Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesLectures2024Mobilisations écologiques

2024

Mobilisations écologiques

Mateu Bracque-Vendrell
Référence(s) :

Comby J.-B., Dubuisson-Quellier S., 2023, Mobilisations écologiques, Presses Universitaires de France, 112 p.

Texte intégral

  • 1 Une ZAD, ou Zone à Défendre est un espace occupé sans autorisation légale par des activistes qui s’ (...)

1Dirigé par les sociologues Jean-Baptiste Comby et Sophie Dubuisson-Quellier, ce volume collectif conduit une analyse des luttes écologiques dans la période contemporaine et de son évolution en France, aux États-Unis et dans les sphères de gouvernementalité internationale. Plus récentes que d’autres mobilisations sociales, les mobilisations écologiques ont souvent formé une sphère d’action à l’écart des autres mobilisations. Néanmoins, la diversité des mouvements écologiques ne cesse de remettre en cause ce cloisonnement. Chaque chapitre du livre traite un type de mobilisation écologique, ce qui montre à quel point les luttes écologiques sont hétérogènes, que ce soit au niveau de la sphère d’action (de la gouvernance internationale aux actions localisées) au niveau des actions entreprises (du simple engagement quotidien, à la procédure légale, en passant par l’occupation des ZAD1) ou au niveau théorique (au sein des différents courants écoféministes, ou avec la prise en compte des questions raciales).

2Contrairement à la plupart de la littérature qui travaille sur les mobilisations écologistes dans des partis politiques (Jérome, 2021), ou des associations environnementalistes (Le Démézet et Maresca, 2003 ; Ollitrault, 2008), il est question ici d’élargir la focale à toute mobilisation qui a une relation, revendiquée ou non, avec l’environnement. Il s’agit de faire une étude des mobilisations écologiques et non pas uniquement écologistes.

3L’introduction de Jean Baptiste Comby et Sophie Dubuisson-Quellier montre la tension entre la perception commune du mouvement écologiste et la réalité plurielle de ces luttes. L’ouvrage analyse les mobilisations écologiques au sens large. De tradition récente, les luttes écologiques tentent de maintenir une spécificité, en tant que lutte experte et loin des considérations sociales (classe, race, identité de genre, orientation sexuelle…). On observe une démultiplication des collectifs militants depuis les années 2010, qui mène à une diversification des actions et des conceptions idéologiques : entre contestation des sphères institutionnelles et du savoir légitime, proposition de modes de vie alternatifs, et lien entre problèmes écologiques et problèmes sociaux. Toutefois, une limite est posée par les auteur·ices : le décloisonnement des luttes écologiques n’est pas abouti, il reste difficile dans certaines mouvances de mêler les différentes causes.

4 Le premier chapitre écrit par Édouard Morena fait une généalogie de la construction des mouvements citoyens pour le climat en relation avec les Conférences des Parties (COP ou Conferences of the Parties en anglais). Le politologue met en lumière une évolution dans la conception de la gouvernance climatique mondiale, entre la centralité qu’avaient les réunions onusiennes et les oppositions de plus en plus diverses à ce type de regroupements internationaux. À l’échelle internationale, l’agenda climatique était marqué par les COP, ces conférences onusiennes se présentaient comme un rendez-vous central pour les acteurs de la gouvernance climatique mondiale. Néanmoins cette situation change lorsqu’avec la COP 15 de Copenhague, on assiste à un moment de prise de conscience de l’importance des mobilisations civiles. Ce mouvement s’accentue après la COP 21 de 2015 et avec l’accord de Paris qui n’est plus un traité visant à poser des règles devant être respectées par les États et pouvant être imposées par ces derniers mais devient un accord donnant des objectifs globaux à respecter. Les COP perdent leur rôle de centres de décision et de négociation pour devenir des centres de communication. Cela est d’autant plus vrai avec l’apparition dès 2017 de rencontres parallèles, souvent financées par des intérêts comme le One Planet Summit, Global Climate Action Summit… Les mouvements citoyens pour le climat n’accompagnent plus la gouvernance climatique internationale, mais s’y opposent en exigeant même le respect des accords établis par les anciennes COP.

5 Dans son chapitre, la géographe Flaminia Paddeu change d’échelle et questionne les relations entre les différentes luttes, sociales et écologiques, dans les quartiers populaires, en prenant l’étude de cas du Bronx à New York. La notion de « racisme environnemental » (p. 36) provient des milieux militants noirs états-uniens, qui forgent cette idée après avoir constaté une forte concentration d’infrastructures polluantes dans leurs quartiers. Cette notion, reprise ensuite par des chercheur·euses, montre l’existence d’une concentration structurelle de ces négativités environnementales dans les quartiers défavorisés et/ou racisés. Cette intersection entre les conflits raciaux et les conflits environnementaux pousse les individus à se mobiliser. Les mouvements de lutte contre le racisme environnemental se construisent souvent en réponse à un problème spécifique (un projet d’autoroute qui traverse le quartier, une usine de boues d’épuration émettant une odeur particulièrement nauséabonde…). Ce sont souvent des personnes noires ou latinos du quartier disposant d’un niveau de diplôme relativement supérieur, membres d’autres mouvements portant sur des questions sociales, qui se mobilisent et reçoivent l’appui de mouvements écologistes, composés des classes moyennes et supérieures blanches. Ces mouvements sont donc à la confluence de différentes luttes, mais se confrontent à des contradictions. En effet, la revendication de création d’aménités environnementales dans le quartier (espaces verts, aménagement des berges de la Bronx River…) provoque une « écogentrification » (p. 43) rendant les loyers inaccessibles aux habitants qui demandent précisément ces améliorations.

6 L’analyse du « racisme environnemental » se poursuit dans le chapitre de Marie Thiann-Bo Morel en France. Dans ce chapitre, la sociologue expose deux études de cas de mobilisation à La Réunion, département d’outre-mer français, pour montrer dans quelle mesure les luttes écologiques sont traversées par les questions raciales, sans pouvoir pour autant le revendiquer clairement. En France le concept de « racisme environnemental » n’est pas diffusé. Cela s’explique par un manque d’études statistiques qui tiennent compte de l’environnement comme une ressource publique inégalement répartie, d’une part, et du refus du concept même de race, d’autre part. En effet, ce concept prônerait une forme de séparatisme contraire au métissage et à la résilience défendue par les autorités pour gommer le passé colonial. Les deux études de cas montrent les tensions entre la protection de la nature dite « endémique », forme de colonialisme vert, souvent mené par des « zorey » (personnes majoritairement blanches venant d’Hexagone) où les questions raciales sont gommées pour légitimer le combat ; et des luttes portées par les « kreols » où l’objectif est de lutter contre un accès inégalitaire aux espaces naturels. Ces luttes portent en soi la question du « racisme environnemental » mais, « le contexte d’assimilation républicaine, fait peser sur le discours un soupçon de racisme anti-zorey » (p. 59) La question raciale est donc effacée au bénéfice d’un dualisme réunionnais/touristes. Les luttes écologiques à La Réunion sont donc intrinsèquement liées à des problèmes raciaux, mais qui ne peuvent pas être évoqués pour des questions de légitimation de la lutte.

7Signé par la sociologue Geneviève Pruvost, le quatrième chapitre prolonge la réflexion sur l’intersection entre luttes écologiques et luttes sociales, en proposant une typologie des mobilisations écoféministes. Ces mobilisations, portées dès 1974 par Françoise d’Eaubonne en France, mais longtemps oubliées, connaissent une forme de renaissance ces dernières années. En redonnant de l’importance à l’interconnexion entre les différentes luttes, les mouvements écoféministes lient écologie et féminisme. Ils se regroupent autour d’une ligne de force : l’analyse du patriarcat comme système d’exploitation de la nature et des femmes. Néanmoins, ces mouvements sont loin d’être univoques et Geneviève Pruvost distingue sept « terrains de prédilection des luttes écoféministes » (p. 68) : revendication féministe de disposer d’un « champ à soi » (Agarwal, 2012), lutte contre différentes industries, cause climatique, domaine de la santé de la terre et du corps, le féminin sacré, lutte pour une consommation responsable, et intersection du mouvement #metoo et du mouvement pour le climat.

  • 2 « Nimby » est une contraction de « not in my back yard » (« pas dans ma cour » en français), ce con (...)

8Stéphanie Déchézelles clôture l’ouvrage avec son chapitre sur les luttes écologiques portant sur des projets d’aménagement. Elle remarque ainsi qu’à la fin des trente glorieuses, de plus en plus de grands projets d’aménagement de génie civil, industrie ou commerce sont contestés. Ces mouvements de contestation sont pluriels, ce qui pousse la sociologue à parler de « coalitions protestataires » (p. 80). En effet, elles sont composées de riverains, de personnes habituellement engagées et de régions diverses, mais aussi de personnes venant de milieux sociodémographiques différents, avec des dispositions et des parcours distincts. Cette diversité permet de multiplier les fronts : judiciaire, médiatique, occupation d’espaces… Mais elle peut aussi générer des difficultés d’organisation du mouvement. Ces luttes ne sont pas des oppositions purement négatives, elles s’accompagnent souvent de projets alternatifs à ceux critiqués. Il s’agit de protéger un environnement de l’emprise du marché capitaliste pour défendre un usage commun ou une paysannerie respectueuse du milieu. Néanmoins, ces mouvements sont souvent disqualifiés par les pouvoirs publics comme étant purement égoïstes car s’opposant au bien commun. Alors même que ces luttes ont une portée générale (défense de la biodiversité, lutte pour climat…), elles se voient souvent accolées le terme de « Nimby »2 pour les décrédibiliser, c’est-à-dire qu’il leur est reproché de faire passer des intérêts privés avant les intérêts publics.

9Ce court ouvrage ne cherche pas à ouvrir un nouveau champ de recherche, mais à faire une forme d’état des lieux sur les questions des mobilisations écologiques. Il permet ainsi d’avoir un aperçu, informé et documenté sur les recherches produites dans ce domaine d’étude. Loin d’être un simple panorama, la mise en perspective de ces chapitres permet de remettre en question les présupposés qui critiquent l’écologie comme étant dépolitisée, hors-sol, et même élitiste. Cet ouvrage, à forte prédominance sociologique, est une bonne porte d’entrée vers le monde complexe et entremêlé des luttes écologiques.

Haut de page

Bibliographie

Agarwal, B., 2012, Un champ à soi. Pour la reconnaissance des droits des femmes à la terre en Asie du Sud, Genre et développement, 8, pp. 129‑166.

Jérome, V., 2021, Militer chez les Verts, Presses de Sciences Po, Paris, 304 p.

Le Démézet, M., B. Maresca, 2003, La protection de la nature en Bretagne : La SEPNB (1953-2003), Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 239 p.

Ollitrault, S., 2008, Militer pour la planète : Sociologie des écologistes, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 226 p.

Haut de page

Notes

1 Une ZAD, ou Zone à Défendre est un espace occupé sans autorisation légale par des activistes qui s’opposent à un projet de construction d’infrastructure.

2 « Nimby » est une contraction de « not in my back yard » (« pas dans ma cour » en français), ce concept critique « imaginé par les aménageurs et urbanistes états-uniens des années 1970-1980, renvoie les contestations [contre des projets d’aménagement] à la défense d’intérêts particuliers » (Dechézelles 2023, p. 87). Néanmoins, cette expression est aussi un concept utilisé par certain·es chercheur·ses pour décrire une « expression réactionnaire de refus » vis-à-vis de « projets de nature sociale et communautaire » venant en aide aux populations vulnérables (Gaudreau, 2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mateu Bracque-Vendrell, « Mobilisations écologiques »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 25 mars 2024, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/43172 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.43172

Haut de page

Auteur

Mateu Bracque-Vendrell

Normalien, élève à l’École Normale Supérieur de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search