Navigation – Plan du site
2002

Efforts scientifiques dans le cadre du protocole de Kyoto

Dominique Blain

Texte intégral

1En août dernier, le Premier ministre canadien Jean Chrétien a annoncé, lors du Sommet de Johannesburg, qu'une proposition de ratification du Protocole de Kyoto serait soumise au Parlement. En décembre 2002, le gouvernement canadien ratifiait ce protocole. Ce dénouement politique soulève dans son sillage de nombreuses questions, notamment quant aux manières d'atteindre l'objectif de réduction des émissions nationales de gaz à effet de serre (GES). En effet, bien que l'engagement canadien se chiffre à une réduction de 6% des émissions de GES par rapport au niveau de 1990, dans les faits cette diminution correspond aux alentours de 20% du niveau actuel d'émissions. Au cours de l'année 1990, le Canada a émis environ 607 mégatonnes de GES, équivalent CO2. Les plus récentes estimations réalisées pour l'an 2000 indiquaient des émissions de l'ordre de 726 mégatonnes de GES. L'objectif de réduction des émissions devant permettre au Canada de recouvrer le niveau de 1990 moins le 6% convenu dans le Protocole de Kyoto, ce niveau se situe aux environs de 571 mégatonnes d'émissions annuelles de GES. Un calcul simple nous indique un écart de 155 mégatonnes, ce qui correspond au défi de réduction de 20% pour le respect des engagements liés au Protocole de Kyoto.

2Le gouvernement canadien s'est doté d'outils favorisant des mesures de réduction des émissions de GES. Le plan d'action 2000 ainsi que le budget 2001 contiennent plusieurs pistes d'action potentielles, tant au plan politique, économique que scientifique. En tout, les mesures proposées et financées par ces deux outils permettraient des réductions de l'ordre de 50 mégatonnes de GES. Par conséquent, les 105 mégatonnes restantes devront être éliminées par d'autres voies. Pour ce faire, il faut miser sur l'effort collectif, soit aussi bien les grands secteurs économiques tels que le bâtiment, les sources de production énergétiques, les industries, les municipalités, les transports, l'agriculture et la foresterie que les individus, les collectivités et les gouvernements. La contribution relative de chacun de ces acteurs sera à déterminer selon l'option privilégiée parmi les quatre propositions présentement à l'étude.

3Ces efforts de réduction des émissions de GES sont source d'innovations technologiques, de recherche et de développement. Pour sa part, Environnement Canada travaille notamment sur la séquestration du carbone. Dans les prochaines années, il faudra identifier les approches les plus appropriées, les méthodes les plus fiables afin d'obtenir les meilleures données possibles. Les inventaires seront les bases des outils pour l'avenir. Pour se faire, il sera souhaitable adopter une démarche transparente et rigoureuse avant de déposer ses résultats auprès des instances internationales concernées. Dégager ce qui est attribuable à l'activité humaine des phénomènes naturels demeure une des principales difficultés rencontrées par les chercheurs. La recherche doit contribuer à départir quel est le rôle des processus biologiques, des processus climatiques et des activités humaines dans les séquences de séquestration et de rejet du carbone par les puits de carbone.

4Il va de soit qu'Environnement Canada ne couvre pas à elle seule l'ensemble des champs de recherche portant sur la séquestration du carbone. Des collaborations existent, entre autre avec d'autres services gouvernementaux tels que le Service canadien des forêts et Agriculture Canada et de plus en plus avec des chercheurs universitaires. La fondation BIOCAP Canada (www.biocap.ca) joue un rôle charnière dans les échanges entre le gouvernement et les chercheurs intéressés par ces problématiques. Son principal objectif est d'intégrer la communauté scientifique universitaire à l'effort national de développement des connaissances et des méthodes en vue d'une meilleure compréhension du rôle des forêts et des sols agraires dans le processus de séquestration du carbone. BIOCAP œuvre également à la mise sur pied de réseaux de recherche pan-canadiens et participe à l'émission d'appels d'offre de recherche.

5Néanmoins, plusieurs questions restent sans réponse en matière de puits de carbone, et ce tant au plan biophysique que social . Du côté des sciences biophysiques, l'on pense entre autres à l'importance et au rôle des terres humides, des tourbières boisées ou non boisées, qui demeurent embryonnaires, tout comme la compréhension des dynamiques des flux des autres GES que le carbone (méthane et oxyde nitreux) par les sols forestiers et agricoles. Le volet aménagement des sols, peuplement ou reboisement des terres agricoles et aménagement forestier, comporte lui aussi des inconnues, notamment au plan des impacts alors que le champ des énergies renouvelables, telle que la biomasse, et leur substitution aux énergies fossiles est à développer. En sciences sociales, l'identification des obstacles (juridiques, économiques, environnementaux) à l'adoption de nouvelles pratiques en aménagement du territoire, la compréhension de ce qui favoriserait l'adoption de ces nouvelles pratiques par les acteurs sociaux et leurs répercussions sociales ne sont que très peu abordées dans les recherches actuelles. Il en va de même quant à l'étude du rôle des communautés locales, par exemple les autochtones, dans la mise en place de ces nouvelles pratiques d'aménagement. Dans cette perspective, il faut travailler à faire connaître les efforts de recherches en cours et à indiquer aux chercheurs les dimensions à explorer. En outre, Il faut souligner l'importance de la concertation des efforts de recherche et il faut favoriser le développement de résultats applicables à l'ensemble du territoire canadien tout en insistant sur la dimension collective du défi de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

6Page web de la division de GES d'Environnement Canada:

7http://www.ec.gc.ca/​pdb/​ghg/​ghg_home_f.cfm

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Blain, « Efforts scientifiques dans le cadre du protocole de Kyoto », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 01 décembre 2002, consulté le 01 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/4164 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.4164

Haut de page

Auteur

Dominique Blain

Environnement Canada, division Gaz à effet de serre. dominique blain@ec.gc.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page