Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesLectures2024Penser forêt - Agir contre l’anth...

2024

Penser forêt - Agir contre l’anthropocène

Raoul Cappe
Référence(s) :

Perron D., Peteghem G. V., Penser forêt : agir contre l’anthropocène, Éditions de l’Aube,

200 p.

Texte intégral

1La forêt est aujourd’hui au cœur des problèmes soulevés par le réchauffement climatique. La crise environnementale a attiré l’attention sur cet espace devenu symbolique aux yeux du grand public, quand bien même sa fonction et ses relations avec les autres composantes du phénomène climatique demeurent encore mal perçues. L’ambition de Daniel Perron, historien du droit des forêts, et de Gilles Van Peteghem, ingénieur forestier, est de « présenter les apports de la forêt dans un monde fragilisé par le changement climatique et l’effondrement biologique » (p. 29). Anciens responsables au sein de l’Office National des Forêts (ONF), les auteurs proposent un « état des lieux » (p. 31) mais aussi des mesures concrètes pour revaloriser une forêt qui se révèle être un objet en même temps qu’un moyen de protection. La mise en perspective juridico-historique et le regard de terrain d’un ingénieur se complètent : l’aménagement de la forêt a une longue histoire mais son approche demande une actualisation.

2C’est surtout une volonté de rupture qui se trouve exprimée dès le titre. « Agir contre l’anthropocène » ne signifie pas renoncer à modifier et utiliser en sanctuarisant la forêt mais penser d’autres usages sur le temps long et surtout une vie en commun avec l’espace forestier. L’ouvrage fait suite à une littérature proche des mouvements écologistes soucieux de porter un regard nouveau sur le vivant en général et sur la forêt et ses capacités en particulier (Jenni, 2021 ; Wohlleben, 2017). Les auteurs inscrivent leur étude dans une histoire des législations et des administrations forestières, ce qui suppose de penser un devenir politique de cet espace, comme lieu anthropisé, construit par les besoins et les pratiques mais aussi par l’imaginaire collectif. En cela, l’angle est aussi bien politique, économique que littéraire et linguistique. Cependant, la forêt est aussi envisagée de manière synchronique dans ses relations à l’humain, aux autres vivants et aux phénomènes climatiques actuels selon une approche « multifonctionnelle » qui considère des « services écosystémiques » généraux (p. 41). Perron et Van Peteghem se basent pour cela sur un corpus riche en grande partie juridique et législatif mais aussi scientifique, pour considérer l’arbre dans sa relation à l’écosystème. L’usage de nombreuses législations et données statistiques récentes permet une exposition et une mise en perspective de l’état actuel des forêts françaises.

3L’ouvrage aborde ces différentes dimensions en partant d’abord d’une longue considération historique de la forêt et de son administration à travers les siècles. Le milieu de l’ouvrage aborde ensuite l’espace forestier de manière davantage synchronique, selon son rapport aux problèmes climatiques actuels, pour enfin l’inscrire dans des enjeux politiques et démocratiques. Dans le premier chapitre se lit une prolongation de réflexions sur la forêt française et son rapport à l’administration (Perron, 2021) : on y retrace une histoire des « doctrines forestières » (p. 35) du XIVème siècle jusqu’à nos jours. Si « le prisme historique est sans doute plus essentiel en matière forestière qu’ailleurs » (p. 49), c’est que l’étude des techniques et pratiques sur le long cours permet de constater ce qui a fonctionné ou non de façon locale. La forêt reste pourtant un espace dont la nature doit être qualifiée, aussi la problématique de sa définition parcourt-elle l’ouvrage. L’insuffisance des définitions juridiques nécessite souvent le recours à la pratique historique, par exemple celle de l’aménagement. La question du degré de naturalité de ces espaces ou encore le statut de l’arbre sont autant de débats dont les auteurs rendent compte et sur lesquels ils se prononcent. Les techniques modernes privilégiant la « libre évolution » ne doivent pas faire oublier que la sylviculture demeure un « art du contrôle de la nature » (p. 55). Encore une fois, et c’est une des idées centrales de l’ouvrage, il faut considérer la forêt dans sa relation avec un écosystème sans la sanctuariser et la couper des pratiques humaines.

4C’est pour cette raison que cet état des lieux est aussi celui des pratiques, des techniques et de l’utilisation de la forêt et des arbres notamment comme ressource économique à récolter. Différents modèles de gestion sont exposés : les coupes rases, la sylviculture sous futaie régulière ou irrégulière, la gestion arbre par arbre ou parcelle par parcelle, la gestion du sol, et cetera. Ici, le regard du forestier se confronte à celui de l’œil paysager. Bien que mal vue dans l’opinion, la coupe rase par exemple peut souvent être bénéfique si l’on considère les espèces vivantes dans leur ensemble (p. 64). Les solutions proposées sont finalement basées sur une connaissance de première main d’un terrain, de techniques et de cas concrets nombreux (massif des Landes de Gascogne, la forêt de Tronçais, de la Teste-de-Buch...). Se pose également la question du bois comme ressource à récolter et de ses usages, qui peuvent se révéler des alternatives écologiques. La filière bois pourrait contribuer à réduire les émissions de CO2 à condition de penser une baisse de la pression sur une forêt de plus en plus fragilisée, en favorisant la régénération plutôt que le repeuplement. Ces pratiques sont envisagées dans un contexte de réchauffement climatique où la forêt peine de plus en plus à remplir son rôle de puit de carbone.

5En effet, la forêt n’est pas qu’objet d’administration et de pratiques mais aussi un lieu à protéger face au changement climatique. La captation de carbone comme « service écosystémique » fait l’objet d’une longue analyse (chapitre 2). Il est rappelé que cette captation ne peut pas s’accomplir correctement dans des conditions de sécheresse qui endommagent le bois et favorisent l’apparition de maladies (p. 70). Outre cette fonction d’épuration, c’est davantage la relation avec les sols et le cycle de l’eau qui est mise en avant, les arbres étant fragilisés par un contexte où l’eau devient de plus en plus rare. Comme conséquence de ce phénomène, les feux forestiers massifs sont le signe de cette perturbation, la rendant visible au grand public. La fragilisation de la forêt rend de surcroît plus probables les risques naturels comme les glissements de terrain, la déstabilisation des sols en montagne due à la fonte des glaces (chapitre 3). Enfin, se pose le problème de la protection des espèces vivantes et de la biodiversité (chapitre 4), autres victimes du changement climatique qui voient leur milieu naturel fragilisé. La biodiversité en disparition est enfin celle des essences forestières, c’est-à-dire des variétés ou des espèces d’arbres. Cependant, le rapport entre animaux et forêt est complexe : la faune exerce aussi une pression par son action (rongeurs, maladies, espèces parasitaires). Pour cette raison la question de la chasse n’est pas ignorée : celle-ci, bien que devant être encadrée, aurait bel et bien un rôle à jouer dans la préservation d’un équilibre « agro-sylvo-cynégétique » (p. 128). Ce sont finalement tous les acteurs de la forêt qui sont à envisager.

6C’est pourquoi le dernier chapitre est consacré aux enjeux politiques de la forêt, posant la nécessité d’un nouveau « contrat avec la société » (chapitre 6) : comment concilier les points de vue des différents acteurs vis-à-vis de cet espace ? Pourquoi les forestiers sont-ils, d’après les auteurs, si peu pris en compte dans les processus décisionnels (p. 157) ? La compétence de ceux-ci n’est en effet pas seulement technique mais aussi pédagogique car ils pourraient participer à la formation d’une « conscience » forestière civique (p. 162) que prenait jusque-là en charge l’ONF dont les auteurs regrettent la perte d’effectifs. Ceux-ci prônent ainsi une revalorisation symbolique et économique de la vocation de forestier. C’est en connaissance de cause qu’ils constatent la fin d’un lien entre des populations rurales et urbaines, là où pourrait se (re)construire une éducation forestière et écologique plus largement. La forêt est finalement un bien commun, un objet politique demandant un dialogue social qui s’inscrit dans le processus démocratique.

7Le propos ne consiste pas seulement en une analyse mais en un certain nombre de recommandations possibles permettant la transition vers un sylvocène. Ces réponses prennent la forme de choix d’orientations parmi des politiques et des pratiques déjà existantes mais à généraliser : privilégier le temps long, ne pas abandonner mais réguler le développement de l’industrie forestière, penser du point de vue d’une « santé unique » (Bourg et Swaton, 2021) non anthropocentrée, revaloriser la filière bois ; et enfin envisager le rôle souvent ignoré des sols forestiers (Selosse et Rafaelian, 2021). Se trouve également promue une forme de souveraineté ou du moins d’indépendance forestière française. Les auteurs sont par exemple défavorables à l’importation d’espèces exotiques, puisque les forêts françaises constituent déjà une ressource riche qui pourrait être employée plus durablement (p. 98). La focalisation exclusive de l’ouvrage sur le cas des forêt françaises (y compris la forêt amazonienne en Guyane) est certes à noter mais peut s’expliquer : c’est à l’échelle nationale que les leviers pour une action publique sont les plus directement accessibles. Si cette focalisation ne devient pas une limite dans la réflexion sur l’espace forestier, nous pourrions en revanche regretter le faible usage d’un corpus basé sur des études sociologiques ainsi que le peu de mention faite à un secteur dont le rapport avec la forêt est complexe, celui de l’agriculture. Hormis ces réserves, l’ouvrage de Peter Van Peteghem et de Daniel Perron a le mérite de constituer un exposé riche et informé du point de vue des techniques, des statistiques et des législations forestières. La valorisation du point de vue de l’expert forestier n’empêche pas la considération d’une approche plurielle et démocratique de la forêt.

Haut de page

Bibliographie

Jenni A., 2021, Parmi les arbres : essai de vie commune, 1e édition, Actes sud, coll. « Mondes sauvages », Arles, 130 p.

Wohlleben P., 2017, La vie secrète des arbres : ce qu’ils ressentent, comment ils communiquent, un monde inconnu s’ouvre à nous, Les Arènes, Paris, 260 p.

Perron D., 2021, La forêt française : une histoire politique, Éditions de l’Aube, coll. « Monde en cours », La Tour d’Aigues, 432 p.

Bourg D. et Swaton, S., 2021, Primauté du vivant : essai sur le pensable, PUF, Paris, 336 p.

Selosse M. A. et Rafaelian, A., 2021, L’origine du monde : une histoire naturelle du sol à l’intention de ceux qui le piétinent, Actes Sud, Arles, 480 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raoul Cappe, « Penser forêt - Agir contre l’anthropocène »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 26 janvier 2024, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/42072 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.42072

Haut de page

Auteur

Raoul Cappe

Normalien, élève à l’École Normale Supérieur de Lyon, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search