquiry in the social disciplines. Scientific, constructivist, and critical theory methodologies. In E. G. Guba (Ed.), The paradigms dialog (pp. 258-76). Newbury Park: SAGE.
Winett, L. B. (1998). Violence - Constructing violence as a public health problem. Public Health Reports, 113(6), 498-507.

Haut de page

Notes

1  Nous différencions une problématique qui, en rapport à un thème, est constituée d'un ensemble d'hypothèses descriptives en rapport à une situation perfectible (contextualisation), d'un problème qui se rapporte à l'objet même de la recherche i.e. la situation demandant une décision.

2  Voir Morin (Morin, 1990; Morin, 1991; Morin, 1994) pour un développement plus complet sur la question de la complexité.

3  Pour aider à comprendre, Bateson (Bateson, 1979, p.139) donne comme exemple, le cas de la vision binoculaire permettant d'avoir accès à la profondeur.

4  À ce sujet il est intéressant de noter que le débat académique opposant les sciences de la nature à celles de la culture (traduit par la question de l'intégration des sciences sociales et humaines au programme de doctorat en sciences de l'environnement de l'UQAM) a plus souvent porté sur l'opposition entre matière et esprit.

5  Voir Moscovici (Moscovici, 1972; Moscovici, 1974).

6  "Objectivation": un processus qui:

  •     simplifie les éléments d'information relatifs à un objet;

  •     concrétise les notions en faisant correspondre des choses aux mots;

  •     résume à grand trait à partir d'une logique interne au groupe (Guimelli, 1994; Labonte & Robertson, 1996).

7  En accord avec les intervenantes, nous avons procéder à un échantillonnage respectant les groupes dits "naturels", constitués d'infirmières, d'auxiliaires familiales et sociales, de travailleuses sociales et d'ergothérapeutes/physiothérapeutes (N = Å60). Puisque cette population est majoritairement féminine, la suite du texte sera rédigée au féminin.

8  L'environnement de travail de ces groupes n'est pas "fermé", c'est à dire qu'il ne prend pas la forme d'un édifice précis (centre hospitalier, centre d'accueil, etc.). Ce sont, au contraire, des environnements ouverts (dans le temps et dans l'espace) dans la mesure où ceux-ci changent selon les bénéficiaires recevant les soins et de services.

9  Analyse préliminaire faite à partir des savoirs constitutifs d'une représentation sociale: l'attitude (préjugés ou savoirs spontanés), l'information (savoirs savants), et le champ de représentation (savoirs intégrés ou d'expérience) (Herzlich, 1986; Jodelet, 1986; Herzlich, 1972). Cette inquiétude naît avec une préoccupation croissante, au plan international, des effets du développement humain sur l'environnement. Il s'agit d'un des effets marquants de la mise à l'agenda de la question environnementale au sein de ce que Immanuel Wallerstein appelles le système-monde(Barbosa, 1993).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mario Richard et Catherine Garnier, « Environnement: recherche et intervention », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 1 Numéro 1 | avril 2000, mis en ligne le 01 avril 2000, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/4024 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.4024

Haut de page

Auteurs

Mario Richard

CIRADE-ISE-UQAM

Catherine Garnier

CIRADE-ISE-UQAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search