Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesRegards / Terrain2024Analyse des facteurs de dégradati...

2024

Analyse des facteurs de dégradation des ressources halieutiques du lac de Buyo dans la Réserve de biosphère Taï en Côte d'Ivoire

Kouadio Juslin Hervé Koigny, Abdoulaye Diarrassouba, Martin Yelkouni et Djeyao Roy Hartman Assie

Résumés

Le lac de Buyo en Côte d’Ivoire est un réservoir d’eau artificiel créé suite à la construction du barrage hydroélectrique de Buyo en 1981. Ce lac est exploité pour la production d’électricité et permet également aux populations locales de pratiquer la pêche. Malgré son importance socio-économique, le lac de Buyo est soumis à de nombreuses pressions anthropiques qui dégradent ses ressources halieutiques. En effet, ce plan d’eau est exploité par les communautés riveraines pour des activités de pêche. Le développement de ces activités s’est accompagné de l’installation de campements de pêcheurs sur les berges du lac, notamment à l’intérieur de la Réserve partielle de faune du N’zo contiguë au parc national de Taï (OIPR, 2006). Ces activités de pêche sont pratiquées en violation de la réglementation sur la pêche dans les eaux continentales en Côte d’Ivoire. Les sites de frayères, pour la plupart localisés à l’intérieur des limites de la Réserve du N’zo, ne sont pas épargnés et la ressource halieutique se fait de plus en plus rare (OIPR, 2014). La présente étude vise à analyser les facteurs impliqués dans la dégradation des ressources halieutiques du lac Buyo. L’approche méthodologique a consisté à réaliser des entretiens avec les différents acteurs de la gestion du lac de Buyo et à faire des observations directes sur le lac. Les résultats ont montré que les principales causes de la dégradation des ressources halieutiques sont liées aux mauvaises pratiques de pêche, à la mise en service du barrage hydroélectrique de Soubré en 2017 et au faible niveau d’application de la loi n°2016-554 du 26 juillet 2016 relative à la pêche et à l’aquaculture en Côte d’Ivoire, par les services de pêche. Le grand nombre de pêcheurs sur le lac, les conflits entre pêcheurs, la coupe des troncs d’arbres présents dans le lac et la diminution des précipitations sont également des causes relevées par les acteurs de la pêche. Ces activités humaines entraînent une diminution des produits de la pêche, une réduction de la taille des poissons, la disparition de certaines espèces de poissons et une augmentation de l’effort de pêche.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La nécessité d’harmoniser le mode de gestion du Parc national de Taï et de la Réserve de faune du N (...)

1La Réserve partielle de faune du N’Zo et le parc national de Taï constituent le plus grand bloc de forêt tropicale primaire sous statut de stricte protection en Afrique de l’Ouest appelé « Parc national de Taï1 ». Ce complexe représente plus de 50 % des zones forestières ouest-africaines avec une superficie de 5360 kilomètres carrés (OIPR, 2014). En raison de cette valeur universelle exceptionnelle, ce massif forestier a été inscrit sur la liste du réseau international des réserves de biosphère dans le cadre du programme Man and Biosphere de l’UNESCO en 1978 et sur la liste du patrimoine mondial en 1982. La Réserve partielle de faune du N’zo est une composante de la zone tampon de la Réserve de biosphère de Taï comprenant une zone forestière et un plan d’eau d’une superficie de 8 400 hectares (OIPR, 2020). Ce plan d’eau consécutif à la mise en eau du barrage hydro-électrique de Buyo en 1981 est exploité par les communautés riveraines pour des activités de pêche. Le développement de ces activités s’est accompagné de l’installation de campements de pêcheurs sur les berges du lac, notamment à l’intérieur de la Réserve partielle de faune du N’zo (OIPR, 2006). Cependant, ces activités de pêche ne sont pas pratiquées conformément aux dispositions légales en vigueur et aux normes de gestion durable des ressources halieutiques. Selon Grell et al. (2013), le volume et la taille des prises dans le lac de Buyo sont en baisse en raison de la gestion non durable de la pêche. Berger et al. (2015) soulignent également que le lac se trouve dans un contexte de surexploitation. Les sites de frayères, pour la plupart localisés à l’intérieur des limites de la réserve, ne sont pas épargnés et la ressource halieutique se fait de plus en plus rare (OIPR, 2014). L’épuisement de ces ressources halieutiques par les pratiques de pêche constitue une réelle menace pour la conservation de la Réserve de faune du N’zo, si aucune action n’est menée pour la gestion durable des ressources du lac. Les pêcheurs peuvent alors s’en prendre aux autres valeurs de conservation de la Réserve de faune du N’zo afin de subvenir à leurs besoins primaires. Cela peut être une entrave à l’atteinte de l’objectif stratégique 1 du programme Man and Biosphere (MAB) pour la période 2015 – 2025 qui est de « préserver la biodiversité, restaurer et améliorer les services écosystémiques, et favoriser l’utilisation durable des ressources naturelles » (UNESCO, 2017). La gestion durable des ressources halieutiques du lac de Buyo est donc un enjeu capital pour la préservation des valeurs de la Réserve de biosphère de Taï. La diminution des ressources halieutiques dans le lac de Buyo observée ces dix dernières années suscite l’interrogation suivante : quels sont les facteurs de la dégradation des ressources halieutiques du lac de Buyo ? La présente étude vise à identifier les causes de la dégradation des ressources halieutiques du lac de Buyo et les conséquences écologiques et sociales qui en découlent. La revue de littérature sur cette problématique, notamment sur les causes de la dégradation des ressources halieutiques a permis de formuler l’hypothèse de recherche suivante : les mauvaises pratiques de pêche diminuent le stock de la ressource halieutique du lac de Buyo.

Approche méthodologique

Matériel technique

2Plusieurs outils ont été utilisés pour la collecte des données dans la zone d’étude. Ce sont : une tablette numérique, un appareil photo numérique, un questionnaire, des guides d’entretien, un bloc-notes et une pirogue à moteur.

3Le questionnaire et les guides d’entretien ont été intégrés dans la tablette numérique à l’aide de l’application mobile de collecte de données KoBocollect. L’avantage de cette application est qu’elle permet de créer un formulaire d’enquête à partir d’un serveur en ligne Kobotoolbox. Le formulaire est intégré directement dans la tablette pour servir directement de support de collecte de données sur le terrain en lieu et place des fiches de collecte. La pirogue a servi de moyen de déplacement d’un campement à un autre sur le plan d’eau du lac.

Zone d’étude

4L’étude a été conduite sur le lac de Buyo dans la Réserve partielle de faune du N’zo, faisant partie de la zone tampon de la Réserve de biosphère Taï. Dans cette zone d’étude, trois sites ont été choisis pour la collecte de données. Il s’agit des campements de pêcheurs : PK15, PK28 et Derra. Les campements PK15 et PK28 sont situés à l’intérieur de la Réserve du N’zo, tandis que le campement Derra se situe à l’extérieur de l’aire protégée (figure 1).

Figure 1. Localisation de la zone d’étude

Figure 1. Localisation de la zone d’étude

Échantillonnage et collecte de données

5Pour déterminer l’effort d’échantillonnage par rapport au nombre de pêcheurs à interroger dans la zone d’étude, des données secondaires ont été collectées auprès du service de pêche du ministère des Ressources animales et halieutiques (MIRAH) du lac de Buyo.

6Les données secondaires sont relatives aux données collectées auprès du service de pêche du ministère des Ressources animales et halieutiques du lac de Buyo. Ces données concernent le nombre de pêcheurs dans chacun des trois campements de la zone d’étude tel que présenté dans le tableau 1. Ces trois campements que sont PK15, PK18 et Derra comptent respectivement 40, 60 et 36 pêcheurs (MIRAH, 2021). Bien que Derra soit situé hors des limites de la Réserve de faune du N’zo, les pêcheurs de ce campement pratiquent également des activités de pêche sur le plan d’eau de la Réserve partielle de faune du N’zo. Sur ces trois sites, 109 pêcheurs ont été interviewés correspondant à un taux d’échantillonnage de 80 % (tableau 1).

Tableau 1. Nombre de pêcheurs dans la zone d'étude

Site de collecte

Pêcheurs professionnels

Aides pêcheurs

Nombre total de pêcheurs

Nombre de pêcheurs interviewés

Taux d’échantillonnage

PK15

15

25

40

40

100%

PK28

18

42

60

25

75%

DERRA

5

31

36

24

66%

Total

38

98

136

109

80%

Service de pêche du Ministère des ressources animales et halieutiques (MIRAH), 2021.

7Ces données ont été collectées à travers des entretiens individuels du 17 avril au 12 juin 2021 auprès des différentes parties prenantes de la gestion du lac de Buyo. Des observations directes ont également été effectuées sur le lac afin d’identifier des pratiques des pêcheurs et l’état de dégradation du lac de Buyo.

8Ces entretiens se sont déroulés en deux étapes. La première étape a consisté à échanger avec les pêcheurs dans les trois campements. La seconde a consisté à s’entretenir avec les acteurs institutionnels qui ont un intérêt dans la gestion des ressources halieutiques du lac de Buyo.

9La collecte de données auprès des pêcheurs s’est réalisée à travers des entretiens directifs et semi-directifs, suivant une approche qualitative à l’aide d’un questionnaire. La technique d’échantillonnage de commodité a été utilisée pour la collecte des données dans chaque campement de pêcheurs. Les entretiens ont porté sur les pratiques de pêche, la perception de l’évolution des ressources halieutiques, les causes de la dégradation des ressources halieutiques du lac et les conséquences écologiques et sociales qui en découlent (tableau 2).

Tableau 2. Types de données collectées auprès des pêcheurs du lac

Variables

Valeurs

Nature de la variable

Perception de l’évolution des ressources halieutiques

- diminue

- augmente

- constante

Qualitative nominale

Causes de la diminution des ressources

Réponse du pêcheur

Qualitative nominale

Conséquences de la diminution des ressources halieutiques

- baisse de la quantité des captures

- réduction de la taille des captures

- disparition de certaines espèces de poisson

Qualitative nominale

Outils de pêche utilisés

Réponse du pêcheur

Qualitative nominale

Connaissance des outils non réglementaires

- oui

- non

Qualitative nominale

Activités alternatives

- oui

- non

Qualitative nominale

10Les données collectées auprès des acteurs institutionnels ont été obtenues par des entretiens semi-directifs à l’aide d’un guide d’entretien. Ce guide a été adapté à chacune des parties prenantes de la gestion du lac de Buyo (figure 2).

Figure 2. Différents acteurs intervenants dans la gestion du lac de Buyo

Figure 2. Différents acteurs intervenants dans la gestion du lac de Buyo

11Au sein de chacune de ces institutions, un entretien a été réalisé avec un responsable ou un chef de service ayant une connaissance avérée du sujet relatif aux activités de l’institution sur le lac (tableau 3).

Tableau 3. Acteurs interviewés au sein de chaque institution

  • 2 Nom de lieu signifiant : Atelier De Kanhankro / Village 6 (ADK/V6).

Institution

Personne interrogée

Fonction occupée

Office ivoirien des parcs et réserves (OIPR)

Djeyao Roy Hartman ASSIE

Chef secteur ADK / V62

Ministère des ressources animales et halieutiques (MIRAH)

Beman KAMAGATE

Chef de service poste d’élevage et des ressources halieutique de Buyo

Ministère des eaux et forêts (MINEF)

Kouamé Bertin KOUADIO

Directeur départemental des eaux et forêts de Buyo

Ministère de l’agriculture et du développement rural (MINADER)

Décadem KOULA

Directeur départemental du ministère de l’agriculture à Buyo

Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE)

Kevin OBOUMOU

Directeur de l’usine de production de l’électricité de Buyo

12Ces différents entretiens ont porté sur les thématiques liées à la connaissance des causes, des conséquences écologiques et sociales de la dégradation des ressources halieutiques du lac. Les actions menées dans la gestion du lac et les mesures prises par chacune de ces institutions pour faire face au problème de la diminution des ressources halieutiques ont également été évoquées lors de ces entretiens.

13L’analyse des données s’est effectuée à travers la statistique descriptive. Elle a permis de présenter les données à travers des représentations graphiques : camembert et graphique en bande. Pour chacune de ces variables qualitatives, la description des données a permis de présenter la fréquence relative des différentes modalités. L’analyse des données a été réalisée avec le logiciel de statistique SPSS.

Résultats

État de la disponibilité des ressources halieutiques dans le lac de Buyo

14Les résultats présentés à la figure 3 indiquent que 92,66 % des pêcheurs interviewés reconnaissent une baisse de la ressource halieutique dans le lac de Buyo. Par contre, 1,83 % des pêcheurs témoignent de l’augmentation de la ressource halieutique et 5,50 % affirment que la ressource est restée constante (figure 3).

Figure 3. Perception des 109 pêcheurs interrogés sur l’évolution des ressources halieutiques du lac de Buyo

Figure 3. Perception des 109 pêcheurs interrogés sur l’évolution des ressources halieutiques du lac de Buyo

Causes de la dégradation des ressources halieutiques

Selon les pêcheurs

15La figure 4 présente la perception des pêcheurs sur les causes de la dégradation des ressources halieutiques du lac de Buyo. Plusieurs raisons sont à l’origine de la baisse des ressources halieutiques du lac de Buyo. La dégradation des ressources halieutiques dans le lac de Buyo est principalement liée à la mise en service du barrage hydroélectrique de Soubré en 2017 (pour 56,67 % des pêcheurs), les mauvaises pratiques de pêche (20,83 %) en raison de l’utilisation d’outils non réglementaires et techniques prohibées par les pêcheurs. Ensuite, le nombre important de pêcheurs sur le lac (15,83 %) constitue une pression sur la gestion durable des ressources halieutiques. D’une année à l’autre, les pêcheurs ne sont pas soumis à un système de contrôle afin de réguler leurs effectifs sur le lac de Buyo, si bien que des aides-pêcheurs deviennent par la suite des pêcheurs professionnels sans aucun permis de pêche.

Figure 4. Perception des causes de la dégradation des ressources halieutiques du lac de Buyo selon les 109 pêcheurs interrogés

Figure 4. Perception des causes de la dégradation des ressources halieutiques du lac de Buyo selon les 109 pêcheurs interrogés

16En outre, 2,50 % des pécheurs interrogés ont souligné les conflits entre pêcheurs. L’utilisation des outils et techniques de pêche prohibés est à l’origine des conflits entre pêcheurs. En effet, face à une ressource qui se raréfie, certains pêcheurs n’hésitent pas à employer des techniques prohibées, sous le regard d’autres pêcheurs utilisant plus ou moins des outils réglementaires. Ces intérêts divergents créent un sentiment d’injustice et des tensions entre pêcheurs. Les coupes de bois morts présents dans le lac ont été signalées par 1,67 % des pêcheurs comme l’une des causes de la dégradation des ressources halieutiques. Ces troncs d’arbres représentent des zones de frayère et d’alevinage pour certaines espèces de poisson du lac. Des pêcheurs (0,83 %) affirment également que les plantes envahissantes qui apparaissent chaque année sur le lac constituent un obstacle à la reproduction de certaines espèces de poissons. Enfin, la baisse de la pluviométrie (0,83 %) constatée dans la région ces dernières années serait une cause de la dégradation des ressources halieutiques du lac. Certains y voient même une origine divine de la baisse des ressources halieutiques. Ces personnes représentent 0,83 % des pêcheurs interviewés. Pour ces derniers, une ressource est appelée à disparaitre, quelle que soit son utilisation faite par l’homme. Les acteurs de la pêche ont également révélé que la faible application de la réglementation sur la pêche est aussi à l’origine de la dégradation des ressources halieutiques. Sur le lac de Buyo, il est interdit d’utiliser des outils de pêche non sélectifs des captures et d’espèces ciblées. L’emploi de filets de pêche dont les mailles ne sont pas conformes aux dimensions autorisées est également interdit conformément aux articles 65 et 105 de la loi n°2016-554 du 26 juillet 2016 relative à la pêche et à l’aquaculture en Côte d’Ivoire. Cependant, force est de constater que certains pêcheurs ont recours à l’utilisation de ces outils de pêches prohibés.

Figure 5. Connaissance des 109 pêcheurs interrogés sur les outils de pêche non réglementaires

Figure 5. Connaissance des 109 pêcheurs interrogés sur les outils de pêche non réglementaires

Figure 6. Niveau d’utilisation des outils de pêche non réglementaires par les 109 pêcheurs interrogés

Figure 6. Niveau d’utilisation des outils de pêche non réglementaires par les 109 pêcheurs interrogés

17Les figures 5 et 6 illustrent respectivement la connaissance des pêcheurs sur les outils non réglementaires et le niveau d’utilisation de ces outils sur le lac. Les pêcheurs emploient aussi bien des outils réglementaires que non réglementaires pour la pêche. La figure 5 montre que 82,57 % des pêcheurs connaissent bien les outils de pêche non réglementaires, tandis que 17,43 % n’ont aucune connaissance de ces outils. Les résultats de l’analyse révèlent que plus de la moitié des pêcheurs (51,38 %) utilisent des outils de pêche non réglementaires, contre 48,62% qui utilisent des outils réglementaires (figure 6).

18Les outils de pêche utilisés par les pêcheurs sont par ordre d’importance, les filets de grandes mailles (48,86 %), les nasses (19,32 %), les filets de petites mailles (13,07 %), les palangres (7,39 %), les filets éperviers (5,68 %), les filets seines (4,55 %) et les grillages (1,14 %) comme le montre la figure 7.

Figure 7. Outils de pêche des 109 pêcheurs interrogés sur le lac de Buyo

Figure 7. Outils de pêche des 109 pêcheurs interrogés sur le lac de Buyo

19Les filets maillants sont des filets de pêche utilisés quotidiennement par les pêcheurs dont le diamètre des mailles varie selon l’espèce de poisson ciblée. Il en existe de petites et de grandes mailles (figure 8 et 9).

20Les nasses sont des engins de pêche artisanale ayant une forme cylindrique dont la hauteur peut atteindre 1,5 mètre. Deux types de nasse ont été identifiés sur lac de Buyo, les nasses en liane et les nasses en « paplo » (figure 10).

21Les palangres sont des engins de pêche dormants composés d'une ligne mère, sur laquelle sont fixés des avançons, portions de fil de nylon se terminant par des hameçons.

22Les filets éperviers sont généralement constitués d'une nappe plate circulaire de 6 à 8 mètres de diamètre et munie de plombs à la périphérie.

23Les filets sennes sont des engins utilisés au cours d'une séance de pêche par un ensemble de personnes (4 au minimum), dont le nombre varie selon le chef d'équipe et la longueur de la senne. En général, ce sont des engins de 500 mètres environ de longueur et de 7 mètres de chute (Vanga, 2001).

Figure 8. Filets de pêche à grandes mailles (filets réglementaires)

Figure 8. Filets de pêche à grandes mailles (filets réglementaires)

24Parmi ces outils de pêche, certains ont été interdits par l’OIPR et les services de pêche du MIRAH sur le lac, à savoir les nasses, les filets de petites mailles, les palangres et les grillages. Les filets à grandes mailles sont ceux recommandés par l’OIPR et le MIRAH dont la taille de la maille est égale ou supérieure à trois doigts, tels qu’illustré par la figure 8. D’autres outils tels que les filets moustiquaires et les « nasses en bidon » ont également été interdits d’usage sur le lac. Par ailleurs, les résultats indiquent que les pêcheurs ont recours à d’autres techniques de pêche, notamment l’usage des « bambous pièges », la « technique du barrage » et le « tapage de l’eau ». Ces techniques de pêche sont aussi interdites sur le lac selon les dispositions de la loi N°2016-554 du 26 juillet 2016 relative à la pêche et à l'aquaculture en Côte d’Ivoire.

Figure 9. Filets de pêche à petites mailles et filet en grillages

Figure 9. Filets de pêche à petites mailles et filet en grillages

Figure 10 : Outils de pêche non réglementaires utilisés par les pêcheurs sur le lac de Buyo

Figure 10 : Outils de pêche non réglementaires utilisés par les pêcheurs sur le lac de Buyo

Nasses en liane ; (b) Nasses en paplo ; (c) Nasses en bidon ; (d) Bambous pièges.

Figure 11. Techniques du « barrage » installée sur le lac par les pêcheurs

Figure 11. Techniques du « barrage » installée sur le lac par les pêcheurs

25Les figures 9, 10 et 11 montrent quelques-uns des outils et techniques de pêche interdits sur le lac, utilisés par les pêcheurs. Il est important de souligner que suite aux actions menées par l’OIPR et le MIRAH, les pêcheurs ne font plus usage des « bambous pièges » et des « nasses en bidon » pour la pêche sur le lac. L’usage de ces outils n’a donc pas été observé durant la période de cette étude.

26La diminution de la ressource « eau » dans le lac est l’une des principales causes de la dégradation des ressources halieutiques. Il a été observé une diminution rapide de la quantité d’eau dans le lac depuis la mise en eau du barrage hydroélectrique de Soubré, comme constaté par la majorité des pêcheurs interviewés (56,67 %). La figure 12 présente le lit du lac de Buyo suite à la baisse des eaux.

Figure 12. Vue de la diminution de l’eau du lac de Buyo

Figure 12. Vue de la diminution de l’eau du lac de Buyo

(a) Tarissement du lac, eaux encore visibles ; b) Une vue du lit du lac après l’asséchement des eaux.

Selon les acteurs institutionnels

27Les acteurs institutionnels ont indiqué également plusieurs causes de la dégradation des ressources halieutiques du lac de Buyo. Les résultats montrent que selon eux, ce sont surtout les activités anthropiques et la faible application de la réglementation sur la pêche qui sont à l’origine de la dégradation des ressources halieutiques (tableau 4).

Tableau 4. Perception des causes de la dégradation des ressources halieutiques du lac de Buyo selon les acteurs institutionnels

Acteurs institutionnels

Causes de la dégradation des ressources du lac de Buyo

Office ivoirien des parcs et réserves (OIPR)

- mauvaises pratiques de pêche,

- faible application de la loi sur le lac,

- gestion du barrage,

- baisse de la pluviométrie.

Ministère des ressources animales et halieutiques (MIRAH)

- pollution du lac par l'usage de produits phytosanitaires sur le bassin versant et la zone de marnage,

- usage de matériels de pêche prohibés et les techniques de pêche non réglementaire,

- grand nombre de pêcheurs sur le lac.

Ministère de l’agriculture et du développement rural (MINADER)

- surpêche,

- dégradation des zones de frai,

- coupe des troncs d’arbre du lac,

- usage des filets de pêche non réglementaires.

Ministère des eaux et forêts (MINEF)

- baisse de la pluviométrie,

- mise en service du barrage de Soubré.

Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE)

- mauvaise pratiques de pêche,

- baisse du niveau d’eau du lac.

28Ces activités anthropiques comprennent les mauvaises pratiques de pêche, le nombre important de pêcheurs sur le lac, la pollution du lac par les produits phytosanitaires pour la production vivrière (figures 13 et 14), la pêche dans les zones de frayère, l’exploitation des troncs d’arbres du lac et la mise en service du barrage hydroélectrique de Soubré. La baisse de la pluviométrie constatée dans la région due aux aléas climatiques a également été évoquée comme l’une des causes de la dégradation des ressources halieutiques du lac de Buyo.

Figure 13. Activités agricoles dans la zone de marnage du lac de Buyo

Figure 13. Activités agricoles dans la zone de marnage du lac de Buyo

(a) Champ d’arachide ; (b) Champ de riz

Figure 14. Boite vide d’un herbicide retrouvée dans la zone de marnage du lac de Buyo

Figure 14. Boite vide d’un herbicide retrouvée dans la zone de marnage du lac de Buyo

Conséquences de la dégradation des ressources halieutiques du lac de Buyo

29L’action conjuguée de toutes ces activités humaines, la faible application de la loi sur la pêche et la baisse de la pluviométrie ont un impact sur le lac, sur la disponibilité du stock de poisson et sur les revenus des pêcheurs. La diminution de l’eau du lac a entrainé la réduction et l’isolement des zones de frayères dégradant ainsi l’habitat de nombreuses espèces de poissons. Selon les pêcheurs, la baisse de la quantité des captures, la réduction de la taille des captures et la disparition de certaines espèces de poissons sont les conséquences directes de la dégradation de la ressource halieutique du lac de Buyo (figure 15).

Figure 15. Conséquences de la dégradation des ressources halieutiques du lac de Buyo perçues par les 109 pêcheurs interrogés

Figure 15. Conséquences de la dégradation des ressources halieutiques du lac de Buyo perçues par les 109 pêcheurs interrogés
  • 3 Noms locaux de ces espèces. Ces espèces de poissons n’ont pu être identifiées en raison du manque d (...)

30Des pêcheurs ont signalé la disparition du poisson dormant, et du poisson chat. D’autres pêcheurs ont affirmé que les poissons bouche longue3 et Brycinus sp deviennent de plus en plus rares dans le lac de Buyo. La baisse de la quantité des captures et la réduction de la taille des prises sont les conséquences les plus perceptibles par les pêcheurs. La diminution du stock de poissons dans le lac conduit inévitablement à la baisse du revenu des pêcheurs, la pauvreté et la contraction de nombreuses dettes financières par les pêcheurs et, le cas échéant, à l’augmentation du prix du poisson sur le marché local pour le consommateur.

31Les acteurs institutionnels ont affirmé également que la diminution du stock de poissons dans le lac, la disparition de certaines espèces de poissons, l’augmentation de l’effort de pêche, la cherté du poisson et la baisse des revenus des pêcheurs sont les conséquences de la dégradation des ressources halieutiques du lac de Buyo (tableau 5).

Tableau 5. Conséquences de la dégradation des ressources halieutiques du lac de Buyo selon les 5 acteurs institutionnels intervenant dans sa gestion

Acteurs institutionnels

Conséquences évoquées de la dégradation des ressources du lac de Buyo

Office ivoirien des parcs et réserves (OIPR)

- impacts sur la diversité des espèces de poissons : baisse des prises et disparition de certaines espèces,

- augmentation de l’effort de pêche,

- impact social : faible revenu des pêcheurs et augmentation du prix du poisson.

Ministère des ressources animales et halieutiques (MIRAH)

- surexploitation,

- baisse des captures du lac.

Ministère de l’agriculture et du développement rural (MINADER)

- baisse de la reproduction des poissons,

- raréfaction du poisson,

- cherté du poisson.

Ministère des eaux et forêts (MINEF)

- raréfaction du poisson dans le lac.

Discussion

Facteurs de l’amenuisement des ressources halieutiques

  • 4 Les barrages hydroélectriques de Soubré et de Buyo ont été construits sur le fleuve Sassandra.

32La mise en eau du barrage de Soubré depuis 2017 a augmenté la demande en ressource en eau pour la production de l’électricité. En effet, le barrage hydroélectrique de Soubré, situé en aval de celui de Buyo, est alimenté par les eaux lâchées du barrage de Buyo. Au regard des études de faisabilité de la construction du barrage de Soubré, les deux infrastructures devraient fonctionner correctement pour produire l’énergie nécessaire tout en maintenant le régime hydrologique du fleuve Sassandra4. Cependant, selon le directeur de l’usine de Buyo, la capacité de production d’énergie électrique de ses infrastructures connait une réduction consécutive due à la panne d’une turbine. L’usine de Buyo a une capacité de production d’électricité de 165 mégawatts. En raison de cette panne, cette usine produit actuellement 110 mégawatts. Pour combler ce déficit énergétique estimé à 55 mégawatts, les évacuateurs de crue restent en permanence ouverts afin de permettre un fonctionnement optimal du barrage de Soubré. Cette gestion de l’eau entre ces deux barrages hydroélectriques a entrainé une réduction de l’étendue du pan d’eau du lac de Buyo. Selon Kouassi (2020), habituellement le lac de Buyo se remplit complètement en décembre et se vide progressivement jusqu'en juin de l'année suivante. Cependant, aujourd’hui, le constat est différent depuis la mise en service du barrage de Soubré en 2017. En effet, la période de réalisation de la présente étude (avril-mai), correspond aux basses eaux du lac, selon Kassoum (1996). Toutefois, le niveau d’eau est actuellement très inférieur de celui observé dans les mêmes périodes de l’année avant la mise en service du barrage de Soubré, comme l’ont affirmé les pêcheurs et le directeur de l’usine de Buyo. La baisse des eaux du lac a entrainé la dégradation des zones de frayères. Cette situation exacerbe la dégradation des ressources halieutiques du lac de Buyo déjà impactées par l’activité des pêcheurs. Ce résultat confirme les travaux de Philippart et Damien (2003) qui affirment que les infrastructures de développement construites sur les fleuves et les lacs, à l’exemple des barrages hydroélectriques, peuvent modifier l’écosystème du milieu et entrainer une dégradation des ressources aquatiques.

33En plus des impacts négatifs du barrage de Soubré sur les ressources du lac de Buyo, les pêcheurs et les acteurs institutionnels indexent les mauvaises pratiques de pêches comme une cause principale de la dégradation des ressources du lac. Le fait que 51,38 % des pêcheurs utilisent des outils non réglementaires attire l’attention des services de pêche à l’effet d’accentuer le contrôle des outils et des pratiques de pêche. Ces mauvaises pratiques sont entretenues par un système de corruption des services de pêche qui tend à légaliser l’utilisation d’outils de pêche non réglementaires. En effet, la loi n°2016-554 du 26 juillet 2016 relative à la pêche et à l’aquaculture en Côte d’Ivoire interdit l’utilisation de dispositifs ayant pour effets de réduire l’action sélective des engins de pêche ; et l’emploi des équipements et méthodes de pêche non réglementaires, et les filets dont les mailles ne sont pas conformes aux dimensions autorisées. Ces outils non réglementaires détruisent à la base le stock halieutique du lac. Certains de ces outils sont non sélectifs, si bien que les pêcheurs capturent les alevins, modifiant ainsi le cycle de développement des poissons dans le lac. Ces résultats corroborent les travaux de Codjo et al. (2018) sur le lac Toho au Bénin. Selon ces auteurs, les ressources halieutiques de ce lac ont connu une baisse croissante à cause des pratiques destructives de pêche telles que la pêche à la main et l’utilisation des filets et nasses à mailles fines. Dans le même ordre d’idée, Attingli et al. (2017) soulignent que les filets maillants sont les engins et techniques de pêche dotés d’une force de nuisance plus destructrice sur le stock de poissons disponible, car ils capturent les espèces de toutes les tailles et de tous les stades de maturité critique pour le renouvellement du stock.

34Les conflits entre pêcheurs sont souvent liés à l’utilisation des outils non réglementaires par certains d’entre eux. Ceux qui respectent la loi et les directives édictées par les services de pêche estiment qu’ils sont lésés au détriment de ceux qui ne les respectent pas et qui font du profit. Ils estiment que le service en charge des pêches ne fait rien pour contraindre les mauvais pêcheurs à respecter la réglementation en vigueur. Ce sentiment de frustration est la principale cause des querelles entre pêcheurs sur le plan d’eau. Cette situation entraine une course effrénée pour l’accès à la ressource. Le lac de Buyo étant un bien commun, la surexploitation peut conduire à l’épuisement à terme de la ressource halieutique que Hardin (1968) appelle « la tragédie des biens communs ». Cette situation conflictuelle a été observée par les travaux de Labara et al. (2020) dans la plaine du Logone au Cameroun. En effet, selon ces auteurs, les pêcheurs de cette région du Cameroun utilisent différentes techniques classiques de pêche à l’aide de filets, nasses, hameçons ou éperviers. Cependant, une autre catégorie de pêcheurs, en plus de ces techniques classiques, a mis sur pied une technique de pêche à l’aide de canaux creusés le long des cours d’eau pour maximiser leur production. Cette rentabilité des canaux attise les convoitises et, par conséquent, des conflits d’intérêts entre les différentes catégories de pêcheurs qui ne disposent pas tous des mêmes moyens de pêche.

35Par ailleurs, des pêcheurs coupent régulièrement les troncs d’arbres présents sur le plan d’eau afin de mieux installer leurs engins de pêche. Ces troncs d’arbres sont aussi utilisés comme bois de chauffe pour le séchage du poisson. Ces actions ont un impact sur l’habitat des poissons, car la base de ces troncs d’arbres sert de zones de refuge et de frai pour de nombreuses espèces de poissons. En effet, selon Kassoum (1996), pendant la période de basses eaux, le retrait des eaux diminue considérablement la surface du lac qui se réduit pratiquement au seul lit du fleuve Sassandra. Cela amène les poissons à se réfugier dans les repaires difficilement accessibles (Kassoum, 1996).

36En dehors des activités liées spécifiquement à la pêche, les activités agricoles impactent la ressource halieutique à travers l’utilisation des produits phytosanitaires. En effet, pendant les périodes d’étiage du lac, des activités de production vivrière sont pratiquées par les populations riveraines dans la zone de marnage du lac qui est réputée riche en limon et donc propice aux cultures vivrières et maraichères. Cette activité ne se pratique que dans la partie du lac extérieur des limites de la Réserve du N’zo, notamment à Derra. Ces activités agricoles ont un impact sur le lac de Buyo, d’autant plus que les agriculteurs utilisent des pesticides pour l’entretien de leurs cultures. Les résidus de ces produits se retrouvent dans le lac et se répandent sur de longues distances en impactant la qualité de l’eau. Selon Boko (2005), les menaces qui pèsent sur l’écosystème aquatique sont entre autres la pollution des eaux par les pesticides utilisés en agriculture. La pollution altère les conditions physico-chimiques du milieu naturel et la structure de la population des espèces vivantes. Cette pollution peut également affecter directement l’homme au travers des ressources agricoles, l’eau et autres produits biologiques ainsi que les possibilités récréatives du milieu (Boko, 2005).

37La connaissance du terrain et les différents entretiens réalisés avec les parties prenantes du lac de Buyo ont permis de connaitre le régime de gestion auquel est soumis cette retenue d’eau. Le lac de Buyo dans la Réserve partielle de faune du N’zo est sous la gestion de deux autorités administratives : l’Office ivoirien des Parcs et Réserves (OIPR) et le ministère des ressources animales et halieutiques (MIRAH). La zone du lac qui intègre la Réserve partielle de faune du N’zo est gérée par l’OIPR, tandis que la partie située hors de la réserve est sous la gestion du MIRAH. Cependant, le contrôle des activités de pêche sur le plan d’eau est exclusivement du ressort du MIRAH. L’OIPR, gestionnaire de la Réserve partielle de faune du N’zo, dont la mission principale est la conservation des ressources de cette aire protégée, mène des actions sur le lac pour une utilisation durable des ressources. Pour ce faire, depuis 2018, l’OIPR procède sur le plan d’eau de la Réserve du N’zo à la destruction systématique de tous les outils de pêche prohibés en application des textes de loi et des engagements dans le cadre de la convention locale de gestion durable des ressources du lac de Buyo et du parc national de Taï. Les services locaux du MIRAH qui devraient veiller à l’application stricte de la loi en matière de pêche ne font malheureusement que collecter des taxes d’enregistrement et d’exploitation auprès des pêcheurs. Cette situation provoque un sentiment d’injustice chez les pêcheurs de PK15 et PK28 qui estiment qu’ils subissent la rigueur de la loi pendant que ceux qui sont installés à l’extérieur de la réserve se permettent de tout droit. Cette pratique hors de la réserve illustre éloquemment la corruption généralisée qui règne sur le plan d’eau et la faible application de la loi sur la pêche. Kutshukina et Micha (2013) abordent également ce sujet en indiquant que l’exploitation des ressources halieutiques du Lac Mai-Ndombe en République démocratique du Congo ne fait l’objet d’aucun contrôle des pratiques de pêche de la part des services congolais en charge de la gestion de ces ressources. Selon ces auteurs, cette situation entraine une pression sur l’exploitation des ressources halieutiques et a entrainé la disparition de certaines espèces de poisson du lac. Ils révèlent également que les services en charge de la pêche sont totalement démunis, en hommes, en capacités et en moyens de déplacement. Dans un tel cas, la protection des ressources ne peut venir que des pêcheurs eux-mêmes (WWF, 2010).

38En ce qui concerne les plantes envahissantes, dont les pêcheurs ont fait cas comme étant une cause de la dégradation de la ressource halieutique, elles n’ont nullement été observées sur le plan d’eau pendant la période de réalisation de nos travaux. Il pourrait donc s’agir des espèces de plantes qui apparaissent sur le lac à certaines saisons de l’année. Toutefois, Grell et al. (2013), dans leurs travaux sur les écosystèmes aquatiques au Parc national de Tai, ont relevé l’apparition saisonnière de vastes étendues de roseaux dont les racines s’enfoncent dans le sol jusqu’à 3-4 mètres, une preuve que des zones importantes de la retenue de Buyo pourraient être eutrophisées par des dépôts de terre. Ces auteurs indiquent que le développement d’espèces envahissantes gênerait la navigation et l’exploitation économique du lac de Buyo. La présence de ces roseaux constitue des zones de fraie et de refuges pour les poissons (Grell et al., 2013). Au regard de ces informations, on ne peut affirmer que ces espèces envahissantes constituent à ce jour une menace pour l’ichtyofaune du lac de Buyo. Des études plus poussées seraient nécessaires pour avoir des informations précises sur l’impact de ces espèces sur la ressource halieutique.

39La réduction et la perturbation des pluies liées aux aléas climatiques ont été mises en cause par les acteurs de la gestion du lac comme l’une des causes de la diminution de la ressource eau. Pour ces derniers, la diminution des quantités de pluies observées ces dernières années dans la région serait à l’origine de la faible montée des eaux du lac. Bien qu’aucune étude n’ait encore été réalisée sur le lac de Buyo pour confirmer ces observations, selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC, 2007), le changement climatique a un impact sur les lacs. En effet, selon le rapport de 2007 du GIEC, la région du lac Tchad compte parmi les zones les plus affectées par le changement climatique. Ainsi, les populations perçoivent ces phénomènes non seulement par l’assèchement du lac, mais aussi par la dégradation de l’environnement, la baisse de la pluviométrie, et cetera. Elles établissent une relation entre ces transformations environnementales et la baisse des ressources en eau.

Conséquences de la dégradation des ressources halieutiques

40Le lac de Buyo subit de nombreuses pressions et menaces. Les ressources halieutiques se trouvent dans un état de surexploitation comme en témoignent les conséquences de la dégradation de ces ressources. Les conséquences directes de la dégradation de ces ressources halieutiques s’observent à trois niveaux : la baisse de la quantité des captures, la réduction de la taille des captures et la disparition de certaines espèces de poisson. Pour les pêcheurs, le résultat est l’amenuisement et la raréfaction de la ressource halieutique du lac de Buyo comme le montrent les travaux de Vanga (2001). Cette situation ne peut que conduire qu’à l’effondrement du stock de poissons suivant deux conséquences majeures : la raréfaction quantitative et la raréfaction qualitative (Vanga, 2001). Ce même résultat a également été observé sur l’exploitation des ressources halieutiques du Lac Mai-Ndombe en République démocratique du Congo (Kutshukina et Micha, 2013). La majorité des pêcheurs enquêtés, soit 89 %, ont confirmé la disparition de certaines espèces de poissons depuis un certain temps dans le lac Mai-Ndombe. Les raisons avancées par les pêcheurs sur la disparition de ces espèces de poissons sont relatives à l’augmentation du nombre des pêcheurs, l’emploi à des méthodes destructives de pêche, l’obsolescence d’une réglementation de la pêche, l’absence d’un suivi-contrôle adéquat et l’utilisation des filets à petites mailles. La baisse du revenu des pêcheurs et la pauvreté sont les effets indirects de la dégradation des ressources halieutiques du lac de Buyo. La pêche représente la principale source de revenus des pêcheurs. La diminution du stock halieutique conduit inévitablement à la vulnérabilité des pêcheurs face à la pauvreté. En effet, la surpêche et la pêche avec les méthodes destructives ont des répercussions négatives socio-économiques causant des pertes d’emplois et des moyens de subsistance à très court terme (Kutshukina et Micha, 2013). Par ailleurs, ces conséquences entraînent également la réduction de la rentabilité de l’effort de pêche, le même stock de poissons étant exploité par un nombre trop élevé de pêcheurs. Et de ce fait, il en résulte des conflits (Miyalu, 2003 ; Luhusu Kutshukina et Micha, 2013).

Conclusion

  • 5 La liste Ramsar regroupe l’ensemble des zones humides d’importance internationale inscrites sur le (...)

41La zone humide de la Réserve de biosphère Taï est un lac artificiel qui abritent d’importantes ressources halieutiques. Le lac de Buyo contribue au développement économique et social à travers le service écosystémique d’approvisionnement qu’il offre aux populations locales. Les pressions et menaces qui pèsent sur cet écosystème lacustre sont pour la plupart d’origine humaine. La mise en service du barrage hydroélectrique de Soubré, les mauvaises pratiques de pêche et la faible application de la loi qui régit la pêche dans les eaux continentales sur le lac sont les principaux facteurs de dégradation des ressources halieutiques du lac de Buyo. Ces résultats permettent de confirmer l’hypothèse de recherche selon laquelle l’emploi des mauvaises pratiques de pêche diminue le stock de la ressource halieutique du lac de Buyo. Les conflits entre pêcheurs, les coupes des troncs d’arbres présents dans le lac, les pratiques agricoles et la baisse de la pluviométrie sont d’autres facteurs de dégradation des ressources halieutiques. La gestion durable des ressources halieutiques du lac de Buyo est une nécessité eu égard de son importance socio-économique pour le développement des activités des populations locales. Il faut renforcer la surveillance et l’application de la loi sur les outils de pêche sur l’ensemble du plan d’eau du lac de Buyo. L’étude recommande l’inscription de la Réserve partielle de faune du N’zo sur la liste Ramsar5. Le label Ramsar contribuera à renforcer l’application de la loi, la gouvernance du lac, la conservation et l’utilisation rationnelle des ressources halieutiques par l’adoption de nouvelles mesures de gestion.

Cette étude a été réalisée grâce au financement de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Nous sommes reconnaissants envers l'UICN dans le cadre du projet PAPBioC2 sur la gouvernance régionale des aires protégées en Afrique de l'Ouest, financé par l'Union européenne et mis en œuvre par l'UICN PACO. Nous tenons à remercier également tous les agents et le personnel administratif de la Direction Zone Sud-Ouest de l’Office ivoirien des Parcs et Réserves pour leur accueil, conseil et leur contribution pour la réalisation de cette étude. Enfin, nous remerciements les chefs pêcheurs et chefs des campements de pêcheurs PK15 et PK28 pour leur accueil, hébergement et leur intervention lors des entretiens avec les pêcheurs.

Haut de page

Bibliographie

Attingli, A. H. S., M. E. W. Ahouansou, L. H. Z. Vissin et P. A. Lalèyè, 2017, Influence des engins et techniques de pêche sur l’abondance relative des espèces dans la basse vallée de l’Ouémé Au Benin. African Crop Science Journal, 25, 1, pp. 47‑70.

Berger, J., A. Deffner, F. Quetier et F. Baptist, 2015, Évaluation de la valeur du parc national de Taï: Evaluation des services écosystémiques du Parc national de Taï, Rapport scientifique, Bureau de la GIZ, Abidjan, Côte d’Ivoire, 108 p.

Boko, M., 2005, Méthodes et Techniques des Sciences Environnementales, Centre interfacultaire de formation et de recherche en environnement pour le développement durable (CIFRED), Université Abomey Calavi, 303 p.

Codjo, V., A. Zannou et G. Biaou, 2018, Baisse des ressources halieutiques du lac Toho au Sud du Bénin : Perceptions des pêcheurs et efficacité des pratiques de gestion et stratégies d’adaptation. Tropicultura, 36, 4, pp. 713-721.

GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), 2007, Climate change-2007 the physical science basis, Working group I contribution to the fourth assessment report of the IPCC, Cambridge university press, Vol. 4, 1007 p.

Grell, O., J. Schawahn, H. Thiessenn et E. P. Kouamelan, 2013, Étude approfondie sur les écosystèmes aquatiques du parc national de Taï, Rapport scientifique 2, Bureau de la GIZ Abidjan et Kiel, 73 p.

Hardin, G. J., 1968, The tragedy of the commons, Science, 162, 3859, pp. 1243–1248.

Kassoum, T., 1996, État des connaissances sur les pêcheries continentales Ivoiriennes, Rapport de consultation avril 1996, Bouaké, Côte d’Ivoire, 6 p.

Kouassi, Y., 2020, Gouvernance locale, défi pour la conservation des ressources naturelles : l’exemple du Lac de Buyo dans la Réserve de Biosphère du Parc national de Taï en Côte d’Ivoire, Mémoire de Master, Université Jean Lorougnon Guédé, Daloa, Côte d’Ivoire, 101 p.

Labara, B. K., A. Djaowe, D. Tajo, S. Chouto, F. X. Chendjou et R. Tagne, 2020, La pêche artisanale par canaux dans la plaine du Logone : une rentabilité source de conflits entre pêcheurs, Bulletin de la Société Géographique de Liège, 75, 2, pp. 83-100.

Luhusu Kutshukina, F., J C. Micha, 2013, Analyse des modes d'exploitation des ressources halieutiques du Lac Mai-Ndombe en République Démocratique du Congo, Geo-Eco-Trop, 37, 2, pp. 273-284.

MIRAH (ministère des Ressources animales et halieutiques), 2021, Entretien avec Beman Kamagate, Chef de service poste d’élevage et des ressources halieutique de Buyo, Ministère des ressources animales et halieutiques, 1 juin 2021, Buyo, Côte d’Ivoire.

Miyalu, N., 2003, Acteurs sociaux de Maluku et modes d’accès aux ressources halieutiques, Mémoire de Master en Sciences, Département de l’environnement, Université de Kinshasa, Kinshasa, République Démocratique du Congo.

OIPR (Office ivoirien des parcs et réserves), 2006, Plan d’aménagement et de gestion du parc national de Taï 2006-2015, Côte d’Ivoire, 110 p.

OIPR (Office ivoirien des parcs et réserves), 2014, Plan d’aménagement et de gestion du parc national de Taï 2014-2018, Abidjan, Côte d’Ivoire, 141 p.

OIPR (Office ivoirien des parcs et réserves), 2020, Plan d’aménagement et de gestion du parc national de Taï 2020-2029, Abidjan, Côte d’Ivoire, 200 p.

Philippart, J-C., S. Damien, 2003, Vers une production d’hydroélectricité plus respectueuse du milieu aquatique et de sa faune, Tribune de l’Eau, 621, 1, pp. 165-175.

UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et Culture), 2017, Une nouvelle feuille de route pour le Programme sur l’Homme et la biosphère (MAB) et son Réseau mondial de réserves de biosphère. Stratégie du MAB (2015-2025), Plan d’action de Lima (2016-2025), Déclaration de Lima, Paris, France, 55 p.

Vanga, A. F., 2001, Conséquences socio-économiques de la gestion des ressources naturelles : cas des pêcheries dans les lacs d’Ayamé et de Buyo (Côte d’Ivoire), Thèse de doctorat, Université Nangui Abrogoua, Abidjan, Côte d’Ivoire, 254 p.

WWF (World Wildlife Fund), 2010, Projet d’appui à la cogestion des ressources halieutiques sur le lac Mai-Ndombe, Province du Bandundu, République Démocratique du Congo, WWF Belgique, 83 p.

Haut de page

Notes

1 La nécessité d’harmoniser le mode de gestion du Parc national de Taï et de la Réserve de faune du N’zo conduit à élaborer un plan d’aménagement intégré portant sur une seule entité dénommée « Parc national de Taï ou Réserve de Biosphère Taï » dont la superficie totale est de 536 000 hectares (OIPR, 2014).

2 Nom de lieu signifiant : Atelier De Kanhankro / Village 6 (ADK/V6).

3 Noms locaux de ces espèces. Ces espèces de poissons n’ont pu être identifiées en raison du manque d’informations pendant l’étude.

4 Les barrages hydroélectriques de Soubré et de Buyo ont été construits sur le fleuve Sassandra.

5 La liste Ramsar regroupe l’ensemble des zones humides d’importance internationale inscrites sur le site Ramsar par les États faisant partie de la Convention sur les zones humides. Le choix des zones humides à inscrire sur la liste est fondé sur leur importance internationale des points de vue écologique, botanique, zoologique, limnologique ou hydrologique (Article 2 alinéa 2 de la Convention de Ramsar sur les zones humides).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation de la zone d’étude
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42927/img-1.png
Fichier image/png, 264k
Titre Figure 2. Différents acteurs intervenants dans la gestion du lac de Buyo
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42927/img-2.png
Fichier image/png, 37k
Titre Figure 3. Perception des 109 pêcheurs interrogés sur l’évolution des ressources halieutiques du lac de Buyo
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42927/img-3.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 4. Perception des causes de la dégradation des ressources halieutiques du lac de Buyo selon les 109 pêcheurs interrogés
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42927/img-4.png
Fichier image/png, 15k
Titre Figure 5. Connaissance des 109 pêcheurs interrogés sur les outils de pêche non réglementaires
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42927/img-5.png
Fichier image/png, 13k
Titre Figure 6. Niveau d’utilisation des outils de pêche non réglementaires par les 109 pêcheurs interrogés
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42927/img-6.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 7. Outils de pêche des 109 pêcheurs interrogés sur le lac de Buyo
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42927/img-7.png
Fichier image/png, 10k
Titre Figure 8. Filets de pêche à grandes mailles (filets réglementaires)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42927/img-8.png
Fichier image/png, 297k
Titre Figure 9. Filets de pêche à petites mailles et filet en grillages
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42927/img-9.png
Fichier image/png, 323k
Titre Figure 10 : Outils de pêche non réglementaires utilisés par les pêcheurs sur le lac de Buyo
Légende Nasses en liane ; (b) Nasses en paplo ; (c) Nasses en bidon ; (d) Bambous pièges.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42927/img-10.png
Fichier image/png, 692k
Titre Figure 11. Techniques du « barrage » installée sur le lac par les pêcheurs
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42927/img-11.png
Fichier image/png, 303k
Titre Figure 12. Vue de la diminution de l’eau du lac de Buyo
Légende (a) Tarissement du lac, eaux encore visibles ; b) Une vue du lit du lac après l’asséchement des eaux.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42927/img-12.png
Fichier image/png, 277k
Titre Figure 13. Activités agricoles dans la zone de marnage du lac de Buyo
Légende (a) Champ d’arachide ; (b) Champ de riz
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42927/img-13.png
Fichier image/png, 320k
Titre Figure 14. Boite vide d’un herbicide retrouvée dans la zone de marnage du lac de Buyo
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42927/img-14.png
Fichier image/png, 265k
Titre Figure 15. Conséquences de la dégradation des ressources halieutiques du lac de Buyo perçues par les 109 pêcheurs interrogés
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/42927/img-15.png
Fichier image/png, 9,8k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kouadio Juslin Hervé Koigny, Abdoulaye Diarrassouba, Martin Yelkouni et Djeyao Roy Hartman Assie, « Analyse des facteurs de dégradation des ressources halieutiques du lac de Buyo dans la Réserve de biosphère Taï en Côte d'Ivoire »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 12 avril 2024, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/42927 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.42927

Haut de page

Auteurs

Kouadio Juslin Hervé Koigny

Étudiant en Master développement, spécialité gestion des aires protégées et de la biodiversité, Université Senghor, Département environnement, Alexandrie, Égypte, adresse courriel : kouadio.koigny.2019@alumni-usenghor.org

Abdoulaye Diarrassouba

Directeur zone sud-ouest de l’Office ivoirien des parcs et réserves, Soubré, Côte d’Ivoire, adresse courriel : abdoulaye.diarrassouba@gmail.com

Martin Yelkouni

Directeur du Département environnement de l’Université Senghor, Université Senghor, Alexandrie, Égypte, adresse courriel : yelkouna@yahoo.fr

Djeyao Roy Hartman Assie

Chargé d’étude à la Direction zone sud-ouest de l’Office ivoirien des parcs et réserves, Soubré, Côte d’Ivoire, adresse courriel : assieroy@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search