Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 6 Numéro 2Dossier: L’aménagement forestier ...Évaluation des impacts socio-écon...

Dossier: L’aménagement forestier : les enjeux sociaux, économiques et environnementaux

Évaluation des impacts socio-économiques : cas d’unité forestière d’aménagement de la compagnie forestière Leroy-Gabon

Célestine Mengue Medou et Jean-Philippe Waaub

Résumés

Depuis le 19ème siècle, l’exploitation des ressources forestières gabonaises est axée sur la seule production de la matière ligneuse. Cependant, les impacts sociaux et environnementaux associés à cette activité ne sont pas pris en compte lors de la planification des opérations forestières. Pourtant, la gestion forestière durable prône de plus en plus la prise en compte des systèmes de valeurs des communautés locales dans l’aménagement forestier. Ce travail a été réalisé dans l’unité forestière d’aménagement numéro un (UFA1) de la compagnie forestière Leroy-Gabon. Des enquêtes sont effectuées dans les villages et les camps forestiers de cette UFA1. Les résultats ont permis d’identifier les enjeux socio-économiques et les impacts de l’exploitation forestière sur les communautés villageoises et les travailleurs forestiers. Ils montrent aussi que les populations ne sont pas impliquées dans le processus d’aménagement des forêts. Il y a également de nombreux conflits entre les villageois, la compagnie forestière et le service forestier. Par ailleurs, la santé et la sécurité des travailleurs forestiers sont compromises par de nombreux facteurs.  

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’un des objectifs de l’aménagement durable des forêts est la prise en compte des aspects socio-économiques lors de la mise en œuvre des plans d’aménagement. L’évaluation sociale permet de mesurer les impacts ou effets des projets sur les populations affectées par la mise en œuvre ou l’implantation de ceux-ci. Ayant constaté que de nombreux projets entraînaient des conséquences négatives sur l’environnement social et la santé des populations, la pratique de l’évaluation des impacts sociaux s’est étendue aux agences multilatérales comme la Banque mondiale, la Banque Asiatique de développement, la FAO et la Banque de développement de l’Afrique du Sud (Francis et Jacob, 1999). La prise en compte des aspects sociaux dans tout processus d’évaluation environnementale est maintenant largement reconnue (Burdge, 2002). L’évaluation des impacts sociaux permet l’incorporation des enjeux sociaux soulevés par la mise en œuvre d’un projet de politique, de  programme ou de plan (Burdge, 2004 ; Vanclay, 2003). L’évaluation des impacts sociaux est considérée comme l’une des voies permettant aux populations d’exprimer leurs opinions. Elle constitue une plate-forme pour une meilleure identification des enjeux sociaux, afin d’atteindre les objectifs du développement durable associés à l’aménagement forestier.

2Au Gabon, l’analyse des aspects sociaux se limite encore trop à une simple description socio-économique de la zone affectée par le projet sans évaluer les impacts des activités forestières sur les populations. Les études socio-économiques qui sont réalisés ne proposent pas de mesures d’atténuation ou de renforcement de ces impacts. On note encore de nombreuses lacunes dans la méthode de collecte de l’information qui pourrait servir à identifier les véritables enjeux l’aménagement forestier. Or, la prise en compte des enjeux tels la sécurité, le cadre de vie, l’héritage culturel ainsi que les questions relatives à l’emploi conduirait à une intégration consensuelle des préoccupations des populations vivant dans les concessions forestières.

3Les études d’impact environnemental sont donc perçues comme un frein au développement économique et une source de coûts supplémentaires pour le promoteur forestier. Ainsi, la participation du public est loin d’être une chose acquise. Elle reste  limitée à une simple consultation ou information auprès des populations affectées le projet. L’analyse socio-économique représente pourtant une des études majeures à réaliser lors de l’élaboration des plans d’aménagement forestier car elle permet d’identifier les conditions d’intégration des entreprises et de mise en œuvre de ces plans dans le contexte socio-économique local (ATIBT, 2001). En tant que partie intégrante du plan d’aménagement, cette analyse socio-économique est indispensable à l’entreprise pour implanter sans heurts, ni conflits, sa stratégie industrielle dans la zone forestière qui lui est attribuée par l’État. La santé et la sécurité des travailleurs forestiers sont compromises. Pourtant, le travail en milieu forestier est classé en 1997 parmi les activités les plus dangereuses, au même titre que les industries extractives et le bâtiment (OIT, 1997).

4La présente étude évalue les impacts socioéconomiques des activités forestières sur les travailleurs forestiers et les populations vivant dans les villages d’une unité forestière d’aménagement (UFA) de la compagnie forestière Leroy-Gabon. Cette analyse dresse un portrait des modes de gestion de cet espace forestier et des impacts associés au manque de collaboration entre les parties prenantes.

Présentation de la zone d’étude

5L’UFA1 est située dans la forêt des Abeilles, au centre du Gabon. L’exploitation forestière y est pratiquée depuis  des décennies. Sa superficie est estimée à 297 614 hectares.

6L’UFA1 renferme trois (3) camps forestiers appartenant à la société Leroy-Gabon: Gongué, Offoué et Onoye (voir figure 2) et une vingtaine de villages dépourvus pour la plupart d’infrastructures exclusives comme les unités sanitaires, les écoles (figure 1). Les camps forestiers sont des lieux d’habitation permanente pour les ouvriers forestiers et quelques cadres de l’administration de la compagnie forestière Leroy-Gabon. Les camps forestiers ont été construits au début de l’implantation de la compagnie dans la forêt des Abeilles. Les villages de l’UFA1 sont accessibles par une route régionale, difficilement praticable en saison de pluies et près de 50% des villages sont enclavés et ne sont accessibles que par les routes forestières aménagées par Leroy-Gabon.

Démarche méthodologique

7Les données ont été collectées dans les villages et dans les camps forestiers de l’UFA1 en 2001 et en 2002 lors des travaux de terrain pour la thèse de doctorat.  Les variables de l’évaluation de l’impact social ont été identifiées à partir de  grilles présentant les composantes sociales à prendre en compte dans le cadre d’un projet (Banque Mondiale, 1999 ; Burdge, 2003 ; Vanclay, 2003). Ces variables d’enquête sont présentées au tableau 1.

La  méthode et critères d’évaluation des impacts sociaux

8La méthode choisie pour la réalisation de la présente évaluation est une méthode ad hoc compte tenu du caractère exploratoire du travail. Elle permet d’identifier des enjeux sociaux associés à l’exploitation forestière et une identification des principaux acteurs de la zone.

Figure 1. Localisation de la forêt des Abeilles et de l’UFA1 au Gabon

L’estimation des impacts sociaux

9L’estimation du degré d’impact est faite selon l’importance accordée à la variable par les membres de la communauté rencontrée. Dans certains cas, les impacts positifs ou négatifs sont évalués selon le niveau de développement local avant l’implantation de la compagnie comparativement à la situation qui prévaut depuis que la compagnie est présente dans la région. L’analyse documentaire, les enquêtes de terrain et les observations sont des outils qui vont permettre d’aboutir à une telle évaluation.

La cueillette des données

10Les données utilisées et analysées regroupent quelques données secondaires (les données sur la démographie) et les données primaires. Elles sont issues de plusieurs sources : la documentation, la base de données de la compagnie forestière, les données d’observation, les enquêtes effectuées dans les villages et dans les camps forestiers.

La méthode d’enquête

11Un sondage par questionnaire, administré lors des rencontres par groupes de discussion a été réalisé. Burdge (2004) propose que la collecte de l’information auprès des communautés locales, lors des évaluations d’impacts sociaux, notamment dans les pays en voie de développement, se fasse par des groupes de discussions restreintes. Ces groupes représentant une avenue pour réussir à acquérir la meilleure information auprès des populations, l’utilisation seule des questionnaires ne garantissant pas l’obtention de bons résultats. La méthode par groupes de discussion est également une des  voies pour interviewer plusieurs personnes en même temps (Ibid), surtout dans le cas où les moyens financiers sont limités. Ainsi, cette méthode d’enquête par groupe de discussion est adaptée à cette recherche qui ne vise pas à fournir un portrait statistiquement représentatif des caractéristiques d’une population mais une analyse qualitative de l’environnement social de l’UFA1.

Choix des villages et des camps forestiers

12Le choix des villages est fait selon deux critères : (i) ils subissent l’influence directe des activités forestières et (ii) ils sont à l’intérieur de l’UFA1. Seuls les camps forestiers habités au moment des enquêtes sont échantillonnés : Gongué, Onoye 1 et Offoué.

Échantillonnage

13Étant donné que les populations dans l’ensemble des villages vivent des problèmes similaires tels que les restrictions d’accès aux forêts, les conditions de vie médiocres, le bouleversement des systèmes de valeurs, les relations de dominants à dominés avec le service forestier et les exploitants forestiers, uniquement trois villages sont échantillonnés, sans risque de distorsion.  Ces villages sont Sogha, Indzambo et Divindé (figure 1).

Tableau 1. Variables d’enquêtes

Catégories de variables

Variables retenues

Caractéristiques démographiques

Sexe, région d’origine du travailleur, ancienneté, niveau scolaire, âge

Économique

Appartenance ethnique des villageois, type de travailleur forestier, type de travail,  revenu, emploi.

Culturelle

Héritage culturel, patrimoine,

Processus décisionnel

Pouvoir décisionnel, Autorité locale

Conditions de travail

Mode de rémunération, salaire, horaire, mode d’hébergement au camp, mode d’hébergement en brousse, équipements de protection, loisirs.

Information

Connaissance de la législation, connaissance des animaux protégés

Sélection des villages

14Pour se prémunir contre tout biais, nous avons procédé à un tirage aléatoire, en utilisant une table de noms des villages. Voulant que l’échantillonnage soit représentatif de la population, la méthode d’échantillonnage aléatoire simple a été choisie car elle permet à chaque village d’avoir la même probabilité de faire partie de l’échantillon appliqué (Baillargeon, 2001). Trois villages parmi les vingt et un de l’UFA1 sont sélectionnés et l’ensemble de leur population représente 23,35% de la population totale des villages.

Taille de l’échantillon

15La qualité et la validité d’une enquête dépendent de la taille de l’échantillon interrogé. L’échantillonnage se fait au seuil de confiance de 95%, avec une proportion égale à 5% et une marge d’erreur de 5%. L’échantillon n= (Z2a  X p(1-p))/e2 est égal à 73 personnes où Z est le seuil de probabilité, p la proportion de la population et e la marge d’erreur. Le nombre de  jeunes adultes comparativement aux personnes âgées dans les villages est défini en fonction de la représentativité de chaque catégorie dans la communauté.

Tableau 2. Présentation de l’échantillon de l’enquête

Lieu

Hommes

(âge>30 ans)

Jeunes-adultes

(âge de 20-30 ans)

Taille de l’échantillon

Villages (3)

27

13

40

Camp Gongué

20

0

20

Camp Offoué

10

0

10

Onoye 1

3

0

3

 Total

60

13

73

Figure 2. Évolution de la population  dans les villages  

Déroulement de l’enquête dans les villages

16Les enquêtes au sein des villages sont faites principalement au moyen des entretiens de groupe, réalisés à l’aide de questionnaires à cinq questions pour chaque catégorie identifiée : les adultes et les jeunes-adultes. Ce sont au total 10 questions abordant des préoccupations identifiées selon les variables d’enquête du tableau 1. Ainsi 40 personnes sont rencontrées dans les villages contre 33 dans les camps forestiers. Les réponses aux questions ouvertes et les réponses obtenues sont dépouillées, compilées et agrégées de telle sorte qu’une  analyse de contenu de l’information est réalisée.

Présentation des résultats et identification des impacts

17Les résultats obtenus suite à l’analyse des données permettent de présenter le profil socio-environnemental des personnes affectées pour une meilleure évaluation des effets subis par les populations des villages après l’implantation de la compagnie. Un profil socio-environnemental est considéré comme un référentiel précis et concis, constituant un cadre initial dont la fonction essentielle est de mettre en valeur les enjeux environnementaux pour les procédures d’évaluation environnementale (Lerond et al., 2004). C’est un outil de dialogue, dont l’intérêt réside dans la méthode d’élaboration partenariale qui permet une appropriation des conclusions des discussions par les acteurs locaux. Il est indispensable pour hiérarchiser et afficher clairement les enjeux. Il constitue le point de départ pour l’évaluation environnementale des politiques et ainsi contribue à leur mise en cohérence (Ibid).

Évaluation des impacts dans les villages

Impacts des activités forestières sur les peuples vulnérables (pygmées)

18Les communautés indigènes représentent les peuples les plus affectées par les activités industrielles du fait qu’elles dépendent totalement de la forêt. La destruction de l’habitat naturel des pygmées dans l’UFA1 les force à se rapprocher de plus en plus des villages et à essayer de s’intégrer au monde dit « civilisé ». Ce rapprochement avec les villageois se fait avec beaucoup de difficultés, notamment les problèmes de communication (dus à la langue) et d’adaptation. L’accessibilité facile aux pygmées, qui sont considérés comme de grands guérisseurs et tradipraticiens, engendre aussi des conséquences néfastes sur l’exploitation des espèces (animales et végétales) utilisées en médecine traditionnelle. Ces espèces se font de plus en plus rares et les distances parcourues pour trouver certaines de ces plantes en forêt sont de plus en plus grandes.

Augmentation de la population à résidence permanente

19La présence de la compagnie dans la région a engendré une augmentation importante de la population dans certains villages et dans les camps forestiers, comme on peut le constater sur les figures 2 et 3. Les espoirs suscités par la création d’emplois ont entraîné une immigration les chantiers forestiers et les villages près de ceux-ci. Par ailleurs, étant donné le nombre de licenciements recensés au cours des années qui ont suivi l’implantation de la compagnie, on a constaté une croissance du taux de chômage passant de 10% à 30% en moins de dix ans. Il touche surtout les jeunes adultes (20-30 ans) qui ont abandonné les études et sont retournés vivre dans leur village. La tendance à l’augmentation de la population dans les camps n’a pas permis de résorber le taux de chômage à cause du manque de qualifications des chômeurs pour effectuer certains travaux en forêt. La population des camps, a subit une augmentation de 415% au cours de la dernière décennie à cause de nombreux citadins en quête de travail au sein des entreprises forestières.

 Figure 3. Évolution de la population  dans les camps          

Impacts sur les éléments culturels

20De nombreux produits forestiers non ligneux dont les feuilles de Maranthacées utilisées pour l’emballage traditionnel, sont affectés négativement par la fragmentation du milieu. L’abattage des arbres à usages multiples tels que (Irvingia gabonensis, Garcinia Kola, Coula edulis, etc.) ayant une forte valeur marchande constituent des sources de conflits entre la compagnie et les villageois, d’autant que ces espèces deviennent rares. Les graines de ces arbres sont utilisées dans l’alimentation quotidienne des villageois.

Augmentation de l’utilisation des plantes médicinales

21Devant l’insuffisance des structures de santé dans la zone étudiée, les principales maladies : maux de ventre, fièvre, toux, diarrhée, paludisme, jaunisse, impuissance sexuelle, stérilité, envoûtement, sont soignées avec la pharmacopée locale. L’utilisation des plantes médicinales est très répandue dans la zone, avec 75% de la population qui y recourt. L’augmentation de la population entraîne aussi une forte augmentation de l’utilisation des plantes médicinales, dont la survie est menacée car les arbres qui sont utilisés pour des fins pharmaceutiques sont généralement écorcés, les rendant vulnérables et entraînant parfois leur mort. L’augmentation de l’usage des plantes et animaux pour la pharmacopée en fait des impacts potentiellement irréversibles.

Effritement des sociétés initiatiques

22Le Gabon est un pays qui recèle d’un grand nombre de coutumes et de rites de diverses tribus, vivant dans la grande forêt équatoriale. Les sociétés initiatiques ou organisations secrètes n’agissent plus sur les actes coercitifs ou tout autre crime puni par la communauté. Ces sociétés avaient un pouvoir décisionnel au niveau des communautés rurales. Cependant, ce pouvoir diminue de plus en plus à cause du brassage des civilisations. Par ailleurs, ces sociétés ont besoin de la présence des zones sacrées qui sont aujourd’hui détruites par l’exploitation forestière. Les forêts sacrées constituent les lieux propices pour les rencontres et rituels au cours desquelles on pratique l’invocation des esprits et des génies de la forêt par à travers lesquels ces sociétés secrètes acquièrent le pouvoir. La forêt est ainsi considérée comme un endroit qui facilite le séjour des esprits et génies, dotés d’une grande intelligence (Chrétien, 1993). Si les plantes de la forêt gabonaise constituent un élément indispensable à la vie quotidienne, elles sont aussi des accessoires indispensables pour des rites, notamment les danses, les cérémonies rituelles et les coutumes Raponda-Walker (1962). Les groupes initiatiques ont pour but l’adoration des ancêtres et représentent également des ligues de protection de la nature, au à travers des lieux et sites sacrés.

Impact sur les droits fonciers coutumiers

23Le contexte particulièrement flou du régime foncier gabonais entraîne des chevauchements entre les droits coutumiers, ceux des propriétaires des concessions forestières et les droits légaux reconnus par l’État. Les populations locales ont perdu leur légitimité face à la forêt au bénéfice des exploitants forestiers. Elles sont dépossédées de leurs droits ancestraux sans aucune forme d’indemnisation, la compagnie pratiquant des coupes de bois dans l’espace habité par les villageois. Dans un souci d’équité et de justice sociale, la nouvelle loi gabonaise sur les forêts (datant de 2001) prévoit une contribution financière des opérateurs forestiers afin que les revenus de l’exploitation reviennent aussi à la communauté. Cependant, le flou juridique donne aux concessionnaires forestiers la latitude de déterminer le montant et la manière dont ils peuvent contribuer au développement communautaire local. Il n’existe donc pas un cadre de conciliation qui permette de satisfaire les attentes des deux  parties prenantes.

24Par ailleurs, compte tenu du manque d’information sur la délimitation de l’espace forestier pour sa répartition entre les différents usagers, cet espace est au centre des problèmes de discorde entre les exploitants et les villageois. En effet, les exploitants forestiers empiètent régulièrement sur cette zone considérée comme le domaine forestier rural réservé pour les forêts communautaires (MINEF, 2001).  

Tableau 3. Résumé des impacts sociaux

Tableau 3. Résumé des impacts sociaux

Impact sur le pouvoir de décision des sages

25Cette course effrénée à l’accès au pouvoir par les jeunes crée un véritable conflit des générations. Les personnes âgées perdent leur autorité ancestrale face à la jeunesse qui ne semble plus accorder de l’importance aux valeurs sociétales traditionnelles.

Impact sur la structure économique

26La structure économique d’une localité peut être affectée positivement ou négativement (Jain et al., 1977).  L’impact des activités forestières sur la situation économique des populations est souvent perçu avec une vision positive par les autorités locales. Ceux-ci ne considérant que le seul aspect de la création d’emplois potentiels par une compagnie qui s’installe dans la région. Il y a eu peu d’impacts positifs sur le développement économique local et les systèmes de production. Les villageois ont exprimé leurs inquiétudes face à l’augmentation des prix des  produits de première nécessité depuis l’implantation de la compagnie Leroy-Gabon dans la région. En effet, le pouvoir d’achat élevé des travailleurs forestiers, dont les revenus sont largement supérieurs à ceux des villageois, est la cause de cette situation.

Augmentation des conflits

27Les types de conflits peuvent être abordés de diverses manières selon leur fréquence et leur intensité. Les conflits dans l’UFA1 se font à une fréquence de deux ou trois conflits au cours d’une année et elles sont d’une forte intensité (barrages de routes, menaces de mort avec les fusils de chasse, violence physique et verbale). Les conflits de types horizontaux, opposant une même catégorie d’acteurs sociaux, comme par exemples deux villages, peuvent survenir si la compagnie satisfait les exigences d’un village par rapport à un autre. Les conflits de type vertical qui opposent généralement des acteurs de nature différente.

28Les relations entre l’administration forestière locale et les villageois sont principalement marquées par une absence de collaboration et un déficit de communication. Les représentants de l’administration des Eaux et Forêts, agissant au nom de l’État, se plaignent du manque de moyens financiers et logistiques pour réaliser des campagnes de sensibilisation dans les villages et auprès du concessionnaire forestier. Par ailleurs, les actions menées par le service forestier local sont essentiellement de la répression.  Par contre, les relations entre Leroy-Gabon et les populations locales  s’articulent de manière ponctuelle par l’offre de quelques emplois temporaires au sein de l’entreprise, quelques actions d’aide à l’amélioration des conditions de vie dans les villages, notamment  la fourniture de matériaux de construction pour l’amélioration de l’habitat villageois. Ces actions volontaires de l’exploitant ne permettent cependant pas de garantir un climat d’entente, de confiance et de collaboration avec les populations car elles se déroulent sur un fond de précarité économique. Il apparaît donc que les relations actuelles entre Leroy-Gabon et les villageois ne sont pas de nature à favoriser un partenariat en vue d’une bonne mise en œuvre d’un plan d’aménagement dans l’UFA1. Par ailleurs, les rapports entre l’administration forestière locale et Leroy-Gabon  sont formels à travers le paiement des taxes forestières et le respect de la loi sur les forêts.

Évaluation des impacts dans les camps

Impact sur les femmes des travailleurs forestiers

29Les femmes des travailleurs forestiers n’ont pas d’activités économiques ni communautaires. Les petites activités commerciales, comme la vente de produits forestiers non ligneux, ne sont pas rentables. Ces femmes s’occupent cependant à des tâches ménagères, certaines d’entre-elles possèdent quelques parcelles d’exploitations agricoles familiales. Ces femmes considèrent qu’elles vivent dans des conditions d’isolement permanent car leurs époux passent 90% de leur temps hors des camps forestiers.

Instabilité d’emploi

30Les emplois sont précaires à Leroy-Gabon. Le temps d’ancienneté au sein de la compagnie est très court, et varie entre quatre et cinq ans, pour une compagnie qui est installée depuis près de 15 ans dans la région. Seulement une dizaine de personnes y travaillent de manière stable depuis son implantation au début des années 1990. Cette précarité d’emploi s’explique par les nombreux licenciements qui surviennent au sein de l’entreprise. L’absence de comités de défense des droits des travailleurs accentue la tendance.

Exposition aux risques

31Les travailleurs ont fait part d’absences répétées au travail, dues aux malaises et blessures. Les abatteurs à la tronçonneuse constituent les travailleurs les plus exposés aux risques d’accidents, notamment l’écrasement par un arbre, des coupures et des blessures graves. On dénombre en moyenne une vingtaine d’accidents de travail au cours d’une année pour les abatteurs, certains s’étant terminés par des décès ou la perte de membres corporels (bras, jambes), entraînant une incapacité de travail à vie. Cependant, les  indemnisations octroyées suite à ces accidents sont insignifiantes et ne couvrent pas le préjudice moral et physique.

Impact des conditions de transport sur la santé des travailleurs

32L’un des principaux facteurs qui ont un impact sur la santé des travailleurs concerne les conditions dans lesquelles les travailleurs sont transportés dans des camions comme du bétail. Ceux-ci se plaignent de violents maux de dos dus à la position dans laquelle ils voyagent pour atteindre leur lieu de travail. Au moment de notre collecte des données, la distance parcourue était évaluée entre 150 et 200 kilomètres par jour, incluant le trajet aller et retour vers les camps.

Hygiène publique

33Lorsqu’il a été construit, il y a près de quinze ans,  la capacité prévisionnelle d’accueil pour le camp de Gongué était évaluée à une centaine d’employés avec éventuellement quelques membres de leur famille. Cependant, au fil des ans, la population a presque quadruplé de 1993 à 2001, passant de 500 à près de 2000 personnes (Ondo, 2001). Cependant, les structures d’accueil n’ont pas changé proportionnellement à cette croissance démographique qui est favorisée par un faible contrôle des personnes entrant dans les camps forestiers.

34On note une accumulation des déchets sur l’environnement biophysique et humain. L’augmentation de la population dans les camps entraîne une augmentation de la quantité de déchets ménagers produits. Par ailleurs, les activités forestières et certaines infrastructures construites dans les camps et au sein de la forêt constituent une source importante de déchets.  Quatre types de déchets sont identifiés dans l’ensemble de l’UFA1: les déchets ménagers (boîtes de conserve, emballage, etc.), les déchets industriels (ferraille, huiles usagées, vieux pneus, bidons plastiques vides, fûts) et les déchets biomédicaux.

35Les déchets ménagers sont jetés directement dans des rivières entourant les camps ou simplement derrière les habitations, accentuant le nombre de cas des personnes atteintes de diarrhée, selon les informations recueillies auprès des infirmiers. La proximité des fumiers par rapport aux habitations facilite la prolifération des moustiques, vecteurs du paludisme. En effet , les moustiques se retrouvent souvent dans les eaux stagnantes et dans des boîtes de conserve vides. L’eau consommée par les travailleurs forestiers des camps, qui provient essentiellement de la rivière Gongué et du fleuve Offoué, n’est pas traitée bien qu’elle soit polluée. Cependant, les travailleurs européens sont ravitaillés, tous les vendredis, en eau minérale embouteillée.

36La pollution chimique volontaire, causée par le déversement des déchets et par les hydrocarbures, est courante. L’absence d’un site d’enfouissement des déchets (ménagers et industriels) a un impact considérable sur l’insalubrité des camps. La dissémination des déchets industriels en pleine forêt peut avoir un impact considérable sur la faune terrestre, notamment les petits animaux, dont les boîtes de conserve vides, laissés par les travailleurs forestiers, peuvent constituer de pièges. Les huiles usagées des véhicules et des camions sont vidangées directement dans les rivières, menaçant ainsi la faune aquatique.

Augmentation de la prévalence des maladies sexuellement transmissibles

37Bien qu’on ne puisse pas prédire le taux de prévalence des maladies sexuellement transmissibles (MST) dans les camps forestiers, les infirmiers des trois camps affirment que le phénomène est inquiétant. La Syphilis, le Gonococcie et l’herpès sont des maladies qui affectent surtout la gente masculine. Ces camps forestiers sont des niches potentielles de transmission des MST à cause de relations à risque ou non protégées. Le vecteur principal des MST semble être la présence de prostituées dans les camps, selon les commentaires recueillis lors des enquêtes.

Résumé des impacts sociaux

38Un résumé des résultats des impacts est présenté au tableau 3. Comme on peut le constater, les effets positifs sur les populations rurales, de l’implantation de la compagnie Leroy-Gabon sont peu nombreux. Par ailleurs, de nombreux éléments sociaux sont affectés négativement par la présence de la compagnie.

Conclusion

39Le contexte social de l’aménagement est caractérisé par les enjeux suivants: (i) le chômage ou l’absence de sources alternatives de revenus, (ii) une carence de circuits de commercialisation des produits vivriers, (iii) la négligence des problèmes existentiels des populations et (iv) l’injustice sociale. Les populations locales ne détiennent aucun droit de propriété ou d’usufruit, ce qui constitue un problème juridique important. La situation des camps forestiers se caractérise un manque de prise en compte des questions sanitaires et de sécurité des travailleurs forestiers. Par ailleurs, on note une augmentation de la population des camps forestiers accentuant les problèmes d’insalubrité. Du fait d’un manque d’une gestion concertée entre les différents acteurs de l’UFA1, l’implantation de la compagnie a entraîné des impacts sociaux négatifs, dont certains sont irréversibles.

Biographie

40Dr Célestine Mengue Medou est Ingénieur forestier, chargée d’Étude à la Vice-Primature au Gabon. Elle est diplômée de la maîtrise en sciences forestières de l’Université Laval et Docteur en sciences de l’environnement de l’Université du Québec à Montréal. Elle a travaillé pendant des années au Ministère des Eaux et Forêts du Gabon. Elle travaille actuellement sur la prise en compte des évaluations environnementales durant le processus d’élaboration des plans d’aménagement forestier, pour une gestion durable des ressources forestières. Jean-Philippe Waaub est professeur au département de Géographie de l’Université du Québec à Montréal. Il est spécialiste en évaluation environnementale et en analyse multicritère.

Haut de page

Bibliographie

ATIBT (Association Technique Internationale des Bois Tropicaux), 1997. L’aménagement durable des forêts denses humides. Lassay-les-Chateaux, France. 100p.

ATIBT, 2001. Étude sur le plan pratique d’aménagement des forêts naturelles de production tropicales africaines. Application au cas de l’Afrique centrale. Premier volet : production forestière. Paris, France, ATIBT, 91p.

Burdge, R. J. (2004). The concepts, process and methods of social impact assessment. Social Ecology Press, Middleton, Wisconsin. 307p.

Burdge, Rabel. J. 2003. The practice of social impact assessment. Impact Assessment and Projet Appraisal, 21 (2&3): 84-250.

Burdge, Rabel. J. 2002. Why is social impact assessment the orphan of the assessment process ?. Impact Assessment and Project Appraisal, 18(3): 3-9.

Baillargeon, 2001. Méthodes statistiques avec applications en gestion, production, marketing, relations industrielles et sciences comptables. Trois-Rivières, Québec : Éditions SMG. 896p.

Banque Mondiale. 1999. Manuel d’évaluation environnementale (Édition française). Volume I : Politiques procédures et questions sectorielles. Secrétariat Francophone de l’Association internationale pour l’évaluation d’impacts. Washington et Montréal. 285p.

Chrétien, JP. (1993). L’invention religieuse en Afrique : histoire et religion en Afrique noire. ACCT. & éd. Karthala. Paris. 487p.

Duvigneaud, P. 1974. La synthèse écologique. Doin, Paris, 296. In Benoît Gauthier, 1996. Un modèle de développement durable appliqué aux industries minières du Québec. Groupe de recherche en écologie sociale (GRESOC). Université de Montréal. 119p.

Francis, P. et Jacobs, S.1999. Institutionalizing social analysis at the Work Bank. Environmental Impact Assessment review, 19 (3): 341-357.

Jain, R.K., Urban, L.V, et Staceay, G.S. 1977. Environmental impact analysis: a new dimension in decision making. Van Nostrand Reinhold Environmental Engineering Series. Litton Educational Publishing, Inc. 331p.

Lerond, M; Larrue, C; Michel, P; Roudier, B, et C, Sanson. 2004. L’évaluation environnementale des politiques, plans et programmes : Objectifs, méthodologies et cas pratiques. Éditions TEC&DOC, Londres, Paris, New York. 311p.

MINEF, (2001). Code forestier en République gabonaise. Ministère des Eaux et  Forêts de la Pêche, du reboisement, Chargé de l’environnement et de la protection de la nature. Libreville, Gabon. 30p.

OIT (Organisation internationale du travail), 1997. Des nouvelles directives pour protéger les bûcherons des forêts. Bulletin Travail, No 21, Septembre/Octobre.

Ondo, R. 2001. Étude socioéconomique de la forêt des Abeilles. Leroy-Gabon, Gongué.

Raponda-Walker, A. et Sillans, R. (1962). Rites et Croyances des peuples du Gabon : Essai sur les pratiques religieuses d’autrefois et d’aujourd’hui. Présence Africaine. Paris-V. 377p.  

Vanclay, F. 2003. International principles for social impact assessment. Impact Assessment and Project Appraisal, 21 (1) : 5-12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Célestine Mengue Medou et Jean-Philippe Waaub, « Évaluation des impacts socio-économiques : cas d’unité forestière d’aménagement de la compagnie forestière Leroy-Gabon », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 6 Numéro 2 | septembre 2005, mis en ligne le 01 septembre 2005, consulté le 06 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/4392 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.4392

Haut de page

Auteurs

Célestine Mengue Medou

Vice-Primature, Ministère de l’Environnement, de la Protection de la nature, de la Recherche et de la Technologie, Libreville, Gabon, menguec@yahoo.fr

Jean-Philippe Waaub

Professeur, Département de géographie, Chercheur au Groupe d'études interdisciplinaires en géographie et environnement régional,  Université du Québec à Montréal   waaub.jp@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search