Navigation – Plan du site
2002

L’effet de serre et la rareté de l’eau créent une hausse du prix des aliments.

Lester R. Brown
Traduction de Jacques Bougie

Texte intégral

1Lundi le 12 août, le département Américain de l’Agriculture (USDA) révisait à la baisse l’estimé de la production mondiale de céréales pour l’année 2002. La prévision mondiale estimée à 1904 millions de tonnes le mois dernier est maintenant à 1821 millions de tonnes ce qui représente un déficit actuel de 83 millions de tonnes de céréales.

2Cette baisse précipitée a causé une augmentation accélérée des prix du blé et du maïs sur les marchés mondiaux. Récemment, le prix du blé à être livré en décembre a augmenté de 2.83$ à 3.70$ le boisseau - un accroissement de 31%. Et ce n’est qu’un début. L’augmentation du prix des céréales entraînera très probablement l’augmentation du prix des dérivés des céréales tels que le pain et les pâtes.

3Il s’agit d’un troisième déficit annuel consécutif pour la production mondiale de céréales. En l’an 2000, le déficit était de 35 millions de tonnes ; en 2001 de 31 millions de tonnes. Le déficit combiné des trois dernières années, totalisant 149 millions de tonnes, est responsable du plus bas niveau de céréales en 30 ans! De façon générale, on observe des baisses records aussi bien pour le blé, le riz que le maïs.

4Trois facteurs clés ont contribués à une réduction des récoltes en 2002. D’abord, un prix bas des céréales sur le marché lors de la plantation, ensuite, un surplus de chaleur en champs et finalement, une baisse du niveau des nappes phréatiques. Le premier facteur est conséquent d’une tendance généralisée de la baisse des prix céréaliers sur plusieurs années consécutives. Ces baisses ont découragé les fermiers à améliorer leurs terres et à investir dans de nouvelles techniques de production. De plus, il semble que les fermiers aient cessé de produire sur des terres marginales.

5Pendant cette même période, les fermiers ont été confrontés aux plus hautes températures enregistrées dans l’histoire --- températures qui ont stressé les cultures et contribuées à la diminution des récoltes. À titre d’exemple, notons les températures moyennes de septembre et novembre 2001 qui ont été les plus hautes enregistrées en 134 ans. Mentionnons également que les mois suivants, de décembre, janvier, février, avril et mai ont été les 2e plus chaud de l’histoire. Dans plusieurs pays la hausse des températures a été combinée à une baisse des précipitations ce qui a créé une situation de sécheresse.

6Les trois principaux producteurs mondiaux de céréales, soit les États-Unis, l’Inde et la Chine ont tous vu leurs cultures céréalières être stressées par la chaleur. Même les cultures irriguées ont souffert d’une évaporation accrue et d’un stress calorique. Il est important de savoir que toute température dépassant la barre des 32 degrés Celsius peut faire souffrir les récoltes.

7Le plant de maïs, qui est une culture très productive aux États-Unis avec 70% des céréales récoltées, est particulièrement vulnérable à la chaleur. Dans un champ en stress calorique, les feuilles de maïs s’enroulent afin de réduire les pertes d’eau par évaporation. Dans de telles conditions, la photosynthèse décline et le plant passe d’un mode de croissance à un mode de survie, réduisant ainsi la récolte.

8En Inde, une vague de chaleur atteignant les 45 degrés Celsius, en mai, a causé la mort de plus d’un millier de personnes. De plus, la mousson de cette année a été tardive et plus faible qu’à l’habitude. Ces précipitations moindres ont mené à une diminution de l’estimée la récolte de riz, la faisant passer de 90 millions à 80 millions de tonnes.

9Dans un même temps, les fermiers pompent de plus en plus d’eau afin de subvenir à la demande alimentaire mondiale sans cesse croissante. Dès lors, on remarque que le niveau des eaux souterraines tend à être de plus en plus bas. En Chine, en Inde et aux États-Unis, le niveau des nappes phréatiques est maintenant en baisse dans les régions agricoles importantes. En Chine, 70% de la récolte céréalière provient de terres irriguées alors qu’en Inde on parle de 50% et qu’aux États-Unis on atteint presque 20%.

10Le département d’agriculture des États-Unis confirme qu’au Texas, en Oklahoma et au Kansas le niveau des nappes phréatiques a baissé de 35 mètres ( 100 pieds). Ce qui a pour résultat que certains fermiers des grandes plaines du sud pompent maintenant de l’air au lieu de l’eau. Même des États tels que le Nebraska et le Colorado sont confrontés à une récolte appauvrie malgré le fait que la majorité de champs de maïs se trouvent en zone irriguée.

11Les récoltes de blé chinois n’échappent pas à la tendance. Après avoir atteint une production maximum de 123 millions de tonnes en 1997, les récoltes ont chuté au cours de quatre des cinq dernières années. Cette année la production sera seulement de 92 millions de tonnes. Dans la région du nord de la Chine, là où se récolte le plus de blé, les fermiers dépendent de l’irrigation pour compenser le manque de pluies. La perte de cette eau d’irrigation suite à une baisse du niveau des aquifères ou par détournement vers les villes, est lourde de conséquence pour les fermiers et leurs récoltes. En périphérie de Beijing, par exemple, ont interdit aux fermiers l’accès aux bassins de rétention et aux réservoirs parce que toute l’eau emmagasinée est utilisée pour satisfaire les besoins grandissants de la ville.

12Les fermiers de la planète sont-ils capables de combler ce déficit de 83 millions de tonnes et de nourrir adéquatement la population mondiale ? Après avoir atteint un maximum de 732 millions d’hectares cultivés en 1981, la superficie céréalière mondiale a chutée à 660 millions d’hectares. Les États-Unis, ont perdu environ 10% de leurs terres céréalières à la fin des années 80, car trop sensibles à l ‘érosion. La Chine plante maintenant des arbres sur un dixième de ses terres céréalières pour contrer l’avancée des déserts.

13La seule grande région cultivable et non encore exploitée se situe dans le Cerrados Brésilien. Il s’agit d’une vaste savane semi-aride au sud du bassin Amazonien. Par contre, cette terre est de fertilité moyenne et requiert des applications massives de chaux pour neutraliser son acidité et de fertilisants pour maintenir sa productivité.

14Il est de plus en plus difficile d’augmenter le rendement des terres cultivées. Une augmentation des prix céréaliers entraînait autrefois une irrigation accrue des terres cultivées. Cet effet d’entraînement n’est plus disponible maintenant, suite à une baisse des nappes phréatiques. Les fermiers réagissaient aussi à une augmentation des prix en fertilisant davantage les sols. L’usage des fertilisants étant déjà à son maximum, même dans les pays occidentaux, il est difficile d’en utiliser davantage.

15Nous sommes maintenant face à un défi. Par le passé, il était facile de récupérer d’une mauvaise récolte mondiale présentant un déficit annuel de 20, 30 ou 40 millions de tonnes. Un déficit de 83 millions de tonnes, c’est une autre affaire. Et nous ne sommes pas au bout de nos peines. Avec l’augmentation prévue des températures pour les années à venir, les fermiers auront sans doute beaucoup de difficultés à combler cet immense déficit et à nourrir 3 milliards de personnes additionnelles, d’ici l’an 2050.

16En vertu de ces constats, il est temps d’accorder une attention toute particulière aux changements climatiques et à l’explosion démographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lester R. Brown, « L’effet de serre et la rareté de l’eau créent une hausse du prix des aliments. », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 01 octobre 2002, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/4154 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.4154

Haut de page

Auteur

Lester R. Brown

Earth-Policy Institute, État-Unis lesterbrown@earth-policy.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page