Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesLectures2024Avis de tempête : Nature et cultu...

2024

Avis de tempête : Nature et culture dans un monde qui se réchauffe

Loup Ducol
Référence(s) :

Malm A., 2023, Avis de tempête : Nature et culture dans un monde qui se réchauffe, Éditions La Fabrique, 240 p.

Texte intégral

1Initialement publié en 2017, la traduction française de l’ouvrage d’Andreas Malm Avis de tempête. Nature et culture dans un monde qui se réchauffe, reste, en 2024, d’une brûlante actualité. D’une part, parce que le monde se réchauffe toujours. D’autre part, parce que Bruno Latour, loin d’avoir renié sa conception de la nature, la renforçait dans ses derniers ouvrages : « Où atterrir ? » (2017) et « Mémo sur la nouvelle classe écologique » (2022). En effet, ce sont les conséquences politiques des théories prônant l’hybridation des limites entre nature et société – dont Bruno Latour est un des représentants les plus influents –, que Malm critique radicalement avec cet ouvrage. Il avance que « la théorie sociale s'est éloignée […] de la matière […] pour se relier [à] l'air pur des mots » (p. 23) et que « la théorie peut faire partie du problème » (p. 19) lorsqu’au lieu de l’éclairer, elle rend la situation plus confuse. Il se joint ainsi à une critique francophone émergente du tournant ontologique (Keck et al., 2015) dans laquelle se sont récemment illustré·es Frédéric Lordon (2021a), Franck Poupeau (2023), Jean-Marie Harribey (2023), ou encore, Vincent Rigoulet et Alexandra Bidet (2023).

2Dans une perspective résolument matérialiste, Malm développe une critique théorique radicale du latourisme qu’il accuse non seulement de complexifier inutilement notre vision de la nature, mais, surtout, de pousser à l’inertie écologique. Alors que Latour affirme que les phénomènes naturels et sociaux forment aujourd’hui un tout composite indissociable qu’il est nécessaire d’analyser comme tel, Malm base son propos sur l’importance de distinguer clairement la société de la nature. « Loin de rendre obsolète la distinction entre le social et le naturel, les crises écologiques la rendent plus essentielle que jamais » (p. 58). Pour cela, il prône le développement d’un « réalisme climatique épistémologique sans équivoque » (p. 115).

  • 1 Titre original de l’ouvrage d’Andreas Malm aux éditions Verso (2017).

3Pour comprendre le procès intenté par Malm au tournant ontologique et aux idées de Latour, il est essentiel de saisir trois de ses postulats. 1) urgence : la catastrophe climatique est en cours et va s’aggraver (The Progress of This Storm1) ; 2) structure : elle est essentiellement causée par la structure capitaliste de nos rapports socio-économiques reposants sur l’exploitation des énergies fossiles ; 3) domination : pour survivre en tant qu’espèce, nous devons urgemment nous organiser pour renverser les rapports de force menant à cette situation. En cela, la pensée de Malm se rapproche du mantra développé par Lordon (2021b) et synthétisable en quatre points : 1) il y a un écocide ; 2) l’écocide est capitaliste ; 3) il n’y a pas de solution capitaliste à l’écocide capitaliste ; 4) si on veut échapper au désastre, il faut sortir du capitalisme. Or, Latour rejette les idées de structure, de domination et d’anticapitalisme. Il l’évoque dans un entretien donné peu de temps avant sa disparition : « je n’utilise jamais ce terme [d’anticapitalisme]. Cela ne permet pas de penser la complexité du monde […]. L’anticapitalisme, c’est une forme d’ensorcellement […]. C’est un mantra, un « mot d’ordre » au sens de Deleuze, quelque chose qui paralyse l’attention et donc l’action. Cela crée un cadre indiscutable à l’intérieur duquel tout doit être situé, ce qui rend les gens naturellement impuissants […] » (Binctin, 2022).

4Malm et Latour se renvoient indirectement la balle. Le premier accusant le second de participer d’un « mysticisme et [d’]un fétichisme sans complexe » (p. 131) qui paralyse l’action ; le second accusant les anticapitalistes de promouvoir « les mêmes recettes inefficaces depuis 70 ans » (Binctin, 2020). Les deux penseurs convergent donc vers l’idée qu’il est nécessaire de produire des sciences sociales critiques au service de l’action, mais s’opposent fondamentalement quant à la méthode à employer pour le faire. Pour favoriser l’action, Latour propose de changer le rapport au monde des « modernes ». Dans un mouvement d’hybridation nature-culture, il rejette les visions dialectiques considérées comme simplistes et cherche à montrer que, paradoxalement, « la nature n’existe pas » (p. 44). Il propose de partir des réseaux d’attachements inter-actants (humains et non-humains) et de faire l’analyse méticuleuse des entremêlements entre vivants spécifiques aux échelons locaux, pour donner une place politique aux choses dont nous avons à prendre soin. Malm rejette ce programme comme un « nihilisme épistémologique » (p. 111) ne prenant pas suffisamment au sérieux l’urgence de la situation. Pour lui, la nature existe bel et bien et « le pouvoir ne découle pas de dichotomies notionnelles ; il est d'une nature bien plus terrestre » (p. 164). Changer seulement « la façon dont nous concevons les choses » (p. 164) est largement insuffisant. Pour favoriser l’action, il propose d’en revenir à Marx et de passer par un matérialisme révolutionnaire. Il souhaite participer au développement d’une « haine de classe écologique » (p. 170) capable de renverser les rapports de force capitalistes et de nourrir un mouvement de résistance contre les énergies fossiles. Malm met à distance la philosophie parlementariste de Latour cherchant à redonner une place aux non-humains en faisant progressivement émerger leur puissance d’agir politique, pour remettre au goût du jour une vision dialectique et conflictuelle de la théorie sociale, seule capable selon lui de changer les choses suffisamment rapidement.

5C’est dans cette perspective qu’il va chercher à comprendre, tout au long de l’ouvrage, la manière dont les différentes visions théoriques de la nature se sont construites, se sont opposées, et ont récemment évolué. Il passe au crible les idées de nombreux auteur·ices concernant la distinction nature / société, mais se concentre donc essentiellement sur la pensée de Bruno Latour et sur son héritage, au travers de trois courants théoriques : le constructionnisme, l’hybridisme et le néomaterialisme. Ces trois courants pèchent, respectivement, selon Malm, par leur survalorisation des idées et du discours menant à penser que toute nature est socialement construite (constructionnisme) ; par l’apathie politique que produit l’effacement des limites entre le social et le naturel (hybridisme) ; et par l’excès de puissance d’agir accordée aux actants non-humains, conduisant à une dévalorisation du rôle des humains dans les changements climatiques (néomaterialisme).

6Ces critiques permettent à Malm de préciser sa propre vision de la nature : il parle d’un « dualisme des propriétés moniste de substance » (p. 51). L’idée suppose une double opposition théorique. Avec Latour, il s’oppose au cartésianisme considérant un « dualisme de substance », c’est-à-dire traitant « la nature et la société comme des substances distinctes, fondamentalement détachées l'une de l'autre » (p. 49). Les êtres humains sont faits de la même substance physique que le vivant dans son ensemble, rien ne justifie une quelconque domination de l’humain sur le non-humain. Contre Latour, il s’oppose au « monisme de propriété » qui considère que le social et la nature « ne se distinguent par aucune propriété significative » (p. 51). Autrement dit, selon Malm, la société est forgée de la même substance que la nature, mais elle a développé des propriétés particulières rendant impossible de les confondre entièrement. Il considère qu’il est non seulement théoriquement fondamental, mais aussi relativement simple, de distinguer ces éléments que Latour considère indissociables. À n’en pas douter, toutes les sociétés humaines n’ont pas établi cette distinction, les travaux de Descola l’ont montré (1986, 2005, 2014). Pour autant, l’urgence de la crise écologique oblige nos sociétés à assumer cette distinction plutôt que de chercher à la faire disparaître. Pour Malm, la nature « renvoie à cette part du monde dans laquelle nous vivons, à laquelle les humains ont été confrontés, mais qu'ils n'ont pas construite, créée, bâtie ou inventée de toute pièce » (p. 40). C’est seulement en reconnaissant les particularités de la puissance d’agir humaine que nous pouvons prendre au sérieux les défis posés par la crise écologique. Ce sont les humains – et leurs rapports socio-économiques définissant les structures de pouvoir – qui ont localisé, extrait et brûlé les réserves mondiales de charbon ; ce sont les humains qui peuvent décider d’arrêter de le faire. Le tournant ontologique, lorsque poussé à ses caricatures théoriques, prend le risque d’initier un relativisme historique concernant les responsabilités structurellement humaines. Pour clarifier l’importance théorique qu’il donne au maintien de cette distinction, Malm affirme que : « les rapports de production sont matériels et sociaux, mais non naturels. Le cycle du carbone est matériel et naturel, mais non social » (p. 59), étant entendu qu’il s’agit d’agir sur les premiers et de comprendre le second pour chercher à maintenir un équilibre d’ensemble. Encore plus concrètement, et en reprenant un exemple utilisé par Latour lui-même (1991), Malm affirme que : « ce n'est qu'à l'issue d'un processus visant à isoler le social et le naturel, dans la foulée de la découverte de leur dangereuse combinaison matérielle, que le protocole de Montréal a pu interdire aux entreprises de produire davantage de chlorofluorocarbures » (p. 57).

7Finalement, on peut reprocher à Malm de pousser trop loin la radicalité de sa position critique au point de sciemment caricaturer un certain nombre d’idées des auteur·ices qu’il mobilise. C’est, par exemple, le cas pour Noel Castree qui, en tant que représentant du courant constructiviste, en fait les frais lorsque Malm avance que : « si l'on prend Castree au mot – le changement climatique n'est pas un processus de la réalité biophysique se produisant indépendamment des représentations que l'on s'en fait, mais une invention de l'esprit humain, puisqu'il en est ainsi de toute nature » (p. 26). Par ailleurs, Malm va jusqu’à parler de « bain de boue » (p. 163) pour catégoriser la complexité théorique des idées de Latour, et note que : « L'hybridisme est le reflet théorique du bulldozer homogénéisant du capital » (p. 190). Malm cherche à tracer des lignes de démarcation. Il ne fait pas de compromis. En lui reprochant cette volonté « d’abolir les ambivalences », Hansen (2022), dans un long article critique qu’il consacre à l’auteur suédois, reprend à son compte l’idée de « hooliganisme philosophique » pour catégoriser son style. Pour autant, Malm est loin d’être le seul à avoir vivement critiqué les positions de Latour concernant la crise écologique. En particulier, lorsque ce dernier se réapproprie le vocabulaire de classe pour n’en proposer finalement qu’une seule : la « classe écologique » (Latour et Schultz, 2022), alors même que les classes ne peuvent, selon les marxistes, qu’être comprises dans une vision dialectique, opposée les unes aux autres. Cette idée donne lieu à une levée de boucliers de la part des marxistes, accusant Latour de « confusions massives » (Harribey, 2023). Il est vrai que ce dernier geste théorique apparaît comme un pied de nez à la pensée marxiste que le penseur des réseaux aura combattu toute sa vie. C’est d’ailleurs probablement le reproche fondamental qu’on peut lire en filigrane de l’ouvrage de Malm : la théorie à une influence certaine sur le réel, et l’œuvre de Latour a directement participé de l’effritement de l’influence du marxisme. Alors même que nous possédions, selon Malm, des outils analytiques capables de penser la crise climatique, Latour a poussé à en imposer d’autres, plus subtiles, mais moins efficaces face à l’urgence. Maintenant, la question reste en suspens : pour autant influencée par Latour qu’elle l’est, la pensée du vivant – en tant qu’héritière du tournant ontologique cherchant à repenser la place des non-humains – reste un champ théorique fertile en constante redéfinition (Wanneau et al., 2023), saura-t-elle intégrer ses critiques marxistes ?

Haut de page

Bibliographie

Binctin, B., 2022, Bruno Latour : « Tout le monde se sent trahi, on comprend bien que ce modèle n’est plus possible », Basta!, [En ligne] URL : https://basta.media/Bruno-Latour-nouvelle-lutte-des-classes-ecologie-climat-anticapitalisme-alternatives

Descola, P., 1986, La nature domestique. Symbolisme et praxis dans l'écologie des Achuar, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 450 p.

Descola, P., 2005, Par-delà nature et culture, Folio, 800 p.

Descola, P., 2014, La composition des mondes, Flammarion, 384 p.

Hansen, R., 2022, Le kaléidoscope de la catastrophe : lumières et opacités chez Andreas Malm, Terrestres, [En ligne] URL : https://www.terrestres.org/2022/09/16/le-kaleidoscope-de-la-catastrophe-lumieres-et-opacites-chez-andreas-malm/

Harribey, J. M., 2023, En finir avec la « classe écologique », Le Vent Se Lève, [En ligne] URL : https://lvsl.fr/en-finir-avec-la-classe-ecologique/

Keck, F., U. Regehr et S. Walentowitz, S., 2015, Anthropologie : le tournant ontologique en action, Tsansa, [En ligne] URL : https://journal-sa.ch/article/view/7427

Latour, B., 1991, Nous n’avons jamais été moderne, La Découverte, 216 p.

Latour, B., 2017, Où atterrir ?, La Découverte, 160 p.

Latour, B., N. Schultz, 2022, Mémo sur la nouvelle classe écologique, La Découverte, 96 p.

Lordon, F., 2021a, Pleurnicher le vivant, Le Monde Diplomatique, [En ligne] URL : https://blog.mondediplo.net/pleurnicher-le-vivant

Lordon, F., 2021b, Figure du communisme, La Fabrique, 200 p.

Poupeau, F., 2023, Bruno Latour, symptôme d’une écologie déboussolée, Le Vent Se Lève. [En ligne] URL : https://lvsl.fr/bruno-latour-symptome-dune-ecologie-deboussolee/

Rigoulet, V., A. Bidet, 2023, Vivre sans produire. L’insoutenable légèreté des penseurs du vivants, Éditions du Croquant, 134 p.

Wanneau, K., É. Fabri et V. Arantes, 2023, Après la nature : Le tournant du vivant et ses conséquences politiques, Politiques de communication, 2, pp. 147-176.

Haut de page

Notes

1 Titre original de l’ouvrage d’Andreas Malm aux éditions Verso (2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loup Ducol, « Avis de tempête : Nature et culture dans un monde qui se réchauffe  »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/42032 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.42032

Haut de page

Auteur

Loup Ducol

Étudiant au doctorat, Laboratoire d'anthropologie prospective (LAAP), Institut d'analyse du changement dans l'histoire et les sociétés contemporaines (IACCHOS), Université Catholique de Louvain, Belgique, adresse courriel : loup.ducol@uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search