Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesDébats et Perspectives2024Échelles et variations des couleu...

2024

Échelles et variations des couleurs des champs

Réflexions appliquées au Grand Est français
Jean-Pierre Husson

Résumés

Ce propos relève d’une réflexion personnelle, sensible, voire poétique. Il aborde ce sujet par une sorte de géographie traversière, voire d’égo-géographie des paysages nourriciers. Leur diversité est renouvelée par la fugacité et les variations des couleurs en fonction des itinéraires techniques. L’abord retenu diffère donc d’un cadrage méthodologique déjà exploré par ailleurs. Tons et couleurs relèvent principalement du travail des paysans, des stratégies arrêtées pour appliquer des rotations dans les trains de cultures. Les couleurs sont surtout le reflet de temporalités pressées. Elles sont trop souvent simplifiées, tracées en grosses mailles. L’échelle des terroirs, des mosaïques fines, a longtemps servi de référence aux paysages ruraux européens, mais s’étiole alors que sont réclamées de solides trames vertes et bleues (TVB). La couleur entre dans les critères d’évaluation d’agrosystèmes capables de résilience, d’adaptation et de projections inventives pour envisager l’avenir. Nous constatons une distorsion entre, d’une part, la réalité agro-rurale inquiète, voire très en colère, la contrainte imposée de devoir nourrir environ 9 milliards d’hommes et d’autre part les envies de campagnes locales exprimées par nos concitoyens.

Haut de page

Texte intégral

Accroche

1Aborder les échelles et les variations des couleurs des champs sert à se frayer un chemin de traverse plutôt désobéissant, sensible et non conformiste pour traiter de l’agricole dans les turbulences que ce secteur vit. C’est une façon de nouer le dialogue entre les paysans, les agronomes, les géographes et tous ceux qui croisent l’écologie et l’épaisseur spatiale des paysages ruraux. Les couleurs sont des sortes d’espace-temps, des révélateurs de notre façon d‘habiter la planète. L’état de l’art proposé aborde le concret, l’utopie et le projet, les durées et encore les ressentis.

Le paysan « mobilise des proportions, des échelles, des rythmes, des couleurs, des ombres et des lumières […], il doit être à la fois technicien, marchand, artiste. » (Jean-Pierre Deffontaines, géoagronome, 1998, p. 328)

Introduction

  • 1 Dans son livre, le forestier Aldo Léopold décrit les couleurs de la Grande prairie américaine. Il t (...)
  • 2 En 2022, le blé et même la moutarde ont été des produits sensibles. À la suite de la guerre et du b (...)

2La citation placée en exergue résume bien le cadrage du sujet. Il interroge les couleurs des agrosystèmes actuels sans se prêter à une nostalgie passéiste. Ce questionnement invite à croiser plusieurs approches parfois opposées dans leurs démarches, leurs attentes et les résultats escomptés, en particulier la défense du principe de souveraineté alimentaire, mais également le concept de bien commun. À la suite d’Aldo Léopold (1947)1 qui nous invitait à penser comme une montagne, essayons de penser comme un champ, avec les variations dans ses couleurs successives, en retenant pour toile de fond la cohabitation raisonnée des successions de pratiques agricoles afin de produire tout en revivifiant les substrats. Les espérances de récoltes résultent d’une équation entre les choix techniques, la distribution des quantités de précipitations reçues, les données du marché mondial2, les niveaux d’aides escomptés.

3Ensuite, toutes les attentes d’externalités positives à retenir pour conserver des campagnes amènes, voire riantes et bruyantes de vie sont mobilisées. La biodiversité ordinaire ou exceptionnelle est associée aux couleurs des champs. Préserver la vie des sols par des labours peu profonds change la couleur d’ensemble des campagnes. Désormais, s’ajoute également l’impératif d’une approche économe du foncier, qui s’exprime dans la mise en place puis la révision des Schéma de Cohérence territorial (SCoT), édités pour encadrer puis prohiber la consommation des terres agricoles par l’urbanisation. Les formes d’étalement urbain sont contraintes dans l’enveloppe du périmètre autorisé à la construction. En France, il s’agit du Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi), appliqué à la suite de la réforme dictée par la loi NOTRe de 2017.

4Précédemment, la Surface agricole autorisée (SAU) a été à la fois trop grignotée et simplifiée, jusqu’à faire disparaître des espèces iconiques des champs ouverts (openfields), par exemple le Milan royal ou l’Alouette lulu. Dans les couleurs des agrosystèmes s’impose la dominante conquérante du jaune. L’érosion du vert est à la mesure du recul sans appel des systèmes polyculturaux. En 2021, la région Grand Est (3 millions d’hectares de SAU dont 1,345 couchés en céréales, 0,9 milion d’hectares en prairies) conserve 41 000 exploitations agricoles. 25,2% des chefs d’exploitation sont âgés de plus de 60 ans et préparent leur succession, avec ou sans successeur sur site. 19,4% des paysans sont intégrés à des circuits courts. Les grandes exploitations définies par une production brute standard (PBS) supérieure à 250 000 euros occupent 47% de la SAU, ce qui est à rapprocher des 56% couverts par les céréales et protéagineux.

5Le hiatus opposant la réalité et l’envie de campagne des citoyens change de dimension, de sens et de rapport de force. Les exploitants devenus très minoritaires, parfois sans attache avec le support foncier qu’ils travaillent, ne se sentent pas concernés par ce qui définit le local. Au pire, ils sont venus chercher des primes et appliquent le principe éviter, réduire, compenser (ERC). Globalement, le cliché du paysan-pollueur persiste alors que cette profession a la lourde responsabilité de nourrir nos concitoyens en ayant réduit cette part de budget dans les dépenses familiales. La récente inflation tend à modifier à la hausse cette distribution. Les paysans doivent également être capables de continuer à dégager une balance commerciale positive et encore garder en bonne santé les territoires.

  • 3 La référence à l’arc- en- ciel invite à ajouter l’indigo, bleu foncé avec des reflets violets et ro (...)

6Le sujet des couleurs des champs invite d’abord à préciser les mots des géoagronomes (Lardon, 2012). Les couleurs sont le résultat de la décomposition de la lumière blanche solaire. Le spectre lumineux contient six couleurs fondamentales : violet, bleu, vert, jaune, orange, rouge3. Les couleurs obéissent à une grammaire, respectent des codages, obéissent à un langage. Elles traduisent des intentions qui dépendent de notre culture, de notre environnement, de notre âge (Deville et Spielewoye, 2020 ; Husson, 2020). Pour traiter des couleurs dans le cadre agricole, les camaïeux et tons s’expriment prioritairement à l’échelle des grandes parcelles et des objets connexes qui les entourent : haies, arbres épars ou arbres hors forêt (AHF), chemins et fossés délaissés, bords des champs. Les bandes enherbées où se retrouvent le coquelicot et les autres adventices épargnés par les traitements phytosanitaires sont essentielles. Pour Isaac Chiva (1991), la parcelle relève de la grammaire des champs. Elle est morphogénétique, fonctionnelle, juridique. Elle donne du sens aux échelles emboîtées et aux discontinuités agraires. Sa forme n’est pas figée.

  • 4 Façon prudente et pertinente de conduire un train d’assolement en respectant les potentiels du mili (...)

7Au contraire, elle évolue en contiguïté du positionnement des installations classées, avec leurs volumineux ateliers exposés au regard. Les mosaïques de vastes damiers colorés forment l’ordinaire des exploitants installés au milieu de leurs terres. Tons et nuances de couleurs dépendent des assolements et assolages4. Ils établissent un compromis entre la production et les adaptations aux transitions. Les labours superficiels qui égratignent la terre sur 10 à 18 centimètres s’étendent. Ils sont une parade pour freiner l’évaporation des sols et obtenir une optimisation de l’enfouissement des déchets. Ces pratiques récentes ont des répercussions sur les couleurs des champs, des semis ou faux semis pratiqués pour protéger le sol.

8Le sujet impose une réflexion sur les associations chromatiques à rapprocher des notions de masse, forme, ombre, éclat. Les couleurs sont un bien partagé à protéger, promotionner (Lenclos et Lenclos, 1990) et à mettre en récit afin d’en souligner toutes les qualités esthétiques et l’épaisseur du temps. Dans les champs de blé se trouvaient les Coquelicots immortalisés par Claude Monet, mais également portés par le souvenir de la Grande Guerre. Cet adventice indigène sur le front (Champagne, Lorraine) fut l’emblème de la Légion canadienne et immortalisé par le poète-soldat John Mc Crae. Enfin, les couleurs des champs changent avec les saisons, ce qui a toujours passionné poètes, musiciens, peintres et aquarellistes. Pour Clara Breteau par exemple, « le poétique trouve son terreau dans nos façons de faire signe et sens des lieux. Dans la Grèce préclassique, la poïesis désignait une production impliquant une transformation de la matière » (2022, p. 14). Une réflexion à propos du cheminement porté par une grille de lecture sensible d’un échantillon paysager clôture la première partie. Le précurseur de cette approche fut Charles Avocat (1982). Avec l’usage croisé des appareils photographiques numériques, la lecture de la planète vue du ciel et les SIG, cette méthode a considérablement progressé et s’est diversifiée dans les questionnements formulés.

  • 5 En 2022, l’anomalie positive estivale s’est élevée à + 2,3° (+2,7° en 2003), avec un cumul de 33 jo (...)
  • 6 Pour plus d’informations, voir le site du Département de la santé des forêts [En ligne], URL : http (...)

9Dans un second temps, il s’agit de donner du mouvement et de la vie à ce qui vient d’être énoncé. Les campagnes sont revendiquées comme des espaces polyphoniques coloriés. Est-ce si vrai si l’on se réfère à la prédiction avérée de la biologiste Rachel Carson annonciatrice, dès 1962, de printemps silencieux faute d’oiseaux ? Les jeux et alternances de couleurs forment des successions parfois heurtées par les modifications climatiques : la perte de manteau neigeux si nécessaire au blé d’hiver, les sols dénudés roussis par les canicules5 après des moissons avancées dans le temps, les forêts stressées transitant du stade de maladies endémiques à des épidémies6. Dans le Grand Est, l’épicéa, le sapin, le hêtre sont vulnérables.

10Sur les dalles calcaires filtrantes, les hêtres à pain racinaire peu profond ne sont plus adaptés à ce type de station. Les coupes sanitaires aux prix très dépréciés versent sur le marché des bois qui ne rétribuent plus le sylviculteur. Les campagnes se ternissent dans des dominantes grises, vert- kaki, même si la céréaliculture conquérante impose des calendriers verts puis jaunes d’or. L’impact du Grenelle de l’environnement, le souci affiché par les consommateurs de mieux manger et d’acheter local, sont des éléments à prendre en compte pour tenter de trouver un tournant agricole qui n’a pas réussi en 2003, quand furent abandonnés les contrats territoriaux d’exploitation (CTE).

11Pourtant, les CTE (1999-2003) ont été une expérience pertinente, vite abandonnée, car jugée trop couteuse et freinant le maintien de la France dans le classement des puissances agricoles exportatrices. Ces instruments à vocation territoriale (Léger et al., 2006) s’accordaient avec l’objectif des agronomes à traduire la SAU en unités agro-physionomiques (UAP). Il s’agissait alors d’identifier des objets agraires définis par un cœur et des marges. L’analyse des iconographies et couleurs des atlas paysagers du Grand Est d’Abi Hayla et al. (2022) souligne cette simplification souvent drastique des lignes et couleurs des champs. Ce travail aborde les formes, les dimensions des champs et encore les expressions graphiques et textuelles de ceux qui ont conçu des atlas évolutifs et participatifs.

Avec quels mots le géoagronome aborde-t-il les couleurs ?

Agrosystèmes, trains de cultures, assolages et cohabitation de couleurs

  • 7 En 1967 fut créée l’AIC (Association Internationale de la couleur). Elle apporte des réponses aux q (...)
  • 8 Pour plus d’informations à ce sujet, consulter la revue biannuelle Histoire et sociétés rurales (HS (...)

12L’agriculteur-artisan était producteur de formes pensées dans des échelles fines. Jusque vers 1960, ces formes établies au rythme lent du pas du cheval créaient de la bigarrure de couleurs7. Ceci est totalement révolu et relève du registre de l’histoire agraire8. Au mieux, il en demeure des traces, cicatrices et palimpsestes qui servent de base de travail aux géoarchéologues. Cette organisation secrétée sur le temps long est enfouie dans les sols, survit sur des images satellitaires verticales, mais est presque éteinte au sol pour un œil non averti. Ce constat est également déphasé par rapport à la référence actuelle du laboureur équipé d’une tablette, d’un GPS, et cetera.

  • 9 Les OTEX relèvent de directives européennes établies à partir des recensements agricoles. Elles son (...)

13L’idée de territoire demeure cependant dans les trois actions successives ou simultanées d’identification, d’évolution en fonction des intentions et organisations (Elissalde, 2002). Pour Elissalde, le territoire est à la fois polysémique et polyphonique (2002, p. 197). La couleur des agrosystèmes invite à donner priorité à l’échelle fine, celle de la grosse parcelle ou du groupe de parcelles porté par une solidarité écosystémique partagée. L’approche agronomique et colorée des champs est modifiée au gré des saisons et des successions de cultures. Les tonalités de la terre changent selon les rotations culturales dictées par les orientations techno-économiques (OTEX)9. Les assolements créent des modélisations spatiales, des itinéraires qui impactent la physionomie des champs. Des successions de plantes imposent des alternances pour ménager les sols et préserver la biodiversité hébergée. Quand la culture du colza était encouragée par la Politique agricole commune (PAC), l’étendue de sa couleur jaune très soutenue créait des damiers esthétiquement beaux.

14Aujourd’hui, ces parcelles sont en fort recul, sauf sur les terres à cailloux, là où cette culture demeure nécessaire pour ne pas fatiguer le sol. Ce choix permet de réduire le recours à une dose d’intrants compensant l’insuffisante fertilité du substrat. La gestion des assolements a été facilitée par les progrès dans la cartographie parcellaire, avec initialement les dossiers des primes PAC remplis par les paysans. Généralisée en 1998, la digitalisation a élargi l’usage du cadastre en direction de la BD parcellaire10 et de la récente généralisation des données d’occupation du sol (OCS GE 2). Ces données forment une couverture au 1/3000° des campagnes11.

  • 12 Dans le Grand Est, l’antenne de Mirecourt a travaillé avec le groupe Nestlé et ses prédécesseurs po (...)

15Un suivi actualisé est possible. Il conserve en mémoire le contenu des grands parcellaires. De là à placer sur ces données des scénarios d’occupation intelligente et prudente des sols, il n’y a qu’un pas. Ce dernier fut franchi avec la conduite des travaux précurseurs de l’Institut national de la recherche agronomique - Sciences pour l’action et le développement (INRA-SAD)12. L’assolage aborde sur des rotations longues l’articulation entre les itinéraires techniques et les surfaces agricoles, entre production et protection. Ce choix modifie de facto l’agencement des couleurs. Il invente l’alternance de cultures sollicitant différemment les sols. Cette démarche offre des parades contre les canicules, avec l’encouragement à la culture du lin, des lentilles, de la moutarde, et cetera.

Les couleurs dans la mise en scène des agropaysages

16L’ordonnance des lignes, plages, plans, points dessine les paysages et leurs architectures. À ceci s’ajoutent la taille, les volumes et encore l’exposition à la vue des éléments étudiés. À la suite des rapides successions dans les révolutions agricoles, les changements opérés ont souvent été perçus comme iconoclastes par ceux qui étaient nostalgiques des temps passés faussement jugés presque immobiles. Les avis concernant ces évolutions rapides et silencieuses sont fréquemment sévères, injustes, et à nuancer. Les progrès technologiques et génétiques furent un passage obligé pour nourrir les populations qui conservaient le souvenir de temps de pénurie récurrents. Avec la mondialisation, l’accélération de la circulation des pondéreux agricoles de par la planète eut des conséquences déstabilisantes, en particulier à cause de l’industrie agroalimentaire dans ses dimensions capitalistiques. De ces évolutions, les lignes et couleurs des agrosystèmes sont sorties trop simplifiées pour être suffisamment résistantes et résilientes aux stress. Il y a eu rupture du continuum dans la mise en scène des paysages et des couleurs. Il n’existe plus réellement de liens entre les parcellaires passés et les mosaïques actuelles.

  • 13 La redécouverte des couleurs par Claude Monet (1840-1926) après son opération de la cataracte de l’ (...)
  • 14 À rapprocher du célèbre sfumato de Vinci, des effets vaporeux de la condensation sur les champs ou (...)

17La définition du paysage avancée en 1983 par Jean-Robert Pitte ne se retrouve plus véritablement dans les agencements et les couleurs des actuels agrosystèmes. L’organisation agraire s’est diluée dans des formes inédites, précédemment jamais expérimentées. La couleur n’est pas une matière, mais une sensation qui dépend de notre œil13, de notre état d’âme, de nos sentiments. L’agencement des couleurs se lit par plans superposés. Il fait le distinguo entre ce qui est bien tracé et l’arrière-plan laissé flou. La lecture des couleurs est affaire de lisibilité14, d’animation, de rythme. Elle est infléchie par la topographie, avec des sites exposés et inversement des zones occultées, masquées par un versant, un rideau d’arbres, et cetera.

  • 15 À relier au travail des arpenteurs-géomètres du 18e siècle. Ils levaient des cartes et plans coloré (...)

18Nous ne sommes jamais éloignés de la démarche des peintres15 (Husson, 2024), du point de fuite du tableau, mais également de la confrontation entre ce qui perdure et l’éphémère, entre la clarté et la tonalité des couleurs, entre les tons chauds et froids. À ces sujets, Lenclos écrivait en 1990 : « La tache colorée est étroitement liée à un volume ou une surface. Chaque couleur est en corrélation avec son environnement » (p. 12). Sur la page manuscrite d’introduction à son livre, Lenclos relate également sa rencontre avec Balthus à la villa Médicis à Rome. Pour cet artiste, « dans la peinture, presque tout se joue entre les chauds et les froids » (p.9).

19La couleur est enfin affaire de lumière. Elle peut être solaire, incandescente ou fluorescente (Lenclos et Lenclos, 1990, p. 17). Ainsi abordé, le paysage s’interprète d’abord par des lignes de force, en particulier à partir des couleurs changeantes de l’horizon, avec en ombre chinoise des ripisylves, des boqueteaux. Suivent les plages de couleurs facilement associées aux damiers des champs et aux étendues des massifs forestiers. La couleur est également distribuée par points : un objet vu de très loin ; un clocher, une éolienne, un arbre champêtre au port étalé, voire un point noir, autrement dit un élément qui heurte l’harmonie de la mise en scène paysagère. Dans le Grand Est, ce peut être un bunker en ruine. Communément, il s’agit d’un délaissé.

Les variables : couleurs des saisons et des sols

20La succession des saisons accuse désormais de fortes irrégularités. Les calendriers agraires en sortent modifiés. La crainte de la pénurie d’eau se profile un peu partout et les incendies forestiers tendent à se propager. Il faut modifier les itinéraires agricoles pour contrer ces dysfonctionnements, valoriser les plantes économes en eau, voire apprendre à remplir différemment nos assiettes. Les paysans interrogent le ciel à partir de la météo agricole16 et disposent de prévisions très fiables pour tenter de trouver des parades face à des suites de saisons de plus en plus déréglées. La France océanique et à nuance continentale est en train d’oublier l’hiver et le souvenir des grands froids (1709, 1956). Le manteau neigeux diminue en durée et en épaisseur, voire, disparaît ; ce qui modifie la culture des blés d’hiver. La couleur des champs est désormais distendue par rapport à celle des saisons, sauf si un fait culturel fort s’en porte garant. C’est le cas avec sakura, l’éclosion des cerisiers en fleur au Japon, avec la fête des citrons à Menton (Côte d’Azur) à la fin de l’hiver.

21Quand les nombreux paysans travaillaient les terres d’un finage peu étendu et émietté, ils créaient d’innombrables toponymes pour s’y repérer. Sur le cadastre dit napoléonien, les couleurs des sols furent abondamment renseignées : terres blanches, rouges, noires « peutes » (vilaines), « petites » terres, et cetera (Prévost et Morlon, 2024). À ce propos, Jean Boulaine évoquait l’agrologie ou étude de l’ager (1970). Aujourd’hui, ces noms de lieux sont figés, ont perdu leur intérêt ou ont disparu des références cadastrales. Pourtant, les couleurs des sols et des dépôts des lœss sont importantes et remises à l’ordre du jour en voulant infléchir les doses d’intrants dans les sols. Ce geste relève de trois principaux paramètres : la fertilité, l’arabilité, la planimétrie. Depuis 2017, les agriculteurs du Grand Est s’engagent à leur façon dans des formes d’agriculture respectueuses en ayant adopté la charte ClimAgri. La profession poursuit également une démarche de diagnostic énergie-GES (gaz à effet de serre). Les canicules de 2019, 2020 et 2022 invitent à accélérer et à étendre ce mouvement.

Lecture sensible des couleurs sur un linéaire agricole

22L’investigation du terrain est à la fois un enjeu pluridisciplinaire et un regard croisé posé sur l’espace. Ceci est couché dans des carnets, dessinés en blocs-diagrammes, conservés dans des fichiers numériques d’images. Ce sujet prend un supplément de sens et d’âme en y ajoutant des réflexions esthétiques, des ressentis, des humeurs. L’arpentage du terrain produit des connaissances géographiques et apporte aussi de l’intimité avec l’endroit imprégné. La perception des couleurs est à associer à l’éveil de la mobilisation de tous les sens pour mettre en scène un lieu : le goût des lieux, ses musiques et ses bruits, ses parfums.

23La méthode initiée par l’école du paysage de Besançon consistait à prendre de façon aléatoire, dans des trajets mesurés ou dans des distances temps réguliers (par exemple tous les 200 mètres ou à intervalle de 5 minutes de marche) des clichés orientés selon les points cardinaux. Cette méthode demeure pertinente pour aborder les couleurs de l’agricole. Elle peut être enrichie par des prises sonores puis nuancée en fonction de la position du soleil (aube, lever, zénith, coucher, crépuscule).

24Cette approche est à croiser avec les apports des grilles de lecture sensibles naguère initiées par Charles Avocat et reprises par les Conseils d’architecture, d’urbanisme et d’environnement (CAUE). Elle définit les dominantes de couleurs depuis des clichés pris systématiquement à partir d’un carroyage pré-établi. Ainsi, la ville de Gueugnon (Saône-et-Loire) connue pour ses forges et son équipe de football avait commandité une enquête reposant sur cette méthode. Il en était ressorti que le vert est la couleur dominante de cette zone et non pas les couleurs plus ou moins rouillées de l’industrie lourde.

Des polyphonies colorées en mouvements

  • 17 La catastrophe du Dust bowl succède à la mise en culture des terres fragiles dans l’Oklahoma, le Ka (...)

25Les territoires sont polyphoniques. Comme l’œuvre musicale interprétée sous la houlette d’un chef d’orchestre, ils relèvent de compositions déclinées à plusieurs voix, avec en référence la voix de la raison, de la prudence, voire de la routine et parfois de l’inconséquence liée à un goût trop prononcé pour le gain17 via la recherche de la rentabilité à court terme comme principale motivation agricole. Cette dernière option peut aller jusqu’à rompre la cohérence de l’organisation du « théâtre des champs ». Le mot « théâtre » fut imaginé par Olivier de Serres qui en fit le titre de son ouvrage le plus connu paru en 1600, réédité en 2019 pour le 400e anniversaire de sa disparition. En agronomie, l’urgence, la compétition ou la course effrénée ne sont jamais les amies de systèmes qui ont tout intérêt à rester résilients, bigarrés, biodiversifiés. Seule une approche fine des agrosystèmes se prête à protéger le bien-fonds : la granulométrie des sols, les eaux, la place de l’arbre hors forêt, et cetera.

Trois temporalités associées aux couleurs des espaces agricoles

26Les modèles d’agriculture portés par des scores très productifs sont nés de la mécanisation, du passage à une agriculture capitalistique qu’il était nécessaire d’engager pour rompre avec les pénuries et la modestie du bol alimentaire des Européens avant 1960. La simplification et l’agrandissement des parcellaires est désormais actée, non remise en cause, mais le rétablissement des objets connexes (haies, AHF) est réclamé pour répondre à l’intérêt général et redonner de l’aménité aux paysages. Dans le Grand Est, sur les arcatures des plateaux (Champagne, Barrois, côtes de Meuse puis de Moselle), les évolutions furent moins iconoclastes que dans l’ouest où le bocage fut particulièrement malmené. Sur les assises marneuses, les sols lourds furent abondamment drainés.

  • 18 Hélas, en 2023 seulement 45 % des aides allouées par la PAC iraient directement aux paysans et 30% (...)

27Ceci permit l’introduction massive des maïs fourrages. L’option céréalière s’imposa presque partout. Elle n’eut jamais à subir les affres des surplus de lait et de beurre, ce qui fut un casse-tête récurrent pour la PAC18. Les alertes vinrent ultérieurement, avec le constat de l’érosion de la biodiversité et le gommage des objets connexes. Des oiseaux devenus des espèces iconiques médiatisèrent ce recul, y compris le discret Verdier. Actuellement, les agriculteurs, chasseurs, paysagistes et naturalistes œuvrent, avec ou sans concertation, à réparer ces destructions, fruits d’évolutions réductrices datées des années 1960- 2000. Les paysans intègrent les assolages et font évoluer leurs OTEX dans le respect du cadrage ClimAgri. Ils optent pour des pratiques respectueuses du bien-fonds et sobres en consommation énergétique. Avec le retour de l’inflation, ils réinvestissent la réflexion sur le meilleur rapport qualité-prix pour augmenter la fabrique d’aliments à la ferme (FAF) et diminuer l’importation de soja ou autres produits. De leur côté, les chasseurs replantent des haies. À une autre échelle, décideurs politiques et aménageurs s’engagent à respecter le cadrage du Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET, 2019). Le SRADDET retient 30 points, invite à accélérer les processus de transition, à ménager les richesses, mais il n’évoque pas la question des couleurs, ce qui est bien dommage.

28Les couleurs des agrosystèmes sont indissociables de l’impérieuse nécessité de nourrir la planète. La mondialisation de la circulation des pondéreux céréaliers colorise différemment des passés de nos territoires désormais dominés par le jaune. La mondialisation agricole est un gage de dépendance réciproque, un levier pour freiner les embrasements guerriers et l’extension des famines même s’il est estimé qu’environ un milliard d’hommes continuent à souffrir de carences alimentaires. Le conflit ukrainien montre les limites de cette ouverture, la vulnérabilité inscrite dans les échanges et la fragilité croissante des pays les plus pauvres. En Europe, la souveraineté alimentaire est devenue insuffisante.

Dominante des gris délavés et du jaune estival

29Agrandis par les opérations de remembrement puis surtout arrondis par les échanges amiables opérés après 1980, les champs dessinent des mosaïques sans commune mesure avec l’ancien champ ouvert en cours de disparition dans les années soixante. Les missions aériennes d’alors malheureusement produites en noir et blanc enregistrent cet éparpillement associé à la conservation de nombreux objets connexes, alors voués à disparaitre, car jugés encombrants et sans intérêt. À l’inverse, aujourd’hui on cherche à les réinstaller avec des aides de Bruxelles, le soutien des chasseurs, de la Ligue pour la protection des oiseaux. Dans cette monotonie croissante, les enrobés des balles de foin ou de paille font diversion. Elles sont blanches, vertes, mais parfois jaunes, bleues, roses en signe de soutien à la recherche contre le cancer du sein. La céréaliculture dominante a imposé des calendriers cycliques, dynamiques.

30D’abord, les verts sont très tendres pour le blé en herbe. Des tons plus soutenus s’imposent ensuite si la fin du printemps n’est pas caniculaire. Viennent enfin les jaunes d’or qui précèdent des moissons dont le calendrier avance inéluctablement. Dans le Grand Est, le coloris jaune concerne 56% des surfaces agricoles. Il s’impose presque partout en Champagne, dans le Barrois, le Pays-Haut lorrain. Les actuelles réflexions sur l’assolage, sur la nécessité de diversifier les cultures et la pratique des labours peu profonds commencent à faire évoluer les mosaïques colorées. L’obligation du changement a pour toile de fond la baisse des nappes phréatiques et, parfois, les tensions générées par la construction de grandes bassines. Le corollaire à ce constat est d’intégrer des cultures peu exigeantes en eau, mais correspondant à une demande rémunérée sur les marchés. Articuler les choix agricoles et les modifications de notre alimentation en accordant une place élargie aux produits issus de circuits courts relève du défi à réussir pour « re-barioler » les champs.

Tableau 1. Calendrier des couleurs et Itinéraire physionomique d’une parcelle de blé d’hiver

Période

Couleurs

Risques éventuels

Fin août - octobre

Variation des sols bruns désormais souvent retournés superficiellement (15-20 cm) puis mis en repos

Surface dénudée vulnérable au maximum des pluies d’équinoxe d’automne

Novembre - janvier

Sol nu, lisse, avec d’éventuelles nappes perchées. Teintes grises et délavées dominantes

Manteau neigeux protecteur devenu rare et hypothétique en plaine

Février

Surface vert-brun du début de pousse des semis ou faux semis destinés à protéger la terre

Risque de gel qui grille les semis

Mars - juin

Vert tendre continu des semis et jeunes blés en herbe

Bénéfice des pluies de l’équinoxe de printemps

Fin juin - juillet

Jaune d’or des blés murissants,

Moissons désormais avancées*

Août

Couleur gris-brun-jaune des champs moissonnés

Queue de canicule** et risques de sols brûlés, indurés

*En 2022, les moissons de l’orge puis des colzas débutent vers le 15 juin en Alsace. Les moissons des blés sont finies en France pour le 25 juillet ; **En 2022, le troisième épisode caniculaire s’arrête seulement le 13 août. Les trois vagues de chaleur contraignent les paysans à avancer leurs calendriers de récoltes pour éviter de trop perdre en volume.

Photo 1. Quasi-monochromie des paysages de grande céréaliculture en Champagne

Photo 1. Quasi-monochromie des paysages de grande céréaliculture en Champagne

Cliché de l’auteur, 8 août 2016

31La platitude du plateau crayeux champenois a permis une mécanisation précoce sur des rankers originellement pauvres, minces, filtrants, acides, tout juste capables de porter de médiocres pâturages à moutons. Sous le Second Empire, ces lieux désolés ont été reboisés pour fournir des étais de mines. Défrichées, amendées, ces terres portent désormais de belles récoltes de céréales et font de ce territoire un des greniers à blé de la France. Le substrat crayeux se devine dans les tons gris du premier plan et les traces blanches du second plan. Après la moisson, le jaune/gris domine, à l’exception d’une bande enherbée ménagée pour freiner l’érosion et piéger les transports d’intrants. Un savart résineux subsiste sur la droite du cliché. La platitude rend l’horizon immense ; ce qui est rare dans les paysages de l’Hexagone caractérisés par la diversité dans les occupations du sol.

Photo 2. Le Vermois en jaune, récemment gagné par le modèle céréalier diffusé à partir de la Beauce

Photo 2. Le Vermois en jaune, récemment gagné par le modèle céréalier diffusé à partir de la Beauce

Cliché de l’auteur, 16 juillet 2017

32Situé au sud-est de Nancy, le Vermois est désormais acquis au modèle céréalier, les autres cultures étant seulement conservées dans les assolements établis aux bénéfices des blés et escourgeons. Après les moissons, les grandes parcelles montrent le jaune des chaumes et le gris des terres déjà retournées sans toujours bien respecter les courbes de niveau. Du passé polycultural assez récent subsistent des traces : le dessin en filigrane des anciens champs bombés et tracés en lanières, le maintien de linéaires de haies et d’arbres-rideau qui protègent certaines déclivités de l’érosion, quelques arbres épars. Au dernier plan, la côte de l’Infra-Lias reste drapée de vert, la vigne ayant souvent laissé la place à des ourlets de friches ou à la descente de la lisière de la forêt à partir du revers de cote. Si l’année est caniculaire, les tons bruns, rouges et noirs résultant des incendies des chaumes « mangent » de façon éphémère le paysage.

Les couleurs du Grenelle : retour partiel à des « pays sages »

33Dans Court traité du paysage, Alain Roger avait osé deux jeux de mots qui concernent le sujet traité (p. 112 et 113). Le paysage peut être « pays sage », harmonieux, en bonne santé, équilibré et encore s’inscrire dans le temps long et devenir « pays-âgé », ce qui est le cas des parcellaires du Grand Est pour l’essentiel déjà présents pendant la romanité.

34L’unanimité se dessine pour penser qu’il faut ménager le bien-fonds agricole et ses ressources. La petite région agricole est le meilleur laboratoire pour atteindre ce but. Prix Nobel d’économie en 2009, Elinor Ostrom voit dans la ressource un bien commun à gérer pour être transmis en respectant des pratiques raisonnées. Une réflexion sur le long terme est indispensable pour pérenniser les legs reçus. Nous en sommes seulement usufruitiers. Aborder l’acte de récolter en redonnant de la place aux trames vertes et bleues relève de cette démarche. Cette approche du monde était déjà évoquée dans la parabole des talents (Évangile selon Saint Mathieu 25, 14-30) : le propriétaire qui a confié un talent (unité de compte référée à une barre d’argent) revient après un long voyage. Le premier serviteur essuie la colère du maitre, car il a seulement enterré le bien confié. Le second est absent puisqu’il a dilapidé le bien qui lui était confié. Le dernier a fait fructifier l’usufruit et reçoit les louanges du maitre. Cette parabole est transposable avec nos façons d’aborder la planète.

35L’agriculture s’avère une activité mobile qui n’a plus d’attache avec le mot finage tombé en désuétude. Le champ d’action des agriculteurs s’est considérablement élargi, par exemple jusqu’à acheter des fermes dans l’ex-RDA après 1989. Seuls se maintiennent les terroirs19, les indications géographiques de provenance (IGP). Ces espaces réfèrent à des particularités pédologiques, des pratiques agricoles ou des savoir-faire inhérents à une production labellisée. L’échelle du petit bassin versant est également pertinente. Elle porte des solidarités en amont et en aval de distribution et gestion de la ressource en eau. Le vert a besoin de réinvestir les campagnes, mais les primes et aides européennes n’ont pas accompagné ce nécessaire changement.

  • 20 Épisode de la vache folle, avec un pic épidémique sur les années 1991-1993.

36Dans le Grand Est, l’élevage est presque partout mal en point. D’autre part, il est chronophage en travail, porteur de risques sanitaires à répétition et encore touché par le changement dans les habitudes alimentaires qui conduisent à diminuer notre consommation de viande rouge20. Une partie significative des consommateurs exclut l’alimentation carnée ou mange peu de viande. Ce constat poursuit l’idée avancée par Baptiste Morizot (2020) d’une crise gigogne déclinée en trois aspects : une crise humaine en partie provoquée par la surpopulation, une crise du vivant, enfin une crise de la sensibilité.

  • 21 Les arcatures de l’Est du Bassin parisien offrent des sols minces qui obligent à arbitrer en faveur (...)

37Les couleurs sont un révélateur pour tenter d’identifier la croisée de ces trois crises. In fine, elles relèvent d’une approche comptable trop souvent médiocre ou irresponsable de la gestion de la planète. Les documents 1 et 2 illustrent à deux échelles différentes, mais complémentaires les liens tissés entre itinéraires techniques, décisions politiques de développement local et couleurs du rural. Ce sont d’abord les questionnements des exploitants sur les choix à retenir pour vivre le moins mal possible de leur travail, retenir des pratiques d’assolage vertueuses21 et encore trouver des parades aux variations climatiques. Ensuite, il s’agit du travail mobilisé dans le cadre des actions de développement local entreprises au sein des communautés de communes.

Document 1. Itinéraires techniques et variations dans les couleurs des champs

Les paysans sont conseillés dans les scénarios agricoles à retenir, à faire évoluer afin d’aborder avec le moins de conflictualité possible la quadrature du cercle qui les assaille : produire en phase avec la demande des marchés, se prémunir contre les accidents climatiques, ne pas être soumis à une débauche de travail déstabilisante pour leur équilibre familial, enfin prévoir, contrer, anticiper les risques abiotiques et biotiques qui peuvent affecter les plantes et le cheptel. ARVALIS, institut technique agricole des grandes cultures (céréales à paille, fourrages, fibres, pommes de terre, et cetera) offre des cadrages à ses adhérents, soit à titre gracieux, soit par abonnement. Cette structure de recherche associative établit des bulletins de santé des végétaux et propose des solutions d’adaptation pour faire face à certaines conditions climatiques (totaux et répartitions des précipitations et des températures, impact de l’évapotranspiration, récurrence des phénomènes extrêmes). Par exemple, il s’agit des choix de couverts, des densités des semis, du pilotage de la fertilisation, des mélanges d’espèces à encourager pour faire face à des risques aussi variés que le froid printanier, la rouille jaune des blés si un printemps très pluvieux succède à un hiver très doux (ce qui est le cas entre octobre 2023 et mai 2024). Les arbitrages invitent à diversifier les cultures en évaluant les parts de risques. Par exemple, pour le piétin-verse, champignon qui troue la gaine des céréales, il s’agit d’opérer en trois étapes. Aborder le risque à l’échelle de la parcelle en fonction de la nature du sol et du travail qui y a été fait. Intégrer le risque climatique. Enfin, se rendre sur le terrain pour observer les symptômes et, si besoin, traiter. Fort de tous ces cadrages et conseils, le paysan fait évoluer son itinéraire de culture.

Synthèse d’après les données d’ARVALIS, Grand Est, 2024, Husson.

Document 2. Les collectivités locales donnent des couleurs à leurs territoires ; l’exemple de la communauté de communes de l’Ouest Vosgien (CCOV)

Entre 2022 et 2024, la CCOV applique un projet qui a été retenu par le ministère de l’Environnement. Cette action est soutenue par l’association Lorraine NAture (LOANA). Celle-ci assure la communication et le suivi pédagogique de cette action. Il s’agit d’inventorier et de protéger des arbres isolés, des linéaires de haies et des mares afin de préserver et restaurer l’habitat du milan royal qui était presque disparu, du triton crêté, de la couleuvre verte et jaune, de la rare cigogne noire. Dans un laps de deux années, avec un budget de 60 000 euros, 27 mares ont été entretenues et 9 autres ouvertes sur trois communes. D’autre part, 1042 mètres de haies bio diversifiées (17 essences) ont été plantés au cours de ces deux années écoulées. Cet itinéraire politique de développement local est en train de changer les couleurs de ce territoire. Ce projet se fait avec le soutien des paysans et des chasseurs.

Synthèse du Volet paysager de la CCOV, 2024, Husson.

Photo 3. Paysages de polyculture conservés en trames assez fines

Photo 3. Paysages de polyculture conservés en trames assez fines

Cliché de l’auteur, 21 octobre 2016

38Sur les confins entre Champagne, Franche-Comté et Lorraine, ce plateau argilocalcaire (250-400 mètres) fermé en arrière-plan par la cote de l’Infra-Lias est un seuil. Y naissent la Saône et la Meuse. La polyculture-élevage laitière domine encore, mais recule : beaucoup trop de travail, une production brute standard (PBS) médiocre, des difficultés à faire perdurer le modèle et à trouver un repreneur. À ces conditions économiques fragiles s’opposent des données écosystémiques globalement positives. La dominante polyculturale explique la diversité et la taille relativement modeste des mosaïques - les unités d’approches paysagères (UAP) des agronomes. La diversité des couleurs est évidente : gris des terres récemment labourées pour être couchées en blé d’hiver, vert des prairies permanentes. De nombreux objets connexes sont présents : arbres champêtres du premier plan reconnaissables à leur port étalé, ripisylves conservées le long des ruisseaux, lisières de massifs. Le temps de l’été indien et le trait déjà rasant et filtrant des rayons solaires donnent une note colorée particulière et empreinte d’élégance, de sérénité. Ce type de paysage réhabilite nos envies de mouvance paysagère.

Conclusion

39Aborder les champs par les couleurs relève d’un essai d’animation territoriale en faveur de l’hétérogénéité et de la biodiversité. Cette posture va plutôt à contre-courant de ce qui s’est longtemps fait et s’imposait en porte-à-faux avec l’intérêt général, celui de ménager la ressource. Aujourd’hui, l’appel à la sobriété est plus écouté qu’hier. Aborder le champ par ses nuanciers de couleurs est une entrée pertinente pour, d’un seul coup d’œil, tenter d’approcher l’état de santé des terres et des outils productifs mobilisés en agriculture. Les couleurs incluent trois échelles : le détail, l’objet et la mise en scène. Elles abordent la territorialisation des systèmes agroalimentaires (sol, eau, foncier, biodiversité), ses changements, trajectoires et transitions vers d’autres situations.

40Certes subjectif, ce choix s’inscrit dans des approches multiscalaires. Il relie la parcelle, l’exploitation et la mise en scène du territoire. La démarche permet également de localiser les points noirs paysagers. Elle fait le constat des zones abimées et des délaissés. Surtout, elle dénonce les méfaits liés à l’extrême simplification des parcellaires taillés dans des échelles trop grandes pour maintenir la cohésion des écosystèmes. Cette lecture met en valeur les lieux où s’expriment l’harmonie, l’aménité, les connexités et la persistance d’une diversité indispensable à la préservation des réseaux.

41Les palettes de couleurs sont de bons indices qualitatifs. Elles participent à la création d’un paysage culturel, fruit d’une relation satisfaisante entre les hommes et le milieu vivant, en prenant en compte la succession des révolutions agricoles. Les couleurs sont un raccourci aisé pour rapprocher écologie et géographie. Elles nourrissent également notre imaginaire, relèvent du bien commun à protéger. Elles méritent que l’on envisage d’auditionner un parlement, à la manière du fleuve Loire et la volonté d’en faire un être juridique (Tolédo, 2021), en faveur de la défense des couleurs des champs. Cela ouvrirait la voie à la création d’un lieu où s’exerce la justice et où s’expriment les arguments issus de la base, autrement dit ceux des acteurs du territoire.

Haut de page

Bibliographie

Abi Hayla, J., Husson J.-P. et Petit-Berghem Y, 2022, L’iconographie des atlas de paysage : un outil pédagogique pour la transmission de la connaissance paysagère ? Le cas des atlas paysagers de la région Grand Est (France), dans Borghi R. et de Courtois S. (dir.), Les écoles d’architecture et de paysage dans leur territoire, LéaV / ENSPA, Versailles, pp. 181-192.

Avocat, C., 1982, Approche du paysage., Revue géographique de Lyon, 4, pp. 333-342.

Boulaine, J., 1970, Les sols de France, Presses Universitaires de France, Paris, 128 p.

Breteau, C., 2022, Les vies autonomes, une enquête poétique, Actes Sud, Arles, 252 p.

Carson, R., 1963 (1962), Printemps silencieux, traduction de Gravrand, J.-F., Plon, Paris, 287 p.

Chiva, I., 1991, Pour une grammaire du paysage agraire, Études rurales, 121, pp. 21-26.

Deffontaines, J.-P., 1998, Les sentiers d’un géoagronome, éditions Arguments, Paris, 359 p.

Deville, D., Spielewoye, P., 2020, Toutes les couleurs de la terre, Tana, Paris, 235 p.

Elissalde, B., 2002, Une géographie des territoires, L’Information géographique, 66, 3, pp. 193-205.

Husson, J.-P, 2020, Les couleurs du paysage, Laboratoire de géographie de l’Université de Lorraine (LOTERR), [En ligne], URL : https://loterr.univ-lorraine.fr/les-couleurs-du-paysage/

Husson, J.-P. 2024, Dialogue avec les cartes anciennes. Miroir d’une Lorraine disparue (16-18e siècle, EDUL, Nancy, 383 p

Lardon, S., (dir.), 2012, Géoagronomie, paysages et projet de territoire, QUAE, Paris, 340 p.

Léger, F., Vollet D. et Urbano G., 2006, Le contrat territorial d’exploitation ; la rencontre difficile d’un instrument à vocation territoriale et de la tradition sectorielle de la politique agricole française, Revue internationale des sciences administratives, 3, pp. 405-419.

Lenclos, J.-P., Lenclos D., 1990, Les couleurs de la France. Géographie de la couleur, édition du Moniteur, Paris, 272 p.

Léopold, A., 2017, Almanach d’un comté de sable, Flammarion, Paris, 290 p.

Morizot, B., 2020, Manières d’être vivant, Actes Sud, Arles, 336 p.

Pitte, J.-R., 1983, Histoire du paysage français, Tallandier, Paris, 2 tomes, 238 et 204 p.

Prévost, P., Morlon P., 26 juin 2024, (dictionnaire évolutif), Les mots de l’agronomie. Histoire et critique, Ouvrage collectif sur le vocabulaire et les concepts utilisés en agronomie francophone, département Action, Transitions et Territoires (ACT) de l'Institut national de la recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement, [En ligne], URL : https://mots-agronomie.inrae.fr/index.php/Accueil

Serres, O. de, 2019 (1600), Le théâtre d’agriculture et mesnage des champs, Actes Sud, Arles, 1550 p.

Tolédo, C. de, 2021, Le fleuve qui voulait écrire. Les auditions du parlement de Loire, Manuella éditions, Les liens qui libèrent, 378 p.

Véron de Forbonnais, F., 1754, Culture des terres, dans Diderot D. et D’Alembert, J. le. L., Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, tome IV, Paris, pp. 562 à 566.

Haut de page

Notes

1 Dans son livre, le forestier Aldo Léopold décrit les couleurs de la Grande prairie américaine. Il tisse du lien entre les hommes et les espaces habités.

2 En 2022, le blé et même la moutarde ont été des produits sensibles. À la suite de la guerre et du blocus, l’Ukraine doit revoir à la baisse sa capacité à exporter du blé. Après une récolte calamiteuse, le Canada, qui est le principal exportateur mondial de graines de moutarde, provoque la même année une tension momentanée sur ce produit.

3 La référence à l’arc- en- ciel invite à ajouter l’indigo, bleu foncé avec des reflets violets et rougeâtres.

4 Façon prudente et pertinente de conduire un train d’assolement en respectant les potentiels du milieu et du sol.

5 En 2022, l’anomalie positive estivale s’est élevée à + 2,3° (+2,7° en 2003), avec un cumul de 33 jours de chaleur diurne et nocturne subis entre le 15 juin et le 13 août.

6 Pour plus d’informations, voir le site du Département de la santé des forêts [En ligne], URL : https://draaf.grand-est>sante-des-forets

7 En 1967 fut créée l’AIC (Association Internationale de la couleur). Elle apporte des réponses aux questions posées par l’alchimie des couleurs, leur place en art et dans l’artialisation des paysages, dans le design, et cetera. En France, l’AIC est relayées par l’Académie de la couleur.

8 Pour plus d’informations à ce sujet, consulter la revue biannuelle Histoire et sociétés rurales (HSR) publiée par l’Université de Caen, [En ligne], URL : https://hsr.hypotheses.org/

9 Les OTEX relèvent de directives européennes établies à partir des recensements agricoles. Elles sont traduisibles en cartes de dominantes de production, avec pour critère que 2/3 de la production brute standard (PBS) d’une exploitation soient réunis dans un secteur (par exemple lait, viande bovine, et cetera). La carte des OTEX de la région Grand Est datée du 6 juillet 2022 est disponible au lien suivant [En ligne], URL : https://draaf.grand-est.agriculture.gouv.fr/otex-2000-a2745.html

10 Pour plus d’informations, consulter le site [En ligne], URL : https://geoservices.ign.fr/bdparcellaire

11 En 2022, l’ensemble des départements du Grand Est bénéficie d’une couverture OCS partagée. Celle-ci forme une couche supplémentaire d’analyse des territoires par rapport à 2010 et 2019. Ces dates rapprochées autorisent des comparaisons. Elles traitent de questions d’actualité, par exemple la consommation d’espace agricole, l’érosion des trames vertes et bleues.

12 Dans le Grand Est, l’antenne de Mirecourt a travaillé avec le groupe Nestlé et ses prédécesseurs pour créer une agriculture durable et peu polluante sur le bassin de captage des eaux de Vittel-Contrexéville.

13 La redécouverte des couleurs par Claude Monet (1840-1926) après son opération de la cataracte de l’œil droit (1923) est un épisode bien connu expliquant sa retrouvaille partielle des couleurs.

14 À rapprocher du célèbre sfumato de Vinci, des effets vaporeux de la condensation sur les champs ou du givre qui peut faire ressortir les palimpsestes enfouis dans le sol grâce à un cliché oblique.

15 À relier au travail des arpenteurs-géomètres du 18e siècle. Ils levaient des cartes et plans colorés, en usant en abondance du lavis pour exprimer les nuances de verts (prés, pâquis, forêts), de jaunes (céréales) et des bleus (eau fluente, marais).

16 Site de la météo agricole, [En ligne], URL : https://www.lameteoagricole.net

17 La catastrophe du Dust bowl succède à la mise en culture des terres fragiles dans l’Oklahoma, le Kansas et le Texas dans les années 1920.

18 Hélas, en 2023 seulement 45 % des aides allouées par la PAC iraient directement aux paysans et 30% d’entre eux n’en recevraient pas du tout. Cette PAC sert peu à négocier les transitions souhaitées en agriculture.

19 Pour plus d’informations, consulter le lien suivant, [En ligne], URL : https://infodujour.fr/economie/3970-les-terroirs-une-place-a-part-dans-la-mondialisation-agricole

20 Épisode de la vache folle, avec un pic épidémique sur les années 1991-1993.

21 Les arcatures de l’Est du Bassin parisien offrent des sols minces qui obligent à arbitrer en faveur de rotations si possibles économes en intrants et également en faveur des labours peu profonds qui limitent la remontée des cailloux.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. Quasi-monochromie des paysages de grande céréaliculture en Champagne
Légende Cliché de l’auteur, 8 août 2016
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/44275/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Photo 2. Le Vermois en jaune, récemment gagné par le modèle céréalier diffusé à partir de la Beauce
Crédits Cliché de l’auteur, 16 juillet 2017
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/44275/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Photo 3. Paysages de polyculture conservés en trames assez fines
Crédits Cliché de l’auteur, 21 octobre 2016
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/44275/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Husson, « Échelles et variations des couleurs des champs  »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Débats et Perspectives, mis en ligne le 01 juillet 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/44275 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y0m

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Husson

Centre de géographie LOTERR, Équipe d’accueil 1105, département de géographie de l’Université de Lorraine, adresse courriel : jean-pierre.husson@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search