Navigation – Plan du site
2003

Le déclin mondial du couvert forestier

Janet Larsen
Traduction de Jacques Bougie

Texte intégral

1Le couvert forestier mondial est un indicateur clé de l'état de santé de notre  planète. Une forêt naturelle, non-dégradée, rend de nombreux services, entre autres, le recyclage des nutriments, la régulation du climat, la stabilisation des sols, le recyclage des déchets, la création d'habitats naturels, sans oublier toute une pléiade de loisirs en plein air. Ces services, évalués de façon conservatrice, valent plus de 4.7 trillions de dollars, soit l'équivalent de dix pour cent du produit mondial brut. Les forêts fournissent également des biens, tels que : nourritures, médicaments et un large éventail de produits forestiers (Costanza et al, 1997; World Economic Outlook, 2002)

2Les forêts du monde couvrent 3.9 milliards d'hectares - soit environ un tiers de la superficie terrestre du globe, mis à part l'Antarctique et le Groenland. Ceci peut sembler très vaste, mais ce n'est que la moitié du massif forestier tel qu'il était au début de l'agriculture, il y a 11 000 ans. La plupart des forêts ne sont plus dans leur état originel, ayant subies des modifications fondamentales de composition et de qualité (FAO, 2000; Matthews et al., 2000).

3À cause de définitions conflictuelles de ce qui constitue une forêt, ajoutées au manque de données satellites et aux changements non-déclarés d'utilisation des sols, il est difficile d'évaluer la diminution du couvert forestier mondial. L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) évalue, de façon minimale, la perte des forêts mondiales à 94 millions d'hectares depuis la dernière décennie. Ces données incluent la perte de 130 millions d'hectares dans les pays en développement, au moment même où les pays occidentaux affichent un gain de 36 millions d'hectares, dues au reboisement naturel des terres agricoles abandonnées (FAO,  2001).

4Pendant ce temps, la perte annuelle de forêts naturelles étaient de 16 millions d'hectares, dont 94 pour cent dans les tropiques.  Durant les années 90, le Brésil subit la plus importante déforestation, avec 23 millions d'hectares. L'Amérique du Sud, dans son ensemble, a perdu 37 millions d'hectares. En Afrique, ce fut 52 millions d'hectares de pertes. Le Soudan, la Zambie et la République Démocratique du Congo totalisent à eux seuls la moitié des pertes forestières Africaines (FAO,  2001; Miles, 2002a; Miles, 2002b).

5Au moment où les États-Unis affichaient un gain forestier de 4 millions d'hectares, le Mexique, lui, en perdait 6 millions, quoique les évaluateurs gouvernementaux sont d'avis que la perte est plus grande. Les pertes nettes conjuguées de l'Amérique du Nord et de l'Amérique Centrale totalisèrent 6 millions d'hectares.

6C'est aussi durant cette décennie que la Chine, grâce à un effort gigantesque de reboisement, accumula un gain annuel de 1.8 millions d'hectares, principalement à cause d'une interdiction de déboisement, ce qui a augmenté d'autant sa dépendance envers les autres pays pour l'importation de produits forestiers. L'Indonésie, de son côté, qui avait perdu entre temps 13 millions d'hectares de forêts, se retrouve maintenant aux prises avec une déforestation accélérée,  au rythme de 2 millions d'hectares par année. Pour toute l'Asie, le couvert forestier diminua de 4 millions d'hectares (FAO, 2001; FWI, 2002).

7Même si les données du FAO suggèrent que la déforestation mondiale diminue, la perte de massifs forestiers dans les régions tropicales est en accélération, avec plus de 13 millions d'hectares chaque année. Malgré un déboisement accéléré, un peu partout sur notre planète, plus de la moitié des forêts résiduelles sont en péril. Considérant le rythme actuel de déforestation, Le World Resources Institute (WRI) estime que 40% des forêts naturelles intactes auront disparues d'ici 10 à 20 ans (Matthews et al., 2000).

8La consommation de produits forestiers entraîne la déforestation. Depuis 1960 la production de bois d'œuvre a augmenté de 50 pour cent, à un milliard près de mètres cubes, provenant en majeure partie de forêts primaires et secondaires. Dans les pays en développement, on utilise directement, comme bois de chauffage, à peu près la même quantité, soit 1.8 millions de mètres cubes. (Matthews et al., 2000).

9À l'échelle mondiale, seulement 290 millions d'hectares de terres boisées sont à l'abri de l'exploitation forestière, mais même ces espaces boisés sont menacés par des abattages illégaux. Sur les 200 régions forestières à travers le monde possédant une grande biodiversité, 65% d'entre elles sont menacées par des exploitations illégales. Les exploitations forestières illégales ont décimées les forêts mondiales, éliminant ainsi les incitations à investir localement dans une foresterie durable et accumulant des pertes de revenus gouvernementales de 15 milliards par année (Currey et al., 2001; Ford and Sheingauz,  2001).

10Les reboisements forestiers totalisent 187 millions d'hectares, soit moins de 5 pour cent de la superficie forestière totale, mais contribuent pour 20 pour cent de la production forestière mondiale.  Au fur et à mesure que les forêts naturelles seront, soit épuisées ou soit protégées, une portion grandissante de la demande future de bois proviendra de fermes de production forestière (FAO, 2001; Matthews et al.,, 2000).

11Des plantations d'arbres, bien gérées et bien planifiées, peuvent satisfaire la demande de l'industrie du bois. Malheureusement, on a vu trop souvent apparaître des plantations, aux dépens de forêts primaires ou de forêts naturelles avec un haut niveau de biodiversité. Dans certains cas les gouvernements accordent des droits de coupe aux compagnies forestières, avec une obligation de reboisement, mais après une coupe à blanc faite par ces compagnies, elles laissent le sol à nu et s'en vont ailleurs. En Indonésie, par exemple, sur les 9 millions d'hectares prévus pour le reboisement d'essences commerciales, seulement 2 millions d'hectares ont été reboisés (FWI, 2002).

12Les régions, démunies de leurs écosystèmes forestiers originels et de leurs habitats naturels correspondants, ont subséquemment perdu la végétation qui stabilisait le sol, qui participait au recyclage des nutriments et qui empêchait l'érosion. Ces territoires ont rapidement perdu leurs utilités pour se transformer en dettes à long terme, même après un reboisement.  La plantation d'une monoculture d'arbres n'est rien à comparer avec une forêt ancienne, où une quantité d'espèces d'âges différents jouent un rôle biologique distinct, avec des processus écologiques évoluant sans cesse.

13Un relevé satellite des forêts mondiales, par le Programme des Nations Unies pour l'environnement et le Service Géologique Américain, ainsi que celui de la NASA, ont localisé seulement 15 pays avec 80 pour cent de leurs forêts encore intactes ( celles dont la couverture de cime est supérieure à 40 pour cent ). Pour le reste, la grande majorité des zones cibles, avec forêts anciennes, sont habitées de façon éparse, les rendant ainsi inutiles à des fins de conservation. À défaut d'un moratoire sur la coupe forestière, la conservation dans ces 15 pays représente tout de même un point de départ raisonnable pour la sauvegarde forestière (UNEP, 2001)

14Une étape essentielle pour freiner la destruction des forêts vierges du monde, consiste à trouver une source d'énergie alternative pour les pays pauvres, de façon à ne pas brûler un bois précieux. Les progrès en matière de réutilisation et de recyclage permettent aux bois récupérés et au papier rebut de satisfaire la demande en produits forestiers. Une consommation réduite de produits forestiers provenant de forêts vierges, apparaît comme la clé pour sauver les forêts du monde.

15Les gouvernements peuvent s'assurer que toute la production locale et l'importation de produits forestiers proviennent de forêts gérées selon des standards environnementaux et sociaux rigoureux, comme ceux du Forest Stewarship Council (FSC). À l'échelle mondiale, les organismes accrédités FSC  ont certifié 24 millions d'hectares dans 45 pays, anticipant que ces chiffres vont s'accroître au fur et à mesure que la demande pour le bois certifié augmentera et que les vendeurs non-certifiés auront de la difficulté à concurrencer (FSC, 2001).

161  Collaboration spéciale entre la revue électronique en sciences de l’environnement VertigO et le Earth-Policy Institute

Haut de page

Bibliographie

Costanza R. et al., “The Value of the World’s Ecosystem Services and Natural Capital,” Nature, 15 May 1997, pp. 253–60.

World Economic Outlook , WEO Database,<www.imf.org/external/pubs/ft/weo/ 2002/01/index.htm>, April 2002.

U.N. Food and Agriculture Organization (FAO), Forest Resources Assessment (FRA) 2000, at <www.fao.org/forestry/ fo/fra/index.jsp>, updated 10 April 2001; historical perspective from Emily

Matthews et al., Pilot Analysis of Forest Ecosystems: Forest Ecosystems (Washington, DC: World Resources Institute (WRI), 2000), p. 16.

FAO, State of the World’s Forests 2001 (Rome: 2001), pp. 58–59.

Miles, N., “Mexico’s ‘Devastating’ Forest Loss, BBC News, 4 March 2002a,

Miles, N., “Mexico: Deforestation Progresses, But Not the Measures to Prevent It,” World Rainforest Movement Bulletin, January 2002b.

Forest Watch Indonesia (FWI) and Global Forest Watch (GFW), The State of the Forest: Indonesia (Bogor, Indonesia, and Washington, DC: 2002), p. xi.

Currey D. et al., Timber Trafficking: Illegal Logging in Indonesia, South East Asia and International Consumption of Illegally Sourced Timber (London: Emerson Press, Environmental Investigation Agency and Telapak Indonesia, September 2001)

 Ford, J. and A. Sheingauz, “Major Trends and Issues in Forests and Forestry: Globally and in Russia,” presentation for Commercial Forestry in the Russian Far East: Opportunities for Sustainable Trade, Conservation and Community Development Conference, Economic Research Institute, Yuzhno-Sakhalinsk, Russia, 18–20 September 2001.

United Nations Environment Programme, An Assessment of the Status of the World’s Remaining Closed Forests (Nairobi: 2001), p. 1.

Forest Stewardship Council, Forests Certified by FSC-Accredited Bodies, <www.fscoax.org>, updated 30 June 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Janet Larsen, « Le déclin mondial du couvert forestier », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 01 mai 2003, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/4858 ; DOI : 10.4000/vertigo.4858

Haut de page

Auteur

Janet Larsen

Earth-Policy Institute, 1350 Connecticut Ave. NW, Suite 403, Washington DC, 20036, Etats-Unis lesterbrown@earth-policy.org

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page