Navigation – Plan du site
Dossier : Agendas 21 Locaux : Des Perspectives à l'action

Comment les gouvernements locaux intègrent le développement durable

Karen Alebon

Texte intégral

  • 1  L’International Council for Local Environmental Initiatives (ICLEI) a piloté ce processus avec l’a (...)

1En septembre 2002, les Nations Unies ont organisé le Sommet Mondial sur le développement durable à Johannesburg en Afrique du Sud. Dés le début de l’an 2000, des gouvernements locaux ont lancé un processus préparatoire du sommet échelonné sur deux ans.  Ce processus incluait des consultations avec des gouvernements locaux de différents pays1.  

  • 2  “Local Government Dialogue Paper” (disponible sur internet sous: www.iclei.org/johannesburg2002/)
  • 3  De l’agenda local à l’action ; construire un futur durable, Vancouver, Canada, 27 février – 1er ma (...)
  • 4  Local strategies for Accelerating Sustainability, Case Studies of Local Government Success

2Cette consultation a été réalisée à l’aide d’une grande variété de méthodes de collecte de données et de transfert des connaissances: 1) Un recensement mondial des agendas 21 locaux; 2) Des consultations régionales, en nombre considérable, auprès des dirigeants de gouvernements locaux et des experts techniques de différents horizons; 3) Des consultations auprès d’un groupe d’experts sur la question; 3) La production d’un document officiel portant sur le dialogue des gouvernements locaux2; (dialogue avec qui ?) 4), Une rencontre internationale du comité préparatoire des gouvernements locaux3; 5) la publication du rapport Stratégies locales pour accélérer la durabilité, études de cas réussis de gouvernements locaux4; 6) La participation de délégations des gouvernements locaux, tant aux sessions d’intervenants multiples lors des rencontres du Comité Préparatoire des Nations Unies que lors le sommet ; 7) Une rencontre parallèle au sommet de Johannesburg portant sur les gouvernements locaux

3Le présent texte tentera de résumer les activités de consultation qui furent les plus marquantes. Tout d’abord, nous présenterons les résultats de l’étude du recensement des agendas 21 locaux, puis dans  un deuxième temps, cinq études de cas exemplaires seront développées.  Les résultats des efforts de consultation entrepris lors du sommet de Johannesburg seront également résumés tout comme la  session parallèle sur les cités durables tenue lors du sommet de Johannesburg qui a permis aux gouvernements locaux d’échanger des expériences, des outils et des approches favorisant l’atteinte de  la durabilité. Le thème central de la session parallèle « Créer des villes durables » examinait le rôle que les gouvernements locaux ont présentement et celui qu’ils pourraient avoir dans l’avenir. Selon la Banque Mondiale, la moitié de la population de la Terre habite dans les villes et cette part devrait se chiffrer  à 61% d’ici 2030.  Par conséquent, la durabilité de nos villes est un des enjeux majeurs auquel l’humanité est confrontée.  Comme nous le verrons, lors de ce sommet, les gouvernements locaux ont pris l’engagement d’atteindre le développement durable et ont plaidé pour un Agenda d’actions.

Un recensement mondial sur les agendas 21 locaux

4C’est en 1997, à l’occasion du sommet de la Terre +5, qu’a été réalisé le premier recensement auprès des gouvernements locaux afin d’évaluer l’intégration des agendas locaux 21 (AL21 dans la gestion municipale.  L’Agenda 21, adopté cinq ans auparavant, appelait les gouvernements locaux à développer leurs propres agendas 21, ce qui fait que des gouvernements locaux de partout à travers le monde ont répondu à cet appel. Le recensement initial a identifié plus de 1800 gouvernements locaux engagés dans un processus de planification AL21. Cinq ans plus tard, en 2002, à l’occasion du sommet mondial de Johannesburg, l’ICLEI a conduit un deuxième recensement. Cette fois, le but était d’identifier le niveau d’activités AL21 à l’échelle mondiale, les priorités des communautés locales, les problèmes résolus avec succès par ce processus, les obstacles à l’implémentation et les possibilités d’amplifier le succès au niveau local.

5Les résultats du recensement montrent qu’au cours des dix dernières années, plus de 6400 gouvernements locaux et leurs partenaires ont adopté AL21 comme cadre de bonne gouvernance et afin de promouvoir le développement durable. Les dirigeants de gouvernement locaux, de 113 pays, appuyés par leurs employés et les citoyens oeuvrent à accélérer la transition vers des communautés durables équitables et sécuritaires.  Ils s’attaquent à plusieurs champs prioritaires dont la gestion de l’eau, le chômage, la pauvreté, la santé et les changements climatiques.  Le défi qui subsiste est de garder et étendre cet engouement à l’ensemble du niveau local. AL21 de ne doit pas demeurer un acte isolé, mais un processus continu de consultation, auto-évaluation, action et contrôle. Il ne consiste pas uniquement en des décisions pratiques de gestion des ressources, mais représente aussi une alternative, entre autre de de types de gouvernement, qui lorsque appliquée assure une bonne gouvernance.

6Le rapport complet du recensement, le « Second Local Agenda 21 Survey » a été publié en janvier 2002 en tant que document officiel des Nations Unies en vue du sommet mondial. Une synthèse du rapport, axée sur les conclusions régionales, intitulée « Local Governments’ Response to Agenda 21 » est disponible en Anglais, Français, Japonais, Espagnol et Portugais sur internet à l’adresse www.iclei.org/la21survey.

Stratégies locales pour accélérer la durabilité : Études de cas  d’initiatives exemplaires

7Depuis le sommet de la Terre de Rio en 1992, et même dans nombreux de cas auparavant, des gouvernements locaux ont instauré des stratégies d’action en collaboration avec leurs partenaires qui favorisent la transition vers des communautés durables, équitables et sécuritaires.

  • 5  Les études de cas complètes et les résumés sont disponibles  sur internet sur le site suivant : ht (...)

8Le document Stratégies locales pour accélérer la durabilité, études de cas d’initiatives exemplaires (Local Strategies for Accelerating Sustainability : Case Studies of Local Government Success) met en valeur les différentes manières dont les municipalités à travers le monde intègrent les stratégies : de renforcement des gouvernements locaux, de coopération intergouvernementale, de solidarité internationale, pour la construction d’une culture de durabilité et pour la transition vers des communautés durables. Ces stratégies englobantes et les cadres politiques qui les accompagnent s’attaquent à la complexité et aux causes sous-jacentes des problèmes à l’échelle du système. Ces stratégies sont à l’opposé de la simple application d’une technologie en guise de solution ou d’un chapelet de projets isolés. Le processus de consultation international résumé ci-dessus a relevé, 86 études de cas, dix initiatives exemplaires5 de stratégies locales en vue d’accélérer la durabilité (Table 1).

9Bien que tous ces projets méritent d’être présentés en détails, ci-dessous nous n’en exposerons que cinq exemples qui illustrent la variabilité des initiatives entreprises à travers le monde.

Augmenter les ressources pour le gouvernement local à Ahmedabad, Inde

10Ahmedabad, la plus importante ville de l’état de Gujarat, est la septième ville d’Inde. Reconnue comme la capitale du textile en Inde, Ahmedabad est le chef-lieu commercial de l’État et est également une plaque tournante industrielle et financière.

11Au milieu de la prospérité générale de cette ville, une importante part de la population a souffert du manque de biens et de services essentiels. En 2000, 40% de la population vivait dans des bidonvilles et des logements précaires, la plupart d’entre eux devant se partager l’eau et beaucoup n’avaient pas accès à des installations sanitaires.

Initiatives

Pays

Augmenter les ressources du gouvernement local à Ahmedabad

Inde

Orienter la planification urbaine vers la durabilité à Curitiba

Brésil

Réorganiser le gouvernement local à Manizales

Colombie

Combattre la pauvreté à Johannesburg

Afrique du Sud

Développer une stratégie cohérente de durabilité à Burlington

États-Unis

Créer des alliances pour l’action à Vancouver

Canada

Créer un cadre pour la gestion intégrée des ressources à Heidelberg

Allemagne

Développer une ville résistante à Kobe

Japon

Stratégie nationale d’impacts locaux en Norvège

Norvège

Un cadre international pour l’action locale : Campagne de villes pour la protection du climatTM

International

Table 1.  Initiatives exemplaires de stratégies locales pour accélérer la durabilité

12Au milieu des années 1990, la Ahmedabad Municipal Corporation (AMC) a commencé à mettre en place d’importantes réformes fiscales et de gestion. Ces réformes consistaient notamment à améliorer la collecte des impôts, informatiser le système de comptabilité, renforcer le personnel de l’AMC et la gestion des finances et développer un important programme d’augmentation du capital.  Ces réformes ont permis à l’AMC de devenir la première municipalité en Inde à lancer des obligations municipales sans garantie d’État et de créer des partenariats avec le monde des affaires, les organisations non gouvernementales et d’autres organisations afin d’entreprendre de nouveaux projets de développement.  Ces obligations représentent le premier pas vers un système de finances de gouvernements locaux entièrement fondé sur une approche de marché.

À l’aide des fonds générés par les obligations, l’AMC a construit une nouvelle station de pompage de l’eau et des pipelines afin d’alimenter en eau 60% de la population de la ville.

13Ne dépendant plus qu’à 10% de fonds de l’État sous forme de subventions à l’éducation au primaire dans son budget total, Ahmedabad possède à ce jour un niveau d’autonomie financière élevé. En plus, les innovations de la gestion introduite par le commissairemunicipal avec le soutien des employés et des élus ont permis à l’AMC de changer son image auprès de la population locale.

14Grâce aux réformes fiscales et de gestion, Ahmedabad a pu construire un important projet hydrique, développer des partenariats réciproques afin d’enrayer la congestion de la circulation et améliorer les conditions de vie dans les bidonvilles.

Orienter la planification urbaine vers la durabilité à Curitiba, Brésil

15Curitiba est la capitale de l’état de Paraná, une région du sud du Brésil essentiellement agricole.  Durant les années 1970 et 1980, la croissance économique et démographique a été rapide et la ville est devenue un important centre industriel et commercial. Sa population a doublé au cours des 30 dernières années, atteignant 1.6 millions de personnes.  Malgré les problèmes posés par cette rapide croissance démographique, la qualité de vie a été sensiblement améliorée.

Le système de transport de Curitiba, exclusivement par autobus, est un modèle pour des villes partout dans le monde. Le bus rapide (« speedy bus ») occupe une ligne directe et ne s’arrête qu’à des stations tubulaires spécialement conçues pour accélérer le transport des passagers

16Les réalisations de la ville sont le fruit d’une planification urbaine stratégique et intégrée. Cette stratégie intègre tous les volets de la planification urbaine, incluant les aspects sociaux, économiques et environnementaux. Curitiba est une des villes les mieux gérées du Brésil et un modèle internationalement reconnu de développement durable, ce qui n’est pas simplement le résultat de quelques projets réussis.

17La stratégie de Curitiba place la population au centre d’une gestion intégrée. Ces influences se traduisent dans tous les aspects de la ville. Cette stratégie détermine tous les projets individuels à la largeur du système qui réduisent la pollution et les déchets et qui améliorent l’environnement ainsi que la qualité de vie.

18La stratégie claire et la vision d’avenir de Curitiba ont fait que les décisions, petites et grandes, ayant été prises au cours de 38 derniers années ont contribué à faire de la ville un modèle d’urbanisme écologique centré sur l’humain.

Réduire la pauvreté à Johannesburg, Afrique du Sud

19Midrand est une municipalité voisine de Johannesburg et maintenant partie intégrante de l’agglomération de Johannesburg. C’est une zone de croissance économique et démographique rapide avec une population d’actuellement 240 000 habitants et 380 000 en 2010 selon les projections. Midrand est pleine de contrastes sur les plans géographique, ethnique et économique, héritage de l’apartheid et du développement économique.  Des banlieues fortunées parsemées de larges terrains privés de développements de maisons résidentielles y côtoient des quartiers non planifiés abritant 80% de la population.  Près de 60% des habitants de Midrand gagnent moins de 70 US$ par moisalors qu’au niveau national ce pourcentage est de 21%.  Le Midrand possède, en outre, un taux de chômage élevé. Quarante pour cent des logements sont des logements non enregistrés et ne possèdent qu’un accès limité aux services essentiels tels que l’eau, l’électricité, des installations sanitaires, une collecte de déchets et des routes goudronnées.  Une grande partie du territoire de Midrand est catégorisée comme rural, résidentiel ou non-développé. Cependant, il existe un manque d’espaces publics, surtout dans les communautés « informelles ». De ce fait, les terres humides et les berges des fleuves de cette région sont affectées par une inquiétante détérioration.

La coopérative de Shova Luva bicyclette est une des initiatives EcoCity. Elle est impliquée dans la vente et réparation de bicyclettes et promeut l’utilisation de la bicyclette, également à des fins d’activités commerciales ainsi que la sécurité à bicyclette.

20L’initiative EcoCity de Johannesburg est issue d’un partenariat entre la ville de Johannesburg et la fondation Ecocity, une organisation non gouvernementale.  Cette initiative encourage, grâce à la collaboration entre la ville, la fondation Ecocity ainsi que la communauté, le développement durable économique dans le respect de principes environnementaux.  En outre, elle développe la participation de la communauté à la croissance économique de la région.  L’initiative Ecocity vise à réduire la pauvreté en adoptant des solutions innovatrices, techniquement et environnementalement adaptées afin de promouvoir le développement économique local. Pour ce faire, des coopératives gérées par la communauté ont été créées. Ces coopératives doivent générer des emplois et contribuer à un développement communautaire plus durable. Le pouvoir d’action et l’implication de la communauté ont été accrus au fur et à mesure que les résidants créent leurs propres entreprises et gèrent des coopératives ayant un impact environnemental positif. L’établissement de partenariats trans-sectoriels a été une des clés du succès du programme.

21L’aspect le plus remarquable de l’initiative Ecocity a été de provoquer un changement des comportements au niveau communal. Le développement des Écovillages en est un bon exemple. Dans la phase précoce de la participation communautaire, les habitants ne se souciaient guère de la qualité du logement offert, de la manière dont il était construit ou de sa provenance. Tout ce qui comptait en était l’accessibilité. Cependant, au cours de la réflexion sur les options permettant de répondre à leurs besoins les plus pressants, la communauté a progressivement incorporé des technologies et innovations respectueuses de l’environnement.  Il existe dans les Écovillages des maisons construites avec des briques recyclées dans lesquelles l’eau « grise » est recyclée, qui sont orientées de façon à maximiser l’ensoleillement en hiver et qui sont équipées de panneaux solaires et d’autres techniques augmentant l’efficacité énergétique des habitations.

Développer une stratégie cohérente de durabilité à Burlington, États-Unis

22La ville de Burlington est la plus grande agglomération et le centre économique de l’état du Vermont.  Au cours des deux dernières décennies, Burlington s’est fait une réputation d’approche innovatrice de la gouvernance et du militantisme. Le gouvernement de Burlington, les organisations locales et les habitants ont mené à bien un nombre important de projets diversifiés axés sur le développement communautaire durable, les principes d’autonomie financière, l’équité, la protection de l’environnement et la participation publique.

23Un grand nombre de projets environnementaux et socio-économiques ont été inaugurés dans les années 1980 et 1990. Plus récemment, la stratégie de la ville s’est concentrée sur l’intégration des diverses initiatives en un cadre commun pour un dialogue communautaire continu et une transition vers un avenir durable. Dans le cadre de ce projet, la municipalité a en 1999 impliqué la communauté dans un processus de développer une vision d’une ville de Burlington plus durable. À travers un processus de participation à multiples facettes nommé le « Legacy Project », les citoyens et les représentants d’organisations locales ont atteint un consensus sur les éléments critiques de ce que devrait être une ville durable.  La vision ainsi que le plan qui ont émergé de ce processus et qui aiguilleront les actions à venir sont fondés sur plusieurs principes éthiques, dont la sécurité économique, la mise en confiance, le bien-être social et le respect de l’environnement.  La stratégie globale adoptée par la ville de Burlington a créé un mouvement vers l’adoption d’une culture de durabilité et d’une vision communautaire.

24À travers le Legacy Project, un certain nombre de changements, dont un amendement à la charte de la ville plaçant les départements municipaux directement sous la responsabilité du maire et par là celle des électeurs, ont été adoptés afin de rendre les système de gouvernance plus imputable et démocratique. Le Legacy Project a par ailleurs contribué à la conscientisation des citoyens vis-à-vis de sujets critiques concernant la ville et les étapes nécessaires en vue de favoriser la durabilité.

Créer des alliances de travail à Vancouver, Canada

25Le fleuve Fraser qui se jette dans le détroit de Georgia dans le Pacifique fait partie des grands fleuves du monde avec un bassin de drainage de près de 250 000 km2. L’estuaire est une zone intertidale où l’eau douce du fleuve se mélange à l’eau salée de la mer, créant une des zones les plus biologiquement productives du monde.  Les pressions sur l’environnement et pour l’espace sont plus importantes dans la zone fertile et densément peuplée autour de l’estuaire que partout ailleurs dans la province de Colombie-Britannique. En effet, la population de la région de Vancouver, ville situé dans la région de l’estuaire, atteindra trois millions de personnes selon les projections. Cette population se tournera vers l’estuaire du fleuve Fraser pour satisfaire à ses besoins en termes de logement, de développement commercial et industriel, d’élargissement de capacité portuaire et de récréation.  En même temps, les habitants de la région veulent protéger les poissons et l’habitat animal et améliorer la qualité de l’environnement dans l’estuaire.

26Depuis 1985, le programme de gestion de l’estuaire du Fraser (Fraser River Estuary Management Program) a coordonné avec succès le processus de prise de décisions sur la conservation et le développement riverain dans la grande région de Vancouver réparti sur plus de 30 organismes représentant les gouvernements fédéral, provincial et locaux, les autorités portuaires et les premières nations. Le programme de gestion de l’estuaire du Fraser n’est pas un organisme, mais un programme financé conjointement et géré par un mémorandum qui délimite les principes, objectifs et buts du partenariat. Une structure de comité permet d’implémenter un plan stratégique qui contient une vision, des objectifs et des actions concrètes visant à intégrer le processus de prise de décision et coordonner les activités dans l’estuaire.

27Le programme de gestion de l’estuaire du Fraser s’est révélé une alliance efficace entre les différents paliers gouvernementaux pour gérer une ressource précieuse qui est située à cheval sur plusieurs juridictions dans le cadre d’une agglomération urbaine en croissance. À travers une meilleure coordination des activités dans la zone de l’estuaire, les partenaires ont réduit le temps et l’effort requis par les juridictions individuelles pour planifier et administrer les zones côtières et les bassins versants adjacents. Dans un contexte de changements dans les institutions participantes et dans le cadre légal, le programme de gestion de l’estuaire du Fraser continue de constituer un lieu rassembleur pour établir un programme d’action pour le fleuve Fraser et contribuer à un monde durable.

Le sommet de Johannesburg : la session des gouvernements locaux

  • 6  Organisée par l’ICLEI avec d’autres organisations importantes de gouvernements locaux et d’organis (...)

28La session des gouvernements locaux, intitulée « Local action moves the world » (L’action locale fait bouger le monde)6 était une activité parallèle du sommet de Johannesburg.  Échelonnée sur quatre jours elle a été conçue pour permettre aux gouvernements locaux de faire connaître, aux délégués nationaux, leurs attentes et positions par rapport au sommet de Johannesburg.  La session des gouvernements locaux a fourni une occasion aux gouvernements locaux de transmettre leurs messages et faire connaître à un public formé de représentants des gouvernements nationaux, des agences internationales et des groupes d’intérêt ses succès dans l’implémentation du développement durable à l’échelle internationale.

29Malgré des avis mitigés sur les aboutissements formels du sommet, les gouvernements locaux y ont vu l’aboutissement de deux ans de préparation, rencontres et rapports.  En effet, il leur a été conféré un mandat étendu pour des actions d’envergure au niveau local  et le rôle unique des autorités locales a été reconnu.  La Déclaration de Johannesburg adoptée à la fin du sommet contient un engagement spécifique à renforcer le développement durable à l’échelle locale. Le texte négocié, considérablement plus long, contient des formulations claires soulignant le besoin d’encourager l’action au niveau local afin d’accélérer le développement durable.  Les gouvernements nationaux se sont engagés à «renforcer le rôle et les moyens des autorités locales » et à « particulièrement encourager les partenariats entre les autorités locales et les autres palier gouvernementaux et autres partis intéressés pour favoriser le développement durable ».

  • 7  La conclusion de l’appel de Johannesburg dit :

30Pendant que les gouvernements nationaux avaient du mal à atteindre un consensus sur un document, les dirigeants locaux discutaient sur l’implémentation concrète de stratégies et planifiaient leurs actions pour la prochaine décennie. Les gouvernements locaux ont pris un engagement fort à atteindre le développement durable dans la Déclaration des gouvernements locaux et ont plaidé pour une évolution vers un agenda d’action à travers de la stratégie AL21 dans la déclaration intitulée l’Appel de Johannesburg7(Johannesburg Call).

Action Locale 21

31Acceptant l’Appel de Johannesburg de l’Association sud-africaine des gouvernements locaux et de la ville de Johannesburg, les gouvernements locaux ont plaidé pour une transition de l’agenda vers l’Action21. Ils ont endossé Action Locale 21, la nouvelle phase de l’Agenda local 21, axée sur l’action comme maxime, mandat et mouvement vers la durabilité à l’échelle locale.  Reconnaissant l’importance des principes directeurs dans ce processus, l’Appel de Johannesburg invoque le Chapitre de la Terre (Earth Chapter) et les Principes de Melbourne (Melbourne Principles) comme fondement de cette nouvelle phase de développement durable local.

32Les efforts et contributions des gouvernements locaux et d’autres groupes importants ont abouti en un espace maintenant reconnu et accepté par tous les groupes d’intérêt dans des négociations multilatérales sur le développement durable. La place donnée aux groupes importants dans les plénières et l’implication accrue des groupes d’intérêt dans l’élaboration de l’agenda formel a été sans précédent de même que le nombre important de représentants des gouvernementaux locaux dans les délégations du Sommet.  Les gouvernements locaux se sont positionnés en tant qu’acteurs clés de la mise en place du développement durable.  Ils doivent maintenant profiter de ce rôle en termes d’implication dans l’élaboration des politiques au niveau national et d’accès aux agences internationales et à leurs ressources.  Les aboutissements du Sommet devraient nous inciter à solliciter plus intensément les gouvernements nationaux à encourager les initiatives locales en faveur du développement durable.

Haut de page

Notes

1  L’International Council for Local Environmental Initiatives (ICLEI) a piloté ce processus avec l’aide de nombreuses associations de gouvernements locaux d’un peu partout à travers le monde.

2  “Local Government Dialogue Paper” (disponible sur internet sous: www.iclei.org/johannesburg2002/)

3  De l’agenda local à l’action ; construire un futur durable, Vancouver, Canada, 27 février – 1er mars 2002 (disponible sur internet sous: http://www.iclei.org/rioplusten/prepcom/)

4  Local strategies for Accelerating Sustainability, Case Studies of Local Government Success

5  Les études de cas complètes et les résumés sont disponibles  sur internet sur le site suivant : http://www.iclei.org

6  Organisée par l’ICLEI avec d’autres organisations importantes de gouvernements locaux et d’organismes des Nations Unies, cette session était une des activités parallèles les plus importantes du Sommet rassemblant plus de 900 participants provenant de 69 pays.

7  La conclusion de l’appel de Johannesburg dit :

« … Si les rencontres internationales comme celles-ci veulent avoir un véritable impact sur la vie des personnes, nous, les représentants du peuple, devons nous affirmer et avancer sans équivoque vers le changement. Nous reconnaissons que sans engagement politique sans quirien ne sera atteint. Nous nous engageons donc énergiquement à éradiquer la pauvreté, corriger les inégalités entre le monde développé et en développement et à fondamentalement refaçonner notre monde.  

Nous nous engageons également à développer des plans d’actions concrets et réalisables que nous entendons implémenter à travers les programmes Action Locale 21. Le temps d’agir est venu. Ne ratons pas cette occasion ; il pourrait ne pas y en avoir d’autres. »

La Déclaration des gouvernements locaux reflète l’opinion pondérée des gouvernements locaux du monde est découle du document de dialogue des gouvernements locaux soumis auparavant à l’occasion du sommet et des consultations intenses qui l’ont précédé. La déclaration présente les engagements des gouvernements locaux et adressant une série de demandes à tous les niveaux : associations internationales de villes et gouvernements locaux, gouvernements nationaux ainsi que les Nations Unies et la communauté internationale.

« Dix ans après Rio, il est temps pour toutes les sphères du gouvernement et partenaires d’agir. L’action locale, accomplie dans un esprit de solidarité, peut mouvoir le monde. » (tiré de la conclusion de la Déclaration des gouvernements locaux)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karen Alebon, « Comment les gouvernements locaux intègrent le développement durable », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 3 Numéro 3 | décembre 2002, mis en ligne le 01 décembre 2002, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/4186 ; DOI : 10.4000/vertigo.4186

Haut de page

Auteur

Karen Alebon

International Council for Local Environment Initiatives (ICLEI), Secrétariat mondial, Toronto, Canada iclei@iclei.org

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page