Navigation – Plan du site
Dossier : Santé et environnement

Les enjeux relatifs à la perception et à la communication dans le cadre de la gestion des risques sur la santé publique

Maximilien Debia et Joseph Zayed

Résumés

La prolifération des technologies de toutes sortes et l'implication croissante de la population dans les dossiers de santé publique ont contribué à la considération de la prévention et de la précaution comme outils importants dans la gestion des risques. Celle-ci est un processus complexe où l’estimation du risque, sa perception et sa communication occupent une place majeure et essentielle. Dans un souci de transparence et d'équité, le processus de gestion des risques doit donc prendre en compte la nécessité de mettre en place des mécanismes de coordination et de concertation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Si notre civilisation, avec ses progrès techniques et ses facilités, nous a procuré confort et aisance, elle a aussi multiplié les dangers et les risques dont les effets à long terme restent peu prévisibles et dont les effets à court terme sont souvent chargés d'incertitudes. De nombreux auteurs ont d'ailleurs caractérisé notre société actuelle comme une société des risques, et où le risque serait le produit constitutif de notre monde social (Beck, 1992 ; Beauchamp, 1996).

2Depuis environ une quinzaine d’années, l'intérêt pour le risque sur la santé publique s’est accru considérablement. Il est souvent présent dans les débats sociaux et environnementaux et, à l’évidence, est devenu une préoccupation sociale majeure. Lentement, sa fragmentation disciplinaire cède la place à une approche interdisciplinaire où un ensemble d’aspects sont discutés et débattus au sein d’un public de plus en plus intéressé à prendre part active aux problèmes et à leurs solutions. Ce public, plus scolarisé, comprend mieux les enjeux alors que l'incertitude de la science est révélée au grand jour et que la vérité détenue par les chercheurs, les décideurs et les gouvernements est constamment mise en doute (Douglas, 1992).

3En effet, on se heurte à des incertitudes considérables quant à l'étendue des risques directs et indirects pour la santé humaine. On questionne de plus en plus les valeurs de référence et les normes. Des substances largement répandues et que l'on a longtemps considérées comme étant d'une totale innocuité, se sont même révélées avoir une propension à la nocivité. Pour des milliers de substances, on ne sait pas encore leurs niveaux de toxicité et le risque qu’ils peuvent présenter sur la santé publique. Même l’Organisation Mondiale de la Santé admet et reconnaît que le potentiel toxique de l'ensemble des substances chimiques auxquelles les populations sont exposées est loin d'avoir été entièrement exploré (OMS, 1990). Qui plus est, sur aucun plan, il ne paraît possible de se référer à des évidences incontestables. Tout devient donc conditionnel et la reconnaissance qu'il n'y a que des interprétations donne à la prétention et à la vérité un sens abusif (Balandier, 1989).

4Dès lors, l’évaluation des risques, leur perception et leur communication deviennent des éléments majeurs dans la gestion des risques. Ce papier propose d’examiner plusieurs aspects qui y sont rattachés.

Qu'est-ce qu'un risque?

5L'origine du mot risque semble être de source nautique alors qu'il signifiait aller contre le roc. Subséquemment, il a été associé au domaine de l'assurance et traduisait la probabilité de perdre quelque chose (The Encyclopaedia Britannica, 11e ed.). Inhaber et Norman (1982) rapportent que sur la base de l'index de citation (Citation Index), la mention du mot risque dans les titres des articles a eu une croissance exponentielle de 1966 à 1982. Cette croissance était toutefois relativement lente jusqu'au début des années 1970, suivie d'une augmentation rapide équivalente à un facteur d'environ 12.

6La notion de risque renvoie aux catastrophes ou aux dangers dont les hommes entendent se prémunir ou porter remède. Le risque n’est pas un alea, c’est un danger éventuel plus ou moins prévisible connoté par un jugement de valeur (Kourilsky et Viney, 1999). Le concept de risque est donc difficile à définir car c’est une construction sociale où s’imbriquent étroitement le naturel, la technique, le politique et le social, et où une rationalité scientifique s’inscrit dans l’espace politique.

7De plus, un risque peut être potentiel ou avéré. Dans une situation d’incertitude, la précaution oblige à prendre en compte des risques non ou mal connus (comme les risques liés aux changements climatiques et au développement des OGM) de manière à éviter les effets d’irréversibilité et à limiter l’impact des « surprises » susceptibles de survenir ultérieurement. L’émergence du principe de précaution trouve donc sa place au sein de la gestion des risques. (Godard, 2000 ; Kourilsky et Viney, 1999).

8D'un point de vue social, le risque a une résonance d'acceptabilité. Tel risque est-il ou n'est-il pas acceptable? Lowrance (1976) pose cette question en d'autres termes. Il s'agit, de déterminer si le niveau de sécurité est suffisamment sécuritaire. Selon lui, la réponse à cette question est tautologique puisqu'une chose est jugée sécuritaire lorsque le risque qui lui est associé est jugé acceptable.

Démarche générale d’évaluation du risque

9Depuis une vingtaine d'années, le risque constitue un des objets majeurs de la toxicologie et vise à préciser les effets potentiels sur la santé à la suite d'une exposition à un agent toxique. L'évaluation des risques correspond à l'estimation de la probabilité d'apparition d'effets nuisibles. Au début des années 80, on proposait une démarche formelle et spécifique pour 1) l'évaluation quantitative et qualitative de l'exposition humaine à des contaminants, 2) l'évaluation de leurs effets sur la santé et 3) l'estimation du risque qui en découle sur la population en général (National Research Council, 1983).

10Aujourd’hui, l’évaluation des risques est basée d'une part sur l'évaluation de l'exposition en termes de fréquence, de durée et de voie d'entrée et d'autre part sur l'évaluation de la toxicité à partir de données expérimentales et épidémiologiques (figure 1).

Figure 1. Étapes de l'évaluation des risques.

Figure 1. Étapes de l'évaluation des risques.

Adapté de INSPQ, 2002

11Une fois le risque estimé, la caractérisation du risque consiste à placer l'estimation du risque dans une approche intégrée prenant en considération l'analyse des perceptions, des préoccupations et des valeurs (INSPQ, 2002). Il s’agit d’une étape qui, notamment, tient compte des facteurs sociaux, juridiques, politiques, économiques et technologiques. Elle vise aussi l'examen des mesures de mitigation possibles pour réduire le risque ou ses incertitudes. L'acceptabilité du risque sera alors examinée à partir de l'examen de plusieurs options analysées, quant à elles, à partir de leur degré d’efficacité en termes de réduction et de prévention du risque, des ressources nécessaires pour leur mise en oeuvre, de leur faisabilité tant pour l'industrie que pour la société et finalement, de leur respect des valeurs de la société. Ainsi, l’évaluation des risques introduit une certaine valeur sociale aux risques et reconnaît à chacun des acteurs une participation et un intérêt dans les décisions relatives aux risques.

Problématiques sociales relatives aux risques 

12Les risques peuvent être présents de façon permanente dans notre environnement. Ils peuvent aussi nous accompagner tout au long de notre vie. Comme le précise Beauchamp (1996), il existe des risques inhérents à la vie sociale (violence, tension, incertitude psychique, guerre et révolution), des risques engendrés par la civilisation et le style de vie (stress, alimentation, pollution, contamination, accident industriel, technologie à risque) ainsi que des risques d'origine "naturel" (cyclone, tempête, inondation, sécheresse).

13Par ailleurs, la revue de la littérature scientifique a largement documenté la différence entre les risques volontaires que l’individu accepte et les risques involontaires que l'on subit et qui sont décidés par d’autres (Slovic et al., 1982 et 1985; Covello, 1985 ; Beauchamp, 1996). Dans plusieurs cas, les risques volontaires sont nettement plus élevés que les risques involontaires (tableau 1). Mais, l’intérêt se tourne souvent vers ces derniers parce qu’ils sont souvent jugés indésirables et inacceptables par la population. La gestion individuelle du risque constitue donc une piste importante qui se distingue toutefois de sa gestion sociale.

Tableau 1. Taux annuels de décès par 100 000 personnes exposées pour des risques volontaires et involontaires.

Risque

Taux

Motocyclettes

2000

Acrobaties aéronautiques

500

Habitudes de fumer (toutes maladies comprises)

300

Parachutisme sportif

200

Habitude de fumer (cancer seulement)

120

Travail de pompier

80

Travail agricole

36

Véhicule à moteur

24

Chasse

3

Feu

2,8

Consommation d'une eau gazeuse diète par jour (saccharine)

1,0

4 cuillères à thé de beurre d'arachide par jour (Aflatoxine)

0,8

Inondation

0,06

Foudre

0,05

Météorites

0,0000006

Adapté d’un tableau synthèse présenté par Beauchamp, 1996

14On remarquera à titre d’exemple que les nombreuses réglementations récentes concernant la consommation de cigarettes se fondent notamment sur le risque élevé qui y est associé. Mais pouvait-on imaginer que le risque associé à la pratique de la motocyclette soit environ 7 fois plus élevé (tableau 1)? Ainsi, on parlera plutôt de fatalité à l’occasion d’un accident de motocyclette, alors qu’on invoquera la conséquence évidente et attendue dans le cas d’un fumeur qui meurt d'un cancer du poumon. Il est, par ailleurs, possible qu’au delà du taux représentant le risque, s’ajoute aussi le nombre de personnes décédées, ce qui donne une autre dimension au risque tel que perçu. En effet, le nombre de fumeurs étant substantiellement plus élevé que celui des motocyclistes, on observera alors un nombre nettement plus élevé de décès associés à la consommation de cigarettes. Il faut aussi reconnaître l’impact potentiel des médias, puisque l’intensité de la campagne contre le tabagisme aura certainement été un fait marquant, conditionnant la perception sociale du risque. Le risque n'est donc pas nécessairement perçu à sa juste valeur scientifique. Ainsi, les jugements intuitifs, voire émotifs, que portent les gens lorsqu'ils évaluent des événements comportant des risques s'éloignent souvent de l'appréciation des experts. Bien que les craintes révélées peuvent ainsi témoigner des fois de l'ignorance populaire ou de mythes, ce sont bel et bien ceux-ci qui deviennent la réalité même qu'il faudra considérer (Delisle, 1994).

La perception de risque

15D'importantes contributions pour notre compréhension actuelle de la perception de risque nous proviennent de la géographie, de la sociologie, de l'anthropologie et de la psychologie. La géographie s'est orientée à l'origine vers la compréhension du comportement humain face aux dangers naturels et a inclus, ultérieurement les risques technologiques. Les études sociologiques (Douglas, 1989; Short, 1984) et anthropologiques (Douglas et Wildavsky, 1983) ont établi des liens entre la perception et l'acceptation du risque et des facteurs sociaux et culturels. Plus spécifiquement, les études sociologiques ont proposé un modèle relationnel entre la réponse aux dangers et les influences sociales alors que les études anthropologiques ont prétendu que les personnes faisant partie de groupes sociaux tendent à réduire ou à augmenter certains risques pour maintenir ou contrôler les groupes. Néanmoins, l'attitude vis-à-vis d’un risque n'est pas homogène et varie généralement en fonction de l'appartenance à divers groupes sociaux.

16Ce sont surtout les recherches psychologiques sur la perception du risque qui ont été marquantes. Le paradigme psychométrique a émergé avec Starr (1969) dans son désir de répondre à une question fondamentale, la sécurité est-elle suffisamment sécuritaire (How safe is safe enough)?. Après l'examen de huit industries, Starr a conclu que : a) l'acceptabilité du risque résultant d'une activité est proportionnelle au tiers des bénéfices résultant de cette même activité; b) lorsqu'il s'agit de risque volontaire (comme la conduite automobile), le public acceptera généralement un risque 1 000 fois supérieures que si le risque était involontaire; et c) le niveau d'acceptabilité d'un risque est inversement corrélé au nombre de personnes exposées.

17Aujourd'hui, les recherches psychologiques sont plutôt axées vers le développement taxonomique des dangers qui peuvent être utilisés pour comprendre et prédire la réponse à leurs risques (Slovic, 1987). En fait, les travaux de Slovic et al. (1982 et 1985) et de Fischhoff et al. (1978) sont certainement parmi les plus percutants dans ce domaine. En effet, ces chercheurs ont développé le paradigme psychométrique en utilisant, depuis plus d'une dizaine d'années, des méthodes d'analyses multivariées pour produire des représentations quantitatives qui décrivent et tentent de comprendre les perceptions et les attitudes des gens à l'égard des dangers qui les entourent. Ces analyses constituent aujourd'hui des outils statistiques largement reconnus et approuvés. Elles sont utilisées dans des domaines aussi vastes que le marketing, l’écologie et les sciences sociales et permettent d'évaluer plus efficacement lesinterrelations complexes entre différentes variables.

Figure 2.  Analyse multivariée des relations entre plusieurs caractétistiques de risque.

Figure 2.  Analyse multivariée des relations entre plusieurs caractétistiques de risque.

Traduit et adapté de Slovic et al. 1985)

18Ces travaux mettent en évidence les divergences d'opinions entre les experts et les profanes en matière d'estimation, de réduction et de régulation des risques. Ils ont aussi permis de concevoir une conception élargie et multidimensionnelle du risque et d'élaborer une taxonomie du risque dont l'objectif est de comprendre et de prédire les réactions des gens face à un risque donné en fonction de ses caractéristiques (figure 2). Leur conclusion est à l’effet que le jugement portant sur le niveau de risque d'un événement est principalement fonction de ce qu'ils ont appelé risque appréhendé (dread risk) et risque inconnu (unknown risk). Le paradigme psychométrique est donc principalement fondé sur l'hypothèse que le risque est purement subjectif et qu’il est influencé par une multitude et par une variété de facteurs.

19En lien avec le paradigme psychométrique, Delisle (1994) présente les facteurs d’influence sur la perception des risques (tableau 2) qu’il a subdivisé en trois catégories : les préférences personnelles, les caractéristiques des effets et la capacité de gestion.

Tableau 2. Facteurs d'influence sur la perception des risques

Référence personnelles

Compréhension des problèmes

Familiarité des situations

Liberté de choix

Degré d'exposition

Possibilité de contrôle

Confiance dans les institutions

Caractéristiques des effets

Gravité

Portée

Durée

Réversibilité

Maladies génétiques et cancer

Capacités de gestion

Incertitude scientifique

Probabilité d'accidents

Couverture médiatique

Choix pour les générations futures

Équité sociale

Source : Delisle 1994

20Ces facteurs rejoignent le corpus des connaissances issues des travaux en psychologie de la perception tels que présentés par Coté-Léger (1978). Appliqués aux risques, ces facteurs seraient de natures interne ou externe, reliés respectivement à la personne qui perçoit ou au risque lui-même (tableau 3).

Tableau 3. Facteurs généraux influençant la perception

Facteurs internes

Facteurs externes

Attentes: les attentes individuelles jouent un rôle important dans le processus perceptuel. L'histoire d'un sujet affecte ses perceptions actuelles.  Avec le temps, la formation d'un cadre de référence qui devient une grille de sélection, permet de filtrer les données sensorielles.  Ainsi, un toxicologue pourra a priori être davantage préoccupé par un risque sur la santé qu'un directeur du personnel.

Sentiments: en général, les stimuli à connotation émotionnelle positive sont plus perçus que les autres.

Culture: les différences culturelles s'accompagnent de différences perceptuelles à cause de la fonction des objets (par exemple, importance de l'eau dans les pays africains par rapport aux pays nord-américains), de la familiarité (par exemple, les industries polluantes sont tellement polluantes dans certains pays qu'elles occultent les risques réels associés aux industries assujetties à des contrôles plus sévères) et des systèmes de communication (par exemple le terme "risque" qui peut avoir des sens et des connota­tions variables selon les groupes sociaux).

Intensité: en général, plus un stimulus est intense, plus il attire l'attention. Une fumée noire épaisse rejetée d'une cheminée pourra ainsi être davantage perçue qu'une légère fumée.

Dimension: plus un objet occupe de la place, plus il a de chance d'être perçu. Un grand site d'enfouissement de déchets attirera plus l'attention qu'un site de petite taille.

Contraste: un stimulus inattendu ou inhabituel pourra davantage attirer l'attention qu'un stimulus connu ou familier. Ainsi, le risque associé à la présence d’une industrie sera plus facile à percevoir dans une ville-dortoir que dans une ville fortement industrialisée.

Répétition: un stimulus sera davantage capté s'il est répété. Par exemple, à force d'entendre qu'une situation repré­sente un risque sur la santé publique, plusieurs auront tendance à retenir le message même s'il est dénué de valeur scientifique et qu'il s'avérait faux.   

21Covello (1995) précise que les perceptions sont des réalités et que ce qui est perçu comme étant réel, même si ce n'est pas le cas, est réel pour la personne et réel aussi dans ses conséquences. On pourrait donc assister à des situations telles que là où la science verra un risque dérisoire, la personne exposée verra un risque majeur et inacceptable. D'ailleurs, Grondin et Larue (1995) présentent la distinction entre les savoirs populaires et d'experts. L'amer désaccord existant parfois entre scientifiques et une part du grand public montre une certaine surdité sélective qui empêche occasionnellement chaque partie d'un débat d'entendre ce que l'autre dit. En fait, la recherche dans le domaine du risque a révélé bien des énigmes et des paradoxes (Douglas, 1986). Mais, la simple constatation que la perception ne produise pas une image exacte de la réalité et que celle-ci influence grandement le comportement, justifie amplement l'acception de ce concept comme élément d'intérêt dans les démarches et les processus traditionnels d'évaluation de risque.

22Plus spécifiquement, la perception du risque sur la santé publique soulève maintenant un intérêt manifeste. Plusieurs raisons peuvent être avancées pour expliquer ce phénomène: 1) l'obligation de consulter la population et de refléter avec transparence ses craintes et ses préoccupations; 2) la préoccupation croissante face aux questions de santé, de sécurité et d'environnement; 3) la sensibilisation de la population par les médias qui se penchent de plus en plus sur les questions de santé environnementale; 4) la provenance multiple et divergente des informations relatives aux risques (scientifiques, fonctionnaires, médias, gestionnaires, etc.); 5) l'effritement de la confiance envers les institutions en tant que sources crédibles d'information; 6) l'influence potentielle de la perception sur la politique gouvernementale, sur les comportements individuels et sur l'évaluation de nouvelles preuves de risque; 7) la finalité de la perception en terme d'acceptabilité du risque.

23Ainsi, il est capital pour les décideurs et les gestionnaires du risque d'être sensibles aux préoccupations du public afin que leurs décisions soient jugées acceptables (Krewski et al., 1987). Et parce que l'acceptabilité est une question de jugement, débattre d'un risque c'est aussi débattre de valeurs et de responsabilités (Covello, 1995).

La place de la perception et de la communication dans la gestion des risques

24La gestion des risques est basée sur une approche structurée et systématique des risques. Elle a pour objectif 1) le contrôle et la réduction des risques à des niveaux acceptables; 2) la réduction de l'incertitude dans les prises de décisions; et 3) l'augmentation de la confiance du public face aux décisions (Grima, 1989). À cette fin, différentes stratégies, allant d'une approche simple à un approche à facettes multiples, sont mises en œuvre (Santé Canada, 2000).

25L’approche présentée à la figue 3 a été largement adoptée par la communauté scientifique en particulier par la Presidential/Congressional Commission on risk Assessment and risk Management des États-Unis, par Santé Canada et par l’Institut national de santé publique du Québec. Elle se caractérise par le lien et les échanges continus entre les experts, les décideurs, et l’ensemble des groupes sociaux. Elle favorise et témoigne de la prise en compte en continue des préoccupations et des perceptions sociales, tout comme des craintes des personnes, des groupes et de l’ensemble de la population. La communication est donc omniprésente et fait partie intégrante de toutes les dimensions de la gestion des risques (Grima, 1989).

Figure 3. Processus de gestion des risques.

Figure 3. Processus de gestion des risques.

Adapté de santé Canada, 2000

26Nous sommes donc plus conscients que jamais que la communication du risque occupe une place très importante tant dans le processus de consultation sur les risques que dans leur gestion. Quel objectif poursuivons-nous? Voulons-nous informer, sensibiliser ou provoquer un changement d’attitude? Quelle information devons-nous transmettre à la population? Par qui? À quel moment? Quel langage devons-nous utiliser? Comment présenter les incertitudes relatives aux risques? Voilà autant de questions avec lesquelles les gestionnaires des risques doivent composer face à une population plus éduquée, plus intéressée et constamment présente dans les débats sociaux. Le processus classique de la communication est présenté à la figure 4.

Figure 4. Processus de communication.

Figure 4. Processus de communication.

Adapté de Leiss et  Krewski, 1989

27Dans son application au risque, ce processus revêt une considération de premier ordre qui réside dans la modification possible du message lors de la voie de transfert. En d'autres mots, le message reçu relatif au risque est-il le même qu’à la source? Qui plus est, le risque perçu par l’individu ou par la population converge-t-il avec celui qui leur a été transmis? Le message est souvent simplifié, détourné et interprété de façon non pas à informer mais à stimuler ou interpeller (Leiss et Krewski, 1989).

28Deux dimensions caractérisent singulièrement la communication des risques (figure 5): 1) la dimension technique, relative au risque objectif et rationnel, tel que l’on peut le concevoir scientifiquement. Il relève essentiellement du domaine des experts; 2) la dimension sociale, relative au risque tel que l’individu le perçoit. Elle est construite à partir d’un mélange confus de connaissances objectives, de préjugés, de craintes et de doutes.

Figure 5. Deux dimensions importantes du processus de communication des risques.

Figure 5. Deux dimensions importantes du processus de communication des risques.

Adapté de Leiss et Krewski, 1989

29À cet effet, le rôle du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement au Québec (BAPE) mérite d’être souligné puisqu’il constitue une charnière privilégiée, favorisant le lien entre les experts et le public. Un des aspects majeurs de la mission du BAPE est de consulter la population et de faciliter la participation des citoyens au processus de décision sur des questions relatives à l'environnement. Ultimement, la consultation doit aboutir à un avis quant à l'acceptabilité environnementale et sociale des dossiers examinés. À ce titre, les audiences publiques représentent un canal privilégié qui permet de donner place, sens et forme à des perceptions publiques concernant des réalités qui ne sont jamais ce qu'elles paraissent être, ni ce que l'on prétend qu'elles sont. Ce sont des réalités individualisées et forcément subjectivisées. La prise en compte de l'opinion publique est donc confrontée à des perceptions multiples et parfois divergentes concernant les risques associés à des projets ou à de nouveaux produits. La réalité sociale ou la trame de fond que les commissions d'enquête doivent identifier et analyser peut donc être parfois difficile à établir avec fidélité et l'arbitrage des réelles préoccupations de la population n'est pas aisé.

Conclusion

30En raison de l’ampleur des nombreux problèmes environnementaux potentiels pouvant avoir une incidence sur la santé publique, la gestion des risques connaîtra probablement un développement fulgurant au cours des prochaines années. Ainsi, elle représente et représentera un outil incontournable pour assurer une prise de décision qui tienne compte non seulement des connaissances scientifiques mais qui fasse place réelle aux préoccupations de la population. À ce titre, la perception des risques revêt une grande importance et mérite d’être explicitement reconnue dans le cadre du processus classique d’évaluation des risques.

Haut de page

Bibliographie

Balandier G. 1989. Préface dans Ainsi pensent les institutions de Mary Douglas. Ed. Sogedin.

Beauchamp. 1996. Gérer le risque, vaincre la peur. Édition Bellarmin. 187p.

Beck U. 2001. La société du risque. Sur la voie d'une autre modernité, traduit de l'allemand par L. Bernardi. Paris. Aubier. 521p.

Côté Léger N. 1978. La perception. Dans Les aspects humains de l'organisation par Bergeron J.L., Côté Léger N., Jacques J., Bélanger L. Gaëtan Morin & associés ltée: Chicoutimi, Québec, Canada.

Covello VT. 1985. Social and Behavioral research on risk: uses in risk management decision-making. In NATO ASI Series G, Environmental Impact Assessment, Technology Assessment and Risk Analysis. Vol. 4, Springer Verlag, Berlin, p. 1-14.

Covello V.T. 1995. Communication and Risk Perception. Canadian J. Public Health, 86 (2): 80-82.

Delisle A. 1994. Les craintes des populations: Réalités sociales mesurables et valables. Conférence Hydro-Québec- UQAM "Environnement: Mythes et réalités".

Douglas M. 1986. Risk and Acceptability according to the Social Sciences. Basic Books, New York.

Douglas M 1989. Ainsi pensent les institutions.Ouvrage traduit avec le concours du Centre national des lettres, Edition originale de How Institutions think. Ed. Usher, Sogedin.

Douglas M. 1992. Risk and Blame. Essays in Cultural Theory. Routledge: London and New York.

Douglas M., Wildavsky A. 1983. Risk and culture, an Essay on the Selection of Technological and Environmental dangers. Berkeley: University of California Press.

Fischhoff B., Slovic P.,  Lichtenstein S., Read S. and B. Combs.  1978.  How safe is safe enough?  A psychometric study of attitudes towards technological risks and benefits.  Policy Sciences, 8: 127-152.

Godard O. 2000. Le principe de précaution, une nouvelle logique de l’action entre science et démocratie. Philosophie politique. 32p.

Grima Lino A.P. 1989 Improving Risk Information Transfer: Instrumental and Integrative Approaches. Dans Prospects and Problems in risk Communication par Leiss W. University of Waterloo Press. 117-134.

Grondin J., LaRue R. 1995. La perception des risques pour la santé: aspects méthodologiques. Centre de santé publique de Québec et Direction régionale de santé publique-Montérégie. Rapport ISBN:2-921636-67-0.

Inhaber H., Norman S. 1982. The Increase in Risk Interest. Society for Risk Analysis, Letter to the Editor, 2:119-120.

Institut national de santé publique du Québec. 2002. Cadre de référence en gestion des risques pour la santé dans le réseau québécois de la santé publique.

Kourilsky P. et Viney G. 1999. « Le principe de précaution », Rapport au premier ministre, 110p.

Krewski D., Somers E., Birkwood P.L.  1987.  Risk Perception in a decision Making Context.  Environmental Carcinogenesis Reviews, C5, 175-209.

Leiss W. et Krewski D. 1989. Risk communication: Theory and Practice. Dans Prospects and Problems in risk Communication par Leiss W. University of Waterloo Press. p 89-112.

Lowrance W.W. 1976. Of Acceptable Risk: Science and Determination of Safety. Wiliam Kaufman, Inc., Los Altos, CA.

National Research Council. 1983. Risk Assessment in the Federal Government: Managing the Process. National Academy Press, Washington, D.C.

Organisation Mondiale de la Santé. 1990. Environnement et santé: la Charte européenne et son commentaire. Première conférence européenne sur l'environnement et la santé. Publications régionales de l'OMS. Série européenne n°35. Bureau régional de l'Europe, Copenhague.

Santé Canada. 2000. Cadre décisionnel de santé Canada pour la détermination, l'évaluation et la gestion des risques pour la santé, Ottawa, Santé Canada, 88 p.

Short J.F.JR. 1984. The Social Fabric at Risk: Toward the Social Transformation of Risk Analysis.  American Sociol. Rev. 49: 711-725.

Slovic P. 1987. Perception of Risk. Science, 236: 280-286.

Slovic P., Fishhoff B. and S. Lichtenstein. 1982. Facts versus fears: understanding perceived risk.  In D. Kahnemann, P. Slovic and A. Tversky (eds.), Judgment under uncertainty: heuristics and biases.  Cambridge: Cambridge University Press, p. 463-489.   

Slovic P., Fishhoff B. and S. Lichtenstein. 1985. Characterizing perceived risk. In RW. Kates, C. Hohenemser and JX. Kasperson (eds.), Perileous Progress: Managing the Hazards of Technology. Boulder: Westview Press, p. 91-125.

Starr C. 1969. Social Benefit Versus Technological Risk : What is our Society Willing to pay for Safety?, Science 165. 1232-1238.

The Encyclopaedia Britannica, 11th ed. 1910-1911, 23:366. Publisher: Encyclopedia Britannica, Inc., New York, NY.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Étapes de l'évaluation des risques.
Crédits Adapté de INSPQ, 2002
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/4700/img-1.png
Fichier image/png, 8,2k
Titre Figure 2.  Analyse multivariée des relations entre plusieurs caractétistiques de risque.
Crédits Traduit et adapté de Slovic et al. 1985)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/4700/img-2.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 3. Processus de gestion des risques.
Crédits Adapté de santé Canada, 2000
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/4700/img-3.png
Fichier image/png, 15k
Titre Figure 4. Processus de communication.
Crédits Adapté de Leiss et  Krewski, 1989
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/4700/img-4.png
Fichier image/png, 4,1k
Titre Figure 5. Deux dimensions importantes du processus de communication des risques.
Crédits Adapté de Leiss et Krewski, 1989
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/4700/img-5.png
Fichier image/png, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maximilien Debia et Joseph Zayed, « Les enjeux relatifs à la perception et à la communication dans le cadre de la gestion des risques sur la santé publique », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 4 Numéro 1 | mai 2003, mis en ligne le 01 mai 2003, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/4700 ; DOI : 10.4000/vertigo.4700

Haut de page

Auteurs

Maximilien Debia

M.Sc. TOXHUM (Groupe de recherches en Toxicologie Humaine) et Département de santé environnementale et santé au travail, Faculté de Médecine, Université de Montréal, C.P. 6128, Succursale Centre-Ville, Montréal, Québec, Canada, H3C 3J7

Joseph Zayed

Ph.D, TOXHUM (Groupe de recherches en Toxicologie Humaine) et Département de santé environnementale et santé au travail, Faculté de Médecine, Université de Montréal, C.P. 6128, Succursale Centre-Ville, Montréal, Québec, Canada, H3C 3J7 joseph.zayed@umontreal.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page