Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesRegards / Terrain2024Analyse genrée de la vulnérabilit...

2024

Analyse genrée de la vulnérabilité et du mécanisme d’adaptation au changement climatique au Nord-Bénin

Janvier Egah, Elodie Dimon, Johnson M. Odou, Ezékiel Houngue et Mohamed Nasser Baco

Résumés

La faible capacité de résilience de certaines catégories sociales les rend plus vulnérables au changement climatique. Ces catégories sociales développent des mécanismes d’adaptation pour réduire leur vulnérabilité. L’étude vise à analyser la vulnérabilité des populations au changement climatique afin d’appréhender les mécanismes d’adaptation développés par les catégories sociales vulnérables au Nord-Bénin. L’âge, le sexe, les moyens et modes d’existence, les activités économiques, les évènements climatiques, les pratiques d’adaptation et leur nature, et cetera ont été collectés dans le village de Woria (Tchaourou) lors des assemblées villageoises. Ces données ont été traitées à l’aide de techniques d’analyse de discours. Des indicateurs d’exposition et d’impact ont été calculés. Les événements climatiques sont les poches de sécheresse, les vents violents, les inondations, les pluies diluviennes, les arrêts précoces et tardifs des pluies. Les terres et la biodiversité sont des systèmes naturels plus vulnérables que les plans d’eau au changement climatique. Les systèmes humains les plus sensibles aux effets néfastes du changement climatique sont l’agriculture, l’élevage et la santé humaine. La sensibilité de ces systèmes humains rend les agriculteurs, les commerçants et les éleveurs plus vulnérables au changement climatique. Les jeunes et les femmes sont plus vulnérables au changement climatique. Les mécanismes d’adaptation développés sont orientés vers la gestion du temps, la gestion du stock, les cultures, les activités non agricoles et le type de terre utilisée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’humanité tout entière fait face à des changements globaux qui appellent la communauté scientifique et de développement à des réflexions sur des approches de solution durables. Ainsi, le réchauffement et l’augmentation des risques dus aux changements climatiques mettent à l’épreuve les humains et les écosystèmes selon le sixième rapport du GIEC (GIEC, 2022). Selon Beny et al. (2022), la température pourrait connaître avant 2040 une augmentation de 1,5°C qui entraînerait des impacts généralisés, irréversibles et invasifs sur l’humanité et les écosystèmes dont l’humanité dépend. L’insécurité alimentaire s’aggravera qualitativement et quantitativement et pourrait s’amplifier par la récurrence des sécheresses sévères, des vagues de chaleur, des inondations, et cetera (Beny et al., 2022). Ces auteurs signalent que l’Afrique subsaharienne subira des conséquences plus graves et ne dispose pas de moyens de défense. La plupart des pays de la région sont plus touchés à cause de leur forte dépendance de l’agriculture pluviale et de leur pauvreté. Selon Dupar (2019), le réchauffement climatique réduit la productivité des cultures et perturbe les systèmes alimentaires. De ce fait, les populations deviennent plus vulnérables aux effets néfastes des changements climatiques. Ces populations sont, pour la plupart, les femmes et les jeunes qui sont les plus exposés car ils n’ont pas un accès facile aux facteurs de production. Ces catégories de population développent des mécanismes d’adaptation pour survivre et réduire les effets néfastes de ces changements climatiques sur leurs moyens d’existence. Il s’avère donc indispensable d’analyser la vulnérabilité des populations face au changement climatique dans une perspective de genre afin d’appréhender les mécanismes d’adaptation. Pour atteindre cet objectif, cette étude part du cas du Nord-Bénin.

2Le Bénin est un pays de l’Afrique de l’Ouest ayant une économie fortement dépendante de l’agriculture dont la contribution à la formation du Produit intérieur brut (PIB) est de 26,9 % (O'Neill, 2023). L’agriculture joue donc un rôle prépondérant dans l’économie béninoise et occupe environ 54,8 % de la population totale (DSA, 2021). Elle apporte près de 75 % des recettes d’exportation (MAEP, 2018). Bien que l’importance de cette agriculture ne soit plus à démontrer dans l’amélioration des conditions de vie et de la sécurité alimentaire des ménages, elle est très affectée par les effets du changement climatique. Totin et al. (2019) notent une baisse significative de rendement du maïs allant jusqu’à 15 % dans certaines régions du Bénin. Le changement climatique est une menace potentielle majeure pour la viabilité des ménages ruraux qui vivent principalement de l’exploitation des ressources naturelles (Kabore et al., 2019). Selon Tiwa (2017), la plus forte vulnérabilité des femmes que des hommes occasionne des conflits conjugaux dans les familles. Les femmes n’arrivent plus à produire suffisamment pour subvenir à leurs besoins. Les agriculteurs mettent en place des stratégies d’adaptation telles que les semis multiples, la modification du calendrier agricole, l’utilisation des fertilisants chimiques, l’adoption de variétés à cycle court, l’adoption des variétés améliorées et l’association culturale (Ayedegue et al., 2020 ; Adetona et al., 2019 ; Egah et al., 2019). Ils agissent donc sur ces stratégies d’adaptation pour atténuer l’effet du changement climatique sur leurs exploitations. Les femmes optent plus pour la valorisation des bas-fonds pour l’agriculture (Tiwa, 2017). Les préjugés à leur égard et leur statut défavorable induisent une forte vulnérabilité qui touche aussi les jeunes (Guengant et Maga, 2020). Les femmes n’ont pas, contrairement aux hommes, un accès facile aux facteurs de production, notamment la terre (Montanari et Bergh, 2019). Selon l’Analyse globale de la vulnérabilité et de la sécurité alimentaire, plus de ménages dirigés par les femmes (12 %) se trouvent en situation d’insécurité alimentaire que ceux dirigés par les hommes (9%) (Institut national de la statistique appliquée et de l’économie (INSAE) et PAM, 2017). La plupart des ménages dirigés par les femmes sont des ménages pauvres (26 %). Ainsi, les femmes avec leurs ménages sont fragiles et répondent très mal aux effets négatifs des changements climatiques. Au regard de tout cela, il importe de questionner la vulnérabilité des exploitations agricoles face au changement climatique dans une perspective du genre. L’objectif de cette étude est d’analyser la vulnérabilité et les mécanismes d’adaptation au changement climatique suivant le genre au Nord-Benin.

Méthodologie de l’étude

Présentation de la zone d’étude

3L’étude a été conduite dans la commune de Tchaourou, située dans le département du Borgou au Nord-Bénin. Cette commune est soumise à l’influence du climat tropical qui offre une saison sèche et une saison des pluies à ses communautés et à son environnement (Adifon et al., 2020). La commune connait six à sept mois humides au cours de l’année avec une hauteur pluviométrique variant de 900 à 1200 millimètres par an. Les moyennes pluviométriques mensuelles varient entre 4,55 millimètres et 171,59 millimètres avec une température annuelle moyenne de 26,8°C, favorisant la production des cultures à cycle long comme l’igname et le manioc. Sur le plan économique, les principales activités menées sont l’agriculture, l’élevage et la pêche. Toutefois, les femmes développent des activités maraîchères et la transformation des produits agricoles, notamment l’igname, le manioc, le soja, et cetera. Sur le plan démographique, la commune de Tchaourou compte une population de 223 138 habitants (INSAE, 2016). Elle est la plus grande commune du Bénin avec une superficie de 7 256 kilomètres carrés. Elle est subdivisée en sept (7) arrondissements, dont l’arrondissement de Tchatchou. Elle compte une multitude de groupes ethniques dont les plus dominants sont les Bariba, les Nago, les Yoruba, les Fon, les Dendi et les Peulh.

4L’étude a été réalisée dans le village de Woria, situé dans l’arrondissement de Tchatchou. Ce village a été sélectionné pour l’étude de cas compte tenu de sa forte exposition aux risques climatiques selon les entretiens réalisés avec des personnes ressources de la commune de Tchaourou. Ces personnes ressources sont les responsables communaux des services publics agricoles, les élus locaux et les responsables des projets et programmes intervenant dans la commune de Tchaourou. Le village de Woria fait limite avec le fleuve Okpara. Selon les personnes ressources rencontrées, il enregistre de nombreuses pertes en vies humaines suite à la montée du fleuve et des manifestations des chocs climatiques qui y ont été observés ces dernières années.

Unités d’investigation et d’échantillonnage

5L’unité d’investigation est constituée des ménages représentés par leurs chefs. Ils ont été choisis de façon raisonnée de manière à prendre en compte toutes les couches de la population affectée par les manifestations du changement climatique. En effet, après la prise de contact avec les autorités communales et locales, des assemblées villageoises ont été programmées en collaboration avec le conseil du village en définissant les jours, les heures et les lieux de rencontre pour la collecte de données. Ces différents rendez-vous ont été publiés dans le village pour en informer la population. Ainsi, le chef du village et ses conseillers ont identifié les personnes ressources, les représentants des jeunes, des femmes, des adultes et des personnes âgées pour participer aux différents entretiens. Selon leurs déclarations, les classes d’âge caractéristiques des enquêtés sont :

  • Les jeunes : personnes dont l’âge est inférieur à 39 ans ;

  • Les adultes : personnes dont l’âge est compris entre 40 à 60 ans ;

  • Les personnes âgées : personnes ayant au moins 61 ans.

6Deux assemblées villageoises ont été organisées. Chacune a totalisé 35 et 24 participants. Des producteurs, des commerçants, des transformateurs des pêcheurs ont pris part aux différentes assemblées villageoises. Ces participants comprenaient toutes sortes de classes d’âge et autant de femmes que d’hommes (Tableau 1).

7Les critères de choix des participants aux groupes de discussion étaient l’exercice d’une activité liée au climat, le sexe et l’âge. Le choix des participants a été fait avec le chef du village et ses conseillers, la présidente des femmes, le président des jeunes et celui des hommes. En accord avec ces derniers, un nombre égal de personnes de chaque classe d’âge a été retenu (Tableau 1).

Tableau 1. Répartition des participants selon les critères de choix

Critères de choix

Modalités

Première rencontre

Deuxième rencontre

Âge

Jeunes

12

7

Adultes

12

7

Personnes âgées

11

5

Sous total

35

24

Sexe

Hommes

18

13

Femmes

17

11

Sous total

35

24

Activités climat-sensibles

Agriculture

10

7

Élevage

10

7

Pêche

10

5

Commerce

5

5

Sous total

35

24

Méthode de collecte et d’analyse des données

8Les données ont été recueillies lors des assemblées villageoises à l’aide d’un guide d’entretien (Guest et al., 2013). Des outils d’animation des entretiens de groupe tels que les guides d’entretien, le papier Craft, les marqueurs, les pierres, et cetera ont été préparés. Les rencontres ont eu lieu sur la place publique située devant la maison du chef de village au bord de la voie qui traverse le village. Les entretiens se sont déroulés en deux phases.

9La première phase consacrée à la première assemblée villageoise visait à identifier et hiérarchiser les événements climatiques. Elle s’était déroulée en trois étapes. La première situait les participants par rapport aux objectifs de la visite et identifiait les évènements climatiques qui ont affecté les populations du village ces dernières années (de 2010 au moment de la collecte). La deuxième étape a été consacrée à la hiérarchisation des événements climatiques selon le genre. À cet effet, deux groupes de travail (un groupe pour les femmes et un second pour les hommes) ont été constitués. Ces groupes ont priorisé à l’aide de la méthode des cailloux (pierres), les événements climatiques selon les conséquences de ces événements climatiques sur les moyens d’existence et les modes d’existence. Il s’agissait d’accorder des poids (nombre de cailloux) à chaque événement climatique selon ses conséquences. Plus la conséquence était considérée comme grave par les participants, plus le nombre de cailloux était élevé. Par ailleurs, les conséquences des événements climatiques ont été recueillies au cours des débats. La troisième étape a permis de valider en plénière les résultats des travaux de groupe et de faire une analyse comparative des résultats selon le sexe.

10La seconde phase (seconde assemblée villageoise) s’est déroulée dix jours après la première rencontre en tenant compte de la disponibilité des acteurs. Elle a été consacrée à l’évaluation de la vulnérabilité des modes et des moyens d’existence et aux mécanismes d’adaptation des différentes couches aux événements climatiques. Les participants aux entretiens étaient les groupes les plus touchés par les événements climatiques majeurs identifiés au cours de la première phase. Au cours de ces entretiens à l’aide d’un guide d’entretien, les informations sur les moyens d’existence, les modes d’existence, les stratégies d’adaptation, et cetera ont été collectées. La vulnérabilité des moyens et modes d’existence a été évaluée à l’aide de la matrice de sensibilité et d’exposition. L’évaluation de la vulnérabilité a consisté à identifier les unités d’exposition et les risques climatiques les plus pertinents et à évaluer le degré de sensibilité des unités d’exposition face aux risques climatiques selon une échelle variant de 1 à 5 (ampleur faible à fort) par les populations (Aboubakar et al., 2023). L’indicateur d’exposition a été calculé pour chaque mode et moyen d’existence en tenant compte des risques climatiques évoqués par les communautés. L’indicateur d’impact a été calculé pour chaque risque climatique évoqué en tenant compte des modes d’existence et des couches sociales selon les classes d’âge.

11Les données recueillies au cours des deux visites ont été transcrites et analysées. Les analyses de discours ont été surtout utilisées pour appréhender les verbatims qui traduisaient les perceptions des populations sur les événements climatiques. Les mécanismes d’adaptation aux changements climatiques ont été analysés à l’aide de l’analyse de discours. L’analyse de discours a été perçue comme la méthode insistante sur les opinions et les expériences des différentes classes sociales dans l’environnement marqué par les changements climatiques (Paveau, 2023).

Résultats

Événements climatiques vécus et dégâts causés

12Les principaux événements climatiques vécus dans le village de Woria depuis 2010 sont les poches de sécheresse, les vents violents, les inondations, les pluies diluviennes, les arrêts précoces et tardifs des pluies.

Poches de sècheresses

13Après le démarrage tardif des pluies en mai, les populations ont déclaré avoir assisté ces dernières années à des arrêts des pluies à des périodes inhabituelles durant les mois de juin et de juillet. Ces mois qui étaient caractérisés par des précipitations abondantes ont connu des sécheresses qui ont affecté les cultures. Les cultures en stade de floraison telles que le maïs se sont fanées et ont perdu en rendement à la récolte. Selon les producteurs, le manque de pluies durant la période agit négativement sur la productivité de l’igname et déplace sa récolte. Aussi, l’arrêt momentané des pluies créait des conditions favorables aux chenilles qui attaquaient les cultures, notamment le maïs en période de croissance. L’invasion des champs par des chenilles légionnaires entre les mois de juin et de juillet a démarré depuis environ quatre ans suite à une longue poche de sécheresse. Ces chenilles foraient les tiges et détruisaient les plants de maïs. Ainsi, selon les producteurs, l’apparition des chenilles est une conséquence directe de la sécheresse.

14Par ailleurs, les participants ont déclaré avoir constaté des changements dans la fructification du cajou et du karité du fait des poches de sécheresse. Selon eux, les poches de sécheresse créent des conditions favorables aux foreurs de tige qui tuent les plantes. Elles ont modifié les périodes de floraison et de fructification des arbres de cajou et de karité qui ont lieu en pleine saison des pluies contrairement aux années antérieures. Ainsi, les fruits ou les noix ne sont plus de bonne qualité. Dans certains cas, ils ont assisté au dessèchement des arbres et à leur perte. La perception des impacts de ce phénomène varie selon l’âge des producteurs, les personnes âgées étant plus touchés que les jeunes. En effet, le rendement de plantes qui constituent des sources de revenu pour les personnes âgées en remplacement aux cultures annuelles plus vulnérables aux sécheresses a diminué selon les participants. Les pertes de karité ont par ailleurs plus affecté les femmes qui tirent leur revenu de la transformation des noix de karité en beurre de karité ou en savon.

Vents violents

15Les vents violents habituellement observés en octobre, vers la fin de saison des pluies, se produisent maintenant en août et septembre. Ils sont observés avec ou sans pluies. Selon les producteurs, les vents violents ont emporté les toitures des habitations, fait tomber des murs, déraciné des arbres, provoqué la chute des fleurs d’anacardier et engendré la verse des cultures. Les maisons perdant leurs toits ont parfois entrainé des blessés. La chute des fleurs a nui au rendement des anacardiers. La verse des cultures a engendré la cassure des tiges des cultures, la pourriture des épis de maïs et du sorgho. Parfois, les arbres déracinés ont détruit des cultures dans les champs. Les plantations de cajou ont perdu des branches. Selon les producteurs, les pauvres communément appelés en Bariba, Sanro, Matchatchi ou Bohin-bohin et les agriculteurs âgés sont les plus exposés aux conséquences des vents violents puisqu’ils dépendent plus des cultures annuelles et vivent dans des maisons précaires.

Inondations

16Les inondations surviennent dans le village de Woria suite à la montée des eaux du fleuve Okpara en août et en octobre. Suite aux pluies abondantes, le fleuve inonde les champs et emporte les récoltes. Certains produits agricoles tels que le maïs pourrissent dans l’eau et ne sont plus récupérables. Ces inondations ont rendu certaines zones impropres à l’agriculture. Les producteurs qui cultivaient ces zones sont dépossédés de leurs productions. Les plus exposés à ces inondations sont les agriculteurs ayant leurs terres proches du marigot, contraints d’y cultiver du fait qu’ils ne disposent pas d’autres terres comme en témoignent les déclarations des participants.

Pluies diluviennes

17Les pluies diluviennes sont des pluies abondantes ou torrentielles qui s’abattent sur le village pendant plusieurs heures. Elles sont souvent accompagnées de vents violents. Selon les participants, ces pluies diluviennes s’observent en août, au moment où les cultures de maïs n’en ont pas besoin. Elles engendrent l’écroulement des habitations et emportent les cultures. Selon les participants, ces pluies ont plus d’effet sur les jeunes agriculteurs et les commerçants. Les jeunes cultivent plus les cultures vivrières, notamment le maïs. Les voies de circulation sont dégradées à cause de l’érosion hydrique. Cela rend difficile la circulation des biens pour le commerce, nuisant aux commerçants qui n’arrivent plus à accéder au marché du village pendant la période.

Instabilité des périodes de démarrage et d’arrêts des pluies

18Selon les participants, ils ne maîtrisent plus les périodes exactes de démarrage et d’arrêt des pluies. Ces périodes sont devenues instables. Toutefois, ils ont déclaré que les pluies démarraient tardivement en juin au lieu d’avril ou mai et qu’elles s’arrêtaient début octobre au lieu de fin d’octobre ou novembre. Les producteurs ont déclaré de ne plus avoir de boussole pour les calendriers agricoles. Ils installent les cultures au rythme des pluies sans avoir la certitude de semer ces cultures au moment adéquat.

19Les événements climatiques n’ont pas soumis les populations au même degré de vulnérabilité. D’après les groupes de discussion selon le sexe, les événements climatiques ont été hiérarchisés en tenant compte de la gravité des dégâts causés (Tableau 2). Il en est ressorti que la perception des poches de sécheresse et des pluies diluviennes est identique quel que soit le sexe. La poche de sécheresse est l’évènement climatique ayant l’impact le plus négatif pour tous alors que les participants ont moins perçu les effets des pluies diluviennes. Toutefois, la perception des vents violents et des inondations n’a pas fait l’unanimité des deux sexes en termes de niveau de gravité. Cette différence se justifie par le fait que les femmes cultivent plus aux abords du fleuve Opkara et sont donc plus exposées aux conséquences des inondations. En revanche, les hommes subissent moins les effets néfastes des inondations car ils cultivent dans des zones de terre ferme. Ils ont plus souffert des effets des vents violents que les femmes car ce sont eux qui investissent le plus dans la construction des maisons aux toits arrachés par les vents et ils cultivent plus le maïs que les femmes. Les femmes cultivent les légumineuses et les produits maraîchers, moins vulnérables aux vents violents à cause de leur petite taille.

Tableau 2. Hiérarchisation des événements climatiques selon les dégâts causés

Évènements

Femmes

Hommes

Poche de sècheresse

1er

1er

Inondation

2ème

3ème

Vents violents

3ème

2ème

Pluies diluviennes

4ème

4ème

Démarrage tardif des pluies

5ème

5ème

Arrêt précoce des pluies

6ème

6ème

20En somme, les hommes et les femmes, les jeunes et les personnes âgées sont affectés différemment par les événements climatiques. Il est donc indispensable d’effectuer une évaluation du degré de vulnérabilité des modes et moyens d’existence.

Vulnérabilité des populations face au changement climatique

21Deux indicateurs ont été utilisés pour apprécier la vulnérabilité des ressources face au changement climatique. Il s’agit des indicateurs d’exposition et d’impact.

22En ce qui concerne les indicateurs d’exposition des systèmes naturels et humains et des modes d’existence aux événements climatiques (Figures 1, 2, 3 et 4), il ressort que :

  • les indicateurs d’exposition des terres et de la biodiversité sont plus élevés. Les terres et la biodiversité sont plus vulnérables au changement climatique que les plans d’eau selon la notation des populations.

  • les indicateurs d’exposition de l’agriculture, de l’élevage et de la santé humaine sont plus élevés que les autres. Ils sont donc plus sensibles aux effets néfastes du changement climatique.

  • les indicateurs d’exposition des agriculteurs, des commerçants et des éleveurs sont plus élevés (80%). Ils sont les plus vulnérables au changement climatique.

  • les indicateurs d’exposition des jeunes et des femmes sont plus élevés que celui des hommes. Ils sont plus vulnérables au changement climatique.

Figure 1. Indicateurs d’exposition des systèmes naturels au changement climatique

Figure 1. Indicateurs d’exposition des systèmes naturels au changement climatique

Figure 2. Indicateurs d’exposition des systèmes humains au changement climatique

Figure 2. Indicateurs d’exposition des systèmes humains au changement climatique

Figure 3. Indicateurs d’exposition des systèmes humains au changement climatique

Figure 3. Indicateurs d’exposition des systèmes humains au changement climatique

Figure 4. Indicateurs d’exposition des couches selon les classes d’âge

Figure 4. Indicateurs d’exposition des couches selon les classes d’âge

23L’analyse des indicateurs d’impact des événements climatiques a montré que les poches de sécheresses, les vents violents et les invasions de chenilles ont plus d’impact sur les modes d’existence que les autres événements climatiques car leurs indicateurs d’impacts sont plus élevés (Figures 5 et 6). En considérant les catégories selon les classes d’âge, les poches de sécheresse, les arrêts précoces des pluies et le démarrage tardif des pluies ont plus d’impact négatif que les autres événements climatiques.

24Partant des échanges avec les participants, les jeunes agriculteurs et les femmes sont exposés aux poches de sécheresse et aux pluies diluviennes. En revanche, les adultes et les hommes âgés sont plus exposés aux vents violents (Tableau 3).

Figure 5. Indicateurs d’impact des événements climatiques sur les modes d’existences

Figure 5. Indicateurs d’impact des événements climatiques sur les modes d’existences

Figure 6. Indicateurs d’impact des événements climatiques sur les couches

Figure 6. Indicateurs d’impact des événements climatiques sur les couches

Tableau 3. Personnes touchées par les événements climatiques

Evènements

Conséquences

Cibles vulnérables par ordre d’importance

Poches de sécheresse

-Pertes énormes de culture

- Famine

-Manque d’aliment pour les animaux

- Invasion des champs par les chenilles

- Modification des périodes de fructification des arbres de cajou et de karité

-Jeunes agriculteurs (vivriers)

-Femmes agricultrices

-Personnes âgées

-Adulte

-Éleveurs

Vents violents

- Pertes en vie humaines

- Destruction des maisons

- Déracinement des arbres qui brisent les cultures

-Matchatchi (maudis en français)

-Sanro (pauvre)

-Bohin-bohin (ni pauvre ni riche)

-Agriculteurs âgés

Adultes

Inondations

- Érosion des sols

- Pertes en vie humaine

Jeunes agriculteurs

Femmes

Pluies diluviennes

- Pertes des cultures.

- Érosion des sols et des voies

- Jeunes agriculteurs

- Commerçants

Mécanismes d’adaptation des populations face au changement climatique

25Les populations ont développé des mécanismes d’adaptation pour réduire leur vulnérabilité face aux événements climatiques (Tableau 4). Il s’agit de modifications des périodes de semis au rythme de l’arrivée des pluies, de l’abandon des cultures céréalières par les femmes au profit des cultures maraîchères, de la conversion temporaire vers d’autres activités, de la rationalisation de la gestion du stock de récolte, de la conservation des résidus de récolte pour le bétail, de la réduction des superficies cultivées, de la production de céréales dans les zones inondables, de l’augmentation des superficies allouées aux produits tropicaux et de l’utilisation des variétés améliorées. Toutes ces stratégies dépendent des catégories sociales et ne sont pas toujours efficaces selon les acteurs des groupes de discussion.

Tableau 4. Évènements climatiques et stratégies d’adaptation

Stratégies d’adaptation

Évènements climatiques

Cible

Poches de sécheresse

Démarrage tardif des pluies

Arrêt précoce des pluies

Modifications des périodes de semis au rythme de l’arrivée des pluies

Oui

Oui

Non

Femmes et hommes

Abandon des cultures céréalières au profit des cultures maraîchères par les femmes face aux poches de sécheresse

Oui

Non

Non

Femmes

Conversion temporaire vers d’autres activités

Non

Oui

Non

Hommes (jeunes)

Femmes

Rationalisation de la gestion du stock de l’année écoulée

Oui

Oui

Oui

Hommes

Femmes

Conservation des résidus de récolte pour le bétail

Oui

Non

Oui

Éleveurs

Réduction des superficies cultivées

Oui

Non

Non

Hommes

Femmes

Production de céréales dans les zones inondables

Non

Oui

Oui

Hommes

Augmentation des superficies allouées aux produits tropicaux

Oui

Oui

Oui

Hommes (jeunes)

Utilisation des variétés améliorées

Non

Oui

Oui

Hommes

Femmes

26Les modifications des périodes de semis au rythme de l’arrivée des pluies est une stratégie appliquée par les hommes et les femmes. L’incertitude de la période de démarrage des pluies ou de la sécheresse oblige les producteurs à modifier les périodes de semis au rythme des pluies. Certains producteurs se basent sur les expériences de l’année précédente pour définir la période de semis. Cette option n’est pas toujours efficace selon eux car les variabilités sont fortes d’une année à l’autre.

27Habituellement, les femmes cultivent les cultures céréalières sur des terres fermes dans le village. Pendant les poches de sécheresse, ces cultures se fanent. Cela nuit au rendement agricole et occasionne des coûts aux productrices. Ainsi, les femmes abandonnent les cultures céréalières pour s’adonner au maraîchage dans les zones inondables afin de disposer de l’eau nécessaire pour arroser les cultures maraîchères. Toutefois, elles sont alors sujettes aux inondations qui causent parfois des dégâts qu’elles qualifient néanmoins de moindres par rapport à ceux des cultures céréalières.

28La conversion temporaire vers d’autres activités est une stratégie plus utilisée par les jeunes hommes et les femmes. Le démarrage tardif des pluies met les producteurs dans une situation d’incertitudes économiques. Pour réduire ce risque, les femmes se convertissent au petit commerce ou à la transformation agroalimentaire alors que les hommes, surtout les jeunes, choisissent le taxi moto pour s’occuper en attendant la pluie. Cela leur permet de valoriser le temps mort et de générer des revenus. Ces activités alternatives sont indépendantes du climat et les occupaient pendant le temps d’attente des pluies.

29Les sécheresses, le démarrage tardif des pluies et l’arrêt précoce des pluies créent des incertitudes économiques et alimentaires dans les ménages agricoles. Ces derniers développent des stratégies de gestion rationnelle du stock de récolte de l’année écoulée pour faire face à la rareté des aliments l’année suivante. Les ménages réduisent la consommation alimentaire et renforcent les méthodes de stockage et de conservation. Cette rationalisation de la gestion du stock de récolte concerne aussi bien des hommes que les femmes.

30L’arrêt précoce des pluies et les poches de sécheresse amènent les éleveurs à stocker et à conserver les résidus de récolte notamment du niébé et de l’igname pour l’alimentation du bétail. Ainsi, ils disposent d’un stock alimentaire pour les animaux en cas d’assèchement des pâturages naturels.

31La réduction des superficies cultivées est une stratégie appliquée aussi bien par les hommes que les femmes. Les poches de sécheresse obligent les producteurs à se tenir prêts et disponibles à la reprise des pluies. Les producteurs réduisent leur superficie cultivée et mettent le reste des terres en métayage. La résistance des cultures aux pluies diluviennes exige certaines pratiques de gestion des terres telles que les billons perpendiculaires à la pente, la culture sur billons, et cetera, qui prennent de temps. À cet effet, les producteurs réduisent les superficies pour apporter plus de soin à leurs cultures et réduire les effets des pluies diluviennes.

32Le démarrage tardif des pluies et les sécheresses obligent certains producteurs à produire les céréales dans les zones inondables. Cette stratégie les met à l’abri des conséquences néfastes de ces événements climatiques. Elle offre à ces producteurs, qui sont essentiellement des hommes, l’avantage de produire précocement pour subvenir à leurs besoins alimentaires et à ceux de leur ménage. Toutefois, les producteurs sont ainsi plus exposés aux inondations.

33L’augmentation des superficies allouées aux produits tropicaux est une stratégie pratiquée par les jeunes hommes. Les conséquences des événements climatiques sont plus sévères sur les cultures annuelles que sur les cultures pérennes telles que le cajou. Ainsi, les producteurs, surtout les jeunes et les hommes âgés, augmentent les superficies allouées à la culture de cajou au détriment des cultures annuelles. Le cajou est une culture d’exportation qui génère un revenu important aux producteurs. Mais ces derniers font alors souvent face aux difficultés alimentaires.

34Enfin, l’utilisation des variétés améliorées est une stratégie aussi bien utilisée par les hommes que par les femmes, et consiste en un recours à des variétés améliorées à cycle court pour réduire les effets néfastes du démarrage tardif et de l’arrêt précoce des pluies. Toutefois, ces variétés améliorées, souvent fournies par la cellule communale de l’Agence territoriale de développement agricole (ATDA), ne sont pas toujours disponibles à temps.

35Au vu de ce qui précède, les stratégies d’adaptation face aux évènements climatiques se construisent selon cinq principaux critères : le temps, le stock, le choix des cultures, la conversion vers des activités peu dépendantes du climat et les types de sol (Tableau 5). Les producteurs combinent les stratégies d’adaptation pour la gestion intelligente de leurs exploitations face au changement climatique.

Tableau 5. Typologie des stratégies d’adaptation

Types de stratégies

Stratégies

Stratégies orientées vers le temps

Modifications des périodes de semis au rythme de l’arrivée des pluies

Stratégies vers la gestion du stock

Rationalisation de la gestion du stock de récolte l’année écoulée

Stratégies orientées vers les cultures

Conservation des résidus de récolte pour le bétail

L’abandon des cultures céréalières au profit des cultures maraîchères par les femmes face aux poches de sécheresse

Stratégies axées sur les activités non agricoles

Conversion temporaire vers d’autres activités

Stratégies orientées le type de terre utilisée

Production de céréales dans les zones inondables

Discussion

36Les producteurs du Nord Bénin perçoivent le changement climatique de diverses manières. Les résultats de notre étude montrent que les inondations, les pluies diluviennes, les vents violents et les poches de sècheresses sont les principaux événements climatiques que les populations de Woria ont vécus depuis 2010 en raison du changement climatique. Adetona et al. (2019) ont confirmé une variabilité interannuelle des données climatiques dans la commune de Tchaourou en montrant une augmentation des précipitations de 1,05 millimètre par an de 1986 à 2015. Ils ont révélé d’une part, des anomalies négatives qui varient entre -0,17 et -2,09 millimètres par an entre les années en termes de degrés d’humidité et d’autre part, de la baisse du nombre d’années humides de 0,33 à +1,64 millimètre par an. Ces variabilités traduisent les poches de sécheresse et les inondations constatées par les producteurs durant la période. Aussi, les résultats de l’étude confirment ceux de Gomgnimbou et al. (2020) qui révèlent des perceptions telles que l’augmentation des poches de sécheresse, la modification des régimes des vents et les inondations observées par les producteurs de riz de bas fond dans le plateau central du Burkina Faso. L’ étude de Dossou-Yovo (2017) a montré que les producteurs du bassin de l’Okpara observent un décalage de la saison des pluies, un raccourcissement de la durée des saisons des pluies, une diminution des hauteurs pluviométriques et du nombre de jours de pluies ainsi qu’une augmentation des températures. Ces observations sont dans les mêmes ordres de perception que les résultats de notre étude. De même, grâce à une étude réalisée auprès des riziculteurs au Nord et au Centre Bénin, il est remarqué que les producteurs perçoivent le changement climatique à travers le retard dans le démarrage des pluies suivi d’inondations, d’une mauvaise répartition des pluies, des poches de sècheresse, de la précocité dans le démarrage des pluies au cours des dix dernières années et de l’arrêt précoce des pluies (Ayedegue et al., 2020). A Malanville, une commune située au Nord extrême du Bénin, la chaleur excessive et les poches de sécheresse sont les événements qui ont marqué le plus les producteurs d’oignon (Aboubakar et al., 2023). Ces auteurs ont révélé également que les producteurs, toutes catégories confondues, sont plus vulnérables que les autres modes d’existence tels que les commerçants.

37Ces évènements climatiques ont contraint les producteurs de Woria à développer des stratégies d’adaptation pour réduire leur exposition et leur vulnérabilité. Ces stratégies d’adaptation sont relatives aux modifications des périodes de semis au rythme de l’arrivée des pluies, à l’abandon des cultures céréalières au profit des cultures maraîchères face aux poches de sécheresse, la conversion temporaire vers d’autres activités, la rationalisation de la gestion du stock de récolte, la conservation des résidus de récolte pour le bétail, la réduction des superficies cultivées, la production de céréales dans les zones inondables, l’augmentation des superficies allouées aux produits tropicaux et l’utilisation des variétés améliorées. Ces stratégies montrent certaines particularités qui caractérisent les populations de Woria comparativement aux producteurs d’ailleurs. À titre illustratif, Yegbemey et al. (2020) ont révélé qu’au Nord Bénin et au Sud Niger les producteurs pratiquent la diversification culturale, l’ajustement du calendrier cultural, les stratégies d’utilisation des terres et les prières avec des rituels traditionnels. La majorité des producteurs au Nord Bénin ont recours à la pratique de la jachère, à l’adoption de variétés à cycle moyen, à la production sur différents sites de production, à la culture des variétés à cycle court, aux labours et aux semis précoces, à la diversification vers les cultures jugées plus résilientes, aux semis échelonnés et à l’augmentation de la dose d’application d’engrais chimiques (Ayedegue et al., 2021). Ces résultats sont du même ordre que ceux de notre étude qui montrent que les modifications des périodes de semis au rythme de l’arrivée des pluies, l’abandon des cultures céréalières au profit des cultures maraîchères par les femmes face aux poches de sécheresse, la conversion temporaire vers d’autres activités, la rationalisation de la gestion du stock de récolte l’année écoulée, la conservation des résidus de récolte pour le bétail, la réduction des superficies cultivées, la production de céréales dans les zones inondables, l’augmentation des superficies allouées aux produits tropicaux et l’utilisation des variétés améliorées sont les stratégies utilisées par les producteurs de Woria. Il faut noter que les études qui corroborent nos résultats n’ont pas fait une analyse suivant toutes les catégories de population et tous les types d’activités en lien avec l’agriculture en milieu rural, ce qui n’a pas permis de discuter certaines méthodes d’adaptation adoptées prioritairement par les femmes lors de notre étude. De plus, il a été constaté que les jeunes agriculteurs et les femmes sont plus vulnérables aux poches de sécheresse et aux pluies diluviennes alors que les adultes et les hommes plus âgés sont plus vulnérables aux conséquences des vents violents.

38En définitive, les stratégies d’adaptation sont fondées sur les événements climatiques auxquels les producteurs font face. Mais, ces derniers font appel à leurs connaissances de gestion de temps, de l’espace, des stocks et des pratiques pour mieux répondre aux chocs et atténuer les effets sur leurs conditions de vie. Toutefois, bien que ces pratiques soient combinées dans leur mise en œuvre par les producteurs, leur efficacité selon le genre reste et demeure une préoccupation scientifique pour mieux orienter le choix des producteurs.

Conclusion

39Les enjeux liés aux changements climatiques soumettent les catégories sociales à des événements climatiques violents, notamment les poches de sécheresse, les vents violents, les inondations, les pluies diluviennes, les arrêts précoces et tardifs des pluies. Les poches de sécheresse, les arrêts précoces des pluies et le démarrage tardif des pluies ont plus d’impact négatif que les autres événements climatiques. Les jeunes agriculteurs et les femmes sont exposés aux poches de sécheresse et aux pluies diluviennes. Les adultes et hommes âgés sont plus vulnérables aux vents violents. Les mécanismes d’adaptation développés sont les modifications des périodes de semis au rythme de l’arrivée des pluies, l’abandon des cultures céréalières au profit des cultures maraîchères par les femmes, la conversion temporaire vers d’autres activités, la rationalisation de la gestion du stock de récolte, la conservation des résidus de récolte pour le bétail, la réduction des superficies cultivées, la production de céréales dans les zones inondables, l’augmentation des superficies allouées aux produits tropicaux et l’utilisation des variétés améliorées. Il importe donc que des actions axées sur les catégories vulnérables soient entreprises pour renforcer la résilience et la capacité d’adaptation de ces couches face au changement climatique.

Nous remercions AWARD (African Women in Agricultural Research and Development) pour son appui à ce travail dans le cadre du programme One Planet Fellowship.

Haut de page

Bibliographie

Aboubakar, Z., J. Oloukoï, P. Ouassa et I. Yabi, 2023, Vulnerability of onion production and producer adaptation strategies to climate change in the municipality of Malanville in North-east Benin, African Scientific Journal, 3, 19, pp. 190 – 222.

Adetona, L., J. Vodounou et F. Gbadamassi, 2019, Stratégies d’adaptation au changement climatique et sécurité alimentaire dans la commune de Tchaourou (Bénin), 32e Colloque International de l’AIC sur Le Changement Climatique, la variabilité et les risques climatiques, Thessaloniki, Grèce, 29 mai au 1 juin 2019, pp. 25-30.

Adifon, F. H., G. Atindogbé, D. O. Bello, I. Balogoun, I. Yabi, J. Dossou, L. Ahoton et A. Saïdou, 2020, Effect of climate variability on yams (Dioscorea spp.) production in Central and Northern Benin, American Journal of Climate Change, 9, pp. 423–440.

Ayedegue, L. U., K. Issaka et J. A. Yabi, 2020, Typologie et déterminants des stratégies d’adaptation aux changements climatiques en riziculture au nord et centre du Bénin, European Scientific Journal, 16, pp. 206–234.

Ayedegue, O. I., J. A. Yabi et P. Y. Adégbola, 2021, Analyse des paquets d’adaptation au changement climatique au Nord Est du Bénin, Afrique Science, 19, 4, pp. 62-77.

Beny, F., S. Canas, M. Chavanne, D. Deutsch, L. Persoz et A. Tuel, 2022, Synthèse du rapport AR6 du GIEC : Synthèse vulgarisée du résumé aux décideurs du groupe de travail II de l’AR6, The Shifters, [En ligne], URL : https://theshiftproject.org/article/climat-synthese-vulgarisee-6eme-rapport-giec/

Dupar, M., 2019, Le Rapport spécial du GIEC sur le changement climatique et les terres émergées : Quels impacts pour l’Afrique ?, Climate and Development Knowledge Network, Overseas Development Institute et SouthSouthNorth, Cape Town, [En ligne], URL : https://cdkn.org/sites/default/files/files/IPCC-Land_Africa_French_WEB_7Apr2020.pdf

Dossou-Yovo, E. R., L. Sintondji, M. K. Savi, A. B. P. Chabi, D. Akogou et E. Agbossou, 2017, Perceptions des populations du bassin de l’Okpara à Kaboua des changements climatiques et stratégies d’adaptation, African Journal of Rural Development, 2, pp. 417–442.

DSA (Direction de la Statistique Agricole), 2021, Que retenir du Recensement National de l'Agriculture, [En ligne], URL : https://instad.bj/images/docs/insae-statistiques/enquetes-recensements/RNA/Resultats-Module-base/Indicateurs%20synth%C3%A9tiques%20sur%20l%E2%80%99agriculture%20b%C3%A9ninoise1.pdf

Egah, J., M. N. Baco et I. M. Moumouni, 2019, La biodiversité de l’igname survit-elle encore dans un contexte de changement climatique au Nord-Bénin, dans : M. Behnassi, O. Barrière, J. Stoessel-Ritz, F. Arib, C. Prévil, Les systèmes socio-écologiques en Afrique du Nord et de l’Ouest face au changement global : Gouvernance, adaptation, viabilité et resilience, CERES Publishing, 1ère Édition, Rabat, Maroc, pp. 292- 312.

GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), 2022, Summary for Policymakers. Climate Change 2022: Impacts, Adaptation and Vulnerability. Contribution of Working Group II to the Sixth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Cambridge University Press, Cambridge, United Kingdom et New York, États-Unis, [En ligne], URL : https://www.cambridge.org/core/books/climate-change-2022-impacts-adaptation-and-vulnerability/summary-for-policymakers/016527EADEE2178406C4A7CE7DEAEACA

Gomgnimbou, A. P. K., A. Sanon, A. A. Bandaogo, A. Batieno et H. B. Nacro, 2020, Perceptions paysannes du changement climatique et stratégies d’adaptation en riziculture pluviale de bas fond dans la région du plateau central du Burkina Faso, Journal de la Recherche Scientifique de l’Université de Lomé, 22, pp. 81–95.

Guengant, J. P., H. I. Maga, 2020, Afrique subsaharienne : dynamiques démographiques et enjeux de développement, Cités, 2, pp. 57-70.

Guest, G., E. E. Namey et M. L. Mitchell, 2013, Collecting Qualitative Data: A Field Manual for Applied Research, SAGE Publications Inc., 376 p.

INSAE (Institut national de la statistique et de la démographie), 2016, Quatrième Recensement Général de la Population et de l’Habitat, 85 p.

INSAE (Institut national de la statistique et de la démographie), PAM (Programme Alimentaire Mondial)., 2017, Analyse Globale de la Vulnérabilité, de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle, 173 p.

Kabore, P., B. Barbier, P. Ouoba, A. Kiema, L. Some et A. Ouedraogo, 2019, Perceptions du changement climatique, impacts environnementaux et stratégies endogènes d’adaptation par les producteurs du Centre-nord du Burkina Faso, VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, 19, 1, [En ligne], URL : http://journals.openedition.org/vertigo/24637

MAEP (ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche), 2018, Stratégie Nationale du Conseil Agricole, 92 p.

Montanari, B., S. I. Bergh, 2019, Une analyse genrée des activités génératrices de revenus (AGR) dans le cadre du Plan Maroc vert : à qui profite-t-il ?, Maghreb-Machrek, 242, pp. 49-66

O'Neill, A., 2023, Share of economic sectors in gross domestic product (GDP) in Benin 2020, Statista, [En ligne], URL: https://www.statista.com/statistics/795081/share-of-economic-sectors-in-the-gdp-in-benin/

Paveau, M-A., 2023, Une analyse du discours contre-hégémonique. Intersectionnalité critique et pluriversalité décoloniale, Langage et Société, 178, pp. 161- 190.

Tiwa, D. F. A., 2017, Changement climatique et conflits de genre dans l’agriculture paysanne dans l’Ouest Cameroun : cas de Batcham, VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, 17, 3, [En ligne], URL : https://journals.openedition.org/vertigo/18803

Labitan, C., E. Totin, A. Segnon et S. D’haen, 2019, Benin: scientific knowledge on impact, vulnerability and adaptation to climate change (in French), Climate Analytics, [En ligne], URL : https://climateanalytics.org/publications/benin-scientific-knowledge-on-impact-vulnerability-and-adaptation-to-climate-change-in-french

Yegbemey, R. N., S. E. Imorou, D. G. B. Aïhounton, J. A. Yabi, T. A. Kinkpe et M. Atchikpa, 2020, Déterminants de l’adaptation des agriculteurs aux changements climatiques dans les zones du Nord Bénin et du Sud Niger, Annales de l’Université de Parakou-Série Sciences Naturelles et Agronomie, 10, pp. 31–42.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Indicateurs d’exposition des systèmes naturels au changement climatique
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42852/img-1.png
Fichier image/png, 66k
Titre Figure 2. Indicateurs d’exposition des systèmes humains au changement climatique
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42852/img-2.png
Fichier image/png, 94k
Titre Figure 3. Indicateurs d’exposition des systèmes humains au changement climatique
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42852/img-3.png
Fichier image/png, 120k
Titre Figure 4. Indicateurs d’exposition des couches selon les classes d’âge
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42852/img-4.png
Fichier image/png, 68k
Titre Figure 5. Indicateurs d’impact des événements climatiques sur les modes d’existences
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42852/img-5.png
Fichier image/png, 35k
Titre Figure 6. Indicateurs d’impact des événements climatiques sur les couches
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42852/img-6.png
Fichier image/png, 78k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Janvier Egah, Elodie Dimon, Johnson M. Odou, Ezékiel Houngue et Mohamed Nasser Baco, « Analyse genrée de la vulnérabilité et du mécanisme d’adaptation au changement climatique au Nord-Bénin »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 12 avril 2024, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/42852 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.42852

Haut de page

Auteurs

Janvier Egah

Enseignant-chercheur, Laboratoire Société-Environnement (LaSEn), Faculté d’Agronomie, Université de Parakou, Bénin, adresse courriel : egahjanvier@gmail.com

Articles du même auteur

Elodie Dimon

Chercheure, Faculté d’Agronomie, Université de Parakou, Bénin, adresse courriel : dimelodie@gmail.com

Johnson M. Odou

Assistant de recherche, Laboratoire Société-Environnement (LaSEn), Faculté d’Agronomie, Université de Parakou, Bénin, adresse courriel : johnsonodoup21@gmail.com

Ezékiel Houngue

Assistant de recherche, Laboratoire Société-Environnement (LaSEn), Faculté d’Agronomie, Université de Parakou, Bénin, adresse courriel : ezekielmichaelhoungue@gmail.com

Mohamed Nasser Baco

Enseignant-chercheur, Laboratoire Société-Environnement (LaSEn), Faculté d’Agronomie, Université de Parakou, Bénin, adresse courriel : nasserbaco@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search