Navigation – Plan du site
2005

Institut Worldwatch, L’état de la planète 2005 : Redéfinir la sécurité mondiale

Genève, Éditions Association L’état de la planète, 265 p., 2005
Jean-François Ouellet
Référence(s) :

Institut Worldwatch, L’état de la planète 2005 : Redéfinir la sécurité mondiale, Genève, Éditions Association L’état de la planète, 265 p., 2005.

Texte intégral

1Nombreuses sont les organisations internationales qui ont pignon sur rue à Washington. Toutefois, à quelques pâtés de maison de la Maison Blanche, des Institutions de Bretton Woods ou de la Réserve fédérale américaine, l’Institut Worldwatch diffuse de l’information rafraîchissante pour transiter vers une société soutenable pour l’environnement et juste socialement. Depuis 1974, l’Institut Worldwatch scrute divers thèmes d’actualités afin de les passer sous la grille d’analyse des critères du développement durable.

2La publication phare de l’Institut est sans nul doute L’état de la planète, une publication annuelle depuis plus de 20 ans. L’édition 2005 sous le titre redéfinir la sécurité mondiale, se veut un rapport qui creuse à la racine de l’insécurité mondiale. À travers de nombreux exemples, les conflits d’actualité présentés dans les différents médias sont discutés sous une nouvelle perspective. Par exemple, le conflit Israélo-palestinien est analysé sous l’angle de l’accès à l’eau du Jourdain, le conflit au Darfour est lié aux épisodes de maladies infectieuses et la grippe aviaire prend la forme d’une menace à la sécurité alimentaire des petits producteurs.

3L’ouvrage contient une préface de Mikhaïl Gorbatchev, maintenant président-fondateur de la Croix verte internationale, une ONG au long mise sur pied suite au Sommet de la Terre des Nations Unies à Rio de Janeiro en 1992. Celui-ci identifie trois défis, liés les uns aux autres, auxquels le monde fait face aujourd’hui ; la sécurité, la pauvreté et le sous-développement ainsi que la durabilité environnementale. L’ex-président de l’Union soviétique invite le lecteur à aller au-delà du rapport annuel et à s’investir dans la société civile, une condition essentielle selon lui à la construction d’un monde durable.

4Le premier chapitre de l’ouvrage propose de se réapproprier la notion de sécurité afin d’éviter la militarisation qui lui est associée et privilégier une sécurité préventive. L’auteur soutien que le terrorisme n’est rien d’autre que le symptôme d’un vaste ensemble de préoccupations et d’inquiétudes. Dans ce contexte, la mise en application de principes comme celui de précaution en environnement, de prévention en santé ou de coopération deviennent donc plus pertinent que jamais. L’insécurité mondiale provient de l’accès à l’armement, mais elle a aussi un autre visage, celui de la compétition pour les ressources, la détérioration de l’environnement, les maladies infectieuses résurgentes, la pauvreté, la disparité croissante dans la répartition des richesses ou les pressions démographiques qui accentuent les conflits. L’auteur rappel que la sécurité n’est pas que nationale, dans un monde en voie de globalisation, la sécurité dépasse les limites frontalières des nations et nécessite une approche multilatérale et même planétaire qui favorise l’aide et la coopération internationale.

5Les chapitres suivants décortiquent les rapports entre la démographie et la sécurité, l’importance de maîtriser les maladies infectieuses pour la sécurité mondiale et la notion de sécurité alimentaire. De nombreux exemples de conflits dans le monde illustrent les thèses soutenues par les différents auteurs des chapitres. Des faits intéressants ressortent, notamment que la mortalité infantile est le meilleur indicateur d’instabilité à travers le monde ou qu’à court terme la maladie traditionnelle la plus inquiétante est la grippe.

6Le cinquième chapitre ramène de l’optimisme face la multitude de menaces qui planent sur la sécurité de la planète. Les auteurs révèlent qu’en réunissant l’ensembles des données sur toutes les interactions liés à l’eau entre deux nations ou plus, la coopération est plus souvent au rendez-vous que la confrontation. Ils notent au passage, que la gestion de l’eau est par définition une gestion des conflits et que plus ce conflit est d’ordre national, moins il risque d’être violent. L’opposé est par contre tout aussi vrai, que les conflits locaux sur la gestion de l’eau sont souvent les plus violents.

7Le rapport aborde par la suite le sujet incontournable derrière les enjeux de sécurité, et l’intervention américaine en Irak en est l’exemple parfait, l’or noir. Les auteurs brossent un portrait exhaustif du pétrole dans le temps et dans l’espace. L’argumentaire bien soutenu des auteurs est, que pour la santé de l’économie mondiale, pour la sécurité nationale et la sûreté individuelle et la stabilité du climat, il est impératif de cesser notre dépendance au pétrole. La suite du rapport aborde le désarmement des sociétés d’après-guerre et propose la paix par la coopération environnementale. Le concept est de mobiliser les nations autour de la sécurité environnementale, puisque les crises d’ordre militaires sont souvent suivies de crises d’ordre environnementales. Enfin, un dernier chapitre élabore les fondations pour la paix. Les auteurs relèguent  plusieurs responsabilités à l’ONU et l’atteinte des objectifs du millénaire. Les auteurs privilégient l’harmonisation des activités onusiennes avec celles des grandes institutions internationales telles que la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et l’Organisation mondiale du commerce. Une réforme et plus de transparence de la part de ces organismes sont aussi suggérées. Enfin, l’engagement de la société civile est retenu comme une condition essentielle pour réaliser un monde plus sûr et pacifique.

8En lisant ce plaidoyer pour la paix en aval de la 60e conférence des Nations Unis, le lustre de ce qui est proposé est quelque peu terni par le manque de volonté, surtout de l’administration américaine, de répondre favorablement à la réforme de l’ONU souhaitée par Kofi Annan. Le ton de L’état de la planète 2005 est quelquefois plus près de l’éditorial ou du plaidoyer que de l’article scientifique, ou même journalistique, ce qui d’un côté allège la lecture et la rend plus agréable. Il n’en demeure pas moins que les faits rapportés sont appuyés par des sources, souvent des agences onusiennes ou des organisations internationales, mais aussi des sources secondaires telles que des articles de journaux. La pertinence d’une équipe d’auteurs-chercheurs multidisciplinaires ne fait aucun doute. Cependant, puisque chaque chapitre est rédigé par des auteurs différents, la ligne directrice est quelques fois très large. Il aurait été souhaitable que le dernier chapitre du rapport soit davantage une synthèse. Enfin, comme il s’agit d’une mine d’informations sur plusieurs sujets d’actualités, l’absence d’un index pour consulter l’ouvrage ultérieurement sur un sujet précis lui retire un peu de son intérêt d’utilisation comme ouvrage de référence.  

9Sachez que l’achat de la traduction française permet de financer la traduction des publications du Worlwatch Institute et leur diffusion ainsi que la production d’enquête sur l’environnement et le développement durable.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/4735/img-1.png
Fichier image/png, 176 octets
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Ouellet, « Institut Worldwatch, L’état de la planète 2005 : Redéfinir la sécurité mondiale », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 01 septembre 2005, consulté le 02 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/4735

Haut de page

Auteur

Jean-François Ouellet

Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page