Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesRegards / Terrain2023Valeur des bois-énergie, bois d’œ...

2023

Valeur des bois-énergie, bois d’œuvre et de service dans les zones de mangroves des sites Ramsar 1017 et 1018 au Bénin

Elie Antoine Padonou, Symphorien Agbahoungba, Clément Sewadé, Sidol B.E. Houngbo, Idelphonse O. Saliou et Afio Zannou

Résumés

Cette étude vise à déterminer la valeur du bois et la part du revenu des ménages allouée aux dépenses de consommation du bois dans les zones de mangroves des sites RAMSAR 1017 et 1018 au Bénin en vue de mieux planifier les programmes de reboisement des zones périphériques des sites RAMSAR et de réduire les pressions sur les forêts naturelles. Des enquêtes ont été réalisées auprès de 1060 acteurs de différents corps de métier intervenant dans la valorisation du bois (chefs de ménage, femmes de ménage, vendeurs de nourritures, collecteurs et revendeurs de bois de chauffe, fabricants et revendeurs de charbon de bois, exploitants forestiers, menuisiers et scieurs) dans les zones de mangroves des deux sites. Les résultats ont montré qu’un ménage dépense en moyenne pour la consommation du bois d’œuvre 18 446 Francs CFA par an, pour le bois de service 8 311 Francs CFA par an, 110 230 Francs CFA par an pour le bois de chauffe et 30 295 Francs CFA par an pour le charbon de bois au niveau du site RAMSAR 1017. Au niveau du site 1018, les dépenses moyennes par ménage sont de 33 938 Francs CFA par an pour le bois d’œuvre, 17 700 Francs CFA par an pour le bois de service, 94 535 Francs CFA par an pour le bois de chauffe et 24 090 Francs CFA par an pour le charbon de bois. L’étude suggère le développement d’une politique de plantation des espèces de bois utilisées et de promotion de sources moins couteuses d’énergie pour les ménages.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les forêts tropicales fournissent au plan mondial 70 % du bois énergie et moins de 20 % du bois d’œuvre et d’industrie (280 millions de mètres cubes) (Banque mondiale, 2020). La récolte de bois ronds (hors bois énergie) est estimée à 1 578 millions de mètres cubes (Banque mondiale, 2020). L’extraction du bois des forêts naturelles des pays forestiers de l’espace de la Commission des forêts d’Afrique centrale (COMIFAC) s’élève à environ 16 millions de mètres cubes par an, soit 1 % seulement de l’extraction mondiale (Banque mondiale, 2020). De ce volume exploité, 5 millions de mètres cubes équivalent grumes sont exportés (tous produits confondus), ce qui ne représente que 0,3 % environ de la production mondiale de grumes issues des plantations et des forêts naturelles y compris les mangroves.

2Les mangroves sont un type d'écosystème côtier et humide très représentatif des zones tropicales et subtropicales, notamment des régions marécageuses et inondées. Ce sont des écosystèmes très riches en matière de biodiversité, qui résultent du contact étroit entre le milieu terrestre et le milieu marin, c'est-à-dire les mers et les rivières. Elles couvrent une superficie d'environ 150 000 kilomètres carrés sur notre planète et sont présentes dans les zones côtières de plus de 118 pays des régions tropicales, subtropicales et tempérées (Bunting et al., 2018). Le palétuvier est l'espèce d'arbre prédominante dans les mangroves. Ce sont des arbres qui vivent tout le long de la côte, des rivières et des estuaires et qui gardent une partie de leur tronc sous l'eau salée. Les palétuviers sont des arbres très résistants qui prospèrent dans des conditions boueuses, sablonneuses, tourbeuses, très saumâtres (avec une eau jusqu'à 100 fois plus salée) et chaudes qui tueraient la plupart des espèces végétales. On distingue principalement trois espèces de palétuvier dans les mangroves : Palétuvier blanc (Laguncularia racemosa (L.) C.F.Gaertn), Palétuvier noir (Avicennia germinans L.) et Palétuvier rouge (Rhizophora mangle L.) (Bunting et al., 2018). Les mangroves fournissent des services environnementaux cruciaux, notamment un habitat pour les oiseaux, les poissons et les invertébrés (Osorio et al., 2017; Menendez et al., 2018). Elles assurent également la protection des rives et des berges contre l’érosion, les tempêtes violentes et les ouragans, la régulation des crues et le maintien de la biodiversité (Ogeh et al., 2016). En plus de ces fonctions écologiques, les forêts de mangroves sont reconnues comme des écosystèmes hautement productifs qui stockent de grandes quantités de carbone (Tang et al., 2016).

3D'après la table estimative qui a été établie pour les plus belles forêts de mangroves de Malaisie, la moyenne annuelle du bois atteint 9 à 10 mètres cubes à l'hectare, le rendement final s'élevant à environ 210 mètres cubes à l'hectare (FAO, 2018). Ces statistiques ne sont pas disponibles pour la plupart des mangroves de l’Afrique. L'utilisation des ressources forestières des mangroves est très variable. Au Sénégal ainsi que dans la plupart des autres zones semi-arides, les mangroves constituent une source de bois très importante, tandis qu'au Nigéria, au Cameroun et au Gabon, leur utilisation ne concerne que les besoins spécifiques de quelques communautés, comme par exemple, le fumage des poissons et la production de tannin. Le Sénégal, la Guinée-Bissau, et la Côte d'Ivoire sont cités comme les pays produisant du charbon de bois à partir des arbres des mangroves, bien que cela soit bien possible dans d'autres pays comme le Bénin (CECA-CEE-CEEA, 1992). Ces écosystèmes subissent des dégradations du fait de leur surexploitation (Valiela et al., 2001). En effet, les besoins en bois de la population béninoise ont augmenté du fait de la croissance démographique, ce qui a pour conséquences directes des pressions anthropiques sur les forêts naturelles et plus particulièrement sur les mangroves.

4Le Bénin, situé dans une région appelée « zone d’interruption sèche du Dahomey », où les savanes sont prédominantes dans le paysage jusqu’aux côtes du pays fait partie aussi de ces pays subissant la réduction de son couvert forestier à une vitesse alarmante. L’étude de Daïnou et al. (2008) a reporté que dans les villages bordant les mangroves, Cocos nucifera, quoique peu appréciée, est l’espèce la plus consommée des dix-huit ligneux utilisés comme combustible. Soixante-douze espèces de bois d’énergie ont été recensées dans les villages de terre ferme. Azadirachta indica y est l’espèce la plus consommée et appréciée. Les indices de consommation moyens de bois des deux zones sont respectivement de 0,88 kg/j/p et de 1,26 kg/j/p. En moyenne, une personne dispose d’une surface bâtie de 8,84 mètres carrés nécessitant environ 117 mètres cubes de bois. Pour le bois d’œuvre, le complexe (mangroves et villages environnants) dépend presque entièrement de l’extérieur. Tenant compte de la population du complexe et de ses besoins, de l’état et de la productivité de ses formations boisées, l’étude de Daïnou et al. (2008) prévoit une situation de dégradation sérieuse de la végétation des terres fermes. En effet, en 2015, les forêts couvraient 6 millions d’hectares (51% du territoire) sur le plan national. Les forêts sont principalement représentées par des peuplements ouverts, tels que les savanes boisées, couvrant 43% des terres émergées. Les autres types de forêts comprennent les forêts denses, les forêts claires et les savanes arborées, les mangroves, les plantations forestières et les formations de zones humides. Une évaluation de l’utilisation des terres et de son évolution entre 2005 et 2015 a montré le problème que pose l’empiétement rapide de l’agriculture. Alors que les terres cultivées sont passées de 3,7 à 5,3 millions d’hectares, les forêts sont tombées de 7,6 à 5,9 millions d’hectares, soit une diminution de 14% de leur surface et un taux de déforestation de 1,4% par an. La surface totale des mangroves, qui était d’environ 5 500 hectares en 1995, était diminuée de plus de 80% en 2017 (Gouvernement du Bénin, 2017).

5Par ailleurs, la production de bois ne répond pas aux besoins de croissance économique du secteur forestier. En 2009, la contribution du secteur forestier au produit intérieur brut (PIB) était estimée à 6%, soit 143 milliards de Francs CFA (242 millions de dollars) (Banque mondiale, 2010). Actuellement, les produits forestiers comprennent le bois de feu, le charbon de bois, le bois d’œuvre et d’autres produits. En ce qui concerne les sciages, les produits dérivés représentent près de trois fois la valeur du bois de feu (Banque mondiale, 2020). Selon le rapport de 2020 de la Banque Mondiale sur les besoins en bois au Bénin, la demande nationale de bois d’œuvre se situe entre 120 000 et 160 000 mètres cubes par an. Il n’existe quasiment pas de statistiques sur la production des forêts classées, les zones périphériques des aires protégées comme les zones de RAMSAR sur la production des plantations forestières gérées par les municipalités et par les particuliers dans le domaine protégé (Banque mondiale, 2020). Ce qui effraye la plupart des gestionnaires des ressources forestières est que le Bénin n’est pas un pays à fort potentiel forestier comme les pays d’Afrique centrale, mais exporte une quantité importante de bois. Le volume de bois exporté a varié de 68 000 mètres cubes en 2010 à 102 000 mètres cubes en 2018. Il est important de noter que ces exportations sont liées aux importantes zones de production de Tek dans le centre du pays. De plus, il n’existe pas de statistiques sur la consommation intérieure de bois d’œuvre, car l’enregistrement est décentralisé. On ne dispose pas du nombre de personnes employées dans le secteur du bois. En 2018, le Bénin comptait 27 petites et moyennes entreprises exportatrices de bois. En outre, 445 acteurs privés avaient des accords pour mener des activités à différents stades de la chaîne de valeur du bois, pour l’exploitation forestière, le commerce et l’industrie (Banque mondiale, 2020).

6Dans les zones du RAMSAR au Bénin, trois catégories de bois existent selon leurs usages : Il s’agit du bois de chauffe, le bois de service et le bois d’œuvre (Guire, 1995 ; Yo et al., 2018). En effet, le combustible ligneux (bois de feu et charbon de bois) est la source d'énergie domestique pour la cuisson des aliments, et demeure également indispensable à maintes activités artisanales (préparation du sel, travaux de forge et de bijouterie, et cetera). Le bois de service est le bois utilisé à l’état naturel tel qu'il a été abattu, avec ou sans écorce, imprégné ou non ; il comprend les perches et les fourches utilisées dans la construction des hangars, de greniers et de parcs à bétail. Par contre, le bois d'œuvre est le bois coupé généralement à l'état frais, qui engage le fût et le houppier et est un bois de qualité destiné au sciage, ou placage ou au déroulage. Dans certains cas, surtout au Bénin, ce bois est utilisé dans la confection des pirogues, des mortiers, des statuettes, des meubles, et autres (Guire, 1995 ; Yo et al., 2018). La plupart de ces bois sont extraits des formations forestières naturelles ou des plantations. Toutefois, les investissements liés à la mise en place et à la gestion des plantations ainsi que le manque de volonté d’installer ses propres plantations poussent la plupart des populations locales à aller couper des bois dans les forêts naturelles, y compris les galeries forestières et les mangroves (Yo et al., 2018 ; Adanguidi et al., 2020).

7L’exploitation forestière non contrôlée est enregistrée à un niveau plus élevé dans les forêts du domaine protégé (aires protégées et forêts classées) et représente entre 80 et 100 % de l’exploitation des produits forestiers (Gouvernement du Bénin, 2019b). Hormis l’exploitation des plantations domaniales de teck par l’Office National du Bois du Bénin (ONAB), l’exploitation du bois est essentiellement le fait d’opérateurs agréés ou d’exploitants clandestins qui utilisent les services de scieurs artisanaux et produisent des planches ou des grumes équarries directement sur les par terre de coupe, sans se référer à un plan de gestion sans respecter les normes d’exploitation (Banque mondiale, 2020). Qu’elle soit illégale ou légale, l’exploitation forestière est concentrée sur quelques essences surexploitées, dont une dizaine connaît un ralentissement crucial de la régénération comme les palétuviers des mangroves des sites RAMSAR du sud Bénin.

8Au Bénin, la plupart des mangroves se trouvent concentrées dans la périphérie des grands centres urbains (Cotonou, Ouidah, Grand-Popo et Porto-Novo), où une plus grande densité de population (739-8595 habitant au kilomètre carré ; RPGH4, 2013) est observée. Le nombre de coupeurs de bois et le nombre de consommateurs de bois croissent rapidement et ceux qui ne sont pas en mesure de s’acheter les sources modernes d’énergie, comme le gaz domestique, se rabattent sur les palétuviers des mangroves ou les plantations riveraines pour y prélever le bois à des fins diverses (Ngondo, 2001). Zannou et al. (2017) expliquent la dégradation de la mangrove par la coupe abusive des palétuviers, l’utilisation des feux de brousse et le défrichement des berges de la lagune. À cela s’ajoute la forte pression foncière dans les zones côtières qui limite la mise en place des plantations par les ménages et occasionne une régression de l’offre de bois. La régression de l’offre de bois est beaucoup plus accentuée au sud du pays où les sources d’extraction se composent des formations forestières de production, formations forestières de protection et des champs et jachères avec un éloignement progressif des zones d’approvisionnement vers le nord du pays (Adanguidi et al., 2020). Ceci provoque une augmentation des valeurs du bois et menace les moyens d’existence durable des populations vivant dans les zones de mangroves.

9Pour faire face à ce défi de satisfaire les besoins des populations en bois tout en assurant une protection durable des écosystèmes de mangroves, les informations sur la valeur du bois d’œuvre, de service et d‘énergie s’avèrent cruciales. Adanguidi et al. (2020) ont évalué la consommation et les besoins en bois dans les zones de mangroves des sites RAMSAR 1017 et 1018. Cependant cette étude s’est limitée au bois énergie et ne révèle pas le poids des dépenses dans le revenu des ménages et entre les différents acteurs impliqués dans la filière bois. Des travaux de recherches conduits par des laboratoires béninois, avec le financement du Fond des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), sur l’enrichissement des mangroves et sur les espèces forestières à croissance rapide ont permis la mise en place de quelques plantations d’Acacia auriculiformis et autres espèces autour des réserves de mangroves des sites RAMSAR 1017 et 1018, notamment afin de réduire les pressions exercées par les populations riveraines (Adanguidi et al., 2020 ; Banque mondiale, 2020 ; Nakouzi et al., 2018 ; Zannou et al., 2017 ; Daïnou et al., 2008). Mais aujourd’hui l’importance de ces espèces dans la vie des ménages riverains n’est pas encore connue. C’est pour cette raison que cette étude a évalué la valeur et la part des dépenses de consommation du bois dans le revenu des ménages au niveau des sites RAMSAR 1017 et 1018, à identifier les espèces de bois d’œuvre, de service et d’énergie qui ont le plus de poids dans les dépenses des ménages pour mieux orienter les plans d’aménagement. Elle vise à identifier les espèces de bois d’œuvre, de service et d’énergie auxquelles les acteurs allouent plus de ressources financières pour proposer des stratégies d’approvisionnement des populations qui épargneraient les mangroves.

Matériels et méthodes

Zone d’étude

10La Convention sur les zones humides d’importance internationale, plus connue sous le nom de Convention de RAMSAR, est un traité international qui prône la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides. La Convention de RAMSAR, qui a aujourd’hui 168 Parties contractantes (pays membres), porte le nom de la ville d’Iran où elle a été signée en 1971. En adhérant à ce traité, les pays membres s’engagent à: i) Assurer l’utilisation rationnelle de leurs zones humides ; ii) Inscrire des sites sur la liste de RAMSAR des zones humides d’importance internationale (Sites RAMSAR) et veiller à leur conservation, iii) Coopérer pour les zones humides transfrontières et autres intérêts communs. Depuis avril 2015, il y a plus de 2100 Sites RAMSAR couvrant plus de 208 millions d’hectares. Le Bénin compte quatre sites RAMSAR. L’étude a été conduite dans les zones de mangroves des sites RAMSAR 1017 et 1018 du sud du Bénin, dans les communes de Bopa, Comè, Grand-Popo et Kpomassè dans le site 1017 puis Sèmè-Kpodji et Sô–Ava dans le site 1018 (Figure 1). Les sites RAMSAR 1017 et 1018 sont situés au sud du Bénin dans la zone littorale. Ces sites s’étendent jusqu’à environ deux kilomètres dans la mer. Ils sont limités donc au sud par l’océan Atlantique, à l’est par la République fédérale du Nigeria, à l’Ouest par la République du Togo et au Nord par le département béninois du Zou. Sur le continent, les sites RAMSAR 1017 et 1018 couvrent entièrement les départements de l’Atlantique, du Littoral, du Mono et de l’Ouémé et partiellement ceux du Plateau, du Couffo et du Zou. Ils couvrent une superficie de 9083,61 kilomètres carrés soit environ 8% de la superficie du pays (Figure 1). Les sites sont situés dans la zone côtière de climat subéquatorial ou guinéen où la répartition spatiale de la pluviométrie est inégale sur des sols peu évolués, les vertisols, les sols ferrugineux tropicaux et les sols ferrallitiques. Les ressources végétales des sites RAMSAR 1017 et 1018 sont caractéristiques des écosystèmes du climat subéquatorial à quatre saisons. On y rencontre trois groupes d’écosystèmes à savoir les écosystèmes de la plaine littorale, les écosystèmes des plateaux de terre de barre et les écosystèmes de la dépression argileuse.

Figure 1. Carte de situation géographique des sites RAMSAR 1017 et 1018 au Bénin

Figure 1. Carte de situation géographique des sites RAMSAR 1017 et 1018 au Bénin

Échantillonnage et collecte des données

11Les enquêtes ont été menées entre 2017 et 2018 auprès des différentes catégories d’acteurs producteurs-utilisateurs du bois (chefs de ménage, femmes de ménage, vendeurs de nourritures, collecteurs et revendeurs de bois de chauffe, fabricants et revendeurs de charbon de bois, exploitants forestiers, menuisiers et scieurs) dans les communes sélectionnées. Dans les zones d’étude, une étude exploratoire a été réalisée sur 50 personnes choisies de façon aléatoire. La proportion de personnes qui a une connaissance de la diversité des espèces et de l’utilisation du bois a été calculée et a été ultérieurement utilisée afin de déterminer la taille de l’échantillon. Une fois cette proportion obtenue, la taille n de l’échantillon par zone a été déterminée en suivant l’approximation normale de la distribution binomiale (Dagnélie, 1998) en se basant sur la proportion p d’individus ayant une connaissance de la diversité d’espèces et de l’utilisation du bois au sein de ces écosystèmes.

12Où ni est la taille de l’échantillon, p la proportion d’individus ayant une connaissance de la diversité des espèces et leur utilisation et d la marge d’erreur fixée à 5 %. En effet, ce taux de 5 % permet d’enquêter plus d’individus et donc recouvrir presque toute la variabilité des connaissances sur la diversité des espèces dans les milieux. L’échantillonnage a été aléatoire et simple. Au total 1060 personnes composées de 348 chefs de ménage, 331 femmes de ménage, 119 vendeurs de nourritures, 110 collecteurs et revendeurs de bois de chauffe, 54 fabricants et revendeurs de charbon de bois, 98 exploitants forestiers, menuisiers et scieurs ont été enquêté dans les deux sites RAMSAR. D’abord des entretiens individuels ont été réalisés suivis des entretiens de groupes composés des différents acteurs à l’aide de questionnaires et de guide d’entretien. La quantité de bois utilisée par espèce forestière et leur valeur, le revenu et les dépenses allouées à l’utilisation du bois dans les ménages par an ont été les principales données collectées. Les données recueillies au niveau des différents acteurs et les ménages ont été utilisées pour calculer les valeurs moyennes. Les autres données collectées étaient les caractéristiques socioéconomiques des enquêtés.

Analyse des données

13Les valeurs du bois d’œuvre, de service et énergie utilisées par catégorie d’acteurs ont été estimées en utilisant les formules proposées par Daïnou et al. (2008). Les valeurs ont été calculées en faisant le produit de la quantité de bois utilisée et la valeur unitaire (valeur du stère du bois découpé) pour chaque type de bois, selon la formule suivante :

14Où VM est la valeur du bois (Francs CFA), Q est la quantité de bois utilisée ou exploitée en mètre cube (m3) et P est le prix unitaire du bois (Francs CFA /m3/an).

15L’importance relative des x premières espèces les plus consommées en valeur au niveau de chaque site RAMSAR a été mesurée à l’aide de l’indice de concentration Cx (Bailly et al., 2015).

16Avec mi, la part de la valeur de chaque espèce de bois utilisée.

17La différence de consommation des espèces de bois au sein des sites RAMSAR a été mesurée à l’aide de l’indice de Herfindahl-Hirschman (CHH) ci-dessous. L’indice est calculé comme la somme des carrés des parts de la valeur de chaque espèce de bois utilisé :

18Le rapport des dépenses allouées à la consommation de chaque type de bois au revenu du ménage a été utilisé pour évaluer la part des dépenses de consommation du bois dans le revenu des ménages, comme indiqué dans la formule ci-dessous :

19Où PD représente la part des dépenses de consommation du bois dans le ménage (%), D, les dépenses allouées au bois dans le ménage (Francs CFA) et R, le revenu du ménage (Francs CFA).

Résultats

Valeur du bois d’œuvre

20Le prix unitaire du bois d’œuvre (bois transformé) par mètre cube par an varie suivant l’espèce, le site et le type d’acteurs. Pour l’ensemble des sites 1017 et 1018, le prix unitaire moyen du bois d’œuvre est de 7 633 Francs CFA chez les exploitants forestiers, 12 158 Francs CFA chez les scieurs et 26 472 Francs CFA chez les menuisiers. Tectona grandis est l’espèce ayant le prix unitaire le plus élevé (10 440 Francs CFA /m 3/an) chez les exploitants forestiers suivie d’Acacia auriculiformis (7 819 Francs CFA /m3/an). Chez les scieurs, le prix unitaire le plus élevé est observé chez Pterocarpus erinaceus (20 258 Francs CFA /m3/an), suivie de Khaya senegalensis (18 242 Francs CFA /m3/an). La plus forte valeur du prix unitaire observée chez les menuisiers était de 128 478 Francs CFA /m3/an sur l’espèce Milicia excelsa suivie de Afzelia africana (25 072 Francs CFA /m3/an) (Tableau 1).

21En moyenne, 30 410 533 Francs CFA de bois d’œuvre est dépensé par les acteurs par an. Les menuisiers transforment du bois d’œuvre pour une valeur estimée à 4 464 236 Francs CFA par an en moyenne. Les scieurs quant à eux transforment du bois pour une valeur moyenne de 17 731 111 Francs CFA par an.

22L’estimation des valeurs du bois pour certaines espèces est de 7 557 333 Francs CFA par an pour Acacia auriculiformis et de 7 583 333 Francs CFA par an pour Tectona grandis au niveau du site RAMSAR 1017. Ces valeurs représentent 59% (C2=59%) de la valeur totale des espèces de bois d’œuvre produites par les exploitants forestiers. De même, 7 775 215 Francs CFA par an a été estimé pour A. auriculiformis et 7 548 084 Francs CFA par an pour T. grandis (L.f) qui en réalité sont les espèces de bois les plus exploitées par les menuisiers. Par ailleurs, T. grandis (27 600 000 FCFA/an), Anogeisssus leiocarpa (22 800 000 Francs CFA par an) et Afzelia africana (20 000 000 Francs CFA par an) constituent les premières espèces les plus exploitées (C3=59%) pour les scieurs (Figure 2).

23Au niveau du site 1018, Acacia auriculiformis avec une valeur de 6 803 333 Francs CFA par an et Tectona grandis avec une valeur de 3 302 000 Francs CFA par an sont les espèces de bois les plus exploitées par les exploitants forestiers. Par ailleurs, les espèces les plus utilisées par les menuisiers sont Anogeisssus leiocarpa (4 849 000 Francs CFA par an) et Eucalyptus camadulensis (3 263 000 Francs CFA par an). Afzelia africana de valeur 37 700 000 Francs CFA par an, T. grandis de valeur, 33 100 000 Francs CFA par an et Acacia auriculiformis de valeur 25 600 000 Francs CFA par an ; sont les espèces les plus exploitées par les scieurs (Figure 2).

Tableau 1. Prix unitaire de bois transformé (FCFA/m3/an) par acteur et par espèce sur les sites RAMSAR

Métier

Espèces

Prix unitaire par site

Ensemble

1017

1018

Exploitant forestier

Acacia auriculiformis

9689

4704

7819

Tectona grandis

11364

9573

10440

Azadirachta indica

_

4727

Eucalyptus camadulensis

_

7545

7545

Menuisier

Milicia excelsa

166932

128478

Acacia auriculiformis

10791

10555

10769

Tectona grandis

15207

14417

15164

Anacardium occidental

11925

13000

12062

Afzelia africana

25276

24001

25072

Azadirachta indica

6515

6515

Eucalyptus camadulensis

6000

10913

9531

Pterocarpus erinaceus

23674

22733

23338

Khaya senegalensis

19000

17285

18251

Anogeisssus leiocarpa

_

15542

15542

Scieur

Acacia auriculiformis

6199

10256

7568

Tectona grandis

14513

15913

15052

Afzelia africana

22297

24370

2357

Azadirachta indica

6963

6963

Eucalyptus camadulensis

7730

9635

8989

Pterocarpus erinaceus

21364

18842

20258

Khaya senegalensis

19083

17615

18242

Anogeisssus leiocarpa

16864

_

17839

Figure 2. Valeur (Francs CFA par an) de bois de chauffe exploité par espèce par acteur sur les sites RAMSAR 1017 et 1018

Figure 2. Valeur (Francs CFA par an) de bois de chauffe exploité par espèce par acteur sur les sites RAMSAR 1017 et 1018

24En moyenne 23 254 Francs CFA de bois d’œuvre sont consommés par an dans l’ensemble des deux sites RAMSAR au sein des ménages enquêté. Il faut noter que cette consommation de bois d’œuvre par les ménages représente une partie (environ 40%) du bois d’œuvre acheté à des producteurs de bois d’œuvre. En moyenne, 18 446 Francs CFA par an sont consommés par chaque ménage pour le bois d’œuvre au niveau du site 1017. Au niveau du site 1018, 33 938 Francs CFA de bois d’œuvre par an sont consommés en moyenne par ménage. La consommation en valeur de bois d’œuvre par ménage au niveau du site 1018 représente deux fois plus que celle des ménages résidant au niveau du site 1017 (Figure 3).

Figure 3. Valeur (Francs CFA par an) de bois d’œuvre consommé par site et pour l’ensemble des sites RAMSAR 1017 et 1018

Figure 3. Valeur (Francs CFA par an) de bois d’œuvre consommé par site et pour l’ensemble des sites RAMSAR 1017 et 1018

Valeur du bois de service

25Le prix unitaire des bois de services varie suivant les sites, mais reste inchangé suivant les types de constructions et le sexe des acteurs. Il est de 7 488 Francs CFA par mètre cube et par an sur le site 1017 et de 7 024 Francs CFA par mètre cube et par an sur le site 1018 et 7 344 Francs CFA pour l’ensemble des deux sites (Tableau 2). La consommation annuelle de bois de service dans les ménages a été estimée à 11 383 Francs CFA en moyenne par an. Cette valeur est de 17 700 Francs CFA par an sur le site RAMSAR 1018, tandis que sur le site 1017, elle est estimée à 8 312 Francs CFA par an. La consommation de bois de service varie en fonction des types de construction (Figure 4).

Tableau 2. Prix unitaire de bois de service consommé (Francs CFA par mètre cube et par an) par type d’utilisation et par sexe sur les sites RAMSAR 1017 et 1018

Sexe

Types d’utilisation

Prix unitaire

Ensemble

1017

1018

Homme

Maison

7488

7024

7344

Hangar

7488

7024

7344

Clôture

7488

7024

7344

Grenier

7488

7024

7344

Enclos d’élevage

7488

7024

7344

Poteaux électriques

7488

7024

7344

Femme

Maison

7488

7024

7344

Hangar

7488

7024

7344

Clôture

7488

_

7344

Grenier

_

_

_

Enclos d’élevage

7488

7024

7344

Poteaux électriques

_

_

_

Figure 4. Valeur (Francs CFA par mètre cube et par an) du bois de service par type de construction sur les sites RAMSAR 1017 et 1018

Figure 4. Valeur (Francs CFA par mètre cube et par an) du bois de service par type de construction sur les sites RAMSAR 1017 et 1018

Valeur du bois-énergie

26Le prix unitaire moyen de bois énergie est de 2 874 Francs CFA par mètre cube et par an chez les collecteurs et 3095 Francs CFA par mètre cube et par an chez les revendeurs de bois. Eleais guineensis est l’espèce ayant le prix unitaire le plus élevé chez les collecteurs (3968 FCFA/m3/an) et chez les revendeurs (4320 Francs CFA par mètre cube et par an) suivie d’Acacia auriculiformis (3646 FCFA/m3/an) chez les collecteurs et de Tephrosia vogelii (4068 Francs CFA par mètre cube et par an) (Tableau 3). Il faut noter que Eleais guineensis et Tephrosia vogelii ne sont pas utilisées dans la fabrication du charbon de bois.

Tableau 3. Prix unitaire de bois énergie (Francs CFA par mètre cube par an) par espèce et par acteur sur les sites RAMSAR 1017 et 1018

Métiers

Espèces

Site RAMSAR

Ensemble

1017

1018

Collecteur de bois de chauffe

Eleais guineensis

_

_

3968

Azadirachta indica

_

_

3057

Acacia auriculiformis

_

_

3646

Zanthoxylum zanthoxyloides

_

_

2741

Mitragyna inermis

_

_

2726

Holarrhena floribunda

_

_

2800

Albizya zigya

_

_

2520

Dialium guineense

_

_

2585

Ficus spp

_

_

1999

Bridelia ferruginea

_

_

2698

Revendeur de bois de chauffe

Eleais guineensis

153

37231

4320

Tephrosia vogelii

_

_

4068

Azadirachta indica

_

_

3161

Acacia auriculiformis

2857

3167

3157

Zanthoxylum zanthoxyloides

529

10674

3051

Mitragyna inermis

_

2628

3136

Holarrhena floribunda

_

_

3621

Albizya zigya

1344

3864

2504

Dialium guineense

_

2397

2749

Bridelia ferruginea

2929

3194

3266

Tectona grandis

3740

2966

3170

Eucalyptus camadulensis

28912

1655

2925

Uvaria chamea

_

2103

2379

Manguifera indica

82186

1275

2914

Casuarina equisetifolia

_

3098

3098

Psidium guajava

_

2702

2702

Khaya senegalensis

_

_

2400

27Les ménages du site 1017 consomment quotidiennement en moyenne 302 Francs CFA de bois de chauffe et 83 Francs CFA de charbon de bois, soit 110 230 Francs CFA de bois de chauffe et 30 295 Francs CFA de charbon de bois par an. Sur le site 1018, en moyenne 259 Francs CFA de bois de chauffe et 66 Francs CFA de charbon de bois sont consommés par les ménages par jour, soit 94 535 Francs CFA de bois de chauffe et 24 090 Francs CFA de charbon de bois par an. Le bois de chauffe représente trois quarts des dépenses de consommation en bois énergie des ménages.

28Les vendeurs de nourritures dépensent en moyenne pour le bois de chauffe 469 554 Francs CFA par an. La valeur moyenne du bois de chauffe est estimée à 385 842 Francs CFA par an sur le site 1017 et 599 774 Francs CFA par an sur le site 1018. Les vendeurs de nourritures consomment en moyenne pour une valeur de 1 765 Francs CFA de charbon de bois par an sur le site 1017 et 1 275 Francs CFA de charbon de bois par an sur le site 1018. Les dépenses en charbon de bois sont anecdotiques par rapport au bois de chauffe chez les vendeurs de nourritures comparés aux ménages (Figure 5).

Figure 5. Valeur (Francs CFA par an) de bois énergie pour les ménages et les vendeurs de nourritures sur les sites RAMSAR 1017 et 1018

Figure 5. Valeur (Francs CFA par an) de bois énergie pour les ménages et les vendeurs de nourritures sur les sites RAMSAR 1017 et 1018

29La valeur du volume moyen de bois de chauffe vendu par les collecteurs sur le site 1017 a été évaluée à 1 684 444 Francs CFA par an. Les collecteurs de bois de chauffe exploitent les bois pour une valeur de 1 216 088 Francs CFA par an sur le site 1017 et 2 158 177 Francs CFA par an sur le site 1018.

30Au niveau du site 1017, 57 % (C3=57 %) de la valeur totale des espèces utilisées par les collecteurs est représentée par Mitragyna inermis (609 162 Francs CFA par an), Acacia auriculiformis (595 278,7 Francs CFA par an) et Eleais guineensis (529 446,7 Francs CFA paran). Par contre chez les revendeurs de bois de chauffe, les espèces, Bridelia ferruginea (1 268 800 Francs CFA paran), Holarrhena floribunda (845 589,3 Francs CFA par an), Tectona grandis (779 480 Francs CFA par an) et Acacia auriculiformis (762 341,8 Francs CFA par an) constituent les espèces les plus utilisées (C4=61%) (Figure 6). Au niveau du site 1018, les espèces comme Psidium guajava, Mitragyna inermis et Manguifera indica ont respectivement pour valeurs 3 896 533 Francs CFA par an, 2 834 000 Francs CFA par an et 1 297 712 Francs CFA par an ce qui représente 60% (C3=60%) de la valeur totale des espèces utilisées par les revendeurs de bois (Figure 6). La pression anthropique des revendeurs sur les espèces de bois de chauffe est plus accentuée au niveau du site 1018 (CHH = 1603) qu’au niveau du site 1017 (CHH = 1248).

31Les fabricants de charbon de bois exploitent annuellement des bois pour une valeur de 4 266 763 Francs CFA. Acacia auriculiformis, Azadirachta indica, Albizya zigya et Anacardium occidental sont les espèces de bois les plus exploitées par les fabricants de charbon de bois (Figure 7).

Figure 6. Valeur (Francs CFA par an) du bois de chauffe par espèce pour les collecteurs et revendeurs de bois de chauffe sur les sites RAMSAR 1017 et 1018

Figure 6. Valeur (Francs CFA par an) du bois de chauffe par espèce pour les collecteurs et revendeurs de bois de chauffe sur les sites RAMSAR 1017 et 1018

Figure 7. Valeur (Francs CFA par an) de bois transformé en charbon par espèce au niveau du site RAMSAR 1017

Figure 7. Valeur (Francs CFA par an) de bois transformé en charbon par espèce au niveau du site RAMSAR 1017

Poids des dépenses en bois de service, bois d’œuvre et bois énergie dans le revenu des ménages

32Les résultats ont montré qu’une faible part du revenu moyen des ménages est consacrée aux dépenses de consommation du bois de service (3,19%) et d’œuvre (5,89%) en général sur les deux sites. Les dépenses représentent en moyenne 2,67% du revenu des ménages pour le bois de service au niveau du site 1017 et 4,35% au niveau du site 1018 (Figure 8). Les dépenses en bois d’œuvre occupent en moyenne 5,18% du revenu des ménages au niveau du site 1017 et 7,17% au niveau du site 1018 (Figure 8).

Figure 8. Poids des dépenses en bois de service et d’œuvre dans le revenu des ménages

Figure 8. Poids des dépenses en bois de service et d’œuvre dans le revenu des ménages

33Il a été observé que 11,02% du revenu des ménages enquêté est alloué à la consommation du bois énergie au niveau du site 1017 et 17,39% au niveau du site 1018 (Figure 9). Les dépenses de consommation du bois énergie occupent 22,83% des dépenses totales liées au bois énergie dans le budget total alloué à l’alimentation (Figure 9). Cette part est de 24,61% au niveau du site 1017 et 19,41% au niveau du site 1018.

Figure 9. Poids des dépenses en bois énergie dans le revenu et l’alimentation des ménages

Figure 9. Poids des dépenses en bois énergie dans le revenu et l’alimentation des ménages

Discussion

34Les mangroves constituent un patrimoine naturel de grande valeur de par leurs multiples fonctions biologiques, écologiques et économiques. La zone côtière du Bénin est pourvue de mangroves très riches en diversité biologique végétale et animale. L'exploitation des ressources des mangroves fournit d'importantes sources de revenus pour les populations riveraines qui en dépendent pour leur subsistance (Ndour et al., 2012). Actuellement, ces écosystèmes sont fortement dégradés et leur superficie réduite à plus de 70% à cause des actions anthropiques (pression foncière, croissance démographique, récolte abusive du bois énergie pour l’enfumage des produits halieutiques, et cetera) et climatiques (avancée de la mer, irrégularité des pluies) (Adanguidi et al., 2020). Des travaux de recherches conduits par les laboratoires béninois, avec le financement du fond des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, sur l’enrichissement des mangroves et sur les espèces forestières à croissance rapide ont permis la mise en place de quelques plantations d’Acacia auriculiformis et autres espèces autour des réserves de mangroves des sites RAMSAR 1017 et 1018, notamment pour réduire les pressions des populations locales sur les mangroves (Adanguidi et al., 2020 ; Banque mondiale, 2020 ; Nakouzi et al., 2018 ; Zannou et al., 2017 ; Daïnou et al., 2008). Mais aujourd’hui l’importance de ces espèces dans la vie des ménages vivant dans les zones des mangroves au Bénin n’est pas encore connue. C’est pour cette raison que cette étude a évalué la valeur et la part des dépenses de consommation du bois dans le revenu des ménages au niveau des sites RAMSAR 1017 et 1018, a identifié les espèces de bois d’œuvre, de service et d’énergie qui ont le plus de poids dans les dépenses des ménages pour mieux orienter les plans d’aménagement.

Valeur du bois dans les ménages

35L’étude a révélé qu’il existe une forte diversité d’espèces de bois utilisées par les populations au niveau des zones de mangroves des sites RAMSAR 1017 et 1018. Les plus grandes valeurs observées pour Acacia auriculiformis, Tectona grandis, Anogeisssus leiocarpa et Afzelia africana comme bois d’œuvre sur les deux sites confirment l’importance de ces espèces non seulement dans les plans de reboisement au Bénin, mais aussi dans la fabrication des meubles et la construction des habitations par les acteurs au Bénin. En effet, le marché du bois d’œuvre du Bénin était marqué essentiellement au 20e siècle par des espèces comme Milicia excelsa, Afzelia africana, Pterocarpus erinaceus (Bertrand 1978, Glèlè-Kakaï et al., 2008 ; Tonouéwa et al., 2020), très appréciées pour leurs caractéristiques technologiques élevées (Gérard et al., 1998). Mais, face à la rareté de ces dernières (Adomou, 2005), au 21e siècle plusieurs autres espèces de bois autochtones, comme Isoberlinia doka, Diospyros mespiliformis (Sokpon et Biaou, 2002 ; Tonouéwa et al., 2020), et exotiques, comme Tectona grandis (Ganglo et al., 1999), ont fait leur apparition sur le marché du bois d’œuvre (Tonouéwa et al., 2020). Le marché de bois s’est orienté notamment vers les nouvelles essences porteuses, principalement celles à croissance rapide comme Acacia auriculiformis et Tectona grandis (Temgoua et al. 2011). Les espèces à croissance rapide sont reconnues pour avoir une productivité élevée, des caractéristiques technologiques bonnes (aptitude à la transformation), une bonne séquestration de carbone et permettent un renouvellement du couvert forestier en un temps relativement court, une augmentation de la rentabilité forestière, une satisfaction très rapide de la demande (Gnahoua et Louppe, 2003, N’Guessan et al., 2006, Arias et al., 2011 ; Tonouéwa et al., 2020). Le fait que l’Acacia auriculiformis soit l’une des espèces ayant la plus forte valeur dans les deux zones de mangroves et s’utilise aussi bien comme bois d’œuvre, de service et d’énergie pourrait s’expliquer par le fait que cette espèce forestière a un prix unitaire moyen plus faible (8 719 Francs CFA le mètre cube), elle a une croissance rapide, cultivée pour son bois et pour la fertilisation des sols (Asif et al., 2017). Elle est une espèce de plantation ayant des potentialités de bois énergie, et de bois d’oeuvre (Goel et Behl, 1996 ; Sahri et al., 1998).

36Au Bénin le bois d’Acacia auriculiformis est utilisé comme charbon de bois et comme bois de feu (Bisiaux et al., 2009 ; Gnahoua et al., 2014 ; Proces et al., 2017). Les plantations de l’espèce installées au Bénin servent à la fourniture de bois énergie. Cependant, ce bois se retrouve de plus en plus en ébénisterie (Radji et Kokou, 2013) pour la satisfaction des besoins en bois d’œuvre (Tonouéwa et al., 2020). Une étude réalisée par Tonouéwa et al. (2020) a révélé que le bois d’A. auriculiformis présente de bonnes propriétés de mise en oeuvre, d’imprégnabilité, un séchage rapide, une densité moyenne élevée et un bel aspect après mise en oeuvre. Ces propriétés font de l’espèce un bois d’oeuvre apprécié. Par conséquent une promotion des plantations d’Acacia auriculiformis dans les zones de mangroves des sites 1017 et 1018 serait une meilleure stratégie pour réduire les pressions des populations locales sur les palétuviers des mangroves comme recommandé par Adanguidi et al. (2020).

37Par ailleurs, la plupart des espèces recensées dans cette étude sont exploitées pour les besoins en bois de chauffe et la pression des collecteurs sur les espèces de bois de chauffe est plus accentuée au niveau du site 1018 qu’au niveau du site 1017. En effet, les communes de Sèmè-Kpodji et de Sô-ava couvertes par cette étude pour le site RAMSAR 1018 ont une densité de population plus élevée et les besoins en bois de chauffe sont plus importants comparées à ceux des communes des sites RAMSAR 1017. En effet, selon la FAO (2015), le bois représente le plus souvent pour les populations pauvres, tant urbaines que rurales des pays en développement, la source principale d'énergie pour la cuisson des aliments et le chauffage des habitations. On estime que 86% du bois consommé annuellement dans ces pays sont utilisés comme combustible. Avec l'expansion démographique, cette dépendance vis-à-vis des ressources ligneuses a inexorablement entrainé une pression accrue sur les forêts et particulièrement sur les mangroves amenant à leur destruction accélérée, en même temps qu'une détérioration des conditions de vie de centaines de millions d'êtres humains. En effet, au Bénin la consommation de bois augmente en proportion de la croissance démographique rapide. À l’heure actuelle, une grande partie de la forêt sert à produire du bois de feu et fournit 46% de l’énergie consommée dans le pays. Entre 2018 et 2020, la consommation de bois de feu enregistrée était de 2,7 millions de mètres cubes (Banque mondiale, 2020). La quantité totale de bois-énergie commercialisée et consommée dans les centres urbains s’élevait à environ 642 800 tonnes en 2018, dont 78% provenant de l’abattage illégal, contre 22% provenant de l’abattage légalement contrôlé dans les forêts classées (Banque mondiale, 2020). Le bois de feu est récolté sans tenir dûment compte des directives énoncées dans les plans d’aménagement forestier, car le nombre de producteurs de charbon de bois est élevé.

38Des résultats reportés par Badahoui et al. (2010) ont montré que les bois issus des mangroves servent comme bois-énergie domestique et de bois de services pour la saliculture, la fabrication des nasses et des « Acadja » (une méthode de pêche traditionnelle constituée de branchages de différents modèles utilisée pour l'aménagement de l'habitat en lagunes côtières peu profondes). Malgré le développement d’autres sources d’énergie, les bois sont utilisés pour pallier l’indisponibilité de ces sources (Masera et al., 2000 ; Ouedraogo, 2006). L’absence des palétuviers parmi les espèces recensées dans cette étude serait due au fait que les enquêtés ont été méfiants de les citer puisqu’il s’agit de l’une des espèces protégées et son exploitation n’est pas autorisée.

39Le bois de feu fait défaut surtout dans le sud, et une grande partie du bois utilisé pour la production d’énergie domestique est transporté sur des distances de plus de 100 kilomètres dans des zones de plus en plus pauvres. L’approvisionnement en bois-énergie des zones urbaines et semi-urbaines repose sur des pratiques de gestion des ressources forestières non durables (Banque mondiale, 2004). Le charbon de bois par rapport au bois de feu est moins encombrant, moins salissant et plus chauffant. Cependant, les ménages des deux sites consomment en valeur trois fois plus de bois de feu que de charbon de bois. En effet, le bois de chauffe coûte moins cher pour les populations locales et peut être obtenu par ramassage ou coupe à proximité des villages. En effet, le charbon de bois a un pouvoir calorifique plus élevé que le bois de feu et il se consume plus lentement. Le pouvoir calorifique du charbon de bois est de l'ordre de 28 à 33 MJ/kg contre 18 MJ/kg pour le bois sec. De plus, il faut 100 kilogrammes de bois de feu pour produire 15 kilogrammes de charbon de bois. Il faut noter que l’absence de moyen de rechange au bois de feu ; la volatilité des valeurs de l’essence et du gaz; faible accès au gaz domestique dans les zones rurales; installation de charbonniers dans les forêts par les communautés ; les fours itinérants et les méthodes de carbonisation peu efficaces ; et conception des taxes sur le charbon de bois, qui sont basées sur le produit fini, à savoir le sac de charbon, plutôt que sur le bois brut exploité sont des facteurs qui favorisent la dépendance des populations aux ressources forestières et par ricochet la dégradation des écosystèmes forestiers (Banque mondiale, 2020).

40L’étude révèle aussi que les exploitants forestiers sont en général les acteurs qui exercent plus de pression sur les espèces de bois d’œuvre, suivis des scieurs de bois comparé aux autres acteurs utilisant le bois d’œuvre comme les menuisiers. Cependant, ces acteurs sont faiblement représentés dans les zones de mangroves qui sont de grandes importatrices de bois d’œuvre. Les communes situées dans les zones de mangroves s’approvisionnent généralement auprès des communes environnantes non situées dans RAMSAR, les communes de la partie septentrionale du Bénin et des pays limitrophes notamment le Togo et le Nigéria. Le Bénin a importé du bois, principalement du Nigéria, à hauteur de 3,13 millions de mètres cubes en 2017 composés principalement des essences Pterocarpus erinaceus et Afzelia africana par les entrées de Kétou, Savè, Tchaourou, Nikki et Kalalé (Banque mondiale, 2020).

41Les espèces de bois de service font également objet d’importation dans les zones de mangroves des deux sites RAMSAR. Les communes situées dans les zones de mangroves sont en effet de grandes importatrices du bois de service. Les sources d’approvisionnement sont généralement les communes environnantes, le Togo et le Nigéria. L’étude sur la filière bois au Bénin indique qu’en 1997, la disponibilité en bois de service était de 2,7 millions mètres cubes alors que la consommation serait de 1,5284 millions de mètres cubes soit un taux de couverture de 1,43 (FAO, 1997). La même étude indique qu’au regard de la croissance démographique cette consommation passerait à 2,306 millions de mètres cubes en 2012 alors que la disponibilité resterait inchangée ce qui ramènerait le taux de couverture à 0,95. Il n’existe en fait aucune statistique officielle actualisée pour la consommation de bois de service au Bénin encore moins sur les zones des mangroves. La commune de Cotonou se situe également au centre du circuit de distribution du bois de service dans les zones de mangroves. Les Plans d’Aménagement des zones de mangroves ne sauraient donc ignorer cette commune qui représente une importante source d’approvisionnement en bois d’œuvre et bois de service. La présente étude a révélé que la consommation en valeur du bois de service est plus élevée dans le site 1017 que dans le site 1018. En effet, au niveau du site 1017, le bois de service est utilisé pour la construction des maisons, hangars, enclos d’élevage et clôtures. Alors qu’au niveau du site 1018, les formes d’utilisation les plus recensées sont les enclos d’élevage, les poteaux électriques et les hangars.

Part des dépenses de consommation du bois dans le revenu des ménages

42Au niveau des deux sites RAMSAR, la part du revenu allouée à la consommation du bois énergie est généralement plus élevée que celle allouée à la consommation du bois d’œuvre et de service dans les ménages. Cela peut s’expliquer par le fait que les bois de service et d’œuvre durent beaucoup plus et les ménages n’ont pas à s’en approvisionner régulièrement. Les bois énergie servent en l’occurrence les bois de chauffe pour les ménages, pour la préparation de sel et la transformation du poisson. Le bois de chauffe reste la principale source d’énergie des ménages dans les zones de mangroves, ce que plusieurs études récentes confirment (Adanguidi et al., 2020). Cette tendance observée au niveau des deux sites d’études reflète la tendance nationale où la production de bois de feu et de charbon de bois représente 2,4% de l’économie nationale, cette contribution étant essentiellement de nature informelle. Une grande partie de la forêt sert à produire du bois de feu et fournit 46% de l’énergie consommée dans le pays (Banque mondiale, 2020). La promotion d’autres sources d’énergie moins couteuses et subventionnées par l’État (comme le gaz domestique, les foyers améliorés utilisant les coques des noix palmistes, les plaques chauffantes) devrait être envisagée par les politiques pour réduire la menace de dégradation avancée des écosystèmes forestiers naturels comme les mangroves.

43Il faut noter que dans les zones urbaines, la corrélation entre consommation de combustibles ligneux et revenus est sensiblement plus marquée, du fait qu'une plus grande proportion du bois y est habituellement vendue ou troquée. L'élasticité-revenu de la demande est peut-être légèrement positive, sauf pour les classes aisées (FAO, 2015). L’étude a révélé que seulement 11,02% du revenu des ménages est alloué à la consommation du bois énergie au niveau du site RAMSAR 1017 et 17,39% au niveau du site RAMSAR 1018. Ce qui montre que les ménages ne mettent pas une grande part de leur revenu dans l’achat du bois énergie pour satisfaire leurs besoins et laisse croire que soit ces dépenses sont suffisantes pour satisfaire leurs besoins, ou qu’ils collectent pour la plupart du temps leur bois de chauffe dans les réserves de mangroves ou dans les plantations périphériques. L’autre hypothèse qui pourrait être émise est que les ménages allouent la grande part de leur revenu à l’achat de gaz domestique probablement dans les zones périurbaines. Mais l’étude a été conduite dans les communes où les ménages ne pourraient pas facilement s’acheter le gaz domestique qui est passé de 3500F en 2021 à 6500 Francs CFA en 2023 pour la petite bouteille de 6 kilogrammes et de 7500F en 2021 à 12000 Francs CFA la grande bouteille de 14 kilogrammes, selon les valeurs fixées par le Gouvernement du Bénin en 2023. Par conséquent, l’on pourrait déduire que les ménages se rabattent sur les bois de feu et le charbon de bois moins chers que le gaz domestique. Par ailleurs, il a été rapporté qu’à mesure que le bois de feu se raréfie, le ménage, et surtout les femmes rurales doivent parcourir de longues distances pour s’en procurer (FAO, 2015). Alors qu'il y a quelques années, on pouvait le ramasser au voisinage immédiat de la plupart des habitations, il faut maintenant aller le chercher à une demi-journée de marche de distance. Selon, le rapport du Gouvernement du Bénin de 2019, pour réduire la dépendance énergétique à l’égard des forêts, l’État s’est engagé à accorder des subventions à la population pour l’utilisation du gaz domestique (butane) en remplacement du bois. Toutefois, la population béninoise est restée dépendante du bois de feu et la demande continuera de croître parallèlement à la croissance démographique. Outre la création de nouvelles plantations, en particulier dans les zones de forte production de charbon de bois, les interventions prioritaires seraient le renforcement du contrôle et de la surveillance exercés par l’administration forestière sur la production de bois de feu (avant et après les coupes); restructuration des marchés ruraux de bois existants et création de nouveaux; formation des producteurs de charbon de bois aux techniques de carbonisation améliorée, à l’utilisation de fours à haute performance et de fourneaux améliorés, l’élaboration et la mise en œuvre appropriée de plans de gestion visant à garantir une exploitation durable dans les forêts naturelles et le développement d’un système fiscal efficace (Banque mondiale, 2020). Certaines de ces interventions sont actuellement mises en œuvre dans le cadre du projet de gestion des forêts classées de la Banque mondiale, mais ne prennent pas en compte les zones périphériques des sites RAMSAR 1017 et 1018. En plus des mesures déjà préconisées dans le rapport de la Banque mondiale pour toutes les forêts classées, la promotion des foyers améliorés à base des coques de noix palmistes dans les régions des sites RAMSAR pourrait réduire la dépendance des populations du bois énergie.

Conclusion

44La présente étude a évalué la valeur du bois d’œuvre, de service et d’énergie ainsi que la part des dépenses de consommation du bois dans le revenu des ménages au niveau des sites RAMSAR 1017 et 1018 au sud du Bénin. Les espèces de bois d’œuvre, de service et d’énergie auxquelles les acteurs allouent plus de ressources financières ont été identifiées pour une meilleure planification des programmes de reboisement. Des données issues d’enquêtes avec les différents acteurs de la chaîne de valeur du bois dans les zones périphériques des deux sites ont permis de déterminer les valeurs et la part de revenu allouée à la consommation du bois au niveau des ménages. Les ménages du site RAMSAR 1018 consacrent une part plus élevée à la consommation du bois que ceux du site RAMSAR 1017. Au niveau du site RAMSAR 1017, la valeur du volume de bois d’œuvre consommée est de 18 446 Francs CFA par an alors qu’elle est de 33 938 Francs CFA par an au niveau du site RAMSAR 1018. Les ménages consomment 11 383 Francs CFA de bois de service par an soit 17 700 Francs CFA par an au niveau du site RAMSAR 1018 et 8 312 Francs CFA au niveau du site RAMSAR 1017. Comparativement au bois de service et d’œuvre, la part du revenu allouée à la consommation du bois énergie est généralement plus élevée. Par ailleurs, les ménages résidant dans les sites RAMSAR 1017 et 1018 consomment trois fois plus de bois de chauffe que de charbon de bois. Ces résultats montrent que la promotion d’autres sources d’énergie moins couteuses (gaz domestique subventionné, foyers améliorés à base de coques de noix palmistes, plaques chauffantes) devrait être envisagée par les politiques pour réduire la dépendance des ménages au bois d’énergie dans les zones des sites RAMSAR 1017 et 1018 et ceci permettra de réduire la menace de dégradation avancée des espèces de mangroves. Cette étude a aussi révélé que les espèces forestières comme Tectona grandis et Acacia auriculiformis sont les espèces majoritairement utilisées comme bois énergie, bois de services et bois d’œuvre entre les différents acteurs. La promotion des plantations de Tectona grandis et d’Acacia auriculiformis dans les zones de mangroves des sites RAMSAR 1017 et 1018 serait une meilleure stratégie pour réduire les pressions des populations locales sur les palétuviers des mangroves. La présente étude n’a pas investigué la part du volume de bois produite et consommée au niveau des différents acteurs pour une évaluation de l’offre et de la demande entre les acteurs. De plus, l’étude n’a pas évalué les sources de revenus des ménages dans les zones de RAMSAR 1017 et 1017 ainsi que les facteurs pouvant affecter l’accès au bois d’énergie, bois de services et au bois d’œuvre au sein des ménages. Des études ultérieures peuvent couvrir ses aspects pour une meilleure planification des interventions dans ces zones.

Les auteurs remercient le bureau de coordination du projet « Programme de Coopération Technique (TCP/BEN/3502) du Fond des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) du Bénin » qui a financé cette étude. La participation active des populations et des autorités locales aux enquêtes est aussi remerciée.

Haut de page

Bibliographie

Adanguidi, J., E. A. Padonou, A. Zannou, S. B. Houngbo, I. O. Saliou et S. Agbahoungba, 2020, Fuelwood consumption and supply strategies in mangrove Forests-Insights from RAMSAR sites in Benin, Forest Policy and Economics, 116, [en ligne], URL : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1389934120300770

Adomou, A. C., 2005, Vegetation patterns and environmental gradient in Benin: Implications for biogeography and conservation, Thèse, Wageningen University, the Netherlands, 136 p.

Arias, D., J. Calvo-Alvarado, D. B. Richter et A. Dohrenbusch, 2011, Productivity, aboveground biomass, nutrient uptake and carbon content in fast-growing tree plantations of native and introduced species in the Southern Region of Costa Rica, Biomass Bioenergy, 35, 5, pp. 1779-1788.

Asif, M. J., N. T. Govender, L. H. Ang et W. Ratnam, 2017, Growth performance and lignin content of Acacia mangium Willd. and Acacia auriculiformis A. Cunn. ex Benth. under normal and stressed conditions, Journal of Forest Science, 63, 8, pp. 381-392.

Badahoui, A., E. D. Fiogbe et M. Boko, 2010, Les causes de la dégradation du lac Ahémé et ses chenaux, International Journal of Biological and Chemical Sciences, 4,4, pp. 882-897.

Bailly, P., C. Carrère, 2015, Statistiques descriptives. L’économie et les chiffres, Grenoble, Éditions Presses Universitaires de Grenoble (PUG), Collection Libres Cours Économie, 250 p.

Banque mondiale, septembre 2020, Note sur les forêts du Bénin, Rapport n° AUS0001346, 84 p.

Banque mondiale, août 2010, République du Bénin, Analyse Environnementale Pays, Rapport final n° 58190-BJ, 68 p.

Bertrand, A., 1978, L’évolution de la production et des échanges de bois tropicaux la place de l’Afrique, Bois et Forêts des Tropiques, 178, pp. 4-67.

Bisiaux, F., R. Peltier et J. C. Muliele, 2009, Plantations industrielles et agroforesterie au service des populations des plateaux Batéké, Mampu, en République démocratique du Congo, Bois et Forêts des Tropiques, 301, 3, pp. 21-32.

Bunting, P., A. Rosenqvist, R. M. Lucas, L. M. Rebelo, L. Hilarides, N. Thomas, A. Hardy, T. Itoh, M. Shimada et C. M. Finlayson, 2018, The global mangrove watch—a new 2010 global baseline of mangrove extent, Remote Sensing, 10, 10, [en ligne], URL: https://www.mdpi.com/2072-4292/10/10/1669

Communauté européenne du charbon et de l'acier, Communauté économique européenne, Communauté européenne de l'énergie atomique (CECA-CEE-CEEA), 1992, Les Mangroves de l’Afrique, Luxembourg, Office des publications officielles des Communautés européennes, 273 p.

Daïnou, K., C. Vermeulen et J. L. Doucet, 2008, Consommation de bois en zones humides du complexe ouest du Bénin : besoins et gestion locale des formations ligneuses, Bois et Forêts des Tropiques, 298, pp. 13–24.

Direction générale des forêts et des ressources naturelles (DGFRN), 2011, Rapport Annuel d’Activités 2010, Ministère du Cadre de Vie et du Développement Durable, République du Bénin, 63 p.

Fond des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), 2015, Bois de feu et charbon de bois dans les pays en développement, [en ligne], URL : https://www.fao.org/3/l2015f/l2015f02.htm

Fond des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), 1997, La situation actuelle des statistiques forestières nationales relatives aux produits forestiers, [en ligne], URL : https://www.fao.org/3/x6744f/X6744F07.htm

Ganglo, C. J., J. Lejoly et T. Pipart, 1999, Le teck (Tectona grandis L.F.) au Bénin, gestion et perspectives, Bois et Forêts des Tropiques, 261, 3, pp. 17-27.

Gérard, J., A. C. Kouassi, C. Daigremont, P. Detienne, D. Fouquet et M. Vernay, 1998, Synthèse sur les caractéristiques technologiques de référence des principaux bois commerciaux africains, Série FORAFRI, n° de document 11, Montpellier, France, CIRAD-Foret, 187 p.

Glèlè-Kakaï, R. L., B. Sinsin et R. Palm, 2008, Étude dendrométrique de Pterocarpus erinaceus Poir. Des formations naturelles de la zone soudanienne au Bénin, Agronomie Africaine, 20, 3, pp. 245-255.

Gnahoua, G. M., D. Louppe, 2003, Acacia auriculiformis, CIRAD, [en ligne], URL : https://hal.science/CIRAD/cirad-00429281/file/Acacia-auriculiformis.pdf

Gnahoua, G. M., K. A. Nguessan et P. Ballé, 2014, Les jachères de légumineuses arborescentes : sources potentielles de bois énergie et de service en Côte d’Ivoire, Journal of Applied Biosciences, 81, pp. 7290 7297.

Goel, V. L., H. M. Behl, 1996, Fuelwood quality of promising tee species for alkaline soil sites in relation to tree age, Biomass Bioenergy, 10, 1, pp. 57–61.

Gouvernement du Bénin, 2019b, Politique Forestière du Bénin, Ministère du Cadre de Vie et du Développement Durable.

Gouvernement du Bénin, 2019a, Troisième communication du Bénin sur les changements climatiques, Direction Générale de l’Environnement et du Climat, 272 p.

Gouvernement du Bénin, 2017, Stratégie nationale et plan d’actions de gestion durable des écosystèmes de mangroves du Bénin, Version provisoire, Juillet 2017, 147 p.

Guire, S., 1995, Étude sur les filières de commercialisation du bois dans la région de la boucle du Mouhoun, Mémoire du diplôme d'ingénieur du développement rural, option : eaux et forêts, Université de Ouagadougou, Burkina-Faso, 129 p.

Masera, O., B. Saatkamp et D. Kammen, 2000, From fuel switching to multiple cooking fuels: A critique of the energy ladder model in rural households, World Development, 28, 12, pp. 2083–2103.

Menendez, P., I. J. Losada, M. W. Beck, S. Torres-Ortega, A. Espejo, S. Narayan, P. Diaz-Simal, et G. M. Lange, 2018, Valuing the protection services of mangroves at national scale: The Philippines, Ecosystems Services, 34, pp. 24–36.

Nakouzi, S., J. Adanguidi, E. Padonou, I. A. Quenum et L. Fantodji, 2018, Guide pratique de production et de plantation des espèces de mangrove au Bénin, Cotonou, Bénin, Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, 41 p.

Ngondo, D., 2001, Mangroves du Cameroun : statut écologique et perspectives de gestion durable, Thèse, Université de Yaoundé, 252 p.

N’Guessan, K. A., B. Dupuy, A. Assa et A. N’Goran, 2006, Légumineuses arborescentes pour la gestion durable des terroirs agricoles en basse Côte d’Ivoire, Agronomie Africaine, 18, 3, pp. 267-283.

Ndour, N., S. Dieng et M. Fall, 2012, Rôles des mangroves, modes et perspectives de gestion au Delta du Saloum (Sénégal), VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, 11, 3, [en ligne], URL : https://journals.openedition.org/vertigo/11515

Ogeh, K. T., S. O. Jimoh et O. I. Ajewole, 2016, Willingness to pay for environmental service functions of mangrove forest in Uzere, Delta State, Nigeria, Journal of Resources Development and Management, [en ligne], URL: http://www.iiste.org/Journals/index.php/JRDM/article/download/27235/29327#:~:text=From%20Table%203%2C%20it%20is,functions%20of%20the%20mangrove%20forest

Osorio, J. A., C. J. Crous, M. J. Wingfield, Z. W. De Beer et J. Roux, 2017, An assessment of mangrove diseases and pests in South Africa, Forestry, 90, 3, pp. 343–358.

Ouedraogo, B., 2006, Household energy preferences for cooking in urban Ouagadougou, Burkina Faso, Energy Policy, 34, 18, pp. 3787–3795.

Proces, P., E. Dubiez, F. Bisiaux, A. Péroches et A. Fayolle, 2017, Production d’Acacia auriculiformis dans le système agroforestier de Mampu, plateau Batéké, République démocratique du Congo, Bois et Forêts des Tropiques, 334, pp. 23-36.

Radji, R., K. Kokou, 2013, Classification et valeurs thérapeutiques des plantes ornementales du Togo, Vertigo – la revue électronique en sciences de l'environnement, 13, 3, [en ligne], URL: https://journals.openedition.org/vertigo/14519

RGPH4, 2013, Que retenir des effectifs de population en 2013 ?, Institut National de la Statistique et de l’analyse économique (INSAE), Direction des études démographiques, [en ligne], URL: https://instad.bj/images/docs/insae-statistiques/demographiques/population/Resultats%20definitifs%20RGPH4.pdf

Sahri, M. H., Z. Ashaari, R. A. Kader et A. L. Mohmod, 1998, Physical and Mechanical Properties of Acacia mangium and Acacia auriculiformis from Different Provenances, Pertanika Journal of Tropical Agricultural Science, 21, 2, pp. 73-81.

Sokpon, N., S. H. Biaou, 2002, The use of diameter distributions in sustained-use management of remnant forests in Benin: case of Bassila forest reserve in North Benin, Forest Ecology and Management, 161, pp. 13-25.

Tang, W., W. Feng, M. Jia, J. Shi, H. Zuo et C. C. Trettin, 2016, The assessment of mangrove biomass and carbon in West Africa: a spatially explicit analytical framework, Wetlands Ecology and Management, 24, 2, pp. 153–171.

Temgoua, L., R. Njoukam et R. Peltier, 2011, Plantations ingénieuses de bois d’œuvre par les paysans de l’Ouest-Cameroun, Bois et Forêts des Tropiques, 309, 3, pp. 63-76.

Tonouéwa, J. F. M. F., E. S. P. Assèdé et S. S. H. Biaou, 2020, Déterminants del’utilisation d’Acacia auriculiformis comme bois d’œuvre en Afrique de l’Ouest, Flora et Vegetatio Sudano-Sambesica, 23, pp. 15-26.

Valiela, I., J. L. Bowen et J.K. York, 2001, Mangrove Forests: One of the World’s Threatened Major Tropical Environments: At least 35% of the area of mangrove forests has been lost in the past two decades, losses that exceed those for tropical rain forests and coral reefs, two other well-known threatened environments, Bioscience, 51, 10, pp. 807–815.

Yo, T., J. Adanguidi, A. Zannou et E. Padonou, 2018, Évaluation des besoins en bois des populations au niveau des zones de mangroves des sites Ramsar 1017 et 1018, Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, 114 p.

Zannou, A, N. Z. Allou et G. Biaou, 2017, Déterminants sociotechniques et économiques de la dégradation des forêts de mangrove dans la lagune côtière du Bénin, Annales des Sciences Agronomiques, 21, 1, pp. 77–88.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte de situation géographique des sites RAMSAR 1017 et 1018 au Bénin
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/41383/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/41383/img-2.png
Fichier image/png, 1,7k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/41383/img-3.png
Fichier image/png, 1,2k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/41383/img-4.png
Fichier image/png, 1,3k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/41383/img-5.png
Fichier image/png, 1,5k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/41383/img-6.png
Fichier image/png, 1,5k
Titre Figure 2. Valeur (Francs CFA par an) de bois de chauffe exploité par espèce par acteur sur les sites RAMSAR 1017 et 1018
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/41383/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Figure 3. Valeur (Francs CFA par an) de bois d’œuvre consommé par site et pour l’ensemble des sites RAMSAR 1017 et 1018
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/41383/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Figure 4. Valeur (Francs CFA par mètre cube et par an) du bois de service par type de construction sur les sites RAMSAR 1017 et 1018
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/41383/img-9.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 5. Valeur (Francs CFA par an) de bois énergie pour les ménages et les vendeurs de nourritures sur les sites RAMSAR 1017 et 1018
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/41383/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Figure 6. Valeur (Francs CFA par an) du bois de chauffe par espèce pour les collecteurs et revendeurs de bois de chauffe sur les sites RAMSAR 1017 et 1018
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/41383/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Titre Figure 7. Valeur (Francs CFA par an) de bois transformé en charbon par espèce au niveau du site RAMSAR 1017
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/41383/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 8. Poids des dépenses en bois de service et d’œuvre dans le revenu des ménages
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/41383/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Figure 9. Poids des dépenses en bois énergie dans le revenu et l’alimentation des ménages
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/41383/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elie Antoine Padonou, Symphorien Agbahoungba, Clément Sewadé, Sidol B.E. Houngbo, Idelphonse O. Saliou et Afio Zannou, « Valeur des bois-énergie, bois d’œuvre et de service dans les zones de mangroves des sites Ramsar 1017 et 1018 au Bénin »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le , consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/41383 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.41383

Haut de page

Auteurs

Elie Antoine Padonou

École de Foresterie Tropicale, Université Nationale d’Agriculture, Laboratoire d’Ecologie Appliquée, Faculté des Sciences Agronomiques, Université d’Abomey-Calavi, Bénin, adresse courriel : padonouelie@gmail.com

Symphorien Agbahoungba

Laboratoire d’Ecologie Appliquée, Faculté des Sciences Agronomiques, Université d’Abomey-Calavi, Bénin, adresse courriel : agbasympho@gmail.com

Clément Sewadé

Unité de Recherche en Foresterie et Conservation des Bio-ressources, Laboratoire des Sciences Végétales, Horticoles et Forestières, Université Nationale d’Agriculture, Bénin, adresse courriel : sewadeclement@gmail.com

Sidol B.E. Houngbo

Laboratoire d’Ecologie Appliquée, Faculté des Sciences Agronomiques, Université d’Abomey-Calavi, Bénin, adresse courriel : houngbo.sidol@gmail.com

Idelphonse O. Saliou

Laboratoire d’Ecologie Appliquée, Faculté des Sciences Agronomiques, Université d’Abomey-Calavi, Bénin, adresse courriel : sidelpho@yahoo.fr

Afio Zannou

Laboratoire d’Ecologie Appliquée, Faculté des Sciences Agronomiques, Université d’Abomey, Bénin, adresse courriel : zannou.afio@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search