Navigation – Plan du site
Dossier : Les organismes génétiquement modifiés

Les OGM et la recherche : science ou business ? Risques Toxiques et Environnementaux liés aux Plantes Transgéniques commercialisées.

Gilles-Eric Seralini

Texte intégral

Présentation du sujet

1    Sur 44 millions d’hectares à la surface de la planète, les OGM actuels sont à 99% des plantes à pesticides, après dix-sept années de recherches et six ans de multiples commercialisations. Soit ils tolèrent un désherbant, pouvant ainsi l’absorber sans mourir, tel le soja au Roundup, ou alors ils produisent un insecticide dans leurs cellules, comme le maïs Bt. Malheureusement, le tonnage d’insecticides utilisés aux Etats Unis n’a pas diminué depuis l’introduction des maïs et cotons Bt, et au Canada où des colzas tolérant un herbicide ont été massivement cultivés, la vente des herbicides a augmenté de 41% au cours des six dernières années. Tout cela est fort logique : faire synthétiser une protéine insecticide par une plante est la stratégie à court terme qu’utiliserait un biologiste pour immuniser les insectes consommateurs, et puis réaliser des plantes pouvant absorber un désherbant sans mourir n’est pas vraiment une vision écologique, ni favorable au long terme sur le plan sanitaire.

2Or, il n’est malheureusement pas question pour les concepteurs d’évaluer des OGM, plantes à pesticides, comme des pesticides, la valeur ajoutée des semences est faible et un tel investissement ne serait pas rentable, d’autant qu’une variété agricole est vite remplacée dans son usage par d’autres, et que la conception de l’espèce transgénique avec son petit logiciel d’ADN régulièrement mis à jour par la commercialisation de nouveaux OGM accélèrera le processus de captation du marché et diminuera la durée d’utilisation des variétés. Si la composition chimique de l’OGM est, aux incertitudes près - qui sont grandes ! - similaire à une plante normale, le règlement indique qu’il n’est nul besoin d’étiquetage aux Etats Unis, ou de tests de nutrition sur mammifères : les effets toxicologiques à moyen terme de l’insecticide produit par la plante, ou des résidus d’herbicides s’accumulant par ce biais dans la chaîne alimentaire, sont forcément négligés. Pourtant, les pesticides sont déjà responsables de 20.000 morts par cancers chaque année aux Etats Unis. C’est ainsi que nous viennent soja ou maïs OGM importés : mal faits, avec des constructions génétiques primitives qui relèvent plus de la précipitation pour breveter que des derniers progrès de la recherche, mal évalués, et mal étiquetés. Mélangés, contaminant même les autres productions. Pour les 5 à 10 ans à venir, les OGM de deuxième génération seront semblables, d’après les « essais » d’aujourd’hui. En effet, 80% des OGM seront toujours des plantes à pesticides, dont un bon nombre contiendra encore les gènes marqueurs inutiles de résistance aux antibiotiques. Décidément, la science est davantage utilisée pour servir la prise de brevets sur les espèces vivantes, intimement liés aux OGM, et surtout les brevets sur la base de l’alimentation, la science est aussi davantage utilisée pour servir l’agriculture industrielle dominante utilisant les pesticides, que pour les rêves innocents des chercheurs voulant aider la faim dans le monde, ou le respect de l’environnement.

3Pourquoi les experts et les scientifiques permettent-ils cela ? Bien peu de scientifiques connaissent les dossiers confidentiels des OGM, et pour la vaste majorité d’entre eux les OGM pour la recherche fondamentale sont des bactéries, des souris, des mouches ou des plantes non agricoles transformées et demeurant en laboratoire, des méthodes fabuleuses pour comprendre le rôle des gènes dans l’organisme. Et pour le commerce, comment garantir l’indépendance des experts ? En fait, depuis quinze ans, on organise quasiment leur dépendance. On explique et stimule les chercheurs pour qu’ils travaillent avec les industriels, prennent des contrats, des contacts, des brevets... pour favoriser, dit-on, l’emploi. Tous les délégués à la recherche et à la technologie du Ministère de la Recherche dans tous les départements français par exemple ont ce rôle, de plus les grands organismes développent des programmes cadres et inondent d’appels d’offres en ce sens, enfin les crédits à la recherche fondamentale diminuent si l’application possible n’est pas visible... Donc il n’y a plus de grands laboratoires de recherche sans soutien d’industriels. D’abord, cela oriente la recherche vers les objectifs des industries, qui sont très centrés vers la productivité, en négligeant les effets secondaires, cela est constitutif au mode de calcul dépassé de notre système économique. Ensuite, la situation oriente le mode de pensée des chercheurs dès leur formation. Ce sont les premiers chercheurs ainsi formés qui arrivent à la tête des structures et des expertises aujourd’hui. Ces phénomènes concourrent à créer une corporation qui développe et défend ses propres intérêts, celle des chercheurs / industriels des biotechnologies. C’est celle qui, de facto, sera majoritaire dans les comités d’experts ou dans les cabinets des ministères. Elle est la seule à avoir des intérêts en une certaine forme d’expertise. Elle n’est généralement pas malhonnête. Elle est juste non orientée sur l’intérêt général. Et parfois inconsciente qu’elle peut ainsi devenir criminelle par omission.

Justification d'un moratoire

  • 1  revue 60 millions de consommateurs, n°316, Avril 1998, pp. 14-19.
  • 2  « Génie Génétique, des chercheurs citoyens s’expriment » (Ed. Sang de la Terre et Ecoropa, Paris, (...)

4Étant donné les problèmes scientifiques actuellement posés par la traçabilité et l’étiquetage des plantes transgéniques, et surtout pour leurs produits dérivés1 , et d’autre part l’état des connaissances sur les risques pour l’environnement et la santé, nous sommes un certain nombre à penser et de loin que la position la plus sage est celle d’un moratoire de travail pour favoriser la recherche et les contrôles, en limitant au maximum pour l’heure la dissémination libre des plantes transgéniques et leur utilisation dans les aliments. J’interviens donc en tant que signataire du moratoire qui a réuni initialement plus de 150 scientifiques de différents pays, dont beaucoup sont français. La première liste de leurs noms, certains de leurs articles, et le texte complet du moratoire apparaissent dans l’ouvrage collectif Génie Génétique2 . Nous avons en effet identifié des risques ou des impacts négatifs, tant au niveau de l’environnement et de la santé, que d’ailleurs au niveau socio-économique. Nous jugeons ces questions suffisantes pour attendre plus de résultats de recherche avant de cultiver certaines plantes transgéniques sur des dizaines de millions d’hectares à travers le monde. Par ailleurs, la demande des consommateurs ne révèle aucune urgence dans le besoin de ces cultures. Je n’ai aucun problème éthique avec le principe de la transgenèse qui a déjà permis de sauver ou de soulager des vies en médecine (production d’insuline ou d’hormone de croissance, par exemple). Cela se réalise normalement en laboratoire, en milieu confiné, avec des microrganismes, et non pas en liberté dans l’environnement.

  • 3  L’auteur est membre du Comité provisoire de biovigilance mis en place par le Ministère de l’Agricu (...)

5Un OGM (Organisme Génétiquement Modifié) est une chimère génétique qui n’existait pas auparavant dans la nature, et bien que se situant avec les biotechnologies dans la continuité naturelle des découvertes fantastiques qui ont émaillé la génétique moléculaire depuis 45 ans, ou l’agriculture depuis 10.000 ans, les possibilités offertes par les OGM sont des millions de fois plus variées et plus puissantes que celles des techniques antérieures. Nous vivons donc une rupture technologique dans une logique de continuité de développement, ce qui pourrait être comparé au développement fabuleux d’Internet au niveau des communications. Donc nos avancées et nos possibilités technologiques évoluent de manière exponentielle, comme notre connaissance des risques, mais notre législation, nos lois du commerce international, et nos contrôles de qualité règlementaires sont beaucoup plus lents à se transformer; ils s’adaptent avec retard même s’ils bougent beaucoup. Il est caractéristique qu’il y ait création d’un Comité de Biovigilance pour surveiller le maïs transgénique, par exemple en France. Les protocoles de surveillance sont à peine mis en place en Avril 1998, et leurs résultats ne seront solides que dans deux ou trois ans au moins3 , or ceux-ci devraient à mon avis être connus avant et non après l’autorisation de cultures commerciales qui date de fin 1997 dans ce pays, et cela grâce à des cultures pour recherches plus approfondies. Avec l’évolution explosive des technologies, et du génie génétique en particulier, nous créons donc de plus en plus - à cause de leur rapidité d’exploitation intensive - un espace de dérapage entre, d’une part, la connaissance grandissante des risques, et, d’autre part, l’évolution plus lente des contrôles ou préventions qui les limitent. Les surveillances aux faibles moyens courent, en fait, après des effets possibles une fois les autorisations données. Dans cet espace de dérapage se sont engouffrés déjà des problèmes de pollution chimique ou nucléaire, des problèmes de santé publique comme le sang contaminé, l’amiante, la vache folle, dossiers pour lesquels des experts avaient averti des risques. Une prudence aurait évité des morts, des personnes contaminées, des faillites sociales ou agricoles, des dépenses gouvernementales importantes pour tempérer l’impact des accidents.

6Il ne faut pas un nouveau type de pollution après les pollutions chimique et nucléaire, il s’agirait de la pollution génétique irratrapable pour les écosystèmes et la santé publique. Les contrôles sur l’innocuité à long terme des OGM et de leurs produits dérivés, sur la santé publique, la santé animale ou l’environnement, ne reposent à ce jour, et cela est très important à réaliser, sur aucun fondement scientifique sérieux... En résumé, nous, scientifiques, posons donc de nouvelles questions sérieusement, basées sur des présomptions logiques qui donnent ou pourront donner lieu à des expérimentations plus rigoureuses avant les autorisations. Pour des raisons de choix économique laissés à quelques entreprises et à des accords commerciaux internationaux qui ne favorisent pas les moyens de la traçabilité, notamment par des mélanges intempestifs d’OGM aux aliments classiques, un problème de manque de confiance dans le public est créé.

7Or les filières spécifiques OGM sont pourtant la seule vraie réponse à tous les problèmes de traçabilité. Ces filières OGM seraient naturelles pour tout produit de qualité; d’ailleurs on peut promettre qu’elles seront rapidement mises en place lorsque les aliments transgéniques auront une valeur nutritionnelle ajoutée, en vitamines ou acides aminés essentiels par exemple. Alors pourquoi ne pas le faire avant, dans les lots importés ? Pour l’heure, le besoin en OGM du consommateur et de l’agriculteur n’est pas là, et le consommateur est violé par le manque d’étiquettes fiables, de toutes façon très difficiles à mettre en place si on mélange produits d’OGM et non OGM, au moment de, ou après la récolte. Notre opinion de scientifiques a été auditionnée par différents gouvernements réfléchissant ou mettant en œuvre un moratoire. Précisons qu’il y a des risques scientifiques inhérents à la culture qui ne sont absolument pas les mêmes qu’à l’importation du produit récolté.

  • 4  Diffusé notamment en conférence de presse
  • 5  Bt pour Bacillus thuringiensis, micro-organisme producteur d’insecticides dont on prélève les gène (...)

8D’ailleurs, l’avis4 de scientifiques responsables (Vice-Président de la Commission du Génie Biomoléculaire, Chef de l’Unité des Agents Anti-Bactériens de l’Institut Pasteur, Président de l’INRA, Directeur du Centre National d’Etudes et de Recommandations sur la Nutrition et l’Alimentation...) a été résumé auprès du Comité de la Prévention et de la Précaution (CPP) dès le 5 Septembre 1997, et indique en première conclusion soulignée : « L’introduction des plantes transgéniques va modifier et augmenter l’industrialisation des pratiques agricoles et donc contribuer à la transformation des écosystèmes ». Il s’agit donc d’abord et avant tout d’un choix de politique agricole qui doit dire son nom dans le débat public, et ne pas se cacher sous des excuses d’éthique parfois incompatible avec le but recherché, comme soi-disant nourrir la population mondiale. En effet, les premières plantes mises au point sont inadaptées à la sécheresse ou aux pays en développement, mais servent d’abord à nourrir le bétail des pays industrialisés au lieu des enfants qui ont faim. On travaille en premier lieu sur les plantes consommant plus d’eau que d’autres, comme le maïs, alors que l’eau devient un or bleu au XXI° siècle. Par ailleurs, les diététiciens mettant en évidence les problèmes liés à une alimentation trop carnée, les plantes transgéniques produites pour le bétail et l’homme riche aujourd’hui, sur une vaste échelle, ne sont pas celles qui répondent le mieux sur le long terme aux attentes du monde, mais elles répondent plutôt aux marchés à court terme des pays développés achetant plus cher les semences modifiées, bien sûr. Ensuite, n’oublions pas l’écart entre les promesses de ces technologies et les premiers accidents de culture ou environnementaux. Les insectes résistants au Bt5 existent [McGaughey, 1985; et col., 1987, 1988], et en particulier déjà depuis 1990 à Hawaï, et surtout, plus récemment, les média ont diffusé plusieurs annonces de pertes de milliers d’hectares de récoltes transgéniques aux Etats-Unis.

9Nous devons alors avoir l’humilité d’admettre que nos connaissances en génétique moléculaire, tant sur la réussite que sur les impacts génétiques de la transgenèse, sont encore très limitées, même si nous savons beaucoup. Rappelons-nous que nous ne sommes en train d’obtenir la séquence génétique complète que de quelques organismes sur les 5 à 40 milliards d’espèces vivantes ayant vécu sur Terre, et que nous n’avons encore interprété globalement le génome d’aucun être vivant complexe.

Les risques

10    Sur le plan environnemental, les recherches sur les conséquences écologiques sont le maillon faible des connaissances, comme cela a été admis entre autres par les experts pré-cités. Certaines ne se termineront que dans 2 à 3 ans, et ont été initiées il y a plus de 2 ans en France. Pourquoi alors ne pas attendre ? Quelle est l’urgence ? La pauvreté des recherches en écologie a été traduite par la nécessité - chère à l’Etat - de « biovigilance », aux pouvoirs limités et minuscules par rapport aux enjeux, surtout si elle va avec l’exploitation croissante des semences transgéniques. Si la biovigilance sur de nouveaux produits OGM d’entreprises privées est nécessaire, est-il normal alors qu’elle soit en partie au moins financée par des fonds publics, ne serait-ce que par le fonctionnement des commissions, et la commande de certaines expériences à l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) par exemple ? Car qui profitera des bénéfices de ces nouveaux organismes vivants brevetables ? Voilà encore des questions pour un vrai débat public. Si la biovigilance en recherche appliquée sur de nouveaux OGM est nécessaire, afin d’approfondir les connaissances des impacts et parer à d’éventuels problèmes, cela devrait alors entrer dans le cadre d’une recherche plus extensive en champs bien balisés avant la commercialisation libre. Si elle n’est pas nécessaire à l’évaluation des risques, pourquoi gâcher par ces dépenses l’argent du contribuable, qui pourrait servir à des fins plus humanistes, à l’heure où une sombre misère réapparaît ? Cette recherche appliquée intéressante pour vérifier une mise au point serait par contre effectuée uniquement sur les fonds mis à disposition par les entreprises brevetant ces OGM.

  • 6  Les transgènes sont les gènes étrangers transplantés dans les OGM, venant le plus souvent d’une es (...)

11La dissémination des transgènes6 (de tolérance à des herbicides par exemple) a déjà été observée grâce à des études sérieuses et publiées, ou est concevable, tant par :

  1. hybridation des plantes apparentées (dans les cas du colza transgénique, de la betterave). De plus, il est à noter qu’une espèce transgénique peut, sauf si elle est rendue stérile, s’hybrider avec la même espèce non transgénique et la contaminer,

  2. transmission horizontale d’ADN, beaucoup plus rare, entre plantes non apparentées, ou entre plantes et bactéries. Cette dernière possibilité a été suggérée compte tenu de certaines similitudes troublantes de séquences génétiques entre ces organismes [Smith et col., 1992]. Une fois dans les bactéries, les transgènes peuvent encore mieux se transmettre, ces phénomènes d’échanges génétiques sont sans doute plus fréquents que ce que l’on pensait [Miller, 1998], il pourrait même y avoir aussi passage de l’ADN des transgènes restant dans le sol, après dégradation des plantes, vers les bactéries. Cette possibilité sera certainement à tester par le Comité de biovigilance sur le maïs transgénique, la réponse est encore inconnue; l’impact est extrêmement peu probable pour certains, mais peut devenir significatif pour d’autres, si les bactéries mutées sont sélectionnées par des conditions favorables, d’où les recherches en cours.

12Pour l’environnement, les conséquences identifiées sont nombreuses. On peut en faire une liste préliminaire, non exhaustive.

13Impacts directs :

  • Industrialisations plus intensives des cultures, d’où perte de biodiversité d’abord pour des raisons biologiques de compétitions entre espèces, et de monocultures, et, en plus, de politique commerciale de vente ou d’interdiction d’utiliser certaines semences.

  • Utilisation de plus d’herbicides totaux qu’avant en général, sur les plantes qui y sont rendues tolérantes. Mais il est vrai que l’on répandra moins d’herbicides sélectifs sur ces plantes. On pourra en utiliser par contre de plus en plus pour gérer leurs repousses ou contaminations. De même, on répandra a priori moins d’insecticides sur les champs de plantes produisant leur propre insecticide. Cependant, cette technique correspondant à une stratégie réductrice, qui serait utilisée par un biologiste pour immuniser les insectes, il est probable qu'elle atteigne le contraire de cet objectif à moyen terme. De nouveaux types de contaminations des aliments et des champs avec des herbicides totaux utilisés « au besoin » sans restriction biologique, sont à envisager. Les plantes concernées sont manipulées pour ne plus mourrir en présence d’un herbicide, et donc manipulées pour tolérer en général les desherbants adaptés ou herbicides totaux comme le glyphosate (Roundup), ou le glufosinate ammonium (Basta ou Liberty), ou encore le bromoxynil (pour le tabac, le coton par exemple). Ainsi, les plantes peuvent tolérer la pénétration de ces agents toxiques en grande quantité dans leur organisme et leurs cellules sans en mourir, ce qui est nouveau. Cette accumulation empêchait même un soja transgénique de bien pousser (cf. livre Génie Génétique pré-cité). Voilà pourquoi le mot de « résistance à un herbicide » pour une plante alimentaire est moins adapté et moins précis que l’expression de « tolérance à un herbicide ». L’argument de non-rémanence ou d’innocuité de ces herbicides totaux n’est pas étayé par des publications scientifiques récentes qui expriment le contraire (cf. banques de données bibliographiques Medline ou Pascal -Current Contents- avec les noms des herbicides concernés pour mots-clés).

  • Dissémination des transgènes par hybridations sexuées ou transferts horizontaux (non sexués). Les conséquences possibles sont alors les suivantes : développements de mauvaises herbes extrêmement tolérantes aux herbicides totaux, d’où des pertes d’efficacités des herbicides totaux les moins rémanents, et donc ennuis techniques voire économiques pour tous les agriculteurs les utilisant; de plus chaque OGM portant un gène de tolérance à un herbicide peut devenir une mauvaise herbe pour un autre OGM tolérant le même herbicide; les filières non OGM pourraient être infestées par des OGM (en cas de croisement du maïs transgénique avec du maïs normal par exemple), et cela conduira à des difficultés d’existence de filières non OGM véritables (ex. pour l’agriculture biologique).

  • Dissémination des insectes prédateurs normaux non-résistants sur les cultures non OGM, et attaques plus importantes possibles de ces cultures normales (appelées parfois zones refuges, étudiées et nécessaires pour les semenciers, pour éviter le développement trop rapide des résistances).

  • Développements facilités et amplifiés de résistances chez les insectes (pour les plantes Bt), qui se développeront assurément avec le temps. Conséquences : attaques possibles des cultures biologiques traitées avec les micro-organismes Bt, attaques donc de cultures non OGM, et bien sûr d’OGM.

  • Développements plus rapides de nouveaux insectes prédateurs sur les cultures d’OGM résistantes à leur principal ravageur, la nature ayant horreur du vide; cela s’est déjà produit, et créera une fuite en avant vers le besoin croissant de nouveaux OGM.

  • Perturbations notables de la rhizosphère, évoquées par certains scientifiques.

  • Développements possibles de nouveaux virus après infections de plantes transgéniques résistantes aux virus (mais ce point ne sera pas développé dans cet exposé).

14Je vous rappelle que tout cela est pour un gain de productivité mineur (on parle de 7-8 % dans certains cas de cultures d’OGM), ou négatif (soja au Roundup) exploité par une minorité d’agriculteurs. Les rotations des cultures et leur variété, ou d’autres techniques, constituent des réponses plus adaptées, pour d’autres cultivateurs, au problème de la pyrale ou de la sésamie par exemple. Ces insectes et leurs larves sont des prédateurs gênants du maïs seulement dans certaines régions. Les bénéfices de quelques uns seront à mon avis largement en-dessous des pertes économiques liées aux problèmes multiples, évoqués ci-dessus, pour eux-mêmes et pour les autres.

  • 7  Encéphalopathie Spongiforme Bovine

15Sur le plan de la santé publique et de la santé des animaux, les recherches ont beaucoup progressé, elles nous permettent de mettre en avant des risques sérieux, ceux-ci pourraient avoir bien plus d’impact que la vache folle (on peut dénombrer dit-on moins de 100 cas de transmissions pour des maladies comparables à l’ESB7 à l’homme, sur 373 millions d’européens, le risque est donc seulement de 1/10 millions aujourd’hui).

    • 8  Encore présent dans une proportion très significative des OGM à venir.

    On se sert de gènes marqueurs qui sont des résidus technologiques inutiles, que les compagnies pourraient retirer, qu’elles se sont quelquefois engagées à retirer, et qui n’ont aucune utilité agronomique : je veux parler notamment des gènes de résistance aux antibiotiques. Comme il est souligné dans l’avis au CPP par des scientifiques très sérieux, on utilise notamment comme outils technologiques aujourd’hui inutiles, et selon les plantes, un gène de résistance à l’ampicilline par exemple, parfois ses fragments seulement se retrouvent dans la plante, où il n’est pas codant. Ce gène, il est vrai, est déjà trop répandu dans la nature, ou bien encore on utilise à la place un gène de résistance à la kanamycine8 , selon les constructions génétiques. Une seule mutation ou des mutations précises dans le premier gène (ce qui est fréquent chez les bactéries) confère(nt) une résistance à des antibiotiques très utilisés dans des infections graves, les céphalosporines [Courvalin, 1997; Roy, 1997]. De même, une seule mutation ou des mutations précises dans le second confère(nt) une résistance à l’amikacine [Courvalin, 1998], antibiotique très utilisé dans les infections graves (ex. méningites, ou infections bronchio-pulmonaires). On sait aujourd’hui que l’ADN a une bonne rémanence dans le sol [Paget et col., 1992], de l’ordre de l’année, donc chaque plante de maïs, par exemple, va pouvoir déposer jusqu’à des dizaines de milliards de cellules contenant ses gènes et transgènes dans le sol, ne serait-ce que par la dégradation des restes après récolte (et cela se fera sur des millions d’hectares à travers le monde !).

  • 9  Communication publique au Club CNRS d’Annecy, France, 22 Janvier 1998

16Les transgènes microbiens (c’est le cas pour ces transgènes de résistance aux antibiotiques) ont plus de chance que les gènes de plantes de se transférer avec expression dans les bactéries du sol (qui existent par milliards et milliards), et ce par exemple en cas de foudre qui induit des champs électriques favorisant la pénétration des gènes dans les cellules du sol [Dumas C., 1998]9 . Si chaque année des OGM sont replantés sur les mêmes champs en y déposant des milliards de milliards de gènes, les bactéries résistantes aux antibiotiques pourraient y augmenter régulièrement en pourcentage, car elles y existent déjà, et donc in fine se retrouver avec les aliments donnés non stérilisés aux animaux ou aux humains traités aux antibiotiques. Des études pour en savoir plus à ce niveau restent à accomplir. Voilà une voie favorable pour développer plus de résistances aux antibiotiques même via la chaîne alimentaire, phénomène qui n’a cessé de progresser depuis les années 1940 [Davies et Mazel, 1997], et qui devient un réel problème de santé publique, qu’il ne faudrait donc pas envenimer.

17Un seul agriculteur d’OGM qui mourrait d’une infection grave ne pouvant être traitée avec les antibiotiques cités et voilà naître peut-être un nouveau scandale. Sans compter les passages d’ADN par l’alimentation, ou par d’autres voies, extrêmement rarement décrites (mais quel sens cela a-t-il en biologie ?). Tous ces phénomènes, transferts d’ADN de bactéries à plantes ou autres, sont cependant explicités dans des publications internationales [Buchanan-Wollaston et col., 1987; Smith et col., 1992; Doolittle et Bork, 1997].

18Donc, première règlementation proposée : ne pas autoriser à la culture d’abord (voire à l’importation) des plantes transgéniques fabriquées avec des transgènes qui n’ont aucune utilité agronomique (ex. transgènes de résistance aux antibiotiques). On peut très bien s’en passer aujourd’hui, technologiquement, or leurs comportements dans la nature sont surveillés ensuite par des autorités. Les premiers OGM autorisés en contiennent, et ces premiers essais correspondent à une technologie dépassée de dix ans, qu'aura cours pendant encore cinq ans au moins. Ils obligent l’État à des contrôles coûteux, non nécessaires.

  • Nous arrivons maintenant au point le plus important à mes yeux. La vaste majorité (2/3 environ) des plantes transgéniques qui arrivent sur le marché ou pour les demandes officielles d’autorisations en cultures sont des plantes produisant ou tolérant des pesticides, donc des substances toxiques pour un ou généralement plusieurs maillons de l’écosystème.

  • 10  PCB : polychlorobiphényles, molécules non apparentées aux pesticides.

19Les pesticides comprennent les insecticides, les herbicides, les fongicides. Le maïs transgénique résistant à la pyrale ou à la sésamie produit un insecticide (protéine Bt) et certains maïs transgéniques tolèrent un herbicide total en plus, le soja aussi tolère un herbicide total, ceci vaut donc pour les deux plantes alimentaires principales dont les dérivés entrent dans un nombre extrêmement important de produits de consommation. Ces herbicides seront utilisés « au besoin » par les agriculteurs, et leurs prix peuvent diminuer s’ils tombent dans le domaine public et/ou sont produits en grande quantité par les semenciers fournisseurs d’OGM. Il a été montré que les polluants et/ou leurs résidus de transformation (ex. pour les PCB10 dans le lac Ontario), les pesticides (ex. DDT) peuvent se concentrer jusqu’à 25 millions de fois dans la chaîne alimentaire [Colborn et col., 1997], l’homme étant un consommateur secondaire les concentrant (ou leurs métabolites) dans sa graisse ou ses tissus, même s’il en élimine beaucoup; ces notions sont même publiées dans les livres de biologie de lycée.

  • 11  Un adduit est formé par une liaison covalente, donc forte, d’un xénobiotique (substance étrangère (...)
  • 12  Courrier International n°381, du 19 au 25 Février 1998, p.8 par George Monbiot, John Harvey, Mark (...)

20Deux herbicides totaux deviennent fort utilisés avec les plantes transgéniques alimentaires. Tout d’abord, comme on l’a vu, le glufosinate ammonium qui est toxique sur des cellules neuroépithéliales d’embryons de mammifères [Watanabe, 1997], au point de pouvoir perturber le fonctionnement du cerveau après la naissance [Fujii, 1997], puis le Roundup (principe actif glyphosate) qui a des effets négatifs sur la fertilité des mammifères [Yousef et col., 1995, 1996]. Et ce ne sont que des exemples. On pourrait parler des effets génotoxiques et mutagènes du Roundup [Kale et col., 1995; Bolognesi et col., 1997; Clements et col., 1997], de la formation d’adduits11 qu’il provoque dans l’ADN de mammifères avec ses composés non étudiés, ou produits de transformation encore inconnus [Peluso et col., 1998], de sa toxicité démontrée récemment chez le rat par administration orale ou intratrachéale [Adam et col., 1997], du manque de recherche de ses métabolites chez les animaux [Neskovic et col., 1996]. Révélateur est l’écrit du Courrier International12 :

« En Juin 1997, à New York, le représentant du ministère public a obligé Monsanto à retirer des publicités affirmant que le Roundup était biodégradable et respectueux de l’environnement. Selon le département de santé publique de l’Université de Californie, le glyphosate serait la troisième cause de maladies liées aux pesticides parmi les agriculteurs ».

21Le Roundup serait-il donc inoffensif ? Certains agriculteurs le croient, dont la formation par leurs techniciens-représentants commerciaux a sans doute été très incomplète. On a raconté bien des choses comparables pour d’autres produits classés aujourd’hui dangereux ou interdits. Les effets des pesticides sont connus car ils sont des empoisonneurs à bas bruit de fonctions cellulaires à long terme. Ils peuvent donc avoir à court, moyen, ou moins visiblement à long terme, des conséquences sur toutes les grandes fonctions : physiologie du cerveau, de la reproduction, de la respiration, de la digestion, il y a même possibilité de passage à travers la peau [Wester et col., 1996], des effets sur la baisse des défenses immunitaires et sur le développement des cancers...

  • 13  Impact Quotidien, n° 1133, mardi 25 novembre 1997, p.2.

22Beaucoup plus de contrôles doivent être effectués afin de connaître l’accumulation possible, ou les effets à long terme des herbicides ou de leurs résidus (de transformation ou de dégradation), dans les plantes transgéniques tolérantes, et les animaux qui les consomment; et cela avant d’utiliser « au besoin » ces toxiques pour la culture intensive de plantes alimentaires. Et comme cette utilisation d’herbicides totaux dans l’alimentation peut varier selon les lots, mais va de toute manière augmenter, en attendant de connaître tous leurs produits de métabolisme et leurs quantités dans chaque plante transgénique, il serait très prudent de suivre ces OGM dans des filières spécifiques, et d’étiqueter les produits importés. Car sinon, en cas de problème, toute la filière maïs ou soja serait touchée; comme toute la filière bovine fut concernée par le manque de traçabilité lors des déclarations d’ESB, et par des répercussions économiques négatives, ou des faillites en Europe. A mon avis, ces risques sanitaires des herbicides totaux, qui sont utilisés avec les plantes transgéniques, sont aujourd’hui bien supérieurs aux risques mineurs du prion contaminant (vache folle) pour la santé publique humaine et animale. Un agriculteur sur six est déjà victime des pesticides, titrait très sérieusement un journal médical13 .

23Donc, deuxième règlementation proposée : ne pas seulement suivre l’ADN des transgènes (qui est moins ou pas dangereux en soi à mon avis), que les pesticides et tous leurs produits de transformation dans la chaîne alimentaire. Cela est important notamment pour les herbicides homologués sur les plantes transgéniques développées spécifiquement dans le but de ne plus mourir en leur présence. (La plante non transgénique de la même espèce ne tolère pas l’herbicide total). Les résidus dangereux de ces herbicides peuvent se retrouver dans des produits alimentaires dérivés ou les animaux (dans les foies par exemple) qui ne contiennent normalement pas l’ADN des transgènes.

24Enfin, la connaissance du métabolisme des toxines insecticides produites par certaines plantes transgéniques devrait être bien meilleure, celles-ci pouvant être consommées par les bébés, les malades (surtout de l’estomac, ou avec des traitements médicaux particuliers qui changent son acidité par exemple). Ce seul argument justifie à lui seul un étiquetage précis des produits d’OGM et dérivés, afin que les instances décisionnelles soient en mesure de retirer si nécessaire les produits alimentaires à effets secondaires imprévus, ou de les annoncer aux personnes sensibles. Ce type d’insecticide « Bt » n’est pas synthétisé par la plante non transgénique, mais répandu sous une autre forme sur certaines cultures, ce qui est totalement différent quant au devenir du produit.

25En résumé, comme nous ne connaissons pas tous les produits du métabolisme des herbicides utilisés, chez les plantes et surtout chez les animaux et les humains, le besoin de traçabilité (filières spécifiques OGM) est donc crucial pour la protection de la santé publique. La notion d’équivalence alimentaire n’a pas de sens scientifique pour ce niveau de risque, si les résidus dangereux ne sont pas tous connus et mesurés. D’autant que l’avancée des recherches pourrait toujours en mettre en lumière de nouveaux. L’étiquetage serait donc la seule réponse intelligente pour le retrait éventuel des lots problématiques, encore une fois. La politique de l’autruche volontaire ou involontaire devient un crime contre l’humanité. J’insiste donc sur le fait que, à la limite, l’étiquetage des animaux

« nourris avec des OGM »

m’apparaît plus important que pour les végétaux, les résidus d’herbicides se concentrant possiblement avec la chaîne alimentaire.

  • 14  Le Quotidien du Médecin, "OGM : pour la première fois, des Américains se disent malades", 4/12/200 (...)

26Cependant, certains pesticides peuvent se concentrer dans des huiles ou des produits dérivés où on ne les attend pas, à cause des procédés de fabrication. Cette utilisation ou production de pesticides dans l’alimentation est nouvellement amplifiée avec les plantes transgéniques, justement génétiquement manipulées dans la plupart des cas, comme nous l’avons souligné, pour produire ou tolérer des pesticides. Certaines catégories de la population pourraient y être plus sensibles, il est impossible de le savoir à l’avance, les études d’allergénicité et de toxicité chronique (à long terme) étant manquantes. Hélas, les premiers patients allergiques à des maïs OGM se sont récemment regroupés14 . Le besoin de traçabilité (filières spécifiques OGM) est vraiment la seule réponse adaptée si on ne veut pas le faire a posteriori en cas d’accidents, comme pour les vaches folles, et les maladies et morts seraient sans excuses. En cas de problème aujourd’hui toutes les filières maïs (OGM ou non), ou soja ou colza par exemple, seraient concernées et visées par la crainte du public.

27Je passerai donc en conclusion sur les impacts socio-économiques majeurs des plantes transgéniques, évoqués ici ou là dans ma présentation, mais qui pourraient faire l’objet d’une étude en soi, ne serait-ce que par les pertes d’emplois directes chez les agriculteurs à production moins intensive ou moins riches, avant toute conséquence sur l’environnement ou la santé.

28En conclusion, les OGM sont des organismes nouveaux qui induisent des risques nouveaux, selon la majorité des scientifiques en commissions et dans les laboratoires; j’en ai réalisé ici une liste sommaire, et donc des contrôles nouveaux doivent y répondre, encore insuffisamment développés. Ils sont à réaliser avec des précautions globales communes en prenant en compte chaque cas très particulier. S’il y a nécessité de biovigilance pour risques éventuels, comme le désire l'Europe, le produit n’est donc pas sûr, il faut un moratoire. La combinaison de toutes les questions pré-citées pose de réels problèmes pour donner dès à présent des autorisations de cultures sur des millions et des millions d’hectares dans le monde. Voilà pourquoi au moratoire scientifique pour favoriser la recherche, doivent correspondre des moratoires agricoles et des consommateurs, violés par le manque d’étiquetage et d’information, et la rapidité fulgurante du phénomène qui s’impose dans l’alimentation quotidienne, ce sont des catégories de personnes qui doivent encore plus s’impliquer dans le débat.

29Les politiciens ont en charge les problèmes de la population, et après la pollution chimique et nucléaire, ils doivent faire face à la pollution génétique. Il faut que la volonté de développement sanitaire et harmonieux, c’est-à-dire la volonté de vrai progrès, soit à la mesure des fortes pressions commerciales. Or les dirigeants de ces pressions, jusqu’à preuve du contraire, apparaissent comme les décideurs; et ils n’ont pas forcément l’intérêt le plus général comme cible. Bonne chance alors à l’espèce humaine !

Remerciements

30Je remercie sincèrement le Dr. Jean-Michel Panoff (Université de Caen, Laboratoire de Microbiologie Alimentaire) pour son aide en recherche bibliographique et les discussions fructueuses, ainsi que les agriculteurs de différents syndicats pour leurs informations pertinentes.

Haut de page

Bibliographie

Adam A., Marzuki A., Abdul Rahman H., Abdul Aziz M. (1997) The oral and intratracheal toxicities of Roundup and its components to rats. Vet. Hum. Toxicol. 39, 147-151.

Bolognesi C., Bonatti S., Degan P., Gallerani E., Peluso M., Rabboni R., Roggieri P., Abbondandolo A. (1997) Genotoxic activity of glyphosate and its technical formulation Roundup. J. Agric. Food Chem. 45, 1957-1962.

Buchanan-Wollaston V., Passiatore J.E., Cannon F. (1987) The mob and oriT mobilization functions of a bacterial plasmid promote its transfer to plants. Nature 328, 9, 172-175.

Clements C., Ralph S., Petras M. (1997) Genotoxicity of select herbicides in Rana catesbeiana tadpoles using the alkaline single-cell gel DNA electrophoresis (Comet) assay. Environ. Mol. Mutagenesis 29, 277- 288.

Colborn T., Dumanoski D., Myers J.P. (1997) L’homme en voie de disparition ? Terre Vivante Ed. (Mens, France).

Courvalin P. (1997) Evolution de la résistance aux antibiotiques. Médecine / Sciences 13, 925-926.

Courvalin P. (1998) Plantes transgéniques et antibiotiques. La Recherche 309, 6-40.

Davies J., Mazel D. (1997) Comment la résistance vient aux bactéries. Biofutur 170, 14-22.

Doolittle R., Bork P. (1997) Les domaines des protéines, témoins de l’évolution. Pour la Science, 98-105.

Fujii T. (1997) Transgenerational effects of maternal exposure to chemicals on the functional development of the brain in the offspring. Cancer Causes and Control 8, 524-528.

Kale P.G., Petty B.T.Jr., Walker S., Ford J.B., Dehkordi N., Tarasia S., Tasie B.O., Kale R., Sohni Y.R. (1995) Mutagenicity testing of nine herbicides and pesticides currently used in agriculture. Environ. Mol. Mutagen. 25, 148-153.

McGaughey W.H. (1985) Insect resistance to the biological insecticide Bacillus thuringiensis. Science 229, 193-195.

McGaughey W.H., Johnson D.E. (1987) Toxicity of different serotypes and toxins of Bacillus thuringiensis to resistant and susceptible indianmeal moths (Lepidoptera : Pyralidae). J. Econ. Entomol. 80, 1122-1126.

McGaughey W.H., Beeman R.W. (1988) Resistance to Bacillus thuringiensis in colonies of indianmeal moth ans almond moth (Lepidoptera : Pyralidae). J. Econ. Entomol. 81, 28-33.

Miller R. (1998) Echanges de gènes entre bactéries. Pour La Science 245, 61-65.

Neskovic N.K., Poleksic V., Elezovic I., Karan V., Budimir M. (1996) Biochemical and histopathological effects of glyphosate on carp, Cyprinus carpio L. Bull. Environ. Contam. Toxicol. 56, 295-302.

Paget E., Jocteur Monrozier L., Simonet P. (1992) Adsorption of DNA on clay minerals : protection against DnaseI and influence on gene transfer. FEMS Microbiol. Letters 97, 31-40.

Peluso M., Munnia A., Bolognesi C., Parodi S. (1998) 32P-postabeling detection of DNA adducts in mice treated with the herbicide Roundup. Environ. Mol. Mutagen 31, 55-59.

Roy P.H. (1997) Dissémination de la résistance aux antibiotiques : le génie génétique à l’oeuvre chez les bactéries. Médecine / Sciences 13, 927- 933.

Smith M.W., Feng D.F., Doolittle R.F. (1992) Evolution by acquisition : the ase for horizontal gene transfers. TIBS, 17, 489-93.

Watanabe T. (1997) Apoptosis induced by glufosinate ammonium in the neuroepithelium of developing mouse embryos in culture. Neurosc. Letters 222, 17-20.

Wester R.C., Quan D., Maibach H.I. (1996) In vitro percutaneous absorption of model compounds glyphosate and malathion from cotton fabric into and through human skin. Food and Chem. Toxicol. 34, 731-735.

Yousef M.I., Salem M.H., Ibrahim H.Z., Helmi S., Seehy M.A., Bertheussen K. (1995) Toxic effects of carbofuran and glyphosate on semen characteristics in rabbits. J. Environ. Sci. Health, B30(4), 513-534.

Yousef M.I., Bertheussen K., Ibrahim H.Z., Helmi S., Seehy M.A., Salem M.H. (1996) A sensitive sperm-motility test for the assessment of cytotoxic effect of esticides. J. Environ. Sci. Health, B31(1), 99 - 115.

Haut de page

Notes

1  revue 60 millions de consommateurs, n°316, Avril 1998, pp. 14-19.

2  « Génie Génétique, des chercheurs citoyens s’expriment » (Ed. Sang de la Terre et Ecoropa, Paris, 1997).

3  L’auteur est membre du Comité provisoire de biovigilance mis en place par le Ministère de l’Agriculture de la Pêche

4  Diffusé notamment en conférence de presse

5  Bt pour Bacillus thuringiensis, micro-organisme producteur d’insecticides dont on prélève les gènes pour les insérer dans les plantes transgéniques dites « Bt ».

6  Les transgènes sont les gènes étrangers transplantés dans les OGM, venant le plus souvent d’une espèce vivante différente, mais remaniés dans leur séquence pour leur permettre une forte expression (avec un promoteur de virus de plante, par exemple), ou adaptée aux besoins (séquence codante remaniée pour expression eucaryotique).

7  Encéphalopathie Spongiforme Bovine

8  Encore présent dans une proportion très significative des OGM à venir.

9  Communication publique au Club CNRS d’Annecy, France, 22 Janvier 1998

10  PCB : polychlorobiphényles, molécules non apparentées aux pesticides.

11  Un adduit est formé par une liaison covalente, donc forte, d’un xénobiotique (substance étrangère à l’organisme, comme un polluant) ou d’une autre molécule sur une base de l’ADN par exemple, sa présence ou son élimination favorisent les mutations. Nous avions déjà suggéré qu’il fallait les rechercher avant qu’on ne les retrouve avec le Roundup chez les mammifères, cf. l’ouvrage « Génie Génétique » Ed. Sang de la Terre, 1997.

12  Courrier International n°381, du 19 au 25 Février 1998, p.8 par George Monbiot, John Harvey, Mark Milner et John Vidal

13  Impact Quotidien, n° 1133, mardi 25 novembre 1997, p.2.

14  Le Quotidien du Médecin, "OGM : pour la première fois, des Américains se disent malades", 4/12/2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles-Eric Seralini, « Les OGM et la recherche : science ou business ? Risques Toxiques et Environnementaux liés aux Plantes Transgéniques commercialisées. », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 2 Numéro 1 | avril 2001, mis en ligne le 01 septembre 2001, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/4070 ; DOI : 10.4000/vertigo.4070

Haut de page

Auteur

Gilles-Eric Seralini

Université de Caen, IBBA, Esplanade de la Paix, 14032 Caen Cedex France, fax. 33.(0)2.31.56.53.20 membre de deux commissions gouvernementales chargées d’évaluer les OGM avant et après commercialisation, président du conseil scientifique du CRII-GEN (www.crii-gen.org), et auteur de « OGM, le vrai débat », coll. Dominos, Ed. Flammarion.criigen@ibba.unicaen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page