Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 1 Numéro 2Numéro Spécial: Changements clima...Faire face au changement climatiq...

Numéro Spécial: Changements climatiques

Faire face au changement climatique en passant de l’âge du pétrole à l’âge de raison

Hélène Connor-Lajambe

Texte intégral

1Lors du forum du Club de Davos en janvier 2000, le milieu international des affaires a découvert que le changement climatique était le défi majeur de notre temps. Les plus puissants hommes d'affaires de la planète ont alors reconnu le sérieux de la situation et déclaré qu'ils allaient faire preuve de "leadership". Sans doute serions-nous bien avisés de ne pas prendre leurs intentions à la légère et d’essayer de comprendre ce que peut signifier cette mobilisation soudaine. Face à un problème écologique mondial, il ne faudrait pas se laisser aller à croire à une solution unique...

2* * *

La Cène 2

Sylvain Martel

3* * *

4La dérive climatique est sans conteste enclenchée, et évidente depuis une bonne dizaine d’années. Tous les pays de tous les continents en subissent maintenant les effets en dépit des dénégations des marchands de véhicules et de carburants fossiles. Comment réagir devant ce défi sans précédent ?

5S’inspirer de la formule du Cheikh Yamani aurait une certaine élégance : celui-ci a en effet souligné que l’âge de pierre n’avait pas pris fin fautes de pierres. Alors pourquoi s’attarder à l’âge du pétrole ? La nature offre des ressources énergétiques renouvelables et propres en abondance dans la plupart des pays. Tant les circonstances que la raison imposent de changer de scénario énergétique...

6Il y a longtemps que l’on parle de mettre en valeur les énergies renouvelables, mais, semble-t-il, voilà venu le temps de passer à l’action. Il n’est pas difficile de savoir quoi faire, en effet il suffit de ressortir les planifications alternatives qui ont été faites dans la plupart des pays du monde industrialisé après le premier choc pétrolier. Ces politiques énergétiques dites “douces”, fondées sur les progrès réels de l’efficacité énergétique et sur les énergies renouvelables restent parfaitement appropriées, vingt cinq ans plus tard. C’est-à-dire que nous avons déjà pris un quart de siècle de retard sur les propositions des écologistes.

7Ce tournant technologique est pourtant déjà amorcé dans certains pays, notamment dans ceux qui ont renoncé à la fiction nucléaire et dans ceux où les structures politiques sollicitent et respectent les voeux des citoyens. C’est dans cette voie énergétique mieux adaptée aux besoins des populations et au capital naturel des pays que se trouvent de vraies solutions tant à la dérive climatique qu’à la pollution atmosphérique.

8Des scénarios prospectifs tels ceux initiés en 1976 par Amory Lovins et ses collègues ont le bénéfice d’aider simultanèment à effectuer cette transition énergétique et à restructurer l’économie dans la voie d’un développement viable à long terme. En effet l’accent y est mis sur la mise en valeur des ressources énergétiques locales en fonction des besoins matériels et de la démographie. Ce développement endogène a un effet d’entraînement sur l’économie locale qu’il vivifie et diversifie. C’est un auto-développement qui évite l’endettement excessif que l’on a vu trop souvent avec les grands barrages, les centrales électro-nucléaires ou autres, et l’importation de combustibles en provenance de l’étranger. Conçu à base d’énergies renouvelables, c’est aussi l’éco-développement décrit par Ygnacy Sachs. Il n’a rien à voir avec les projets ponctuels proposés, et souvent imposés aux pays du monde en voie d’industrialisation et qui ne contribuent en rien à construire un avenir viable et équitable.

9De toute évidence, la voie de l’éco-développement est connue, mais peu fréquentée. Pourquoi ? On invoque l’inertie des gouvernements, le manque de “glamour” des mesures d’efficacité énergétique, et l’abondance d’énergie fossile, au moins à moyen terme. Les obstacles les plus déterminants semblent cependant être l’existence de lobbies trés bien organisés dans le domaine des énergies conventionnelles, et l’importance des investissements étatiques dans l’automobile et le nucléaire, face à l’absence de corps constitués équivalents en faveur de l’amélioration de la productivité énergétique et des énergies renouvelables.

10Il a fallu le réveil brutal causé par le changement climatique pour que la raison commence enfin à prévaloir et que les états industrialisés comprennent qu’ils avaient en fait trop tardé à préparer des alternatives fondées sur les énergies renouvelables. Il y a quelques années la communauté internationale s’est donc dotée d’un cadre de négociation, la Convention-cadre sur le changement climatique (1992), et d’un outil, le Protocole de Kyoto (1997). La ratification du protocole pourrait se faire d’ici 2002, mais ses modalités représentent des enjeux tellement importants, tant environnementaux qu’économiques, que tous les blocages ne sont pas surmontés.

  • 1  gaz à effet de serre
  • 2  Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat

11En 1988, à la Conférence de Toronto, les pays du monde entier avaient pris la résolution de diminuer leurs émissions de gaz à effet de serre (GES)1 de 20% d'ici l’an 2000 par rapport à leur niveau de 1988. Ce pourcentage était modeste. Les scientifiques du Groupe intergouvermental sur l'évolution du climat (GIEC)2 estiment en effet qu'une diminution de 60 à 80% des GES serait nécessaire pour stabiliser le climat. Or, non seulement l'objectif de Toronto n'a-t-il pas été tenu, mais il a été largement rabaissé depuis. Lors du Sommet de la Terre de Rio en 1992, les pays se sont engagés à ramener leurs émissions de GES à leur niveau de 1990 en l’an 2000. Ce niveau ayant été estimé inadéquat à Berlin en 1995, d’intenses négociations furent menées pour aboutir au Protocole de Kyoto en 1997. Or ce protocole est encore plus permissif puisqu’il ne requiert qu’une diminution mondiale de 5,2% d’ici la première période d’évaluation des bilans des émissions de GES (2008-2012)! Sa ratification reste cependant importante car elle permettra de renforcer les objectifs pour les périodes suivantes.

  • 3  plan d’action de Buenos Aires
  • 4  politiques et mesures

12Cette trés modeste diminution globale est répartie entre tous les pays industrialisés signataires en fonction de leur consommation d’énergie et de leur niveau économique, les moins avancés pouvant même accroître leurs émissions de GES. Le Plan d’Action de Buenos Aires (PABA)3 énumère des moyens de réduire ces émissions. On distingue les politiques et mesures (PAM)4 nationales traditionnelles (taxes, normes et autres), des mécanismes de Kyoto (flexibility mecanisms ou mécanismes de souplesse) nouveaux instruments qui permettent d’agir hors du territoire national.

  • 5  mécanisme pour un développement propre

13De nombreux états, européens en particulier, conscients de leur responsabilité historique dans l’accumulation passée et présente de GES, ont produit des plans d’action climatique entièrement fondés sur des PAM. Certains, alléguant qu’ils ont déjà beaucoup fait et ne peuvent plus guère diminuer leur intensité énergétique, veulent recourir aux mécanismes de Kyoto : 1) commerce des émissions de GES, 2) projets de mise en oeuvre conjointe, ou application conjointe (AC) avec les pays émergents dans le centre et l’est de l’Europe, 3) projets du Mécanisme pour un développement propre (MDP)5 avec les pays en développement, non-signataires encore du Protocole de Kyoto.

14Les modalités du commerce des émissions ou des projets des mécanismes de Kyoto ne sont pas encore arrêtées. Cependant le MDP, censé favoriser le développement viable des pays-hôtes, pouvait théoriquement commencer dès 2000. Comme il faudra prendre des décisions en novembre 2000 à la 6ième réunion des signataires (CdP-6) de La Haye, les débats sur les mécanismes de souplesse absorbent toute l’énergie des délégations officielles et donnent lieu à des échanges serrés entre tenants du laisser-faire dans les mécanimes de Kyoto et les autres, conscients des dangers de laisser le discours libéral teinter des solutions qui devraient avant tout respecter l’environnement et le bien-être des populations concernées par les projets. Les pays pauvres qui, ces dernières années, ont vu diminuer nettement les budgets alloués à l’aide au développement, sont pris entre le marteau et l’enclume : vont-ils devoir accepter un MDP qui pourrait introduire un nouveau type de dépendance ?

15Les négociations elles-mêmes ont connu une certaine dérive. Les débats, au tout début, étaient centrés sur les préoccupations écologiques et s’appuyaient étroitement sur les considérations scientifiques, souvent d’ailleurs pour les nier ou les dénigrer. C’était le rôle de la Global Climate Coalition qui regroupait pratiquement tous les gros marchands de véhicules routiers et de combustibles fossiles. A force de nier l’évidence, cette coalition a maintenant perdu pratiquement tous ses membres. La réalité du changement climatique s’impose, mais la recherche de solutions prend, quand même, le chemin des écoliers. En effet, le débat s’est totalement déplacé maintenant vers l’arène commerciale, celle des projets énergétiques, et ceci dans un contexte de déréglement mondial des marchés de l’énergie. Les couloirs des négociations fourmillent de gros promoteurs à l’affût et les feux de la rampe sont donc braqués sur les mécanismes de Kyoto, mécanismes très flous que le Protocole de Kyoto tolère seulement en “supplément” des efforts domestiques de réductions des émissions.

16Mais paradoxalement l’on ne parle plus des PAM et la France, qui a la présidence de l’Union européenne jusqu’après CdP-6, a le plus grand mal à les faire maintenir à l’ordre du jour des négociations ! Les Etats-Unis, en dépit de la position rigide et manifestement biaisée de leur sénat, continuent à dicter et rythmer le déroulement des négociations face à une Union européenne qui a de bons dossiers, mais n’arrive pas à les faire valoir.

17* * *

18En fonction de ces constats, essayons de comprendre pourquoi les négociations ont pris cette tournure et ce que l’on peut en attendre. L’étouffoir mis sur les PAM s’explique assez bien dans le contexte de libéralisation mondiale du secteur énergétique. De nouvelles mesures nationales ne feraient que compliquer la vie des multinationales qui, via l’Organisation mondiale du commerce (OMC), s’emploient diligemment à aplanir et uniformiser le terrain réglementaire pour faciliter leurs opérations commerciales. Les multinationales veulent empêcher à tous prix l’imposition -et même parfois le maintien- de taxes, de mesures restrictives dans les pays qui veulent protéger leur environnement ou leur lois sociales, ou de normes qui varient d’un continent à l’autre, et même d’un pays à l’autre. Les PAM apparaissent comme une menace à la libéralisation des échanges, à la mondialisation du commerce, c’est-à-dire à leur liberté d’action. Les multinationales minent le rôle des gouvernements nationaux en invoquant la toute-puissance prétendue de l’OMC et les Etats-Unis se font leur porte-voix dans le cadre des négociations climatiques. Heureusement les pays ont encore toute autorité pour mettre en oeuvre les PAM dans le cadre de leurs politiques ordinaires et beaucoup s’y emploient.

19Le peu de cas que font maintenant les négociations de l’application conjointe (AC) s’explique différemment. On a parfois dit que la AC jouerait pour les pays du Centre et de l’Est de l’Europe (CEE) le rôle qu’avait joué le Plan Marshall pour les Alliés après la Seconde Guerre mondiale. Il est clair que ces pays ont besoin d’assistance financière pour réorienter leur système de production vers des modes plus efficaces, plus propres, mieux adaptés aux besoins des populations dans un monde moderne. Certains de ces pays ont déjà eu la coopération des banques multilatérales avec des résultats parfois plus que mitigés. Néanmoins les projets AC représentent un grand espoir pour ces anciens satellites soviétiques dont certains présentent un dynamisme écologique et économique indéniable. Il serait contreproductif, à l’échelle mondiale, de ne pas s’assurer que les pays de la CEE adoptent des technologies propres. Alors pourquoi cette apathie vis-à-vis de l’AC ? Serait-ce que, tout bien pesé, à l’ère de la concurrence mondiale, les Etats-Unis sont en train de se dire que leur propre prospérité s’explique un peu par l’impuissance d’autres pays et que leur intérêt bien compris n’est peut-être pas de favoriser le redressement trop rapide d’anciens adversaires? Ce raisonnement ne manquerait pas de cynisme, mais après la guerre du Kosovo, la question n’est pas aussi déplacée qu’il y parait.

20Par contre, c’est un peu le raisonnement inverse qui s’applique avec le Mécanisme pour un développement propre (MDP). Le MDP est destiné à effectuer des projets favorisant le développement viable des pays en développement. Ces derniers ne seront jamais des rivaux -à la différence des dragons d’Asie du Sud-Est qui en ont fait la cruelle expérience- il est possible de les aider sans risquer de perdre le contrôle technologique ou autre. Et cela peut expliquer la grande attention dont le MDP est l’objet depuis Kyoto. Ce ne fut pas facile d’ailleurs pour les Etats-Unis de s’assurer ce terrain d’expansion! Il faut se rappeler en effet que le MDP a été imposé par les Etats-Unis en contrepartie de l’abandon du Fonds pour un développement propre (FDP) proposé par le Brésil. Ce fonds devait recueillir les amendes des pays contrevenant au Protocole de Kyoto et ces sommes devaient ensuite bénéficier aux pays en développement qui en avaient besoin pour leurs projets et pour les pays les plus menacés par les perturbations climatiques. Les participants de Kyoto se rappelleront toujours qu’en l’espace d’une nuit, le FDP est devenu le MDP, mécanisme pour la mise en route de projets, utilisable dès 2000.

21Or, depuis 3 ans, les négociateurs cherchent une formulation du MDP qui puisse satisfaire à la fois les besoins du développement viable des pays hôtes et les intérêts bien compris des promoteurs de projets. Trois ans de tergiversations sordides et de tractations mesquines envers les pays pauvres et pendant lesquels pratiquement rien d’autre ne s’est passé dans les négociations. En effet, on ne peut pas dire que le commerce de réductions d’émissions soit particulièrement prêt à entrer en vigueur, ni d’ailleurs l’AC qui n’est censée débuter que dans la période 2008-2012. Ces trois ans d’efforts auraient pu être consacrés à la mise au point de stratégies de développement viable, tant dans les pays du nord que du sud, stratégies qui fourniraient maintenant les meilleures données de référence (baselines) qui puissent être pour évaluer l’intérêt des projets tant pour l’AC que pour le MDP, et les négociateurs manquent toujours de données de référence. Ces stratégies de développement viable, rappelons-le, faisaient partie des engagements des signataires des Accords de Rio en 1992.

22Le bilan des négociations sera fait à CdP-6 en novembre 2000, et ne concernera apparemment que les mécanismes de Kyoto. Des cadres de réglementation seront sans doute adoptés, avec des institutions pour en assurer l’observance. Mais quels seront-ils? Seront-ils efficaces ? Diminueront-ils réellement les émissions de gaz à effet de serre? Feront-ils appel à des technologies propres à tous égards? Respecteront-ils la souveraineté des pays et leur droit à décider de leur avenir? Ou assistera-t-on à un nouveau tour de passe-passe du style FDP-MDP ?

23Beaucoup doutent que CdP-6 puisse résoudre de façon satisfaisante et consensuelle les problèmes que pose la mise en oeuvre des mécanismes de Kyoto. Et quand bien même CdP-6 y réussirait, ne sera-t-on pas passé à côté des solutions qui viendront beaucoup plus sûrement des PAM? N’aura-t-on pas plutôt réussi à retarder encore les moyens d’enrayer la dérive climatique, aggravant ainsi la situation pour de nombreux pays déjà désespérés? Un tel échec n’est-il pas prévisible étant donné le chemin que prennent les négociations? N’est-on pas complice d’une plus grande détérioration de la situation climatique en ne le disant pas? Ne doit-on pas se poser la question de savoir si ceux qui freinent les négociations et la mise en oeuvre des PAM n’ont pas pris leur parti de la situation et peut-être même y voient-ils des avantages? Les investissements dans le pétrole sont énormes, face à quelques vies humaines et lointaines. Supposition horrible, mais après ce que le monde a connu au XXième siècle, peut-on encore écarter ce genre d’hypothèse ?

24En effet, il est clair que ce ne sont pas quelques projets, effectués à l’étranger, qui stabiliseront le climat et résoudront les problèmes énormes que posent l’augmentation des désastres naturels, la désertification et la pollution atmosphérique, maintenant mondiale elle aussi.

  • 6  organisation non-gouvernementale

25Il est évident, pour quiconque s’est un jour penché sur la question énergétique, que, sans un bon échantillon de mesures domestiques appliquées avec rigueur dans tous les pays, nous n’obtiendrons pas de vraies réductions d’émissions, mesurables et indiscutables. Les mécanismes de Kyoto sont une diversion. Une diversion introduite dans l’intérêt de multinationales sans racines, une diversion dangereuse et coûteuse, pour ne pas dire criminelle dans l’état actuel de l’environnement. Même le MDP, qui aurait pu, dans certaines conditions énumérées par les ONG6, être utile aux pays en développement est complétement détourné de son but et risque même de contribuer à accroître les problèmes environnementaux des pays-hôtes, si l’on y accepte les puits et certaines technologies à risques.

26Or, pendant que les négociateurs s’enferrent dans le dédale de l’indispensable réglementation des mécanismes de Kyoto, la fonte des glaces s’accélère et va permettre le passage des pétroliers russes en zone arctique, diminuant de 2 semaines l’arrivée du pétrole à Rotterdam. Pour certains, ces deux semaines changent la donne pétrolière mondiale et valent que l’on risque la survie de l’ours polaire en tant qu’espèce et celle de centaines de milliers, pour ne pas dire millions d’êtres humains qui se trouvent dans le chemin des cyclones. Les enjeux sont énormes et l’on voit bien les difficultés qui se dressent pour arriver à organiser la nécessaire transition énergétique.

27Diversion supplémentaire ou intermède comique, on voit maintenant le lobby nucléaire, toujours opportuniste, reprendre son bâton de pélerin proclamant que l’énergie nucléaire, peu productrice de GES, est le moyen de résoudre les problèmes du réchauffement climatique. Il frappe en ce moment avec ardeur à la porte de la Commission du développement durable des Nations Unies (CDD) pour obtenir le label d’énergie propre lors de la 9ième réunion de cette Commission en avril 2001. Une fois accepté à la CDD-9, le nucléaire pourrait prétendre faire partie des projets climatiques dans les pays en développement.

28* * *

  • 7  Climate Action Network

29Il est cependant à craindre que la nature ne parle de plus en plus fort, selon l’expression de Victor Hugo, et plus personne ne pourra l’ignorer. Même le gouvernement américain sera obligé de faire face et d’adopter la voie de la raison, celle qu’éclairent les organisations non-gouvernementales (ONG) regroupées à l’intérieur du Climate Action Network mondial (CAN)7. Elles suivent de près les débats et sont consultées par divers gouvernements. Etant présentes sur tous les continents, les ONG sont à même de faire connaître les impacts des différentes propositions des négociateurs et de suggérer des alternatives plus écologiques, donc plus efficaces pour réduire les émissions de GES. Leurs recommandations favorisent les politiques et mesures domestiques, les PAM, seul moyen rationnel d’aller aux racines du mal que sont le gaspillage et la sur-utilisation de l’énergie, et de s’adapter à la situation des différents pays.

30Les ONG s’inquiètent de la dérive libérale des négociations et du détournement des mécanismes de Kyoto au profit d’une minorité de promoteurs indélicats. Elles dénoncent l’absence de provisions pour l’intervention et même pour l’information des populations des pays-hôtes de projets de mécanismes de Kyoto. Cette absence de transparence et de participation des citoyens dans les décisions est condamnée par la Convention d’Aarhus. En fait, les seuls projets acceptables dans les pays en développement devraient faire l’objet d’échanges entre pays du sud avant d’être proposés aux pays du nord (concept sud-sud-nord) afin de favoriser les technologies locales les mieux adaptées et la participation des citoyens en amont des décisions.

31Parmi les mesures à mettre en vigueur dans un avenir relativement proche, il est clair qu’il faudra envisager d’interdire la circulation des véhicules privés roulant avec des carburants fossiles. Il se pourrait que bientôt les populations reprochent à leurs gouvernements de ne pas l’avoir imposée à temps et ne pas avoir renforcé les systèmes de transport en commun, de même que les alternatives au transport. En effet le secteur des transports est celui qui connait la plus grande croissance d’émissions de GES.

32L’Europe doit suivre ses convictions et ne pas se préoccuper des Etats-Unis dont les motivations sont fort peu scrutées par le public américain dans son ensemble. Les Européens sont mieux à même d’avoir un sens de l’histoire et de vouloir qu’elle se prolonge sans trop de bouleversements irréversibles. Les directives de l’Union européenne sur les énergies renouvelables, le plan d’action pour l’efficacité énergétique et le plan climatique restent des pas trop modestes face au défi à relever !

33Il existe d’innombrables alternatives réalistes à court, moyen et long termes et les ONG voudraient voir sans délais l’adoption de politiques énergétiques “douces” fondées sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. Elles travaillent sur ces sujets et, espèrons-le, elles arriveront à les faire adopter dans leurs pays respectifs, car tous y gagneront. A problème global, solutions locales et multiples.

34* * *

35Il est clair que les hommes d'affaires du secteur de l’énergie ne se sont pas soudain réveillés à Davos en 2000, ils ont toujours été là, bien présents dans les coulisses des négociations, trés intéressés à la création d'un nouveau marché, le commerce des droits d'émission, et à la mise en oeuvre de mécanismes de flexibilité façonnés en fonction de leurs besoins d'expansion mondiale. Leur "leadership" ne cesse de s'affirmer de plus en plus dans le refus de règles contraignantes pour le contrôle des mécanismes de Kyoto, et surtout dans le refus de la participation du public dans l'élaboration des projets d’application conjointe (AC) dans les pays d'Europe centrale et de l'Est, ou du mécanisme pour un développement propre (MDP) dans les pays en développement.

36Tous les négociateurs savent bien que les politiques et mesures domestiques pourraient suffire à chaque pays pour remplir ses engagements de réduction d'émissions de GES, sans coût excessif, mais l'attention se concentre sur la mise au point complexe de ces "béquilles" douteuses que sont les mécanismes de flexibilité, outils inventés pour les besoins d'une cause qui n'a rien à voir avec la protection de l'environnement, ni la promotion d'un développement viable et équitable pour tous.

  • 8  institutions financières internationales

37Dans cette course contre la montre qu’est la stabilisation climatique, on assiste ainsi au déploiement de deux grandes visions du monde, l’une modelée par les institutions financières internationales IFI8, fondée sur l’effacement des états-nations pour faire place à l’efficacité mondiale des montages financiers, l’autre qui veut assurer les moyens d’un avenir responsable et équitable en n’utilisant que ce que la terre et ses rythmes naturels peuvent donner. Il importe que les tenants de cette dernière approche, représentée par les forces non-violentes présentes à Seattle, sachent essaimer davantage pour que l’humanité puisse enfin arriver à l’âge de raison !

Haut de page

Notes

1  gaz à effet de serre

2  Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat

3  plan d’action de Buenos Aires

4  politiques et mesures

5  mécanisme pour un développement propre

6  organisation non-gouvernementale

7  Climate Action Network

8  institutions financières internationales

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Connor-Lajambe, « Faire face au changement climatique en passant de l’âge du pétrole à l’âge de raison », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 1 Numéro 2 | septembre 2000, mis en ligne le 01 septembre 2000, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/4050 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.4050

Haut de page

Auteur

Hélène Connor-Lajambe

Ph.D., Directrice d'HELIO International (Paris, France)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search