Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 1 Numéro 2Numéro Spécial: Changements clima...L’applicabilité sociale des solut...

Numéro Spécial: Changements climatiques

L’applicabilité sociale des solutions visant à parer au réchauffement climatique

Louis Guay

Texte intégral

1Pour faire face au défi des changements climatiques globaux, plusieurs solutions ont été envisagées. Celles-ci peuvent être regroupées en quelques catégories : solutions technologiques; solutions institutionnelles; modifications des conduites humaines ou « solutions comportementales ».

2Dans ce qui suit, nous examinerons brièvement la nature de ces types de solutions, en conservant à l’esprit les défis que chaque genre pose à la décision humaine et à l’adaptation des institutions et des conduites sociales. En quoi ces solutions sont-elles réalistes; applicables, à court ou à plus long terme; acceptables du point de vue social et culturel? En quoi supposent-elles des transformations institutionnelles qui ne peuvent se produire du jour au lendemain? Enfin, quels changements dans les rapports humains à la nature peuvent-elles susciter? Voilà les questions qu’il faut aborder, car le réchauffement climatique, s’il se produit, risque de provoquer des changements de conditions naturelles considérables dont les effets sur la vie humaine et les écosystèmes sont encore mal évalués.

Les solutions techniques

3Dans une civilisation technologique, le premier réflexe quand se pose un problème nouveau est de se demander s’il n’y aurait pas de solution technique. On a souvent constaté combien l’innovation technologique fait disparaître des problèmes sociaux qu’on aurait eu du mal à régler par d’autres moyens. Le plus bel exemple historique de cela, c’est la croissance économique animée par les changements techniques. Elle a souvent résolu des problèmes de justice et de répartition sociales qui ont confronté les sociétés humaines soucieuses de maintenir un équilibre entre ses membres.

4Plusieurs solutions techniques à grande échelle ont été avancées. Elles ont pour but, en présence d’un réchauffement terrestre dû à l’augmentation des gaz à effet de serre d’origine anthropique (GES), d’empêcher une partie des radiations solaires de pénétrer l’atmosphère, lui servant ainsi de contrepoids thermique. Parmi les plus connues, on peut citer : l’installation sur des orbites terrestres de panneaux bloquant et réfléchissant vers le cosmos les rayons solaires; l’épandage dans la basse ou la haute stratosphère de nuages de poussières; la stimulation de la formation de nuages par la production accrue de soufre. Ces solutions baptisées de « géo-ingénierie » ne sont pour l’instant que des vues de l’esprit qui, telle la guerre des étoiles », sont confinées à l’état de projet sur une table à dessin. Cela ne veut pas dire qu’il ne faille pas les prendre aux sérieux. Mais savoir si elles sont réalisables et, surtout, à un coût moindre que d’autres types de solutions, reste à voir.

5Deux solutions de géo-ingénierie apparaissent toutefois réalisables à l’aide des techniques d’aujourd’hui. Elles visent non pas à bloquer le rayonnement solaire, mais à séquestrer dans le sol et sur la croûte terrestre les GES produits par les activités humaines. La première a fait l’objet d’une attention particulière des gouvernements et de l’industrie. Il s’agit du reboisement à grande échelle. En effet, planter des arbres sur des surfaces déboisées, sur des surfaces dégradées et jusqu’alors libres de tout boisement dense apparaît comme une solution relativement aisée et peu coûteuse pour réduire le taux de GES dans l’atmosphère, notamment du gaz carbonique. Cela ne va toutefois pas sans problèmes. D’une part, cette solution est temporaire. Malgré son potentiel considérable, une fois les arbres rendus à maturité, la captation de gaz carbonique se stabilise. D’autre part, si le reboisement est assez bien amorcé dans les pays du Nord, en revanche, dans plusieurs pays du Sud, c’est le déboisement et la déforestation qui dominent. L’effet net pourrait, dans le proche avenir, être nul, à moins que ne soient radicalement modifiées les politiques forestières de nombreux pays, y compris dans des pays du Nord.

6Plus récemment, des ingénieurs ont proposé une méthode « toute ingénierie » de séquestration du gaz carbonique, principal gaz à effet de serre. Il s’agirait de séquestrer dans le sous-sol terrestre et dans le fond des océans le CO2 produit par la combustion des énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz naturel). Il suffirait de détourner, à la sortie des cheminées des usines, notamment les centrales thermiques, les GES vers des puits terrestres et océaniques. Au lieu de se retrouver dans l’atmosphère, les émissions de gaz rejetées par la combustion des énergies fossiles pourraient être acheminées vers des puits profonds et stables par des conduits ressemblant à des gazoducs actuellement utilisés pour le transport du gaz naturel. On enterrerait ainsi le problème... Cette solution paraît réalisable, mais on n’en connaît pas encore les coûts. Les auteurs pensent qu’elle ne devrait pas occasionner de changements techniques majeurs; elle exigerait seulement une adaptation des techniques existantes à des fins de captation et de séquestration du gaz carbonique et autres GES.

7Certes d’autres solutions techniques sont envisagées, qui constituent une gamme quasi inépuisable de changements techniques à opérer pour réduire les rejets dans l’atmosphère des GES. Les économies d’énergie viennent au sommet de la liste; elles sont, pour l’instant, principalement pensées en termes de solutions techniques : accroître l’efficacité de la combustion et du transport de l’énergie; réduire la quantité de matière utilisée dans les produits et procédés, ce qui diminue la quantité d’énergie nécessaire à les produire. Dans le domaine du transport, les solutions ne manquent pas; à titre d’exemple : production de véhicules plus légers; moteurs plus efficaces; accent mis sur le transport en commun; redéploiement du rail, pour le transport des marchandises, mais aussi des passagers; densification de la forme d’habitat humain; réduction des navettes quotidiennes en accélérant les changements dans l’organisation du travail par une utilisation plus intense des nouvelles technologies de l’information et le télétravail.

8Une des innovations les plus attendues est le remplacement du moteur à essence par un moteur mû par une source d’énergie non polluante. Le moteur électrique est sur les rangs, mais ses promesses sont limitées puisque les accumulateurs d’où le moteur tire son énergie doivent être alimentés par de l’énergie qui peut provenir des énergies fossiles. On ne fait alors que déplacer le problème à une source antérieure. La diffusion du moteur électrique dans les véhicules automobiles permettrait de réduire la pollution urbaine, mais pas forcément la pollution atmosphérique dans son ensemble. On fonde de grands espoirs sur le moteur à hydrogène, produit d’une réaction chimique entre oxygène et hydrogène, dont les rejets donnent de la vapeur d’eau. Les constructeurs d’autos sont dans la course pour mettre sur le marché cette technologie, attisés en partie par des lois antipollution de plus en plus strictes, comme en Californie qui a opté pour une pollution automobile proche de zéro dans un avenir très rapproché. Mais comment sera produit le combustible hydrogène? Nécessitera-t-il une grande quantité d’énergie d’origine fossile ? Les jeux technologiques ne sont pas encore complètement faits; il faut éviter de déplacer, dans le cycle de production complet, les problèmes d’une étape en aval à une autre en amont.

9Enfin, la substitution énergétique offre de grandes possibilités. Le passage de plus en plus marqué au gaz naturel en remplacement du charbon et du pétrole réduit la production de GES, mais ne l’élimine pas complètement. L’énergie nucléaire, propre du point de vue de la pollution atmosphérique, rencontre un mur à chaque fois qu’il est question d’en accélérer le développement. Le public, les groupes écologistes principalement, s’en méfie, en partie à cause des risques de défaillance aux conséquences très graves, mais surtout à cause du problème de l’élimination des déchets nucléaires qui n’ont pas encore trouvé de solution acceptable. Si la Commission mondiale sur l’environnement et le développement (1987) tentait de suggérer le nucléaire comme solution de transition, bien timides, sauf dans quelques rares pays, sont encore les développements de cette filière énergétique. À l’échelle mondiale, les prévisions annoncent que ce seront le pétrole et le charbon qui demeureront les premières sources d’énergie. Rien de bon à l’horizon pour le réchauffement climatique, en l’absence d’autres solutions!

Les solutions institutionnelles

10Toutes ces solutions sont possibles sur papier et mêmes alléchantes, mais il ne faudrait pas sous-estimer les autres changements qui doivent les accompagner. Par exemple, les intentions de favoriser une utilisation moins fréquente de l’auto reposent en grande partie sur ce que les économistes nomment la capacité de créer des incitations appropriées auxquelles les consommateurs réagiront. Les agents économiques seront portées à changer leurs comportements et leurs décisions, y compris leurs choix techniques, en présence d’incitations, notamment fiscales et monétaires. Il n’est pas sûr que la fiscalité gouvernementale, par exemple, soit actuellement conçue pour provoquer des changements vers des pratiques plus soucieuses de protéger l’environnement. Un rapport récent de la Table ronde nationale sur l’environnement et l’économie suggérait au gouvernement fédéral de revoir sa fiscalité pour amorcer le passage vers une collecte plus importante de « taxes vertes », comme une taxe sur le carbone (une écotaxation en quelque sorte), qui viendrait remplacer ou diminuer d’autres types de taxes, notamment les cotisations sociales et l’impôt sur le revenu. Toutefois, il n’est pas dit que le consommateur choisira de se conformer aux intentions des décideurs gouvernementaux et que ce qu’il économise d’une main ne sera pas dépensé de l’autre main pour contrer l’augmentation des prix des activités peu économes en énergie. Autrement dit, si le prix de l’essence augmente dû à une hausse de taxe et que l’impôt sur le revenu diminue en proportion égale à l’échelle nationale, le consommateur pourrait être tenté de continuer à utiliser son auto au même rythme qu’avant, de payer plus cher l’essence, mais avec l’argent économisé sur ses impôts ou ses cotisations sociales.

11Un des problèmes toutefois d’une réforme fiscale de cette envergure, déjà amorcée dans certains pays européens, et selon l’OCDE avec un certain succès, est la réticence qu’ont les électeurs à voir les taxes et les impôts augmenter. Il semble que beaucoup de citoyens aient quelque peu perdu confiance dans les gouvernements qui, à leurs yeux, pourraient être tentés d’augmenter les taxes sur le carbone en ne réduisant pas dans une même proportion les impôts ou d’autres taxes. Reste que ce problème de méfiance à l’égard des gouvernements est beaucoup moins vif aujourd’hui, depuis qu’ils affichent des surplus budgétaires. Il ne faudrait pas oublier non plus que tout ordre fiscal est un ordre politique négocié : beaucoup ont intérêt à maintenir, s’ils en profitent et s’ils se sont battus pour en obtenir des avantages, la structure fiscale existante. Si, en principe, les taxes vertes font du sens, il est à prévoir que leur implantation soit lente, comme le prouve la faible part qu’elles occupent dans la fiscalité gouvernementale quelque trois décennies après la prise de conscience de l’urgence d’agir sur le front écologique.

12La réforme de la fiscalité constitue un type de solution institutionnelle. La possibilité de la réaliser semble pour l’instant peu encourageante. Mais d’autres moyens peuvent être envisagés. Longtemps, les politiques environnementales se sont servies de la loi et de le réglementation pour atteindre leurs objectifs. Avec les lois nationales sur l’environnement, dont les premières sont apparues au tournant des années 1970, les solutions institutionnelles juridiques et normatives ont dominé. Les pouvoirs publics votaient des lois et élaboraient une réglementation qui édictaient des normes environnementales à respecter. Parfois, pour respecter et atteindre ces normes, les autorités gouvernementales imposaient aux entreprises un choix technique. Ainsi, pour réduire les émissions dans l’environnement de gaz et de matières polluants, les entreprises pouvaient être forcées d’adopter une technologie jugée par le décideur public comme la plus efficace au meilleur prix. Cette combinaison de critères économiques et écologiques a guidé la décision publique, qui a eu tendance à imposer une solution technique universelle, valable en quelque sorte pour tous. Or, les industriels ont souvent reproché aux décideurs publics de ne pas se mêler de leurs affaires, en bref qu’ils étaient mal placés pour juger de la meilleure solution technique, celle qui est la mieux adaptée, autant du point de vue économique que du point de vue du respect des normes environnementales, aux pratiques propres à chaque entreprise, voire à chaque établissement.

13C’est ainsi que sont nées des relations nouvelles entre les gouvernements, responsables de la définition des normes environnementales à respecter, et les industries obligées de s’y conformer. Ces relations s’appuient, pour ainsi dire, sur une division du travail entre les agents économiques et les acteurs publics. Le rôle des pouvoirs publics est de créer des conditions favorables à une prise de décisions privée qui s’oriente dans le sens des objectifs de la politique de l’environnement, telle réduire la pollution, et, dans le cas qui nous intéresse, réduire les GES. Les normes doivent être précises, mais aussi réalistes. L’information (quant aux dommages à l’environnement et aux risques pour la santé humaine), sur laquelle sont établies, doit être scientifiquement fondée. Un échéancier réaliste doit également être prévu : il ne faut pas sous-estimer le temps nécessaire à l’adaptation et aux changements de pratiques. En effet, il faut que les objectifs à atteindre soient stables, qu’ils ne soient pas soumis à l’arbitraire et ne changent pas à tout moment. S’ils sont appelés à changer, il faut de bonnes preuves scientifiques, prouvant un risque de dommages plus élevés que ce à quoi on s’attendait. En revanche, les décisions d’entreprise sur la manière de respecter la réglementation doivent être laissées à l’entreprise.

14Dans ce nouveau contexte, toute une gamme d’instruments économiques sont graduellement apparus. La taxation en est évidemment un bel exemple. La réduction, voire la disparition, des subventions qui faussent les décisions en matière de qualité environnementale (les subventions à l’agriculture qui créent des excédents et partant une utilisation d’énergie plus grande et diverses pollutions locales, notamment aquatiques, et les subventions à la production et à la consommation d’énergie viennent tout de suite à l’esprit). Un des instruments les plus novateurs et qui, dans le cadre des négociations du protocole de Kyoto en 1997, a fait l’objet de discussions animées, c’est la mise en place de droits (ou permis) de pollution échangeables.

15L’OCDE s’est depuis longtemps fait le champion du principe « pollueur payeur » et de l’utilisation de droits de pollution échangeables comme outils d’une politique de l’environnement et d’une réduction de la pollution. L’économiste Tietenberg s’est fait le partisan des droits de pollution échangeables pour atteindre, à moindre coût, des objectifs de protection de l’environnement. Le principe des droits échangeables repose sur ceci : les industries se voient émettre des « permis de polluer », selon des modalités qui varient, et, suivant leur efficacité à atteindre les objectifs environnementaux, peuvent échanger entre elles ces droits, comme on échange des titres de propriété. Ainsi, une entreprise qui aurait réduit considérablement la pollution en provenance de ses usines, à cause de choix et d’innovations techniques judicieux, se retrouverait avec un excédent de droits qu’elle pourrait vendre, au plus offrant, à une autre d’entreprise qui n’aurait pas pu atteindre, dans le temps déterminé par la loi ou la réglementation, ses objectifs de réduction de pollution. Celle-ci pourrait en quelque sorte continuer à « polluer comme avant », grâce aux droits qu’elle aurait pu acquérir. Cette solution institutionnelle, reposant sur les règles de l’échange marchand, ne signifie toutefois pas que l’entreprise polluante pourra continuer à polluer comme avant pour toujours. En effet, la logique de ce mécanisme institutionnel est de tenir compte du temps nécessaire pour s’adapter, sans perdre de vue que ce qui est visé, c’est une forte réduction, ou l’élimination complète, de la pollution. Les droits de pollution échangeables sont là pour favoriser les changements non pas brutaux et immédiats, ce qui pourrait mettre en péril plusieurs entreprises, mais des changements graduels et constants. Et pour arriver à ces changements, les autorités gestionnaires de l’émission des droits peuvent s’arranger pour que le nombre de permis émis diminue avec le temps, devenant ainsi plus rares et coûtant donc de plus en plus cher à une entreprise pour en acheter, afin d’éviter que l’entreprise ne soit tentée de continuer de polluer, au lieu de réduire sa pollution.

16Le mécanisme a été mis en l’œuvre notamment aux États-Unis, dans la foulée des amendements à la loi sur la qualité de l’air, votés au début des années 1990, expérimentant des moyens visant à réduire l’émission des gaz à l’origine des pluies et des dépôts acides (SO2 et NOx en particulier). Plusieurs auteurs et conseillers en environnement ont proposé d’élargir l’application du mécanisme d’échange de ces droits et d’en faire un élément central de la politique de réduction des GES à l’échelle planétaire. Toutefois, cet instrument économique n’est pas vu de tous comme une solution juste. En effet, des critiques ont fait observer que, si l’échange de tels droits se développait, ceci entraînerait deux conséquences fâcheuses; rendre acceptable la pollution, alors que justement on vise à la condamner, et, d’autre part, le mécanisme d’échange de droits de pollution risque de créer une situation d’inégalité et d’injustice entre le Nord et le Sud, puisque les pays du Nord pourraient continuer de polluer en achetant des droits aux pays du Sud qui polluent peu.

17Malgré les critiques et les réserves, la voie est tracée pour une utilisation plus large du mécanisme d’échange de droits de pollution. Toutefois, la mise en marche du mécanisme à l’échelle internationale pose de sérieux problèmes qu’il est impossible d’examiner plus à fond ici. Au nombre de ces problèmes, un est particulièrement important : comment seront distribués à l’échelle planétaire, entre le Nord et le Sud, ces permis? Selon quels critères le seront-ils? Une répartition en fonction des habitudes de pollution, une base historique, favoriserait les pays du Nord; une répartition qui tiendrait compte des besoins des pays du Sud à se développer, donc à « polluer davantage » pour y arriver, serait à l’avantage de ceux-ci. Un autre problème : les objectifs de réduction des GES peuvent-ils être réalisés conjointement entre deux ou plusieurs pays, ou bien doivent-ils être fixés et atteints uniquement par pays? Un système construit sur une gestion conjointe pourrait provoquer les effets non voulus suivants : un pays du Nord, grand émetteur de GES, pourrait être en mesure d’acheter les droits de pollution d’un pays du Sud, qui serait alors pris dans le piège de ne pouvoir se moderniser, car dépourvu de ses droits de pollution (dans la mesure bien sûr où pour se développer il faut de l’énergie et qu’une bonne partie de cette énergie provient d’énergies fossiles). À l’inverse toutefois, un système autorisant l’atteinte commune d’objectifs de réduction de GES pourrait apporter les bienfaits conjoints suivants : un pays du Nord pourrait, tout en continuant à faire fonctionner ses usines, permettre, en lui achetant des droits de pollution, à un pays du Sud d’entreprendre un vaste programme de reboisement (séquestration de carbone) et d’opter pour des technologies vertes ou pour une structure technologique et économique moins polluante, grâce aux revenus tirés de la vente de ses droits échangeables. Pas étonnant alors que certains analystes prévoient que, au cours des prochaines décennies, se développera un marché considérable de plusieurs milliards de dollars de cette nouvelle « marchandise de papier », créée comme moyen de contrer le réchauffement climatique.

Les solutions comportementales et l’éthique

18Le solutions technologiques nous permettent de continuer à jouir des fruits du progrès économique et technique sans trop changer nos habitudes. Les solutions juridiques et, surtout, économiques, visent à favoriser la transition vers des comportements qui tiennent compte des nouvelles contraintes environnementales. Elles ne sont pas conçues pour réduire le niveau de vie, du moins à long terme, uniquement pour éviter qu’il soit éventuellement réduit de manière substantielle, car tout nous porte à croire que les actions environnementales qui ne sont pas entreprises aujourd’hui seront plus onéreuses plus tard.

19Les incitations économiques et les lois et la réglementation sont loin d’être des mesures révolutionnaires. Ce sont des ajustement nécessaires pour préserver les avantages d’un environnement de qualité et peu menaçant pour la santé humaine.

20D’autres avenues plus radicales ont cependant été explorées, qui se fondent sur une vision plus pessimiste de l’avenir de la Planète. Pour plusieurs, la seule véritable manière de protéger l’environnement et ses ressources, c’est de réduire la consommation des habitants de la Terre par une diminution de la croissance démographique et de l’appétit de consommation de chacun. Ainsi, une réduction de consommateurs signifie moins de ressources utilisées, moins de pollution et moins de GES, cela, évidemment, selon des relations de causalité assez complexes. Pour réduire les besoins en matières et en énergies des habitants de la Terre, il faut commencer par réduire la consommation (et le gaspillage de matières et d’énergies) des pays les plus riches et voir à ce que la poussée modernisatrice des pays en développement ne soit pas trop dommageable à l’environnement. Si la Chine et l’Inde se développent et s’industrialisent massivement dans les prochaines décennies, elles consommeront une grande quantité d’énergie fossile (le charbon dont elles sont abondamment dotées). Elles contribueront ainsi, en l’absence de techniques plus propres ou de sources d’énergie non polluantes, à augmenter la pollution atmosphérique, notamment l’effet de serre.

21Les plus pessimistes sur l’avenir de la Planète pensent qu’il faut entrevoir la possibilité d’une Planète moins peuplée : le contrôle des naissances, la réduction de la taille des familles sont nécessaires si on veut éviter la catastrophe écologique.

22L’urgence d’agir sur le front démographique est aujourd’hui moins ressentie que dans les années 1970, bien que la croissance démographique de certains pays continue d’inquiéter. Quant à la réduction du niveau de vie de manière volontaire, les résultats de sondage qui ont exploré la question sont plutôt nuancés. Si les gens, selon des enquêtes menées autant au Nord qu’au Sud, quoique pas nécessairement sur les mêmes enjeux, sont en général très préoccupés par l’évolution des problèmes d’environnement, ils divergent beaucoup d’opinion sur les meilleurs moyens d’y faire face. Par exemple, certains sondages ont fait apparaître un écart important, et inquiétant, entre la nécessité d’agir pour protéger l’environnement (on appuie généralement une action gouvernementale et industrielle, qui peut se traduire par une augmentation des prix et des taxes) et la décision individuelle de réduire sa propre consommation de biens, notamment l’utilisation de la voiture personnelle. La contradiction est en partie liée à la difficulté de coordonner une multitude de décisions et d’actions privées : du point de vue du décideur individuel, comment s’assurer que son action ne sera pas contrecarrer par celle d’un autre dans le sens contraire? Peu de personnes, voire de nations, sont prêtes à agir unilatéralement et à se sacrifier pour une cause commune juste...

23Faut-il alors penser à mieux asseoir ses décisions et actions sur des considérations éthiques nouvelles dans lesquelles la nature aurait une place privilégiée? Faut-il repenser le rapport humain à la nature, fonder une éthique, voire un droit, qui tienne compte que les humains ne sont pas seuls à partager la Terre? Enfin, dans cette éthique, quel poids, quelle place, accorder aux générations futures?

24Des réflexions éthiques récentes, regroupées sous le manteau de l’éthique environnementale, se sont penchées sur ces questions. Deux avenues ont été explorées : une éthique qui se veut biocentrique ou écocentrique et une éthique qui demeure anthropocentrique, mais qui est disposée à faire une plus grande place, dans les choix de conduite, aux générations futures et non seulement aux générations actuelles.

25Le développement durable fait de la responsabilité des générations actuelles face aux générations futures une obligation centrale dans les décisions sociales et politiques. Les problèmes d’environnement, s’ils ne sont pas contrôlés et réduits, posent une question d’équité entre générations puisque les générations futures hériteront d’un environnement appauvri et dégradé qui ne pourra que nuire à leur bien-être. Ce que dit le principe de développement durable, c’est que nous avons la responsabilité de léguer une nature qui enrichit le bien-être de ceux et celles qui suivent, sans que cela nuise bien sûr au bien-être des générations présentes. C’est un principe d’équilibre entre les intérêts de générations successives. Comment y arriver, cela n’est pas simple, en partie parce que les générations futures n’ont pas de voix et ne peuvent exprimer leurs préférences. Mais tous les efforts pour protéger, restaurer l’environnement, pour réduire les diverses formes de pollution, pour stopper le déboisement, pour régénérer les forêts sont des actions prises dans cette perspective.

26Est-ce suffisant pour protéger la nature? Les partisans d’une éthique biocentrique répondent par la négative. À leurs yeux, c’est en repensant nos rapports à la nature, en repensant la nature de la nature (au service des humains ou valeur en soi), en repensant le droit et l’éthique humains que l’on pourra établir une relation renouvelée avec la nature, protectrice de son intégrité. Les éthiciens biocentriques appuient leur « solution » sur les considérations suivantes. Dans le vaste monde naturel, l’espèce humaine n’a pas de place privilégiée. Elle est née d’un processus naturel, presque par hasard; elle est, comme les autres, appelée à disparaître; elle est une espèce parmi d’autres. Ensuite, il n’y a pas de solution de continuité entre l’espèce humaine et bon nombre d’espèces animales. Elles sont composées d’êtres sensibles, éprouvant tous du plaisir et de la souffrance. Ceux qui plaident en faveur de « droits » pour les animaux trouvent leur justification dans ce que les animaux, comme les humains, souffrent. Comme le droit humain défend de faire mal et de nuire à autrui, un « droit des animaux » pourrait être fondé sur un principe équivalent. Enfin, l’espèce humaine est tardivement arrivée sur la Terre; elle n’a par conséquent aucun « droit » particulier sur elle.

27Si l’éthique biocentrique ne semble pas avoir conquis beaucoup d’adhérents et n’a pas, à ce jour, guidé les politiques publiques et les décisions en matière d’environnement, l’idée d’une charte de la nature, d’un contrat naturel comme le propose Michel Serres, a fait son chemin. N’allant pas aussi loin que les éthiciens biocentriques, les partisans d’une charte de la nature continuent de souscrire à une vision anthropocentrique de l’éthique, mais sans démesure et avec réserve. Un contrat naturel, comme une charte des droits de la nature, serait une manière de contraindre l’espèce humaine, comme toute charte ou tout contrat qui contraint les parties, à agir avec prudence et à limiter ses actions nuisibles à l’environnement, moins pour le « bien de la nature » que pour le bien que cette nature procure à l’espèce humaine, présente et future. C’est une sorte de principe de précaution élargi qui est ainsi proposé.

28Dans la foulée de la Convention cadre sur les changements climatiques et de l’adoption, quoique controversé et difficile, du Protocole de Kyoto, les nations ont fondé leur espoir de contrer le réchauffement sur des solutions techniques et institutionnelles. Les solutions institutionnelles apparaissent comme le plus sûr moyen de modifier, dans le sens désiré, les décisions et les comportements des producteurs et des consommateurs, y compris les choix technologiques qu’ils font. Je crois aussi que l’on peut affirmer, sans trop se tromper, que la plupart des contemporains pensent que, en fin de compte, c’est par les solutions techniques que l’on pourra le mieux contrer l’effet de serre et augmenter le niveau de vie des habitants de la Terre. On peut d’ailleurs observer de nombreuses transformations du système techno-économique actuel, qui visent à « sauvegarder » l’environnement et ses ressources et à réduire les impacts humains sur la nature. Par exemple, on observe, dans les pays industriels avancés, des tendances à la « dématérialisation » et à la « décarbonisation » (ce qui signifie, en gros, moins d’énergie et de matières pour produire une unité de PNB) et au développement d’une écologie industrielle, fondée sur le recyclage et la réutilisation des biens et des résidus produits.

29Une question, toutefois, demeure : quelles seront l’ampleur et la rapidité d’implantation des solutions institutionnelles et technologiques? N’oublions pas que de nombreux problèmes se posent en regard de la mise en œuvre des mécanismes institutionnels dans lesquels on fonde aujourd’hui beaucoup d’espoir et que, d’autre part, la réalité du réchauffement climatique d’origine anthropique demeure sujet à controverse.

Haut de page

Bibliographie

Ausbel, J. H. (1996), « Can technology spare the earth? », American Scientist, 84 : 166-178.

Dotto, L. (2000), Strom Warming. Gambling with the Climate of our Planet. Toronto, Doubleday Canada.

Frizzel, A. et J. H. Pammet, dirs (1997), Shades of Green. Environmental Attitudes in Canada and around the World. Ottawa, Carleton University press.

Godard, O. dir. (1997), Le principe de précaution dans la conduite des affaires humaines. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Herzog, H., B. Eliasson et O. Kaarstad (2000), « Capturing greenhouse gases », Scientific American, février : 73-79.

Hougton, J. (1997), Global Warming. The Complete Briefing. Cambridge, Cambridge University Press.

OCDE (Organisation de coopération et de développement économique) (1993), Les instruments économiques internationaux et le changement climatique, Paris.

Tietenberg, T. (1998), « Ethical influences on the evolution of US tradable permit approach to air pollution », Ecological Economics, 24 : 241-257.

Table ronde nationale sur l’environnement et l’économie (1999), Constitution d’un patrimoine de bien-être économique, communautaire et écologique : bases du nouveau millénaire. Ottawa.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Guay, « L’applicabilité sociale des solutions visant à parer au réchauffement climatique », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 1 Numéro 2 | septembre 2000, mis en ligne le 01 septembre 2000, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/4048 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.4048

Haut de page

Auteur

Louis Guay

Département de sociologie Université Laval

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search