Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesLectures2024Vivre en castor : histoires de co...

2024

Vivre en castor : histoires de cohabitations et de réconciliation

Axelle Ferrant
Référence(s) :

Rémi Luglia, 2024, Vivre en castor : histoires de cohabitations et de réconciliation, Éditions Quae, Versailles, 160 p.

Texte intégral

1Nous vivons au sein d’anthroposystèmes dévastés dans lesquels l’humain est perçu comme un être supérieur aux autres vivants. Cette vision anthropocentrée du monde héritée des Lumières persiste encore largement aujourd’hui. Mais des failles apparaissent pour renverser cette perspective. Le livre de Rémi Luglia se présente comme un récit d’espoir, une porte d’entrée pour investiguer ces failles et réfléchir à notre monde et à notre relation aux vivants de manière décentrée. Dès l’introduction, l’auteur formule son ambition : « Par cet ouvrage, j’entends affirmer, et documenter, que nous pouvons construire un monde où les humains vivront mieux, en laissant toute sa place à une nature plus libre, plus spontanée, mieux respectée » (p. 15). L’objectif de l’ouvrage est de « penser et rechercher des cohabitations » (p. 20) entre humains et autres qu’humains. Comment les humains peuvent-ils cohabiter, et se réconcilier, avec le reste des vivants ? Pour répondre à cette question, l’auteur prend l’exemple du castor et de nos relations sur le temps long avec ce dernier. À la fois historien et naturaliste, Rémi Luglia parvient à mobiliser ces deux casquettes avec habileté pour nous raconter un récit dans lequel l’humain n’est pas le seul acteur.

2« Vivre en castor » : le titre pose d’emblée la perspective que l’auteur désire adopter au fil de l’ouvrage. Il ne s’agit pas uniquement de poser un regard anthropocentré sur le castor, mais plutôt d’adopter la perspective du castor. Baigné d’influences de l’anthropologue Philippe Descola (2005) qui propose de sortir du dualisme nature-culture et du sociologue Bruno Latour (2006) qui suggère de donner une agentivité aux non-humains, le livre adopte une posture naturaliste rappelant les écrits du philosophe Baptiste Morizot (2018) qui emmènent le lecteur sur la piste des animaux. Cette posture naturaliste s’entrelace au travail d’enquête documentaire d’historien pour proposer un récit original qui permet à la fois de révéler l’histoire longue des relations humains-castors et l’état actuel de ces relations sur le terrain.

3Pour réfléchir à la possibilité de cohabitation humains-castors, Rémi Luglia raconte comment le castor a d’abord été chassé, au point d’être sur le bord de l’extinction, avant d’être progressivement réintroduit dès le début du 20e siècle. Le castor d’Europe en France est le principal acteur du récit, mais l’auteur fait aussi de multiples références aux castors d’autres régions européennes ainsi qu’au castor canadien. Étudier les relations des humains et des castors sur le temps long permet de se pencher sur les dynamiques d’exclusion puis de réintroduction de l’espèce, ce qui pose un contexte particulier à la cohabitation avec ce rongeur semi-aquatique. En effet, il s’agit en quelque sorte de apprendre à vivre avec le castor dont on a parfois oublié qu’il vivait à nos côtés pendant des milliers d’années.

4Le livre est organisé en 9 chapitres. L’introduction est l’occasion de poser la table et d’expliquer le cheminement qui a conduit l’auteur à se pencher sur ce sujet. D’emblée, Rémi Luglia souligne que « l’émerveillement » (p. 11) ressenti lors des rencontres de terrain avec les castors a motivé son ouvrage. Au-delà de ces émerveillements de naturaliste, le castor possède une caractéristique essentielle qui justifie la pertinence de s’intéresser à cet animal dans le contexte actuel de changements globaux : « les aménagements des castors, contrairement à la plupart de ceux des humains, accueillent plus de vies et contribuent à renforcer le tissu du vivant » (p. 12). Le castor, espèce clé de voûte et ingénieur, favorise la biodiversité. Dès lors, si l’objectif de l’ouvrage est de « penser et rechercher des cohabitations », le castor apparaît comme un exemple parfait pour nous inspirer dans cette démarche. C’est ainsi que le deuxième chapitre prolonge le premier en expliquant la pertinence d’étudier le castor, à la fois dans une dimension historique et naturaliste. Les chapitres 3 à 5 nous emmènent dans le temps long du castor et de ses interactions avec les humains. L’auteur retrace l’histoire de ce que signifie être un castor, de la Préhistoire jusqu’à sa quasi-disparition au tournant du 20e siècle. Il démontre, à partir de recherches documentaires approfondies, comment le castor est d’abord chassé pendant des siècles (principalement pour sa fourrure très prisée), devient classé comme « nuisible » avec l’émergence de cette notion au siècle des Lumières, est sur le bord de la disparition à la fin du 19e siècle, avant d’être progressivement protégé et réintroduit à partir du début du 20e siècle. Historien, il ne manque pas de replacer ce récit dans le contexte plus large des différentes époques parcourues (abordant des thèmes plus larges comme ceux de la conservation, des réserves naturelles ou encore de la patrimonialisation). Il n’hésite pas non plus à faire un crochet par le Canada pour comparer le castor européen à son cousin canadien. Le chapitre 5 revient sur la réintroduction du castor en Europe. On y retrouve à nouveau le travail de l’historien reconstituant, avec minutie et de façon détaillée, différents récits de la réintroduction du castor en Europe ainsi que les débats qui émergent entre plusieurs acteurs sociaux. La perspective du naturaliste traverse l’ouvrage, mais apparaît plus nettement à partir du chapitre 6 qui étudie les « surprises » écologiques et éthologiques des acteurs sociaux qui côtoient ces castors réintroduits. Ce chapitre met en relief la manière dont l’humain tend à ne percevoir que le temps court (environ vingt ans à l’échelle individuelle) et à garder une perspective anthropocentrée des vivants. Ces « surprises » (ou comportements surprenants qu’adoptent les castors) ne révèleraient pas nécessairement de nouveaux comportements, mais auraient plutôt été invisibilisées, souvent inconsciemment, par l’humain. Il serait ainsi temps de reconnaître « l’intensité des contraintes anthropiques contemporaines sur le vivant et […] les prodigieuses capacités de résilience des autres qu’humains. « Vivre avec les autres » : voilà bien le principal enjeu éthique et écologique de notre époque… » (p. 97). Le septième chapitre invite donc à s’interroger sur l’altérité du castor et sur les perceptions des humains contemporains envers le castor. À partir notamment de sources tirées de la culture populaire, Rémi Luglia démontre que l’image actuelle du castor est plutôt positive : le castor est perçu comme bon père de famille, travailleur, ingénieur. L’auteur nuance toutefois bien ses propos en rappelant que les relations humains-castors ne sont pas idylliques et que « les castors sont tout à fait capables d’occasionner une gêne ou des dommages aux activités humaines » (p. 99). La force de la démonstration réside dans la capacité à souligner que la cohabitation avec le castor nécessitera une adaptation et un certain lâcher-prise de la part des humains. Il montre aussi qu’entre éradiquer et mettre sous cloche (ou sacraliser), il existe de nombreuses alternatives pour penser la cohabitation humains-castors et que l’implication des populations locales est essentielle pour permettre une cohabitation plus harmonieuse. Dans le chapitre 8, l’auteur s’attèle à démontrer comment le castor, ingénieur hors pair et difficilement imitable par l’humain, représente une « solution fondée sur la nature » qui peut s’avérer particulièrement efficace « pour renaturer à coûts très réduits » (p. 131). Finalement, la conclusion est l’occasion de s’interroger sur la possibilité d’une cohabitation entre humains et castors. L’auteur répond à l’affirmative à cette question, à condition de décentrer notre regard humain et de reconnaître le rôle actif des castors, et plus largement des vivants, dans nos modes de vie. Le castor a démontré sa capacité exemplaire d’adaptation et de résilience dans un monde hautement anthropisé. L’humain doit quant à lui « désanthropocentrer » son point de vue. L’auteur conclut en formulant un espoir qui s’inscrit parfaitement en continuité de son récit historique et naturaliste : « Je forme le vœu que cet ouvrage consacré aux castors qui s’efforcent de vivre aux côtés des humains puisse contribuer à ouvrir les esprits des humains et à élargir leur champ de pensée et d’action en y incluant les autres vivants. » (p. 139).

5L’originalité de l’ouvrage tient à l’imbrication fluide des rôles d’historien et de naturaliste de l’auteur, ainsi qu’à la capacité de ce dernier de nous faire entrevoir le récit à partir d’une perspective à la fois humaine et castorine. Il parvient à nous faire entrer dans un monde commun, un monde partagé entre les humains et les castors, et plus largement entre les humains et les vivants. Un monde dans lequel l’humain occupe beaucoup (trop ?) d’espace, sans laisser de place aux autres vivants, et où le castor, au contraire, crée de l’espace pour de nombreux autres vivants. L’ouvrage invite à mettre en question la manière humaine d’habiter ce monde fini dans lequel nous vivons et que nous partageons avec une multitude d’autres vivants.

6L’ouvrage est parcouru d’un espoir mesuré et documenté qui nous conduit à penser qu’une cohabitation avec le castor est possible, voire profondément souhaitable. L’histoire des relations humains-castors apparaît comme une porte d’accès pour réfléchir plus largement à la cohabitation avec l’ensemble des vivants. En présentant cette histoire sur le temps long et en mouvement permanent, l’auteur démontre qu’il est possible de modifier nos perspectives et de répondre à « l’enjeu de notre temps : considérer les humains et les autres qu’humains en tant qu’individus, au sein d’une même communauté, celle des vivants » (p. 113). Car c’est sans doute là que réside la puissance de l’ouvrage : nous inviter à ouvrir nos esprits pour être plus attentifs aux vivants qui nous entourent et qui rendent notre planète habitable.

7Rédigé dans un langage limpide et accompagné d’un glossaire fort utile, l’ouvrage intéressera une large palette de lecteur.rice.s. Il renseignera tant les personnes qui étudient les castors que celles qui, plus largement, s’intéressent aux relations humains-vivants. Il offre aussi une perspective originale pour les personnes qui souhaitent approcher l’histoire du rôle des associations naturalistes sous un angle historique et de terrain.

8En conclusion, ce livre est particulièrement bienvenu pour nous faire voir le monde différemment dans un contexte de changements globaux qui nous obligent à changer notre manière d’habiter ce monde fini. On pourrait regretter que l’auteur n’ait pas davantage inscrit son ouvrage dans la littérature plus vaste qui traite des relations humains-nature. Il aurait par exemple été enrichissant de situer davantage le concept de cohabitation et de voisinage par rapport à celui de diplomatie ou d’alliance de Baptiste Morizot. Toutefois, Rémi Luglia réalise habilement son ambition de décentrer notre regard, d’ouvrir notre sensibilité aux vivants et de nous partager l’espoir d’une cohabitation possible plus harmonieuse entre les humains et les vivants.

Haut de page

Bibliographie

Descola, P., 2005, Par-delà nature et culture, Gallimard, Paris, 640 p.

Latour, B., 2006, Changer de société, refaire de la sociologie, Éditions La Découverte, Paris, 401 p.

Morizot, B., 2018, Sur la piste animale, Actes Sud, Arles, 208 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Axelle Ferrant, « Vivre en castor : histoires de cohabitations et de réconciliation »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 17 juin 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/43873 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11ump

Haut de page

Auteur

Axelle Ferrant

Historienne, candidate au doctorat en administration – responsabilité sociale des entreprises à l’ESG UQAM. Chercheure en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD – ESG UQAM), adresse courriel : ferrant.axelle@courrier.uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search