Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 2 Numéro 2Section couranteUne invasion en Nouvelle-Calédoni...

Section courante

Une invasion en Nouvelle-Calédonie – Faire face à la fourmi électrique (Wasmannia auropunctata)

Samuel Pinna

Entrées d’index

Lieux d'étude :

Océanie
Haut de page

Texte intégral

1Appelée localement la fourmi électrique, Wasmannia auropunctata (Hymenoptera : Formicidae, Roger, 1863) est présente depuis une trentaine d’années en Nouvelle-Calédonie. On ne connaît pas exactement son année d’introduction mais c’est en 1972, dans la commune de Dumbéa, qu’elle a été remarquée et collectée pour la première fois (Fabres & Brown 1978).

2   Son nom vernaculaire de fourmi électrique lui vient de son extrême agressivité et de sa piqûre irritante. L’expansion de cette fourmi vagabonde, appelée « little fire ant » par les Anglo-saxons, a des conséquences écologiques et humaines notables. Elle est considérée aujourd’hui comme la plus dangereuse peste introduite dans l’archipel Calidonien (Cochereau & Potiaora 1995); Jourdan 1997). Sa plasticité écologique lui permet de se développer dans tout type de milieu, même si on observe chez ses populations d’amples variations spatiales et temporelles. Elle a en particulier fortement envahi les forêts tropicales sèches (Jourdan 1999). La superficie très réduite de ces milieux originaux, patrimoine naturel unique, pose un problème aigu de conservation que l’introduction de cette fourmi amplifie encore.

3    L’envahisseur est une menace pour la diversité biologique et la nuisance qu’il induit a des conséquences sociales et économiques. De par son comportement agressif et la pénibilité de sa piqûre au venin puissant, elle a plusieurs impacts sur l’homme. Elle rend les chiens aveugles, décourage les éleveurs (stockmen) de faire pâturer leurs troupeaux dans certaines zones très envahies, investit les jardins et les maisons et rend certaines cultures, comme le café, difficiles et très pénibles à conduire (Cochereau & Potiaora 1995). En 1978, les pouvoirs publics ont engagé l’opération « café soleil » pour fournir une culture de rente aux tribus mélanésiennes. Il apparaît aujourd’hui que cette opération est un échec. La présence de fortes populations de Wasmannia sur les caféiers a rendu les cultivateurs très réticents à accomplir les tâches d’entretien et de récolte. Elle est, comme on le verra plus loin, une des causes d’abandon de cette culture. Cet abandon tient probablement aussi à « l’inéquation de la logique du développement à la logique de la société mélanésienne » (David 1993).

Vue sur la Nouvelle-Calédonie

4   À 1500 km de l’Australie et à 1000 km de la Nouvelle Zélande, la Nouvelle-Calédonie a vécu longtemps un isolement qui n’était pas que géographique. Il y a environ 3000 ans les premiers hommes s’y installèrent et la colonisation du territoire par les Français date de 1853. Son statut de territoire d’outre mer (TOM) a évolué récemment et elle a aujourd’hui le statut de pays d’outre mer, suite aux Accords de Nouméa. Les rapports politiques et sociaux de la Nouvelle-Calédonie avec la métropole sont donc relativement complexes et la question de son indépendance reste toujours au cœur du débat politique local. On distingue classiquement les « Kanaks » (les autochtones) et les « Caldoches » (descendant de migrants français, colons libres ou transportés de la pénitentiaire, qui y ont fait souche), les « métros » ou « zoreilles » qui sont des français de métropole installés depuis peu ou qui occupent temporairement un emploi en Nouvelle-Calédonie (certains fonctionnaires en particulier). Mais le pays est en fait une mosaïque d’ethnies de diverses origines. Actuellement, sa population compte environ 50% de Mélanésiens, 30% d’Européens, et 20% issus d’autres ethnies (Indonésiens, Vietnamiens, Tahitiens, Wallisiens, Futuniens…). La société Kanak, dont la transformation est indéniable, conserve un enracinement coutumier très profond, qui se retrouve dans l’organisation du travail et le particularisme fort de la question foncière. En terme de développement, c’est donc un territoire jeune avec une grande diversité culturelle.

5Au plan de la géographie, la Nouvelle-Calédonie est une grande île de 19 000 km2. Soumise le plus souvent au courant des alizés, elle bénéficie d’un climat relativement tempéré que l’on peut qualifier de « tropical océanique ». De décembre à mars c’est la saison chaude, suivie d’une intersaison d’avril à mai où les pluies et les températures diminuent. La saison fraîche s’étend de juin à août (hiver austral) qui précède d’une belle intersaison de septembre à novembre, la période la plus sèche.

6   Un élément marquant de l'environnement insulaire de la Nouvelle-Calédonie est son endémisme botanique voisin de 75% (Jaffré & Veillon 1994). Cet endémisme et l’originalité de la Nouvelle-Calédonie en font une des 10 « hot spots » de la diversité tropicale (Myers, 1988 in Bouchet et al. 1995). Cet environnement est donc unique, mais il est aussi fragile et particulièrement sensible aux invasions biologiques.

7La multiplicité de substrats et des nuances climatiques a modelé et diversifié les milieux calédoniens. On distingue une végétation autochtone ou primaire avec plus de 3000 espèces dont 76% sont endémiques. Ses diverses formations couvrent plus de la moitié du territoire : ce sont les mangroves, les zones lacustres, les forêts denses humides sempervirentes, les maquis miniers, les forêts sclérophylles et les franges côtières. La végétation modifiée ou secondaire, compte une centaine d’espèces pantropicales. Ce sont les savanes herbeuses ou arborées (niaouli : Melaleuca), les fourrés à mimosa, à goyavier, à gaïac (Acacia spirorbis)… qui résultent d’une dégradation progressive des milieux natifs (Jaffré & Veillon 1994).

8   Près de la moitié du territoire est considérablement modifiée par les activités humaines, qui menaçent sa diversité animale et végétale. Contrairement à d’autres régions du monde l’exploitation forestière n’est pas ici la menace principale, même si l’exploitation « sélective » du bois pratiquée en Nouvelle-Calédonie a eu aussi des conséquences. L’extension du pâturage et les feux de brousse fréquents ont été les causes majeures du recul des forêts, en particulier sur la côte Ouest. De ce fait la forêt dense humide recouvre encore 4000 km2 (représentant 15% de la superficie totale, 22% en prenant en compte les formations de transition) tandis que la forêt sclérophylle, appelée aussi forêt sèche, ne recouvre plus que 350 km2. Réduite à moins de 2% de sa superficie originale, la forêt sclérophylle est un patrimoine à préserver.

Les forêts tropicales sèches : conservation d’un patrimoine naturel

9Les forêts sèches ou forêts sclérophylles sont des biotopes qui ont comme caractéristique principale une carence hydrique. Par définition, ce sont l’ensemble des formations végétales intactes ou plus ou moins dégradées, toujours vertes (sempervirentes), aux feuillages coriaces et vernis (Jaffré & Veillon 1994). La strate arborescente est de faible hauteur avec des individus dépassant rarement 15 mètres de haut et 40 centimètres de diamètre, alors que la strate arbustive est dense et accompagnée de nombreuses lianes. La strate herbacée est constituée de graminées pour l’essentiel. La pluviométrie annuelle est inférieure à 1000 mm et les températures sont élevées. Originalement, ces formations se trouvaient sur des substrats variés mais leur régression les cantonne aujourd’hui généralement sur roches sédimentaires.

10La diversité de la flore actuelle de ce milieu est relativement faible par rapport aux forêts tropicales humides de la côte Est : on n’y rencontre que 13% des espèces autochtones connues du territoire. On recense 410 espèces végétales (246 genres et 91 familles) avec un taux d’endémisme de 56% et plusieurs espèces rares, qui ne se retrouvent que dans une ou deux stations (Jaffré & Veillon 1994). Notre méconnaissance des invertébrés nous laisse supposer une grande originalité de la faune (Bouchet et al. 1995).

11Les forêts sclérophylles occupaient jadis l’ensemble des plaines de la côte Ouest, depuis le littoral jusque sur les premières pentes à environ 300m d’altitude. C’est donc la moitié de la superficie forestière de la Nouvelle-Calédonie qui a disparu. Avant l’arrivé de l’homme, on estime que la forêt sèche recouvrait 4000km2 : il n’en reste que 350km2. Les formations primaires représentent 100km2 et le reste est plus ou moins dégradé, comprenant une proportion variable de gaïac (Acacia spirorbis) ou de niaouli (Melaleuca quinquenervia) (Bouchet et al. 1995). Il ne subsiste en fait de cette forêt que des lambeaux reliques (entre 1 et 10 ha) isolés par les savanes et d’autant plus vulnérables que l’abroutissement et le piétinement de nombreux animaux sauvages ou domestiques (cerfs, bovins, chèvres, cochons…) inhibent la régénération de sa flore.

La problématique Wasmannia

Expansion sur l’archipel néo-calédonien

12Originaire d’Amérique du Sud, W. auropunctata connaît maintenant une dispersion mondiale : Bermudes, Californie, Floride, Cameroun, Congo, archipel des Galápagos, Île Cocos au large du Mexique, Wallis et Futuna, Îles Salomon, Îles Banks au nord de Vanuatu, récemment Hawaii. On l’a même trouvée dans des serres en Angleterre et au Canada . (Jourdan 1999).

13La propagation de cet insecte est principalement anthropique. On estime le début de l’invasion de la Nouvelle-Calédonie aux années 60 - 70, ce qui coïncide avec l'introduction du pin Caraïbe (Pinus cariboea var hondurensis) (Chazeau et al. 2000). L’implantation de cette essence forestière est l’hypothèse la plus convaincante pour expliquer l’introduction de la fourmi électrique.

14Initialement, W. auropunctata était confinée aux zones anthropisées. Actuellement elle est présente dans tout les types de milieu naturels : forêt sclérophylle, forêt tropical humide, maquis minier. Toute la grande terre est infestée, mis à part quelques zones encore indemnes et qui mériteraient de le rester (Cochereau & Potiaora 1995) ; (Chazeau et al. 2000). Le reboisement en pin caraïbe, la relance de la filière café, les travaux de terrassement, forestiers ou agricoles, qui induisent le transport de terre ou de matériaux susceptibles de fournir un site de nidification (comme de simples parpaings) sont autant d’activités qui propagent l’envahisseur si les plus grandes précautions ne sont pas prises (Chazeau et al. 2000). Wasmannia a ainsi été transportée jusqu’aux îles Loyauté, à l’île des Pins, et même à la très isolée île Walpole. Pourtant, sans vol nuptial, W. auropunctata n’étend son implantation que par bourgeonnement des nids, donc à courte distance. L'homme est le principal vecteur de son déplacement sur de longues distances, même si un déplacement passif de sexués peut se produire naturellement, par exemple lors de fortes averses où on observe des fourmis « embarquées » sur des feuilles filant le long de cours d'eau.

Une fourmi vagabonde : Les raisons biologiques de son succès

15Avec des ouvrières lentes et de très petite taille (1.2 à 1.5 mm), sans combattants spécialisés (espèce monomorphe), on peut se demander quels sont les avantages de cette espèce face à d’autres fourmis, d’autres insectes prédateurs ou des araignées, tous beaucoup plus gros qu’elle. En fait, les ouvrières possèdent un aiguillon et un venin très puissant, mais sa réussite vient aussi de ses caractéristiques biologiques générales. La « fourmi électrique » est une fourmi vagabonde (« tramp species »). On désigne ainsi des espèces qui partagent des caractères biologiques particuliers (groupement fonctionnel, non taxinomique ou phylogénétique). Selon Passera (1994) ils sont au nombre de huit : absence de vol nuptial, accouplement intranidal et développement par bourgeonnement des nouvelles colonies ; polygynie fonctionnelle, c’est à dire cohabitation de plusieurs reines sans dominance hiérarchique ; unicolonialité, formant une supra-colonie interconnectée ; tendance à la migration ; grande agressivité interspécifique ; brièveté de la durée de vie des reines ; stérilité des ouvrières ; petite taille et monomorphie des ouvrières.

16W. auropunctata est une espèce principalement terricole (litière). Dotée d’une grande plasticité écologique, elle est capable de coloniser une vaste gamme d’habitats. Sa tolérance aux conditions abiotiques est d’autant plus grande qu’elle ne construit pas de véritable fourmilière ou nid et qu’elle déménage facilement lorsque nécessaire. Elle est opportuniste quant au choix des sites de nidification et on trouve des colonies dans la litière entre des feuilles agglomérées, dans du bois en décomposition, sous des pierres, et même quelque fois à l’aisselle des branches de certains arbres (Jourdan 1999).

17Sa polyphagie est un atout supplémentaire. Elle est là encore opportuniste, avec une alimentation basée à 60% de miellat d’homoptères (Clark et al. 1982) et elle consomme occasionnellement de la matière organique ; du nectar floral, des graines, des fleurs. Elle est en activité 24 heures par jour, même quand il pleut (Tennant 1994), son agressivité interspécifique est forte, son agressivité intraspécifique quasiment inexistante, son recrutement en masse très rapide et continu et sa capacité à monopoliser les ressources pourrait être amplifiée par l'utilisation de phéromones répulsives (Jourdan 1999).

18Malgré l’absence de compétiteurs, prédateurs ou parasites notables, l’extension de l’envahisseur est un phénomène assez lent, impliquant la progression par fronts pour la conquête des territoires adjacents. Mais l’adéquation de sa plasticité écologique et des activités humaines lui confère la possibilité d’être facilement déplacée dans toute la ceinture tropicale. Quand elle trouve des conditions favorables, elle peut saturer le biotope, formant « un véritable tapis vivant de fourmi » (Hölldobler & Wilson 1990).

Dominance écologique et menace sur la biodiversité

19Une centaine d’espèces de fourmis est inventoriée en Nouvelle-Calédonie et on peut estimer l’effectif de la myrmécofaune à 155 espèces avec environ 65 % d'endémisme (Jourdan 1999). W. auropunctata n’est pas la seule fourmi exotique du territoire : 23 espèces, dont 14 autres « tramp species » ont été accidentellement introduites.

20Avec des taux d’endémisme allant de 100% pour les Ephéméroptères, les Trichoptères et jusqu’à 35% pour les Lépidoptères (Delsinne 2000), la Nouvelle-Calédonie offre une richesse et une diversité entomologiques élevées. Le risque que le déséquilibre engendré par l’action de l’envahisseur induise une forte perte de biodiversité est donc grand, car la fourmi électrique est omniprésente. On la croyait restreinte aux plaines mais elle est aussi active en altitude : à 400 mètres au sud (Mts Koghis), à 600 mètres au nord-est (Mt Panié) (Jourdan 1997). Dans les forêts sclérophylles fortement infestées, on observe une nette diminution des populations de reptiles et de geckos (Jourdan 1997). Dans ce milieu les effectifs de W. auropunctata sont impressionnants et sa dominance est écrasante (Chazeau et al. 2000). Elle peut représenter jusqu'à 60% des arthropodes récoltés (Jourdan 1997).

21La petite fourmi de feu semble avoir un impact beaucoup plus grand en milieu insulaire qu’en milieu continental. En effet son impact reste local en Floride et au Cameroun. Au Brésil (sa zone d’origine), elle n'est notable qu'en culture et spécialement en culture de cacao (Majer et al, 1994 in Jourdan 1997). Les niches écologiques qui peuvent être occupées par des Formicidae dans la ceinture tropicale semblent n'être que partiellement occupées dans les îles du Pacifique. Cela pourrait être une raison de sa spectaculaire réussite (Jourdan 1997).

Impacts humains et économiques

22La réputation de cet insecte n’est plus à faire en Nouvelle-Calédonie. Sa nuisance est perceptible jusque dans les jardins de Nouméa, seule vraie ville de l’île. Mais, au plan humain, le problème n’est pas là où la disponibilité des produits de traitement et le pouvoir d'achat permettent de le traiter. Ce sont les populations rurales qui sont vraiment affectées au quotidien. (Chazeau et al. 2000). Elle envahit les jardins, parfois des installations électriques, les habitations traditionnelles (où elle peut installer ses nids dans la toiture). Elle interfère directement avec la vie quotidienne des « broussards » et particulièrement des mélanésiens. La piqûre de Wasmannia provoque une réaction cutanée qui peut durer plusieurs jours avec de fortes démangeaisons. Les piqûres répétées aux yeux des chiens provoquent des kératites qui engendrent la cécité (très fréquente chez les chiens en tribu). Les troupeaux sont dérangés par l’irritante piqûre et les « stockmen » évitent des zones très envahies. En absence d’enquête zootechnique on ne connaît cependant pas l’importance des nuisances dans le domaine de l’élevage et la question reste posée quant aux herbivores sauvages, comme les cerfs.

23Cette fourmi a aussi un impact sur les productions agricoles (maraîchage, arboriculture, caféiculture). Sa piqûre n’encourage pas les travaux d’entretien et de récolte. On assiste ainsi à l’abandon progressif d’une culture de rente comme la caférie familiale mélanésienne (Chazeau et al. 2000). D’autre part, sa présence interfère avec les complexes parasitaires : elle entretient une relation de mutualisme avec des cochenilles (notamment Coccus viridis) qui sont pour elles de véritables « vaches à miellat » et qu’elles élèvent et protègent (Cochereau & Potiaora 1995). Insectes piqueurs de sève, les cochenilles prolifèrent alors l’abondant miellat qu’elles sécrètent forme un excellent substrat nutritif pour un champignon (Meliola sp.), qui en proliférant noircit les feuilles d’un feutrage qu’on appelle la fumagine. Cette nuisance secondaire altère la fonction chlorophyllienne, peut faire dépérir les plants et dégrade sensiblement le paysage (Cochereau & Potiaora 1995).

Lutte contre l’envahisseur

24Le programme de lutte intensif mené entre 1975 et 1976 sur l’île de Santa-Fé (Galápagos) illustre l’inefficacité des méthodes chimiques les plus drastiques. Durant ce programme l’arrachage de la strate herbacée, le retournement de pierres susceptibles d’abriter des nids, le brûlage et le traitement à base de pyréthrines et de DDT ont été pratiqués. Le tout pour un échec, puisque Wasmannia a été de nouveau détectée 6 ans plus tard (Abedrabbo 1994). En outre, les mesures de fortune contre ces fourmis, qui sont souvent les seules que des populations à faible pouvoir d’achat et à faible technicité peuvent adopter, n’ont jamais apporté que de très brefs soulagements. Aux îles Banks (Vanuatu) récemment envahies (vers 1995), on a tenté de les brûler, de les ébouillanter, de protéger les abords des habitations en répandant de l’huile de vidange ou du pétrole ; mais les zones ainsi traitées ont toujours été rapidement réenvahies (Chazeau & Bonnet de Larbogne 1999).

25En Nouvelle-Calédonie, quelques tentatives de traitement du sol à l’aide de Diazinon® ont été réalisées en liaison avec la Direction de l’Économie Rurale : les zones traitées ont encore une fois été réenvahies (Chazeau et al. 2000). En fait, on admet qu’un contrôle efficace de population de fourmi n’est jamais obtenu à l’aide d’insecticides de contact. Cela tient à l’organisation sociale des fourmis : ce type d’insecticide ne tue que les ouvrières, non les reines et les couvains sexués (Chazeau et al. 2000). De plus, ces insecticides manquent totalement de spécificité. L’application ponctuelle est impossible, puisque les nids de Wasmannia sont diffus, et leur usage impose une application par épandage, avec toutes ses conséquences induites sur l’environnement. On a cependant utilisé en caférie une technique qui consiste à placer un chiffon à la base des troncs, en le badigeonnant d’huile de coco additionnée de Diazinon (Cochereau & Potiaora 1995). Elle limite efficacement l’accès au feuillage mais ne peut éradiquer les populations, car l’opportunisme alimentaire de Wasmannia, lui permet facilement de compenser la perte de ressource, en utilisant la diversité des ressources disponibles dans les caféries sous ombrage peu ou pas entretenues (Chazeau et al. 2000).

26Si le principe de la lutte biologique est assez simple (introduire l’antagoniste de l’espèce nuisible pour réguler naturellement ses populations), les critères nécessaires pour sa mise en place sont plus difficiles à réunir : spécificité, efficacité, praticabilité, durabilité. Aucune forme de lutte biologique contre les Formicidae n’a encore connu de succès (Ulloa Chacón & Cherix 1994).

27Mais les agents qui régulent les populations de Wasmannia existent évidemment dans sa région d’origine. On connaît un Hyménoptère Eucharitidae, Orasema minutissima (Heraty 1994), mais tout reste à apprendre sur cet insecte avant d’envisager une possible exploitation : spécificité parasitaire, capacité et longévité d’action, impact réel. Il existe aussi des Diptères Phoridae, qui influencent plus le fourragement et la récolte de ressources que les effectifs des populations. Leur utilisation pourrait être efficace pour les zones de front en réduisant la capacité compétitive de W. auropunctata (Jourdan 1999). Mais aujourd’hui aucun ennemi naturel ne semble capable d’un contrôle efficace. Il n’y a donc pas de « solution miracle » pour lutter contre Wasmannia auropunctata. Le déplacement de son cortège parasitaire pour la mise en œuvre d’un programme de lutte intégrée semble un idéal encore très lointain. Nos lacunes sur la biologie même de Wasmannia dans son milieu naturel d’origine sont d’ailleurs flagrantes.

28Une autre méthode de contrôle consisterait à favoriser des fourmis compétitrices, de préférence choisies parmi les espèces natives de Nouvelle-Calédonie. Il existe dans les milieux anthropisés une Pheidole introduite (P. megacephala ) qui est capable de résister à Wasmannia : un front stable en caférie a ainsi été suivi (Bangou) pendant plus d'un an (Chazeau et al. 2000). Mais, même si elle offre l’avantage de ne pas piquer, elle est aussi une « tramp specie » et les expériences australienne et hawaienne n’incitent pas à la déplacer dans les milieux naturels. La compétitivité des espèces natives est en cours d'étude (J. Le Breton, com pers.).

Applicabilité d’un contrôle à l’aide d’appâts empoisonnés

29L’équipe du laboratoire de zoologie appliquée de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD, Centre de Nouméa) mène actuellement des essais de lutte à l’aide d’appâts toxiques. Cette recherche n’a pas comme finalité de trouver une solution unique au problème Wasmannia, mais d’apporter un élément de contrôle pragmatique en l’attente d’une solution globale. Contrairement au insecticides de contact, ces appâts ne tuent pas immédiatement les ouvrières qui ramènent l’insecticide au nid pour détruire reines et couvains. L’utilisation simultanée d’insecticides de contact et d’appâts empoisonnés est donc à proscrire (Chazeau et al. 2000). On cherche à savoir si la destruction locale complète (ouvrières, reines et couvains) des populations de Wasmannia est possible par cette méthode dans les conditions de terrain. Les essais ont lieu dans la caférie familiale de la tribu de Paouta (commune de Pouembout), dans une forêt sèche totalement envahie de la presqu’île de Pindaï et sur un front d’invasion au sein de cette forêt.

30Aucun appât ciblant spécifiquement Wasmannia n’a été mis au point. On est donc réduit à utiliser des produits ciblés contre d’autres espèces (Chazeau et al. 2000), en l’occurrence de l’Amdro® (maïs concassé, comme attractif huile de soya, matière active hydramethylnon). L’Amdro a originalement été développé contre la fourmi de feu Solenopsis invicta qui est aussi une « tramp specie », mais de taille plus grande. Il a été testé avec succès contre Wasmannia en laboratoire (Williams & Whelan 1992) et a offert des résultats probants sur le terrain aux Galápagos (Abedrabbo 1994).

31Chazeau et al (2000) ont déjà mené des essais similaires dans une caférie familiale de la tribu de Bangou (commune de Païta) entre avril 1998 et mai 1999. L’expérimentation n’a pas atteint l’objectif recherché d’une diminution significative des populations. Les raisons possibles de cet échec sont multiples : conditions climatiques défavorables (fortes pluies lessive le produit, contrairement aux conditions sèches au Galápagos) ; pression de traitement insuffisante ; produit d’origine mal adapté à la cible Wasmannia (granulométrie).

32Les essais sont donc repris dans des conditions qui paraissent optimum, afin de clarifier l’intérêt de cette technique dans les conditions de terrain de la Nouvelle-Calédonie. Pour la caférie, la question est de savoir si on peut retrouver des conditions d’exploitation « normales » (suppression de la nuisance). Pour la forêt sèches, la question est double : savoir si on peut éliminer Wasmannia d’une zone naturelle envahie, en espérant le retour des espèces locales ; et savoir si on peut endiguer, voire faire reculer un front d’invasion.

33On ne connaît pas précisément le jeu des facteurs abiotiques qui commandent la dynamique annuelle des populations de Wasmannia (Chazeau et al. 2000). Néanmoins il est clair que l’expérimentation doit avoir lieu pendant la saison sèche. Mis en œuvre depuis le début septembre 2001, pour une durée de 8 à 10 semaines, les essais ont commencés quand les populations étaient à leur plus bas niveau, avant la remontée des températures (sortie de l'hiver austral) et avant l’augmentation des ressources. On utilise une granulométrie plus fine (réalisée de façon artisanale) et les traitements sont plus intensifs (une application hebdomadaire). L’évolution quantitative des populations de Wasmannia est suivie par un échantillonnage au moyen de pièges de Barber ou "pitfall traps".

Perspectives d’actions futures

34Les fourmis sont souvent discrètes dans leur phase initiale d’introduction mais certaines sont devenues de véritables pestes en région tropicale (Jourdan 1997). L’étude en cours veut mettre en relief l’applicabilité ou non des appâts toxiques dans le contexte calédonien. Elle ne prétend pas trouver l’unique et miraculeuse solution. La prévention reste plus que jamais nécessaire pour essayer de protéger les milieux encore indemnes.

35Les appâts toxiques n’ont pas les conséquences néfastes des produits chimiques largués dans l’environnement, mais ils ne sont certainement pas sans effets pervers. S’ils s’avèrent efficaces, ces appâts pourraient conduire à une amélioration de la situation, mais seulement pour une gestion à court ou à moyen terme du problème. Le retour à un équilibre écologique est nécessaire pour espérer une gestion durable de l’environnement. La poursuite des recherches pour trouver une solution de contrôle biologique plus adéquate est donc essentielle. De plus, la problématique Wasmannia ne représente pas seulement une question de « gestion de l’environnement ». Sa dimension humaine va plus loin. Pour la prévention, et encore plus pour l’appropriation par les populations locales de nouvelles techniques de lutte, la sensibilisation et l’éducation sont primordiales.

36Le maintien de la biodiversité insulaire de la Nouvelle-Calédonie et la baisse des nuisances induites chez l’homme par la Wasmannia auropunctata sont des enjeux majeurs. Cette invasion montre les interactions complexes entre la dimension naturelle et la dimension humaine du problème, et le mythe du « One best way » pour résoudre les problématiques environnementales se trouve bien malmené par cette irritante fourmi électrique…

Haut de page

Bibliographie

Abedrabbo, S. (1994): Control of the little fire ant Wasmannia auropunctata on Santa Fe Island in the Galapagos Islands. In: Exotic ants: Biology, impact, and control of introduced species (Williams, D. F. ed). Westview Press, Boulder, CO. 332 p. pp. 219-227.

Bouchet, P., Tanguy, J. & Veillon, J. (1995): Plant extinction in New Caledonia : protection of sclerophyll forests urgently needed. Biodiversity and conservation 4, 415-428.

Chazeau, J. & Bonnet de Larbogne, L. (1999): The invasion of the little fire ant Wasmannia auropunctata in Vanuatu. Report to the Pacific Community., pp. 1-10, IRD, Nouméa.

Chazeau, J., Potiaroa, T., Bonnet de Larbogne, L., Konghouleux, D. & Jourdan, H. (2000): Etude de la "fourmi électrique" Wasmannia auropunctata (Roger) en Nouvelle-Calédonie : expressions de l'invasion, moyens d'une maîtrise de la nuisance en milieu agricole, praticabilité d'une préservation des milieux naturels., pp. 1-27, Annex., IRD, Nouméa.

Clark, D. B., Guayasamín, C., Pazmiño, O., Donoso, C. & Páez de Villacís, Y. (1982): The tramp ant Wasmannia auropunctata: autecology and effects on ant diversity and distribution on Santa Cruz Island, Galapagos. Biotropica 14, 196-207.

Cochereau, P. & Potiaora, T. (1995): Caféiculture et Wasmannia auropunctata (Hymenoptera, Formicidae) en Nouvelle-Calédonie, pp. 20, IRD, Nouméa.

David, G. e. S., P. (1993): Terre, culture et développement en Nouvelle-Calédonie, la cafériculture en milieu mélanésien. Paper pres. La Terre. Actes du sixième Collque C.OR.A.I.L., Nouméa.

Delsinne, T. (2000): Etude de l'invasion en forêt sclérophylle néo-calédonienne de la fourmi peste Wasmannia auropunctata (Roger), 1863 (Hymenoptera : Formicidae). Maîtrise de Biologie des Populations et des Ecosystèmes, Université des Sciences et Technologies de Lille, Villeneuve d'Asq.

Fabres, G. & Brown, W. L., Jr. (1978): The recent introduction of the pest ant Wasmannia auropunctata into New Caledonia. J. Aust. Entomol. Soc. 17, 139-142.

Heraty, J. M. (1994): Biology and Importance of Two Eucharitid Parasites of Wasmannia and Solenopsis. In: Exotic ants: Biology, impact, and control of introduced species (Williams, D. F. ed). Westview Press, Boulder, CO. 332 p. pp. 104-120.

Hölldobler, B. & Wilson, E. O. (1990): The ants. Harvard University Press, Cambridge, Mass. Jaffré, T. & Veillon, J. (1994): Les principales formations végétales autochtones en Nouvelle-Calédonie : caractéristiques, vulnérabilité, mesures de sauvegarde., pp. 1-7, Annex., IRD, Nouméa.

Jourdan, H. (1997): Threats on Pacific islands : the spread of the tramp ant Wasmannia auropunctata (Hymenoptera : Formicidae). Pacific Conservation Biology 3, 61-64.

Jourdan, H. (1999): Dynamique de la biodiversité de quelques écosystèmes terrestres néo-calédoniens sous l'effet de l'invasion de la fourmi peste Wasmannia auropunctata (Roger), 1863 (Hymenoptera : Formicidae). Thèse de Doctorat, Université Paul Sabatier, Toulouse.

Tennant, L. E. (1994): The Ecology of Wasmannia auropunctata in primary propical rainforest in Costa Rica and Panama. In: Exotic ants: Biology, impact, and control of introduced species (Williams, D. F. ed). Westview Press, Boulder, CO. 332 p. pp. 80-90.

Ulloa Chacón, P. & Cherix, D. (1994): Perspectives on control of the little fire ant (Wasmannia auropunctata) on the Galapagos Islands. In: Exotic ants: Biology, impact, and control of introduced species (Williams, D. F. ed). Westview Press, Boulder, CO. 332 p. pp. 63-72.

Williams, D. F. & Whelan, P. M. (1992): Bait attraction of the introduced pest ant, Wasmannia auropunctata (Hymenoptera: Formicidae) in the Galapagos Islands. J. Entomol. Sci. 27, 29-34.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Pinna, « Une invasion en Nouvelle-Calédonie – Faire face à la fourmi électrique (Wasmannia auropunctata) »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 2 Numéro 2 | octobre 2001, mis en ligne le 01 octobre 2001, consulté le 08 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/4088 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.4088

Haut de page

Auteur

Samuel Pinna

Laboratoire de lutte biologique, Université du Québec à Montréal. Laboratoire de Zoologie appliquée – US001 « Enbiopac » Institut de Recherche pour le Développement - Centre de Nouméa.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Les Éditions en environnement VertigO
  • Logo Institut des sciences de l'environnement
  • Logo FQRSC
  • Logo SSHRC CRSH
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search