Navigation – Plan du site
2005

Gary McMahon et Remy Felix, Larges mines and the community : Socioeconomic and environnemental effects in Latin America, Canada and Spain

Banque Mondiale et le Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI), 335 p., 2001
Gisèle Belem
Référence(s) :

Gary McMahon et Remy Felix, Larges mines and the community : Socioeconomic and environnemental effects in Latin America, Canada and Spain, Banque Mondiale et le Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI), 335 p., 2001.

Texte intégral

1L’objectif de cet ouvrage est d’identifier les impacts socio-économiques, environnementaux et culturels de l’exploitation minière sur les communautés locales vivant à proximité des sites miniers. L’ouvrage regroupe donc les études de six projets miniers aussi bien dans des pays développés que dans des régions en développement, avec comme ligne directrice, l’identification des meilleures pratiques dans la conduite des processus législatifs et consultatifs et la gestion durable par les communautés locales des bénéfices issus de l’exploitation.

2Que ce soit dans les pays développés ou en développement, les projets miniers génèrent des impacts économiques considérables en termes d’emplois directs mais surtout indirects par le biais de la sous-traitance qui favorise le développement d’un entrepreneuriat local. Des effets multiplicateurs accompagnent donc les investissements miniers lorsque les communautés arrivent à tirer profit des opportunités offertes par ces exploitations. Sur le plan social, les grandes mines jouent un rôle primordial en tant que fournisseurs de biens et services locaux, ce qui vient en remplacement des taxes qui auraient du être versées par ces compagnies aux communautés. Malgré tout, les problèmes sociaux persistants restent tel que la prostitution et les maladies qui y sont associées. Sur le plan environnemental finalement, les recherches ont eu de la difficulté à évaluer la performance environnementale des entreprises et à identifier les dommages environnementaux associés aux mines. Il ressort cependant de ces études que les plaintes associées à la performance environnementale des compagnies minières s’expliquent d’une part par la faiblesse de la communication entre les entreprises et la communauté et d’autre part par l’instrumentalisation de la question environnementale par les autorités locales comme outil politique.

3Malgré ces difficultés, ces études démontrent que l’exploitation minière constitue un levier pour un développement communautaire durable à la condition que soit établi et maintenu un dialogue tripartite entre les gouvernements centraux, les entreprises et les communautés. Alors que ce dialogue est effectif et exemplaire dans les pays développés, au Canada en particulier, le lien gouvernement-communautés est quasi inexistant en Amérique latineAinsi, selon les auteurs, les gouvernements de ces pays entretiennent des rapports avec les entreprises sur les questions législatives, fiscales et réglementaires mais ont abandonné la prise en charge des communautés touchées par les exploitations des entreprises minières. De cette manière, les entreprises qui jouaient initialement un rôle d’assistance se retrouvent à la base de l’élaboration des politiques de développement local, à travers la création de liens entre les opérations minières et le développement communautaire. Ainsi, suite à l’analyse d’étude de cas canadiens où l’implication gouvernementale a facilité le passage des relations entre autochtones et entreprises minières du paternalisme au partenariat, les auteurs concluent que l’établissement d’un dialogue triangulaire et la participation effective des communautés aux décisions qui les concernent constituent la base d’un développement durable. Dans cette perspective, les gouvernements latino-américains devraient minimalement conférer une autonomie fiscale aux régions et adopter une attitude proactive de manière à contrebalancer le rapport de force inégalitaire entre communautés et entreprises transnationales.  

4Par ailleurs, les auteurs recommandent une collaboration des États avec les organisations non gouvernementales dans un but d’appui aux populations et avec les entreprises pour la fourniture de biens et services à travers des institutions mixtes (gouvernements, privés et ONG).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/4757/img-1.png
Fichier image/png, 176 octets
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gisèle Belem, « Gary McMahon et Remy Felix, Larges mines and the community : Socioeconomic and environnemental effects in Latin America, Canada and Spain  », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 01 mai 2005, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/4757

Haut de page

Auteur

Gisèle Belem

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page