Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 1 Numéro 2Un tout petit bout de chemin

Un tout petit bout de chemin

Eric Duchemin

Texte intégral

1   Alors qu'au niveau international vient de se teminer la 13ième réunion des organes subsidiaires de la CCNUCC (Lyon, France) et que nous nous dirigeons vers la sixième réunion de la conférence des Parties (La Haye, Pays-Bas), au niveau canadien, la prochaine rencontre conjointe des ministres de l'environnement et de leurs collègues de l'Énergie (JMM) s'organise. Lors de cette rencontre, parrainé par le Québec, les ministres vont discuter de l'agenda canadien sur les changements climatiques. Cette recontre se tiendra le 16 et 17 octobre à Québec. Dans de nombreux pays de telles réunions vont avoir lieu afin de préparer les prochaines discussions – La Haye, 13 au 24 novembre - sur le Protocole de Kyoto, achevant ainsi les négociations et devant permettre l'entrée en vigueur du Protocole.

2Les teneurs des discussions lors de ce JMM porteront vraisemblement sur les crédits d'émissions et sur la répartition équitable entre les provinces de l'effort de réduction des gaz à effet de serre (GES). En effet le Québec à magiquement -sans plan d'action- réduit ces émissions tandis que l'Alberta a augmenté les siennes de plus de 20% par rapport à 1990. Le Québec a atteint ces objectifs et voudrait obtenir des crédits pour ses efforts. Toutefois, la province ne considére pas dans son bilan les GES émis par sa production énergétique hydraulique –95% de son énergie.Bien que les réservoirs hydroélectriques soient de plus en plus montrés du doigt comme une source non négligeable de GES par des scientifiques et des ONGe, ils ne sont pas considérés dans les méthodes d'évaluation nationale de GES.

Le Souffleur, juin 1998

Sylvain Martel

3Selon nous, ces différents politiques ou incertitudes sur les évaluations ne doivent pas occulter la nécessité au JMM d'une analyse de la validité de l'engagement du Canada vis-à-vis de la communauté internationale. Le Canada s'est engagé à réduire ces émissions de GES de 6%, soit 610 millions de tonnes de GES. Est-ce que cette quantité est suffisante et équitable? Rappelons que le Protocole de Kyoto rentrera en vigueur lorsque 55 pays représentant au moins 55% des émissions mondiales de GES seront signataires de la convention. Ce Protocole prévoit une réduction de 5,2 % de l'émission de GES au niveau de la planète, d'ici 2012, avec des taux différenciés par pays. Certes, à ce jour plus de soixante États, tels que l'Union européenne, le Japon et la Nouvelle- Zélande (ce groupe représente à lui seul 41% des émissions de gaz àeffet de serre des pays industrialisée), se sont engagés à ratifier à temps pour qu'il entre en vigueur avant 2002. Mais que ce soit lors de la conférence de 1998 à Buenos Aires ou en 1999 à Bonn, les pays pétroliers, ont tenté de bloquer la convention, et les Etats-Unis – premier émetteur mondial de GES – traînent les pieds en conditionnant la ratification aux résultats de la prochaine conférene de La Haye. Dans cette histoire le Canada ne fait pas nécessairement meilleure figure en proposant des "crédits" pour les pays ayant développés la filière nucléaire ou encore par le dépassement de 13 % des ces objectifs de stabilisation de ces gaz auquel il s'était engagé. Par ailleurs, les États-Unis, le Canada, et d'autrent pays plaident en faveur pour que la plantation d'arbres et que l'aide pour l'implentation de mécanisme de développement propre (MDP) dans les pays en développement soient créditées à leurs émissions nationales de GES. Différentes questions scientifiques et éthiques peuvent être soulevées par ces demandes. Dans un premier temps de nombreuses incertitudes sur la quantité de carbone fixée par une forêt en croissance et que est le devenir de ce carbone une fois usinée. En outre, une étude récente de l'Institut Max-Planck semble démontrer que les forêts vierges capteraient plus de CO2 que les forêts en repoussent. Dans un second temps, relier l'aide aux pays en développement à des impératifs économiques transforme complètement la "redistribution" des richesses. N'oublions pas que la bonne qualité de vie dont nous profitons dans les pays industrilisés provient de l'exploitation éhontée que nous avons faite des richesses mondiales ou encore de la contamination systématique de notre environnement.

4Nous pouvons nous demander si l'utilisation de tels crédits sont équitables et nécessaires pour atteindre l'objectif du protocole de Kyoto?

5Que cela soit pour l'importance des réductions nationales et de la redistrubution par régions ou encore pour l'ensemble des mécanimes de crédit, une objection majeure nous empèche de répondre par l'affirmative aux questions. Ici nous ne banalisons pas l'importance de cette redistribution ou des MDP. L'objection se retrouve dans l'évolution historique des discussions autour du Protocole de Kyoto. Tel que mentionné plus haut la réduction mondiale des émissions de GES dans le cadre du protocole de Kyoto sera de 5,2%, d'ici 2012. Mais à quoi cela correspond-il? À une stabilisation future du climat ou à un premier pas sur un long chemin qui sera semé d'embûches sociales-politiques-scientifiques- économiques. Lors de la conférence de Toronto en 1988: "The Changing Atmosphere: Implication for global security", les participants ont clairement recommandé une réduction de 80% des émissions, par apport à ceux mesurés durant la fin des années 1980, pour 2005. Encore selon ces experts, une réduction de 50% était nécessaire pour stabiliser les concentrations atmosphériques de GES. Cette réduction est 10 fois supérieure à celle du protocole Kyoto et nous devrons l'atteindre si nous désirons léguer un environnement viable pour les générations futures. Par cette démonstration, certe simpliste, il est certain que nous amorcerons, lors de la ratification du protocole de Kyoto, un cheminement long et incertain. En revanche, nous devons débuter avec une volonté claire et sans ambiguiété.

6Pour l'instant, nous devrions laissons tomber cette notion de crédit et réaliser ce minime bout de chemin avec des réductions concrètes. Des solutions technologiques et sociales existent et ne demandent qu'a être valorisées.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Le Souffleur, juin 1998
Crédits Sylvain Martel
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/4038/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Duchemin, « Un tout petit bout de chemin », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 1 Numéro 2 | septembre 2000, mis en ligne le 01 septembre 2000, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/4038

Haut de page

Auteur

Eric Duchemin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search