Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesRegards / Terrain2024Co-développement d’un projet coll...

2024

Co-développement d’un projet collaboratif pour le suivi télémétrique hivernal d’ombles chevaliers à Kangirsuk, Nunavik, Canada

Véronique Dubos et Johnny Nassak

Résumés

Kangirsuk, village Inuit du Nunavik1, est réputé pour l’abondance de ses ombles chevaliers anadromes (Salvelinus alpinus) qui sont une ressource de subsistance pour la population locale. Cependant, dans le lac Tasirjuarusik, situé près de la communauté, les ombles disparaissent temporairement pendant l’hiver et réapparaissent au printemps. L’association locale de chasseurs et pêcheurs (l’Anguvigaq) souhaitait élucider cette mystérieuse disparition par un suivi télémétrique des poissons. Le présent article fait état de la démarche suivie pour bâtir un projet de recherche collaborative entre Inuits et scientifiques non-Inuits, de la demande de financement aux premiers travaux de terrain. Le projet est mené par les partenaires Inuits, soit l’association de chasseurs et pêcheurs (Anguvigaq) de Kangirsuk, en collaboration avec les partenaires scientifiques. La démarche présentée se veut un exemple de projet collaboratif en territoire autochtone qui peut être répliqué et qui permet de favoriser l’engagement de tous les acteurs, Inuits et non-Inuits.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’utilisation de différentes sources de savoirs, dont les savoirs inuits, permet une meilleure compréhension de la complexité de l’environnement et des écosystèmes, en particulier les écosystèmes nordiques qui changent rapidement et qui sont moins décrits dans la littérature (Johnson et al., 2020). Or, l’attitude colonialiste envers les Peuples autochtones a eu et a encore un impact sur la façon de travailler des scientifiques (McGregor, 2018). Nickels et al. (2006) ont listé de nombreuses critiques concernant les comportements de certains chercheurs, telles que réaliser des recherches qui ne répondent pas réellement aux préoccupations des populations locales ou qui ne tiennent pas compte de l’expertise de ces populations. Le manque de reconnaissance et l’absence de compensations des participants ont aussi été relevés. L'appropriation des savoirs traditionnels par les chercheurs comme leur propre expertise ou leur utilisation de façon inappropriée et décontextualisée ou dommageable pour l'environnement ont aussi été critiquées. Finalement, l’absence de suivi ou de retour des résultats vers la communauté de la part des chercheurs, ou des présentations inappropriées des résultats ont aussi été notée.

  • 2 Pour plus d'informations, voir le site internet de la Commission vérité et réconciliation [en ligne (...)

2Ce manque d’éthique dans certains travaux réalisés a conduit à de la méfiance de la part des actrices et acteurs autochtones envers les scientifiques qui viennent étudier leur territoire. Depuis 2018, une stratégie nationale a été implémentée par les communautés inuites du Canada pour déconstruire les anciennes méthodes colonialistes et guider la recherche en territoire inuit (Inuit Tapiriit Kanatami, 2018). Selon la stratégie proposée, les résultats doivent apporter de nouvelles connaissances qui répondent à un besoin prioritaire des communautés. Pour ce faire, elle doit être faite en collaboration avec les communautés inuites tout au long du processus. Au Québec, une nouvelle entité de gouvernance en matière de recherche sur le territoire du Nunavik, Atanniuvik, est en train d’être développée pour encadrer la recherche en territoire inuit (Durkalec and Breton-Honeyman, 2022). Dans un contexte de décolonisation de la science et faisant suite à la Commission de Vérité et Réconciliation2, des appels à l’action ont été énoncés spécifiquement pour les sciences naturelles par Wong et al. (2020). Parmi les actions recommandées, bâtir des relations significatives, collaborer et partager les savoirs permettent l’amélioration des connaissances sur l'environnement du nord puisque c’est un objectif généralement partagé par les scientifiques du sud et les autochtones. Pour que la recherche se fasse en partenariat réel, elle doit se faire idéalement pour et par la communauté concernée (Abu et al., 2020). C’est aussi dans ces circonstances que les scientifiques peuvent bénéficier des connaissances traditionnelles locales. Pour faire bénéficier les chercheurs des savoirs inuits, tout en respectant leur intégrité et avec l’objectif de donner du pouvoir aux communautés dans la recherche effectuée sur leur territoire, un groupe créé par des jeunes Inuits, Ikaarvik, a développé le concept de ScIQ (Pedersen et al. 2020). Ils proposent une liste de recommandations pour relier respectueusement science et IQ (Inuit Qaujimajatuqangit, savoir inuit). L’aspect relationnel au niveau humain est un des points majeurs. En effet, en plus des connaissances sur l’environnement souvent recherchées par les scientifiques, l’IQ comprend implicitement une façon de se comporter et d’interagir avec les autres dans le respect et la réciprocité. Par conséquent, incorporer l’IQ dans la recherche signifie suivre les principes et les valeurs de l’IQ et aussi adopter, comme chercheur, un comportement qui répond aux valeurs et principes d’harmonie que l’IQ sous-tend.

3Le présent article fait état de la démarche suivie pour bâtir un projet de recherche collaborative entre Inuits et scientifiques, de la demande de financement aux premiers travaux de terrain. Le projet va permettre de répondre à un questionnement sur l’omble chevalier soulevé par l’association de trappeurs chasseurs et pêcheurs locale (Anguvigaq) de la communauté de Kangirsuk, située au Nunavik. Le projet est mené par les partenaires Inuits, soit l’Anguvigaq de Kangirsuk (responsable : Président, Noah Eetook, et gestionnaire, l’auteur Johnny Nassak), en collaboration avec les partenaires scientifiques non-Inuits (responsable dans le projet décrit, l’auteur Véronique Dubos). La démarche présentée est guidée par la Stratégie de recherche inuite (Inuit Tapiriit Kanatami, 2018) et par le principe du ScIQ. Elle se veut un exemple de projet collaboratif en territoire inuit qui permet de favoriser l’engagement de tous les acteurs, Inuits et non-Inuits.

Méthodologie

4Kangirsuk est un village inuit d’environ 700 habitants, situé en rive nord de l’estuaire de la rivière Payne (Ariaq en Inuktitut), du côté ouest de la baie d’Ungava (Figure 1). La communauté est réputée pour l’abondance et la qualité de ses ombles chevaliers anadromes (Salvelinus alpinus). Cette espèce, pêchée à l’année, est une ressource traditionnelle importante pour la population de Kangirsuk. L’omble chevalier anadrome adulte (mature et immature) effectue une migration estivale de quelques semaines pour s’alimenter en milieu marin. À la fin de l’été, les ombles retournent en eau douce et effectuent une migration amont, vers les sites de fraie pour les reproducteurs, ou vers les lacs d’hivernage. À une trentaine de kilomètres de Kangirsuk, le lac Tasirjuarusik (Virgin Lake sur certaines cartes topographiques) (Figure 1) est un site d’hivernage des ombles bien connu des habitants de Kangirsuk. Ils pratiquent la pêche automnale lors de la migration en amont des poissons qui se dirigent vers le lac et ils les pêchent de nouveau dans le lac, quelques semaines avant la débâcle printanière. Cependant, lors d’entrevues réalisées avec des aînés en 2019 (Dubos et al., 2023) et de travaux de terrain subséquents, plusieurs personnes ont mentionné la disparition hivernale temporaire des ombles chevaliers dans le lac Tasirjuarusik. Les pêcheurs n’arrivent pas à les capturer dans le lac en hiver, ni au filet, ni à la ligne et il semble que personne dans la communauté ne sache où ils passent l’hiver. Les ombles réapparaissent dans certaines zones du lac au printemps. L’Anguvigaq souhaitait donc faire un suivi télémétrique sur quelques ombles afin de suivre leur parcours pendant l’hiver et élucider leur disparition.

Figure 1. Limite du territoire utilisé pour la pêche à l’omble chevalier.

Figure 1. Limite du territoire utilisé pour la pêche à l’omble chevalier.

Limite approximative du territoire utilisé fréquemment par les gens de Kangirsuk (Kangirsummiut) pour la pêche à l’omble chevalier (contour bleu). Il est à noter que plusieurs pêcheurs utilisent des territoires non illustrés sur la carte. La zone bleue ne représente en aucun cas l'étendue de l'utilisation des terres par les Kangirsummiut ni l'ensemble de la répartition de l'omble chevalier dans la région. Agrandissement : Localisation du lac Tasirjuarusik (Virgin Lake), dans lequel les ombles disparaissent durant l’hiver.

Développement de la demande de financement

5En plus de la question de recherche sur le suivi télémétrique des ombles chevaliers, il était très important pour les autorités locales que des jeunes de la communauté puissent travailler sur ce projet, être formés afin qu’il y ait un transfert de capacité vers ces jeunes. Pour qu’il y ait une adhésion de la population au projet, il a été décidé unanimement par les partenaires Inuits et non-Inuits que :

  1. La méthodologie de communication serait choisie par les partenaires Inuits;

  2. Le savoir inuit serait pris en considération;

  3. Les méthodes scientifiques (instrumentation du lac, traitement des poissons, et cetera) seraient établies en collaboration entre scientifiques et Inuits, de façon à la fois à optimiser l’utilisation des outils scientifiques et à respecter l’environnement et le savoir-faire inuit.

6Une fois la question de recherche établie, la recherche de financement pour le projet a été planifiée. Plusieurs programmes de subvention existent pour permettre de faire du suivi environnemental communautaire ou pour faire de la formation auprès de jeunes Inuits. Cependant, l’ampleur du projet ne permettait pas d’entrer dans ces programmes et il aurait dû être scindé. Un appel à proposition pour un nouveau programme de financement chapeauté par l’organisme Inuit Tapiriit Kanatami (ITK) et ArcticNet a été lancé en octobre 2020 (Inuit Qaujisarnirmut Pilirijjutit, IQP). Il s’est avéré être parfaitement adapté pour le projet. Les démarches de recherche d’un programme de financement et les discussions sur le contenu du projet ont duré un peu plus de six mois, avant l’application.

7Le financement proposé s’adressait à des projets menés par, ou en partenariat avec, des organisations inuites. Dans le cas du projet de Kangirsuk, le responsable du projet proposé était le président du Anguvigaq, soutenu par le comité de décision du Anguvigaq et en partenariat avec une scientifique non-Inuite. Le responsable Inuit a formulé la question de recherche, à savoir le suivi par télémétrie acoustique pour découvrir où les ombles du lac Tasirjuarusik vont hiverner. Comme le formulaire de demande nécessitait des détails techniques sur la méthode scientifique planifiée et était similaire à une demande de subvention de recherche scientifique (sur la base des demandes au Conseil de recherche en science naturelle et génie), il a été décidé que la demande serait remplie principalement par le partenaire scientifique non-Inuit. Les différents aspects du projet ont été préalablement discutés. À plusieurs reprises, les partenaires Inuits ont été consultés sur les aspects techniques et scientifiques, en particulier en termes d’acceptabilité sociale puisque le suivi télémétrique requérait une intervention chirurgicale sur les poissons. Le responsable Inuit du projet a effectué la consultation d’aînés, avant que la demande ne soit complétée, pour s’assurer que la démarche pouvait aller de l’avant avec la méthode planifiée. La faisabilité logistique a été planifiée en collaboration entre les partenaires Inuits et scientifiques. Pour les aspects de la demande qui concernait l’intérêt du projet, les retombées, les façons de communiquer et l’intégration des savoirs traditionnels, c’est le point de vue inuit qui a été intégré. La participation de jeunes de la communauté a été prévue pour participer aux travaux de terrain. La démarche suivie pour préparer la demande de financement est illustrée à la Figure 2.

Figure 2. Procédure collaborative suivie pour la préparation de la demande de financement.

Figure 2. Procédure collaborative suivie pour la préparation de la demande de financement.

8Comme plusieurs aspects étaient interreliés, le processus a été itératif et des échanges réguliers ont eu lieu. La demande a été déposée en décembre 2020 et le projet a fait partie des 11 projets sélectionnés au Canada en mai 2021. Un financement de deux ans a été octroyé au Anguvigaq de Kangirsuk.

Démarrage du projet

9Une fois que le financement a été approuvé, le projet a démarré par la planification des travaux de terrain qui consistaient à implanter des émetteurs acoustiques dans des ombles chevaliers qui se dirigeaient vers le lac et installer des récepteurs acoustiques (11) pour couvrir la superficie du lac. La planification des travaux de terrain s’est effectuée sur un peu plus de trois mois. Les diverses étapes de planification (logistique, scientifique et technique) ont été préparées en collaboration entre les partenaires Inuits et scientifiques, avec des échanges téléphoniques réguliers pour s’assurer de la faisabilité du projet et de l’adéquation de chaque élément planifié avec les contraintes, soit de terrain, soit scientifiques (Figure 3). Le responsable Inuit était en charge d’informer la communauté par des annonces à la radio locale. Il a également travaillé en collaboration avec le comité de décision du Anguvigaq et a réalisé des consultations d’aînés de la communauté, en particulier pour la méthode de travail qui nécessitait une anesthésie des poissons. C’est à cette étape que le nombre maximal de poissons qui pouvaient être utilisés pour la télémétrie (10) a été décidé.

Figure 3. Méthode de planification du démarrage du projet, incluant les premiers travaux de terrain pour l’implantation des émetteurs acoustiques dans les poissons.

Figure 3. Méthode de planification du démarrage du projet, incluant les premiers travaux de terrain pour l’implantation des émetteurs acoustiques dans les poissons.

10La planification scientifique et technique a été faite par le partenaire scientifique non-Inuit et comprenait :

  • La sélection des méthodes de suivi télémétrique optimales en fonction du contexte;

  • L’engagement d’une biologiste spécialisée pour réaliser la chirurgie des poissons;

  • La sélection des méthodes de suivi des pêches à appliquer par les pêcheurs pour collecter des données utilisables pour l’estimation des stocks et de la condition des poissons;

  • La commande des instruments pour la télémétrie acoustique et des équipements pour réaliser le suivi des pêches et pour instrumenter le niveau et température de rivières ;

  • La coordination avec la planification logistique.

11La logistique de terrain a été planifiée par le responsable Inuit, en tenant compte des contraintes de l’instrumentation prévue. Les divers éléments comprenaient :

  • Le choix de la localisation du site de pêche et d’opération des poissons;

  • L’installation de deux campements, un au site de pêche et un autre au bord du lac Tasirjuarusik pour y installer des émetteurs acoustiques;

  • La logistique de transport (canot, transport des personnes et du matériel, location de véhicules, et cetera);

  • La sélection, l’embauche et la mobilisation du nombre de personnes nécessaires pour attraper les poissons, assister à l’opération, installer les instruments (guides et étudiants locaux). L’ensemble des participants ont été rémunérés par le Anguvigaq immédiatement après les travaux de terrain;

  • La fabrication de matériel pour l’opération et le repos des poissons dans la rivière.

12Les travaux de terrain se sont déroulés du 4 au 19 août 2021. Pour ces travaux, l’équipe de terrain était principalement constituée de quatre guides, chasseurs et pêcheurs expérimentés, de trois étudiants de Kangirsuk et des deux partenaires scientifiques non-Inuits. D’autres personnes de la communauté ont participé au transport de matériel ou sont venues voir comment on installait les émetteurs. Il y avait deux campements servant d’abris. Le premier au site de pêche, près de l’embouchure de la rivière, où les poissons étaient opérés pour installer les émetteurs et le second, au bord du lac Tasirjuarusik, dans lequel 11 récepteurs acoustiques ont été installés. Les sites étaient assez proches du village (une trentaine de kilomètres) pour ne pas avoir besoin de dormir sur place. L’installation des récepteurs dans le lac a été faite par une partie de l’équipe, avant l’installation des émetteurs sur les poissons. Les travaux de terrain ont duré 10 jours.

Figure 4. L’équipe de terrain

Figure 4. L’équipe de terrain

L’équipe de terrain : Jaiku Airo, Silasie Alaku, William Eetook, Aina Igiyok, Carole-Anne Gillis, Véronique Dubos, Noah Eetook. Avec l’aide et la participation de Jaani Nassak et Leo Nassak (Absents de la photo : Victoria Airo, Tommy Kudluk et Saomie Thomassie). (Crédit photos : Véronique Dubos)

13L’organisation des travaux de terrain a été planifiée par le responsable Inuit du projet au début de la mobilisation sur les sites après consultation des partenaires scientifiques. Il est notable que chaque personne impliquée connaissait sa tâche et/ou avait de l’initiative pour s’impliquer à toutes les étapes. Le travail de terrain, en groupe majoritairement Inuit, avec un campement et de la pêche a facilité l’utilisation des savoir-faire inuit. La dynamique de groupe s’est faite très naturellement pendant tous les travaux de terrain. Les décisions ont été prises collectivement entre les partenaires Inuits, les guides et les scientifiques.

Suivi du projet et maintien de l’engagement

14Des efforts ont été mis sur la communication autour du projet. Pendant les travaux de terrain, une page Facebook a été créée pour informer la communauté de ce qui était fait avec les poissons. Tout de suite après les travaux de terrain, un reportage photo expliquant comment les émetteurs ont été installés sur les poissons et les récepteurs installés dans le lac a été produit pour la communauté par la responsable scientifique. Sur la suggestion du Anguvigaq et après la révision du document par les responsables Inuits, il a par la suite été publié dans le magazine Taqralik en anglais et en Inuktitut, distribué dans tout le Nunavik3. Un montage vidéo des travaux de terrain, en anglais et en français a également été réalisé et diffusé lors d’une présentation communautaire4. Il y a peu d’activité de suivi à faire pour ce projet puisque les récepteurs acoustiques enregistrent l’éventuel passage des poissons dans le lac de façon autonome. Pendant l’hiver suivant, un émetteur mobile et une caméra sous-marine ont été utilisés par les guides pour faire un suivi hivernal complémentaire et tenter de détecter le signal acoustique des poissons marqués. Le maintien d’une activité hivernale permet aussi un maintien de l’engagement des personnes dans le projet.

15Dès la demande de financement, il a été entendu que les données seraient la propriété de la communauté mais qu’elles pourraient être utilisées pour des publications scientifiques des résultats par le partenaire scientifique et le Anguvigaq, dans le cadre du projet réalisé, sous réserve de l’aval du Anguvigaq pour chaque étape. Les données collectées sont conservées dans leur intégralité par le Anguvigaq. Le responsable scientifique conserve également une copie des données durant la durée du projet. La description du partage et de la propriété des données faite dans la demande de financement tient lieu d’entente écrite.

Discussion – Réflexion sur le processus

Les réussites

16Les travaux de terrain se sont très bien déroulés. La logistique était très bien planifiée. Tous les participants au terrain sont restés engagés sauf une étudiante qui s’est absentée à contrecœur les derniers jours pour un voyage familial. Tous les participants étaient enthousiastes et le sont restés jusqu’à la fin. Ils ont signifié leur volonté de participer de nouveau aux prochains travaux de terrain. Il semble que ce qui a facilité l’engagement de tous est dû à:

  1. La sélection des participants qui était faite par les partenaires Inuits et l’organisation logistique qui était similaire à un campement traditionnel. Les activités scientifiques ont été intégrées à ce contexte.

  2. Le fait d’être une minorité de non-Inuits dans un groupe d’Inuits.

17Des barrières à l’engagement des jeunes, soulevées par Sadowsky et al. (2022), comme le fait de ne pas pouvoir chasser, ou pêcher dans le présent cas, pendant les travaux de terrain ou de ne parler sa langue ont ainsi été évitées en ayant un groupe majoritairement inuit et des étudiants ayant des liens d’amitié. Beaucoup de points soulevés dans Pedersen et al. (2020) pour engager ensemble des chercheurs scientifiques non-Inuits et Inuits ont été appliqués. En particulier, respecter les façons de faire inuites et bâtir des liens informels ce qui a permis d’augmenter la qualité de la relation.

18Les efforts de communication pour montrer le projet et rendre accessible le travail réalisé ont été très bien accueillis, surtout par les participants (article dans le magazine de Makivik Taqralik, page Facebook, vidéo du projet). Ils ont contribué à la motivation de l’équipe et à la création de liens informels. Une présentation scientifique plus formelle, qui incluait quand même un vidéo du terrain, a également été présentée dans des conférences scientifiques (Réunion Scientifique Annuelle ArcticNet 2021 et Inuit Studies Conference 2022).

19La responsable scientifique connaissait déjà le responsable Inuit du projet depuis presque deux ans, incluant trois séjours d’une à deux semaines et des communications écrites et téléphoniques régulières lorsque le projet a démarré, bien qu’ils n’aient jamais travaillé en étroite collaboration. La planification du projet et la réalisation des travaux de terrain a nécessité d’intensifier les échanges et donc d’apprendre à mieux se connaître. Il a été montré que les retombées des projets collaboratifs sont plus tangibles lorsque les partenaires travaillent ensemble depuis au moins deux ans (Kothari et al., 2011). C’est en partie la durée de cette relation et les efforts de communications qui ont permis d’avoir un projet plus cohérent et de se faire mutuellement confiance pour l’organisation de celui-ci.

Les défis rencontrés

20La communication à distance a été un défi. Certains partenaires Inuits n’avaient accès à des ordinateurs et à leurs courriels que ponctuellement. La communication par courriel n’était pas la méthode à privilégier. Les communications par téléphone étaient préférables. Cependant, les partenaires Inuits n’avaient pas toujours de bureau et il fallait utiliser le téléphone résidentiel, ce qui pouvait être un peu intimidant. D’autant plus que l’anglais était la langue commune, mais une deuxième langue pour tous. Les différences d’accent pouvaient rendre les conversations téléphoniques difficiles. Il est malheureusement compliqué de trouver des cours d’Inuktitut au Québec méridional et il y a peu de ressources pour apprendre la langue de façon autonome.

21La disponibilité des personnes a également été un facteur à considérer dans la mesure où Kangirsuk est une petite communauté d’environ 700 personnes. Les personnes impliquées avaient aussi d’autres responsabilités dans la communauté et n’avaient pas forcément la capacité d’être disponibles. Il faut comprendre qu’ils peuvent avoir d’autres priorités en particulier lorsque la pandémie a frappé dans la communauté. C’était notamment le cas pour le responsable du projet, qui était aussi maire du village. Pour le scientifique restant dans le sud, le fait d’être à distance de la communauté limite aussi la compréhension de ce qui peut se passer sur place.

Les enseignements retirés de l’expérience

22Les décisions prises lors de chaque étape du projet, y compris lors de la planification de la demande de financement, l’ont toujours été à la suite de consultations, que ce soient des membres du conseil du Anguvigaq, d’aînés ou de chasseurs. Ces décisions collectives augmentent l’appui au projet et la participation. En contrepartie, le processus implique des délais inhérents à la disponibilité des personnes consultées. Il faut donc accepter que le rythme du projet soit différent d’un projet scientifique conduit au sud où le responsable du projet peut prendre des décisions seul et donc de façon plus rapide.

23Cependant, puisque le projet avait des contraintes de temps à respecter (par exemple, disponibilité de la biologiste pour les travaux de terrain, programmation des instruments qui émettent sur une courte période, clôture du financement), il a été important de faire un suivi régulier pour rappeler les étapes à réaliser et la raison de ces étapes, surtout lorsqu’elles sont techniques. Par contre, puisque le partenaire non-Inuit travaillait à distance du village, toutes les décisions relatives aux échéanciers ont été laissées aux partenaires Inuit qui sont sur place et qui sont les seuls à pouvoir juger de la priorité des activités en fonction du contexte, qu’il soit humain, social ou environnemental.

24Le maintien d’une relation la plus humaine possible est essentiel. Une communication régulière est donc importante, surtout lorsqu’on travaille à distance et qu’on n’a pas accès à tout ce qui eut se passer dans la communauté. De plus, il est important d’impliquer plusieurs personnes sur place pour avoir plus de ressources et éviter de dépendre d’une personne pour la réalisation du projet. Le temps passé sur place est essentiel pour bâtir des relations, pour apprendre à se connaître au-delà des fonctions professionnelles de chacun. Avec cette perspective, la participation à des activités traditionnelles (camping, pêche, et cetera) en parallèle aux travaux de terrain facilite les liens (Sadowsky et al., 2022). C’est-ce qui a été vécu lors des travaux de terrain du présent projet.

25La façon de communiquer est culturellement différente de ce qui est pratiqué au sud et les partenaires Inuit étaient les mieux placés pour la planification du projet, la mobilisation des personnes et l’organisation sur du terrain. Ce sont les personnes de la communauté qui connaissent les meilleurs moments pour impliquer les participants au projet ou les périodes à éviter.

Conclusion

26Le présent article a présenté la démarche suivie pour mettre en place un projet de recherche scientifique collaborative avec des partenaires Inuits, depuis la recherche de financement jusqu’aux premiers travaux de terrain, permettant de démarrer le projet. Le projet a été conçu avec une volonté consciente de générer un engagement de la part des partenaires Inuits et scientifiques. L’intention du partenaire scientifique était de bâtir une recherche collaborative pour adresser une problématique concrète de la communauté. Pour ce faire, les trois points énoncés par Ferguson et al. (2022) pour un engagement des participants sont aussi ressortis dans ce projet et sont liés au bon déroulement du projet : la maturité de la relation qui datait de près de 2 ans avant le début du projet, la connaissance du contexte et l’intensité de l’engagement en mettant l’effort sur une communication régulière.

27L’importance de bâtir des relations de confiance mutuelles a été fondamentale pour la bonne marche du projet, tant pour son organisation que pour la bonne réalisation des travaux de terrain. Passer du temps informel ensemble, en particulier sur le terrain et dans un contexte similaire à l’utilisation traditionnelle de l’environnement, a permis de tisser des liens pour une relation durable. Avoir fait confiance à la façon de faire Inuit, tout en expliquant bien les contraintes scientifiques et techniques a permis la réussite de la planification du projet. Il est recommandé que le partenaire scientifique passe plus de temps sur place pour le suivi du projet, pour mieux comprendre le contexte communautaire qu’on ne peut percevoir que vaguement à distance.

Nos remerciements vont à l’équipe de terrain et aux organisateurs : Noah Eetook, Saomie Thomassie, Carole-Anne Gillis, Aina Igiyok, Silasie Alaku, Jaiku Airo, William Eetook, Victoria Airo, Tommy Kudluk et Zebedee Annahatak. Le projet est financé par le programme Inuit Qaujisarnirmut Pilirijjutit, supporté par Inuit Tapiriit Kanatami et ArcticNet.

Haut de page

Bibliographie

Abu, R., M.G. Reed et T.D. Jardine, 2020, Using two-eyed seeing to bridge Western science and Indigenous knowledge systems and understand long-term change in the Saskatchewan River Delta, Canada, International Journal of Water Resources Development, 36, pp. 757–776.

Dubos, V., M. Peter, C.-A. Gillis, A. St-Hilaire et N.E. Bergeron, N.E., 2023, Nunavik anadromous Arctic char life histories, behaviour and habitat use informed by both Inuit knowledge and western science: A year in Ungava Bay, Arctic Science, 9, 3, [En ligne] URL: https://cdnsciencepub.com/doi/full/10.1139/as-2022-0019

Durkalec, A., K. Breton-Honeyman, 2022. Taking the lead: An integrated plan for research management in Nunavik, rapport du Comité directeur de l’Autorité régionale de recherche du Nunavik, 55 p. [En ligne] URL: https://nunavikresearch.ca/wp-content/uploads/bsk-pdf-manager/2022/07/NRRA-Integrated-Plan_2022-06-28_FINAL_low-res-1.pdf

Ferguson, D.B., A.M. Meadow et H.P. Huntington, 2022, Making a Difference: Planning for Engaged Participation in Environmental Research. Environ. Manage, Environmental Management, 69, pp. 227-243.

Inuit Tapiriit Kanatami, 2018, National Inuit Strategy on Research, rapport, 48 p. [En ligne] URL: https://www.itk.ca/wp-content/uploads/2018/04/ITK_NISR-Report_English_low_res.pdf

Johnson, N., Pearce, T., Breton-Honeyman, K., Etiendem, D.N., Loseto, L.L., 2020. Knowledge co-production and co-management of Arctic wildlife. Arct. Sci. 6, pp. 124–126.

Kothari, A., L. MacLean, N. Edwards Hobbs, 2011, Indicators at the interface: managing policymaker-researcher collaboration. Knowledge Management Research & Practice, 9, pp. 203–214.

McGregor, D., 2018, From ‘Decolonized’ To Reconciliation Research in Canada: Drawing From Indigenous Research Paradigms. ACME An International Journal of Critical Geographies, 17, pp. 810–831.

Nickels, S., J. Shirley et G. Laidler, 2006, Negotiating Research Relationships with Inuit Communities: A Guide for Researchers, 25 p., [En ligne] URL: https://www.nri.nu.ca/sites/default/files/public/files/06-068%20ITK%20NRR%20booklet.pdf

Pedersen, C., M. Otokiak, I. Koonoo, J. Milton, E. Maktar, A. Anaviapik, M. Milton, G. Porter, A. Scott, C. Newman, C. Porter,T. Aaluk, B. Tiriraniaq, A. Pedersen, M. Riffi, E. Solomon, et S. Elverum, S., 2020, ScIQ: an invitation and recommendations to combine science and Inuit Qaujimajatuqangit for meaningful engagement of Inuit communities in research, Arctic Science, 6, 3, [En ligne] URL : https://cdnsciencepub.com/doi/full/10.1139/as-2020-0015

Sadowsky, H., N.D. Brunet, A. Anaviapik, A. Kublu, C. Killiktee, et D.A. Henri, 2022, Inuit youth and environmental research: exploring engagement barriers, strategies, and impacts. FACETS, 7, 1, [En ligne] URL : https://www.facetsjournal.com/doi/10.1139/facets-2021-0035

Wong, C., K. Ballegooyen, L. Ignace, M.J.G. Johnson et H. Swanson, 2020, Towards reconciliation: 10 Calls to Action to natural scientists working in Canada. FACETS, 5, pp. 769–783.

Haut de page

Notes

1 Le Nunavik est une région inuite québécoise située au nord de la province du Québec et possédant une autonomie gouvernementale

2 Pour plus d'informations, voir le site internet de la Commission vérité et réconciliation [en ligne], URL : https://www.rcaanc-cirnac.gc.ca/fra/1450124405592/1529106060525

3 Ce magazine est accessible à l’adresse suivante [en ligne] URL : https://www.makivvik.ca/fr/article/tagging-arctic-char-in-tasirjuarusik-kangirsuk/

4 Cette vidéo est accessible sur la plateforme Youtube [en ligne] URL : https://www.youtube.com/watch?v=CrY1sruOETk

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Limite du territoire utilisé pour la pêche à l’omble chevalier.
Légende Limite approximative du territoire utilisé fréquemment par les gens de Kangirsuk (Kangirsummiut) pour la pêche à l’omble chevalier (contour bleu). Il est à noter que plusieurs pêcheurs utilisent des territoires non illustrés sur la carte. La zone bleue ne représente en aucun cas l'étendue de l'utilisation des terres par les Kangirsummiut ni l'ensemble de la répartition de l'omble chevalier dans la région. Agrandissement : Localisation du lac Tasirjuarusik (Virgin Lake), dans lequel les ombles disparaissent durant l’hiver.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/41775/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Figure 2. Procédure collaborative suivie pour la préparation de la demande de financement.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/41775/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 3. Méthode de planification du démarrage du projet, incluant les premiers travaux de terrain pour l’implantation des émetteurs acoustiques dans les poissons.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/41775/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Figure 4. L’équipe de terrain
Légende L’équipe de terrain : Jaiku Airo, Silasie Alaku, William Eetook, Aina Igiyok, Carole-Anne Gillis, Véronique Dubos, Noah Eetook. Avec l’aide et la participation de Jaani Nassak et Leo Nassak (Absents de la photo : Victoria Airo, Tommy Kudluk et Saomie Thomassie). (Crédit photos : Véronique Dubos)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/41775/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Dubos et Johnny Nassak, « Co-développement d’un projet collaboratif pour le suivi télémétrique hivernal d’ombles chevaliers à Kangirsuk, Nunavik, Canada »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 18 janvier 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/41775 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.41775

Haut de page

Auteurs

Véronique Dubos

Institut de Biologie Intégrative et des Systèmes and Département de Biologie, Université Laval, Québec, Canada, adresse courriel : Veronique.Dubos.1@ulaval.ca

Johnny Nassak

Gestionnaire du Uumajulirijikkut Kangirsumi (Anguvigaq de Kangirsuk), Kangirsuk, Qc, Canada

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search