Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesRegards / Terrain2024Caractérisation de la consommatio...

2024

Caractérisation de la consommation domestique d’eau potable dans le temps et dans l’espace (Gironde, France)

Sandrine Gombert-Courvoisier, Bénédicte Rulleau et Patrick Eisenbeis

Résumés

En France, l'usage domestique représente 70 à 80 % des consommations d’eau potable. La référence de 120 m3 par abonné par an ne tient compte ni de la répartition entre les usages à domicile ni de leur distribution spatiale et temporelle. Une enquête auprès de 1 026 Girondins visant à caractériser la consommation domestique d'eau potable a été réalisée et le volume d'eau par usage a été estimé. Les résultats montrent que ces consommations sont peu déportées sur d’autres lieux (travail, loisirs) ou d’autres territoires. Comparées aux résultats du CIEau, les parts concernant l'hygiène corporelle et l’arrosage sont plus élevées, à l’inverse des usages pour le linge, la vaisselle ou l'alimentation, ce qui peut être expliqué par des différences d'hypothèses (temps de présence, débits, durées, et cetera). Dans le cadre de la gestion de la ressource en eau, cette actualisation des consommations domestiques par type d’usage devrait permettre d’orienter les économies d'eau de façon plus efficace.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Au 1er janvier 2022, le prix moyen de l’eau s’élevait à 4,14 € TTC par m3 en France d’après les données du Système d’information des services publics d’eau et d’assainissement (SISPEA)1. Fixé par les organismes publics, ce prix intègre l’abonnement et les différentes composantes du service rendu pour l’eau potable et la collecte et le traitement des eaux usées, ainsi que les redevances et taxes associées. Calculé pour une consommation annuelle de référence de 120 m3 par abonné par an (Barbier et Montginoul, 2013), il varie d’un territoire à l’autre, en fonction de la densité de population, de la configuration du réseau, de la taille de la collectivité et des investissements réalisés (Lao et Portela, 2020), mais également du type d’exploitation (contrats de délégation versus régie), de la disponibilité de la ressource et de la sensibilité du milieu récepteur.

  • 2 Pour plus d’informations, voir l’article de G. Faure paru le 24 novembre 2022 dans Le Monde, [En li (...)
  • 3 Pour plus d’informations, voir l’article du Commissariat général au développement durable, [En lign (...)

2Or, une baisse moyenne de la consommation unitaire est observée en France depuis les années 2000, confirmée dans d’autres pays européens (Bich-Ngoc et al., 2022 ; Rinaudo et Neverre, 2019 ; Romano et al., 2016 ; Poquet et Maresca, 2006 ; Rajala et Katko, 2004). Elle met en difficulté les services d’eau pour le dimensionnement des réseaux et la définition du coût de l’eau afférent (Favre et Montginoul, 2020) puisque ce dernier est destiné à couvrir les dépenses liées aux différentes étapes du cycle de l’eau potable (investissements et fonctionnement). Chez les usagers domestiques, cette diminution serait notamment imputable en France à la hausse des prix de l’eau (Porcher, 2013 ; Nauges et Reynaud, 2001), à la modernisation des installations de chauffage dans les habitats collectifs (Nauges et Thomas, 2000), aux progrès techniques et à la diffusion d’équipements hydro-économes au sein des ménages (mousseurs, réducteurs de débit de douche, électroménager moins consommateur d’eau) et à une plus grande sensibilité environnementale des consommateurs. La part des Français sensibles à la préservation des ressources en eau est ainsi en augmentation (Picard, 2009) : dans le Baromètre CIEau – TNS SOFRES de 2018, les Français justifient plus que les années précédentes le fait d’être attentifs à leur consommation d’eau pour préserver la ressource, l’ensemble des motivations d’ordre écologique étant désormais supérieures à celles d’ordre économique (Bigot et Hoibian, 2011). De plus, avec l’amplification des sécheresses en France (Erdlenbruch et al., 2013), les personnes se sentant « hydro-responsables » sont de plus en plus nombreuses et participent par des « petits gestes » (arrosage des plantes avec les eaux de lavage des légumes et des mains, chasse tirée tous les deux ou trois passages, et cetera)2. En 2020, un Français consomme en moyenne 149 litres d’eau potable par jour, soit une consommation domestique moyenne d’environ 54 m3 par habitant par an3.

3Reste que, à l’échelle d’un territoire, cette consommation moyenne cache une hétérogénéité entre les différents types d’abonnés, ou entre abonnés d’un même type (Favre et Montginoul, 2020), certains ayant même tendance à consommer davantage (Rinaudo et Neverre, 2019). Ainsi, la référence nationale de consommation de 120 m3 par abonné par an, calculée pour un abonné « domestique » représentant un ménage de trois à quatre personnes, tend aujourd’hui à devenir obsolète. Surtout, elle ne renseigne ni sur la répartition de la consommation domestique d’eau par type d’usages ni sur la distribution spatiale et temporelle de ces consommations (c’est-à-dire au sein et hors du logement ; au cours de la journée, de la semaine, de l’année). Par ailleurs, le taux d’équipement des ménages en matériel hydro-économe ne renseigne que peu sur la consommation réelle d’eau lorsque les usages associés ne sont pas connus (par exemple, le nombre et la durée des douches par jour et par personne). Il devient dès lors nécessaire de caractériser la consommation domestique d’eau potable dans le temps et dans l’espace, mais aussi la répartition des usages. Et ce d’autant que l’évolution des modes de vie et d’habiter, en lien avec les variables économiques (revenus des ménages, tarification de l’eau, et cetera) et les situations de crises (sanitaire, sociale, climatique et environnementale) sont susceptibles d’influencer la consommation domestique d’eau potable dans les années à venir (Rulleau et al., 2020).

  • 4 Les documents PAGD, règlement constitutifs du SAGE Nappes profondes révisé le 18 juin 2013 sont dis (...)

4Cet article a pour objectif de combler ce manque dans la littérature. Il présente les résultats d’un travail d’enquête par questionnaire réalisé à l’échelle du département de la Gironde visant à caractériser où (à domicile, sur le lieu de travail ou de loisirs), quand (à l’échelle de la journée, de la semaine ou de l’année) et pour quels usages (hygiène, alimentation, loisirs, et cetera) les gens consomment de l’eau potable. En raison des objectifs poursuivis, ce territoire est intéressant à plusieurs titres. Tout d'abord, l'eau qui alimente les Girondins provient à 95 % d’une même ressource, les nappes profondes, considérées comme un patrimoine commun à tous les habitants, mis en avant dans le cadre du Schéma d'aménagement et de gestion de l'eau (SAGE) des Nappes profondes de Gironde4. Ensuite, sa superficie de 10 000 km2 offre une variabilité de territoires, avec la présence d’une métropole de droit commun, de villes moyennes et de communes rurales. Enfin, le département bénéficie d’une activité touristique importante représentant plus de 10 % des volumes consommés sur le département (Laurent, 2020).

5La suite de cet article est organisée en quatre parties. Dans une première, nous préciserons le contexte, à savoir les tendances récentes observées en termes de consommation d’eau potable et nos hypothèses de travail. La deuxième partie présentera le terrain d’étude, la construction du questionnaire et le protocole de collecte des données. La troisième partie proposera les résultats de l’enquête, qui seront ensuite mobilisés pour reconstituer les volumes consommés globalement, et par type d’usages. Une discussion et une conclusion seront enfin proposées.

Contexte : influence de l’évolution des modes de vie sur la consommation domestique d’eau

6À partir de la littérature existante, nous avons tiré plusieurs enseignements concernant les consommations d’eau potable à l’échelle d’un foyer.

7Le premier enseignement concerne l’influence du taux d’occupation du logement, de la taille du ménage et du profil socio-démographique des occupants sur les consommations domestiques (March et Saurī, 2009 ; Nauges et Reynaud, 2001). En principe, plus le nombre de personnes vivant dans un ménage est élevé, plus le volume d’eau potable consommé est important. Néanmoins, les plus grands ménages peuvent optimiser l’utilisation de l’eau par des économies d’échelle (Barraqué et al., 2011 ; Arbués et al, 2000) et les ménages les plus aisés semblent consommer plus d’eau que les autres (Insee, 2023 ; Barraqué et al., 2011), au contraire de ceux composés de personnes plus âgées (Nauges et Thomas, 2000). La tendance amorcée depuis les années 1970 du vieillissement de la population, de la hausse du célibat et de la multiplication des décohabitations (séparations, familles monoparentales et recomposées) entraîne une diminution de la taille des ménages : ils se composaient en moyenne de 2,2 personnes en 2017 contre 2,7 personnes en 1984 (Insee, 2021a). Le nombre de personnes, leur âge et la présence d’enfants à temps complet ou partiel au sein du logement seront donc des informations importantes à recueillir pour caractériser les fluctuations de la consommation domestique d’eau dans le temps.

8Le second enseignement a trait à l’influence du type de logement (surface notamment) et à ses équipements extérieurs et intérieurs. La littérature indique en effet que l’habitat détermine pour partie le volume consommé d’eau potable, notamment pour les usages extérieurs liés à la présence de jardins et de piscines (Fox et al., 2009 ; Cole, 2004). À l’échelle d’un territoire, la moyenne par habitant est alors plus élevée dans les zones dominées par les lotissements de maisons individuelles avec jardin, encore plus quand les parcelles sont de grandes tailles (Rinaudo et Neverre, 2019). Ainsi, pour un même nombre d’habitants sur un territoire, l’augmentation du nombre de ménages et la diminution de leur taille ont mécaniquement entraîné une hausse du nombre de logements. Alors que la surface des logements collectifs semble se stabiliser, voire amorcer une légère diminution depuis le milieu des années 2000, celle des logements individuels ne cesse d’augmenter au niveau national (Insee, 2017). La quasi-totalité des maisons construites après 1975 a un jardin, et, de plus en plus, une piscine de sorte que les deux millions de piscines privées déclarées au cadastre fin 2020 conduisent à une estimation moyenne d’une piscine pour 33 habitants (Fourquet et Cassely, 2021). Afin de reconstituer les consommations domestiques d’eau potable, nous récolterons donc des données visant à caractériser les logements individuels, leurs équipements extérieurs et les usages associés.

9En parallèle, la course à l’équipement des ménages qui a commencé dès la fin des années 1950 ne s’est pas arrêtée depuis (Fourquet et Cassely, 2021). Pour les équipements liés à l’eau, la quasi-totalité des logements de France métropolitaine (98,9 %) disposait en 2017 d’un accès à l’eau chaude, d’au moins un WC intérieur et d’une installation sanitaire telle que douche ou baignoire. De plus, 96,2 % des ménages possèdent un lave-linge et 61,4 % un lave-vaisselle (Insee, 2019). La diffusion des équipements efficients et hydro-économes au sein des logements (Barraqué et al., 2011 ; Florentin, 2015), notamment du fait des campagnes initiées par les distributeurs d’eau, les collectivités et les associations responsables de la sensibilisation (espaces info économie d’eau), pourrait contribuer à une baisse de la consommation des ménages. Reste que, à l’inverse, le développement de nouveaux usages domestiques liés à l’eau est susceptible d’engendrer des tendances inverses (Rinaudo et Neverre, 2019). En effet, le marché du bien-être ayant connu une progression importante ces dernières années, notamment pendant et après les périodes de confinement liées à la pandémie Covid-19 (Hanania et al., 2022)5, on observe une installation croissante de nouveaux équipements plus consommateurs d’eau (spas, douches « à l'italienne », cabines de douches multi-jets, et cetera) au sein des logements (Global Wellness Institute, 2014).

10Enfin, le recours à des sources alternatives d’eau peut également influer sur les volumes consommés par les ménages à leur domicile. Certains ménages se tournent en effet, lorsqu’ils le peuvent techniquement ou financièrement, vers des ressources de substitution (récupération d’eau de pluie, forage individuel, voire récupération des eaux grises) (Krieger et al., 2020 ; Leigh et Lee, 2019 ; Mankad et Tapsuwan, 2011 ; Montginoul, 2006), notamment pour les usages ne nécessitant pas une eau de qualité, comme l’arrosage des jardins (Rinaudo et Neverre, 2019). Au final, l’influence contradictoire de l’usage des différents types d’équipements intérieurs et extérieurs sur les volumes consommés est difficile à anticiper et nécessite de mieux connaitre leur diffusion au sein des logements et les pratiques des occupants pour reconstituer les consommations domestiques d’eau potable.

  • 6 Pour plus d’informations sur les données du Sénat, consulter le site [En ligne], URL : https://www. (...)

11Le troisième enseignement concerne le temps passé au sein du logement, dont la pratique du télétravail et la réduction du temps de travail (RTT). La littérature visant à estimer l’impact des confinements généralisés de 2020 sur la demande en eau potable a mis en évidence une baisse dans les grandes villes, principalement expliquée par la diminution de la consommation des industries et des établissements publics et collectifs (Buurmanj et al., 2022 ; Bourget, 2020). Les ménages confinés ont décalé les périodes de consommation journalière d’eau (pic de consommation matinal plus tardif pour les personnes ne travaillant pas ou en télétravail) et les volumes consommés à domicile ont augmenté, en raison de l’accroissement des pratiques d’hygiène (comme le lavage de mains), des activités extra-professionnelles (cuisine, entretien de la maison, jardinage, et cetera) ou encore, pour certains, de la généralisation de certains usages (par exemple, achat/construction de piscines) (Buurmanj et al., 2022). La littérature concernant l’évolution des consommations domestiques d’eau pendant les périodes de confinement liées à la Covid-19 nous amène à supposer que le développement du télétravail engendrerait une modification de la répartition entre consommation d’eau au sein de la commune d'habitat et en dehors de cette dernière. Alors que l’on comptait en 2017 en France 7 % de télétravailleurs occasionnels et réguliers, ce mode de travail s’est installé dans le quotidien depuis la crise sanitaire Covid-19 (données du Sénat6).

12Par ailleurs, le développement des mobilités douces (bicyclette et marche à pied), mis en évidence notamment suite aux périodes de confinement pour les déplacements domicile-travail en milieu urbain (Trespeuch et al., 2022 ; Klein et al., 2020), pourrait engendrer une augmentation du nombre de douches au travail, et donc le report d’une partie de la consommation d’eau hors du domicile.

13Enfin, l’essor des RTT a entraîné une amplification du morcellement des séjours (Faivre, 2007) et une augmentation des séjours de courte durée hors-domicile, avec, par conséquent, des consommations domestiques d’eau en dehors du logement principal sur des temps plus fractionnés et plus fréquents. Au final, cela ne devrait toutefois pas influencer le volume moyen consommé par chaque ménage, mais plutôt sa répartition dans le temps, voire dans l’espace.

14Ces différents éléments nous ont donc conduits à chercher à estimer la part de la consommation domestique d’eau potable déportée du domicile vers les lieux de travail (chasses d’eau, lavage des mains, eau de boisson) et de loisirs. Plus précisément, nous avons donc cherché à caractériser les modes (par exemple, télétravail, temps partiel) et les rythmes (par exemple, RTT) de travail, de déplacement (par exemple, déplacement à vélo pouvant nécessiter de prendre une douche sur le lieu de travail) et d’alimentation (par exemple, vaisselle sur le lieu de travail associée aux repas préparés à la maison).

Matériel et méthodes

Présentation du terrain d’étude : le département de la Gironde

  • 7 Test du Khi2 montrant que la distribution des classes d’âge POP T0 et des catégories socio-professi (...)

15Le département de la Gironde est confronté à une dynamique de changements importants. La croissance démographique y est très forte. Ainsi, entre 2008 et 2018, la population a augmenté annuellement, en moyenne, de 1,2 % et la densité de population est largement supérieure à la moyenne nationale (Insee, 2021b). Cette tendance est notamment liée à un solde migratoire positif. Ainsi, ce département accueille tous les ans 15 à 20 000 habitants supplémentaires, dont une bonne part sur l'aire métropolitaine bordelaise. Les 1,63 million d’habitants sont représentatifs de la France métropolitaine en termes de classes d’âge et de catégories socio-professionnelles (Insee, 2024a ; Insee, 2024b)7. L’activité économique est dans ce département en forte croissance, notamment touristique sur le bassin d'Arcachon et la zone littorale, et l'activité viti-vinicole est fortement consommatrice d'eau potable dans les terres. Seules les zones très rurales éloignées de Bordeaux connaissent une croissance démographique limitée, voire négative.

  • 8 Chiffres issus de la Commission locale de l'eau du SAGE Nappes profondes de Gironde. Pour plus d’in (...)

16En 2019, le département de la Gironde comptait 91 collectivités à compétence eau potable desservant 538 communes. La densité d’abonnés était très variable, allant de 3,76 à 93,27 par km², et le prix du service eau potable pour une consommation de référence de 120 m3 variait entre 1,14 et 3,02 € par m3 contre 2,09 € en moyenne sur le plan national (données SISPEA). L’alimentation en eau potable provient presque exclusivement des nappes souterraines (plus de 95 % des volumes), qui offrent une eau de très bonne qualité, pas ou très peu affectée par les pollutions anthropiques. Néanmoins, du point de vue quantitatif, la mise en œuvre de mesures de gestion et des actions d'économies d'eau et de substitution a été rendue nécessaire du fait de prélèvements concentrés sur la nappe Eocène située dans le centre du département et de baisses du niveau piézométrique. Grâce à ces mesures, instaurées dans le cadre du SAGE Nappes profondes de Gironde, approuvé en 2003 et révisé en 2013, le département de la Gironde a accueilli, entre 2003 et 2017, 220 000 habitants supplémentaires sans qu’une augmentation des prélèvements dans les nappes ne soit observée8 . La consommation domestique d’eau potable se situait en 2017 entre 28,2 et 50 m3 par habitant et par an, dans la moyenne basse en comparaison des autres départements de France métropolitaine (54 m3 par habitant par an). On constate néanmoins que, depuis 2018, les prélèvements repartent à la hausse8.

Présentation du questionnaire

17Notre travail repose sur un questionnaire organisé en plusieurs parties.

18La première concerne les caractéristiques du répondant, de son ménage (sexe, âge, catégorie socio-professionnelle, nombre de personnes habitant en permanence dans le logement ou y séjournant régulièrement, ressources financières, et cetera) et de son logement (commune, type, statut d’occupation, surface, et cetera). En lien avec le premier enseignement issu de la littérature, ces informations ont notamment pour finalité de quantifier certaines consommations d’eau à l’échelle du ménage.

19La seconde partie se focalise sur la résidence principale. En lien avec le second enseignement issu de la littérature, elle aborde des questions relatives aux équipements intérieurs (nombre d’éviers/lavabos, douches/baignoires, WC, et cetera) et extérieurs liés à l’eau (présence de jardin, cour, balcon, piscine, et cetera), les usages associés (fréquence d’arrosage des espaces extérieurs, de vidange des piscines/jacuzzis, et cetera) ainsi que les ressources d’eau alternatives à l’alimentation en eau potable du réseau (présence et usage de puits, forages, récupérateurs d’eau de pluie, raccordements à un réseau d’eau brute, et cetera).

20Les parties suivantes abordent les habitudes de consommation à domicile, sur le lieu de travail et en vacances. En lien avec le troisième enseignement issu de la littérature, elles visent à mieux cerner les variations de consommations domestiques d’eau en fonction des lieux et rythmes de travail, et des usages de l’eau en fonction des modes de déplacement et d’alimentation. À cet effet, nous nous sommes tout d’abord intéressés aux habitudes de consommation d’eau du robinet au domicile. Concernant les usages alimentaires, il s’avère difficile de questionner directement les volumes d’eau consommés par repas, encore plus par jour ou par semaine. Nous sommes donc passés par le nombre de repas préparés à domicile (pour y être consommés ou emportés sur le lieu de travail) afin de permettre, par la suite, la reconstitution des volumes à partir d’hypothèses sur les volumes moyens nécessaires à cette activité. L’hygiène corporelle est abordée en termes de pratiques, notamment via la fréquence des douches/bains et leur durée. Les usages concernant l’entretien intérieur et extérieur du logement (fréquence de lavage du sol, d’arrosage des plantes d’intérieur, de fonctionnement du lave-linge et du lave-vaisselle, de nettoyage des éventuels balcons et terrasses) et, le cas échéant, le nettoyage des véhicules (fréquence, mode et lieu) ou l’entretien des animaux domestiques (nombre d’animaux de compagnie et fréquence de toilettage, nombre d’animaux d’extérieur tels que les poules, chèvres ou chevaux) sont également questionnés. Enfin, les gestes d’économies d’eau sont appréhendés en comparant des pratiques déjà ancrées, comme arrêter de faire couler l’eau durant le brossage de dents (Daniel et Sirieix, 2012) avec d’autres a priori moins communes (par exemple, arrêter de faire couler l’eau durant le lavage des légumes ou récupérer l’eau de la douche en attendant qu’elle chauffe). Nous nous sommes ensuite intéressés aux habitudes de consommation sur le lieu de travail ou d’étude, en relevant les communes girondines sur lesquelles se déroulent ces activités, la quotité de travail, la fréquence de télétravail, la fréquence de déplacements professionnels nécessitant de passer au moins une nuit à l’extérieur du logement et les repas et douches pris sur le lieu de travail/d’étude. Sont par exemple demandées les fréquences des repas, de leur préparation ou de la vaisselle sur place. Nous nous sommes enfin intéressés aux habitudes de consommation concernant les loisirs au sein du département de la Gironde : en vacances (communes concernées, période et durée, modalités d’hébergement), pendant les fins de semaine (communes concernées et fréquence) ou pour les loisirs (prise de repas et/ou de douches dans la commune ou une autre commune de Gironde pendant les différents types d’activités sportives, de bénévolat ou les sorties à la journée).

21Pour l’ensemble, le questionnaire comporte une centaine de questions. Cependant, certains sous-ensembles ne concernant pas l’ensemble des répondants, de nombreuses questions-filtres ont été utilisées de sorte que le nombre d’enquêtés est variable pour chaque question. Le questionnaire a été auto-administré en juillet 2020 par un cabinet spécialisé auprès d’un échantillon aléatoire de répondants ayant leur résidence principale dans le département de la Gironde. La passation ayant eu lieu après une période de confinement et/ou de télétravail liée à la Covid-19, nous avons pris soin d’indiquer que, pour l’ensemble des questions, les personnes devaient se référer à leurs pratiques d’avant la crise sanitaire. Au final, 1 037 questionnaires nous ont été livrés. Après nettoyage de la base de données et suppression des observations incomplètes ou incohérentes, 1 026 ont pu être exploités.

Résultats de l’enquête

22Lors de l’enquête, les répondants ont renseigné des informations pour eux-mêmes (par exemple, pour certains usages spécifiques), mais aussi pour leur ménage (données relatives au logement et à l’ensemble des usages). Avant de présenter les résultats, il paraît important de vérifier que cet échantillon est représentatif de la population girondine au moyen de tests statistiques sur un certain nombre de variables clés ayant d’après la littérature un lien avec la consommation domestique d’eau potable. Il s’avère que la répartition des 1 026 répondants est significativement différente de celle du département de la Gironde en termes d’âge et de catégorie socio-professionnelle (test du Khi2, p<0,0001). Néanmoins, seul l’âge du répondant a pu être comparé ici. Or, celui-ci ne renseigne pas sur l’âge de l’ensemble des occupants du logement. Par ailleurs, seules les personnes majeures étaient autorisées à répondre à notre enquête là où l’Insee fournit des données pour les mineurs également. Pour ce qui concerne les catégories socio-professionnelles, les liens éventuels avec la consommation d’eau ne sont pas explicites dans la littérature, bien qu’il ait été montré que le niveau de revenu pouvait, en partie, avoir une influence (Barraqué et al., 2011), du fait notamment de la présence à leur domicile d’équipements consommateurs d’eau tels qu’une piscine (Domene et Saurī, 2006 ; Domene et al., 2005). La proportion de répondants par type de logement (maison vs appartement) est quant à elle représentative du département (test du Khi2, p = 0,744). Ceci était recherché, car les consommations sont censées être plus importantes pour les logements individuels disposant d’extérieurs et d’usages associés. C’est également le cas concernant les actifs de notre enquête travaillant dans et hors de leur commune de résidence (test du Khi2, p = 0,578), sachant qu’une part de la consommation domestique d’eau potable est déportée du domicile vers les lieux de travail. La question de savoir si la consommation domestique d’eau sur le lieu de travail (chasse d’eau, lavage de main, eau de boisson) concerne un ou plusieurs services d’eau devient alors prégnante. Enfin, la répartition de la population girondine par Schéma de cohérence territoriale (SCoT), outils de planification tenant compte de la disponibilité en eau potable, diffère statistiquement de la distribution territoriale de l’échantillon (test du Khi2, p = 0,01) ; elle en reste toutefois relativement proche (tableau 1).

Tableau 1. Répartition du pourcentage de répondants en fonction des SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale), comparé à la répartition de la population girondine (données de 2020)

Part de répondants à l’enquête

Part de la population girondine

Aire Métropole bordelaise

67,7

62,1

SCoT Grand Libournais

7,9

9,6

SCoT Bassin d’Arcachon – Val de l’Eyre

8,6

9,8

SCoT Sud Gironde

6,8

7,9

SCoT Cubzaguais – Nord Gironde / Haute-Gironde

5,4

5,7

SCoT Médoc 2033 / Médoc Atlantique

3,6

4,9

23Les différents éléments indiqués ci-dessus nous amènent donc à considérer que nos résultats peuvent raisonnablement traduire les usages et pratiques des ménages girondins. Grâce à des hypothèses sur la consommation unitaire des équipements et sur les volumes moyens consommés pour les différents usages, l’analyse de données de cette enquête permet, dans la section suivante, de faire des liens entre usages et consommation au sein des ménages. À cet effet, les informations déclaratives issues de l’enquête caractérisant le logement, les équipements, les usages et les pratiques des occupants pouvant être utilisées afin de reconstituer les volumes consommés par ménage sont rapidement présentées ci-dessous.

24En lien avec les premier et deuxième enseignements présentés dans le contexte, les pratiques de consommation d’eau potable à domicile révèlent qu’un tiers des répondants ne boit que de l’eau du robinet et 12 % que de l’eau en bouteille. En termes d’hygiène corporelle, les répondants prennent en moyenne 1,1 douche par jour et par personne ; la quasi-totalité prend au moins une douche par semaine. La durée de la douche varie entre quatre et six minutes dans la majorité des cas, et pour près des trois quarts entre quatre et dix minutes. Parmi les répondants prenant des bains (soit environ 25 % de l’échantillon), une majorité prend un bain par semaine. La moyenne s’établit à 0,2 bain par jour et par personne. Lorsqu’on s’intéresse au shampoing fait au moins une fois par semaine, il est très majoritairement réalisé au domicile pendant la douche ou le bain (84 % de citations). À noter que 5 % des répondants font leur shampoing chez le coiffeur et 4 % à l’extérieur dans un autre lieu (salle de sport, travail, piscine, et cetera). Les gestes concernant les économies d’eau sont relativement diffusés en ce qui concerne l’hygiène corporelle : 41 % des répondants arrêtent systématiquement de faire couler l’eau lorsqu’ils se savonnent sous la douche, 68 % durant le brossage des dents, 58 % durant le rasage et 46 % durant le shampoing. Mais près d’un quart ne le font que « Rarement ou jamais » pour la douche et le shampoing. Pour ce qui concerne les usages alimentaires, la modalité « Toujours » est moins citée : 35 % durant la vaisselle et 33 % durant le lavage des légumes. Enfin, les pratiques concernant la récupération de l’eau sont beaucoup plus marginales : respectivement 80 %, 66 % et 82 % des répondants indiquent « Rarement ou jamais » récupérer l’eau lorsqu’ils prennent une douche en attendant qu’elle chauffe, lorsqu’ils lavent les légumes ou lorsqu’ils lavent le sol (pour ceux qui le lavent au moins une fois par semaine).

25En lien avec le troisième enseignement, les informations collectées quant aux pratiques de consommation révèlent que le lieu de travail/d’études et le domicile dépendent d’un seul et même service d’eau pour plus de 69 % des enquêtés (en prenant également en compte les personnes sans activité professionnelle et dans l’hypothèse où ces dernières ne consomment en journée leur eau potable que sur le territoire du service d’eau qui dessert leur domicile). En d’autres termes, les usages journaliers d’eau potable ne sont que très peu déportés sur un autre service. Pour près de 30 % des autres (soit 315 personnes), le service d’eau du lieu de travail ou d’étude est celui de Bordeaux Métropole. Une grande majorité de ceux qui travaillent hors de leur domicile prend un repas sur place, mais 81 % d’entre eux n’y cuisinent pas, même occasionnellement, et un peu plus de la moitié n’y fait jamais la vaisselle. On notera tout de même que 29 % la font Tous les jours, 10 % « Une à trois fois par semaine » et environ 9 % moins souvent. Enfin, un peu plus d’un quart des répondants travaillant hors de leur domicile n’a pas accès à une douche. Quand c’est le cas, la très grande majorité ne prend jamais de douche sur le lieu de travail. Environ 7,5 % de l’échantillon le fait au moins occasionnellement, principalement en raison de la nature de leur activité professionnelle. Plus de 60 % de ceux qui n’ont pas actuellement de douche sur leur lieu de travail n’en prendraient pas si c’était le cas, mais 21 % estiment qu’ils le feraient « De temps en temps » soit 3,5 % de l’échantillon total. Notons enfin que 64 % des étudiants qui n’étudient pas à domicile n’ont pas de douche sur le lieu d’études et que plus de 70 % n’en prendraient pas si c’était le cas. D’ailleurs, la très grande majorité de ceux qui le pourraient ne s’en sert jamais. Parmi les étudiants qui travaillent, 29 % n’ont pas de douche sur le lieu de travail et la quasi-totalité des autres ne l’utilise pas.

26Concernant les pratiques de consommation d’eau potable en vacances, durant les fins de semaine ou les loisirs, la fréquence des douches à l’extérieur est très faible, que cela soit pour les activités sportives ou de loisirs, la visite à des proches ou les sorties : plus de 70 % des répondants disent en effet le faire « Moins d'une fois par mois ou jamais ». Cette part atteint 87 % dans le cas des activités de loisirs, de bénévolat ou artistiques. Les repas à l’extérieur (pique-nique, restaurant, repas partagés, invitations, et cetera) sont rares pour les activités sportives et de loisirs avec, dans les deux cas, environ 70 % de « Moins d’une fois par mois ou jamais ». Ils sont plus fréquents pour les sorties à la journée sur le littoral ou en ville puisque 32 % des répondants disent prendre le repas à l’extérieur « Une fois par mois », 17 % « Plusieurs fois par mois » et environ 10 % « Au moins une fois par semaine ». Ceci est encore plus vrai pour les visites à la journée chez des proches avec 26 % de « Une fois par mois », 23 % de « Plusieurs fois par mois » et 10 % de « Une fois par semaine » et 4 % de « Plusieurs fois par semaine ».

27En synthèse, les principaux résultats sur les pratiques individuelles montrent que les activités consommatrices d’eau à domicile sont peu déportées sur d’autres lieux. En effet, un faible nombre de répondants indique se laver les cheveux à l’extérieur, prendre une douche sur le lieu de travail ou d’étude ou encore préparer le repas et laver la vaisselle sur place lorsqu’ils déjeunent sur leur lieu de travail. Les consommations d’eau déportées concerneraient donc essentiellement les usages « obligatoires » tels que les boissons durant la journée, le lavage des mains et les chasses d’eau des toilettes. De plus, pour presque 70 % des enquêtés, les usages journaliers relèvent d’un même service d’eau de sorte que la consommation domestique d’eau potable dans le département de la Gironde est essentiellement expliquée par les usages au domicile et est peu déportée sur d’autres services. Si les économies d’eau sont bien diffusées en ce qui concerne l’hygiène corporelle, elles le sont un peu moins pour les usages alimentaires. Les pratiques de récupération d’eau sont quant à elles beaucoup plus marginales. En termes de prospective, si des douches étaient disponibles sur le lieu de travail ou d’étude, les répondants n’en prendraient probablement pas, ou très irrégulièrement, avec une influence presque négligeable sur la consommation d’eau.

Reconstitution des consommations

Méthodologie de reconstitution des consommations

28À partir des informations sur les différents postes de consommation d’eau potable issues de l’enquête, nous avons cherché à reconstituer les consommations, dans le but de vérifier si la répartition provenant du Centre d’information sur l’eau (CIEau)9, habituellement prise comme référence dans les actions de communication sur les économies d'eau a pu évoluer et, le cas échéant, d’en proposer une nouvelle. Ce travail nécessite toutefois de poser certaines hypothèses sur des valeurs insuffisamment connues et de mobiliser des informations complémentaires provenant de divers organismes spécialisés ou associations, ou encore de sites internet liés à des usages spécifiques, tels que les fabricants de lave-linges ou les constructeurs de piscines.

29Dans ce qui suit, les usages de l'eau sont distingués selon leur dépendance ou non à la présence et au nombre de personnes composant le ménage, ainsi qu'aux équipements (lave-vaisselle, lave-linge) présents dans le foyer. Par exemple, les consommations liées aux toilettes vont dépendre du nombre de personnes présentes au domicile, alors que ce n’est (a priori) pas le cas de l'arrosage ; celles liées à la vaisselle et au lavage du linge évoluent également avec la présence et le nombre de personnes dans le logement. Enfin, d'autres usages sont liés principalement au logement et à ses caractéristiques (maison vs appartement, présence ou non d'un jardin ou d'une piscine, et cetera), mais peuvent dépendre de la façon dont les habitants utilisent l'eau (par exemple, fréquence d'arrosage, fréquence d'utilisation/remplissage de la piscine). La distinction des usages en fonction des caractéristiques précédemment citées est présentée dans le tableau 2 qui synthétise les données prises en compte pour réaliser cette reconstitution (voir détails des hypothèses et calculs dans les annexes).

Tableau 2. Reconstitution des consommations d’eau à partir des données d’enquête et des hypothèses moyennes

Catégories de consommations

Catégories
d’usages

Données de l’enquête mobilisées

Hypothèses formulées

Volumes dépendant uniquement du nombre et de la présence des membres du foyer

Hygiène
corporelle

Nombre moyen de :
- douches par jour
- bains hebdomadaires
- lavages de main par jour
- lavage des dents par jour

Débit moyen des douches
Volume moyen par bain, lavage de mains ou de dents

WC

Nombre de chasses d'eau simple et/ou double bouton
Nombre de jours de présence à domicile

Nombre de passage aux toilettes
Volume moyen des chasses d'eau

Nombre d'heures travaillées hors domicile

Alimentation

Nombre moyen de :
- repas pris à l'extérieur
- repas préparés à la maison

Volume moyen d’eau utilisé par repas préparé

Volumes dépendant du nombre de membres du foyer et des équipements

Vaisselle

Taux d’équipement en lave-vaisselle
Nombre moyen de cycles de lave-vaisselle par semaine

Volume moyen d’eau consommé :
- par cycle de lave-vaisselle
- pour une vaisselle à la main
Répartition lave-vaisselle/vaisselle à la main

Linge

Nombre de cycles de lave-linge par semaine

Volume moyen d’eau consommé par cycle de lave-linge

Volumes indépendants du nombre de membres du foyer et de leur présence, mais dépendant uniquement des équipements et des caractéristiques du logement

Arrosage

Surface de jardin
Nombre de plantes
Fréquence d'arrosage du jardin
Fréquence d’arrosage des plantes
Existence d'une ressource alternative

Durée de la période d'arrosage
Répartition des surfaces par type de plantes (pelouse, potager, plantes ornementales)
Correspondance fréquence/temps d'arrosage/type de plantes
Utilisation de la ressource alternative

Ménage

Fréquence de ménage
Surface de lavage

Volume moyen d’eau consommé par lavage et par m²

Piscine fixe

Taux d’équipement en piscine (pour les maisons individuelles)
Surface moyenne des piscines

Volume moyen d'évaporation pendant la période estivale
Volume perdu par usage de piscine (correspondant au volume de remplissage)

Véhicules

Nombre de véhicules
Fréquence de lavage des véhicules
Lieu de lavage
Type de lavage

Volume moyen d’eau consommé par lavage

Animaux

Nombre d'animaux et type d'animaux

Volume moyen d’eau consommé par type d'animaux

30Dans les résultats présentés ci-après, ce sont les hypothèses « moyennes » pour chacun des usages qui sont utilisées lors d’un jour « moyen ». Pour ce faire, nous avons divisé le volume annuel consommé par 365 afin de tenir compte : (i) de la présence ou non de la (ou des) personne(s) dans le logement durant la journée, en distinguant jour de semaine (et donc de travail et d’études) et fins de semaine ; (ii) des périodes de congés ; et (iii) des périodes nécessitant l'arrosage du jardin ou d'utilisation de la piscine par exemple (annexe 1).

Résultats

31La répartition des consommations par usage reconstituée selon la méthodologie précédemment détaillée est présentée dans la figure 1.

Figure 1. Répartition des consommations en fonction des usages

Figure 1. Répartition des consommations en fonction des usages

32À notre connaissance, seule l'étude du CIEau recense la distribution des consommations domestiques en fonction des usages. Ce travail arrive à la répartition suivante : 39 % pour les bains et douches, 20 % pour les WC, 12 % pour le lavage du linge, 10 % pour la vaisselle, 7 % pour la cuisine et l’eau de boisson, 6 % pour le jardin, les 6 % restant représentant les autres usages divers. Dans notre cas, la part de l'hygiène corporelle est en moyenne de dix points supérieure aux estimations du CIEau, voire de 25 points si on ne considère que les appartements. De même, la consommation pour le jardin est bien plus importante, notamment dans le cas des maisons (13 points au-dessus). La valeur pour le poste WC est plus proche de la valeur habituellement utilisée. Par contre, nous obtenons des résultats en moyenne de quatre à sept points inférieurs à ceux du CIEau pour les postes liés au linge, à la vaisselle et à l’alimentation (cuisine et boisson).

33Il convient cependant de prendre en compte les incertitudes liées à nos hypothèses. La figure 2 présente les estimations minimales et maximales ainsi que le ratio entre hypothèses basse et haute, selon les usages. Le plus grand écart concerne l'arrosage, et ce pour plusieurs raisons : (i) une répartition en termes de surfaces a été allouée entre les catégories d'espaces verts à partir de la surface de jardin privatif renseignée dans le questionnaire et des typologies d’espaces arrosés (gazon/pelouse, plantes ornementales, arbres, potager), mais ces surfaces n’ont pas été directement demandées aux enquêtés ; (ii) les fréquences d'arrosage annoncées dans l’enquête (« Très régulièrement », « De temps en temps », « Exceptionnellement », « Jamais ») ont été traduites en jours d’arrosage par semaine ; (iii) un débit ou volume a été associé à chaque type d'arrosage (arrosoir, tuyau, aspersion, goutte-à-goutte) pour aboutir à une consommation unitaire (exprimée en litres par m2 de surface arrosée) ; (iv) l’utilisation d’une ressource alternative à l’eau du robinet a été prise en compte pour l’arrosage si elle avait été déclarée dans l’enquête ; (v) le choix de la période d'arrosage a été fixé à 5 mois, mais peut varier d'une année à l'autre. Le cumul de ces hypothèses entraîne donc une incertitude relativement forte (voir annexe 5, tableau H pour les détails). À noter concernant la vaisselle que, bien que le volume d’eau estimé par habitant soit faible, l'incertitude est également élevée. En effet, les hypothèses sont nombreuses et concernent à la fois la consommation du lave-vaisselle, son taux de remplissage, la répartition entre vaisselle à la main et lave-vaisselle, et la façon de faire la vaisselle à la main, voire le fait que certaines personnes pré-lavent leur vaisselle à la main avant de la mettre en machine (annexe 4, tableau F). Pour les autres usages, le ratio est au maximum de deux entre la valeur maximale et la valeur minimale. Les facteurs d'incertitudes sont moins nombreux, mais peuvent cependant entraîner une forte variation. C'est le cas de l’hygiène corporelle pour laquelle une variation de débit de la douche de dix à vingt litres par minute double le volume journalier consommé par habitant, alors même que ce dernier est le poste le plus important dans l'usage à domicile (annexe 3, tableau B).

Figure 2. Valeurs maximale et minimale des volumes journaliers par habitant par usage

Figure 2. Valeurs maximale et minimale des volumes journaliers par habitant par usage

Les valeurs maximale et minimale des volumes journaliers par habitant par usage ont été estimées selon les hypothèses hautes et basses (histogrammes, axe de gauche) / ratios entre volume maximum et volume minimum (losanges, axe de droite).

34Cette répartition par usage ainsi que les hypothèses associées nous permettent d’estimer des économies d'eau envisageables en fonction de scénarios prenant en considération des modifications d'usages et de matériels. Le tableau 3 présente l’hypothèse où tous les équipements sont hydro-économes, ce qui permettrait une économie d’eau de 35 litres par jour par personne sur l'échantillon enquêté, toutes choses égales par ailleurs.

Tableau 3. Quantification des économies d’eau selon les actions envisagées

Usage

Actions

Gain envisageable
(en litres/jour/personne)

Douche

100 % des douches à 10 litres/min

23

WC

100 % des toilettes équipées d’une double-chasse (et usage associé)

6,8

Vaisselle

100 % des logements équipés en lave-vaisselle (et aucune vaisselle à la main)

2,8

Linge

100 % des lave-linges « économes »

2,4

Gain total

35

Le gain correspond à la différence entre les consommations par personne issues de l'enquête et les consommations sur la base d'équipements tous hydro-économes.

Discussion et conclusion

35Le travail d'enquête proposé dans cet article avait pour objectif de mieux connaître où et quand les ménages girondins consomment de l'eau potable, afin d’affiner la connaissance sur les volumes prélevés et d’orienter les actions de sensibilisation des ménages à la préservation de la ressource. Ce travail fournit une meilleure connaissance des pratiques, par exemple la moyenne de 1,1 douche par jour par personne, ou des équipements, comme la part de chasses d'eau avec double bouton (67 %). Un autre calcul prenant en compte les taux de vidange des piscines et l'évaporation nous montre qu’elles consomment en moyenne un minimum de 16 m3 par an (hors remplissage initial). Enfin, la consommation en dehors du domicile est très faible et ne concerne que les usages de boisson, lavage de mains et WC. Des données sur les temps de séjour en dehors du domicile, du fait des vacances et des fins de semaine, ont également été recueillies. Les congés, pour les 70 % des foyers qui en prennent, durent en moyenne 3,3 semaines par an, dont environ quatre jours en Gironde. Ces informations permettent d'affiner la connaissance des usages au domicile, mais aussi la reconstitution des consommations à l'échelle des ménages.

36Les résultats de cet exercice de reconstitution ont été comparés à ceux proposés par le CIEau (enquête réalisée à l'échelle nationale en 2007). Nous observons ainsi que la part liée à l'hygiène corporelle est plus élevée dans notre enquête, de même que celle liée au jardin. À l’inverse, les consommations liées au linge, à la vaisselle et à l’alimentation sont inférieures aux estimations du CIEau. Il est peu probable que ces différences soient liées à des spécificités de la consommation d’eau girondine. Par contre, elles sont certainement pour partie issues des nombreuses hypothèses complémentaires qui ont été formulées dans notre étude (taux de présence à domicile, volumes moyens utilisés par les différents équipements, période d’arrosage, évaporation des piscines, et cetera), ainsi que des hypothèses émises par le CIEau auxquelles nous n’avons pas eu accès. Une autre partie est aussi probablement à mettre sur le compte de la généralisation des équipements hydro-économes et à l’évolution des pratiques durant les treize années séparant les deux études.

37Même si les pratiques des ménages enquêtés pourraient raisonnablement refléter celles de la population girondine, les résultats de cette étude n’ont pas vocation à être extrapolés au niveau national. Toutefois, dans le cadre de la gestion de la ressource en eau en Gironde, cette actualisation des consommations domestiques par type d’usage devrait permettre dans un premier temps d’orienter les économies d'eau de façon plus efficace pour maintenir l'objectif annuel de 75 m3 prélevés par habitant fixé par le SAGE Nappes profondes de Gironde. Dans un deuxième temps elle pourrait permettre de limiter des investissements supplémentaires pour préserver la ressource (en termes d’infrastructures et de recherche de ressources de substitution). Le faible report des consommations hors du domicile constaté dans l'étude indique l'intérêt de mener des actions ciblées vers les usages au sein des logements, en lien avec les services d'eau afférents, ceci dans le cadre de l'objectif « -10 % des prélèvements » du « Plan eau » du gouvernement annoncé le 30 mars 2023. Ce plan de sobriété prévoit par ailleurs un investissement important dans la réutilisation des eaux usées et une tarification progressive et « responsabilisante » de l’eau. Si cette dernière envoie un signal fort, son influence sur les volumes consommés est plus relative (Mayol, 2017) et cet outil peut se révéler complexe, dans son appréhension par les usagers (Mayol et Staropoli, 2021) comme dans sa mise en œuvre (Mayol et Porcher, 2019). D’autres leviers méritent donc d’être étudiés. Dans ce cadre, une meilleure connaissance de la répartition de la consommation domestique d’eau potable (par usage et par localité) telle que proposée dans ce travail se révèle être un atout déterminant pour sensibiliser les ménages sur les usages les plus consommateurs d’eau, via par exemple des solutions comportementales telles que des « coups de pouces » (ou « nudges » en anglais) (Lecourt et al., 2024), mais aussi pour mieux caractériser le volume d’eaux grises pouvant potentiellement être réutilisé (Roshan et Kumar, 2020).

  • 10 D’une part, notre enquête a montré que 40 % des maisons possédaient une piscine. La valeur de 100 0 (...)

38La connaissance des volumes moyens d’eau par piscine nous permet déjà, par exemple, d’envisager les économies potentielles d’eau liées à cet usage. En estimant le nombre de piscines à 100 000 piscines en Gironde10, on peut estimer le volume à, au moins, 1,6 million de m3, soit 1,3 % des 120 millions de m3 prélevés annuellement. Des informations plus détaillées, notamment par typologie de logement ou de ménage, permettraient de faire de même pour les autres usages domestiques. Cela passe par des expérimentations mobilisant des mesures de débits associés aux équipements domestiques et des mesures des volumes consommés, en conditions réelles dans les foyers, en lien avec chaque usage. De telles observations permettraient de s’affranchir des biais inhérents à toute enquête déclarative telle que celle menée dans ce travail et des leviers d’action pourraient dès lors être imaginés, qui inciteraient à limiter, voire contraindraient certains usages par type de logements à court terme en cas de sécheresse. La politique d'incitation aux économies d'eau pourrait, elle, être déclinée par type de ménage. Par exemple, alors que les résidences secondaires et les logements occasionnels représentent près de 10 % du parc de logements français (Insee, 2020) et 8,9 % en Gironde en 2020 (Insee, 2024a), les données spécifiques de consommation qui leur sont associées sont difficiles à obtenir (par exemple, leurs taux et période d’occupation, les équipements présents, les différents usages de l’eau). Certaines études montrent pourtant que, lorsqu’elles sont plus nombreuses, prendre en compte les résidences secondaires d’un territoire augmente significativement la consommation moyenne estimée à partir des seuls ménages résidant de manière permanente (Favre et Montginoul, 2020). Il faudrait également prendre en compte l'évolution des hébergements touristiques et des équipements aquatiques, dont une partie de la consommation est considérée comme domestique, éléments que nous n’avons pas été en mesure d’intégrer à notre analyse.

  • 11 Chiffre provenant de la réunion de la Commission locale de l'eau du SAGE Nappes profondes de Girond (...)
  • 12 Pour plus d’informations, voir l’article du Commissariat Général au Développement Durable mis à jou (...)

39Pour conclure, il est important de préciser que la consommation domestique représente 70 à 80 % des consommations d’eau potable en Gironde11. Agir prioritairement sur la consommation au sein des foyers s’avère donc plus efficace, mais des actions ciblées sur d’autres types de consommations d’eau potable (tourisme et viti-viniculture en tant que secteurs particulièrement consommateurs en Gironde, services publics en termes d’exemplarité) doivent être adoptées en complément. Enfin, l’usage eau potable ne concerne que 30 % des prélèvements d’eau (hors prélèvements pour les centrales nucléaires)12. Il est donc important que l’ensemble des acteurs soient mis à contribution afin d’assurer la préservation de la qualité et de la quantité de ce bien commun, dans le cadre d'une gouvernance partagée.

Cette recherche a été financée par le SMEGREG (Syndicat mixte d'étude et de gestion de la ressource en eau de Gironde) et l’Agence de l’eau Adour-Garonne dans le cadre de l’étude « Prospective de la demande en eau potable ». Elle a été portée par le SMEGREG pour le compte de la Commission locale de l’eau du SAGE Nappes profondes de Gironde et menée conjointement avec l’unité de recherche ETTIS (Environnement, territoires en transition, infrastructures, sociétés) de l’INRAE, l’unité mixe de recherche du CNRS PASSAGES et l’UMR CNRS EPOC (Environnements et paléo-environnements océaniques et continentaux).

Haut de page

Bibliographie

Arbués, F., Barberān, R., et Villanūa, I., 2000, Water price impact on residential water demand in the city of Zaragoza : A dynamic panel data approach, 40th European congress of the European regional studies association, 30-31 août 2000, [En ligne], URL : https://www.researchgate.net/publication/23730011

Barbier, R., Montginoul, M., 2013, Avant-propos - 120 m3, le consommateur d'eau en question, Sciences Eaux & Territoires, 10, pp. 2-3.

Baromètre CIEau – TNS SOFRES, 2018, Les Français et l’eau, 22e édition, [En ligne], URL : https://www.cieau.com/communique-presse/barometre-cieau-tns-sofres-2018-les-francais-et-leau-22eme-edition/

Barraqué, B., Isnard, L., Montginoul, M., Rinaudo, J-D., et Souriau, J., 2011, Baisse des consommations d’eau potable et développement durable, Annales des Mines – Responsabilité et Environnement, 3, 63, pp. 102-108.

Bich-Ngoc, N., Prevedello, C., Cools, M., et Teller, J., 2022, Factors influencing residential water consumption in Wallonia, Belgium, Utilities Policy, 74, pp. 1-11.

Bigot, R., Hoibian, S., 2011, Environnement : des bonnes intentions aux bonnes pratiques, Consommation et modes de vie, 242, Credoc, [En ligne], URL : https://www.credoc.fr/publications/environnement-des-bonnes-intentions-aux-bonnes-pratiques-environment-from-good-intentions-to-good-practices

Bourget, E., 2020, Analyse de la demande en eau potable durant la période de confinement liée à l’état d’urgence sanitaire, Rapport de stage de 2e année ENSEGID, 54 p.

Buurmanj, J., Freiburghaus, M., et Castellet-Viciano, L., 2022, The impact of COVID-19 on urban water use: a review, Water supply, 22, 10, pp. 7590-7602.

Cole, M.A., 2004, Economic growth and water use, Applied Economics Letters, 11, pp. 1-4.

Daniel, M., Sirieix, L., 2012, Les pratiques durables. Une forme de résistance ordinaire ?,  Décisions Marketing, 68, pp. 11-24.

Domene, E., Saurī, D., et Pares, M., 2005, Urbanization and sustainable resource use: the case of garden watering in the Metropolitanh Region of Barcelona, Urban Geography, 26, pp. 520-535.

Domene, E., Saurī, D., 2006, Urbanization and water consumption: influencing factors in the Métropolitan Région of Barcelona, Urban Studies, 43, pp. 1605-1623.

Erdlenbruch, K., Loubier, S., Montginoul, M., Morardet, S., et Lefebvre, M., 2013, La gestion du manque d'eau structurel et des sécheresses en France, Sciences Eaux & Territoires, 11, pp. 78-85.

Faivre, E., 2007, Dis-moi quels sont tes nouveaux déplacements avec la RTT … je te dirai qui tu es et où tu habites !, Espace Populations Sociétés, 2-3, pp. 203-2014.

Favre, M., Montginoul, M., 2020, Comment observer de façon optimale la consommation en eau potable ? Le cas de Nantes Métropole, Techniques Sciences Méthodes, 1/2, 115e année, pp. 29-40.

Florentin, D., 2015, La vulnérabilité des objets lents : les réseaux d’eau. Les enjeux des diminutions de consommation d’eau vus à travers un exemple allemand, Les Annales de la Recherche Urbaine, Ville et vulnérabilités, 110, pp. 152-163.

Fourquet, J., Cassely, J-L., 2021, La France sous nos yeux, Éditions du Seuil, Collection Sciences humaines, 496 p.

Fox, C., McIntosh, B., et Jeffrey, P., 2009, Classifying households for water demand forecasting using physical property characteristics, Land Use Policy, 26, pp. 558-568.

Global Wellness Institute, 2014, Global spa and wellness economy monitor, [En ligne], URL : https://globalwellnessinstitute.org/wp-content/uploads/2018/06/global-spa-and-wellness-economy-monitor-2014_fix4182016.pdf

Hanania, Y., Musnik, I., Gaillochet, P., 2022, Le luxe contre-attaque. Accélérations et disruptions, Malakoff, Éditions Dunod, Collection Hors collection, 368 p.

Insee, 2017, Les conditions de logement en France, Edition 2017, Surface, nombre de pièces, espaces attenants, [En ligne], URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/fichier/2586024/LOGFRA17k2_F6.2.pdf

Insee, 2019, Tableaux de l’économie française, Édition 2019, Équipement des ménages, [En ligne], URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/3676680?sommaire=3696937

Insee, 2020, Tableaux de l’économie française, Édition 2020, Logement, [En ligne], URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/4277727?sommaire=4318291

Insee, 2021a, La France et ses territoires, Édition 2021, Taille et composition des ménages, [En ligne], URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/5039855?sommaire=5040030

Insee, 2021b, Les départements de Nouvelle-Aquitaine à Grands traits, Plus d’un néo-aquitain sur quatre vit en Gironde, Insee Analyses Nouvelle-Aquitaine, n°106, [En ligne], URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/fichier/version-html/5760981/ap_ina_106.pdf

Insee, 2023, La situation dans 133 communes franciliennes : 100 litres en moyenne par jour et par habitant, Analyses Île-de-France, n°175, [En ligne], URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/7701664

Insee, 2024a, Département de la Gironde, Dossier complet, [En ligne], URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/2011101?geo=DEP-33

Insee, 2024b, France métropolitaine, Dossier complet, [En ligne], URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/2011101?geo=METRO-1

Klein, O., Vincent, S., Ravalet, E., Beziat, A., Eddarai, Y., Morain, J-E., Pochet, P., 2020, Crise sanitaire et mobilité dans la métropole de Lyon et le département du Rhône - Évolution de la répartition modale & focus sur l’usage des TC et du vélo, Note d’analyse n°1 du projet COVIMOB, [En ligne], URL : https://shs.hal.science/halshs-03909270/document

Krieger, S.J., Gombert-Courvoisier, S., Dominique, A., et Félonneau, M.L., 2020, S’approprier la transition écologique grâce à la participation citoyenne. Exemple du dispositif d’accompagnement Familles EAU défi, dans Bouisset C. et Vaucelle S. (dir.), Transition et reconfigurations des spatialités, EcoPolis, 33, Peter Lang, pp. 237-256.

Laurent, M., 2020, Analyse des scénarios climatiques du GIEC et des données liées au tourisme en Gironde en lien avec l’évolution de la demande en eau potable, Rapport de stage 2e année ENSEGID, 61 p.

Lao, S., Portela, S., 2020, Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement. Panorama des services et de leur performance en 2020, [En ligne], URL : https://www.services.eaufrance.fr/cms//uploads/Rapport_Sispea_2020_VF_d7aafb9b3b.pdf

Lecourt, M., Rous, C., Sakarovitc, C., Roussel, S., Couallier, V., Vivière, M., et Barrault, J., 2024, Les sciences comportementales au service de la sobriété des consommations d’eau, Techniques Sciences Méthodes, 4, pp. 31-37.

Leigh, N.G., Lee, H., 2019, Sustainable and Resilient Urban Water Systems: The Role of Decentralization and Planning, Sustainability11, 3, [En ligne], URL : https://www.mdpi.com/2071-1050/11/3/918

Mankad, A., Tapsuwan, S., 2011, Review of socio-economic drivers of community acceptance and adoption of decentralised water systems, Journal of Environmental Management, 92, pp. 380-391.

March, H., Saurī, D., 2009, What lies behind domestic water use? A review essay on the drivers of domestic water consumption, Boletín de la Asociación de Geógrafos Españoles, 50, pp. 297-314.

Mayol, A., 2017, Social and nonlinear tariffs on drinking water: cui bono? Empirical evidence from a natural experiment in France, Revue d’Économie Politique, 127, 6, pp.1161-1185.

Mayol, A., Porcher, S., 2019, Tarifs discriminants et monopoles de l’eau potable : une analyse de la réaction des consommateurs face aux distorsions du signal-prix, Revue Économique, 70, 4, pp. 461-494.

Mayol, A., Staropoli, C., 2021, Giving consumers too many choices: a false good idea ? A lab experiment on water and electricity tariffs, European Journal of Law and Economics, 51, 2, 7, pp. 383-410.

Montginoul, M., 2006, Les eaux alternatives à l'eau du réseau d'eau potable pour les ménages : un état des lieux, Ingénieries - EAT, 45, pp. 49-62.

Nauges, C., Thomas A., 2000, Dynamique de la consommation d’eau potable des ménages : une étude sur un panel des communes françaises, Économie et Prévision, 143-144, 2-3, pp. 175-184.

Nauges, C., Reynaud, A., 2001, Estimation de la demande domestique d’eau potable en France, Revue économique, 52, 1, pp. 167-185.

Picard, R., 2009, La protection de l’eau : une forte sensibilité, une faible implication, Consommation et modes de vie, n° 221, Credoc, [En ligne], URL : https://www.credoc.fr/publications/la-protection-de-leau-une-forte-sensibilite-une-faible-implication

Porcher, S., 2013, Une estimation des coûts d'efficience des tarifs actuels des services publics de l'eau en France, Revue économique, 64, pp. 551-560.

Poquet, G., Maresca, B., 2006, La consommation d’eau baisse dans les grandes villes européennes, Consommation et modes de vie, n°192, Credoc, [En ligne], URL : https://www.credoc.fr/publications/la-consommation-deau-baisse-dans-les-grandes-villes-europeennes

Rajala, R., Katko, T., 2004, Household water consumption and demand management in Finland, Urban Water Journal, 1, 1, pp.17-26.

Rinaudo, J-D., Neverre, N., 2019, La prévision à moyen et long terme de la demande en eau potable : bilan des méthodes et pratiques actuelles, Agence Française pour la biodiversité, Collection « Comprendre pour agir », [En ligne], URL : https://professionnels.ofb.fr/fr/doc-comprendre-agir/prevision-moyen-long-terme-demande-en-eau-potable-bilan-methodes-pratiques

Romano, G., Salvati, N., et Guerrini, A., 2016, An empirical analysis of the determinants of water demand in Italy, Journal of Cleaner Production, 130, pp. 74-81.

Roshan, A., Kumar, M., 2020, Water end-use estimation can support the urban water crisis management : a critical review, Journal of Environmental Management, 268, [En ligne], URL : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0301479720305958

Rulleau, B., Salles, D., Gilbert, D., Le Gat, Y., Renaud, E., Bernard, P., Gremmel, J., Giard, A., Assouan, E., De Grissac, B., Eisenbeis, P., Husson, A., Rambonilaza, T., et Stricker, A.E., 2020, Crafting futures together : scenarios for water infrastructure asset management in a context of global change, Water Supply, 20, 8, pp. 3052-3067.

Trespeuch, L., Robinot, E., Botti, L., Bousquet, J., Corne, A., De Ferran, F., Durif, F., Ertz, M., Fontan, J-M.,Giannelloni, J-L., Hallegatte, D. Kreziak, D., Lalancette, M., Lajante, M., Michel, H., Parguel, B., Peypoch, N., 2022, Allons-nous vers une société plus responsable grâce à la pandémie de Covid-19 ?, Natures Sciences Sociétés, 29, 4, pp. 479-486.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Explicitation des hypothèses et calculs visant à reconstituer les volumes domestiques consommés

Estimation qualitative de l’incertitude associée à la donnée produite

L’incertitude associée à la mesure produite peut dépendre de  : (i) la source des données (fiabilité, nombre de sources proposant les mêmes valeurs, et cetera), (ii) la variabilité des débits/volumes concernant les équipements (fonction de la gamme, l’ancienneté, les fuites, et cetera), (iii) la diversité des usages déclarés dans l’enquête (concernant par exemple, le temps passé sous la douche qui présente une forte variabilité, pour une même personne, en fonction des jours de la semaine, des saisons, des activités, et cetera), (iv) des hypothèses que nous avons formulées (par exemple, durée d’éveil moyen de 14 h, avec 8 heures passées au travail ou à l’école pour un jour ouvré).

La prise en compte de ces incertitudes nous amène à estimer l’incertitude sur une échelle allant de faible – moyenne – forte – très forte.

« Présence » des personnes dans le foyer

Par « présence », il faut entendre la présence d'une personne qui habite dans le logement, qu'elle soit dans la maison la majeure partie de la journée (ce qui peut influencer, par exemple, le volume utilisé pour la chasse d'eau) ou qu'elle ne soit pas présente en continu, par exemple lorsque la personne travaille à l’extérieur (ce qui peut influencer l'usage du lave-vaisselle ou la consommation d’eau liée au repas).

Détermination du jour « moyen »

Le volume consommé sur un jour « moyen » est défini comme le volume annuel, estimé à partir des données de l’enquête et des hypothèses, divisé par 365. Ce jour « moyen » prend donc en compte : le taux de présence journalière de la (des) personne(s) au sein du logement (estimé, voir annexe 2, tableau A), les absences annuelles liées aux vacances / week-end / loisirs ainsi que celles dues au travail (déclarées par les enquêtés), ou la durée de la période estivale nécessaire à estimer la période d’arrosage (annexe 5, tableau H) ou d’usage de la piscine extérieure (annexe 5, tableau J).

Annexe 2

Tableau A. Estimation du jour « moyen »

Questions de l’enquête

Hypothèses formulées par les auteurs

Appréciation de l’incertitude

A.1

Temps passé hors domicile (pour le travail/études) sur une semaine type :

« Travaillez-vous ? à temps complet / à temps partiel ». Si travail à temps partiel : « quelle quotité (en %) » ?

« Sur une semaine type, suivez-vous des cours ou étudiez-vous ? », modalités de réponse : « une journée ou moins par semaine », « deux jours par semaine », « 3 jours par semaine », 4 jours par semaine », « 5 jours par semaine ou plus »

Durée d’éveil par jour = 14 h

Durée au travail ou à l’école (5 jours sur 7) : 8 h

NB : Le temps partiel, jugé trop aléatoire, n’a pas été pris en compte.

faible à moyenne

A.2

Temps passé hors domicile (pour les vacances) :

« En 2019, avez-vous résidé en dehors de votre domicile principal ou secondaire pour des vacances ? » puis « Si oui, combien de semaines – dont combien de semaines en Gironde ? »

Temps passé hors domicile (pour des séjours courts – moins de 4 nuits consécutives) :

« En 2019, combien de séjours courts avez-vous passés en dehors de votre domicile ? », modalités de réponse : « entre 1 et 5 séjours », « entre 6 et 10 séjours », « entre 11 et 15 séjours », « plus de 15 séjours », « aucun »

Durée d’une semaine de vacances = 7 jours

L’absence du domicile concerne la totalité des membres du foyer

Durée d’un séjour court = 2 jours en moyenne

Nombre de séjours (centre de l’intervalle indiqué) :

  • Entre 1 et 5 séjours courts = 3 séjours

  • Entre 6 et 10 séjours courts = 8 séjours

  • Entre 11 et 15 séjours courts = 13 séjours

  • Plus de 15 séjours courts = 1 week-end sur deux, soit 25 séjours courts dans l’année

forte

Estimation du taux de présence journalier à domicile en fonction : 1) du temps passé hors domicile pour le travail / les études et 2) de la différence semaine / week-end.

Formules de calculs utilisées :

Taux de présence journalier (quand les membres du foyer ne sont pas en vacances)

Temps hors domicile = nombre de jours d’absence (vacances + séjours courts)

Temps de présence à domicile := 1 – (nombre jours hors domicile + réponse vacances x 7) / 365

Annexe 3. Volumes dépendants des membres du foyer

Tableau B. Reconstitution du volume d’eau utilisé pour les douches et bains (Hygiène corporelle)

Questions de l’enquête

Hypothèses formulées par les auteurs

Appréciation de l’incertitude

B.1

Nombre, âge et taux de présence des personnes au sein du foyer :

« En plus de vous-même, combien de personnes habitent dans votre domicile, en permanence ? »

« Précisez leur âge »

« Et combien en plus y séjournent régulièrement (par ex. une semaine sur deux, plusieurs week-ends par mois, pendant les vacances scolaires, etc.) ? »

« Précisez leur âge »

faible

B.2

Nombre de douches (par jour ou par semaine ou par mois) :

« En moyenne, combien de douches sont prises à votre domicile, par l’ensemble des personnes de votre foyer, y compris vous-même ? »

« Et combien sont prises par vous, personnellement ? »

Pour les enfants âgés de moins de 12 ans, le volume d’eau est divisé de moitié

faible

B.3

Nombre de bains (par jour ou par semaine ou par mois) :

« En moyenne, combien de bains sont pris à votre domicile, par l’ensemble des personnes de votre foyer, y compris vous-même ? »

« Et combien sont pris par vous, personnellement ? »

Estimation des volumes :

  • Volume d’un bain = 150 litres

  • Volume d’eau pour 1 lavage « au gant de toilette » = 5 litres

  • Si 1 bain/semaine sans douche => comptabilisation du volume de 1 bain + 6 « toilettes au gant de toilette »

-

B.4

Durée moyenne des douches :

« En moyenne, quelle est la durée de votre douche ? », modalités de réponse : « 0 à 3 min », « 4 à 6 min », « 7 à 10 min », « 11 à 15 min », 16 à 20 min », « plus de 20 min », « ne sait pas »

Estimation de la durée moyenne des douches (centre de l’intervalle indiqué) :

  • 0-3 min = 1,5 minute

  • 4-6 min = 5 minutes

  • 7-10 min = 8,5 minutes

  • 11-15 min = 13 minutes

  • 16-20 min = 18 minutes

  • Plus de 20 min = 25 minutes

Estimation des débits :

  • Débit faible = 10 litres/minute (matériel hydro-économe)

  • Débit moyen = 15 litres/minute

  • Débit important = 20 litres/minute (matériel ancien)

Par défaut, c’est le débit moyen d’une douche qui est retenu = 15 litres/minute

moyenne

B.5

Lavage des cheveux hors douche ou bain :

« Vous lavez-vous les cheveux avec de l’eau au moins une fois par semaine ? », modalités de réponse : « chez vous pendant une douche ou un bain », « chez vous hors douche ou bain », « chez le coiffeur », à la salle de sport, à la piscine, au travail… », « aucun des choix ci-dessus »

Volume d’eau pour un shampoing hors douche = 2 litres

faible

B.6

Fréquence d’arrêt de la douche lors du savonnage ou du lavage des cheveux :

« De manière générale, arrêtez-vous de faire couler l’eau durant : votre douche / votre shampoing ? », modalités de réponse : « toujours », « le plus souvent », de temps en temps », « rarement ou jamais », « non concerné »

Non pris en compte, difficile à apprécier

-

B.7

Fréquence de récupération de l’eau en début de douche, en attendant que l’eau chauffe :

« De manière générale, vous arrive-t-il de récupérer l’eau ? », modalités de réponse : « toujours », « le plus souvent », de temps en temps », « rarement ou jamais », « non concerné »

Non pris en compte, difficile à apprécier

-

Formules de calculs utilisés :

Reconstitution du volume d’eau consommé par personne et par jour pour les douches et bains :

Volume total consommé par foyer et par an : nombre de douches moyen x volume (durée x débit en prenant en compte enfant < 12 ans et lavage des cheveux hors douche et bain) x temps à domicile pendant l’année

Idem bains

Volume total par foyer et par an divisé par le nombre de personnes présentes dans le foyer = volume/personne/an

Tableau C. Reconstitution du volume d’eau pour le lavage des dents et des mains (Hygiène corporelle)

Questions de l’enquête

Hypothèses formulées par les auteurs

Appréciation de l’incertitude

C.1

Lavage des dents :

Pas de question dédiée dans l’enquête

Nombre de lavage de dents/jour = 2

Volume d’eau par lavage de dents = 2 litres

faible

C.2

Fréquence d’arrêt du robinet lors du brossage de dents :

« De manière générale, arrêtez-vous de faire couler l’eau durant votre brossage de dents ? », modalités de réponse : « toujours », « le plus souvent », de temps en temps », « rarement ou jamais »

Non pris en compte, difficile à apprécier

-

C.3

Lavage des mains :

Pas de question dédiée dans l’enquête

Nombre de lavages de mains/jour = 12

Volume d’eau par lavage de mains = 2 litres

faible

Formules de calculs utilisés :

Volume d’eau pour le lavage des :

Dents : 2 lavages x 2 litres x taux moyen présence pour les périodes de présence à domicile

Mains : (12 lavages x 2 litres) x taux moyen présence pour les périodes de présence à domicile

Tableau D. Reconstitution du volume d’eau pour les chasses d’eau des WC

Questions de l’enquête

Hypothèses formulées par les auteurs

Appréciation de l’incertitude

D.1

Nombre de passage aux toilettes :

Pas de question dédiée dans l’enquête

Nombre = 7 passages aux toilettes /jour

faible

D.2

Nombre de WC par foyer :

« Dans votre logement, combien y a-t-il de WC ? dont WC avec chasse d’eau double commande et dont toilettes sèches ? »

Volume moyen pris en compte par chasse d’eau :

  • WC « chasse d’eau double » = WC hydro-économe 4,5 litres

  • WC classique « simple chasse » = 8 litres

moyenne

matériel + usages 

D.3

Usage d’une ressource alternative pour les WC :

« Possédez-vous [une source d’eau alternative à l’eau du robinet] pour remplir les WC » ?

Non pris en compte

-

Formules de calculs utilisés :

(type de chasse d’eau x nombre de passage aux toilettes par jour x nombre de personnes dans le foyer) x 0,7 (taux de présence moyen) pour les périodes de présence à domicile

Tableau E. Reconstitution du volume d’eau pour l’alimentation

Questions de l’enquête

Hypothèses formulées par les auteurs

Appréciation de l’incertitude

E.1

Nombre de repas pris à domicile par semaine :

« En général, combien de personnes prennent leur repas à votre domicile ? », avec une déclinaison midi/soir et semaine/week-end

Nombre de repas préparés à domicile :

« Pour les repas pris à votre domicile, quelle proportion, en moyenne, ne demande pas de préparation (plats livrés ou achetés, plats cuisinés sous emballage ou congelés…) ? », modalités de réponse : « chaque repas », « 1 repas sur 4 », « 1 repas sur 10 », « moins d’1 repas sur 10 »

« Vous arrive-t-il de préparer des repas que vous ou d’autres membres de votre foyer prenez à l’extérieur pour le travail, le sport, le bénévolat… (1 repas = 1 personne ». à indiquer en nombre de repas préparés par semaine

« Le week-end, vous arrive-t-il de préparer à l’avance des repas qui seront pris la semaine suivante, à votre domicile ou ailleurs ? », modalités de réponse : « toujours », « fréquemment », « de temps en temps », « rarement ou jamais »

Volume d’eau nécessaire par repas = 4,5 litres/repas

Volume d’eau consommée pour la préparation des repas

= nombre repas x 4,5 litres

forte

E.2

Fréquence de consommation d’eau du robinet vs en bouteille :

« Pour l’eau de boisson, utilisez-vous à titre personnel ? », modalités de réponse : « uniquement de l’eau du robinet », « principalement de l’eau du robinet », « indifféremment de l’eau du robinet ou de l’eau en bouteille », « principalement de l’eau en bouteille », « uniquement de l’eau en bouteille », « vous ne buvez pas d’eau »

Volume d’eau du robinet consommé pour la boisson/personne/jour (eau + boissons chaudes) = 2 litres/personne

  • Uniquement de l’eau du robinet = 2 litres

  • Principalement de l’eau du robinet = 1,5 litre

  • Indifféremment de l’eau du robinet ou de l’eau en bouteille = 1 litre

  • Principalement de l’eau en bouteille = 0,5 litre

  • Uniquement de l’eau en bouteille = 0 litre

  • Vous ne buvez pas d’eau = 0 litre

En moyenne, les répondants indiquent boire 1,3 litre d’eau du robinet/jour = c'est le résultat moyen prenant en compte la répartition entre ceux qui boivent de l'eau en bouteille et ceux buvant de l'eau du robinet.

faible

E.3

« Possédez-vous [une source d’eau alternative à l’eau du robinet] ? » pour « cuisiner et boire » ?

Non pris en compte

-

Formules de calculs utilisés

Volume d’eau alimentaire par personne et par jour = (volume pour repas + volume pour boisson) / nombre de personnes dans le foyer

Annexe 4. Volumes dépendants des membres du foyer et des équipements

Tableau F. Reconstitution du volume d’eau utilisé pour la vaisselle

Questions de l’enquête

Hypothèses formulées par les auteurs

Appréciation de l’incertitude

F.1

Nombre d’utilisations du lave-vaisselle :

« Combien de fois en moyenne le lave-vaisselle tourne-t-il ? »

Volume utilisé par lave-vaisselle = 15 litres

faible

F.2

Volume estimé pour une vaisselle à la main :

Déterminé en fonction du nombre de repas pris à domicile par semaine (voir tableau 5 P) et de la fréquence déclarée d’utilisation du lave-vaisselle (voir tableau 6 S)

Volume utilisé pour une vaisselle à main, par couvert 

= 4 litres ou 8 litres (voir tableau 6 U)

Pour un nombre de repas > 10, lorsqu’une faible utilisation du lave-vaisselle est déclarée, il est considéré qu’au-delà de 10, la vaisselle est faite à la main

forte

F.3

Fréquence d’arrêt du robinet lors de la vaisselle à la main :

« De manière générale, arrêtez-vous de faire couler l’eau durant la vaisselle ? », modalités de réponse : « toujours », « le plus souvent », « de temps en temps », rarement ou jamais », « Non concernée.e »

Volume d’eau utilisé selon fréquence d’arrêt du robinet :

Toujours et le plus souvent = 4 litres

autres modalités = 8 litres

moyenne

F.4

Usage d’une ressource alternative pour laver la vaisselle :

« Pour quels usages, utilisez-vous l’eau [autre que celle du robinet] ? » à préciser pour l’usage « laver la vaisselle »

Non pris en compte

-

Formules de calculs utilisés :

Pour les ménages n’ayant pas de lave-vaisselle : nombre de repas x 4 litres ou 8 litres (en fonction de la fréquence d’arrêt du robinet)

Pour les ménages possédant un lave-vaisselle :

Nombre de repas moyen par lave-vaisselle = 10

Volume consommé par semaine et par foyer : = Nombre de cycles de lave-vaisselle x 15 litres

Si plus de 10 repas déclarés pour 1 cycle de lave-vaisselle, alors repas supplémentaires comptabilisés en vaisselle à la main (4 ou 8 litres)

Volume consommé par jour et par personne : volumes calculés ci-dessus divisés par 7 (jours) et par le nombre de personnes dans le foyer

Tableau G. Reconstitution du volume d’eau utilisé pour le lavage du linge

Questions de l’enquête

Hypothèses formulées par les auteurs

Appréciation de l’incertitude

G.1

Lessives au lave-linge :

« Combien de fois en moyenne, le lave-linge tourne-t-il ? »

Volume d’eau estimé pour un cycle en machine :

  • Lave-linge classique = 60 litres = volume « moyen »

  • Lave-linge économe = 45 litres = volume « économe »

faible

G.2

Lessives à la main ou hors domicile :

Pour la réponse « pas de lave-linge » à la question précédente : « Où votre linge est-il généralement lavé ? », modalités de réponse :« chez vous (lessive à la main », « dans une laverie automatique », « chez un proche », « autre »

Volume d’eau utilisé pour une lessive à la main = 30 litres par personne (à raison d’une lessive par semaine)

moyenne

G.3

Usage d’une ressource alternative pour laver le linge :

« Pour quels usages, utilisez-vous l’eau [autre que celle du robinet] ? » à préciser pour l’usage « laver le linge »

Non pris en compte

-

Formules de calculs utilisés :

Volume total = nombre de cycles par mois x 60 litres + linge main 30 litres

Volume divisé par 30 jours et par le nombre personnes dans le foyer pour avoir le résultat en volume consommé pour le linge par personne et par jour

Possibilité d’estimer un volume plus faible en prenant l’hypothèse de la possession d’un lave-linge économe (45 litres/cycle) pour tous les ménages

Annexe 5. Volumes dépendant uniquement du logement et des extérieurs

Tableau H. Reconstitution du volume d’eau utilisé pour l’arrosage

Questions de l’enquête

Hypothèses formulées par les auteurs

Appréciation de l’incertitude

H.1

Présence d’espaces extérieurs :

« Disposez-vous ? (d’un jardin privatif, d’une cour privative, d’une terrasse, d’un balcon, d’un jardin familial/ouvrier, d’un jardin intérieur/serre) »

Pas d’hypothèse afférente mais information utile pour les surfaces dédiées (cf H.2)

-

H.2

Surface des espaces extérieurs :

« Indiquez leur(s) surface(s) respective(s) en m2»

Estimation des surfaces à arroser pour les jardins privatifs :

  • Potager = 20 % de la surface du jardin, dans la limite de 200 m2

  • Plantes ornementales = 5 % de la surface du jardin, dans la limite de 50 m2

  • Surface gazonnée = surface du jardin (moins les surfaces en potager et en plantes ornementales)

forte

surface comprenant ou pas l’emprise de la maison + hypothèses sur les surfaces

H.3

Période d’arrosage :

« Aux beaux jours, arrosez-vous, avec de l’eau du robinet ? », modalités de réponse :« très régulièrement », « de temps en temps », « exceptionnellement », « jamais ou non concerné »

Période d’arrosage = 5 mois (de mai à septembre) = 150 jours

Nombre annuel d’arrosages : estimé en fonction de 3 hypothèses sur une période de 5 mois :

Hypothèse élevée :

  • Très régulièrement

  • = 1 jour/2 = 75

  • De temps en temps

  • = 1 fois/semaine = 20

  • Exceptionnellement

  • = 1 fois/mois = 5

Hypothèse moyenne :

  • Très régulièrement

  • = 1 jour/3 = 50

  • De temps en temps

  • = 1 jour/10 = 15

  • Exceptionnellement

  • = 1 fois/mois = 5

Hypothèse basse :

  • Très régulièrement

  • = 1 jour/5 = 30

  • De temps en temps

  • = 1 fois tous les 15j = 10

  • Exceptionnellement

  • = 1 fois/mois = 5

Forte

H.4

Modes d’arrosage :

« Comment arrosez-vous principalement ? », modalités de réponse :« tuyau d’arrosage », « asperseur », « arrosoir », « goutte à goutte », « programmateur »

Consommation unitaire d’arrosage : estimée (en litres/m2) à partir d’une valeur de 15-20 litres/m2 en fonction de 3 hypothèses :

Hypothèse élevée :

  • Tuyau d’arrosage =

  • 25 litres/m2

  • Asperseur= 21 litres/m2

  • Arrosoir = 17 litres/m2

  • Goutte à goutte

  • = 14 litres/m2

  • Programmateur

  • = 14 litres/m2

Hypothèse moyenne :

  • Tuyau d’arrosage

  • = 20 litres/m2

  • Asperseur = 17 litres/m2

  • Arrosoir = 14 litres/m2

  • Goutte à goutte

  • = 10 litres/m2

  • Programmateur

  • = 10 litres/m2

Hypothèse basse :

  • Tuyau d’arrosage

  • = 10 litres/m2

  • Asperseur = 10 litres/m2

  • Arrosoir = 10 litres/m2

  • Goutte à goutte

  • = 10 litres/m2

  • Programmateur

  • = 10 litres/m2

forte

H.5

Arrosage des plantes d’intérieur :

« Combien de fois, en moyenne, les plantes d’intérieur sont-elles arrosées (si plus de 10 plantes) ?»

Volume = 5  litres/arrosage

moyenne

H.6

Usage d’une ressource alternative pour l’arrosage :

« Pour quels usages, utilisez-vous l’eau [autre que celle du robinet] ? » à préciser pour l’usage « arroser le jardin »

NB : Cette donnée a été prise en compte, même si la question sur l’arrosage portait sur l’utilisation d’eau du robinet

moyenne

Formules de calculs utilisés :

Dans un 1er temps, calcul du volume d’eau utilisé sans ressource alternative :

= consommation (litres/m2 en fonction du type d’arrosage) x surface arrosée x nombre de jours d’arrosage

Puis calcul d’une consommation plus faible avec la prise en compte de l’usage d’une ressource alternative pour les ménages en déclarant une :

= soustraction des volumes concernés au volume calculé ci-dessus

Tableau I. Reconstitution du volume d’eau utilisé pour le nettoyage

Questions de l’enquête

Hypothèses formulées par les auteurs

Appréciation de l’incertitude

I.1

Surface de lavage des espaces intérieurs et extérieurs :

« Quelle est la surface de votre logement ? »

Volume d’eau utilisé pour le lavage du sol = 0,2 litre/m2

Concernant la surface des espaces extérieurs (cf. Tab. H1 et H2)

Moyenne

zone avec éventuellement de la moquette

I.2

Fréquence de ménage :

« Combien de fois en moyenne, le sol est-il lavé avec de l’eau ? »

« [Si vous possédez une terrasse ou un balcon], en moyenne, à quelle fréquence les lavez-vous ? », modalités de réponse :« une fois par jour », « une fois par semaine », « une fois par mois », « une fois par trimestre », « une fois par semestre », « une fois par an », « moins souvent », « jamais »

faible

I.3

Modes de lavage :

« En moyenne, à quelle fréquence lavez-vous vos murs extérieurs avec un nettoyeur haute pression ? », modalités de réponse : « une fois par semaine », « une fois par mois », « une fois par trimestre », « une fois par semestre », « une fois par an », « moins souvent », « jamais »

Volume haute pression = 200 litres (quelle que soit la surface)

forte

I.4

Usage d’une ressource alternative pour le ménage :

« Pour quels usages, utilisez-vous l’eau [autre que celle du robinet] ? » à préciser pour l’usage « nettoyer la maison »

Non pris en compte

-

Formules de calculs utilisés :

Volume utilisé pour le ménage dans l’année = (surfaces horizontales lavées x 0,2 litre x fréquence de lavage) + (200 litres x fréquence de lavage des murs)

Volume total divisé par le nombre de jours et le nombre de personnes présentes dans le foyer

Tableau J. Reconstitution du volume d’eau utilisé pour les piscines et spas

Questions de l’enquête

Hypothèses formulées par les auteurs

Appréciation de l’incertitude

J.1

Possession et usages d’équipements :

« Avez-vous » avec les modalités de réponses : « une piscine enterrée », « une piscine hors-sol », « une piscine démontable », « une piscine gonflable », « un jacuzzi, un spa ou un bain nordique », « aucun des équipements précédents »

« En moyenne, combien de semaines utilisez-vous votre piscine gonflable dans l’année ? »

Pas d’hypothèse afférente, mais information utile pour les dimensions et fréquences de vidange (voir J.2)

-

J.2

Taille et fréquence de vidange des piscines :

« Quelle est la dimension approximative de votre piscine ? » (en longueur/largeur ou diamètre)

« En moyenne, vous la videz complètement », modalités de réponse : « jamais », « une fois tous les 5 ans ou moins souvent », « une fois tous les 2 ans », « une fois par an », « plusieurs fois par an »

« En moyenne, combien de fois remplissez-vous la piscine gonflable par an ? »

Surface de la piscine = calculée d’après les données d’enquête (longueur x largeur ou diamètre). Si pas d’information sur la surface = estimation à 32 m2 pour une piscine enterrée et 15 m2 pour piscine hors-sol

Volume : calculé en prenant une profondeur moyenne de 1,50 m

Volume d’une piscine gonflable = 100 litres, vidée à chaque utilisation = 5 fois/an

Fréquence de vidange d’une piscine estimée d’après les réponses à l’enquête :

  • Tous les 5 ans = 0,2 fois/an

  • Tous les 2 ans = 0,5 fois/an

  • Tous les ans = 1 fois/an

  • Plusieurs fois par an =2 fois/an

Volume moyen d’évaporation pendant la période estivale = 3 mm/jour/m2 pour toutes piscines (hors piscine gonflable) sur 3 mois = 90 jours

de moyenne (concernant les estimations de volume) à forte (concernant les données d’évaporation)

J.3

Taille et fréquence de vidange des jacuzzis :

« Quel est le nombre de places de votre jacuzzi, spa ou bain nordique ? »

« En moyenne, à quelle fréquence le videz-vous complètement ? » selon les

Estimation du volume en fonction de la taille :

Volume relatif à la taille des jacuzzis estimé d’après les réponses à l’enquête :

  • 2 places = 500 litres

  • 4 places = 800 litres

  • 6 places = 120 litres

  • 8 places = 2000 litres

Fréquence de vidange estimée d’après les réponses à l’enquête :

  • 1 ou plusieurs fois/semaine = 52 fois

  • 1 ou plusieurs fois/mois = 12 fois

  • Plusieurs fois/an = 4 fois

  • 1 fois/an = 1 fois

  • Moins souvent = 0,5 fois

  • Jamais = 0 fois

forte

J.4

Usage d’une ressource alternative pour la piscine :

« Pour quels usages, utilisez-vous l’eau [autre que celle du robinet] ? selon la modalité « remplir la piscine »

Non pris en compte

-

Formules de calculs utilisés :

Volume consommé pour l’usage des piscines : volume de la piscine x nombre de vidanges par an + (surface x taux renouvellement par évaporation)

Volume consommé pour l’usage des jacuzzis : volume du jacuzzi x nombre vidanges par an

Volume consommé pour ces usages par an et par personne : somme des volumes ci-dessus divisée par le nombre de personnes du foyer

Tableau K. Reconstitution du volume d’eau utilisé pour le lavage des véhicules

Questions de l’enquête

Hypothèses formulées par les auteurs

Appréciation de l’incertitude

K.1

Nombre de véhicules :

« Combien de véhicule(s) motorisés votre foyer possède-t-il ? » à préciser pour les « voiture(s) », « moto(s) », « scooter(s) », « cyclomoteur(s) »

Pas d’hypothèse afférente, mais information utile pour les fréquences de lavage (cf K.2)

-

K.2

Fréquence de lavage :

« En moyenne, à quelle fréquence lavez-vous votre/vos véhicule(s), que ce soit à votre domicile ou à l’extérieur  ? », modalités de réponse :« une fois par semaine », « une fois par mois », une fois par trimestre », « une fois par semestre », « une fois par an », « moins souvent, « jamais »

Fréquence de lavage des véhicules estimée d’après les réponses à l’enquête :

  • 1 fois/semaine = 52 fois

  • 1 fois/mois = 12 fois

  • 1 fois/trimestre = 4 fois

  • 1 fois/semestre = 2 fois

  • 1 fois/an = 1 fois

  • Moins souvent = 0,5 fois

  • Jamais = 0 fois

moyenne

K.3

Lieux et modalités de lavage :

« Le plus souvent, comment lavez-vous ce/ces véhicule(s) ? », modalités de réponse « chez vous au nettoyeur haute pression », « chez vous à l’éponge et au tuyau d’arrosage », « à la station de lavage au rouleau », « à la station de lavage à haute pression », « chez un proche », « autre »

Volume consommé par lavage et par modalité :

À domicile :

  • 300 litres pour une voiture

  • 150 litres pour une moto

  • 100 litres pour scooter

Si lavage haute pression : volume ci-dessus divisé par 6

NB : les répondants déclarant laver leur véhicule hors domicile (station de lavage, etc.) ne sont pas comptabilisés dans l’estimation du volume domestique

moyenne

K.4

Usage d’une ressource alternative pour le lavage des véhicules :

« Pour quels usages, utilisez-vous l’eau [autre que celle du robinet] ? » à préciser pour l’usage « laver la voiture »

Non pris en compte

-

Formules de calculs utilisés :

Volume consommé = nombre et type véhicule(s) x fréquence x type lavage

Tableau L. Reconstitution du volume d’eau utilisé pour le soin aux animaux

Questions de l’enquête

Hypothèses formulées par les auteurs

Appréciation de l’incertitude

L.1

Nombre et type d’animaux :

« Possédez-vous un ou plusieurs chiens ? »

« Élevez-vous chez vous des animaux autres que des animaux domestiques (poules, canards, chèvres, chevaux ? » à préciser selon le type et le nombre

Volume estimé pour la boisson des animaux :

  • Chien = 1 litre/jour

  • Cheval = 25 Litres/jour

  • Chèvre = 5 Litres/jour

  • Canard & poule (100 Litres/semaine)

NB : l’hypothèse a été faite que les chats consomment de l’eau en quantité négligeable pour leur boisson

moyenne

L.2

Modalités de lavage :

« Le plus souvent, vous lavez [vos chiens]», modalités de réponse : « chez vous », « chez le toiletteur », « ailleurs », « vous ne les lavez pas »

Volume d’eau nécessaire pour le lavage d’un chien :

= 105 litres

NB : l’hypothèse a été faite qu’aucune eau n’est consommée pour le lavage des chats

moyenne

L.3

Fréquence de lavage :

« À quelle fréquence lavez-vous [vos chiens] ? »

faible

L.4

Usage d’une ressource alternative pour les animaux :

« Pour quels usages, utilisez-vous l’eau [autre que celle du robinet] ? » à préciser pour l’usage « désaltérer les animaux »

Non pris en compte

-

Calculs :

Volume d’eau utilisé pour le lavage et la boisson des animaux = (nombre de chiens x nombre de lavages/jour) + Ʃ[(nombre d’autres animaux) x (volume d’eau de boisson/jour par animal)]

Consommation pour cet usage / personne / jour = volume total concernant les animaux divisé par le nombre total de personnes présentes dans le foyer

Haut de page

Notes

1 Pour plus d’informations, voir le site du SISPEA, [En ligne], URL : https://www.services.eaufrance.fr/

2 Pour plus d’informations, voir l’article de G. Faure paru le 24 novembre 2022 dans Le Monde, [En ligne], URL :
https://www.lemonde.fr/m-perso/article/2022/11/24/je-trouve-ca-monstrueux-le-volume-d-eau-qu-on-utilise-en-tirant-la-chasse-et-vous-etes-vous-hydroresponsable_6151477_4497916.html

3 Pour plus d’informations, voir l’article du Commissariat général au développement durable, [En ligne], URL : https://www.notre-environnement.gouv.fr/themes/societe/le-mode-de-vie-des-menages-ressources/article/consommation-domestique-en-eau-potable/#ressources

4 Les documents PAGD, règlement constitutifs du SAGE Nappes profondes révisé le 18 juin 2013 sont disponibles [En ligne], URL : https://www.smegreg.org/le-sage/le-sage-telechargeable.html

5 Pour plus d’informations, voir le site d’ipsos, [En ligne], URL : https://www.ipsos.com/fr-fr/nouvelles-contraintes-et-nouvelles-aspirations-du-luxe

6 Pour plus d’informations sur les données du Sénat, consulter le site [En ligne], URL : https://www.senat.fr/rap/r21-089/r21-0890.html#toc3

7 Test du Khi2 montrant que la distribution des classes d’âge POP T0 et des catégories socio-professionnelles POP T5 de la Gironde n’est pas significativement différente de celle de la France (p = 0,494 et 0,423 respectivement).

8 Chiffres issus de la Commission locale de l'eau du SAGE Nappes profondes de Gironde. Pour plus d’informations sur les données de la Commission locale de l’eau, consulter le site [En ligne], URL : https://www.smegreg.org/la-cle/les-etudes-pour-la-cle.html

9 Pour plus d’informations, consulter le site du CIEau, [En ligne], URL : https://www.cieau.com/le-metier-de-leau/ressource-en-eau-eau-potable-eaux-usees/quels-sont-les-usages-domestiques-de-leau/

10 D’une part, notre enquête a montré que 40 % des maisons possédaient une piscine. La valeur de 100 000 piscines est donc un minimum, car il y avait, selon l'INSEE, 545 047 en Gironde en 2019. D'autre part une estimation des volumes consommés par piscine a été réalisée : 16 m3, prenant en compte les vidanges et l'évaporation.

11 Chiffre provenant de la réunion de la Commission locale de l'eau du SAGE Nappes profondes de Gironde du 21 septembre 2015.

12 Pour plus d’informations, voir l’article du Commissariat Général au Développement Durable mis à jour le 29 mars 2023, [En ligne], URL : https://www.notre-environnement.gouv.fr/actualites/breves/article/prelevee-ou-consommee-comment-compter-sur-l-eau

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Répartition des consommations en fonction des usages
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/44397/img-1.png
Fichier image/png, 19k
Titre Figure 2. Valeurs maximale et minimale des volumes journaliers par habitant par usage
Légende Les valeurs maximale et minimale des volumes journaliers par habitant par usage ont été estimées selon les hypothèses hautes et basses (histogrammes, axe de gauche) / ratios entre volume maximum et volume minimum (losanges, axe de droite).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/44397/img-2.png
Fichier image/png, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Gombert-Courvoisier, Bénédicte Rulleau et Patrick Eisenbeis, « Caractérisation de la consommation domestique d’eau potable dans le temps et dans l’espace (Gironde, France) »VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 05 juillet 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/44397 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11ydz

Haut de page

Auteurs

Sandrine Gombert-Courvoisier

Maître de conférences en écologie / écologie humaine, unité mixte de recherche Passages, Centre national de la recherche scientifique, École nationale supérieure en environnement, géoressources et ingénierie du développement durable (ENSEGID), Bordeaux, France, adresse courriel : sandrine.courvoisier@ensegid.fr

Bénédicte Rulleau

Chargée de recherches en sciences économiques, Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (INRAE), unité de recherche Environnement, territoires en transition, infrastructures, sociétés (ETTIS), adresse courriel : benedicte.rulleau@inrae.fr

Articles du même auteur

Patrick Eisenbeis

Directeur de l'eau et assainissement à Laval Agglomération, Laval, France, adresse courriel : patrick.eisenbeis@agglo-laval.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search