Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 1 Numéro 2Numéro Spécial: Changements clima...Quelles préoccupations la questio...

Numéro Spécial: Changements climatiques

Quelles préoccupations la question des changements climatiques suscite-t-elle ?

Évolution et transformation du discours chez trois groupes d’acteurs
Sophie Hamel-Dufour

Texte intégral

1Au fil des ans, les préoccupations environnementales se modifient, au gré des catastrophes et du traitement médiatique qui les entourent. Il en va de même quant à la manière d’aborder ces préoccupations au sein des différentes sphères de la société. Citoyens, militants, décideurs, industriels, scientifiques, tous ces acteurs voient leur discours, leurs actions se transformer selon l’information dont ils disposent et les liens qu’ils entretiennent entre eux. La mise en oeuvre québécoise de la Convention cadre sur les changements climatiques et du Protocole de Kyoto nous fournit de bonnes illustrations des changements qui semblent s’opérer dans la résolution des questions environnementales. Ce court article s’y intéresse tout particulièrement avec en première partie, une mise en contexte de l’étude. Suivra un bref survol historique de la situation internationale dans laquelle se situe notre recherche. Enfin, sera détaillé un portrait des prises de position et des changements notés trois groupes d’acteurs à l’étude, soit des membres de groupes écologistes, des gens de différents ministères provinciaux et fédéraux ainsi que des représentants d’associaitons industrielles pan-canadiennes.

Contexte de l’étude

2L’étude qui vous est présentée consiste en une réflexion préliminaire sur les transformations qui semblent émerger dans la gestion des questions environnementales. Elle se base sur une recherche réalisée à l’Université Laval et poursuit un questionnement déjà amorcé lors de nos études de baccalauréat.

La recherche initiale

3À l’Université Laval , et plus particulièrement au département de sociologie, fut menée entre 1994 et 1997, une recherche sur la place de la science dans les processus d’élaboration des politiques environnementales au Québec et au Canada en ce qui concerne la question des changements climatiques. Les chercheurs tentaient de saisir comment et par qui sont construites ces politiques. Plus de vingt-cinq personnes ont été rencontrées lors d’entrevues semi-dirigées. Ces acteurs ont été retenus, car ils s’occupaient du dossier des changements climatiques dans leur organisation respective. Ont été ciblées les grandes associations industrielles pan-canadiennes soit l’industrie de l’aluminium, de l’automobile, de l’électricité, des pâtes et papiers ; les ministères principalement concernés c’est-à-dire les ministères de l’environnement, des ressources naturelles, des transports ; et enfin les mouvements écologistes qui se penchaient sur la question. L’invitation à participer à l’étude a été faite sous un mode volontaire. Voilà ce qui explique que certaines associations ou organisations, tels les gens du pétrole et des transports au niveau fédéral ne font pas partie des gens interviewés faute d’avoir répondu à notre appel et que du même coup, les gens rencontrés se disent de manière unanime préoccupés par le dossier. Les entrevues portaient sur : le rôle du répondant dans l’organisation, la nature de la participation internationale et nationale de l’organisation, les interactions que l’organisation entretient ou développe avec les autres acteurs concernés, les types de solutions envisagées et enfin sur le rôle et la place de la science dans leur prise de position.

La recherche en cours

4À partir de cette banque d’entrevues, nous avons repris certains volets de la grille d’entretien afin d’identifier s’il semble ou non se dessiner des transformations dans la gestion des questions environnementales au Québec en gardant, comme trame de fond, le cas des changements climatiques. Nous avons privilégié les informations concernant la position de l’organisation quant aux changements climatiques, à la définition donnée du phénomène, aux les enjeux que cela leur pose et les solutions qu’ils entrevoient et enfin leur participation au processus québécois d’élaboration des politiques concernant les changements climatiques. Ainsi, en rassemblant les données qui se rapportent à chacune de ces thématiques par groupe d’acteur, il nous apparaît possible de tracer certains axes de réflexion quant à la manière dont les acteurs abordent la problématique des changements climatiques.

5Le cadre théorique utilisé est en partie issu des mouvements sociaux. Il s’agit de la modernisation écologique qui se penche plus particulièrement sur les transformations que connaît la gestion de l’environnement, tant au niveau des programmes politiques qu’au sein du milieu industriel. Les principaux auteurs s’intéressent au rôle des grandes institutions quant à la protection de l’environnement, au rapport qu’entretiennent ces grandes institutions avec la nature, leur participation sociale pour la régulation de la question environnementale et la place de l’innovation technologique comme solution aux problèmes environnementaux Nous pouvons aussi la comprendre comme un prolongment de la modernité aux prises avec des problèmes nouveaux, entres autres choses la crise écologique. Ces problèmes ont été portés par le mouvement écologiste, mais aussi les groupes scientifiques et professionnels. (Simonis, 1989, Guay, 1999).

Le poids de l’international

6N’eut été des grandes conférences internationales du début des années 1990, les changements climatiques ne susciteraient fort probablement pas aujourd’hui autant d’inquiétude chez les uns et ne constitueraient peut-être pas un si grand casse-tête diplomatique pour les autres. Il importe donc d’effectuer un bref retour en arrière afin de voir quels événements ont ponctué l’agenda politique de nos décideurs et de nos militants interviewés.

7En 1992, Rio recevait le Sommet de la Terre. La Convention cadre sur les changements climatiques (CCCC) y voit alors le jour. Les pays signataires s’engagent à partir de ce moment à stabiliser leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) au niveau de 1990 pour l’an 2000. Le Canada est du nombre de ces pays signataires. Il tentera de respecter son engagement via l’implantation d’un programme national de mesure des émissions de GES appelé Défi-Climat. Les organisations désireuses d’y participer n’ont qu’à envoyer une lettre d’intention précisant les moyens prévus pour stabiliser et comptabiliser leurs émissions de GES. À l’époque où l’étude de l’Université Laval s’est déroulée, bon nombre des participants sont des associations industrielles ou les entreprises qui en sont membres. Le gouvernement québécois a, lui aussi, instauré un programme de mesure des émissions des GES soit le programme Éco-Geste. Davantage axé sur les municipalités et les PME, il s’avère ainsi complémentaire du programme canadien, bien que parfois jugé comme un dédoublement par certains acteurs. La rencontre de Kyoto, en décembre 1997, est un autre moment clé dans le déroulement des négociations internationales, tout particulièrement en ce qui concerne notre recherche. En effet, l’ensemble des entrevues a été réalisé entre 1994 et 1997, soit entre Rio et Kyoto. Bien qu’il y ait eu différentes rencontres officielles et préparatoires entre ces deux dates, celles-ci constituent en quelque sorte les balises de réflexion de nos acteurs. Il va sans dire que de nombreux autres facteurs ont du influencer À Kyoto, un Protocole de mise en œuvre de la CCCC est élaboré ; il contient, entre autres, des propositions de mesures économiques, comme par exemple un marché d’émissions échangeables. Cependant, à ce moment là, il semble déjà évident que la plupart des pays signataires de la CCCC seront incapables de tenir leur engagement. Par conséquent, la menace de mesures plus drastiques, voire juridiques, inquiétaient grandement les industriels et certaines personnes du gouvernement comme nous le verrons plus loin.

Esquisse de transformations

8Bien que chaque personne rencontrée soit porteuse d’une vision propre à son organisation, nous avons regroupé le point de vue des répondants sous trois catégories en fonction de l’organisme qu’elle représente. Voilà pourquoi nous parlerons de groupes écologistes, de fonctionnaires et d’associations industrielles.

9De manière générale, nous avons pu remarquer que, peu importe le groupe d’acteurs, plus la date « fatidique » de Kyoto approchait, plus il semblait se créer un sentiment d’urgence, une nécessité de passer à l’action. Les répondants rencontrés en 1996 et 1997 faisant davantage référence à cette conférence et à ces conséquences que ceux interviewés entre 1994 et 1995.

Chez les écologistes

10De manière presque unanime, les groupes écologistes adoptent une position qui s'appuie sur le principe de précaution. Pour eux, il est clair que le phénomène des changements climatiques est enclenché, même si l'ampleur des impacts demeure inconnue. Voilà pourquoi, il vaut mieux faire « comme si » plutôt qu'attendre des certitudes scientifiques qui ne viendront pas. Ils souhaitent que leurs actions tendent, soit par la sensibilisation, le lobbying ou l'éducation, à forcer la prise de décision politique et la modification des comportements sociaux. En guise de solutions aux émissions de GES, ils préconisent l'imposition de taxes vertes, en particulier sur le carbone afin de diminuer la consommation de produits pétroliers. L'efficacité énergétique fait aussi partie des options qu'ils envisagent. Comme première étape, ils préconisent l'implantation de « no regrets policy ». Toutefois, selon Vaillancourt et Perron (1999) :

    « […] bien que très attentifs aux travaux de l’Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) quant aux conséquences écologiques du réchauffement de la planète, certains leaders de groupes verts du Québec évacuent de toute stratégie de réduction des gaz à effet de serre plusieurs des solutions proposées par l’IPCC et choisissent en priorité des solutions plus radicales. ».

11Cette prise de position plus radicale s’exprime, entre autres, dans nos entrevues au sujet des permis d'émission échangeables. En grande majorité, les répondants manifestent une opposition farouche à l'égard d'une régulation via le marché, bien qu'un d’entre eux ait souligné que la concurrence entre les entreprises pourrait favoriser la création d'alternatives viables. Enfin, d'aucun constate l'efficacité des mesures volontaires ; le passage vers des mesures plus coercitives semble alors aller de soi.

12Les principales transformations observées chez ce groupe nous viennent de l'aveu même des répondants. Ils sont très conscients des modifications que connaîssent leur discours, leurs manières de faire passer leur message. Désormais, plutôt que de ne parler que des problèmes environnementaux, en les identifiant et en présentant des preuves scientifiques, les écologistes préfèrent parler des solutions possibles. Selon les dires d'un répondant, la guerre de l'expertise-contre-expertise peut, en partie, être ainsi évitée, car il est bien difficile de critiquer la recherche de solutions viables et souhaitées. Enfin, eux-même constatent que la prédominance des arguments d'éthique, d'égalité, de respect semble avoir peu à peu céder le pas au discours économique.

Du côté du gouvernement

13Suite à la conférence de Rio, les gouvernements fédéral et québécois ont mis en place différentes instances chargées d'élaborer les politiques et programmes visant éventuellement la réduction des GES. Table ronde fédérale sur l'environnement et l'économie, groupe de travail et comité interministériel québécois sur les changements climatiques, réunion pan-canadienne des ministres de l'environnement et de l'énergie se sont alors penchés sur la question.

14Les fonctionnaires rencontrés faisaient partie du groupe de travail québécois sur les changements climatiques ou agissaient à titre de représentant du fédéral sur ce même comité. Certains d’entre eux ont dit parfois se sentir coincés entre ce qu'ils souhaiteraient pouvoir implanter comme mesures et ce qui est politiquement acceptable aux yeux de leur ministre. Un des répondants nous a expliqué qu'au Québec, même si la volonté politique avait été présente d'implanter des mesures plus drastiques pour la gestion des GES, le « faible » taux d'émission des GES sur le territoire ne l'aurait pas permis. À l’inverse, les ministères proches de l’industrie, tel que celui des ressources naturelles, appréhendaient des mesures plus drastiques ayant une incidence directe sur l’économie. Une autre des grandes difficultés rencontrées par les gens des gouvernements, est l'importance de ne pas réfuter ce qui vient d'être mis en place. Un acteur du milieu gouvernemental nous disait d’ailleurs : « Mais moi ce que je pense c'est qu'il faut faire des choses qu'on ne sera pas obligé de contredire plus tard. Comme se lancer dans les mesures d'adaptation, c'est vrai que c'est prématuré à l'heure actuelle. On ne sait pas quoi dire aux gens. [...] Donc il ne faut pas commencer dans les balivernes. »(1997). Enfin, même si la plupart d'entre eux ne croient pas à l'efficacité des mesures volontaires, ils s'en remettent bon gré mal gré au marché pour réguler les émissions de GES.

15Notre première observation en ce qui concerne les gens des ministères de l'environnement, pourrait se rapprocher de la situation vécue par les gens des groupes écologistes. Pour eux aussi, tant aux niveaux fédéral que provincial, le discours économique supplante les arguments de nature plus écologique. En fait, les gens de ces ministères font le constat que ce n'est pas leur ministère qui décide en matière de changement climatique, la problématique étant habituellement prise sous l'angle des ressources naturelles et de l'efficacité énergétique. À titre d’exemple : « On a deux co-chefs de la délégation représentant le ministère des Affaires extérieures et le Commerce international et Environnement Canada, mais en pratique tout est fait par Ressources naturelles Canada. ». (Acteur du milieu gouvernemental, 1997). Et d’un autre côté : « C'est sûr que, comme tu dis, il faut mettre nos souliers environnementaux en premier, mais on ne va pas bien bien loin juste avec les souliers environnementaux. Pour régler le problème à la source, on veut réduire les émissions. À ce moment là, c'est des questions énergétiques, c’est des questions sociales, c’est des questions économiques, de compétitivité entre les pays, entre entreprises. » (Acteur du milieu gouvernemental, 1996).

16La seconde transformation notée se rapporte davantage à la faible légitimité du ministère de l’environnement et à la vague de déréglementation que connaît le Québec. Un des répondants dira « qu'il est même devenu dégueulasse de faire des règlements. Les règlements se faisant plus rare, les interventions de contrôle et de vérification s'émoussent tout comme le pouvoir réel des ministères de l'environnement. Cette situation correspond aux difficultés de régulation de l’environnement par l’État identifiées par Lascoumes (1994). Il note que les politiques environnementales sont souvent un volet de d’autres politiques, ce qui en fait des politiques sans autonomie. En plus, les autres ministères bataillent pour avoir eux aussi leur programme en environnement et en quelque sorte, s’immiscer dans les champs de compétences du ministère de l’environnement, chacun souhaitant voir ses propres intérêts favorisés. Enfin, Lascoumes constate que, dans les faits, les programmes environnementaux consistent en un recyclage de vieux programmes ce qui contribuerait encore plus à la perte de légitimité des ministères de l’environnement.

Au sein du milieu industriel

17Chez représentants des associations industrielles rencontrés, il nous est apparu évident que la problématique des changements climatiques était devenue un questionnement incontournable. Cependant, il importe de mettre en perspective que l’environnement, voire les changements climatiques ne sont qu’une partie de leur tâches. Quelques-uns d’entre eux nous ont spécifié que l’industrie est une cible facile à pointer du doigt lorsque le gouvernement souhaite mettre en place des mesures « efficaces » et qui auront la faveur du public. En effet, les sources d’émission de GES semblent plus circonscrites au sein d’une industrie que dans la population en général. Cette situation a pour conséquence de rendre les gens de l’industrie un peu amers d’être encore et toujours identifiés comme de gros contributeurs d’émissions de GES, alors que les embouteillages, par exemple, sont aussi une grande source d’émissions.

18La plupart des acteurs rencontrés ont souscrit aux programmes national et/ou provincial de gestion des émissions de GES. Par ce geste ils s’engagent à comptabiliser et à réduire leurs émissions de GES. Dans les faits, cela s’illustre surtout par l’instauration de nouveaux procédés et le renouvellement de leur équipement. Les associations industrielles espèrent ainsi faire la preuve qu’elles sont de bons citoyens corporatifs et du coup démontrer l’inutilité de mesures plus coercitives, voire juridiques comme les normes et règlements. L’extrait suivant illustre bien cette prise de position en faveur des mesures souples : « Si tu ne respectes pas les objectifs fixés, c’est qui qui va être blâmé ? Pas le gars qui a fixé les objectifs qui est blâmé. C'est celui qui ne l'a pas réalisé alors qu'on n'a pas participé à la décision. C'est pour cela que là on va dire au gars " Écoutez, oui il faut réduire, mais il y a d'autres secteurs qui produisent plus que nous autres on va y aller suivant nos possibilités, suivant ce qu'on a fait " » (Acteur du milieu industriel, 1996).

19Devenue inévitable, la question environnementale en général semble avoir entraîné des modifications dans la planification des activités industrielles. En ce qui concerne les changements climatiques, certains répondants ont clairement évoqué l’importance de l’image publique comme motivation pour s’intéresser au dossier. Pour d’autres, la prise en compte de l’environnement devient une contrainte qui stimule une réponse innovatrice qui est bien souvent technologique. « Mais c'est pas la peur du changement climatique qui motivent nos actions, c'est avoir le meilleur produit possible, au meilleur coût possible produit dans les meilleures conditions environnementales possibles dans le cadre du développement durable. » (Acteur du milieu industriel, 1997). Ce type de solutions envisagées pour «verdir » l’industrie s’apparente à cette définition que donne Stephan Paulus de la modernisation écologique : « La modernisation écologique met l’accent sur la prévention, l’innovation et le changement structurel pour promouvoir un développement industriel respectueux de l’environnement [...] Elle s’appuie sur les technologies propres, le recyclage et les ressources renouvelables. » (selon Simonis, 1989). Fait nouveau également, si nous comparons avec les prises de position traditionnellement divergentes, nous avons observé le développement d’une coopération entre un groupe écologiste et une association industrielle qui a donné lieu à des ateliers de mesure des émissions des tuyaux d’échappement des automobiles un peu partout au Québec. Cependant, l’élément émergent qui nous semble être des plus révélateurs des transformations que semble connaître la gestion de l’environnement au Québec, est le paradoxe suivant : certaines industries adopteraient une position pro-réglementaire qui se rapproche des revendications traditionnelles des écologistes. En effet, bien que la plupart des industries lourdes rencontrées tiennent au maintien d’un cadre réglementaire faible nous pouvons supposé qu’au contraire, les industries « vertes » qui développent des technologies environnementales souhaiteraient un cadre réglementaire plus ferme. Ainsi, leurs produits pourraient être assurés d’une certaine mise en marché.

Conclusion

20En ce qui concerne les questions globales en matière d’environnement, le cadre d’action et de réflexion pour les acteurs nationaux nous apparaît être donné en grande partie par les conférences internationales comme Rio et Kyoto. Le respect des engagements liés aux conventions et protocoles fournissent l’occasion d’étudier comment les acteurs se positionnent et régulent les enjeux que leur posent les différentes problématiques environnementales. Pour chacun des groupes d’acteurs rencontrés, une transformation semble poindre : les écologistes usent de plus en plus des arguments économiques afin de faire entendre leur message auprès des décideurs privés et publics ; au sein du gouvernement, les ministères de l’environnement voient s’effriter leur légitimité d’action et leur pouvoir au profit des ministères proches du milieu de l’industrie ; enfin, au sein du secteur industriel il y a une tendance vers des modes de production plus performants au niveau environnemental. Ces différents éléments sont peut-être porteurs d’une modernisation écologique, au sens d’une réponse nouvelle aux problèmes environnementaux et qui nécessite des transformations chez les acteurs dans leur manière de penser et d’agir sur ces grandes questions (Guay, 1999 ; Mol et Spaargaren, 1992 ; Simonis, 1989). À notre avis, au-delà des transformations propres à chaque groupe, il nous apparaît que c’est dans leurs interactions et par l’acceptation de solutions pluridimensionnelles, voire multidisciplinaires, qu’une modernisation écologique pourrait prendre ancrage dans notre société.

Haut de page

Bibliographie

Guay, Louis, 1999. La modernisation écologique, rationalité et normativité, dans : Brigitte Dumas, Camille Raymond et Jean-Guy Vaillancourt (dirs), Les sciences sociales de l’environnement, Montréal. Les Presses de l’Université de Montréal. pp.33-49

Guay, Louis, 1994. La dégradation de l’environnement et l’institutionnalisation de sa protection, dans : Fernand Dumont, Simon Langlois et Yves Martin (dirs), Traité des problèmes sociaux, Québec. Institut québécois de recherche sur la culture. pp.81-103

Lascoumes, Pierre, 1994. L’éco-pouvoir : environnement et politiques. Paris. Éditions La Découverte. 317p.

Perron, Bertrand et Vaillancourt, Jean-Guy, 1999. Les changements climatiques (1990-1995) : sciences, normalité et société dans : Brigitte Dumas, Camille Raymond et Jean-Guy Vaillancourt (dirs), Les sciences sociales de l’environnement, Montréal. Les Presses de l’Université de Montréal. pp.95-119

Perron, Bertrand, Vaillancourt, Jean-Guy et Durand Claire, 1999. Les leaders des groupes verts et leur rapport aux institutions dans : Recherches sociographiques, XL, 3. pp. 521-549

Simonis, Udo. E., 1989. La modernisation écologique de la société industrielle : trois éléments stratégiques dans : Revue internationale des sciences sociales, 121, août 1989. pp.383-399

Spaagaren, Gert et Mol, Arthur P.J., 1992. Sociology, Environment, and Modernity : Ecological Modernization as a Theory of Social Change dans : Society and Nature Ressources, 5,4. pp.323-345

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Hamel-Dufour, « Quelles préoccupations la question des changements climatiques suscite-t-elle ? », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 1 Numéro 2 | septembre 2000, mis en ligne le 01 septembre 2000, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/4046 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.4046

Haut de page

Auteur

Sophie Hamel-Dufour

Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search