Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesLectures2024Férale. Réensauvager l’art pour m...

2024

Férale. Réensauvager l’art pour mieux cultiver la terre

Maia Morel
Référence(s) :

Charlotte Cosson (2023), Férale. Réensauvager l’art pour mieux cultiver la terre. Actes Sud, collection « Voix de la terre », 336 p.

Texte intégral

1« Je connais peu Charlotte – écrit Rebecca Lamarche-Vadel dans la postface de l’ouvrage – mais je pressens que nous partageons la certitude que les œuvres peuvent être bien plus puissantes qu’on ne le soupçonne, et que l’art, ce bien commun, peut participer à la métamorphose des êtres, et donc de leur manière d’habiter le monde, de le ressentir et de le dire » (p. 290).

2Comme elle, beaucoup de lecteurs ouvriront le livre de Charlotte Cosson avec pour objectif de mieux connaître le travail des nombreux artistes qui s’intéressent aujourd’hui aux problématiques liées à l’environnement et à l’écologie en général et qui, avec leurs moyens propres et souvent en faisant preuve d’une créativité surprenante, ont décidé qu’il était « aujourd’hui nécessaire de dépasser le simple constat en apportant des solutions concrètes à la crise actuelle » (p. 15). Non seulement ces lecteurs seront comblés par l’abondance et la richesse des exemples qui nourrissent le texte, mais ils découvriront également au fil de leur lecture un itinéraire intellectuel et spirituel qui a beaucoup à nous apprendre.

3Férale est un récit écrit à la première personne. Nous y suivons le parcours de l’auteure, historienne de l’art et commissaire indépendante, qui, poussée par un besoin viscéral venu du plus profond d’elle-même, de « concilier [s]on quotidien de commissaire d’exposition et d’historienne de l’art avec la nécessité de préserver la biodiversité » (p. 12) décide de s’installer « à la campagne », en Provence, dans le sud de la France, sur une propriété qu’elle vient d’acheter.

4Son domaine s’appellera Férale (impossible de ne pas songer ici au Feral de George Monbiot, hélas toujours pas disponible en français). « Historiquement, on appelle férale une espèce domestiquée qui retrouve la vie sauvage » (p. 67). L’étymologie du mot renvoie à fera, qui désigne en latin une bête sauvage. Le nom fait donc écho à l’idée de réensauvagenent qui figure dans le titre. Cependant, ce réensauvagement ne se rapporte pas à une forme de sauvagerie, mais plutôt à l’idée de nature sauvage, c’est-à-dire laissée libre. Encore une fois, laissons-nous guider par l’étymologie : le sauvage est celui qui vit dans la forêt (selva) ; or, comme le rappelle l’auteure, tout territoire laissé « à l’abandon » en zone tempérée tend à devenir forêt. Ce qui est donc évoqué ici, c’est un lieu qui croît librement et en respect de sa propre nature. Enfin, le nom du domaine est au féminin parce que ce qui se met en place est aussi une entreprise de dépatriarcalisation, de décolonisation et de libération de l’emprise d’un monde qui a fait de l’exploitation de la nature et des êtres humains son credo.

5Férale n’est pas un refuge, mais un projet et un combat. C’est aussi une parabole : elle représente le monde dramatiquement « civilisé » et menacé qui est le nôtre. Sauver Férale, c’est sauver le monde, et, pour l’auteure, c’est se réaliser.

6Au fil de son récit, ce sont trois discours entremêlés, ou plutôt entrecroisés, que celle-ci nous invite à suivre. Ces discours portent sur trois points centraux. Le premier porte sur l’histoire de Férale. Le domaine est le lieu de départ et le lieu d’aboutissement de la démarche de l’auteure. Il en incarne la territorialisation. « Repenser un écosystème, un mode de vie connecté à d’autres vivants, est la condition sine qua non de Férale » (p. 165).

7Le deuxième point porte sur la permaculture. La permaculture n’est pas une méthode de culture comme peuvent l’être l’assolement triennal ou l’irrigation par aspersion. C’est une autre forme de relation à la nature, une manière de travailler avec elle et non contre elle. « À l’encontre de l’approche intensive qui consiste à dompter les sols et les végétaux pour produire des récoltes, […] [la permaculture vise à] rassemble[r] les méthodes qui permettent de (re)constituer des systèmes à la fois stables et évolutifs » (p. 55).

8La permaculture guérira Férale et c’est avec sympathie que nous suivons les tâtonnements, les découvertes et les surprises (bonnes et mauvaises) de l’auteure qui, patiemment, construit peu à peu un monde où les relations de domination sont abolies et où la collaboration devient la règle de conduite. À Férale, tout ce qui existe, vivant humain, vivant non humain et non vivant, bénéficie du même respect et de la même attention, et en premier lieu les « mauvaises herbes », les plantes rudérales (ici appelées herbes-médecines) qui peuvent régénérer le sol et trouver souvent leur place dans l’armoire à pharmacie. À terme, c’est l’idée d’une « écologie profonde » qui s’impose, celle d’un grand tout dont les mécanismes d’autorégulation assurent la survie équilibrée. L’objectif recherché est le réensauvagement de la propriété, mais pas seulement. En effet, la permaculture ne se limite pas à une décolonisation de la culture, elle est aussi une décolonisation de la pensée, de l’organisation socio-économique (et de l’art), car la colonisation des terres va de pair avec celle des humains « considérés comme inférieurs, plus pauvres, plus colorés, plus féminins » (p. 116). L’objectif final est donc la restauration d’un « système global, résilient, pensé avec le vivant au centre et non l’humain » (p. 142).

9Le troisième point porte sur l’art. L’aménagement de domaines idéaux n’est pas une chose nouvelle, le nombre d’adeptes, à des degrés divers, de la permaculture, augmente chaque jour, mais Catherine Cosson était parmi les rares personnes en mesure de nous offrir un panorama aussi riche de l’art contemporain « permaculturel » que celui qui occupe la majeure partie de l’ouvrage.

10Il convient toutefois de s’entendre sur le type d’art auquel s’intéresse l’auteure et qu’elle souhaite intégrer à l’univers de Férale. C’est à quoi s’attache le deuxième chapitre du livre intitulé « Déterrer l’art conceptuel ? » En professionnelle du domaine, Charlotte Cosson nous rappelle d’abord à quel point l’art conceptuel a influencé l’art contemporain et bouleversé la manière de « faire art » (p. 31). En dématérialisant l’œuvre, il a introduit l’idée que « la pièce réside dans une idée qui peut être réalisée ou non » (idem). Voulant ainsi échapper au consumérisme, il est cependant devenu spéculatif et reste entièrement soumis au jeu capitaliste. Face aux enjeux qui sont les siens, l’auteure considère à rebours que « [l]’art conceptuel, pour être effectif à nouveau, paraît avoir besoin d’être rematérialisé – pour ne pas dire réincarné ». « [C]’est ainsi, écrit-elle, qu’a émergé en moi une alliance nouvelle entre la créativité des humain·e·s, l’inventivité des plantes, des mammifères, des insectes et la force des éléments » (p. 37), bref la conception d’un art permacole. En effet, « [l]a permaculture possède […] un caractère inclusif à tous niveaux : théorique, historique, végétal, animal, culturel… De plus, si l’intention permaculturelle est originellement agricole, elle s’est très vite étendue à la refonte d’une nouvelle société dans son ensemble. […] Pourquoi ne pas l’utiliser afin de penser, à son tour, un art contemporain inclusif et agradant ? » (p. 139).

11Ainsi aboutit-on à la définition d’un art permacole conçu comme « [u]n art qui répond aux besoins des écosystèmes et des vivants en place, et non des œuvres qui imposent leur norme sans prendre en compte celles et ceux qui résident déjà à l’endroit où elles seront installées » (p. 59).

12La place manque pour rendre compte du foisonnement d’initiatives et d’idées qui illustrent l’intérêt du monde artistique en général pour les valeurs portées par la permaculture. On pourra cependant relever quelques lignes de force qui donnent son unité à l’ouvrage : le décolonialisme, le respect et l’authenticité.

13Le décolonialisme. La démarche de Charlotte Cosson est fortement ancrée dans la conviction que la civilisation occidentale est allée trop loin, ou a fait fausse route, en valorisant un mode de fonctionnement qui repose sur des hiérarchies et sur des mécanismes de domination. Soumis à ce « paradigme anthropocentré et capitaliste qui favorise la rationalité de l’esprit » (p. 70), l’humain en est venu à se penser comme séparé du reste des vivants. C’est donc à une déconstruction de ce système qu’appelle l’auteure, et avec elles les artistes s’inspirant de la permaculture. Le chapitre 9 multiplie ainsi les exemples d’artistes dont les installations visent à restaurer des systèmes dégradés ou à créer des écosystèmes respectueux de toutes les formes de vivant. Dans tous les cas, ils sont profondément impliqués dans leur œuvre dont les composantes ne sont pas considérées comme des objets mais bien des sujets vivants. Ce travail s’accompagne souvent de réflexions (et d’actions) sur la récupération, la revalorisation des déchets, la redécouverte de techniques ancestrales, la restauration d’écosystèmes, et cetera. Plus largement, il induit des considérations de fond sur la notion de domestique ou celle de sauvage.

14Une telle attitude signifie bien entendu la prise en considération de tous les groupes minorisés : « Si la modernité s’est arrogé le droit d’apporter la "civilisation" à celles et ceux qu’elle considérait comme des sauvages, un art féral se propose au contraire de réapprendre de celles et ceux qui n’ont jamais cessé d’être connecté·e·s au vivant en eux et autour d’eux » (p. 121). Et même, « les artistes contemporains […] offrent […] des pistes concrètes pour réussir à se mettre à la place d’un vivant non humain, à tenter de percevoir le monde à son image » (p. 204), avec toute la part d’illusion que cela peut comporter (p. 208).

15Le respect. « En plus de devoir apprendre à habiter autrement le monde, c’est un tout autre rapport aux moyens de produire qu’il faudrait développer en coalition avec d’autres » (p. 165). En matière d’art comme en matière d’agriculture, l’option permacole est aussi, et peut-être d’abord, l’expression d’une position éthique. La notion de réparation, qui revêt une dimension morale, est essentielle chez Charlotte Cosson, et cette démarche commence par une attitude de respect intransigeant et d’amour vis-à-vis de toute forme de vie. On veillera ainsi à observer « les processus circulaires de la vie et s’en inspir[er] afin de développer des modes de vie non dominants » (p. 155) et à développer « un art qui puisse non pas éviter d’abîmer mais, mieux encore, qui soutienne les écosystèmes » (p. 14).

16L’authenticité. Cette unité retrouvée entre la nature et l’homme recouvre en dernière instance la recherche obstinée d’une certaine authenticité. Un bon exemple en est donné par le chapitre 6 « Réensauvager l’art pour mieux cultiver la terre » qui présente le travail de différents artistes sur les semences, bastion par excellence du capitalisme agroalimentaire et représentation symbolique de ce que peut être l’identité. On apprend ainsi comment, en sélectionnant des plantes ou des animaux (ici des poules) sauvages, en essayent de recréer les types originels, qui deviennent de véritables œuvres d’art, des artistes font œuvre de réensauvagement tout en poursuivant une réflexion éthique sur la légitimité de cette sélection à l’envers. L’art contemporain se fait alors vecteur d’authenticité et acteur de convivialité comme le montrent les réalisations présentées dans le chapitre 11, intitulé « De l’art cocréé avec d’autres vivants : pour un art et un regard non anthropocentrés », jusqu’à la création d’œuvres que l’auteure, reprenant « un terme formé par la théoricienne Donna Haraway » (p. 76), appelle « naturecultures » (idem et passim).

17Cette quête, car c’en est une, vise enfin un but spirituel et mystique. « La spiritualité est la matérialisation d’un lien direct avec l’âme du monde » écrit l’auteure à la page 285. Cette âme est symbiotique, comme est symbiotique le monde des fungi et de leurs incroyables propriétés (chapitre 12) qui attire toute une génération d’artistes et qui inspirera Mycotope, la première œuvre invitée à Férale. C’est d’ailleurs « [e]n étudiant cette communauté symbiotique de vivants qui forment la Terre, [que] James Lovelock et Lynn Margulis ont formulé "l’hypothèse Gaia" […], qui stipule que la Terre est un organisme vivant » (p. 225). Pour entrer en communication, en résonance plutôt, avec ce monde, de nombreux artistes ont mis en place des rituels ou des animations qui permettent de prendre conscience de l’omniprésence de la vie même dans les plus petits éléments. L’auteure préconise quant à elle une forme de transe qui « permet de […] devenir poreux·se à l’endroit d’un autre, qu’il soit végétal, minéral, vent ou animal » (p. 255).

18Nous avons déjà souligné à quel point il est difficile de rendre compte de la richesse de Férale. Cependant, deux enseignements nous semblent pouvoir être tirés de cet ouvrage. Le premier tient au parcours de l’auteure, parcours de réconciliation avec le monde concrétisé par la réhabilitation d’un domaine agricole, Férale, dénaturé par le productivisme et le mépris du vivant. Ce « réensauvagement » se fait par le biais de la permaculture, conçue comme une philosophie globale de respect du vivant. Il s’agit d’un itinéraire personnel. On pourra adhérer ou non à ses aspects spirituels et mystiques, être ou non sensible à la tentation animiste qui le sous-tend, dans tous les cas ce partage d’expérience nous apportera ce que donne toute confrontation à un parcours militant, c’est-à-dire une réflexion sur nous-même et sur notre manière d’être au monde. Le second enseignement tient à la mise en lumière du rôle que peut jouer l’art comme moyen de penser le monde, de l’analyser et d’exprimer une opinion à son sujet, mais aussi comme moyen de le transformer. Il faut saluer ici le considérable travail de documentation et de synthèse de l’auteure qui nous dresse un panorama impressionnant des recherches et des réalisations artistiques contemporaines menées dans un souci de respect et de sauvegarde de la nature.

19Nous conclurons sur un dernier commentaire. Charlotte Cosson parle beaucoup de déconstruction, de retour au passé, de redécouverte, au point que l’on pourrait voir dans son entreprise la nostalgie d’époques révolues et hâtivement idéalisées. Il n’en est rien : Férale est bien un projet, et c’est de présent et d’avenir qu’il s’agit. Au lecteur désormais de prendre la mesure des enjeux et d’accorder la place qui leur convient aux moyens d’y répondre.

20En accompagnement du texte, l’ouvrage est illustré avec une réjouissante ironie par Damien Manuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maia Morel, « Férale. Réensauvager l’art pour mieux cultiver la terre »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 08 février 2024, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/42270 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.42270

Haut de page

Auteur

Maia Morel

Professeure agrégée de didactique des arts plastiques, Université de Sherbrooke, Québec, Canada, adresse courriel : Maia.Morel@usherbrooke.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search