Navigation – Plan du site
2000

El Niño : Signal du réchauffement planétaire ?

Pascale Poussart

Entrées d’index

Lieux d'étude :

Amérique du Sud
Haut de page

Texte intégral

1Pendant les vingt dernières années, le climat terrestre a connu les deux El Niños les plus importants du vingtième siècle, soit en 1982 et en 1997. De plus, les observations climatiques suggèrent une augmentation non seulement en intensité mais aussi en fréquence des épisodes 'chauds' de "l' El Niño - Southern Oscillation" (ENSO) ainsi qu'une diminution en fréquence des épisodes 'froids' (La Niña) depuis 1976. Dans un contexte où la communauté scientifique se questionne intensément sur l'impact des activités anthropogéniques sur le climat, il n'est pas surprenant de voir l'émergence d'un débat portant sur l'existence et le caractère d'un lien entre le réchauffement de la planète et le comportement plutôt exceptionnel de la région équatoriale de l'océan pacifique durant les deux dernières décennies. Puisque ce débat se trouve encore au stage embryonnaire, l'adoption d'une opinion ferme sur la question semble encore prématurée, peut-être même imprudente. En effet, il existe des difficultés inhérentes à l'étude de l'interaction entre ENSO et le réchauffement climatique. De plus, il apparait assez clairement qu'une collaboration intime entre les disciplines d'observation et de modélisation sera nécessaire pour résoudre cette question.

2Afin d'illustrer les difficultés qui existent dans l'interprétation du couplage entre le réchauffement climatique et ENSO, une analogie avec le monde de la bourse peut être utile. L'évolution temporelle et géographique du système boursier est non seulement dictée par des courants politiques et socio-économiques mais est aussi influencée par des facteurs psychologiques qui affectent les principaux acteurs du système. Ceci étant dit, l'analyse du comportement de la bourse ainsi que le rôle respectif de chacune de ces influences, est une tache ardue sinon impossible puisque le résultat final n'est pas nécessairement une combinaison linéaire de ces facteurs mais plutôt le résultat d'interactions complexes entres les différents systèmes. Il en va de même pour ENSO, le réchauffement de la planète et autres phénomènes climatiques. De par leurs interactions, chacun de ces phénomènes subit l'influence physique des autres constituants du climat d'une façon qui est distincte de son comportement en isolation. Le triage de ces interactions complexes est en fait un des plus grands défis de la recherche en climatologie. Bien qu'une des motivations principales reliées à la quête de réponses aux questions du réchauffement climatique et au comportement de ENSO soit socio-politique,

3il reste que nos connaissances sur le sujet sont encore minimes. Les observations montrent que l’amplitude des El Niños varie considérablement d’un évènement à l’autre. Par conséquent, ces observations suggèrent que les mécanismes physiques responsables sont peut-être très sensibles à l'état initiale du système ("background state").

4Depuis plus d’une dizaine d’années, les programmes d’obtention de données climatologiques in situ dans l’océan tropical Pacifique tels que le World Ocean Circulation Experiment (WOCE) et le Tropical Ocean Global Atmosphere program (TOGA) jouent un rôle clé dans l’avancement d’une théorie portant sur la dynamique du couplage océan - atmosphère. De plus, la disponibilité et l’abondance de ces données permettent le développement d’une hiérarchie de modèles numériques ainsi que leurs validations et leurs interprétations. Bien que la modélisation soit l’approche préférée pour l’étude dynamique de ces phénomènes, la représentation de certains mécanismes physiques jouant un rôle important dans le climat, tels que la formation de nuages et la circulation océanique, est encore mal prise en cause. De plus, limités que nous sommes par la puissance de calcul disponible, il demeure difficile de développer un modèle climatique ayant la flexibilité et la capacité de simuler correctement ENSO et le réchauffement climatique. Alors que certaines études de modélisation basées sur les observations climatologiques des vingt dernières années suggèrent que le réchauffement progressif de l’atmosphère devrait causer des El Niños plus fréquents et plus intenses dans le futur, d’autres semblent annoncer l’inverse. Puisque les observations climatologiques ne remontent au mieux qu’au début du siècle, il est encore difficile de différencier la signature de la variabilité naturelle du climat de celle qui semble être dictée par l’influence anthropogénique. Par conséquent, une théorie portant sur l’étendue de l’impact du réchauffement climatique sur le comportement de l’ENSO ne peut à présent être valide que dans le cadre d’une rigueur statistique raisonnable.

5On ne saurait trop insister sur l'importance que revêt la compréhension de ces phénomènes car on entrevoit clairement que les modifications du climat pourraient avoir de graves répercussions économiques et socio-politiques. En vue d’accélérer le processus de déchiffrage du signal climatique, il apparait donc essentiel d'amplifier le réseau interdisciplinaire qui prend forme autour de cette problématique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Poussart, « El Niño : Signal du réchauffement planétaire ? », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 01 septembre 2000, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/4039 ; DOI : 10.4000/vertigo.4039

Haut de page

Auteur

Pascale Poussart

Laboratory for Geochemical Oceanography, Départment of Earth and Planetay Sciences, Université Harvard, Cambridge, États-Unis

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page