Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesLectures2024Des tiques et des hommes : chroni...

2024

Des tiques et des hommes : chronique d’une nature habitable

Maxime Depetris
Référence(s) :

Philippe Hamman et Aude Dziebowski, Des tiques et des hommes : chronique d’une nature habitable, Lormont, Le Bord de l'eau, 2023, 260 p.

Texte intégral

  • 1 L’approche des auteurs est cependant inspirée par celle de Sylvain Dernat et François Johany (Derna (...)

1Quelles sont les perceptions sociales et professionnelles des tiques ? Comment conditionnent-elles des pratiques de prévention et reflètent-elles la complexité de nos rapports à la nature ? Telles sont les questions posées par les sociologues Philippe Hamman et Aude Dziebowski dans Des tiques et des hommes, avec pour vocation de renouveler l’approche des tiques par un regard socio-environnemental1 plutôt qu’écologique ou médical. Encore trop rarement abordé en sciences sociales, ce que le chapitre 1 vise à démontrer par un état de l’art, le sujet ne l’a été que depuis une approche géographique (Méha, 2012) ou de sociologie des sciences (Massart, 2013). Mais c’est justement en les différenciant des savoirs scientifiques que les auteurs entendent analyser les perceptions sociales communes du risque : il s'agit de mettre au jour quelles expériences de la forêt et des maladies transmises par la tique modèlent ces perceptions, afin de ne pas les réduire à une simple assimilation plus ou moins complète de savoirs élaborés par des scientifiques. La publicisation politique et médiatique du problème des tiques et son caractère polémique avec la question des patients en errance médicale rendent urgente la détermination de l’écart entre savoirs, représentations et pratiques. Plutôt que d’envisager le risque et la contrainte écologiques à une échelle globale, les auteurs favorisent, par le choix de leur sujet, une approche territorialisée du risque. Ils entendent ainsi questionner les modalités concrètes de l’écologisation des pratiques et représentations, déjà repérée par Clémence Massart du côté de la médecine et de l’épidémiologie (Massart, 2013). L’enjeu de l’étude se veut donc large : les tiques, en passant d’hôte en hôte à qui elles transmettent des pathogènes (comme la bactérie Borrélia responsable de la maladie de Lyme), relient par des maladies vectorielles différents vivants et milieux, ce qui permet d’interroger « les interactions humains-milieux/société-nature » (p. 14) et de « déconstruire les visions communes d’une nature fantasmée, indépendante de l’empreinte de l’homme » (p. 10).

  • 2 L’ouvrage ne l’exploite pas mais renvoie au traitement statistique de Carole Waldvogel disponible e (...)
  • 3 Le concept d’objet-frontière, proposé par Susan Leigh Star et James R. Griesemer, sert à étudier un (...)
  • 4 La distinction entre cadrage sanitaire et socio-environnemental est un déplacement de la distinctio (...)

2Pour mener à bien leur projet (dont la méthode est exposée dans le chapitre 2), les auteurs ont conduit 28 entretiens et plusieurs phases d’observation auprès de chasseurs, gardes forestiers, agriculteurs et associations de loisirs sur le territoire de l’Argonne, « espace parmi les plus ruraux de France » (p. 37), partagé entre la Meuse, la Marne et les Ardennes, et choisi pour la diversité d’activités qu’héberge son massif forestier, objet d’un attachement local fort. Ils font vivre ces matériaux avec plus de 300 citations d’entretiens et 23 planches photographiques. Le projet a aussi donné lieu à une étude statistique à partir de questionnaires auprès de chasseurs2. L’analyse repose sur plusieurs gestes méthodologiques : « une triple entrée par les connaissances, les représentations et les pratiques » (p. 9) qui fournit son plan à l’ouvrage, le repérage d’objets-frontières3 pour rendre compte de pratiques et représentations socialement différenciées sur un espace commun, et l’analyse des formes d’un double « recadrage », repris au sein de chaque chapitre pour isoler la singularité des représentations sociales non savantes. Il s’agit d’abord du recadrage d’un savoir écologique en un savoir socio-environnemental lié à l’identité rurale et portant sur les milieux naturels et les pratiques qui leur sont associées, et deuxièmement du recadrage d’un savoir médical en un savoir sanitaire de terrain centré sur le risque de la maladie de Lyme4.

3Dans les chapitres 3 et 4 sur les représentations et les connaissances, le recadrage socio-environnemental porte la focale sur le caractère localisé du risque, perçu comme plus fort dans certains milieux, et sur sa temporalité : il est vu à la fois comme saisonnier et comme un effet dans la moyenne durée de changements écologiques influencés par des activités humaines qualifiées d’objets-frontières (régulation du grand gibier, usage de produits chimiques, activités agricoles, fréquentation touristique). Le recadrage sanitaire, lui, s’opère à la faveur d’une instabilité des savoirs dont les enquêtés sont parfois conscients : manque de formations professionnelles, circulation de fake news sur les façons de retirer une tique pour éviter l’infection, débats parmi les scientifiques sur les formes et diagnostics de la maladie de Lyme. L’idée qu’il existe des « peaux à tiques » (p. 70) est une des formes de l’hybridation entre savoirs scientifiques et expériences personnelles. La médiation par d’autres vivants est un facteur majeur de sensibilisation au risque, que ce soit par des proches souffrant de la maladie ou par des animaux de compagnie : plus exposés aux piqûres, ces « passeurs » ou « hôtes-frontière » (p. 143) rendent les effets de la maladie plus visibles pour les humains.

4Malgré le facteur socioprofessionnel de l’exposition au risque et de ses représentations, le chapitre 5 montre que la prévention se limite souvent à une responsabilisation individuelle par l’exhortation à des bonnes pratiques : port de vêtements couvrants, contrôles corporels, usage du tire-tique. L’absence d’« instances intermédiaires d’action en exemplarité » (p. 168) entraîne une déportation de la prévention : à défaut d’éviter l’activité (par exemple dans le cas où la mairie retracerait les sentiers de randonnée pour éviter certaines zones), on se protège, ou à défaut on retire rapidement la tique. La perception du risque, laissée à l’appréciation subjective, est en outre relativisée au sein de chaque activité par la concurrence avec d’autres risques, comme les scolytes et chenilles processionnaires pour les gardes forestiers.

5Le dernier chapitre, plus critique, relativise l’uniformité des recadrages en soulignant les conflits d’usage qui opposent chasseurs, agriculteurs, forestiers et randonneurs (à propos de la régulation du gibier par exemple). Ils se laissent saisir dans des arguments visant à imputer l’augmentation du risque à tel autre groupe à cause de sa gestion de l’espace commun. Chacun cherche dans la forêt les moyens d’atteindre ses propres buts : les tiques sont « un miroir des intérêts et des valeurs différents pouvant se heurter en un espace-frontière de coprésences » (p. 205). Dès lors, chaque groupe a des attentes différentes en termes de communication sur le risque en fonction de ce qu’il considère comme pertinent pour son activité ou du type d’interlocuteur qu’il trouve légitime. Mais tous se rejoignent pour émettre une réserve à l’égard d’une communication alarmiste : trop informer sur les tiques, c’est risquer d’affecter le développement touristique du territoire et « inverser l’univers de la forêt » (p. 219) en faisant d’un symbole commun un milieu hostile.

6L’ouvrage parvient à mettre au jour une double construction sociale conditionnant les perceptions communes de la forêt, du risque tiques, et les pratiques qui en découlent. D’abord, sur les rapports entre risque et action, les auteurs concluent à une « dépolitisation de l’enjeu médical » (p. 234) par le choix de la prévention individuelle malgré l’importance des facteurs socioprofessionnels dans la perception du risque. En revanche, sur les rapports entre société et nature, ils concluent à une « politisation de l’inscription socio-environnementale locale » (p. 234), marquée par la conflictualité des différents usages de ressources naturelles (chasser, extraire du bois, contempler…) suivant l’idée que « les rapports construits aux milieux valent argument de légitimation » (p. 61). Mais au sein de ces perceptions construites socialement, la distinction entre représentations et connaissances qui donne à l’ouvrage une part de son plan mériterait peut-être des approfondissements dans la mesure où ces dernières sont qualifiées de « relatives, empiriques et relationnelles » (p. 62).

7Au terme de la lecture, on peut regretter que les auteurs ne mentionnent pas plus de travaux sur des zoonoses autres que la borréliose, même si l’état de l’art tant francophone qu’anglophone sur les tiques est précis, et qu’ils n’approfondissent pas davantage à partir des observations du terrain leur compréhension de certains concepts présentés dans l’état de l’art et mobilisés dans l’analyse, comme celui d’objet-frontière et ses nombreuses déclinaisons. Ces remarques ne doivent cependant pas faire oublier la précision de l’enquête et sa richesse tant sur la question des tiques et ses enjeux politiques qu’à propos des groupes socioprofessionnels observés.

Haut de page

Bibliographie

Dernat, S., F. Johany, 2019, Tick Bite Risk as a Socio-Spatial Representation – An Exploratory Study in Massif Central, France, Land, vol. 8, n° 3, p. 1-30.

Massart, C., 2013, Les processus d’écologisation entre santé et environnement : le cas de la maladie de Lyme, thèse en sociologie, universités de Grenoble et de Liège, 422 p.

Méha, C., 2012, Forêt et risque de santé publique : le cas de la borréliose de Lyme. Application à la forêt périurbaine de Sénart (Île-de-France), thèse en géographie, université Paris-Sorbonne – Paris IV, 384 p.

Star, S. L., J. R. Griesemer, 1989, Institutional Ecology, `Translations’ and Boundary Objects: Amateurs and Professionals in Berkeley’s Museum of Vertebrate Zoology, Social Studies of Science, vol. 19, n° 3, p. 387-420.

Haut de page

Notes

1 L’approche des auteurs est cependant inspirée par celle de Sylvain Dernat et François Johany (Dernat et Johany, 2019).

2 L’ouvrage ne l’exploite pas mais renvoie au traitement statistique de Carole Waldvogel disponible en ligne : https://oscahr.unistra.fr/diaporamas/r%C3%A9sultats-pr%C3%A9liminaires-de-lenqu%C3%AAte-aupr%C3%A8s-des-chasseurs-dargonne.

3 Le concept d’objet-frontière, proposé par Susan Leigh Star et James R. Griesemer, sert à étudier un artefact cognitif (une « classification » botanique par exemple) intervenant comme opérateur de coordination entre des acteurs issus de milieux hétérogènes (Star et Griesemer, 1989). Il s’adapte aux intérêts de plusieurs groupes sans changer d’identité. Dans l’ouvrage, certaines déclinaisons de la notion (dispositif-frontière, hôte-frontière, espace-frontière) relèvent aussi d’une compréhension spatiale et écologique du terme de frontière.

4 La distinction entre cadrage sanitaire et socio-environnemental est un déplacement de la distinction de Clémence Massart en sociologie des sciences entre cadrage infectieux et vectoriel (Massart, 2013). Le terme de cadrage permet d’envisager des faits sociaux comme des photographies mettant des aspects de l’objet en avant au détriment d’autres laissés hors-champ.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Depetris, « Des tiques et des hommes : chronique d’une nature habitable »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 12 février 2024, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/42427 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.42427

Haut de page

Auteur

Maxime Depetris

Normalien, élève à l’École Normale Supérieur de Lyon, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search