Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 23 Numéro 3Section couranteAnalyse de la dynamique d’occupat...

Section courante

Analyse de la dynamique d’occupation des écosystèmes littoraux de l’aire protégée communautaire la Bouche du Roy au Bénin

Rose Kikpa Bio, Ismaël Mazo et Jérôme Dupras

Résumés

Les écosystèmes de mangroves, reconnus pour leurs nombreux biens et services, font face ces dernières décennies à de nombreuses pressions anthropiques et bioclimatiques. Pour une meilleure mise en œuvre des mesures de protection de ces écosystèmes, la présente étude analyse la dynamique de l’occupation des terres indispensable à la réalisation du bilan des changements intervenus sur une période de 20 ans. Les images satellitaires de 2000, 2010 et 2020 ont été traitées à l’aide du logiciel QGIS2.18 permettant d’obtenir deux matrices de transition couvrant l’avant et l’après création de l’Aire communautaire de conservation de la biodiversité (ACCB) la Bouche du Roy. L’analyse des données révèle une régression (32 %) de la superficie des mangroves entre 2000 et 2010 au profit d’une progression des mosaïques de champs et jachères. En revanche, entre 2010 et 2020, la superficie des mangroves a progressé (29 %) et celle des mosaïques de champs et jachères a régressé. Sur ces deux périodes, il a été noté une faible progression des agglomérations. La création de l’ACCB, combinée aux efforts de conservation de la biodiversité (pratiques culturelles et spirituelles) au cours de la dernière décennie a contribué à la restauration des mangroves, inversant ainsi la tendance de dégradation des écosystèmes sensibles. La présente étude suggère la nécessité de poursuivre les initiatives de restaurations des écosystèmes littoraux non seulement au Bénin, mais également à travers d’autres régions où ces écosystèmes sont encore présents.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ce sont des sites issus de la convention relative à la protection des zones humides d’importance in (...)

1Les zones littorales, habitées par près de 60 % de la population mondiale, sont caractérisées par des interactions entre le milieu marin et le milieu terrestre (Ducrotoy, 2018). Elles englobent divers écosystèmes tels que les zones humides, les marécages et les formations de mangroves (Balla Dieye et al., 2013). La mangrove, présente principalement dans les littoraux tropicaux, est une formation forestière humide composée majoritairement d’espèces ligneuses, en particulier des palétuviers (Rhizophora racemosa, Avicennia germinans). Cette formation se développe à l’interface des écosystèmes terrestres, des eaux douces et des eaux marines et s’adapte à la fois à l’eau et à la salinité (Sinsin et al., 2018 ; Teka et al., 2018 ; Spalding et al., 1997). En Afrique, les mangroves occupent une superficie estimée à 3,2 millions d’hectares (Folega et al., 2017). Au Bénin, ces écosystèmes prédominent dans les sites Ramsar1 n°1017 et 1018 qui sont des zones humides d’importance internationale (Orekan et al., 2019 ; Sinsin et al., 2018). Il est à noter que la superficie du littoral béninois couverte par les mangroves a connu une diminution, passant de 16,31 % en 2005 à 13,82 % en 2015 (Orekan et al., 2019).

  • 2 Par exemple, lors du tsunami de décembre 2004 en Asie du Sud dans certaines zones où les dégâts aur (...)

2Les mangroves abritent une variété de biodiversité marine et terrestre et jouent un rôle capital dans la séquestration du CO2, la filtration des eaux et la réduction de l’érosion du littoral (Ajonina et al., 2014 ; Balla Dieye et al., 2013 ; Ndour et al., 2012). Ces écosystèmes contribuent également à la protection des rives et la réduction de risques côtiers tel que l’amoindrissement des vagues marines lors d’un tsunami2 (Gattenlöhner, 2021 ; Andriatsiaronandroy Onjanamboara et al., 2017). De plus, les mangroves sont essentielles pour la production de services d’approvisionnements aux populations et jouent ainsi un rôle moteur dans le développement socio-économique des populations riveraines (Orekan et al., 2019 ; Sinsin et al., 2018).

3Cependant, les écosystèmes de mangroves font face à plusieurs facteurs de dégradation, qu’ils soient d’origine anthropique et socio-économique (urbanisation, développement de zones agricoles ou aquaculture) ou d’origine climatique et environnementale (variation des températures, diminution des précipitations ou des courants marins) (Savari et al., 2022 ; Arumugam et al., 2020 ; Vande Velde et al., 2019 ; Teka et al., 2018 ; Ashton, 2010). Des aspects politiques et juridiques tels que l’insuffisance des dispositions réglementant la protection des écosystèmes, ainsi que des facteurs psychologiques, comme le manque de perception des risques ou des bénéfices, peuvent aussi contribuer à la dégradation des écosystèmes des mangroves (Savari et al., 2022). Ainsi, malgré leur richesse et importance, les écosystèmes de mangroves sont confrontés à de nombreuses pressions entraînant des modifications dans leur structure et de leur fonctionnement (Orekan et al., 2019).

  • 3 Ces AP sont issus du programme MAB (Man and Biophere) de l’Organisation des Nations Unies pour l'éd (...)

4Dans les dernières années, plusieurs démarches de protection ont été menées pour réduire les pressions et le rythme de la dégradation des zones littorales humides, notamment la création de la Réserve de biosphère transfrontalière du Mono (RBTM) entre le Togo et le Bénin (PAGS, 2017). Les réserves de biosphère3 sont des aires protégées (AP) visant à concilier la conservation de la biodiversité avec le développement socio-économique en délimitant des zones centrales réservées à la conservation et à la recherche, des zones tampons et des zones de transition, autorisant certaines activités et habitations (Saleh, 2012 ; Amadou, 2008). La réserve de biosphère RBTM regroupe plusieurs sites de conservation, dont l’Aire communautaire de conservation de la biodiversité (ACCB) la Bouche du Roy créée en 2016. Cette aire, principalement composée d’écosystèmes de mangroves, connaît une dynamique de divers acteurs impliqués, dont les communautés, les institutions étatiques et municipales et les organisations pour la conservation de la biodiversité (Kikpa Bio et Dupras, 2023).

5Dans cette logique, il est important de mesurer et de faire le suivi de la dynamique des formations afin de mieux comprendre l’état et de l’évolution de ces écosystèmes (Balla Dieye et al., 2013). L’objectif de l’étude est d’analyser la dynamique de l’occupation des terres indispensable à la réalisation du bilan des changements intervenus dans l’occupation des terres. La période d’étude couvre 20 ans (2000 à 2020), englobant la période avant et après la création de l’ACCB et de la RBTM. Les analyses permettront d’enrichir les connaissances et les indicateurs de suivi des outils de planification environnementale afin d’aider à la prise de décision pour la gestion et la conservation des écosystèmes littoraux.

6L’article présente à la section 2 la zone d’étude et la démarche méthodologique adoptée. Ensuite, la section 3 présente les résultats de l’examen des unités d’occupation des terres, incluant leurs taux de conversion, l’intensité et la vitesse de changement des unités d’occupation des terres dans l’ACCB Bouche du Roy. Enfin, à la section 4, les changements d’occupation des terres et des différentes pressions de même que des principales interventions pour la conservation et la gestion de cet écosystème sont discutés.

Matériel et méthode

Présentation du secteur d’étude

7L’Aire communautaire de conservation de la biodiversité (ACCB) Bouche du Roy s’étend sur les communes de Comé, Ouidah, Kpomassè et occupe majoritairement la commune de Grand-Popo (PAGS, 2017). Avec une superficie de 9 678 hectares, elle est située entre 6°15’ et 6°23’ de latitude Nord et entre 1°52’ et 1°59’ de longitude Est (figure 1). Le climat y est de type subéquatorial caractérisé par deux saisons sèches et deux saisons pluvieuses, avec une pluviométrie moyenne annuelle de 1300 millilitres (PDC, 2019). Cette zone est traversée par plusieurs courants fluviaux tels que le fleuve Mono, le lac Ahémé, le chenal Aho, la lagune de Grand-Popo, l’océan Atlantique et des marécages.

8Le sol de l’ACCB est majoritairement hydromorphe et alluvionnaire (PDC, 2019) et couvert principalement par la mangrove à palétuvier rouge (Rhizophora racemosa) et à palétuvier blanc (Avicennia germinans). Par ailleurs, l’ACCB regorge de diverses espèces faunistiques terrestres et maritimes telles que le lamantin d’Afrique (Trichechus senegalensis), le sitatunga (Tragelaphus spekeii), les espèces aviaires, les tortues marines (verte, olivâtre, Luth, etc.), les poissons, les crabes et les huîtres.

9Le zonage de l’ACCB, se compose de trois zones, conformément aux plans d’aménagement des réserves de biosphère : l’aire centrale (394,8 hectares) répartie en dix (10) noyaux centraux destinée à la conservation et à la recherche scientifique ; la zone tampon (8305,13 hectares) destinée aux reboisements, à la pêche durable ; et la zone de transition (978,07 hectares), destinée aux activités socio-économiques durables et à l’habitation (PAGS, 2017).

  • 4 Le jonc est une plante herbacée à haute tige droite et flexible qui pousse près de l’eau, des maréc (...)

10L’ACCB Bouche du Roy est constituée de 17 villages et hameaux avec une population de 9 814 habitants résidant à l’intérieur ou aux alentours du site (RGPH-4, 2013). L’activité principale est la pêche continentale et maritime de manière artisanale. La saliculture est une activité exercée dans plusieurs villages de l’ACCB en particulier aux alentours du village de Heyigbadji. De même, l’exploitation du jonc (Typha australis)4 fait partie des activités menées par la population, surtout dans les villages d’Avlo et d’Allongo. L'agriculture est une activité secondaire exercée par seulement 7 % des habitants dans certains villages périphériques (RGPH-4, 2013). En plus des activités suscitées, certains habitants mènent des activités telles que le maraîchage, la pisciculture, la transformation de noix de palme et de coco en huile.

Figure 1: Localisation de l’ACCB Bouche du Roy

Figure 1: Localisation de l’ACCB Bouche du Roy

Données planimétriques

11La collecte des données a combiné deux méthodes d’investigation. Il s’agit d’une part, de la collecte des données planimétriques et d’autre part, des enquêtes et observations directes de terrain afin de corriger et de valider la classification des images.

12Les données planimétriques utilisées concernent les images satellitaires à haute résolution SPOT de 2000 et 2010, les images Sentinel de 2020 couvrant l’ACCB Bouche du Roy, les données GPS (points de contrôle terrain) et le fond topographique de l’IGN de 2018 au format « shp ». Les images SPOT ont été obtenues au Laboratoire de cartographie, de télédétection et des SIG de l’Université d’Abomey-Calavi et fournies par le projet OSFACO (Observation spatiale des forêts d’Afrique centrale et de l’ouest). Quant à l’image Sentinel, elle a été téléchargée sur le site internet de l’Institut d’études géologiques des États-Unis (USGS). Le tableau 1 présente les caractéristiques des images utilisées. Le choix des dates se justifie par le fait que l’étude visait à obtenir des précisions sur la dynamique de l’occupation des terres de l’ACCB au cours des deux dernières décennies. En effet, après certains programmes de gestion des ressources naturelles, le processus de délimitation des sites communautaires et d’élaboration du plan de développement et de gestion du site a commencé en 2014. Ce qui aboutit en 2016 à la création officielle de l’ACCB et d’une association locale de gestion. C’est dans cette logique que les deux dernières décennies de 2000 à 2020 ont été retenues et permettent de dresser un compte rendu de la situation précédant et succédant à la création de l’aire communautaire et de la réserve de biosphère.

Tableau 1 : Caractéristiques des images utilisées

Images

Résolution spatiale (m)

Bande spectrale

Dates d’acquisition

2000

20

1

03/11/2000

2

3

4

2010

20

1

20/03/2010

2

3

4

Sentinnel

10

2

29/01/2020

3

4

8

Traitement des images

13La composition colorée en fausses couleurs 8-4-3 (PIR-R-V) a été utilisée pour chacune des trois images (2000, 2010 et 2020). Les couleurs résultantes sont en fonction des valeurs numériques des pixels dans chacune des trois bandes spectrales (Diédhiou et al., 2020). Avec cette composition, la végétation apparaît donc en rouge (figure 2).

Figure 2 : Composition colorée

Figure 2 : Composition colorée

14L’algorithme Train Random Forest Image Classifier sous le logiciel QGIS 2.18 Remote Sensing a permis de créer deux fichiers à savoir une matrice de confusion et un modèle estimé de la classification. Le premier a permis d’apprécier les erreurs d’omission et de commission. Le second quant à lui a été utilisé pour la suite de la classification des images avec l’outil Create Image Classification.

15L’outil Create Image Classification effectue une classification de l’image en entrée en se basant sur le fichier modèle estimé de la classification créé avec l’algorithme Train Random Image Classifier. En sortie de traitement, une image matricielle (ou raster en anglais) de la classification est produite en tons de gris, dans laquelle chaque occupation des terres reçoit l’étiquette attribuée à sa classe lors de la création des aires d’entraînement.

16Un post-traitement a permis de corriger certaines erreurs de confusion qui ont eu lieu entre certaines classes lors de la classification. L’approche a consisté à vectoriser les images matricielles issues de la classification et ensuite à faire une comparaison entre l’image classifiée vectorisée et l’image source ayant servi à la classification ou entre l’image classifiée vectorisée et les images de haute résolution. Avant la comparaison, les coordonnées des polygones erronés ont été relevées et vérifiées sur le terrain. Les observations terrain ont permis de corriger et de valider la classification. De plus, les échanges avec les intervenants et populations locales ont fourni une compréhension plus nuancée de l’évolution des paysages de l’ACCB Bouche du Roy. Ce qui a contribué lors de la comparaison visuelle à redéfinir les polygones erronés dans les classes correspondantes et à corriger les erreurs de confusion observées dans les classifications (figure 3).

Figure 3 : Étapes de la classification supervisée et du post-traitement

Figure 3 : Étapes de la classification supervisée et du post-traitement

17L’analyse de la dynamique de l’occupation des terres dans l’ACCB Bouche du Roy a été faite à travers le taux moyen annuel d’expansion spatiale, le taux de conversion et de l’utilisation des programmes Pontius Matrix22 et Intensity analysis de Aldwaik et Pontius (2012).

18Le taux moyen annuel d’expansion spatiale (Ta) est la proportion de chaque unité d’occupation qui change annuellement (Toko Mouhamadou, 2014 ; Arouna, 2012). Ce taux annuel (Ta) est calculé à partir de la formule suivante :

19Avec S1 la superficie d’une unité de végétation à la date t1, S2 la superficie de la même unité de végétation à la date t2 et (t2 – t1) la différence d’années entre t1 et t2 ; e est une constante = 2,71828.

20Le taux de conversion (TC) d’une unité d’occupation des terres est le degré de transformation subie par cette classe en se convertissant vers d’autres classes (Arouna, 2012). C’est la quantité de changements observés au niveau d’une unité d’occupation des terres entre les dates. Il s’obtient à partir de la formule suivante :

21Sit : Superficie de l’unité d’occupation i à la date initiale t ;
Sis : Superficie de la même unité demeurée stable à la date t1.

22Dans l’étude, le programme d’analyse Pontius Matrix 22 a permis de mesurer (en %) la vitesse et l’intensité des changements des unités d’occupation des terres entre 2000 et 2010 et entre 2010 et 2020 selon les intervalles de temps (Mazo, 2020). Ce programme se base sur la matrice de transition pour générer deux graphiques de changements (Aldwaik et Pontius, 2012). L’un présente les intensités des changements survenus au niveau des catégories d’occupation des terres à l’échelle du secteur d’étude et l’autre présente les intensités et les vitesses de pertes et de gains par catégorie d’occupation des terres. À ce niveau, les vitesses de changement ont été déterminées grâce à la ligne verticale en tireté, appelée ligne de zone de changement uniforme. Si les barres des changements sont à gauche de cette ligne, le changement est dit lent ou dormant. Mais si ces derniers sont à droite de la ligne, le changement est dit rapide ou actif (Mazo, 2020 ; Aldwaik et Pontius, 2012).

Résultat

23L’ACCB Bouche du Roy est une zone littorale qui présente une variation biophysique dynamique due à la présence de l’embouchure et soumise aux mouvements des flots de la marée. Ces facteurs climatiques en plus des facteurs anthropiques influencent l’occupation des terres qui est constituée des mangroves et bien d’autres formations végétales. Cette section présente l’analyse des croisements des cartes de l’aire en examinant les changements intervenus dans les unités d’occupation des terres.

État des unités d’occupation des terres entre 2000, 2010 et 2020

24La figure 4 montre la synthèse des cartes d’occupation des terres de l’ACCB Bouche du Roy en 2000, 2010 et 2020. Les trois cartes détaillées sont placées à l’annexe A. L’observation de l’état du sol en 2000 relève que la mangrove est beaucoup plus présente au sud et au nord du secteur d’étude. Par contre en 2010, elle est beaucoup plus concentrée au sud de la carte avec cette fois-ci une forte dominance des champs et jachères. En 2020, la recolonisation de la mangrove au niveau du système lagunaire dans la partie sud du secteur d’étude est notée.

Figure 4 : Carte synthétique d’occupation des terres de l’ACCB Bouche du Roy en 2000, 2010 et 2020

Figure 4 : Carte synthétique d’occupation des terres de l’ACCB Bouche du Roy en 2000, 2010 et 2020

25L’examen du tableau 2 montre que les mangroves ont régressé entre 2000 et 2010 allant de 1699,11 hectares à 1150,66 ha soit une diminution de 548,45 hectares. Cette régression est due à leur conversion en mosaïque de champs et jachères (511,21 hectares) et en agglomération (37,24 hectares). Par contre, entre 2010 et 2020, l’évolution de la superficie des mangroves est progressive. Elle est passée de 1150,66 hectares à 1485,87 hectares soit une augmentation de 335,21 hectares. Ceci s'explique par le fait qu'une partie de la mosaïque de champs et jachères s'est transformée en mangroves, malgré l'extension des agglomérations sur les mangroves (tableau 2).

26Pendant ces périodes la superficie des mosaïques de champs et jachères a presque doublé entre 2000 et 2010, passant de 579,8 hectares à 1 116,54 hectares pour ensuite voir sa superficie diminuer à 751,42 hectares en 2020. Concernant les plages sablonneuses, elles ont connu une diminution entre 2000 et 2010, passant respectivement de 111,29 hectares à 42,14 hectares et ensuite une augmentation progressive en 2020 avec une superficie de 90,23 hectares. Parallèlement, la superficie occupée par les points d’eau a été plus stable de 4 520,09 hectares en 2000 à 4 650,24 hectares en 2010 pour après revenir à 4 597,3 hectares en 2020. Les formations marécageuses ont connu une diminution progressive de leurs superficies tandis que celles des agglomérations ont évolué au cours des décennies.

Tableau 2 : Matrice de transition entre 2000 et 2010 et entre 2010 et 2020 de l’ACCB

UOT en 2000

UOT en 2010

Superficie en 2000 (ha)

MGR

MCJ

FM

PE

PS

AG

MGR

1150,66

511,21

0

0

0

37,24

1699,11

MCJ

0

579,8

0

0

0

0

579,8

FM

0

25,53

2533,24

61

0

2,59

2622,36

PE

0

0

0

4517,77

2,32

0

4520,09

PS

0

0

0

71,47

39,82

0

111,29

AG

0

0

0

0

0

145,35

145,35

Superficie 2010 (ha)

1150,66

1116,54

2533,24

4650,24

42,14

185,18

9678

UOT en 2010

UOT en 2020

Superficie en 2010 (ha)

MGR

MCJ

FM

PE

PS

AG

MGR

1127,09

0

0

0

0

23,57

1150,66

MCJ

358,78

751,42

0

0

0

6,34

1116,54

FM

0

0

2509,48

0

0

23,76

2533,24

PE

0

0

3,86

4597,3

48,09

0,99

4650,24

PS

0

0

0

0

42,14

0

42,14

AG

0

0

0

0

0

185,18

185,18

Superficie 2020 (ha)

1485,87

751,42

2513,34

4597,3

90,23

239,84

9678

MGR : Mangrove ; MCJ : Mosaïque de champs et jachères ; FM : Formation marécageuse ; PE : Plan d'eau  ; PS : Plage sablonneuse ; AG : Agglomération

Taux de conversion et taux moyen annuel d’expansion spatiale

27Les figures 5 et 6 montrent les taux de conversion et le taux moyen annuel d’expansion spatiale respectivement entre 2000 et 2010 et entre 2010 et 2020 de l’ACCB Bouche du Roy. L’analyse de la figure 5 montre qu’entre 2000 et 2010, les plages sablonneuses ont enregistré le plus fort taux de conversion avec 64,22 %. Annuellement, cette plage régresse de 19,42 %. Ensuite viennent les mangroves avec 32,28 % de taux de conversion. Sur le plan spatial, les mangroves régressent de 7,8 % chaque année pendant cette période.

28Quant à la figure 6, elle montre qu’entre 2010 et 2020, le taux de conversion des mosaïques de champs et jachères est plus élevé (32,70 %) avec une expansion annuelle spatiale de -7,92 %. Cette expansion régressive des mosaïques de champs et jachères favorise le faible taux de conversion des mangroves (2,05 %) avec une progression annuelle spatiale positive de 5,11 %. Concernant les plages sablonneuses et les agglomérations, elles ont connu un taux annuel d’expansion spatiale respective de 15,32 % et 5,17 %.

Figure 5 : Taux de conversion et taux moyen annuel d’expansion spatiale des unités d’occupation des terres de l’ACCB Bouche du Roy entre 2000 et 2010

Figure 5 : Taux de conversion et taux moyen annuel d’expansion spatiale des unités d’occupation des terres de l’ACCB Bouche du Roy entre 2000 et 2010

Figure 6 : Taux de conversion et taux moyen annuel d’expansion spatiale des unités d’occupation des terres de l’ACCB Bouche du Roy entre 2010 et 2020

Figure 6 : Taux de conversion et taux moyen annuel d’expansion spatiale des unités d’occupation des terres de l’ACCB Bouche du Roy entre 2010 et 2020

Intensité et vitesse de changement des unités d’occupation des terres de l’ACCB

29L’analyse de la figure 7 montre que les plans d’eau (47 %), les formations marécageuses (26 %) sont les unités qui ont connu plus de stabilité. Les mosaïques de champs et jachères ont connu plus de gain (6 %) contrairement aux mangroves qui ont connu plus de pertes (6 %). La figure 8 montre que la vitesse des pertes au niveau des plages sablonneuses est rapide (64 %) et les gains sont lents (6 %). Au niveau des mangroves ce sont les pertes qui sont rapides (48 %) et les gains sont lents (1 %). Les mosaïques de champs et jachères connaissent des gains rapides (48 %) et les pertes lentes (1 %).

Figure 7 : Intensité de changement des unités d’occupation des terres de l’ACCB Bouche du Roy entre 2000 et 2010

Figure 7 : Intensité de changement des unités d’occupation des terres de l’ACCB Bouche du Roy entre 2000 et 2010

Figure 8 : Vitesse de changement des unités d’occupation des terres de l’ACCB Bouche du Roy entre 2000 et 2010

Figure 8 : Vitesse de changement des unités d’occupation des terres de l’ACCB Bouche du Roy entre 2000 et 2010

30L’examen de la figure 9 indique que les plans d’eau, les formations marécageuses et les mangroves ont connu plus de stabilité avec respectivement 48 %, 26 % et 12 % de leur superficie. Les mangroves ont connu plus de gain avec 4 % de la superficie du secteur d’étude et les mosaïques de champs et jachères plus de pertes avec 4 % de la superficie du secteur d’étude. La figure 10 montre que les gains de 53 % au niveau des plages sablonneuses sont rapides. Par contre, les gains et les pertes au niveau des autres unités d’occupation des terres, notamment les mosaïques de champs et jachères et des mangroves sont tous lents.

Figure 9 : Intensité de changement des unités d’occupation des terres de l’ACCB Bouche du Roy entre 2010 et 2020

Figure 9 : Intensité de changement des unités d’occupation des terres de l’ACCB Bouche du Roy entre 2010 et 2020

Figure 10 : Vitesse de changement des unités d’occupation des terres de l’ACCB Bouche du Roy entre 2010 et 2020

Figure 10 : Vitesse de changement des unités d’occupation des terres de l’ACCB Bouche du Roy entre 2010 et 2020

Discussion

31Les résultats obtenus révèlent que les écosystèmes de mangroves ont connu en général une tendance régressive en passant de 1 699,11 hectares en 2000 à 1 485,87 hectares en 2020 au profit d’autres unités d’occupation des terres dans l’ACCB. Ces résultats obtenus entre 2000 et 2010 convergent avec les tendances observées dans d’autres études, tant au niveau de la Réserve de biosphère transfrontalière du Mono (RBTM) que dans le site Ramsar 1017 dont fait partie l’ACCB. Au niveau de la RBTM entre le Bénin et le Togo, l’étude de Adjonou et al. (2019) a indiqué une régression significative des formations naturelles entre 1986 et 2015 au profit des occupations anthropiques avec une réduction de 93 % pour les mangroves. Une étude spécifique sur le site Ramsar 1017 pour la période de 2006 à 2016 a également signalé des diminutions de la surface des mangroves (18,11 %), des forêts galeries (17,27 %), et des savanes (46,11 %) au profit des agglomérations et des mosaïques de champs et jachères (Hounto et al., 2019). Ces résultats sont concordants avec les observations de la présente étude sur la période de 2000 à 2010, montrant une régression de la superficie des mangroves de 1699,11 ha à 1150,66 ha, soit une diminution de 548,45 hectares. Ces données s'alignent sur les conclusions d’Adjonou et al. (2019), soulignant que le « phénomène de dégradation des formations naturelles s’est beaucoup plus accentué sur la période 2000 à 2015 » (Adjonou et al., 2019, p. 17) dans la RBTM. De nombreuses études menées dans d’autres pays africains tels que le Togo, le Sénégal ou la Madagascar ont également rapporté des tendances régressives de la superficie des mangroves surtout des zones périphériques en raison des impacts naturels et anthropiques (Andriatsiaronandroy Onjanamboara et al., 2017 ; Folega et al., 2017 ; Bassene, 2016 ; Balla Dieye et al., 2013). Ces résultats soulignent la vulnérabilité croissante des écosystèmes de mangroves face à diverses pressions, nécessitant une attention particulière.

32Cependant, la dynamique de l’occupation des terres dans la zone d’étude présente une particularité notable entre 2010 et 2020. Les mangroves de l’ACCB Bouche du Roy, ont connu une progression de 335,21 hectares contrairement aux champs et jachères ainsi qu’aux formations marécageuses qui ont connu une diminution respective de 365,12 hectares et de 19,9 hectares. Cette progression de la superficie des mangroves dans la zone peut s’expliquer en partie par les différentes initiatives de création d’aires protégées débutées en 2014 (PAGS, 2017). Ces données concordent avec les résultats obtenus par Sinsin et al. (2018) dans le Site Ramsar 1017, en particulier dans le secteur de Djondji à Nikouécondji (commune de Grand-Popo), qui correspond à plus de la moitié de notre la zone de l’étude. Dans ce secteur, la mangrove qui occupait une superficie de 10 754,65 hectares en 1995 a subi une forte régression pour atteindre 5 808,29 hectares en 2005, puis a connu une progression pour atteindre 7 882,09 hectares en 2015 (Sinsin et al., 2018).

33Ces résultats illustrent que le processus de création de la réserve de biosphère et de l’ACCB Bouche du Roy a participé à instaurer un statut de protection des ressources naturelles dans la zone (Bonou et al., 2021 ; Sinsin et al., 2018). De plus, la gestion de l’ACCB se caractérise par une double interaction. La première implique des arrangements et des accords dans l’organisation des acteurs et la mise en place de l’association locale chargée de la gestion de l’ACCB. La seconde réside dans l’hybridation des stratégies de conservation de la biodiversité qui intégrant les pratiques culturelles et spirituelles telles que la sacralisation qui consistent à délimiter et à mettre certains espaces sous la protection des divinités pour préserver des écosystèmes (Kikpa Bio et Dupras, 2023). Selon Eco-Benin5, l’une des organisations non gouvernementales impliquées dans la conservation de l’ACCB, toutes les aires centrales et certaines zones ont été sacralisées, couvrant ainsi une superficie d’environ 503 hectares de mangroves. Ces dynamiques de gestion contribuent à la sauvegarde des écosystèmes de l’ACCB et à la réduction des pressions anthropiques et justifient les gains en superficie de mangroves observés entre 2010 et 2020. De plus, la superficie des mosaïques de champs et jachères qui avait presque doublé entre 2000 et 2010, passant de 579,8 ha à 1 116,54 ha, a ensuite connu une diminution de sa superficie à 751,42 hectares en 2020. Cela indique une réduction des pressions liées au développement du front agricole au cours de la dernière décennie.

34En outre, l’ACCB dispose de plusieurs zones marécageuses propices à la restauration progressive des écosystèmes. Le reboisement de mangroves prévu dans le plan d’aménagement est aussi en cours de réalisation sur une superficie d’environ 100 hectares (PAGS, 2017). De plus, le mode de reproduction et les moyens de dispersions naturelles des mangroves favorisent leur rapide régénération (Orekan et al., 2019 ; Cormier-Salem, 1999). Le palétuvier rouge (Rhizophora racemosa) qui est l’espèce de mangrove dominante est une plante vivipare qui développe des racines à partir des bourgeons de la plante-mère, permettant aux jeunes plantes et propagules de tirer suffisamment de nutriments pour leurs croissances (Francoeur, 2009). Ainsi, le cycle de régénération naturelle des écosystèmes de mangroves, le reboisement et les mesures de conservation et de gestion sont des caractéristiques complémentaires et favorables à l’évolution de la surface des mangroves de l’ACCB Bouche du Roy.

35Néanmoins le secteur d’étude fait face à diverses pressions préjudiciables à la sauvegarde des écosystèmes. La tendance régressive des formations végétales naturelles, en particulier celles des mangroves dans les littoraux béninois, serait principalement attribuable à la cohabitation entre les mangroves et les gisements de sel qui se développent dans les mêmes conditions écologiques (Orekan et al., 2018). La technique d’extraction du sel réalisée par évaporation de l’eau salée avec des bois de chauffage exerce une importante pression sur les ressources ligneuses. Selon Da Silveira (2020), la saliculture (61,19 %), la pêche (19,4 %), le fumage de poisson (11,94 %) et l’agriculture / maraîchage (7,46 %) ont été déterminants dans la régression des superficies des mangroves dans la commune de Grand-Popo. Ces activités anthropiques qui sont les principales sources de revenus de la population locale posent de véritables défis pour la conservation de la biodiversité et la gestion de l’ACCB. D’autres études soulignent l’influence des barrages hydroélectriques (Nangbéto et Adjarala) construits sur le fleuve Mono, ainsi que des variations climatiques dans la zone qui se traduisent notamment par un déficit pluviométrique et une diminution de la durée de la saison pluvieuse (Orekan et al., 2018 ; Sinsin et al., 2018 ; Blivi, 2000).

36La présente étude sur la dynamique d’occupation des terres révèle des gains de la superficie de mangroves au cours de la dernière décennie, correspondant à la période de création de l’ACCB, malgré la tendance régressive générale sur une période de 20 ans. L’étude apporte des éléments essentiels pour une meilleure compréhension de la dimension spatiale et temporelle des écosystèmes de l’ACCB offrant ainsi aux décideurs politiques et aux gestionnaires des informations éclairées pour la restauration des écosystèmes de mangroves et de l’urgence de leur sauvegarde. De même, les analyses mettent en lumière la contribution de la mise en place d’une aire protégée et surtout de l’aire communautaire qui nécessite encore plus d’efforts et d’accompagnement pour maximiser les gains. Les écosystèmes littoraux sont cruciaux pour la fourniture des biens et services d’approvisionnement des populations riveraines et pour la protection ou l’amortissement des risques des phénomènes marins. Ainsi, l’étude met en lumière les dynamiques de lutte contre les changements globaux qui font partie des défis majeurs et qui sont relatifs à l’ensemble des modifications majeures environnementales telles que les changements climatiques, l’érosion de la biodiversité et les changements dans l’usage des terres (Dupras et Revéret, 2015).

Conclusion

37L’analyse de la dynamique des écosystèmes dans l’ACCB Bouche du Roy de 2000 à 2010, puis de 2010 à 2020, basée sur des images satellitaires, révèle deux tendances au sein des écosystèmes de mangroves. Entre 2000 et 2010, les mangroves de l’ACCB Bouche du Roy ont connu une régression de leur superficie tandis que les mosaïques de champs et jachères ainsi que les plans d’eau ont augmenté en superficie. En revanche, entre 2010 et 2020, l’étude montre que la superficie des mangroves a connu une progression. Ce qui s’explique en partie par le statut d’aire protégée dont bénéficie toute la Réserve de biosphère transfrontalière du Mono et de l’intervention de certaines institutions dans le cadre de la conservation et de la protection des mangroves. Cette gestion contribue à contrôler les pressions en particulier d’origine anthropique. Pendant cette période, les mosaïques de champs et jachères ainsi que les formations marécageuses ont également connu une régression de leur superficie. Toutefois, les agglomérations ont continué à augmenter, mais avec de faibles taux de conversion et l’intensité de changement pendant les deux périodes. L’effort de protection des mangroves observé dans la progression de leur superficie dans l’ACCB Bouche du Roy doit être pérennisé afin de conserver cet écosystème crucial pour le géosystème littoral. Ainsi, l’étude souligne la nécessité d’encourager les structures institutionnelles impliquées dans sa gestion. Dans cette perspective, des études supplémentaires seront nécessaires pour le suivi écologique de l’ACCB Bouche du Roy et pour mettre en lumière les stratégies de gestion et de protection en vue d’améliorer la conservation des écosystèmes de mangroves.

Les auteurs remercient le professeur Toko Imorou Ismaïla, ainsi que les évaluateurs anonymes et les rédacteurs de ce journal pour leur contribution à l'amélioration du manuscrit.

Haut de page

Bibliographie

Adjonou K., I.A.-K. Binadaoudou, R. Idohou, V. Salako, R. Glele-Kakaï et K. Kokou, 2019, Suivi satellitaire de la dynamique spatio-temporelle de l’occupation des terres dans la réserve de biosphère transfrontière du Mono entre le Togo et le Bénin de 1986 à 2015, dans Actes de la Conférence OSFACO : Des images satellites pour la gestion durable des territoires en Afrique, Cotonou, Benin, pp. 381-404.

Ajonina G.N., E.E. Ago, G. Amoussou, E.D. Mibog, I.D. Akambi et E. Dossa, 2014, Carbon budget as a tool for assessing mangrove forests degradation in the western, coastal wetlands complex (Ramsar Site 1017) of southern Benin, West Africa, dans Diop, S., J.-P. Barusseau, J.-P. et C. Descamps (dir.), The Land/Ocean Interactions in the Coastal Zone of West and Central Africa, Estuaries of the World, Springer International Publishing, pp. 139-149.

Aldwaik S.Z., R.G. Pontius, 2012, Intensity analysis to unify measurements of size and stationarity of land changes by interval, category, and transition, Landscape and Urban Planning, 106, pp. 103-114.

Amadou B., 2008, Réserves de biosphère en Afrique de l’ouest. Vers des modèles de développement durable, Publications de l'UNESCO, 68 p.

Andriatsiaronandroy Onjanamboara R., A.N. Taïbi, A. Davranche, A. Ballouche et F. Rejo-Fienena, 2017, Dynamique de la mangrove de la région du Sud-ouest de Madagascar face aux actions anthropiques et au changement climatique. L’exemple des formations à palétuviers. Territoires d’Afrique, pp. 41-52.

Arouna O., 2012, Cartographie et modélisation prédictive des changements spatio-temporels de la végétation dans la Commune de Djidja au Bénin : implications pour l’aménagement du territoire, Thèse de doctorat, Université d’Abomey-Calavi, Bénin, 246 p.

Arumugam M., R. Niyomugabo, F. Dahdouh-Guebas et J. Hugé, 2020, The perceptions of stakeholders on current management of mangroves in the Sine-Saloum Delta, Senegal. Estuarine, Coastal and Shelf Science, 247, pp. 106751.

Ashton E., 2010, The impact of shrimp farming on mangrove ecosystems. Cab Reviews: Perspectives in Agriculture, Veterinary Science, Nutrition and Natural Resources, 3, [En ligne] URL : https://www.cabidigitallibrary.org/doi/epdf/10.1079/PAVSNNR20083003

Aubréville A., 1957, Accord à Yangambi pour la nomenclature des types africains de végétation. Bois et Forêts des Tropiques, pp. 23-27.

Balla Dieye E.H., A. Tahirou Diaw, T. Sané et N., Ndour, 2013, Dynamique de la mangrove de l’estuaire du Saloum (Sénégal) entre 1972 et 2010. Cybergeo : European Journal of Geography, [En ligne] URL : https://journals.openedition.org/cybergeo/25671#quotation

Bassene O.A., 2016, L’évolution des mangroves de la Basse Casamance au Sud du Sénégal au cours des 60 dernières années : surexploitation des ressources, pression urbaine, et tentatives de mise en place d’une gestion durable, Thèse de doctorat, Université de Lyon, Université de Saint-Louis, Sénégal, 312 p.

Blivi A.B., 2000, Effect du barrage de Nangbeto sur l’évolution du trait de côte : une analyse previsionnelle sedimentologique, J. Rech. Sci.Univ. Bénin-Togo, 4, pp. 29-41.

Bonou C.T., E.M.C. Sahgui, S. Karimou, I. Yaya, I. Toko Imorou et J.C. Micha, 2021, Dynamique des écosystèmes de mangroves dans l’aire communautaire de conservation de la biodiversité de la Bouche du Roy au sud-ouest du Bénin. Geo-Eco-Trop, 45, pp. 711-723.

Cormier-Salem M.-C., 1999, Rivières du Sud : Sociétés et mangroves ouest-africaines, Paris, IRD, 288 p.

Da Silveira A.C.L.J., 2020, Pressions et dynamique de l’espace côtier a mangrove dans la commune de Grand-Popo, Mémoire de licence, Université d’Abomey-Calavi, Adjarra, 63 p.

Depraz S., 2008, Géographie des espaces naturels protégés, collection ”U” Série Géographie, Éditions Armand Colin, 320 p.

Diédhiou I., C. Mering O. Sy et T. Sané, 2020, Cartographier par télédétection l’occupation du sol et ses changements Application à l’analyse de la dynamique des paysages forestiers sénégambiens entre 1972 et 2016, EchoGéo, [En ligne] URL : https://journals.openedition.org/echogeo/20510

Ducrotoy J.-P., 2018, Chapitre 1. Les milieux estuariens et littoraux – des écosystèmes dynamiques. Dans : J.-P. Ducrotoy, Les milieux estuariens et littoraux : Une approche scientifique pour les préserver et les exploiter durablement, Cachan Lavoisier, pp. 1-42.

Dupras J., J.-P. Revéret, 2015, Nature et économie : un regard sur les écosystèmes du Québec. Presses de l’Université du Québec, Québec, 318 p.

Folega F., A. Rakotondrasoa, K. Wala, A. Woegan, M. Kanda, H. Pereki, A. Polo-Akpisso, K. Batawila et K. Akpagana, 2017, Écologie et dynamique spatio-temporelle des mangroves au Togo. [VertigO] La revue électronique en sciences de l’environnement, 17, 3, [En ligne] URL : http://journals.openedition.org/vertigo/18791

Francoeur M., 2009, L’élevage de la crevette : une menace pour les mangroves, mémoire de maîtrise, Université de Sherbrooke, Québec, 93 p.

Gattenlöhner U., 2021, Écosystèmes et zones humides en Francophonie Préservation, restauration et valorisation pour la survie de la biodiversité. Mot du Directeur exécutif du Global Nature Fund. Liaison Énergie-Francophonie, Institut de la francophonie pour le développement durable, p. 8-10.

Gonzalez A., 2020, Yangambi, berceau de la classification des formations végétales africaines CIFOR Forests News, [En ligne] URL : https://forestsnews.cifor.org/69444/yangambi-berceau-de-la-classification-des-formations-vegetales-africaines?fnl=en

Hounto G., S. Mouzoun et I. Yabi, 2019, Implications socio-environnementales de la dynamique d’occupation du sol des zones humides du site RAMSAR 1017, Sud-Ouest du Bénin, Afrique Science, 15, 4, pp. 317-329.

Kikpa Bio R., J. Dupras, 2023, Analysis of the Institutional Framework for the Management of Community Areas Through the Prism of Institutional Bricolage: The Case of Benin’s Bouche du Roy. International Journal of the Commons, 17, pp. 331-346.

Mazo I., 2020, Variabilité spatio-temporelle de la biomasse aérienne ligneuse et estimation du stock de carbone dans la forêt classée de Goungoun et ses terroirs riverains au Nord-Bénin, Thèse de doctorat, Université d’Abomey-Calavi, 277 p.

Ndour N., S.D. Dieng et M., Fall, 2012, Rôles des mangroves, modes et perspectives de gestion au Delta du Saloum (Sénégal). VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement. [En ligne] URL : https://journals.openedition.org/vertigo/11515

Orekan V., M. Toffi, I. Hohodji et H. Plagbeto, 2018, Dynamique spatiale des écosystèmes de mangrove dans l’arrondissement d’Avlo-Grand-Popo sur le Littoral du Bénin. International Journal of Scientific & Engineering Research, 9, pp. 487-494.

Orekan V.O.A., H. Plagbeto, E. Edea et M. Sossou, 2019, Évolution actuelle des écosystèmes de mangrove dans le littoral béninois, dans Actes de la Conférence OSFACO : Des images satellites pour la gestion durable des territoires en Afrique, Cotonou, Benin, pp. 341-356.

PAGS, 2017, Plan d’aménagement et de gestion simplifié aire communautaire de conservation de la biodiversité Bouche du Roy (2017-2021), Rapport de planification de la Reserve de biosphère transfrontalière du Mono, 32 p.

PDC, 2019, Plan de développement communale 2019 à 2023, Mairie de Grand-Popo, 254 p.

RGPH-4, 2013, Effectifs de la population des villages et quartiers de ville du Benin, Recensement Générale de la Population et de l’Habitat No. 4, Institut National de la statistique et de l’analyse économique (INSAE), Bénin.

Saleh A., 2012, Un modèle et son revers : la cogestion des réserves de biosphère de Waza et de la Bénoué dans le Nord-Cameroun, Thèse de doctorat, Université du Maine, 337 p.

Savari M., H. E. Damaneh et H. E. Damaneh, 2022. Factors involved in the degradation of mangrove forests in Iran: A mixed study for the management of this ecosystem. Journal for Nature Conservation, 66, pp. 126153.

Sinsin B., A.E. Assogbadjo, B. Tenté, T. Yo, J. Adanguidi, T. Lougbégnon, S. Ahouansou, É. Sogbohossou, E. Padonou et P. Agbani, 2018, Inventaire floristique et faunique des écosystèmes de mangroves et des zones humides côtières du Bénin, Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, et Laboratoire d’Écologie Appliquée (LEA), Université d’Abomey-Calavi, Cotonou.

Spalding M., F. Blasco et C. Field (Eds.), 1997, World Mangrove Atlas, The International Society for Mangrove Ecosystems, Éditions Okinawa, Japan, 198 p.

Teka O., L.G. Houessou, B.A. Djossa, Y., Oumorou, M., Oumorou, et B. Sinsin, 2018, Mangroves in Benin, West Africa: threats, uses, and conservation opportunities. Environment. Environment, Development, and Sustainability, 20, pp. 1-17.

Toko Mouhamadou I., 2014, Facteurs déterminants de la fragmentation des écosystèmes forestiers : cas des îlots de forêts denses sèches de la forêt classée des Monts Kouffé et de sa périphérie au Bénin, Thèse de doctorat, Université d’Abomey-Calavi, Bénin, 221 p.

Vande Velde K., J. Hugé, D.A. Friess, N. Koedam, et F. Dahdouh-Guebas, 2019, Stakeholder discourses on urban mangrove conservation and management. Ocean & Coastal Management, 178, pp. 104810.

Haut de page

Notes

1 Ce sont des sites issus de la convention relative à la protection des zones humides d’importance internationale signée en 1971 à Ramsar en Iran (Depraz, 2008).

2 Par exemple, lors du tsunami de décembre 2004 en Asie du Sud dans certaines zones où les dégâts auraient été plus importants si la force des vagues n’avait pas été absorbée par les écosystèmes de mangrove.

3 Ces AP sont issus du programme MAB (Man and Biophere) de l’Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), ayant vu le jour en 1974.

4 Le jonc est une plante herbacée à haute tige droite et flexible qui pousse près de l’eau, des marécages et qui se régénère.

5 Pour plus d'informations, voir le site d’Eco-Benin, URL : https://www.ecobenin.org/l-ile-aux-oiseaux-dans-la-reserve-la-bouche-du-roy-mise-sous-la-protection-de/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1: Localisation de l’ACCB Bouche du Roy
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42394/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Figure 2 : Composition colorée
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42394/img-2.png
Fichier image/png, 72k
Titre Figure 3 : Étapes de la classification supervisée et du post-traitement
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42394/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42394/img-4.png
Fichier image/png, 8,0k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42394/img-5.png
Fichier image/png, 3,8k
Titre Figure 4 : Carte synthétique d’occupation des terres de l’ACCB Bouche du Roy en 2000, 2010 et 2020
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42394/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Figure 5 : Taux de conversion et taux moyen annuel d’expansion spatiale des unités d’occupation des terres de l’ACCB Bouche du Roy entre 2000 et 2010
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42394/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Figure 6 : Taux de conversion et taux moyen annuel d’expansion spatiale des unités d’occupation des terres de l’ACCB Bouche du Roy entre 2010 et 2020
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42394/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Figure 8 : Vitesse de changement des unités d’occupation des terres de l’ACCB Bouche du Roy entre 2000 et 2010
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42394/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Figure 9 : Intensité de changement des unités d’occupation des terres de l’ACCB Bouche du Roy entre 2010 et 2020
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42394/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Figure 10 : Vitesse de changement des unités d’occupation des terres de l’ACCB Bouche du Roy entre 2010 et 2020
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42394/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rose Kikpa Bio, Ismaël Mazo et Jérôme Dupras, « Analyse de la dynamique d’occupation des écosystèmes littoraux de l’aire protégée communautaire la Bouche du Roy au Bénin »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 23 Numéro 3 | Décembre 2023, mis en ligne le 05 décembre 2023, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/42394 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11pd8

Haut de page

Auteurs

Rose Kikpa Bio

Département des sciences sociales appliquées, Université du Québec en Outaouais, Canada, adresse courriel : kikpabior@yahoo.fr

Ismaël Mazo

Laboratoire de Cartographie, de Télédétection et des SIG (LaCarto), Université d’Abomey-Calavi, Bénin, adresse courriel : mazoismael7@gmail.com

Jérôme Dupras

Professeur agrégé, Département des sciences naturelles, Institut des sciences de la forêt tempérée, titulaire de la chaire de recherche du Canada en économie écologique, Université du Québec en Outaouais, Canada, adresse courriel : jerome.dupras@uqo.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search